Partagez | 
 

 Diner au pays des fées (Leires - Reïkan - Le Vétéran)


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Leires Asmodeus

Invité



MessageSujet: Diner au pays des fées (Leires - Reïkan - Le Vétéran)   Mar 5 Jan - 11:26

Message de la vampire Leires Asmodeus
{Suite de Retour d'une retraite}

Reikan avait tenu a ranger le lieu. Elle ne comprenait pas. La nature aurait très bien fait ça. Un ours, une meute de loup... Le corps ne serait pas rester très longtemps. Au lieu de cela, il préférait le jeter a flanc de falaise. Elle n'osais même pas imaginé ce qu'il ne resterait. Et elle se demandais même si un vampire, sans sa capacité a retomber sur ses pattes, pourrait survivre a cela. Elle oubliait certainement que la plupart d'entre eux volaient, mais n'étant pas son cas, cela paraissait plutôt normal.

Quand il se décida enfin, elle était déjà prête. La chevauché de la nuit l'avait éprouver, mais ce cher Elios lui avait permit de retrouver ses forces. Ils ne passeraient pas par la route, celle ci les aurait emmener a l'ouest, au contraire de ce qu'ils souhaitaient. Leires s'élança donc dans la neige dévalant la pente avec peu de grâce.

Si Reikan semblait survolé le sol, la forme de loup de Leires, elle subissait bien et bien les aléa du temps.
Elle se réceptionnait sur ses membres antérieur, et lorsque son geste était trop approximatif, ou que la couche de neige pas assez épaisse, elle ressentait le choc jusque dans ses épaules, avant de donner une nouvelle impulsion.

Prise dans son élan, elle ne put s'arrêter en voyant le corps écrabouiller de l'homme, ses pâtes de loup glissèrent dans les tripes étalés, alors que les corbeaux s'envolaient pour l'éviter. Le loup trébucha dans la neige tout en continuant sa descente, elle roula un moment avant de parvenir a se remettre sur ses pattes, et reprendre sa course effréné. Elle remercier le ciel qu'une pierre n'ai pas arrêter sa chute, car cette forme ne possédait pas tout les attributs de la vampire...

Au cours de la journée, la neige se fit de moins en moins dense. La végétation reprenait ses droits tandis que le climat s'adoucissait. Reikan cessa de se téléporter. La descente l'aurait épuiser, logique. Il courrait, et Leires ralenti son pas afin qu'il puisse la suivre.

Quand les premières habitations furent en vu, les deux compères ralentir jusqu'à s'arrêter, sur ordre de ce dernier. Leires avait la langue pendante, et dans la fraicheur du temps, des petits volutes de fumée s'échappait de sa gueule. Leires repris forme humaine peu de temps après.

S'il était des frontières bien gardés, c'était celles-ci, et elle ne doutait pas qu'on les ai déjà repérer. Maintenant la question était de savoir, combien de temps les elfes metraient a leur tombé dessus. Et s'ils se laisseraient berner facilement. Rien n'était moins sur. Surtout a cette période.

Leires comptait beaucoup sur leur éloquence pour leur ouvrir la route en ce lieu. Ils continuaient a marcher en direction de la forêt, alors que les premiers bedeaux sortaient de leur maison pour les observer.
Revenir en haut Aller en bas



Reïkan Asmodeus

Invité



MessageSujet: Re: Diner au pays des fées (Leires - Reïkan - Le Vétéran)   Mar 5 Jan - 12:20

Message du vampire Reïkan Asmodeus

Reïkan était un acteur de grand talent, il plaça sa main sur le bassin de Leires et dit :

« Chérie ! Regarde des Elfes ! »

Ils se faisaient passer pour de simple humains, invités à participer à la célébration, et comme à leur accoutumé, les humains s'émerveillaient pour un rien. Certains Elfes comprirent qu'il ne s'agissait que de touristes, d'autre, plus ou moins méfiant, ne les quittaient pas trop du regard.

Reïkan s'en fichait, le stratagème fonctionnait.

Une fois entré dans la lisière de la forêt, la capitale des Elfes ne devrait plus être bien loin, il fut une époque ou ces derniers étaient plus discret et méfiant. Cela leur coutera cher d'avoir changer à ce point.

« J'aime bien celle là »

Murmura Reïkan en désignant du menton une elfe gracile. Il constata que de riches marchands humains étaient déjà arrivé.

« Et toi ? Dans le tas de gros porcs, il y en a un qui te tente ? »

Car il ne s'agissait pas que de se nourrir, il s'agissait de profiter, de la nourriture, de la bonne chair, et personne n'était aussi doué que Nosfératus pour cela. Plus loin de magnifiques banquets étaient prêt, si les vampires n'avaient pas besoin de manger, cela restait un plaisir, du moins pour Reïkan.

Après quelques temps à repéré l'endroit ou ils chasseraient cette nuit, ils établirent un lieux de fuite au cas ou la situation dégénèrerait. La fête devrait commencer d'ici 1h et les Vampires étaient prêt à frapper !
Revenir en haut Aller en bas



Leires Asmodeus

Invité



MessageSujet: Re: Diner au pays des fées (Leires - Reïkan - Le Vétéran)   Mar 5 Jan - 12:54

Message de la vampire Leires Asmodeus

La prenant par la hanche, Reikan semblait s'émerveiller. C'était peut être un peu exagérer. Elle ne se souvenait pas d'avoir été aussi niaise étant humaine! Leires répondit d'un simple sourire.
Sa peau et ses yeux pale auraient rapidement fait de la trahir, mais peut être que cela disparaitrait habiller dans une tenue plus approprier.

Ils marchaient toujours, on le les avaient pas arrêter, et pourtant Leires sentait leurs regards les parcourirent. Elle réfléchissait toujours, quand les mots de Reikan la tirèrent de ses pensées. Il lui indiquait une jeunette. Dans la fleur de l'age, elle n'était même pas sur que la fée ai atteint l'age de sa majorité.


"Tu les préfère toujours de plus en plus jeune. Je m'entonne encore que tu n'en ai pas attaquer au berceau... Ou alors c'est l'idée de les déflorer qui t'enchante."

Elle parlait d'un ton monocorde, suffisamment haut pour qu'il l'entende, mais pas assez pour que quelqu'un qui les espionnes puisse saisir le contenue de la conversation. Les elfes avaient les oreilles fines, c'était bien connu. Il lui indiqua alors un groupe d'homme. Des marchands humains dont les rires tonitruant leur parvenait aux oreilles, elle lui jeta un coup d'oeuil, sourcils froncé. SI la région grouillait d'elfes plus attirant les un que les autres, croyait il vraiment qu'elle allait se contenter de cela.

Leires se dirigea tout de même vers les hommes, Reikan sur ses pas. Elle fouina rapidement sur l'étal, avant de soulever des étoffes et de se retourner vers Reikan. Elle tenait devant elle une longue robe faite de velours vert et d'une étoffe beige d'une douceur inégalé. Elle mettrait parfaitement en valeur sa chevelure rousse, et si cela pouvais détourné l'attention de sa peau anormalement pâle, c'était ce qu'il lui fallait.

Elle se tourna tout sourire, ce qui n'échappait pas aux marchand.


"Oh regarde! J'aime beaucoup celle la, je suis sur qu'elle m'irait."

Un des hommes se rapprocha dans le but de vendre, il était prêt a n'importe quoi.

"Pour sur Messire! Regarder cette qualité. Elles viennent tout droit de Palina, tissé a la main!"

Le visage de Leires s'assombrit en entendant ce nom, mais ce ne fut qu'une ombre passagère sur ses traits. Elle se ressaisit bien vite, suppliant a la manière d'une jeune fiancé, son compagnon de le la lui offrir. Elle ne lui laissait de toute façon pas le choix s'éloignant avec pour la passé au plus vite. Qu'elle paye elle même aurait certainement parut suspect.

Elle revint rapidement, après avoir mis la robe. Celle ci était légèrement serrer au niveau de la taille, et tout en lui remontant la poitrine, lui rendait la respiration plus difficile, mais elle s'habituerait.
Revenant près de Reikan, elle pris son bras, puis du visage lui indiqua une direction.


"Regarde."

Un petit cortège d'elfe passait. Elle n'aurait sut dire s'il faisait parti d'une milice ou si c'était simplement un groupe qui venait pour le festivité. Cela dit, Leires n'était pas insensible a leur charme.
Revenir en haut Aller en bas



Reïkan Asmodeus

Invité



MessageSujet: Re: Diner au pays des fées (Leires - Reïkan - Le Vétéran)   Mar 5 Jan - 13:31

Message du vampire Reïkan Asmodeus


Leires ne comprenait pas pourquoi il les aimait si jeune, la réponse était simple et Reïkan l'offrit à sa sœur :

« C'est parce que c'est beau, leur faire connaitre le bonheur absolu avant leur dernier souffle, je les aimes vierge car elle perde leur virginité avant de perdre la vie, ainsi, elle n'aura rien raté de bien important. »

Elle ne comprendrait peut être pas, mais lui ça lui suffisait comme réponse. Elle finit par s'acheter une tenue de soirée très aguichante, relevant la poitrine de rêve qu'elle possédait. Quant à lui, il avait prit le nécessaire dans son sac, cependant, il avait décidé de se vêtir un peu plus tard. Car peu de temps se passa avant que Leires lui signal une troupe d'Elfe en approche, certain semblait être ici pour s'amuser car ils avaient le sourire aux lèvres, prions pour qu'ils ne passent pas la soirée en compagnie de Leires, et d'autre semblait un tantinet plus sérieux.

« Plus on est de fou, plus on rit. »

Dit il avant de laisser un instant sa sœur afin de rejoindre la jeune fée. De loin voilà ce que Leires put voir; Reïkan s'approcha d'elle, lui susurra quelques mots à l'oreille, la jeune fée rit, à la fois de bon cœur et à la fois de façon gênée, comme si le Vampire lui avait murmuré un compliment, qui d'ailleurs la faisait rougir.

Reïkan revint, le sourire aux lèvres et ajouta :

« Je sais avec qui je vais passer la première heure de la soirée. »

Est ce que cela embêtait Leires ? Pas le moins du monde, car elle cherchait elle aussi sans aucun doute son apéritif.
Revenir en haut Aller en bas



Le Vétéran

Invité



MessageSujet: Re: Diner au pays des fées (Leires - Reïkan - Le Vétéran)   Mer 6 Jan - 18:18

Message écrit par L'elfe "Le Vétéran"

Les doux pétales de fleurs volaient au gré du vent, tournant et tourbillonnant, entremêlant leurs délicieuses couleurs de printemps au lointain bleuté et froid ainsi que leurs fins et subtils parfums pour le plus grand ravissement des odorats raffinés. Couché sur la branche d'un majestueux saule berçant ses légères et tombantes ramures, le regard intensément plongé dans l'horizon mélancolique, le vétéran soupira silencieusement, l'esprit ailleurs, sur d'autres rives, de tristes rives lourdes de chagrin et de regrets. Cela faisait déjà plusieurs mois, peut-être plus, qu'il avait quitté et déserté son pays, trahis sa reine et toutes ses promesses, abandonné un poste avec des hommes et des femmes autrefois fiers de leur chef et aujourd'hui sûrement déçus par sa couardise présumée. L'ex-chef des Sentinelles soupira une seconde fois, plus fort, plus longuement, plus tristement. Il repensait à la reine, dont il avait appris la mort quelques heures auparavant, bien que ce triste évènement eut lieu il y a bien des mois, et l'éternel s'en voulait plus que tout au monde de n'avoir pu la sauver, empêcher un tel suicide , et tout cela à cause de lui, lui qui n'a pas pas tenu une promesse faite à la mère de la souveraine même. L'immortel maudit soupira une troisième et dernière fois, revenant au monde réel qui s'agitait sous ses pieds. Au crépuscule mourant, lorsque le voile ténébreux tâché de lumière recouvrira le lointain, les feux joyeux illumineront cette petite bourgade paysanne en l'honneur du printemps renaissant. Il voyait les jeune trépignant d'impatience, les paysans souriant rentrant de leur dur labeur, et les anciens, assis sur un banc, se remémorent tout comme lui des anecdotes du passé. Son regard passa parmi les marchands humains venus pour l'occasion, qui, semblerait-il, n'étaient pas seulement là pour les profits. Le Sentinel s'arrêta sur un couple bien étrange. L'homme semblait plutôt normal mais la femme avait quelque chose d'étrange, une pâleur inhumaine..."Bah! murmura-t-il, les rousses que j'ai connu avaient le teint presque aussi blanc... pah de quoi faire du remue-ménage pour ça..."L'ancien referma les yeux et s'apprêta à reposer sa tête contre l'énorme tronc rugueux mais ne put s'empêcher de les rouvrir pour observer ce couple insolite. Plusieurs minutes durant il observa leur moindre mouvement depuis son poste, tenta de les ouïr, mais ils étaient trop loin et ne pu entendre que des bribes incompréhensibles. Il se remit en position détendue, referma les yeux et se dit pour lui même:"Je m'en fais bien trop, ce doit être à cause de la nouvelle. Ce soir, j'irai faire la fête avec tout le monde et ça ira mieux... Que pourrait-il arriver un jour si beau, même si c'est... même si c'est sans notre ex reine?" Il senti son échine frémir et son visage se crisper à évocation de ce mot, puis il se radoucit en faisant le vide dans sa tête. Lentement, la sérénité du sommeil vint en lui.
Revenir en haut Aller en bas



Leires Asmodeus

Invité



MessageSujet: Re: Diner au pays des fées (Leires - Reïkan - Le Vétéran)   Ven 8 Jan - 10:34

Message de la vampire Leires Asmodeus

La réponse de son compagnon lui tira un sourire. Cela ne l'étonnait pas, et pourtant elle ne voyait pas en quoi cela changeait d'une femme plus âgée, qui aurait déjà connut cela. Non Leires persisterait dans sa pensée. Il appréciait cela, c'était tout. Cela dit, elle pouvais comprendre que la vu d'une peau lisse et laiteuse l'attirait plus qu'une peau tombante et ridée.

Il semblait insouciant en cet instant. Tant mieu pour lui, comme quoi quitter sa retraite ne l'avait pas perturber au point ou il voulait bien le laisser parfois entendre. Il la quitta quelques instants pour s'approcher d'une jolie créature ailé. Leires eut un sourire, pensant qu'elle finirait au piège, et imaginant le plaisir qu'elle éprouverait a lui arracher ces ailes d'insectes une par une...
Ils n'étaient plus les amants, mais les frères... Leurs rôles étaient interchangeable au possible. Et au fil du temps, la confusion c'était installer. Ils étaient les deux.

Pendant que Reikan papillonnait avec sa proie, Leires avait le regard percher dans les arbres.
Elle avait senti une tension dans sa nuque, quand il lui avait sembler qu'on les observait avec insistance.
Elle ne vu rien d'abord, sa vue était peut être perçante, mais il n'était réellement pas facile de trouver un elfe camouflé parmi ces bois. Son regard finit par se posé sur ce qu'elle cherchait, et c'était surement grâce au fait qu'il ne se camouflait pas, il était simplement posé sur sa branche. Il les observait un instant, puis retourna a ses songes.

Quand Ratus revint vers elle, lui clamant avec sourire avec qui il allait passé la soirée, elle lui rendit son air amusé. Avant de lui désigné ce qu'elle même avait vu. Leires ne savait pas ce qu'il en retournait, mais il l'intriguait, c'était certain. Il ne semblait pas concerner par tout cela, et semblait simplement se reposer, la au dessus de tous. Il semblait plus mature que les jeunes imberbe qui courraient entre leurs pattes.


"Je me demande ce qu'il fout la... Il n'as pas l'air d'être concerner par tout cela."

Elle faisait part a son frère de ses interrogations, mais le haussement d'épaule qu'il lui rendit, lui montrait bien que ça l'indifférai. Cela tira un sourire a sa soeur. D'un geste de la main elle lui fit comprendre que cela n'avait pas d'importance. Mais cela l'intriguait trop pour qu'elle laisse tombé.
Elle le décrocherait de son perchoir.

Elle tourna sa tête vers son compère, lui adressant une dernière recommandation, plus pour l'emmerder qu'autre chose.


"Ne fonce pas trop vite, ou tu va l'effaroucher la pauvre."

Leires s'éloigna alors en direction du perchoir. Une fois, en dessous de l'arbre, elle siffla, mais l'elfe ne sembla pas réagir. Il dormait manifestement. Elle haussa un sourcil, avant de se décider a grimper a l'arbre, les premières branches étaient assez basses pour qu'elle grimpe facilement, du moins sans avoir l'air étrange. Elle alla alors s'assoir sur une branche, non loin de celle ou reposait ce qui de plus prêt, devait être un combattant.
Elle l'observa avec attention, sans bruit, détaillant son visage, ses vêtements, ses armes...
Revenir en haut Aller en bas



Reïkan Asmodeus

Invité



MessageSujet: Re: Diner au pays des fées (Leires - Reïkan - Le Vétéran)   Sam 9 Jan - 16:15

Message du vampire Reïkan Asmodeus

Laissant sa sœur retrouver l'elfe perché, Reikan rejoignit la jeune fée qu'il avait séduit il y a quelques minutes auparavant. Il la prit par le bras, l'emmenant loin du tumulte de la fête, rejoignant un petit ruisseau. En cette saison de l'année, au crépuscule, les forêt elfiques étaient enchanteresses, d'une beauté à coupé le souffle, ils parlèrent, le Vampire lui disait de si jolie choses que la jeune femme rougissait. Était ce un jeu ?

Reikan caresse la joue de cette magnifique fée, murmurant :

" Si belle, si fragile... "

Le Vampire la fixait, en vérité il était plongé dans un rêve, il se remémora quelques instants de son lointain, très lointain passé. Pourquoi avait il besoin de retraite régulière ? Parce qu'il avait peur d'oublier qui il était... C'était bien simple, il était paralysé à l'idée de tuer cette femme, il se refusait d'être un monstre et pourtant, lorsque celle ci approcha ses lèvres pour embrasser le vampire, ne lui refusa pas, et alors que la fée commença à l'embrasser plus fougueusement, Reikan senti son parfum. Lorsque l'on est Vampire, cette odeur rend fou, fou de sang...

Reïkan rejeta la jeune femme, il ne pouvait se résoudre à la tuer.

" Désolé... "

Lui murmura t'il, et il se téléporta non loin sur la branche d'un arbre hors de la vue de la fée. Là, un individu dissimulé dans une cape noir le rejoignit.

" Tu crois qu'on ne t'a pas à l'oeil Reïkan ? "

Dit l'homme en noir

" C'est bien ça le problème "

Réplique Ratus en se passant les mains sur le visage. Après quoi, il prit une profonde respiration et ajouta :

" Je vais bien. "

Le sombre individu finit en disant :

" Si tu le dis. "

Il se volatilisa laissant Reïkan Asmodeus seul sur son perchoir, méditant sur tout ça...

Revenir en haut Aller en bas



Le Vétéran

Invité



MessageSujet: Re: Diner au pays des fées (Leires - Reïkan - Le Vétéran)   Lun 11 Jan - 23:02

Message écrit par L'elfe "Le Vétéran"

Les paupières de l'elfe vibrèrent au son du sifflement. Il ne l'avait pas senti venir. Durant un instant, il n'ouvrit pas les yeux. Le Vétéran respirait le parfum de cette étrange femme, à l'odeur étrange, aux manières étranges, et à l'intrigante curiosité. Comme elle ne se décidait pas à partir, l'ancien ouvrit à moitié ses yeux, et tourna ses pupilles vers la rousse, perchée sur une branche juste à côté de lui. Son regard retourna au vaste et bleu lointain, tâché de notes vertes mouvantes et virevoltantes, au gré de la brise fraîche et légère, caressant le visage de l'immortel, en se frayant un chemin jusqu'à son odorat, apportant les enivrantes et perturbantes senteurs de cette sauvage mais non moins charmante jeune femme. Le regard désormais perdu au milieu du vide, l'elfe se réfugia dans un long mutisme, ignorant tout, à la recherche d'on ne sait quelle pensée farfelue ou insensée. C'est alors au bout de plusieurs minutes qu'il tourna machinalement la nuque vers elle en la fixant d'un regard impénétrable, soufflant à mi-voix:

" Bien le bonjour... mademoiselle..."

Il retourna la tête et pointa le nez vers le ciel radieux parsemé de nuages effilés et cotonneux; et, lunatique, fermant les yeux, le vieil elfe expira longuement, comme pour chasser des idées noires le plus loin possible, ne fut-ce qu'une seconde, pour oublier la douleur, pour cicatriser son cœur fendu, pour voir le sourire du monde... Lentement, l'ancien replia ses jambes, s'accroupit, et jetant un dernier regard à sa compagne de branche, il ajouta d'un ton fatigué:

"Je vais devoir vous laisser, adieu..."

D'un bond rapide et agile, il descendit de l'arbre immense, au tronc ridés et marqué par le temps, alors que lui, millénaire et si jeune pourtant, attendait la mort qui s'obstinait à ne pas venir. Entamant une marche lente et sans but, il s'en allait, laissant ce petit bout de femme à son sort....
Revenir en haut Aller en bas



Leires Asmodeus

Invité



MessageSujet: Re: Diner au pays des fées (Leires - Reïkan - Le Vétéran)   Dim 17 Jan - 21:17

Message de la vampire Leires Asmodeus

Il était réveiller, bien avant de le laisser paraitre. Le roulement de ses yeux et le frémissement de ses narines était un signe facile a observer pour quelqu'un qui en avait l'habitude. Celui ci se calma un instant, Leires tiquait. Il semblait imperturbable, comme ses arbres centenaires dont les longues branches s'allongeait pour les porter. Il était simplement spectateur, pas acteur et semblait presque faire partir du décors. C'était ça qui l'intriguait, plus que le charme du guerrier. Un elfe croustillant, elle aurait put s'en trouver des dizaines parmi ceux qui participaient activement a la fête.

Quand il daigna enfin tourné la tête vers elle ce fut pour souffler trois mots vide de sens a son avis. Il retournait déjà le regard vers le ciel, alors qu'elle ne détachait pas ses yeux de lui. Quand il décida de se redresser pour, elle le savait, quittait ce lieu ou il avait été déranger, elle se redressa a son tour, ne le quittant toujours pas des yeux.

Il pris congé avec bien peu de manière, lui indiquant simplement qu'il la laissait, et clôturant ses mots par un simple adieu. Cela voulait tout dire. Un léger sourire anima les lèvres de la vampire alors que l'elfe était prêt a bondir hors de l'arbre.


"Ça... ça ne dépend pas de toi."

Elle le laissa prendre un peu d'avance, avant de sauté a son tour de l'arbre, se retrouvant de nouveau dans la cohue et les rires de la fête. Elle jeta un coup d'oeil vers le dernier endroit ou elle avait vu Son compagnon partir et fut étonné de voir la jeune femme sur laquelle il avait jette son dévolu seule.

Si elle était légèrement inquiète, elle n'en laissa rien paraitre. Reikan était suffisamment grand pour se débrouiller même si elle avait tendance a lui coller aux basques.
Par la suite, elle s'en retourna sur les traces de celui qui l'intéressais, lui laissant le soin, sans s'annoncé, de comprendre qu'il était suivit, et qu'elle n'avait décidément pas décider de le laisser en paix.


[c'est court, je suis désolé x) ]
Revenir en haut Aller en bas



Le Vétéran

Invité



MessageSujet: Re: Diner au pays des fées (Leires - Reïkan - Le Vétéran)   Dim 24 Jan - 23:40

Message écrit par L'elfe "Le Vétéran"

L'herbe pliait et croulait sous ses bottes de cuir, puis se redressait subitement, comme si rien n'était passé. Une mer de pétales et d'herbes folles ondulait face à lui, à la volonté des quatre vents, en se pliant et en se redressant perpétuellement, tel un océan berçant les rêves d'un enfant. Sans même perturber ne fût-ce qu'une tige, l'elfe avança d'un pas sûr et paisible, balaya le panorama d'un regard vif, et, ne voyant aucune feuille pendant aux extrémités d'un arbre quelconque, l'ancien fit encore quelques pas avant de se laisser tomber en arrière parmi les plantes et les insectes, courant sur sa poitrine, mouvant leurs minuscules pattes, ignorant le colosse sur lequel ils marchaient avec désinvolture. Le regard fixé sur le ciel, le vétéran laissait passer les nuages cotonneux, légers et libres, l'esprit tranquille. Un bruissement étouffé parvint à ses oreilles. Il cligna des yeux, puis décida de l'ignorer. Mais ce petit bruit continua encore et encore, et eut pour effet d'éveiller la curiosité du millénaire. C'étaient des pas, de petits pas de femmes, légers et souples, caressant la terre fertile de ses doux pieds sensuels. Il sourit en pensant à la beauté et à la finesse de l'être qui s'approchait ainsi de lui, mais après une rapide réflexion, ses lèvres se relâchèrent. Il savait qui cela pouvait être, haussa les épaules, mais, finalement, se dit: " Bah! C'est un peu de ma faute, j'aurai dû être moins rustre et cafardeux avec elle... Il n'empêche qu'elle reste étrange... mmmmh... il faut quand même que je réussisse à lui arracher son secret... Jouons la subtilité, c'est plus sûr..." Ainsi il se releva, l'air serein, dos à sa compagne, la vue perdue au loin. Il expira longuement. Lentement, l'ancien se retourna, la sourire léger, les yeux détendus de bonté, et déclara d'une voix suave:

"- Oh! C'est vous! ah.. hum... je suis assez heureux de vous voir en fait... j'aimerai me faire pardonner pour tout à l'heure, ce n'était vraiment pas digne de moi... vraiment. Il serait bien aussi que nous puissions repartir sur de bonnes bases, nous n'avons jamais trop de fréquentions, n'est-ce pas? Moi, je n'ai pas aiment de nom, ni de famille, et plus que très peu d'honneur, quand à mon âge, et bien... je ne le connais pas très exactement... je sais que je peux paraître étrange ainsi mais tout ceci est malheureusement vrai... Mais bon... assez parlé de moi! Avouez que c'est intriguant d'intriguer une parfaite inconnue, non? Dites-moi, qui êtes-vous?

Il avait l'air assez pathétique avec ses questions idiotes et il le ressentait. Pourvu que ça puisse faire son effet...

[HRP: Vraiment désolé du gros retard]
Revenir en haut Aller en bas



Leires Asmodeus

Invité



MessageSujet: Re: Diner au pays des fées (Leires - Reïkan - Le Vétéran)   Jeu 4 Fév - 17:51

Message de la vampire Leires Asmodeus

Malgré l'élégance et la finesse que Leires avait acquis aux cours des siècles, elle n'avait rien de la grâce et de l'aisance naturelle des elfes en ce lieu, et quand ses pieds désormais nus foulaient le sol, l'herbe s'écrasait en dessous, laissant une trace de son passage comme inscrit dans cette terre. Biensur dans quelques heures, ces stigmates seraient oublier, comme s'ils n'avaient jamais exister, mais pour l'heure, cela constituerait une belle piste que n'importe quel idiot pourrait suivre.

Elle ne se cachait pas, non. Elle n'était pas adepte de la traitrise, et ce n'était pas une proie, ou bien pas encore tout du moins. Elle le voyait étendu d'en l'herbe, en faite, il n'avait fait que déplacer son repos un peu plus loin. Elle pouvais voir les créatures grouiller sur son corps alors que celles-la même l'évitait consciencieusement.

Elle sut qu'il l'avait repérer quand il se redressa, encore assis dans l'herbe. Il n'attendit pas qu'elle soit arriver jusqu'à lui pour commencer a parler, mais elle l'entendais. Il se décrivait heureux de la voir, un haussement de sourcil montra alors qu'elle n'y croyait pas un seul instant, cela dit, elle se garda bien de le faire remarquer.

Il disait  vouloir se faire pardonné, que ce n'était pas digne, mais pas digne de qui? Il n'y avait pas plus de dignité dans l'affrontement de la situation, que dans la fuite. L'ayant enfin rejoint, elle se laissa tombé sur le sol, un jambe sous ses fesses, l'autre devant elle. Elle se pencha un peu en arrière, posant alors ses mains dans l'herbe grasse. Les insectes avaient fuit a son approche, mais elle n'allait pas s'en plaindre.

L'elfe commença a se confier, du moins superficiellement. Cela était assez étonnant, et en contraste avec le personnage taiseux qu'elle avait poursuivit. Quand il détourna son sujet sur elle, elle eut un sourire. C'était la ou il voulait en venir bien sur. Cela aurait été étonnant qu'il n'attende rien de son effort.

Son sourire était assez amer. Non pas par rapport a lui, mais a sa question. Qui était elle? Cela sonnait un peu dans le fond comme: qu'était elle.


"Je suis... un parasite obligatoire qui disparaitra en même temps que les idiots de cette terre."

Le terme était peut être un peu étrange pour se décrire, mais veridicte, c'était bien ce qu'elle était, un parasite qui avait besoin des autres pour survivre. Mais cela ne trahirait pas sa nature. Les vampires n'étaient pas les seuls parasites de ce monde, et de nombreux humains profitait simplement de la naïveté de leur semblable.

Son regard dériva sur le pied d'un arbre ou poussait du lierre avant qu'elle ne décide a reposer ses yeux froid sur celui qui avait enfin accepter sa présence.


"Oubliez ça."

Un léger silence qu'elle ponctua d'un faible sourire.

"Les elfes ont toujours une source d'admiration et d'intrigue chez nous, mais je ne crois rien vous apprendre. Vous semblez le seul a ne pas être réjouit par ces festivités. Avouez que ça a de quoi laissez songeur."

Elle faisait tout pour paraitre la plus innocente possible. Et si elle avait sut ce qu'elle venait réellement faire la, elle n'aurait certainement eut aucune appréhension.
Finalement elle ne savait plus. Il l'avait intrigué, mais que comptait elle faire? Tailler la bavette quelques minutes, puis partir? Il aurait été finalement plus simple de s'attaquer a un autre, l'issue aurait été certaine.
Leires était songeuse, elle avait le don pour se mettre dans des situations compliquer, car même sous son air faussement naïf, sa première impression avait été toute autre, et était souvent juste.


[Désolé pour le temps, mais après avoir perdu mon post j'ai galerer ^^ sinon, pour ma culture, j'ai jamais sut ce que voulais dire suave x) ]
Revenir en haut Aller en bas
 

Diner au pays des fées (Leires - Reïkan - Le Vétéran)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti sur une liste de pays juges ennemis de Wasington
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Wikileaks: Les pays Arabes peu tendre envers l'Iran
» Les EUA ne pourra plus soutenir les pays dependants....



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Bavardages [H-RP] :: Archives-