Partagez | 
 

 Le dragon de Comerob [validé]


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Chrymarklangga

avatar

Masculin Nombre de messages : 7
Style de combat : Bestiale, utilise principalement ses dons naturels.


MessageSujet: Le dragon de Comerob [validé]   Dim 17 Sep - 17:13

Prénom ou surnom : Chrymarklangga, le dragon de Comerob.
Nom : Aucun, les êtres draconique ne semblent pas très attaché à leur famille.

Sexe : Masculin
Âge  : 525 ans
Peuple : Dragon
Alignement : Selon les opportunités.

Métier et/ou rang : Hermite, je ne vis ni en société ni en clan, préférant vivre de ce qui m’entoure sans être formellement agressif envers les autres races. Mais traverser mon territoire revient à attiser ma colère.
Votre arme : Aucune, un être draconique ne pourrait se servir de vos armes pitoyables.



Physique

Une terrible masse, aux environs d’une baleine contrairement aux autres êtres draconique fin et majestueux. Chrymarklangga possède un corps rond et rebondit au niveau de la cage thoracique, point assez fragile du fait d’une demande de souplesse afin de respirer sous l’eau, cette partie ne porte aucune écaille.

Vivre sous l’eau, nageant encore et encore, son corps a développé l’interstice entre ses doigts afin d’en faire des palmes, lui permettant de se déplacer avec plus de fluidité lorsqu’il chasse. Sa queue a perdue en raideur, ses os bien plus souple et nombreux que la moyenne, lui permettent un déplacement dans toutes les directions avec une grande précision. Tout son corps est fait pour le déplacement sous-marin, ce qui le rend légèrement patraque lorsqu’il doit se déplacer sur les côtes ou la terre en plus grande généralité.

Le dessus de son crâne, l’extérieur de ses ailes, son dos jusqu’au bout de sa queue et ses pattes sont recouverts d’écailles d’une brillance splendide, rappelant l’aigue-marine, cette pierre précieuse aux couleurs de l’océan. De part ses couleurs, il semblerait difficile de l’observer depuis la surface, malheureusement, sa taille et cette brillance particulière, trahissent sa position lorsqu’il se déplace. Son corps reflète à merveille la lumière des astres qu’il apprécie tout particulièrement.

Son visage est digne des contes les plus horribles, un véritable cauchemar. Une gueule imitant les requins, plusieurs rangées de dents déchirant la chair des plus gros animaux, broyant les os des plus petits. Deux petits yeux sombres, sans aucun reflet, sondant les abysses de votre cœur. Terrifiant. De longue tentacule sensitives flottent sous son menton, sans aucune articulation, elles sont présentent uniquement pour le repérer dans l’espace, comme notre odorat ou notre ouïe pour nous les humains.



Caractère

Chrymarklangga, terrible dragon au caractère de cochon. Il vit dans son petit paradis marin, proche de la côte, à l’intérieur d’une épave, qui est parvenu à s’encastrer dans la cavité rocheuse. A l’abri des courants du grand large, protégeant son trésor et son territoire comme un véritable gardien. La moindre anomalie dans la zone de son petit jardin aquatique et il s’énerve. Doté d’une grande mémoire, il sait la taille exacte au centimètre prêt, de chacun des coraux entourant sa tanière, il reconnait chaque famille de poisson profitant de sa présence comme protection et aucun autre prédateur n’est autorisé à y entrer. Les humains font parties de ses prédateurs.

Ah, les humains, c’est souvent qu’il les voit s’approcher de son petit paradis, tenter de dévorer ses amis les poissons, et cela a le chique de le mettre dans une rage folle. Ces merveilleux poissons font partis de son trésor, son merveilleux trésor, quiconque ose les toucher sera punit de la peine capitale, la noyade. Autrement, c’est un reptile très sympathique, n’embêtant personne sans raison, pouvant même discuter si vous prenez le temps de l’attendre à la nuit tomber, où il vient se reposer à la lumière stellaires pour profiter de ce qu’il appel, un moment de paix et de sérénité.

Pour ce qui est des autres races, il y porte la même attention qu’aux humains. Elfes, démons, nains, gobelins ou même les autres dragons, tous identiques. Pouvant être ami comme ennemi avec l’un d’entre eux. S’alliant un jour avec un camarade face à un ennemi commun, le lendemain le calcinant pour une erreur de sa part, intentionnelle ou non. Autre chose, il considère que tout ce qui tombe à l’eau dans son territoire lui appartient, et il ne voudra jamais le rendre.

Chrymarklangga reste néanmoins un dragon, soit une créature très capricieuse qui n’en fait qu’à sa tête. Il pourra parfois laisser la vie sauve à quelqu’un qu’il juge apte de vivre, sans aucun critère ou mauvaise intention derrière la tête. Juste parce que celui-ci en a l’envie, mais cela ne se réitérera peut être pas une seconde fois.



Histoire

On raconte souvent des légendes, des histoires, pour passer le temps. En passant par les bars proches des ports, vous en entendrez toujours une nouvelle. Raconter par un marin ayant un peu trop abusé sur l’alcool, parfois un pêcheur se vantant de ses exploits, ou des prises qu’il aurait pu ramener à terre. Les enfants eux aussi, crieront après de géants mammifères qu’ils ont aperçus à l’horizon, vers le large. Parfois des baleines, parfois des dauphins venues profiter du sable un peu plus chaud sur la plage, et parfois d’autres choses.

Parfois, le port ne revoit jamais certains marins ou pêcheurs. On raconte que leur bateau c’est trop éloigné des côtes, emporté par le large, à tout jamais là où personne n’ose se rendre. D’autres parlent d’une mauvaise manœuvre, ayant heurté les roches des falaises, brisant la coque, et coulant avec le navire. Et d’autres parlent de créatures gigantesques, vivant loin, très loin et venant parfois près des côtes pour dévorer un navire ou deux.

Mais l’un d’entre eux, un vieil homme, pêcheur depuis son plus jeune âge. Il a transmit tout son savoir aux générations futurs, savoir qu’il a lui-même reçut des générations précédentes, de son père, qui lui-même l’a reçus de son père. Il s’est forgé une certaine histoire, une certaine légende au sujet de la pêche. Beaucoup le considère peut être comme le meilleur de toute la ville. Vivant au port Post-Her depuis qu’il est tout petiot, il en a vu des choses arrivées ici. Des aventuriers venant visiter la région, des commerçants venus d’autres villes, d’autres ports, des gens venus du fin fond d’Hypolais.

Et a chacune de ses rencontres avec un nouveau venu, il lui répéta la même chose : Ne va vers les falaises à l’Ouest, ou alors fait vite ! Au fur et à mesure du temps, alors qu’il vieillissait, on le prenait pour un fou, un homme ayant perdu la raison à force de naviguer sur la mer. Et pourtant, dieu sait qu’il avait raison. Cela remonte à combien d’année maintenant ? Presque soixante-dix ans à présent. Peut être voulez-vous entendre son histoire ? Alors asseyez-vous et écoutez-le raconter son histoire, celle d’un jeune homme, et de son père un peu trop téméraire.

Mais pour cela, il faut remonter bien des années en arrière, ici même, à la ville de Post-Her. Marivo et son père se préparait à partir pour pêcher. Il était assez tôt dans la matinée, rien ne présageait le moindre problème. Pas un nuage à l’horizon, le soleil baignant encore dans l’immensité de l’océan, quoi de plus parfait pour débuter la journée ? Notre jeune homme, devait s’occuper de faire l’inventaire, alors que son père, préparait déjà l’itinéraire qu’ils allaient suivre, et c’est là qu’il s’exclama haut et fort.

« Fiston ! Et si nous allions pêcher plus loin à l’Ouest cette fois-ci ? »
« Du côté de la falaise papa ? »
« Ouais c’est ça, du côté de la falaise où s’est soit disant échoué le bateau de ce vieux loup de mer, comment s’appelait-il déjà ? »
« Le capitaine Comerob ? »
« Oui ! Le capitaine Comerob, merci fiston. »
« Pourquoi tu veux aller pêcher là-bas papa ? Personne ne va y pêcher depuis des années si on en croit les vieux voisins. »
« Justement ! Là où il n’y a personne, il y a plein de beau poisson frais ! »
« Si tu le dis. »


Nos deux petits pêcheurs prirent donc la route, vers ces falaises où la rumeur voudrait, qu’un vieux capitaine et son équipage, aient fait naufrage pour des raisons qui sont inconnues encore aujourd’hui. Néanmoins, on a rien retrouvé de ce rafiot, pas une seule planche, comme s’il s’était fait happé par l’océan. Lors du voyage, Marivo et son père discutèrent de divers sujets, comme le large, qui avait-il si loin ? Que de la mer n’est-ce pas ? Hypolais n’est qu’une île reposant sur une vaste étendue d’eau. Mais le père de Marivo était un rêveur, bien plus que son fils. Il parlait tout le temps de possibilité au loin de la rive, des contrées merveilleuses, des rêves plus somptueux qu’ici, peut être même des sirènes ! Il charriait son fils avec ça depuis qu’il était tout jeune. Pourquoi ? Parce qu’il avait confondu une sirène avec un poisson chat, amusant n’est-ce pas ?

Enfin, notre jeune pêcheur ne comprenait pas les délires de son père, il n’y faisait même pas attention au final, s’occupant principalement du bateau et du gouvernail, pour éviter d’heurter les rocheuses. Ce petit bateau à peine plus grand qu’un optimiste était parfait pour se déplacer, il n’était ni trop encombrant pour des pêcheurs, ni trop petit afin d’y ranger les filets de pêches et les prises du jour dans les sceaux. Poissons frais du jour même ! Telle était la devise familiale.

Après une presque une heure de voyage, ils y étaient enfin arrivé. Le lieu de la légende, là où le bateau a fait naufrage. Ils s’arrêtèrent afin d’y déposer leur canne à pêche et attendre. Ils n’utiliseraient pas les filets si proches de la côte, cela serait trop dangereux si jamais un maillon se coinçait dans des coraux ou autre chose. Pendant ce temps, il papotait, discutait de divers choses et variétés du jour. Jusqu’à ce que le père aborda à nouveau le sujet du navire de Comerob.

« Tu sais, cette légende, je suis certain qu’elle est vraie. »
« Pourquoi cela ? »
« Comerob était mon grand-père, ni moi ni mon père ne l’avons connu. Nous n’en avons des récits que de ma grand-mère. »
« Oh, il était pêcheur ? »
« Non, rien de tout cela. Il était marin, défenseur des berges et des côtes humaines. Il travaillait dur, rentrant très rarement à la maison. Un jour, alors qu’il était de retour, on vint le chercher le plus rapidement possible, une affaire urgente dont il était question. Une terrible bête aurait été aperçue proche des côtes, il devait repartir. Il n’en est jamais revenu. Ma grand-mère attendait un enfant, mon père et l’a éduqué seule, avec toute la douceur d’une mère. »
« Oh, c’est tragique comme histoire. »
« Oui. Elle refusa qu’il suive les traces de son défunt père, mais l’appel de la mer était si grand qu’il devint pêcheur. Ici même, à Post-Her. »
« Dans ce cas, le bateau doit bien se trouver quelque part. »

« Oui, très certainement, je ne veux pas croire ceux qui disent que ce bateau est partie au large, fuyant la terrible créature qui a été aperçus. Cela serait trop, il fut couper dans ses paroles, le navire eut un mouvement qui n’était pas naturel en cette mer d’huile. Qu’est-ce que c’était que ça ? »
« Je n’en ai aucune idée. »

L’instant d’après, le navire fut retourné par une puissante force, le coulant avec les deux personnages à son bord. Sous l’eau, c’est là qu’ils le virent. Une terrible bête, immense, de la taille d’une véritable baleine. Un monstre si affreux, que le jeune homme n’eut comme réaction que de s’agiter, battant des bras dans tous les sens pour tenter de remonter à la surface. Il grimpa sur la coque aider par son père, tous les deux complètement abasourdi par ce qu’il venait de voir.

« Il faut partir ! »
« Oui, tout de suite ! »


C’est alors qu’ils l’entendirent, tous les deux. Une voix grave, résonante dans leur crâne comme le plus terrible des sons qu’ils n’aient jamais entendu. Un écho bruyant, entouré d’une ambiance marine puissante. Comme un rugissement venu des abysses.

« Vous oser profaner le territoire de Chrymarklangga. Mon territoire ! Misérables humains, vous le paierez de votre vie. »

Un dragon, chose déjà rare, mais encore plus rare, c’était la première et unique fois qu’ils entendirent parler d’un dragon vivant sous la mer. Le bateau commencé de nouveau à bouger, les mouvements de nage du reptile le faisait tanguer d’un côté à l’autre, de simple mouvement produisant des vagues suffisantes pour leur faire perdre l’équilibre. Le père se tourna alors vers son fils, les larmes aux yeux, il le prit dans ses bras.

« Je t’aime fiston. Tu dois vivre. Fuit ! »

Il plongea ensuite à l’eau, alors que son fils hurlait après son père. Il comprit que c’était trop tard, il avait prit sa décision. Marivo plongea à son tour, pour se tourner vers la direction de la côte, afin de sauver sa vie. Dans sa nage, il tourna le regard vers son père, était-il encore vivant ? Il ne le voyait plus. C’est alors qu’il entendit un rugissement terrible à l’opposé de sa position, un remue d’eau violente créa une vague qui le propulsa sur plusieurs mètres en avant, mais le courant créé lui tira la jambe pour l’emmener six mètres sous la surface. Et c’est là qu’il le vit. Au fond, la lumière traversant la fine surface lui permettait de la voir. Dans cette caverne, l’épave du navire de Comerob. Voilà pourquoi aucun morceau n’avait été retrouvé. La terrible bête avait tout gardé pour lui, au plus profond de la faille, dans la roche de la falaise.

Il ne perdit pas de temps, il devait fuir, mais s’il pouvait ne serait-ce que ramener un petit quelque chose. Il tourna une nouvelle fois son regard vers le monstre, concentré à essayer de dévorer le père de l’enfant. Usant des filets, celui-ci se débrouillait pour empêcher la créature de le dévorer. Profitant de l’occasion, l’enfant pris son courage à deux mains, et plongea. Il nagea aussi vite qu’il le put, misant sur sa respiration pour tenir le coup jusque-là. Cinq, six, sept, puis huit mètres de profondeurs, la pression augmentait et frappait son corps, mais il n’abandonnait pas. Il plongea encore, neuf, dix, onze, puis douze mètres, il y était presque, encore un petit effort. Il finit par l’atteindre, vingt mètres de profondeurs, là où se trouve la faille. Sur le bord de celle-ci, une planche. Il ne chercha pas plus longtemps et commença à entamer la remontée.

Lorsqu’il revint au sommet, qu’il reprit sa respiration il vu la scène la plus tragique qui lui eut été donné de voir. Son père, sur le bateau, retourné encore retourner par la puissance créature. Le dragon sorti de l’eau pour rejoindre pendant un court instant les airs, sa tête immonde, un véritable cauchemar, la gueule grande ouverte. Au fond de sa gorge, une lueur flamboyante. Le père tourna doucement le regard vers son fils, pour le voir une dernière fois.

« PAPA ! »

Les flammes consumèrent le père et le navire, il n’en restait plus rien, le bois fut transformé en poussière, et l’humain en cendre. L’enfant désespéré, tenta de rejoindre la côte au plus vite. Mais le dragon n’en entendait pas de cette oreille. Il fonça afin de rattraper le gamin. Déferlant avec lui, une terrible vague qui tira le garçon jusqu’à la falaise. Sa tête heurta la roche, il tomba inconscient, il pensait que s’en était finit de lui.

Alors que doucement la lumière revenait, l’apprentie pêcheur venant de voir son père mourir par la main du terrible dragon, était étendue sur le sable, proche de la ville de Post-Her, sans aucune autre blessure que celle que la roche lui a fait subir. Pourquoi était-il vivant ? Pourquoi le dragon l’avait épargné ? Et pourquoi lui avoir laissé la planche en bois ? Tout ceci, il ne le comprenait pas très bien. Tout ce qu’il savait, c’est que ce qu’il venait de vivre, c’était réellement passé et qu’il avait avec lui, la preuve irréfutable de sa découverte.

Mais les gens n’y croient pas à toutes ses histoires. Ils ne font qu’y prêter attention le temps d’un instant, et l’oublie le lendemain même. Tantôt rentré par une oreille, immédiatement ressortie par l’autre ! Enfin, à vous de me croire ou non jeunes gens, mais croyez-en mon expérience. N’énervez jamais Chrymarklangga, le dragon de Comerob.



Pouvoirs et autres

Pouvoirs liés à votre peuple : Un souffle terrible de flammes dévoreuses de chair et d’os, voler dans les cieux les plus lumineux et communiquer avec les plus misérables créatures que vous êtes par la pensée.

Capacités surhumaines ou pouvoirs magiques : Amphibien, pouvant ainsi respirer tout aussi aisément en dehors de son élément favoris qu'en milieu marin. Sa seconde capacité est résultante de son mode de vie, à force de nager sous l'eau, ses ailes ont prit du muscle et sont bien plus puissantes et résistantes. Supportant son poids dans les airs, sans le ralentir dans son milieu naturel.

Familier, animaux : Quelques petits poissons nettoyeurs qui profitent de la protection de l'immense silhouette du dragon pour être protéger et se nourrir sur lui, nettoyant les creux entre ses écailles et l'empêchant d'attraper des maladies tout en conservant une certaine hygiène de son corps. Ils n'ont rien de dangereux, se sont des poissons inoffensifs à peine capable de vaincre une crevette.

Autres : J’ai appelé la falaise où il vit Comerob, en rapport avec l’histoire, elle n’a pas vraiment d’importance au niveau carte, mais si vous en voulez le lieu, elle se trouve à l’Ouest du port de Post-Her. Si cela dérange, n’hésitez pas à me le signaler, je changerais tout ceci.



D'où vient votre avatar ?
Avatar trouvé sur Deviantart, dessiné par Mobius-9, voici le lien direct vers l’image.
Comment avez-vous découvert le forum?
Un ami m’indiqua la direction, je n’ai fais que suivre ses conseils.
A quelle fréquence comptez-vous rester sur le forum ?
J’ai pris pour habitude de poster au minimum une fois par semaine un message écrit, me plaçant un jour dans la semaine précis. Mais je viendrais chaque jour observer les nouveautés.
Revenir en haut Aller en bas
http://yumenosekai.forumactif.org/



Fënrir O'Grimär

avatar

Masculin Nombre de messages : 42
Style de combat : Fourbe


MessageSujet: Re: Le dragon de Comerob [validé]   Dim 17 Sep - 18:27

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas



Shrikan Tatsu

Conseillère en Machiavélisme
avatar

Féminin Nombre de messages : 190
Style de combat : Rapproché - sabre courts


MessageSujet: Re: Le dragon de Comerob [validé]   Dim 17 Sep - 18:37

Yay ! Un dragon de l'eau ! Bienvenu

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Subraya Druth

Fondatrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 874
Style de combat : Dragon bourrin

Haut-fait : Vieux d'la vieille

MessageSujet: Re: Le dragon de Comerob [validé]   Dim 17 Sep - 18:58

bienvenue, validé o/
Revenir en haut Aller en bas



Gne

chouchou de Sub' et grand découvreur du secret
avatar

Masculin Nombre de messages : 371
Style de combat : Attentif


MessageSujet: Re: Le dragon de Comerob [validé]   Dim 17 Sep - 19:18

Ravi de lire une belle fiche. Bienvenue

_________________
Attention! Attention! Ce que vous prenez pour un homme, peut en réalité être un troll! ;)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.waar.me/joueur.php?id=96  (inscris-toi, maggle!)



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le dragon de Comerob [validé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le dragon de Comerob [validé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dragon Séraphin [validé]
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi
» [Validée]Gingi yamada
» [Validée]Nagi Souichirou [finie]
» How train your dragon



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Préambule :: Personnages :: Fiches de perso acceptées-