Partagez | 
 

 Une présence dérangeante ( PV Levi )


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Fënrir O'Grimär

avatar

Masculin Nombre de messages : 42
Style de combat : Fourbe


MessageSujet: Une présence dérangeante ( PV Levi )   Sam 11 Mar - 16:51

Fënrir suivait la piste d'un groupe de bandits depuis quelques temps déjà, non pas qu'il avait eu une quelconque altercation avec eux ou qu'ils lui avait volé quelque chose, la raison était bien plus simple et compréhensible, il était payé pour le faire. En effet, dans ce monde et encore plus dans la vie d'une personne comme l'hybride dont le seul réel talent est le meurtre, la vie de chaque personne représente une somme et un risque et bien que le risque que représente ce groupe de bandits n'était pas minime, la somme promise pour leur extermination, une fois mise dans l'équation, rendait le tout parfaitement raisonnable.
Il s'était donc mis en route quelques semaines plus tôt et, bien qu'il ne lui fallut pas plus de quelques jours pour trouver sa cible, Fënrir était loin d'être suicidaire, il attendit donc que les conditions soient idéales pour mener à bien sa mission. L'hybride se trouvait actuellement à Kabum dans une petit auberge relativement bondée en cette période de l'année ce qui n'était pas plus mal car grâce à cela, il lui était assez aisé de récolter des informations sur son objectif qui, aux dernières nouvelles, avait pris position dans la forêt située à l'Ouest de la ville, de l'autre côté du fleuve. Il écoutait donc en silence les conversations qui allaient bon train dans la salle commune de l'auberge et dont la plupart parlaient de choses totalement inutiles telles que la mise à mort du roi et de la recherche de son successeur qui, pour la mission de Fënrir, n'avaient strictement aucun intérêt. Toujours étant qu'il finit par tomber sur ce qui l'intéressait, un groupe de quelques villageois discutaient entre eux sur des sujets relativement ennuyeux quand l'un d'entre eux s'écria tout à coup et, l'alcool déjà bien avancé, relativement fort :

Nan mais.... *Hic* les gars ! Le vrai problème...*Hic* c'est que depuis que le roi est mort...*Hic* certains voyous se sont regroupés en bandes. D'ailleurs... *Hic* Il parait même qu'ils sont tout près d'ici... *Hic* Une cousine à moi qui habite à Docade m'a dit qu'elle avait vu un groupe d'hommes pas rès commode il n'y a pas très longtemps.

Peu de temps après l'homme finit par s'écrouler totalement ivre sur la table ce qui provoqua une certaine agitation de ses camarades qui, par extension, accapara l'attention générale suivie de quelques fou-rires. L'hybride en profita donc pour sortir discrètement, une cape à capuche lui recouvrant la tête et le haut du corps et ses ailes rétractées afin d'éviter d'attirer l'attention. Il avait à présent assez d'informations pour continuer sa chasse et se remis donc en route, direction Docade.
Revenir en haut Aller en bas



leviathadetiner

avatar

Féminin Nombre de messages : 8
Style de combat : Furtif sous forme humaine / Violent sous forme dragonienne


MessageSujet: Re: Une présence dérangeante ( PV Levi )   Dim 12 Mar - 18:35

L'aurore commençait à peine à recouvrir le ciel de voiles mauves lorsque Lévia ouvrit les yeux. Elle papillonna longuement des cils avant de décider de se lever, de mauvaise grâce. Les muscles de ses jambes la tiraillaient sans cesse à cause du trot forcé qu'elle imposait à sa monture, un cheval aux poils bruns qu'on lui avait vendu pour quelques piécette dans un village détruit.
Cela faisait maintenant plusieurs jours que l'hybride avait accepté un contrat pour éliminer des pilleurs qui avaient mis à sac quelques villages dans la région. On pouvait encore voir de minces volutes de fumée s'élevant des masures maintenant en cendres lorsqu'on s'approchait assez près des habitations des paysans. Lévia avait justement été en train de traverser ces ruines lorsqu'on l'avait interpellée. Son épée dans le dos, on l'avait d'abord prise pour un de ces bandits mais voyant qu'elle ne dégageait aucune animosité en apparence, ils l'avaient conjuré de les venger en échange de quoi, ils la paieraient.
Elle avait donc accepté, n'ayant rien à perdre.

La mercenaire aux cheveux foncés avait établi son campement sous le couvert des arbres, non loin de la route qui serpentait dans la campagne environnante. D'après les dires des villageois, les bandits avaient emmené plusieurs otages avec eux, il y a six jours, dont des femmes et des enfants qu'ils pourraient revendre comme esclaves. Lévia n'était pas une fanatique de ces pratiques mais elle évitait de s'en mêler, la plupart du temps. Elle faisait ce pour quoi on la payait, simplement.
Elle rangea rapidement ses affaires dans les sacoches suspendues à la croupe de sa monture puis éteignit le feu et éparpilla les braises d'un coup de pied.
Elle mena d'abord son cheval par la bride et le fit sortir de la forêt où elle s'était réfugiée. À l'est, le soleil devenait de plus en plus visible et répandait ses rayons dorés dans l'air chaud.

Lévia bailla avant de monter avec aisance sur la selle. Elle devait encore faire énormément de kilomètres avant de penser pouvoir rattraper les bandits. Et elle devait aussi réfléchir à la manière dont elle allait s'y prendre : ils étaient nombreux et armés, elle était seule et aimerait éviter de se transformer en dragon devant les otages qui tout de suite, auraient bien moins de sympathie pour elle.
Elle claqua de la langue et sa monture docile partit bientôt d'un pas léger, faisant naitre un nuage de poussière sur leur chemin. Elle arriverait le soir même dans la prochaine ville. Elle jeta un œil sur la carte dans ses besaces et retraça du doigt le chemin parcouru. La prochaine destination était une petite ville, Docade.
Léviatha rangea le document et regarda la longue route devant elle, en soupirant. Déjà, ses muscles recommençaient à la faire souffrir.

_________________
Léviatha Detinèr
Revenir en haut Aller en bas



Fënrir O'Grimär

avatar

Masculin Nombre de messages : 42
Style de combat : Fourbe


MessageSujet: Re: Une présence dérangeante ( PV Levi )   Ven 17 Mar - 0:51

La route menant à Docade avait clairement été marquée par les déplacements qu'avaient effectués les bandits, des traces restaient un peu partout sur le chemin ainsi que sur ses alentours, indiquant ainsi qu'ils ne se déplaçaient pas tous par le même chemin et que certains semblaient être partis pour une petite balade en forêt. Ayant eût confirmation que sa cible se trouvait bel et bien à l'endroit indiqué, l'hybride ne perdit pas une seconde de plus et suivit les traces du petit groupe qui s'était séparé jusqu'à arriver à l'entrée de la forêt, ce territoire était loin de lui être inconnu et son plan commençait déjà prendre forme dans son esprit.
Il commença à siffler lentement tout en prenant une petit pot de verre dans chaque mains et ce jusqu'à ce qu'une faible sensation de frottement se fasse ressentir autour des cornes qui se trouvaient sur ses bras, laissant paraître deux serpents qui glissèrent le long de ses bras jusqu'à venir mordre la légère membrane de tissus située sur les pots, faisant couler quelques gouttes de poison petit à petit jusqu'à remplir en bonne partie les récipients, après quoi un claquement sec de la langue ramena les deux reptiles jusqu'à leurs positions. Il partit ensuite à la recherche de quelques feuilles d'orties, une dizaine tout au plus, qu'il plaça dans les bocaux afin de les laisser macérer le plus longtemps possible et repris le chemin de Docade, ses préparatifs étaient presque terminés.

Une fois en ville, l'hybride prit directement la direction du marché le plus proche, il lui fallait de la noix de muscade en quantité suffisante si il voulait mener son plan à bien, chose qu'il eût bien du mal à se procurer dans une ville aussi petite que Docade déjà bien éloignée de la capitale humaine. Toujours étant qu'il réussit à trouver ce qu'il lui fallait au détriment de quelques heures don't il manquait cruellement si il ne voulait pas que sa cible ne se déplace une nouvelle fois.
Il alla ensuite jusqu'à la seule et unique auberge de la ville dans laquelle il prit soin de réserver une chambre et d'y monter promptement pour y terminer sa concoction personnelle. Il enleva les quelques feuilles d'orties des deux bocaux qu'il avait sur lui et prit bien soin d'en faire de petites boulettes végétales du bout de ses griffes afin d'éviter d'entrer en contact direct avec le poison et les plaça dans un petit bout de tissu. Celà étant fait, il ajouta la noix de muscade qu'il avait réduite en poudre dans un des pots qu'il fit chauffer encore et encore, le mélangeant de temps à autre jusqu'à ce que plus aucun résidu de muscade ne reste visible, le seul indice permettant d'en discerner la présence étant la couleur légèrement marron du liquide dont il laissa tomber une goutte sur le bout d'une de ses griffes avant de descendre dans la partie commune de l'auberge, il se devait de tester son nouveau jouet après tout.

La salle de l'auberge était assez bondée et, bien que la nouvelle des bandits avoisinants s'était répandue, personne ne semblait la prendre réellement au sérieux. L'hybride en profita néanmoins pour tester son poison de la manière la plus représentative possible, c'est à dire en l'utilisant directement sur un être humain. Il prit place sur une chaise libre proche du comptoir et observa un long moment les gens qui allaient et venaient, cherchant la cible idéale. Il lui fallait un être bâtit dans du granite pur si il voulait voir si son poison était réellement efficace ce qui ne se fît pas attendre, une espèce de montagne de muscles se présenta face à l'aubergiste, il faisait un peu plus de deux mètres et deux hommes pouvaient facilement se cacher derrière lui sans jamais être vu. Fënrir se leva discrètement de sa chaise et se glissa derrière lui, écorchant légèrement son bras au passage du bout de son doigt, tellement légèrement que l'homme ne le remarqua même pas alors qu'un fin filet de sang avait commencé à couler. L'hybride continua sa route comme si de rien n'était, attrapant une chope au passage et allant s'asseoir dans un coin, observant avec des yeux avides si sont oeuvre fonctionnerait ou pas.

Il ne fallut pas attendre longtemps pour que les premiers signes ne soient visibles, après à peine quelques minutes, la montagne commençait déjà à se gratter nerveusement autour de la plaie qu'avait ouverte Fënrir, quelques instant encore et de grosses gouttes de sueur perlaient sur son front, les grattements se faisant de plus en plus fort, élargissant la plaie par la même occasion. Cependant, le meilleur restait pour la fin, à peine l'homme eût réalisé que son bras avait commencé à saigner abondamment qu'il fût pris d'une crise d'hallucinations suivie de spasmes incontrôlés de la partie touchée par le poison suivie par une immobilisation complète.
Alors que toute l'auberge était en ébullition face à la folie de l'homme qui venait de s'auto-mutiler le bras, Fënrir n'avait pas bougé, un grand sourire couvrait même son visage, il était prêt.
Revenir en haut Aller en bas



leviathadetiner

avatar

Féminin Nombre de messages : 8
Style de combat : Furtif sous forme humaine / Violent sous forme dragonienne


MessageSujet: Re: Une présence dérangeante ( PV Levi )   Dim 19 Mar - 20:05

Son souffle formait de la buée dans l'air et plus il montait, plus il se disloquait. Lévia était agenouillée dans l'herbe haute qui lui arrivait aux mollets, cachée par le voile d'encre du ciel. Elle perdait le fil de ses pensées en même temps que l'air froid faisait onduler les arbres majestueux s'élevant à ses côtés.
Derrière elle se trouvait la forêt, intense et sombre. Devant elle, il y avait aussi la forêt, mais s'étendait encore plus loin, un haut mur de plusieurs mètres de longueur, entourant le village qu'elle cherchait : Docade. Une lueur chaude émanait encore plus loin en avant, là où les vestiges humains avaient laissé des traces.  

Le repère des bandits.

Ils s'étaient installés dans une vieille maison qui grinçait, abandonnée par tous mais qui faisait encore partie officiellement de la minuscule ville. On entendait des rires gras, des sons de verre brisés, les cris plaintifs des prisonniers et les chants barbares et paillards des bandits.
Ils avaient tout du parfait stéréotype de la raclure des routes. De la racaille en tous genres et où le chef avait gagné sa place à la force de ses poings, et non de sa cervelle. Il n'allait pas être facile de s'en débarrasser mais si elle réfléchissait bien, l'hybride trouverait un moyen de contourner ce problème.
Un moyen même très simple, qui était toujours très utile dans ce genre de moments.

Elle s'avança puis grimpa lestement à un arbre à l'aide des branches qui partaient en tous sens. Elle prit appui sur le tronc et s'élança sur le muret. Elle atterrit, tel un chat, sur le minuscule espace qui lui permettait de garder son équilibre, silencieusement, et arma son courage en sautant à terre, de l'autre côté.
Aucun changement était percevable du côté des brigands et à pas feutrés, Lévia contourna la maison pour se diriger vers l'étable à côté de l'édifice.
La mercenaire jeta un coup d'œil vers l'entrée et ne détecta qu'un seul garde. Elle passa sa langue sur ses lèvres déjà gercées pour les humecter et s'approcha à pas de loups de sa proie.
Ce dernier grelottait, marmonnant dans sa barbe qu'il n'aurait pas dû sortir le trèfle tout de suite, continuant sa litanie monotone sur le même ton.  
Lévia survint derrière lui et entoura son cou de ses bras. Elle serra si fort qu'on l'entendit gargouiller, tenter d'aspirer l'air à grandes goulées, de hurler à l'aide.

"Chht, chht, tu vas alerter les autres." murmura-t-elle tout en serrant encore plus fort, tandis que les mains du bonhomme cherchait à agripper un point n'importe lequel, qui assurerait sa survie.

Au bout d'un moment qu'elle n'aurait su déterminer, elle sentit l'ultime tressaillement et le corps de l'homme devenir très lourd alors qu'il glissait à terre tel une poupée de chiffon. Lévia frissonna tout en l'empoignant par les aisselles et le traina sous l'étable où les chevaux piaffaient, réveillés par les mouvements. Elle cacha le corps sous des ballots de paille et entreprit d'ouvrir toutes les portes des enclos pour que les poneys puissent s'en aller.

"Allez, tchh, cassez-vous !"

Elle tapa la croupe d'un cheval retardataire qui bondit en avant, comme frappé par la foudre et Léviatha soupira. Les hennissements incessants avaient causé de l'agitation parmi les bandits et il ne fallait pas perdre plus de temps.
Elle inspira longuement l'air froid de la nuit et quelque chose changea. L'air ambiant devint irrespirable pour un humain et devint fournaise aux alentours de l'hybride. Le ventre de cette dernière irradiait d'une lueur vive, comme le feu. Elle inspira encore plus et recracha un filet de flammes, tout droit sorties des enfers.

Alertés par la vive lueur qui embrasait le ciel, les bandits sortirent dans la rue et les flammes qui léchaient l'étable se reflétèrent dans leurs yeux apeurés. Certains hurlaient des ordres, d'autres s'enfuyaient en courant, tentant vainement de rattraper les chevaux déjà loin. Lévia quant à elle, s'immisçait dans la bâtisse abandonnée et coupait les liens des otages, semant sur son passage, des cendres encore vives.

Elle était sur le point de sortir, en faisant signe aux évadés, lorsqu'elle fut arrêtée par trois hommes. Ils se tenaient face à elle, épée ou gourdin au poing, l'air menaçant.

"Tu t'en tireras pas comme ça, ma jolie." grinça l'un, semblant être le chef. "Attrapez-là !"

Lévia sentit d'abord la peur lui nouer les entrailles puis des mains puissantes lui saisirent la nuque, les cheveux ainsi que les bras, qu'ils tinrent fermement dans son dos, de manière à ce qu'elle souffre le plus possible sans pour autant les casser.
Elle hurla, cria, tempêta, se débattit comme une bête qu'on arrachait à son territoire, comme une louve à qui l'on tuait les petits. Mais elle ne voulait pas se transformer. La bête rugissait dans son ventre, renâclait, mais elle tenait bon, elle ne la laissait pas sortir et tuer tout le monde. Il fallait qu'elle la dompte, que les prisonniers lui viennent en aide. Mais tout ce dont elle fut capable de faire, c'est de hurler comme si le diable lui même allait fuir à l'entente de ce cri.

_________________
Léviatha Detinèr
Revenir en haut Aller en bas



Fënrir O'Grimär

avatar

Masculin Nombre de messages : 42
Style de combat : Fourbe


MessageSujet: Re: Une présence dérangeante ( PV Levi )   Mer 26 Avr - 0:20

Le jeune homme, d'apparence tout du moins, s'était mis en chemin dès que ses préparatifs furent terminés mais ne s'attendait absolument pas à ce que ce soit eux qui viennent à lui.
En effet, alors qu'il approchait de la petite maison délabrée où avaient élu domicile les gredins, il vit quelques hommes courir dans sa direction, à la fois paniqué et interloqué par quelque chose ou quelqu'un. Il se plaqua alors sur le sol et, à la manière d'un serpent, se replia sur lui-même, concentrant toute sa force dans ses jambes et, à la manière d'un prédateur en colère, gratta le sol de ses griffes avant de sauter sur le premier homme qui passa à sa portée, plantant ses dix doigts pointus dans sa gorge, arrachant tout ce qui pouvait l'être au passage.
L'action avait eû pour effet d'arrêter net dans leur course tout les autres bandits qui étaient proches de lui qui le regardaient à présent avec des yeux mauvais, la panique passée. L'hybride n'en démordit pas, il était là pour ça après tout, il se contenta d'enfoncer sa main dans sa poche pour en sortir l'un des nombreux flacons qu'elle contenait pour s'en recouvrir les mains, ses premiers opposant déjà presque à sa portée.

Quatres hommes entouraient à présent l'hybride, quelques autres n'étaient pas si loin mais ne semblaient porter aucune attention au combat, comme si quelque chose d'autre les occupaient. Toujours étant que Fënrir savait profiter des occasions qu'on lui donnait, si ils ne voulaient pas se battre, ils mourraient plus tard, une sorte de récompense peut-être ? Il en profita donc pour attraper le bandit le plus proche de lui par le crâne, recouvrant complètement ses yeux de sa paume tout en sifflant lentement, à rythme régulier mais de plus en plus fort. L'homme ainsi attrapé resta immobile un moment, interloqué par l'action étrange de l'elfe démoniaque et ce jusqu'à ce qu'il commença à sentir une forte sensation de brûlure sur ses paupières, le forçant à reculer de quelques pas avant de s'effondrer sur le sol, les mains sur le visage tout en se tordant de douleur.

" Petit cadeau de ma part, tu vas voir c'est assez douloureux au début mais une fois que les yeux sont totalement brûlés on ne sent plus rien....
Bon on ne voit plus rien aussi mais c'est un détail non ?


Un peu trop préoccupé par son petit cinéma, l'hybride fût pris d'un violent coup de masse dans les côtes, ce qui provoqua un craquement sourd qui résonna à travers la forêt avant de laisser place au silence. Fënrir tomba à genoux presque instantanément, le souffle coupé par le choc qu'il venait de recevoir alors que son agresseur se retrouvait affublé d'un sourire narquois sur le visage. Le sang de l'elfe ne fît qu'un tour car si il y a bien une chose qu'il détestait c'est être pris de haut par qui que ce soit. De nouveaux craquements se firent alors entendre, beaucoup plus fort cette fois et tous en provenance du cornu qui se tordait à présent sur le sol, grognant tel un animal sur le point d'attaquer alors qu'une paire d'ailes osseuse aux membranes translucides sortait à présent de son dos, deux grandes traces de sang tombantes de leur point de sortie.
Les vêtements qui recouvraient le haut de l'hybride avaient disparus, déchiquetés lors de l'opération, seul restait sa ceinture remplie de poches en tout genre où se trouvaient ses fioles.

Je déteste devoir sortir mes ailes, ça fait un mal de chien vous savez ? Et puis très peu de gens les ont vues, ou du moins sont encore en vie pour savoir que j'en ai, sans rancunes j'espère ?

Il claqua alors violemment sa langue avant de tourner sur lui-même et de tendre ses bras en directions de deux des trois hommes restants, laissant sur le fait les deux serpents qui se trouvaient enroulés sur les cornes de ses bras bondir dans leur direction avant de s'enrouler autour de leur coup, les privant ainsi d'oxygènes alors qu'ils se débattaient en essayant, en vain, de déserrer la prise des deux reptiles de leurs pauvres mains. Le dernier homme faisait toujours face à Fënrir mais tout signe de satisfaction avait disparu de son visage, la peur s'y lisait même alors que la lumière qui se reflétait sur son visage était à présent brouillée par son passage au travers des membranes des ailes de l'hybride. Il tenta de faire volte-face et de courir mais il n'en eut jamais l'occasion, une longue dague tout aussi noire et rougeâtre que les cornes de l'elfe démoniaque venait de le transpercer.

Respire un grand coup gamin, ça va piquer un peu au début mais plus le temps va passer, plus tu vas te sentir bien, tu vas fermer les yeux et tu seras libre.

Il retira alors violemment sa dague du torse de l'homme avant de la ranger, laissant le bandit seul face à sa mort alors qu'il reprenait son chemin vers la maison d'où se dégageait à présent un épais nuage de fumée, ses deux serpents retournés à leurs postes.

Il tua  rapidement tout les bandis qu'il croisa, c'était si simple d'achever une proie qui se débattait déjà pour sa survie, une simple attaque rapide suffisait, laissant les victimes agoniser, le visage stupéfait.
Fënrir finit donc par arriver, enfin, face à l'entrée de la maison d'où sortaient des dizaines de mercenaires alarmés. L'étable où étaient supposés se trouver leurs chevaux  était en proie au flammes alors que ses principaux occupants s'en allaient, galopant un peu partout, leur liberté retrouvée.
Il ne fallut pas longtemps à l'hybride pour comprendre que tout ceci n'avait rien de fortuit, quelqu'un avait manigancé tout ça et, bien entendu, ce n'était pas lui, quelqu'un d'autre était donc sur la piste des bandits.

Alors qu'il s'attardait pour réfléchir, un cris perçant transperça l'animation générale due aux flammes et le ramena à la réalité. Il provenait de l'intérieur de la bâtisse, un otage peut-être ? L'hybride s'élança à travers le ciel, ses ailes déployées avant de hurler tel le loup qu'il fût et qu'il était, un hurlement sordide et pourtant clair qui fût bientôt suivit par d'autres, plus ou moins proches de lui alors que la forêt résonnait à présent des grognements d'une meute de loup en colère.

Il posa ensuite pied à terre et pénétra à grandes enjambées dans la maison où une jeune femme, sans doute celle ayant poussé le cris précédemment entendu par l'hybride, était actuellement maintenue par 3 hommes qui ne semblaient pas être prédisposés à la laisser s'en aller. L'elfe démoniaque tomba à quatre pattes, un grognement sinistre s'élevant de sa gorge ce qui attira l'attention des bandits qui se tournèrent dans sa direction. Il bondit sur le premier, s'appuyant contre son tronc tout en le lacérant au passage de ses griffes avant de l'expulser puissamment de ses deux jambes, forçant les deux autres à reculer par la même occasion.

Si ces messieurs avaient l'amabilité de laisser cette jeune demoiselle tranquille, je leur en serais fort gré, sans quoi je me verrais obliger de les tuer de manière relativement douloureuse.
Revenir en haut Aller en bas



leviathadetiner

avatar

Féminin Nombre de messages : 8
Style de combat : Furtif sous forme humaine / Violent sous forme dragonienne


MessageSujet: Re: Une présence dérangeante ( PV Levi )   Sam 27 Mai - 16:16

Les flammes commençaient doucement à venir lécher les murs de la bâtisse qui retenait maintenant les trois bandits, la mercenaire et le nouveau venu. Léviatha grogna en sentant la fumée s'insinuer dans ses poumons.
Elle n'avait rien pu faire car la poigne terrorisée des brigands s'était faite beaucoup plus forte, maintenant que la mort de l'un d'eux rôdait dans les recoins. Mais elle allait leur faire payer l'affront qu'ils avaient osé commettre. On ne s'attaquait pas impunément à la mercenaire, surtout lorsqu'elle était la chasseuse.
Ils étaient perdus, c'était le moment parfait pour riposter.

L'hybride dégagea ses bras -un craquement sonore s'éleva du droit, ainsi qu'une douleur aiguë- et s'empara du col du premier homme à lui faire face. Elle le souleva de terre, poussant un cri féroce, et le jeta de toutes ses forces par-dessus sa tête. Celui-ci vint s'écraser contre le mur et toute couleur s'échappa de son visage tandis que son dernier souffle s'évaporait à son tour. Des débris de pierre et de bois vinrent le recouvrir tandis que la mercenaire se tournait vers l'autre bandit, une rage folle animant ses mouvements, et se jetait sur l'épée qu'il levait à son encontre, comme s'il pensait que ce misérable morceau de ferraille allait réussir à le sauver. Elle empoigna l'arme de sa main valide et la retourna dans le ventre de son propriétaire, lacérant l'estomac et les organes vitaux. Un flot de sang ainsi qu'un borborygme rauque s'échappèrent des lèvres entrouvertes de l'homme et il s'effondra au sol.

Léviatha se tint devant lui, le regard dur et la poitrine se soulevant à intervalles irréguliers, sa gorge brûlante. Il s'en était fallu d'un cheveu qu'elle laisse sortir le dragon en elle.
Mais maintenant qu'elle avait tué ces deux humains et que l'adrénaline retombait aussi vite qu'elle était arrivée, elle sentait tous ses muscles endoloris, son bras meurtri qui pendait lamentablement le long de son corps, l'odeur nauséabonde de viande grillée et de charogne qui envahissait l'atmosphère.

La jeune femme se tourna vers l'homme qui avait intervenu. Mais pouvait-on vraiment appeler la chose qui lui faisait face, un homme ? À la lueur des flammes, son physique se révélait aussi inquiétant que l'aura qui l'entourait. Des ailes aux membranes translucides s'échappaient de ses vêtements déchirés tandis que sa peau pâle était parsemée de cornes rougeâtres. Un frisson naquit dans la nuque de Lévia mais elle détourna son regard. Elle connaissait le sentiment d'être différente des autres, alors elle ne voulait pas qu'il le ressente en ce moment, surtout après l'avoir aidée.

Sans rien dire, elle déblaya rapidement les débris qui avaient recouvert son épée qu'elle avait faite tomber et la noua rapidement à sa ceinture. Ses cheveux avaient fini par être détachés lors de l'action, mais elle ne s'en rendait compte que maintenant. Elle se tourna à nouveau vers l'hybride, elle avait compris qui il était et le dévisagea outrageusement.

"Merci." déclara-t-elle simplement en se dirigeant vers la sortie.

Son travail était fait, le problème de la récompense restait encore à débattre. Ça ne la dérangeait pas énormément de partager, surtout qu'il l'avait grandement aidée, mais qu'en était-il de ce que lui pensait ?

Arrivée dehors, Lévia put enfin souffler. Les flammes formaient maintenant un immense barrage entre la forêt et elle et l'étable était maintenant presque entièrement consumé. Il n'en restait que quelques bouts de bois disséminés çà et là mais surtout des cendres encore brûlantes.
L'hybride arracha la manche de ses vêtements avec un grognement sourd et palpa son bras endolori. Un gros hématome se formait au niveau du coude, si elle ne s'en occupait pas rapidement, elle pourrait vite perdre l'usage de ses capacités physiques. Elle s'assit alors à même le sol sans faire attention à rien et avec le tissu qu'elle avait arraché, put en faire une écharpe qu'elle noua difficilement autour de son cou. Elle inspira ensuite longuement et plia son coude droit grâce à son autre main. Une légère fumée noire s'échappa des narines de la dragonne tandis qu'une souffrance vive imprégnait ses traits et que la sueur dégoulinait le long de son front. Elle plaça son membre blessé dans l'écharpe et s'épousseta le visage. Elle releva le menton et observa le lieu où elle était, se demandant si son sauveur avait décidé de la suivre ou non.
Elle espérait qu'il soit là.

_________________
Léviatha Detinèr
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une présence dérangeante ( PV Levi )   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une présence dérangeante ( PV Levi )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Claude Levi-Strauss et les musulmans , voici des extraits du livre de
» Qui dort dine ? Levi
» Levi Ackerman
» (M/LIBRE) LEVI MILLER
» Floride//Caroline



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Royaume Humain :: Dans la campagne-