Partagez | 
 

 Fiche d'Alleria [validé]


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Alleria



Féminin Nombre de messages : 63

MessageSujet: Fiche d'Alleria [validé]   Mar 30 Aoû - 15:31

Prénom ou surnom* : Alleria
Nom : Inconnu
Sexe : Femelle, ça, ça n'a jamais changé
Âge  * : Environ 250ans
Peuple *: Hybride mi-dragon, mi-elfe
Alignement : Compte sur elle-même
Métier et/ou rang *: Aventurière
Votre arme : Les griffes, les crocs, etc... l'arsenal du dragon respectable et sinon, un long bâton taillé, robuste et gravé d'arabesques. Et les cartes de tarot, ça compte?

Physique * : Posez votre regard sur elle et dites ce que vous voyez. Une jeune femme? Quelle observation perspicace! Si cela est tout ce que vous pouvez déduire, laissez moi donc compléter sa propre description. Pour vous faciliter l’assimilation de ces connaissances visuelles, débutons par le plus évident: son visage. En ovale comme la plupart des femmes, il lui semble être d'une banalité profonde mais les hommes semblent l'apprécier donc, la demoiselle n'exprime aucune plainte à ce niveau là. Au dessus de son nez se trouve le reflet de son âme bien cachée derrière deux yeux en amande, et dont l'iris change à l'envie.
Passons. Juste en dessous de son nez, se trouvent ses lèvres pulpeuses derrière lesquelles se trouvent des canines bien trop pointues pour une humaine ordinaire. Et enfin, je finis cette description de son visage par sa chevelure, blanche la majeur partie du temps, dans laquelle se cachent des oreilles d'elfe. Que dire de plus? Ah oui, remarquer les deux cornes blanches sur son crâne n'est guère compliqué. Jusqu'ici, elle n'a jamais réussi à les faire disparaître mais cela ne semble pas la déranger.

Le reste de son corps désormais...il n'y a pas de quoi épiloguer pendant des lustres. Niveau taille, la semi-dragonne est légèrement plus petite que la moyenne elfique. À moins que ce ne soit de la moyenne humaine? Bref, Alleria frôle les un mètre soixante-huit, pensez ce qu'il vous plaira. Son corps svelte fut forgé par la vie sauvage sans perdre ses courbes et cache, malgré les apparences, une ossature bien robuste. Petit héritage de sa part dragon. Et même sous apparence humaine, sa peau claire conserve quelques plaques d'écailles blanches sur diverses parties de son corps ainsi qu'une fine queue de dragon pour compléter le tableau. Si la demoiselle avait eu des ailes dans une vie antérieur, elles ont disparu au cours des opérations.

Tiens, parlons de sa forme dragon. Rien de bien impressionnant au vu des standards de la race, c'est évident. En même temps, est-ce réellement étonnant pour un demi-dragon? Comptez environ une dizaine de mètres de hauteur pour à peu près la même chose en longueur et les ailes qui vont avec. Pour la couleur de ses écailles, le blanc prime sur les autres couleurs même si ces dernières lui sont accessibles. Dragon quadrupède, ses membres postérieurs rendent cependant capable une posture sur deux pattes.  

Spoiler:
 

Caractère* : Par quoi commencer? Par où débuter? Prenons le plus flagrant, ce petit air enfantin qui anime son visage, dans son regard est transcrit par un éclat particulier! D'un naturel jovial, la demoiselle aimerait connaître le monde entier, sait se montrer curieuse de tout et de n'importe quoi! Du vulgaire clochard rodant dans les ruelles au marchand du coin, de l'ingénierie fabuleuse à la plus simple des babioles, elle s'émerveille comme si elle redécouvrait tout autour d'elle. Rien de bien surprenant de la part d'une ancienne prisonnière.
Notre demoiselle est une rêveuse. Un oeil rivé vers le ciel portant milles rêves, fantaisie, chimère, vision folles machinations, tout se cache dans les cieux! Qu'il est bon de rêver à nouveau ! Parfois même d'ailleurs, se mêlent insidieusement entre les nuages, quelques relents d'une vie passée, qu'elle observe sans vraiment comprendre, sans jamais vraiment se souvenir. Mais cela lui importe peu finalement, même si la curiosité est là. La mémoire reviendra si elle doit revenir et si le passé lui échappe encore et toujours, alors elle en construira un nouveau dans le présent. Rien de plus simple.

Puis il y a ses pulsions. Des pulsions dues à un cœur draconique contenues dans un écrin de nonchalance. Des pulsions qui ne demandent qu'à s'exprimer sous sa forme la plus élémentaire : la violence. Que ce soit sous forme physique ou verbal, la demoiselle ne parvient toujours les contenir. Des remords? Parfois, en fonction du ressentis vis à vis de la personne tuée.
Pour finir, Alleria est faîte du même bois de ceux qui se sentent partout chez eux. Que ce soit en ville ou au fin fond d'une vallée sauvage, d'une forêt, d'un village, elle se sentira chez elle. N'ayant de peuple envers qui se tourner, la notion d'allégeance lui reste mal connu.

Histoire * : Je sais ce que vous allez dire : un être mi-dragon mi-bipède, quelle étrange mélange ! Comment cela à-t-il pu arriver ? Est-ce qu'un homme aurait osé tâter de la dragonne ? Ou était-ce l'inverse ? Pas vraiment non. En réalité, je suis née humaine -ou elfe je ne sais plus- strictement dépourvue d'écailles, cornes, et autres attributs du dragon classique. Je dois cela à la main démente d'un homme atteint d'un bon gros complexe de dieu. Mais ça, c'est mon avis personnel, vous n'êtes pas obligé d'en tenir compte. Enfin, venons-en au fait: voulez-vous savoir comment c'est arrivé? Oui? Eh bien commençons.

Ma vie débuta au fin fond d'une cave, ou plutôt, d'une geôle. Vous savez, une de ces geôles terriblement sombres, humide, qui sentent bon la moisissure et la pourriture. Certes, j'aurais pu commencer mon histoire en disant que j'étais née au fin fond d'un patelin quelconque et être, qui sait, une gueuse promise à la terre, une fée aux origines royales, une noble humaine, une chasseuse ou autre mais hélas, je n'ai pratiquement aucun souvenir de mon existence d'avant la geôle. Tout juste quelques bribes d'un incendie, ce qui laisse supposer un incident avec des morts horribles ou bien une attaque de village avec des exécutions atroces. Au choix. Après, je crois me souvenir d'un marchand d'esclave, en truc dans le genre, mais ça reste extrêmement flou.
Laissons ces réjouissances pour en revenir à ma chère, humide et sombre geôle. Loin d'être la seule occupante des lieux, nous étions séparés à raison de un, voir deux cobayes par cellule. Nous ne pouvions guère nous apercevoir, à part le voisin d'en face au travers de petits barreaux, mais nous discutions de temps à autre. En même temps, nous ne pouvions pas faire grand chose là-dedans à part attendre la venue de notre geôlier: un « scientifique » dévoué à ses recherches. Son grand projet ? Créer des hybrides artificiels.

À ses yeux, nous étions précieux, des « élus » même, arguant qu'il nous avait choisit soigneusement pour nos qualités innées, -magique ou physique, on n'a jamais vraiment su- essentielles pour que l'hybridation s'accomplisse dans les meilleures conditions. Était-ce vrai ou n'était-ce qu'un mensonge éhonté pour faire passer la pilule ? Je l'ignorais et je l'ignore encore. Ce que je savais déjà en revanche, c'est que chaque sortie annonçait une perspective de souffrance et de déformation physique, et je vous assure que les premières fois l'on se découvre des écailles sont des expériences aussi douloureuses que traumatisantes. Puis, comme tout, on finit par s'y habituer. Plus les expérimentations avançaient, plus je constatais des petits changement comme : la couleur inconstante de mes iris, l'apparition de mes griffes et de mes cornes.
Au début, ces attributs draconiques ne restaient que peu de temps, quelques heures au plus, avant de perdurer des journées entières. Mais ce n'était pas suffisant pour lui. Quelque chose lui échappait. Quelque chose permettant de compléter l'hybridation, de la rendre permanente et aussi parfaite que dans la nature.

« J'y suis presque » répétait-il inlassablement, penché sur la table d'opération.

Chaque fois qu'il avait besoin de l'un d'entre nous, il descendait personnellement nous chercher dans sa cave frais et disponible. À chacune de ses descente, je retenais mon souffle, priant pour ne pas voir la porte s'ouvrir sur son sourire tordu et, lorsque son choix se portait sur un autre, je respirais enfin et priais pour le pauvre bougre. Réaction égoïste, je le sais. Mais lorsque c'était mon tour, alors je me forçais de ne pas trembler. Et là, habitude au non, ça fait toujours mal. Injections, opérations, etc... inutile de dire qu'il fallait être sacrément résistant pour survivre à ses expériences pourtant, il prenait soin de nous maintenir en vie, affaibli certes, mais en vie. Lorsque l'un d'entre nous succombait malencontreusement, que ce soit à la salle d'opération ou dans sa geôle, sa frustration résonnait bien fort tandis que nous, nous pleurions le disparu. Autant dire que ça arrivait assez régulièrement. Nous ne pleurions guère longtemps cela dit, la mort sonnait presque comme une libération. Libre de cette vie absurde par une mort absurde, telle une marionnette brisée entre les mains d'un fou.

Quel âge avais-je lorsque je fus enfermée ? Combien de temps étais-je restée là-dedans ? Une semaine ? Un mois ? Une année ? Une dizaine d'années ? Sans repères, la notion de temps s'évanouit rapidement, et les merveilles de la nature telle l'aurore florissante, ne persistent que sous la forme de vagues souvenirs. Hélas. Du fond de ma cellule, je passais mon temps à tenter de recouvrer une partie de ce que j'avais perdu, juste ne serait-ce que l'ombre d'un souvenir. En vain.
Aux questions du genre "Tu viens d'où?", "Ils étaient comment tes parents?" mais surtout à "Comment tu t'appelles ?", que répondre à part "j'en sais rien"?   Quoique je savais comment je m'appelais, ou du moins, je croyais le savoir. Était-ce mon nom ou celui d'une autre? Evidemment, dans le genre, mon cas était loin d'être unique parmi les damnés. Nos discussions portaient donc rarement sur le sujet pour des récits plus excitant tel que l'avancement de nos déformations physiques. D'après les dires, je faisais partie des plus chanceuses à ce niveau.

Les jours passaient au le rythme de notre routine étrange, dans cette langueur semblable à l'éternité. Or toute ère a une fin et celle-ci se termina de façon prévisible. Et oui, le scientifique réussit à s'approcher du divin... peu de temps, certes, mais reste qu'il parvint tout de même à ses fins. Je peux même me vanter d'avoir été sa première et dernière réussite en la matière! Seulement, la tournure des événements ne me revient guère. Je me souviens de lui ouvrant la porte de ma cellule avec enthousiasme, déblatérant au passage qu'il touchait au but. Je me souviens également de son excitation avant l'ultime test, et de moi, attachée sur cette maudite table entourée par des tonnes et des tonnes de bidules magiques, espérant que ce soit bref, voir même de crever.
L'homme dessine une figure géométrique autour la table, dispose soigneusement des cristaux, s'approche de moi avant, m'injecte une mixture avant psalmodier quelque chose d'incompréhensible. À peine avait-il finit sa première tirade, que quelque chose sembla réagir dans mon corps comme une pulsion, un rugissement. J'hurlai de douleur et arrachai mes attaches pourtant solides. Pendant ce temps là, il continuait à réciter ses formules, excité, tandis que je tombai, victime de spasmes. Puis plus rien, le noir total.

À mon réveil, je me trouvai au sommet d'une colline, hagarde à plus d'un titre. Non seulement je me réveillai en dehors de ma prison, mais en plus je me retrouvais au grand air, émerveillée par le paysage. Et cette sensation de liberté, cet air pur non vicié et ce vent... cette brise légère qui caressait ma joue: un pur régal! Je m'étonnais même de pouvoir voir des choses pourtant lointaines. Un grondement sourd en provenance de mon estomac vint rapidement perturber cet instant magique.
Le problème était simple: j'ignorais comment me nourrir. La chasse m'était inconnue et les quelques relents d'un passé ô combien révolu ne m'aidaient guère. Alors je me mis en marche en quête d'une chose à béqueter. Je me retiendrais de vous faire ici le récit "passionnant" de ma première chasse mais sachez que cela s'est conclu par un cuisant échec. Au lit sans manger donc.

Le lendemain, au cours de ma quête désespérée, je vis un sanglier. Ce dernier, au vu de la grande distance nous séparant, broutait paisiblement sans se douter de ma présence. Plus je l'observais, plus la faim m'obsédait, plus je ressentais comme des pulsions dans mon corps. Au bout d'un moment, je me lançai à l'assaut du pauvre animal. Son accueil fut brutal, il n'hésita pas un instant à me charger. Je l'esquivai de justesse et le chasseur devint le chassé. Je trébuchai sur une racine et c'est alors que la métamorphose eu lieu: d'"humaine" je passai à dragon et le sanglier devint ma proie. Naturellement, ne parvenant à coordonner mes mouvements, la bête parvint à s'échapper momentanément et lorsque ce problème fut pallié, la chasse reprit aussitôt. Bientôt mon estomac fut comblé par de la viande de sanglier. Puis je me suis rendue compte de ma situation.

C'est ainsi que commença une existence nouvelle en pleine nature, marquée par la découverte et la vie en milieu sauvage. N'étant rattachée à aucun territoire en particulier, je me suis mise à voyager au gré des vents, à croiser la route d'autres créatures, des dragons, des elfes, des humains, etc... Poussée par la curiosité, c'est ainsi qu'après la vie sauvage des débuts, je partis découvrir la vie urbaine. Je vous passerais le récit de toutes ces aventures, peut-être un autre jour qui sait.

Et donc, me voilà!

Pouvoirs liés à votre peuple : Vol et vision sur-développée

Capacités surhumaines ou pouvoirs magiques :

Camouflage: Un don qui me permet de changer la couleur de mes cheveux, yeux, cornes et écailles, mais curieusement pas de ma peau humaine... enfin techniquement si, mais dans les faits la variation est infime. De ce fait, je ne suis pas invisible, ni même indétectable. Il suffit que je perde ma concentration et hop, retour au blanc.

Aérokinésie: J'ignore depuis quand j'ai cette capacité. Est-ce un don ou le résultat d'une expérience? Aucune idée, je ne m'en suis aperçu qu'après ma libération car voyez-vous, ce n'est pas le genre de don à s'exprimer pleinement dans un lieu clôt. Il s'agit simplement d'une utilisation du vent afin de repousser les gens ou pour accélérer mon vol par exemple. Non, je ne peux pas trancher les gens avec, ni contrôler la furie d'une tornade.

Familier, animaux : Un phénix aux longues plumes, Ori de son petit nom. Il a commencé à me suivre de son propre chef après l'avoir sauvé de braconniers. Mis à part renaître de ses cendres, il n'a rien de particulier.

Spoiler:
 

Autres :

~~~~~~~~~~~~~~~~
D'où vient votre avatar ?
C'est une Ao Ra de Final Fantasy XIV, trouvée sur Pinterest.
Comment avez-vous découvert le forum?Ah-ha! Je l'ai trouvé via un top-site, me souviens plus lequel, mais ça fait un moment que je zieute les alentours.
A quelle fréquence comptez-vous rester sur le forum ? Aussi souvent que possible mais principalement le soir.[/b]


Dernière édition par Alleria le Ven 9 Sep - 11:22, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas



Subraya Druth

Fondatrice


Féminin Nombre de messages : 1177
Style de combat : Dragon bourrin

Haut-fait : Vieux d'la vieille

MessageSujet: Re: Fiche d'Alleria [validé]   Mer 31 Aoû - 18:42

Bienvenue et bon courage pour finir ta fiche ^^
Ton personnage à l'air passionnant :)
Revenir en haut Aller en bas



Alleria



Féminin Nombre de messages : 63

MessageSujet: Re: Fiche d'Alleria [validé]   Mar 6 Sep - 22:40

Merci beaucoup! ^^
Revenir en haut Aller en bas



Subraya Druth

Fondatrice


Féminin Nombre de messages : 1177
Style de combat : Dragon bourrin

Haut-fait : Vieux d'la vieille

MessageSujet: Re: Fiche d'Alleria [validé]   Sam 10 Sep - 13:37

ok validé ^^
Revenir en haut Aller en bas
 

Fiche d'Alleria [validé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fiche d'Alleria [validé]
» Sigrid, la fille de Bard [fiche validée]
» Bard the Bowman [fiche validée]
» Fiche technique de Lion Damon [ Validée ]
» [Validée]Fiche Technique de Krone Takeshi



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Préambule :: Personnages :: Fiches de perso acceptées-