Partagez | 
 

 Prédef Elfe/Fée


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Subraya Druth

Fondatrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 874
Style de combat : Dragon bourrin

Haut-fait : Vieux d'la vieille

MessageSujet: Prédef Elfe/Fée   Sam 16 Jan - 15:10

Ci dessous les différents personnages prédéfini Elfe/Fée. Si vous souhaitez prendre l'un des personnages, veuillez prévenir l'un des modérateurs ou bien moi même par mp.

Nombre de postes prédefs: 2

Femme:


Homme:


Dernière édition par Subraya Druth le Sam 4 Mar - 12:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Shrikan Tatsu

Conseillère en Machiavélisme
avatar

Féminin Nombre de messages : 190
Style de combat : Rapproché - sabre courts


MessageSujet: Re: Prédef Elfe/Fée   Sam 16 Jan - 16:03

Silma Telimec


Prénom ou surnom* :  Silma (vient de "silma : adj. argenté, d’un éclat blanc")
Nom :  Telimec (vient de "Telimectar : constellation, Orion")
Sexe : Mâle
Âge  * : Il vient de fêter ses 80 ans, un jeune adulte donc.
Peuple *: Elfes
Alignement : Fidèle à son peuple
Métier et/ou rang *: Soldat (si c'est possible puisque je ne l'ai pas vu dans les rangs proposés)

Votre arme : Un arc de bois blanc dont-il a lui-même orné le manche de quelques arabesques sculptées et une épée fine et relativement longue. C'est une épée de facture normale, juste légèrement gravée de formes spiralées à la base de la lame. La garde est simple et le fourreau également.

Physique * :
Silma est né avec des cheveux d'un blond si clair qu'ils paraissent argentés. Quant à ses yeux, ils sont d'un bleu profond. Il est gracile, un peu fin à vrai dire, ses épaules ne sont pas très largues, ses doigts sont un peu longs et les courbes de son visage sont douces.
Il porte généralement des tons bleus ou verts. Il aime que ses habits soient amples et souples, il déteste se sentir entravé dans ses mouvements. D'ailleurs son pantalon préféré est tellement vieux que sa couleur marron est délavée. De même pour ses chemises, elles sont toujours trop largues.
Son cou est orné d'une chaine d'un argent mat un peu longue à laquelle pend un pendentif de même couleur, représentant de feuille de façon abstraite. La plupart du temps, ce bijou est caché sous ses vêtements. Il porte également à anneau au bas de l'oreille gauche, relié à un autre plus petit sur le haut de l'oreille. Son habit de fonction est une armure de cuire légère.

Caractère* :
Silma est d'un naturel tranquille, et un peu idéaliste. Il préférera discuter pour tenter de résoudre un conflit calmement. Néanmoins, ne l'énervez pas trop, sous peine de recevoir des coups, notre cher elfe sait se battre et n'hésite pas à le faire s'il n'y a pas d'autres issues. Mais globalement, il est du genre à vouloir que tout le monde soit content. Il n'est ni spécialement extraverti, ni introverti. Il aime simplement passer du temps avec ses amis et sa famille, mais aussi parfois être un peu seul au milieu des arbres.
Chose peut-être un peu étrange pour un elfe, Silma est curieux. Pas seulement de l'histoire de son peuple mais aussi du monde en général. Il aime bien chercher des informations sur le monde dans les livres. Et il rêve souvent, le nez levé vers le ciel, il songe à toutes ces choses à découvrir de part le monde. Parfois, il aimerait partir, voyageait loin pour voir le monde de ses propres yeux. Surtout les dragons, Silma s'est pris de passion pour ces créatures le jour où il en a aperçu un survoler la forêt. Mais, paradoxe ambulant, il finit toujours par se dire qu'il est bien dans sa forêt. Mais un jour peut-être...
Silma s'entend parfois presque mieux avec les animaux qu'avec les bipèdes, la preuve flagrante est ce loup qui le suit partout (voire familier).
De ce fait, ses missions préférées sont celles de surveillance des frontières (dont peu veulent bien s'acquitter de bon cœur). En effet, il peut alors rêver au vaste monde, isolé au milieu des arbres et des animaux qui les occupent.



Histoire * :
Silma fait partie des gens moyens, ceux qui ne manquent de rien mais ne roulent pas non plus sur l'or. Né d'un père agriculteur et d'une mère couturière, Silma fut aussi formé aux bases de l'art délicat de l'herboristerie par sa tante (sœur de sa mère). Comme dit plus haut, Silma est curieux, de tout. Donc passer du temps avec son oncle (mari de la tante suscitée) forgeron, ou apprendre à travailler la terre avec son père l'intéresse autant que de broder avec sa mère. En résumé Silma touche à tout, mais n'approfondit rien.
Pourtant quand vint le temps de se choisir une carrière il surprit tout le monde. Puisqu'il touche à tout, et qu'il est habile de ses mains, sa famille et ses amis l'imaginaient artisan, artiste à la limite. Mais certainement pas militaire. Ce fut pourtant ce dernier choix que préféra Silma. Beaucoup de ses proches désapprouvèrent, son père encore plus car il le destinait à reprendre ses terres. Néanmoins, sa mère le soutient et Silma s'engagea. Les mauvaises langues disaient qu'il n'arriverait jamais à la fin de la formation, il était trop frêle, trop fragile. Mais Silma a l'habitude des moqueries depuis son plus jeune âge et encore une fois, il leur donna tort et parvint à devenir soldat.

Pouvoirs liés à votre peuple : Sens surdéveloppés (vue, ouïe), discrétion

Capacités surhumaines ou pouvoirs magiques : Aucun

Familier, animaux : (ce qui suit je ne sais pas trop si j'ai le droit de le faire sur ce forum, à vous de me le dire.)
Silma était encore un jeune elfe (une quinzaine d'années) quand, lors d'une escapade en forêt, il découvrit par hasard un louveteau abandonné et blessé. Etait-ce l'œuvre de braconniers ou d'une bête plus grosse ? Personne ne put jamais en être sûr. Quoi qu'il en soit, grâce à une bonne dose de patience et de tendresse, Silma calma la petite bête apeurée, la ramena chez lui et entreprit de la soigner, aidé par sa tante. L'elfe se prit d'affection pour la louve, et ce fut réciproque. Si bien que les deux grandirent ensemble. La louve reste autonome, disparaissant parfois plusieurs jours entre les arbres, mais elle n'est jamais bien loin de Silma et accourra toujours si celui-ci est en danger. Entre les deux, ce sont des liens d'amitié sincère qui se sont crées.
Donc  Silma a pour familier une louve d'un gris sombre, élancée et haute sur pattes du nom de Naulëin (vient de "naulë : nom hurlement de loup")

Autres : Rien à signaler

[b]~~~~~~~~~~~~~~~~

Ce personnage à été créer par quelqu'un qui ne l'a pas joué.

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Shrikan Tatsu

Conseillère en Machiavélisme
avatar

Féminin Nombre de messages : 190
Style de combat : Rapproché - sabre courts


MessageSujet: Re: Prédef Elfe/Fée   Sam 16 Jan - 16:04

Serel  Oth'Arur



Prénom : Serel
Nom : Oth'Arur
Âge :117 ans (environ équivalent à la quarantaine pour un humain)
Peuple: fée
Alignement : Selon les opportunités.
Métier : Soigneuse
Votre arme : Aucun

Physique :

Serel est plus petite que la moyenne, toute fine et a une manière de bouger qu'on pourrait qualifier de « timide » : comme si elle avait peur de faire bouger l'air à chaque mouvement. Cela lui donne un air fragile, comme une feuille morte : prête à s'envoler au moindre coup de vent et qui tomberait en miettes si on la serrait trop fort. Cet effet est accentué par sa petite voix.

Elle a une peau d'un blanc légèrement grisé qui l'oblige à se protéger très fortement du soleil sous peine de se prendre un énorme coup de soleil.
Elle a des petits yeux noir, un nez long et fin et une petite bouche ronde. Son visage ovale est encadré par sa douce chevelure blond platine.
Elle possède une paires d'ailes qui ne ressemblent pas à des ailes de papillons, elles ont une forme triangulaire (ça donne un peu l'impression d'ailes d'oiseaux, mais sans plumes et toutes plates). Elle sont colorées avec des rayures blanches et beiges, avec de légers reflets verts.

Serel est vêtu d'une robe de tissu verte, agrémentée d'une ceinture, de protège-poignets, de bottines et d'épaulettes en cuir. Elle trimballe partout avec elle un petit sac en tissu contenant des plantes rares.

Caractère :
Serel est comme le vent : une force de la nature invisible qui s'adapte sans problème à toutes les situations. Peut importe dans quelle situation elle se trouve, elle reste calme et sait toujours quoi faire.
En tant que soigneuse, elle est déjà allée sur des champs de batailles ; elle n'a jamais été blessée mais elle a déjà vu tout un tas de blessures plus ou moins grave. Elle n'est plus choquée par les atrocités qu'on peut voir dans les guerres.
La fée prend son métier à cœur, elle à prit la décision de soigner tous les malades et blessés qu'elle rencontrerait quel qu'en soit le prix. C'est sa motivation première.

Serel  discute avec les gens, elle est sociable et gentille, mais par moment elle est trop sérieuse, elle n'aime pas beaucoup faire la fête, elle ne boit jamais trop et elle est toujours maître de ses actes. Ce qu'il fait qu'elle peut laisser une impression désagréable sur certaines personnes (notamment les fêtards) et à certains moment. (Pour autant son côté je-sais-toujours-quoi-faire-je-suis-jamais-prise-au-dépourvu lui vaut l’admiration de pas mal de gens qui l'on vu en action dans un contexte difficile).

Serel ne se bat pas, jamais, ses armes sont ses mots. Elle est très douée pour trouver les arguments qui feront mouche et convaincre les gens. Et quand elle n'arrive pas à convaincre une personne et que cette personne lui fait obstacle, elle trouve une autre personne qu'elle convainc de l'aider pour contourner ou faire changer d'avis celui qui lui fait obstacle.

Histoire :
Les parents de Serel faisaient parties d'un groupe d'elfes chasseurs qui parcouraient les territoires sauvages pour chasser trolls, gobelins et autres monstres. Serel grandit avec eux, loin de la civilisation pendant une vingtaine d'année.
Un jour, alors que le groupe combattait un serpent géant, le père de Serel fut blessé mortellement. Emplie de rage, sa mère se jeta à corps perdu contre la bête et réussit à tuer le serpent géant pratiquement seule, seulement le coup de grâce qu'elle assena à la bête fut sa dernière action, une action suicide et la mère mourut peu après le père.
Après ça, Serel fut raccompagnée dans la forêt elfique, chez son  grand-père. Serel n'était jamais allée dans la forêt blanche jusque là, elle eut tout un tas de chose à apprendre en commençant par les convenances, elle était assez sauvage et ne savait pas trop comment se faire des amis.
Elle dut apprendre aussi la géographie, la politique et en fait à peu près tout ce qui concernait la Forêt Blanche et le peuples elfique. Là-bas, elle a rencontré un elfe soigneur qui voyageait à travers la forêt. Cet elfe, nommé Siron Neh'Riel impressionna beaucoup Serel, il paraissait sage et sûr de lui, il émanait de lui une aura, un charisme étrange auquel Serel était sensible.
La fée voulait devenir l'apprentie de Siron, seulement, elle était encore jeune, son grand-père ne la laissa pas partir. Elle dut attendre d'avoir la majorité avant de pouvoir suivre le soigneur. Comme le soigneur voyageait à travers la forêt, elle du d'abord le retrouver.
Ça lui prit 5 ans, au moins, maintenant elle connaissait toute la forêt. Cette forêt qu'elle n'avait pas pu voir quand elle était avec ses parents et qu'elle avait à peine pu voir chez son grand-père qui l'avait forcé à rester dans son village.
Le soigneur elfe accepta de la prendre comme élève. Serel passa 30 années avec Siron pour apprendre toutes ses techniques de guérison. C'était un mélange de techniques à base de plantes et de magie. A chaque maladie et à chaque blessure correspond un mélange de plante et une formule magique (sous forme de chanson).
Après avoir formé la fée, Siron décida de prendre sa retraite, et le voyageur se fixa dans une ville, alors que Serel, elle décida de continuer à voyager. Contrairement à l'elfe, elle décida de voyager sur tout le continent.

Capacités ou pouvoir :
pouvoir de peuple : vision sur-développée ; ouïe sur-développée ; discrétion absolu en milieu naturel.
Soigner quasiment toutes les blessures et maladies à condition d'avoir les bonnes plantes.


Familier, animaux : Un lapin blanc qui parle nommé Coel qui porte un ruban de soie bleu.
Elle l'a rencontré en parcourant le monde. Personne ne sait pourquoi il peut parler, même pas lui.
Il aide la fée à trouver des plantes.
De son côté, le lapin est bien content d'avoir une alliée à 2 pattes pour empêcher les gens affamés de le manger.

étoile  étoile étoile  étoile  étoile  étoile  étoile
Perso créer par Subraya.
Jamais joué.

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Shrikan Tatsu

Conseillère en Machiavélisme
avatar

Féminin Nombre de messages : 190
Style de combat : Rapproché - sabre courts


MessageSujet: Re: Prédef Elfe/Fée   Dim 5 Juin - 19:17


Prénom : Tullia
Nom : Estrama Von Raijer
Âge : 25 en apparence, 86 en réel
Peuple/race : Fée
Alignement : Fidèle à son peuple et adepte des bonnes valeurs.
Métier et/ou rang : Issue de la seconde branche de la famille royale elfique, faisant d'elle une princesse mineure. Son métier est pourtant Ranger, l'amenant à sortir fréquemment des terres des elfes pour chercher des informations ou effectuer quelques missions.
Votre arme (uniquement si vous êtes un combattant)  : Elle se débrouille bien avec deux épées courtes et un arc. L'apprentissage du combat étant indispensable vu son métier, elle est polyvalente, sachant utiliser la plupart des armes de base.

Physique : C’est une elfe tout ce qu’il y a de plus normal. Des oreilles pointues, un corps  fin et grand, une élégance et une beauté qui sied à sa race, quoi que la sienne soit une beauté un peu plus sauvage. Son teint est un peu moins pâle que la moyenne de sa race, en raison de ses fréquents vadrouillages et ses longues balades en dehors de la forêt. Ses cheveux sont longs et bruns, attachés par une large attache en bronze dans son dos. Elle a de grands yeux bleus, toujours vifs et malicieux. Un sourire franc est souvent présent sur son visage, et elle irradie de bonne humeur. Même quand elle se bat, c’est pour dire. Elle porte peu de robes, sauf quand il est nécessaire pour elle d'être en tenue officielle. Pour le reste, elle préfère des vêtements plus pratiques pour son métier. Des vêtements en cuirs, marron ou vert. Quand elle est en ville, elle porte un ensemble bleu qui lui sied bien, et profite de cette occasion pour porter quelques bijoux en bronze ou doré.

Caractère : C’est une elfe qui, malgré son âge, garde une bonne humeur et une curiosité très vive, digne d'une enfant. De bonne nature et appréciant apprendre et  découvrir le monde, elle n’en n’est pas pour autant idiote et naïve. Sa vivacité d’esprit et sa capacité à juger rapidement des situations en font une personne très adaptée pour le combat. Elle a une légère tendance à la malice, aimant se moquer gentiment des autres, ou moquer tout simplement ce qui lui parait absurde et stupide. Elle est d’une nature très loyale, honnête et noue facilement contact avec les autres. Elle peut être un peu bornée sur les bords, mais avec de bons arguments et de la patience, on peut la convaincre. D’ailleurs, la patience, elle n’en possède pas tant que ça. Elle est aussi légèrement lunatique, et prompt à réagir.

Elle possède un profond dégoût de l’injustice, et ne peut s’empêcher d’agir quand elle est face à une telle chose. Cela lui a valu d’ailleurs de nombreux problèmes. Elle aime aider les autres, leur sourire et leur contentement lui apportant un bonheur sans égal. Elle aime aussi manger de la bonne nourriture, boire, et jouer du luth. Elle n’aime pas le dénigrement racial ni l’esclavage, surtout envers les hybrides. Car elle ne voit pas pourquoi ils devraient être mal traités et tourmentés.
La plupart des gens la voit comme… une sorte de phénomène étrange. On a du mal à croire qu’elle est elfe, et encore moins d’une famille royale. Cependant, elle ne rebute pas non plus, tant ses manières son agréables et mettent à l’aise. Elle est même taquinée par les gens qu'elle apprécie, mais ses réactions vives sont toujours des plus amusantes. Certains ont essayé de la séduire, mais elle semble imperméable à tout sentiment amoureux. Elle peut avoir de l’affection, mais cela ne va jamais au-delà de l’amitié. Et personne ne sait vraiment pourquoi. Certains disent que c’est son cœur d’elfe qui est comme ça, et d’autres disent… que c’est juste elle. Elle aime les nuits de pleine lune s’asseoir dans un endroit dégagé, boire de l’eau de vie, et jouer du luth tout en chantant des chansons de chez elle. C’est un de ses petits plaisirs, un moment où elle est calme. Elle ne vénère pas la Lune, rien de cela. Juste que l’observer l’apaise.


Histoire:
Tullia est une fée qui est née dans un cadre social aisé. Deuxième fille de la seconde soeur du couple royal, elle fait partie de la branche secondaire de la royauté. Ce statut lui apporte certains avantages, sans pour autant qu'il y ait autant de restrictions que pour la famille royale principale. Elle a grandit  pendant les premières années de sa vie dans la capitale elfique, mais rapidement fut envoyée dans la région Nord de la Forêt Blanche, près de la lisière Dragaen. Son père en effet avait été muté dans cette région, pour y surveiller les activités des dragons. Ce n'était pas un calvaire pour elle, bien au contraire. Elle s'adapta très facilement à cette vie plus provinciale, et ne vit aucun inconvénient à vivre parmi une faune plus dangereuse. En fait, elle était attirée par ces bêtes. sa curiosité dépassant toute borne, elle était intrépide et semblait connaitre moins de patience et de calme que les autres enfants de son âge. Elle s'imaginait toujours une vie aventureuse, où une vie héroïque pleine de combats contre des démons et des êtres de l'ombre. Ses parents ne voyaient pas d'un très bon oeil au début tout cet enthousiasme et ce trop plein d'énergie. Ils tentèrent de lui inculquer l'étiquette dû à son rang, la grâce et le calme qu'elle devait incarner. Ils l'instruisirent, afin qu'elle soit polyvalente et accomplie. Mais de toutes les tâches qui puissent être calme, Tullia n'intégra que les cours sur l'histoire, la faune et la flore, ainsi que les cours de musique au luth. Pour le reste, elle se passionnait pour la stratégie, et les leçons d'armes. Jusqu'à ses 16 ans ils tentèrent de lui faire entendre raison, de lui montrer qu'il était mieux d'agir de manière plus sereine et sage. Mais quand elle finit par rivaliser aux armes avec des mâles de son âge, voir au dessus, ils finirent par abandonner l'idée qu'elle soit une princesse autant par le sang que par le comportement.

A partir de 16 ans, ses parents la laissèrent choisir sa propre voie, à condition qu'elle continue tout de même de faire attention à son éducation sur le monde et les bonnes manières basiques. Elle continua son entrainement martial, apprenant autant le combat avec des épées que l'utilisation de l'arc. Elle apprit quelques rudiments sur l'art médical, et se passionna aussi pour la chasse et la traque. On lui enseigna tout sur la forêt, la signification de la présence de certaines plantes, ou d'animaux. Elle apprit les différentes pistes à suivre, à écouter le vent et les arbres. Tullia se sentait revivre dans la vie sauvage, au point que plus le temps passait, et plus elle faisait de courtes visites au village où ses parents habitait. Et quand à la capitale... Elle ne voulait même pas en entendre parler ! Elle voulait de grands espaces, découvrir ce qu'il y avait au delà de leur territoire tranquille et paisible. Elle avait entendu parler des autres races, de leur civilisation et de leur comportement. Elle trouvait tout cela tout bonnement fascinant. L'une de ses connaissances, ou plutôt celle de son père, était un ranger qui sortait souvent de la forêt pour effectuer quelques missions en dehors de la Forêt Blanche. Et Tullia ne se faisait pas prier pour écouter ses histoires. A force, elle voulu l'accompagner, et le supplia maintes et maintes fois. Il refusa bien entendu, prétextant qu'elle n'était pas assez expérimenté et trop jeune. Une fois, il lui fit une blague en lui promettant que si elle arrivait à capturer un animal sauvage pour en faire sa monture, alors il l'amènerait avec elle. Fort bien.... elle le prit au mot.

Prenant son courage à deux mains, mais oubliant délibérément tout bon sens derrière elle, Tullia partit à la recherche de cette perle rare. Elle allait lui ramener cette bête, il allait voir ! Et fière comme elle était, elle allait pas ramener le pauvre petit cerf sauvage souvent utilisé, ou le cheval des plaines, ô non.... Quitte à relever un défi, autant le faire avec classe ! Elle voulait viser haut, revenir triomphante en choisissant un animal qui allait fermer le bec à cet elfe moqueur. Elle ne connaissait pas dans la forêt de bête sauvage qui puisse être à la fois impressionnante et monture. Les loups ? Trop petits pour être monté. des ours ? Non plus, trop bourru et maladroit. Elle réfléchit, et finit par faire son choix. Elle avait entendu parlé de la présence de félins cornus, presque aussi grands que des chevaux. Ils étaient dangereux, et vivaient en dehors du territoire elfique, entre la Forêt Blanche et les montagnes des dragons. En secret, elle prépara son voyage, alors qu'elle n'avait que 30 ans. C'était encore relativement jeune pour un elfe, et sortir ainsi seule du territoire était dangereux, surtout quand on a aucune expérience ! Mais bornée et tête brûlée qu'elle était, elle prit sa propre décision. Partant une nuit pour traverser la frontière, elle quitta sa terre natale pour se rendre en territoire sauvage et inconnu. Avait elle peur ? Pas du tout. Seule l'excitation la prenait aux tripes, et elle ne se lassait en rien de ces grands espaces vides.
La montagne prise pour cible n'était pas la porte à coté. De plus, elle devait faire vite. Bientôt on allait se mettre à sa recherche, et il fallait qu'elle brouille les pistes. Elle prit plus de temps à arriver à destination, faisant des détours pour passer par des rivières et noyer ses traces. Elle se nourrissait en utilisant ce que la nature voulait bien lui offrir, ne faisant pas la difficile. Quelques fois, elle rencontra les traces de caravanes. Méfiante, elle les évitait le plus possible, espérant que ce n'était pas des elfes à sa recherche. Au bout de quelques semaines de vadrouilles, elle arriva enfin à destination. Un flanc de montagnes moyennes, très boisées et possédant en son pied une plaine sèche et déserte. Elle avait entendu dire que les félins cornus vivaient dans la forêt montagnarde, mais parfois redescendaient dans la plaine pour trouver du gibier. Cependant, ils avaient leur petit en pleine montagne, dans les hauteurs. Là où il y avait peu de prédateurs, et l'accession était difficile. Tullia avait compris que si elle voulait un de ces félins comme monture, il lui faudrait le capturer étant petit, pour l'élever ensuite. Il était impossible de le faire avec un adulte, à moins d'une méthode digne d'un enchantement. Et Tullia ne voulait pas utiliser la magie. Elle voulait faire ça.... Dans les règles, si on peut dire. Elle gravit donc la montagne, et resta pendant un moment dans la forêt. Il fallait qu'elle trouve les bonnes pistes, et réussisse à trouver un de ces félins ayant des petits. Ensuite, il ne restait plus qu'à comprendre ses habitudes, prendre l'un des petits quand l'occasion se présente, et ... courir vite. Car elle ne doutait pas que la mère n'allait pas être très enchantée de voir l'un de ses petits manquant à l'appel. Déjà, rien que le fait de pouvoir prendre le petit serait surement un exploit. Elle en savait pas exactement quelle taille ils faisaient, ni même s'ils étaient violent dès leur jeunesse. Le calmer et l'empêcher de s'évader allait s'avérer être une priorité. Et survivre aussi, accessoirement.
Elle se mit au travail rapidement. Se fondant dans son environnement, elle attendit. Elle resta patiente, et apprit beaucoup sur cet environnement. Elle dû faire face au froid, au manque de gibier par moment, et à la façon aléatoire que le temps avait de changer. Il lui fallut presque trois semaines pour repérer un félin cornu. Quand elle le vit, elle tomba de suite sous le charme. Il était tout bonnement magnifique. Elle le suivit un moment, se rendit compte que c'était un mâle, et pour finir qu'il ne semblait pas être dans la fibre parentale. Dommage. Elle chercha encore d'autres traces, et tomba sur un autre. Plus petit, mais plus vif et agile, elle supposa que c'était une femelle. Et en la suivant.... Bingo. Elle avait finit par trouver ce qu'elle cherchait, une femelle avec une portée. Et cela lui avait pris un mois et demi. Et maintenant, il fallait agir vite. Elle n'aurait qu'une chance, et une seule. N'ayant pas vu les petits sortir avec la mère, ils ne devaient pas être encore assez grands, donc facilement transportable. Mais une fois à la nichée, il faudra agir de suite et s'en aller. Car si la mère sentait son odeur dans le nid, alors elle pourrait déplacer ses petits dans un endroit plus difficile d'accès. Déjà que c'était pas une mince affaire...
Quoi qu'il en soit, au moment où la femelle partait en chasse, elle alla vers le nid. Elle y trouva trois petits, aussi gros que des petites chiens. Ils avaient encore les yeux fermés, mais l'odeur de Tullia les avait alertés. Ramassés sur eux même, ils crachaient, méfiant. L'elfe sortit un grand tissu, et en prit un pour l'empaqueter dedans. Seule la tête dépassait, et elle avait eu du mal à le mettre dedans, celui ci se débattant un peu. Elle partit ensuite en vitesse, se dépêchant à partir du moment où le petit s'était mit à couiner. Maintenant, c'était course contre la montre. Elle descendit la montagne aussi vite qu'elle put, sans se retourner. Le petit couina pendant un moment, puis finit par s'arrêter, fatigué. Tullia ne s'arrêta pas, et si elle le faisait, ce n'était que pour boire et vérifier l'état du petit. Il allait bien, mais il fallait le nourrir. Trop petit pour manger de la viande, même découpée en petit morceau, Tullia du trouver rapidement un moyen de se procurer du lait. Et la chance lui sourit une fois de plus. Ayant quitté la montagne, elle croisa en chemin un berger gardant des chèvres. Allant le voir, celui ci étant surpris de la voir débarquer de nul part, elle lui acheta une chèvre qui comportait un chevreau. Elle embarqua la chèvre avec elle, prenant le chemin du retour. Le soir, elle tua le chevreau pour le manger, et le petit félin devint le petit de substitution de la chèvre. Ce ne fut pas facile au début, mais elle finit par s'y faire.

C'est donc triomphante, mais étrangement accompagnée, que Tullia revint au territoire elfique, après quatre mois de disparition. Elle eut de nombreuses remontrances, notamment de ses parents. Mais elle s'en fichait, car elle avait eu ce qu'elle voulait, et prouvé ce qu'elle voulait prouver. C'est d'ailleurs avec une tête des plus étonnée que l'ami de son père, celui qui l'avait moqué et défié, la vit arriver avec son trophée. Il soupira, mais du se résigner à la prendre sous son aile. Après tout, même si c'était pour rire, il avait promis. Il l'aida donc à élever le félin, qui se trouvait être une femelle, et lui apprit ce qu'il savait. Il la prit pour plusieurs missions en dehors du territoire elfique, ce qui fut une grande expérience pour elle.
Plusieurs décennies passèrent ainsi. Elle gagnait en expérience, mais plus le temps allait et plus elle semblait être attirée par les territoires étrangers. Elle préférait aussi travailler seule, ou plutôt juste avec sa monture. Celle ci eu d'ailleurs de petits, et mouru d'un bel âge. Tullia prit l'un des petits comme future monture. Un mâle qu'elle nomma Karleï. Tullia prit de plus en plus d'ampleur dans son travail, étant même chargée à un moment de retrouver l'assassin de la future reine. Appréciant celle ci, elle se fit un plaisir particulier à se mettre sur ses traces. Mais elle ne réussi cependant pas à le retrouver. Pas grave, une autre fois. Le temps passa, et bientôt il fut question du mariage de la princesse, au printemps. Bien que répugnant aux représentations officielles, Tullia était invitée, en tant que membre de la famille royale, et devait y assister. Revenir à la capitale... Quelle plaie....



Capacités ou pouvoir (2 max + pouvoirs de peuple) : Elle possède les même capacité que tout elfe. Ouïe et vue exacerbées, furtivité en milieux naturel (notamment forêt). Son métier l'a rendu aussi plus endurante et plus forte physiquement, bien que sa force pure ne peut pas être aussi forte que celle d'un nain ou d'un démon.

Elle possède le pouvoir d'invocation. Elle peut invoquer des créatures de la forêt qu'elle a rencontré, ou encore parfois des esprits de la faune. La taille de l'invocation et sa puissance sont en directe corrélation avec l'énergie demandée. Au mieux, elle peut invoquer un animal de la taille de sa monture, mais pour le moment aucun esprit.

Son deuxième pouvoir est celui de la télépathie. Elle peut entrer en contact avec l'esprit des gens, communiquer avec eux sur une certaines distance. Mais le plus pratique reste d'être capable de repérer des gens sur un périmètre allant jusqu'à 100m ! Attention en revanche, si elle ne fait pas attention et que l'autre personne touchée par son esprit possède le même genre de capacité, elle peut aussi se faire repérer lors de son sondage des lieux.

Bonus offert par Subraya Druth : invoquer l'esprit d'une taupe et un bracelet pouvant créer une boule de lumière.   étoile  Une carte permettant de trouver un donjon magique.   étoile  Un bracelet en cuir tressé avec une gemme qui change de couleur selon la magie qu'il y a près d'elle et qui s'illumine plus ou moins selon la puissance de celle-ci.

Familier, animaux : Elle possède un lynx cornu, nommé Karleï. Un peu plus petit qu'un cheval et moins rapide en vitesse de pointe, il se trouve être cependant très endurant et agile. Discret en forêt et bon chasseur, c'est un excellent compagnon de traque, tout comme pour l'attaque. Il est d'un caractère quelque peu colérique, possessif, mais étrangement est extrêmement doux avec les enfants.
Spoiler:
 


Autres :

~~~~~~~~~~~~~~~~
Ce personnage à déjà été joué sur le forum par Tullia qui souhaite le rendre disponible.
Voici l'histoire de son personnage :
Des bâtons dans les roues
La Quête du Temple Perdu
De nouvelles montagnes
Petit poucet perdu dans les bois...
évènement : le mariage de la reine Iselia Aël'tim (pnj) avec Caen Ehta'jar (pnj)
Le passé revient toujours nous hantée
Sur les traces d'un fugitif
Les secrets de la neige

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prédef Elfe/Fée   

Revenir en haut Aller en bas
 

Prédef Elfe/Fée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Arinos, elfe
» L’elfe de l’étang…
» Arya//Elfe [Libre]
» Gwendal LeGrand, Fils du guerrier elfe Otomaî Dûltan .
» Couleur de la cape de haut elfe



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Préambule :: Personnages :: Personnages prédéfinis-