Partagez | 
 

 Cherche cheval désespérément [pv : Bridgess Otterson]


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Saël Gal'Elveré

Noble déchu
avatar

Masculin Nombre de messages : 119
Style de combat : la fuite

Possessions magiques : Un livre insensible au passage du temps nommé « Histoire perdue du peuple elfique ».

MessageSujet: Cherche cheval désespérément [pv : Bridgess Otterson]   Jeu 14 Jan - 15:01

Quelques jours plus tôt :

J'étais dans un quartier Est de la capitale elfique. C'était un quartier calme et huppé, perché à mi-hauteur des arbres blancs. Les habitués du secteurs me regardez d'un œil  circonspect. Peut-être savaient-ils qui je suis et savait que je n'avais pas grand-chose à faire ici, si près des maisons nobles. Va savoir …
J'arrivais devant la plus grande maison du secteur. La maison de la famille Naar', occupée actuellement pas le grand Sirtior Naar'Nonn, noble administrateur chargée par la reine de transcrire et diffuser les lois.
Je toquait à la porte et demandais à être reçu. Après que le domestique m’ait fait attendre dans le petit salon, allant transmettre ma demande, il revint me dire qu'il me faudra attendre encore.
« Sieur Naar'Nonn est occupé, il ne pourra vous recevoir avant au moins une heure. Il espère que vous voudrez bien patienté jusque là. »

J'arrivais peut-être à l'improviste, mais j'étais persuadé que la vrai raison qui empêchait  Sirtior Naar'Nonn d'écouter ma requête, c'était par vengeance contre mon père disparu. Mais j'étais pas venu ici pour abandonné si vite. Je patientais donc.
C'est seulement un peu plus de 4 heures plus tard que Sirtior Naar'Nonn accepta de venir me parler. Il avait un air sévère et ennuyé, bien qu'il ne laissait pas paraître que c'était moi qui lui posait problème. Je me secouais un peu et fit mon plus beau sourire (faire « mon plus beau sourire », ma spécialité).
« Je vous remercie  d'avoir accepté de me recevoir, noble Sirtior Naar'Nonn dont la sagesse est connue de tous...
- laissez de côté les compliments, et dites-moi pourquoi est-ce que vous êtes venus me voir.
- Vous avez l'une des meilleurs bibliothèques de la Forêt, contenant certains des manuscrits les plus anciens du monde, des pièces uniques. Si votre excellence accepte, je souhaite consulter ces ouvrages. »
Sirtior considéra la requête.
« Si vous faites quelque chose pour moi, en échange, je vous laisserais accéder à ma bibliothèque. Voyez-vous, mon fils se mari bientôt et je souhaites lui offrir un cadeau assez exceptionnel. Un cheval parmi les plus beau et les plus rare, un frison.  Vous en avez déjà vu un ?
- Robe noire, tête haute et crinière ondulée ? J'en ai entendu parlé.
- Il n'y en a actuellement aucun dans la forêt blanche que je puisse me procurer. Il y en peu, et aucun n'est a vendre, croyez-moi. »
Sirtior eut un soupir, comme s'il avait vraiment essayer. Mais j'étais certain qu'il en rajoutait pour me compliquer la tâche. Je pense qu'il veux me tester. Sirtior continua à parler.
« Apportez m'en un et je vous laisse accéder à ma bibliothèque.
- Puisque je dois vous en achetez-un, il me faudra les fonds.
- Vous les aurez. »

Sirtior Naar'Nonn s'en alla, prétextant d'autres affaires en cours. Peu de temps après, je reçu une grande bourse pleine d'or de la part d'un des serviteurs, elle fut accompagnée des mots suivants : « Il va de soit que, si vous ne trouvez pas le frison, vous devrez rembourser l'argent ». Bien sûr ! Je suis un elfe honnête. Cette remarque été blessante. Je comprend pourquoi il ne me l'a pas dit en face.

Puis que Sirtior avait dit qu'il été impossible de trouver un frison dans la Forêt Blanche, pas la peine de chercher ici. Même si je pense qu'il est toujours possible d'en trouver un ici, si j'en trouvais un ici, Sirtior le saurez et ce n'était pas vraiment dans les termes du contrat.
Je décidais donc de prendre la direction du royaume humain. C'était les mieux placé pour élever des chevaux après les elfes.


Ce jour-là :


C'était le second haras que je visitais aujourd'hui. Perdu au milieu de la campagne, il n'avait pas été simple à trouver. Heureusement que j'avais eut les indications de la part des gens. Le berger avait dit    à la troisième colline, suivre les bruits de forge. J'aurai pas cru mais ça avait marché. Il y avait bien une forge juste à côté du haras. Étrange.
J'avançais donc vers le haras, en cherchant le propriétaire. Je passais devant la petite forge où un homme été en train de travailler un bout de fer, il venait juste de commencer, impossible à ce stade de deviner ce qu'il allait en faire. Je le saluais, il me demandais ce que je faisait dans le coin, Je répondu que j'espérais faire affaire et je continuais ma route.
Il y avait des prés, avec des chevaux dans les enclos, de différentes races, même si pour l'instant, je ne voyais pas LE genre de cheval qui m'intéresse. J'avançais vers les bâtiments et les habitations au bout du chemin. Il y avait une maison, mais je préférais me diriger vers les écuries. Elles étaient calme, avec le beau temps qu'il faisait les chevaux été aux champs. Je pensais qu'il n'y avait personne, mais en avançant je remarquais un enfant qui jouait.
Je m'avançais pour qu'il remarque que j'étais là.
« Bonjour,
-bonjour, dit-il d'un air étonné en se retournant.
- Excuse-moi de te déranger, je cherches celui qui dirige ce haras.
Il ouvrait de grand yeux alors je répétais.
- Tu sais où se trouve celui qui s'occupe des chevaux ?
- Grande sœur ?
Le propriétaire était donc une propriétaire.
- Oui, tu sais où elle est ? »
Le petit prit ces petits jouets dans ces mains, et avança vers l'arrière du bâtiment, jusqu'à ressortir de l'écurie.
Spoiler:
 

_________________
Pour vous servir. ...
Revenir en haut Aller en bas



Bridgess Otterson

avatar

Féminin Nombre de messages : 19
Style de combat : Flipette


MessageSujet: Re: Cherche cheval désespérément [pv : Bridgess Otterson]   Jeu 14 Jan - 16:17

La matinée était bien entamée et j'avais du travail. J'étais allée commandé des fers très spéciaux à mon frère. J'avais remarquée depuis peu un magnifique étalon qui venait par moment profiter de l'herbe fraîche et grasse des pâturages. Un cheval comme celui-ci coûtait une petite fortune et me permettrais d'acheter quelques pierres pour l'anniversaire de ma mère.
En sortant de la maison j’embrassai ma mère et les jumeaux, je fit un signe à mon père et partit avec mon cheval chercher le dit étalon. A cette heure-ci, l'animal devait brouter à l'ombre des chênes, c'est donc sur de moi que je partis le chercher la bête. Les secousses de ma monture faisaient claquer les cordes contre sa croupe, j'avais avec moi deux sacoches, des dagues pour me défendre et tous ce qu'il faut pour attraper un cheval. Je m'enfonçais dans les bois pour préparer le terrain et savoir où j'allais diriger cette bête puis je retournais sur mes pas.

Caché dans les hautes herbes j'attendais le bon moment. L'animal ne se doutait pas de ce qui allait lui arriver. Magnifique, il s'abreuvait près de la rivière. Sa longue crinière ondulée touchait presque le sol. Il était magnifique, mais pas dans le meilleur des états... D'autres dresseurs de chevaux moins respectueux que moi  devaient avoir essayé de l'attraper avant moi. L'animal était donc intelligent... Je m'approchais à nouveau, la bête leva la tête, les naseaux dilatés il cherchais d'où venais cette odeur déplaisante, MON odeur... Je ne bougeais plus, observant son attitude. L'animal poussai un hennissement strident avant de partir vers le nord. Sans perdre une seule seconde je rejoint ma monture qui broutait mollement un peu plus loin puis partit à sa poursuite au galop. L'animal était rapide, magnifique, ses muscles tendus montraient une force sauvage et violente, nous slalomions tous les trois entre les arbres jusqu'à ce que le frison se trouve acculé contre une falaise. Furieux, il poussa un nouveau hennissement de rage puis fit volte face. J'avais disparue de son champ de vision. Mais je ne l'avais pas perdu pour autant. Je plongeais discrètement ma main dans une de mes sacoches, sortant une sarbacane et une aiguille épaisse. Portant la petite arme à la bouche, j'attendais le bon moment, visant son encolure. Soufflant de toute mes forces (le sang de démon aide à avoir plus de forces) j'envoyais la fléchette droit sur l'animal, elle se planta directement dans sa peau, le faisant cabrer jusqu'à ce que le sédatif fasse effet. Il n'était pas assez puissant pour l'endormir, mais il le calma. Me permettant d'approcher la bête sans que celle-ci ne cherche à m'occire.

J'attachais une corde au cou de l'animal et le tira vers le haras. Il me suivait, mollement, sans vraiment comprendre ce qu'il lui arrivait. J'avais presque pitié de cette bête, je ne le laisserai sûrement pas entre les mains de n'importe qui. Un frison noir comme celui-ci devait être bien traité. Une fois à la maison, je fis entrer la bête dans le manège puis partis prendre le déjeuné le sourire aux lèvres. Dans la maison, j'embrassais mon père et mon frère, que je n'avais pas vue ce matin puis m'assis à table. Ma mère avait préparer un potage de légume avec du bœuf et de la purée pour les enfants. Nous mangions toujours à notre faim, les affaires marchaient bien chez nous. A la fin du repas, mon père sortit sa pipe en s'éloignant de la table. Ma mère et les deux petits débarrassèrent, mon frère partit pour la forge. Je sortis moi aussi ma pipe et partit en direction du manège qui se trouvais derrière l'écurie.

Le frison avait repris du poil de la bête, il se cabrais en poussant des hennissement furieux, le débourrer allait être difficile. Je soufflait un peu de fumer en souriant.
« Alors mon beau, prête pour une petite partie ? »
J'enjambais les barrière, pour m'y asseoir, admirant les derniers instants sauvage de cette bête sublime. Mon petit frère, Jesper tira sur ma tunique. Je me retournai avec grâce sur la barrière glissant mon regard du petit garçon à l'être qui l'accompagnait.
«C'est bon Jasper, tu peux y aller mon chéri, je m'occupe du monsi...dame... je m'occupe de notre invité.»  
J'embrassais son front avant de plonger mon regard vairons sur lui. Il semblait qu'il soit un elfe. Ou une fée... J'avais déjà vu des elfes, mais le sexe de celui-ci me pausait problème. Pourquoi portait-il tant de falbalas ?
« Que puis-je faire pour vous ? »
Ma voix était calme et posée, montant clairement que je n'étais pas impressionnée par son rang. Je portais une dernière fois ma pipe à mes lèvres avant de la tapoter contre le bois de la barrière don je n'était toujours pas descendue, le vent d'est se levant fit voler les dernière cendres.
« hum, profitez du soleil, demain il pleut. »
Je sautais sur mes pieds, me dressant de toute ma hauteur devant lui, impressionnante, je lui arrivais à la poitrine tout au plus, je rangeais ma pipe puis le fixa, déterminée à faire affaire. Le bruit de la forge se faisait plus insistant, mon père était de nouveau partie, et, à l'odeur qui commençait à couvrir le purin, ma mère préparais une tarte.
« donc, j'imagine que vous voulez le plus beau cheval pour le plus grand des hommes »

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Saël Gal'Elveré

Noble déchu
avatar

Masculin Nombre de messages : 119
Style de combat : la fuite

Possessions magiques : Un livre insensible au passage du temps nommé « Histoire perdue du peuple elfique ».

MessageSujet: Re: Cherche cheval désespérément [pv : Bridgess Otterson]   Jeu 14 Jan - 18:30

« Mes hommages, madame. Je me nomme Saël Dalitavor Gal'Elveré. Je suis en mission de la part de L'administrateur Sirtior Naar'Nonn, à la recherche d'un des cheval les plus rares. »
La jeune femme ne s'en laissait pas compter. Elle était toute frêle, mais la carrure ne compte pas en affaire. Elle s'était dressée devant moi d'un air déterminé.
« donc, j'imagine que vous voulez le plus beau cheval pour le plus grand des hommes »
J'avais l'impression qu'elle disait cette phrase comme si elle avait déjà conclu milles affaires du même type.
« Le plus beau cheval, pour un grand elfe » Corrigeais-je. Pour ce que j'en pensais, Sirtoir, n'était pas le plus grand. Et vu ce qu'il m'aimait, le superlatif serait de trop. Je n'allait pas complimenté un type comme lui.
Pour autant, je n'allais pas insulter mon commendataire non plus, ça aurait été mauvais pour les affaires. La jeune femme aurait eut vite fait d'augmenté les prix ou de me donner un cheval mal éduquer.
« J'ai des consignes très précise, je cherche un frison. J'ai pu voir que vous en posséder un. Pouvez-vous m'en dire plus sur lui ? En avez-vous d'autre ? »
Celui qui se trouvait dans l'enclos juste devant, je l'avais reconnu, il remplissait tout les caractéristiques que je connaissais : noir, beau, à la crinière ondulée. Je parti donc du principe que c'en été un. Je faisais peut-être une erreur, mais je ne voulais pas paraître pour un débutant.
Et celui-là, bien que beau, me semblait bizarre, il avait un air tendu ou je ne sais quoi. C'est pour ça que j'avais demandé s'il elle en avait d'autre.

J'étais venu pour un cheval rare, le genre de cheval dont on ne se sépare pas aisément. J'espérais que ce n'était pas le seul cheval rare qu'elle ai jamais eu. Sinon, les prix risquaient de monter très haut, valeur sentimentale oblige. Je tentait de me rassurer en me disant que, la jeune femme n'avais donné l'impression d'être habitué à ce genre d'affaire.

Spoiler:
 

_________________
Pour vous servir. ...
Revenir en haut Aller en bas



Bridgess Otterson

avatar

Féminin Nombre de messages : 19
Style de combat : Flipette


MessageSujet: Re: Cherche cheval désespérément [pv : Bridgess Otterson]   Lun 8 Fév - 13:20

Tssst
Je laisse ma langue claquer entre mes dents... Cet homme sait ce qu'il veut, et le seul frison que je possède est dans cet enclos, je n'en profiterais même pas vraiment.
« Je ne possède que celui-ci, mais il n'est pas encore dressé, je ne l'ai capturé que ce matin »
Mon ton était sec et directe. Je savais parfaitement ce que je voulais, de l'or. Mais pour un cheval non dressé, je n'en aurais pas beaucoup.
« Seulement, je ne vend pas de cheval non dressé, soit, vous devrez attendre, soit vous devrez vous en trouver un autre. »
Je savais très bien que j'étais certainement la seule à avoir un frison, de plus, je détestais avoir à faire aux sous-fifres, je tenais toujours particulièrement à m'entretenir avec les propriétaires directement.
Et puis je tenais à savoir à qui je vendais un cheval de cette qualité, je devais donc en savoir plus sur la personne qui allait recevoir ce cheval. Voir aller jusqu'à le lui apporter moi même.
« suivez moi, allons nous asseoir. »
Sans un mot de plus, je me dirigeais vers la maison. J'entrais dans la cuisine et me pausais face à la table. Puis j'attendais que mon « client » fasse de même.
Ma mère était au fourneau, elle préparait une tarte, les enfants eux étaient toujours dehors. La pièce était simple et pour seul décoration les quelques bougies qui servaient à l'éclairer la nuit. Une cheminé dans le fond de la pièce servait à faire cuire la soupe et se trouvait au dessus un renfoncement dans lequel chauffait doucement la tarte. La table en bois de hêtre était assez grande pour recevoir la famille nombreuse que nous étions plus encore quelques personnes. S'y trouvais le tissus de ma mère, son fil et ses aiguilles. Le sol lui était nue, ne possédant ni carrelage ni tapis, simplement une peau de vache sous la table.
«bienvenu chez nous, je sais, ce n'est pas aussi luxueux que chez vous, mais nous y sommes bien ! Alors, passons aux choses sérieuses, je ne vend pas un frison de cette qualité à n'importe qui, de plus, avant de dresser un cheval POUR une personne je dois en savoir plus sur cette personne. »
Effectivement, un cheval don l’esprit ne fonctionne pas avec son propriétaire seras un mauvais cheval...
« Je ne peux me permettre de le dresser à l'aveugle, vous devez me dire absolument tous ce que vous savez sur son propriétaire, son âge, son nom, si il est jeune ou non, noble d’esprit, plutôt joyeux ou dur, peut être égocentrique ou non, je veux tous savoir. »
Ma mère pausa une chope d'hydromel devant moi, demandant, avant de le servir, à l'elfe ce qu'il voulait.

HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Saël Gal'Elveré

Noble déchu
avatar

Masculin Nombre de messages : 119
Style de combat : la fuite

Possessions magiques : Un livre insensible au passage du temps nommé « Histoire perdue du peuple elfique ».

MessageSujet: Re: Cherche cheval désespérément [pv : Bridgess Otterson]   Dim 28 Fév - 11:44

Hum. J'avais galéré des jours pour trouver un frison et au final, j'en avais trouvé un sauvage. Je ne pouvais pas l'apporter à Sirtior dans cet état. Et, de toute façon, on ne peut pas lui faire traverser le continent tant qu'il n'est pas dressé : il s'échapperait.
Et la vendeuse, le savais bien : elle ne voulait pas me le céder sans le dresser. Je n'allais pas en chercher un autre. J'avais déjà passé suffisamment de temps à en chercher un. Je suivi donc l'invitation de l'humaine. J'entrais donc dans la maison et me retrouvais dans une cuisine. Il y avait dans la pièce, une dame que je saluais d'un geste, avant de m'asseoir sur une chaise, imitant mon hôte.
La dame fit une pause dans sa cuisine et servi à mon hôte une choppe d'hydromel, puis elle me demanda ce que je voulais.
« La même chose, s'il vous plaît ». Répondis-je avec le sourire.
Et  une fois que la dame, m'est apporté ma choppe. Je répondis alors aux questions de la dresseuse de chevaux. Les explications allaient être compliquées et longues.
« Sire Sirtior Naar'Nonn souhaites offrir ce cheval à son fils. Il s'appelle Hector. C'est un jeune homme, il n'est pas encore majeur. Je ne l'ai pas vu depuis des années, quand il était encore tout jeune.
Il est d'une famille de la noblesse administrative. Il est bien éduqué. Il a eu des cours d'équitation, comme tout les gens de sa condition, il sait monter. Je crois aussi me souvenir qu'il a un petit égo et une grande maîtrise de lui-même.
J'espère que cela suffira, car je n'ai pas plus de détails à donner ».


Je ne savais pas si cela convainquit vraiment mon interlocutrice. Toujours est-il qu'elle accepta et qu'elle me proposa de rester chez elle le temps du dressage. Je la remerciais pour son hospitalité et pendant quelques jours, je partageais le quotidien de cette famille. C'était une famille aimante et agréable et ces quelques jours chez elle furent une expérience magnifique. Je n'avais pas eu de  famille depuis des années et, même si je n'étais qu'un étranger, je ressenti une ambiance chaleureuse comme jamais je n'avais vu. Il faut croire que les familles modestes sont plus joyeuses que celle au sang bleu.
J'étais honoré que Damoiselle Otterson me prête sa chambre pour ces quelques jours. C'était une chambre simple, avec un bon lit, un tapis en peau de vache et une armoire, mais aussi un râtelier d'arme et un mannequin avec une armure de voyage. Je me demandais si Damoiselle Otterson avait déjà participer à des batailles.

Pendant ces quelques jours, je participais à la vie de la maison. À la cuisine, avec la matriarche Isola, qui faisait de succulentes tartes, je préparais les repas. J'allais chercher l'eau, ou nourrir le feu.

Et c'est au bout que très peu de jours que  Damoiselle Otterson m'annonça que le frisson été dressé. J'étais surprit de la vitesse.
« Vous êtes une dompteuse hors-pair, ma dame. En seulement 4 jours vous faites des miracles. Puis-je voir le résultat de votre art et monter le cheval le temps d'un tour de manège ? »
Je n'avais pas monté depuis des années, et je n'étais pas spécialement doué, même si je pouvais monter sans selle, je pouvais tomber rapidement. Je voulais juste voir si le cheval répondait bien  aux ordres qu'on lui donnait. Dame Otteson donna son accord et je montais sur le dos de la créature.
Le cheval ne tenta pas de me mettre à terre, un bon début. Je dirigeais le cheval vers l'avant, puis le fis tourner à gauche pour longer la clôture. Il réagissait bien. Je ne me sentais pas de le faire aller trop vite. Je me contentais d'un trot. Je fis un dernier virage pour revenir au centre de l'enclot, mais, le trot étant ce qu'il est, et mes jambes n'étant pas habituées à être secoué de cette manière, je me mis à lentement tomber sur la droite du cheval. Je tentais bien de faire contre-poid avec mes bras pour me reprendre, mais je finis par terre, la tête la première.
« J'avoue, je n'ai jamais été très bon à cheval. »
Je me relevais.
« Ce cheval est parfait. Je crois qu'il est temps de parler du prix. »


Spoiler:
 

_________________
Pour vous servir. ...
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cherche cheval désespérément [pv : Bridgess Otterson]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Cherche cheval désespérément [pv : Bridgess Otterson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Recherche Maman désespérément...
» Cherche hibou désespérément [PV]
» Cherche une Alie désespérément...
» Ahi | Je cherche désespérément un lave-vaisselle pas cher, un pote m'a conseillé d'aller voir sur Meetic.
» Cherche safari évoli désespérément!



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Royaume Humain :: Dans la campagne-