Partagez | 
 

 La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant



Shrikan Tatsu

Conseillère en Machiavélisme
avatar

Féminin Nombre de messages : 182
Style de combat : Rapproché - sabre courts


MessageSujet: La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]   Dim 8 Nov - 13:39

[Note: ce RP fait suite à l'évènement de la chute du roi à l'intérieur du château. Vu que nous sommes 4, l'ordre de passage n'est pas exhaustif au début. Ramenez votre personnage au moment de l'histoire que vous souhaitez, mais respectez ensuite l'ordre établis.]

Mon voyage depuis Espalion n'avait pas été de tout repos. Volant au hasard dans les hautes sphères, cherchant des vents favorables pour aider mon corps meurtris à se déplacer, je faisais avec la douleur de mon corps et ma conscience qui vacillait. Je devais fuir le plus rapidement possible la capitale, où mon intervention, je l'espère, était passée innaperçue. Non pas que je déteste être populaire et montrer que je fais des choses bien (comme sauver des cobayes humains innocents), mais dans mon état pour vivre vieux il faut vivre caché. Et suite à ma rencontre avec la démone Sy, qui semblait plus qu'intéressée par mon état de déesse scellée, rester dans la capitale était un trop gros risque. Qui sait ce qu'ils pourraient me faire s'ils venaient à mettre la main sur moi, quelles expériences et mutilations ils pourraient effectuer sur mon corps déjà fatigué et meurtris. De plus, j'avais pleinement conscience d'être une arme vivante, une monstruosité qui n'a pas lieu d'être. Et s'ils arrivaient par un quelconque moyen de reproduire ce que je suis à autre chose pour l'utiliser comme une arme, ma conscience ne saurait s'en remettre.

Bref, j'étais mal barrée et il vallait mieux que je fasse profil bas, me faisant oublier de la populace. Je voulais m'éloigner le plus possible, et je profitais des vents haut et forts pour me porter. Les avantages étaient que j'avais moins d'efforts à fournir, et que le froid engourdissait mes sens et donc ma douleur. Petit problème, le froid et le manque d'oxygène brouillaient mon esprit, qui vacillait dangereusement vers l'inconcsience. Je luttais autant que je pouvais, ressentant les prémices de ce qui pourrait s'avérer être une catastrophe: la faim. J'étais haletante, autant de douleur que de l'envie de planter mes crocs dans une chair bien tendre et juteuse. Combler le vide d'énergie que mon corps utilisait pour compenser la magie que j'avais trop utilisé. Mon corps et mon âme, encore instables, ne cohabitaient plus très bien. d'où le fait qu'utiliser si peu de magie lors de la libération des humains, car c'était en définitive pour moi peu de magie, avait résulté autant de fatigue et de prix à payer sur ma propre chair. Bien que naturellement mon corps soit capable de se régénérer rapidement, on n'a pas rien sans rien. A défaut de magie de soins, je n'avais que deux solutions pour m'en remettre. Soit dormir pendant longtemps, de préférence dans un lac ou une grande zone d'eau, ou bien dévorer autant de viande que possible. Les deux solutions étaient dangereuses, mais à des degrés différents. Pour l'un je me mettais en danger, ne pouant réagir à la moindre agression extérieure, pour l'autre j'étais le danger ambulant pour tout être vivant susceptible d'être proie ou bien juste sur mon passage. Et malheureusement, je sentais que ça allait être le deuxième cas.

Je ne sais pas combien de temps avait passé, quelle distance j'avais parcourus, mais il vint bien un moment où mon esprit s'avoua vaincu. Je sentais à peine mon corps plonger dans le vide, vers un sol qui allait sans doute signifier ma mort. Mais j'étais fatiguée, je n'avais plus force de me battre. Advienne que pourra. J'avais la chance déjà que ma forme ne soit pas trop imposante (car je suis restée sous ma forme semi dragon), et que mon armure Cerillion recouvrait tout mon corps. Avec de la chance cela absorbera assez de choc sans créer une catastrophe autour. Mon esprit sombra, alors que mon corps chutait dangeureusement et s'écrasa sur le sol. Comme une poupée de chiffon, mon corps valdingua d'un tronc arbre à un autre, rebondissant sur le sol étonnant mou et éclaboussant dans de grands bruits les alentours. Une floppée d'oiseaux s'envola, alertés et paniqués alors qu'ils allaient se coucher. J'avais eut de la chance, car les vents m'avaient portés au nord d'Espalion, sur les Marais de l'Or. Une zone humide somme toute peu habitée, et dont le sol gorgé d'eau rendait le crash moin dure. Cependant, je n'étais pas pour autant indemne. Mon corps était étalé mollement en bord d'un étang, ayant creusé un magnifique sillon sur les tourbes et éclatés quelques arbres. Je respirais encore, mais on pouvait deviner qu'une ou deux de mes ailes étaient brisées, et du sang suintait de l'orifice de armure où se trouvait mon visage. Je restais ainsi immobile pendant de longues secondes, le calme revenant sur le marais. Momentannément.

En effet, le silence se fit, les animaux ayant fuis les environs immédiats. Mais assez vite, mon corps se mit à bouger, par tremblement puis par des gestes lents. M'extirpant doucement de la vase, je me relevais doucement, poussant un râle profond et rocailleux. Presque à quatre patte, j'ignorais mes ailes brisées, mon corps tremblant simplement. De fatigue ? De douleur ? De faim ? Je serais incapable de le dire. Car bien que mon corps bouge de lui même, je n'étais toujours pas consciente. C'était l'Instinct qui venait de prendre le dessus. D'ailleurs, relevant la tête doucement, je humais l'air humide et poisseux du marais, regardant de mes yeux vides les derniers rayons du soleil disparaitre entre les arbres. Et là, brisant un silence qui s'était installé, je me mis à hurler à la mort, gueule ouverte vers le ciel d'automne. Je dis bien gueule, car le cris ne pouvait provenir que d'une bête, et non d'un être vivant normal. Ce cri de prédateur, annonçant une chasse prochaine, pleine de douleur et de rage, n'annonçait rien de bon. L'armure Cerillion, qui réagissait de manière synchrone avec mon état d'esprit, était tout prêt et heureux de rendre service. Le masque s'était déchiré pour former une bouche aux dents acérées, en plus de la mienne, et les écailles sur mon dos s'étaient hérissées en de dangereuses épines. Ma queue artificielle, une extension de Cerillion, s'agitait nerveusement comme pour se préparer à la superbe chasse qui allait s'offrir à moi. De nouveau une arme et une bête sauvage, sans autre contrôle que celui de ma Faim et de mon Instinct de grand prédateur, je bondissais dans le marais, à la recherche d'une proie.

Vous allez me dire, comme cela se fait il que je puisse ainsi me relever et gambader pour chercher une proie, avec un corps dans un état pareil ? Tout simplement parce que je ne suis pas consciente, et la survie est ce qui compte. La douleur est ignorée, mise de côté par cette pulsion de haine et de faim. Car oui, j'étais en colère. D'ailleurs, c'était toujours le cas quand je perdais le contrôle de moi même. Une colère insatiable, destructrice et aveugle. Contre quoi, qui ? Aucune idée. Quoi qu'il arrive, je parcourais le marais à la recherche de proies potentielles, humant l'air au travers de mon masque entre-ouvert, laissant des râles rauques et mêlé de sang passer de temps en temps au travers de ma gueule. Je ne mis pas beaucoup de temps pour trouver mon bonheur. Quelques ragondins, des cervidés des marais.. Je ne comptais pas le nombre de morts. Je tuais sans me soucier du nombre, car quoi qu'il arrive ce sera toujours insuffisant. a peine ma proie tuée que je la mangeais, crûe comme une bête sauvage. L'armure m'aidait à briser les os et à arracher des lambeaux de chair suffisants. Je mangeais, dévorais, engouffrais comme si ma faim avait pour nom le Diable. Le plus étrange était que je ne prenais même pas de poids, mon ventre se gonflant à peine. Pour cause, la viande et les os à pein ingérés étaient de suite dissous par un procédé qui venait de la magie, sans doute. Je ne m'en rendais pas compte, et quelque chose me dit que ceci ne prenait effet qu'en cas d'urgence comme celui ci, où le besoin en énergie était important et urgent. Je ne m'arrêtais pas de chasser et de manger, grondant et feulant comme un fauve.

Ce ne fut que bien plus tard dans la nuit, après des heures d'errance et de chasse, que ma Faim finit par se taire. Ou du moins, que la fatigue venait même à bout de cet instinct primaire et violent. C'était en plein milieu d'un festin, un ragondin à moitié dévoré, que mon corps se mit à s'engourdir, à manger plus lentement. Comme reprenant peu à peu conscience, j'arrêtais de manger, relevant mon corps pour fixer le ciel. Mais mon esprit n'était toujours pas là. L'Instinct quittait simplement et doucement le devant de la scène, ayant fait son travail. Je grognais plus doucement, essayais gauchement de me lever et de m'éloigner de la carcasse, puis poussais un dernier râle étranglé pour m'effondrer sur le sol. Cette fois ci, pour de bon. Mon Esprit et mon Instinct absents, il ne restait plus que l'Inconscience pour me laisser enfin reposer mon corps repus mais meurtris. Car cette orgie de viande n'avait eu pour effet que d'arrêter la mutilation automatique de mes entrailles. Mes blessures, à savoir hémorragie interne et ailes brisées demeuraient toujours. Ne me restait plus que le sommeil pour laisser doucement mon corps se remettre et réparer. Mais cela voulait aussi dire laisser mon corps sans défense (relative vu que Cerillion est toujours sur moi) à la mercie de prédateurs et de passants peu scrupuleux.


_________________
Revenir en haut Aller en bas



Kathryn O'Feinley

avatar

Nombre de messages : 37

MessageSujet: Re: La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]   Lun 9 Nov - 23:12

“Trois choses sont absolument nécessaires : premièrement de l'argent, secondement de l'argent, troisièmement de l'argent.”
Jean-Jacques Trivulce

Ca sentait le fric à plein nez. Une odeur que j'adorais. Il y avait peu d'odeurs que j'appréciais vraiment, entre autres parce que je n'en connaissais pas des masses. Et vous avouerez de concert avec moi que les aisselles d'humanoïdes ou la sueur de dragon c'est vraiment pas l'idéal. Je ne sais pas ce que leur trouvent les midinettes à ces prétendues "odeurs de mâles". Nan sérieusement, un bon coup de douche, et hop-là.

Ce qui nous éloigne du sujet. Pourquoi ça sentait le fric ? Parce que ça sentait la mort. Et là où il y avait des corps, il y avait toujours du blé à se faire. Que ce soit en chouravant des trucs à revendre, en vengeant une pauvre veuve reconnaissante, ou en aidant la milice du coin à faire son job qui vous paiera pour que vous ne disiez pas qu'ils étaient beurrés pendant la moitié du temps. Là, il y avait une jolie traînée. Quoique ce soit, ça avait une sacrée dalle. Restait à espérer que je ne finisse pas dans son estomac.

Quoique. Ca pourrait être drôle à tester comme truc. Sauf s'il faisait partie des bestioles à suc gastrique très acide. Je n'étais pas prête à tester de voir si ma cicatrisation était assez rapide pour me préserver de trucs comme ça. Nope, je passais mon tour.

Je finis par distinguer la silhouette, approchant sur la pointe des pieds des fois que ça feinte l'endormissement pour mieux me boulotter.Je n'étais pas née de la dernière pluie moi, madame, qu'on se le dise ! Je sifflais légèrement en apercevant le truc. La vache ... Balèze tout ça. De sacrées ailes en plus. J'aurais pu en être jalouse si j'en avais eu quelque chose à foutre, ce que ma mauvaise foi m'interdit de révéler. Dégainant une flèche en guise d'arme de poing, je m'approchais à pas de fouteuse de merde un poil plus près pour observer plus en détail. Encore en vie. Bon. Zut. Ca m'aurait arrangé qu'elle soit morte. La moitié du boulot aurait été faite et il ne me serait plus resté qu'à récolter les gains, ou tuer un coupable désigné. Alors que là ...

Est-ce que je devais la tuer ou pas ?

Mystère. Ce qui ne m'arrangeait pas du tout. Surtout, une petite voix me disait que je ne voulais pas rencontrer ce qui l'avait mise dans cet était là. Un claquement de langue agacé sortit de mes lèvres.

"Et je fais quoi moi avec ça ..."

Est-ce qu'il me resterait seulement assez de cordes pour l'embarquer derrière ma monture ? Est-ce qu'elle ne risquait pas de me bouffer ma monture avec moi dessus au réveil ?

Vous parlez d'un dilemme ... Du coup, dans un instinct de survie absolument pas baisé par les piécettes que je continuais à sentir malgré tout, je fis ce que toute personne normalement constituée n'aurait jamais fait : prendre un caillou, et lu balancer sur le crâne avant de m'éloigner de quelques mètres pour observer la réaction.

Bon, ça bouge, ou bien c'est assez comateux pour que ça soit sans danger ...?

_________________
Trust those who are seeking the truth
Doubt those who find it.
Revenir en haut Aller en bas



Shrikan Tatsu

Conseillère en Machiavélisme
avatar

Féminin Nombre de messages : 182
Style de combat : Rapproché - sabre courts


MessageSujet: Re: La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]   Mer 11 Nov - 12:23

Inconsciente, je sentais comme mon esprit flotter. Une sensation étrange et pas si désagréable, car je ne sentais plus les douleurs matérielles de mon corps. La seule présence qui pouvait me le rappeler était Cerillion, cette armure vivante qui dans mon inconscient se manifestait par un épais brouillard protecteur. C'était tellement agréable de se sentir ainsi délassé, protégé...Même si j'étais fatiguée je pouvais me ressourcer un minimum. J'aurais bien voulu rester ainsi pendant une éternité, un sommeil profond et réparateur. Mais la vie ne voulait me laisser en paix, c'est comme cela.

Bien qu'inconsciente de ce qui m'entourait, il y en avait toujours un montait la garde: Cerillion. La présence de la jeune femme l'avait mit en alerte, faisant resserer le brouillard autour de moi, comme pour me prévenir. Mais lasse, je rejetais d'une pensé embrumée cette petite alerte. Je voulais qu'il me laisse dormir. Mais la jeune femme eut un geste qu'elle n'aurait pas du faire. En me jetant un caillou, qui heurta l'armure, cela mit en alerte supérieur Cerillion. Tout en provoquant un hérissement des écailles de l'armure, comme un mécanisme primaire de défense, Cerillion m'envoya une deuxième alerte, plus agressive. Je sentis comme si le brouillard voulait m'étouffer dans mon esprit. Cerillion voulait vraiment que je sorte de mon sommeil, au point qu'il forçait mon réveil. Je sentis comme mon corps tomber, la gravité reprenant son cours. J'essayais de résister, mais relativement mollement. Cerillion est rarement dans le faux. C'est donc un grognement que mon esprit réintégrait pleinement sa chair mortelle. Avec toute la valse de douleur qui va avec.

Entre l'alerte de Cerillion et la réintégration de mon esprit, il ne se passa que quelques secondes. Je me mis à bouger, me relevant doucement et grondant de douleur. Que mon corps était lourd et perclu de douleur. Et ce masque intégral, il me gênait plus qu'autre chose. Je ne ressentais cependant pas de danger immédiat comme Cerillion me l'avait décrit. Et trop fatiguée, je ne pouvais me permettre de laisser mon armure me pomper trop d'énergie. Car le soucis avec Cerillion, c'est que lorsqu'il est actif il se nourrit soit du sang des ennemis qui se dépose sur lui, soit de ma propre magie. Et celle ci étant instable, je ne pouvais me laisser le luxe de garder Cerillion actif. Dans un soupire, presque un râle, j'ordonnais à mon armure de se mettre en veille.


" Cerillion... Mets toi en sommeil, tu me bouffes trop d'énergie..."

Il me résistait, mais finit par céder. Et doucement, l'armure se rétracta. Le masque disparut doucment, découvrant mon visage fin et tatoué, visiblement fatigué. Un peu de sang coagulé était encore le long de mes lèvres et de mon menton. Je pouvais même sentir ce goût metallique dans ma bouche. Je respirais mieux, l'air frais et humide du marais ne me dérangeais nullement. L'armure continuait de se rétracter, faisant disparaitre la queue artificielle et revenant à sa forme la plus primaire qui soit. Une armure qui se limitait à des jambières, des protèges côtes, un soutient de poitrine. Le métal blanc se figeait, Cerillion entrant en sommeil. Je sentis ma magie être moins tirée, et un certain poids se délester de mes épaules.
Mes cornes et mes ailes de dragons étaient toujours présentes. Vu l'état de mon corps, meurtris de l'intérieur, je ne pouvais me passer de la régénération active sous ma forme intermédiaire. Mes cornes fines en lyre étaient intactes, mais sur mes trois paires d'ailes blanches j'avais 2 ailes en mauavis état. Une brisée, qui pendait anormalement, et l'autre dont la voilure était déchirée. Je regardais rapidement mon estomac découvert, où l'on pouvait voir ma peau marbrée par endroit de tâche bleue et violette. Des côtes brisées, sans doute, et l'hémorragie qui se résorbait à peine. Je soupirais, osant à peine bouger. Toujours assise sur le sol vaseux du marais, je regardais autour de moi. Quelques carcasses, un étang... Et bien, j'avais fait un peu de ménage moi. Et malgré cela, j'avais toujours une faim de loup.

Mais le moment n'était pas à s'extasier sur ce que j'avais détruit. Il y avait un intrus, qui semblait avoir vu un intérêt à vouloir me sortir de mon somme. Je regardais autour de moi, mais n'osais utiliser ma magie pour sonder les alentours. Tout ce que je fis, c'est fixer de mes yeux clairs et perçants les alentours, et parler à voix haute. Ma voix était légèrement éraillée, par la fatigue et le sang coagulé dans mes tubes. Mais un léger sourire moqueur était tout de même là.


"Et bien... Qui a voulu me réveiller ? Il faut me pardonner si je vous ais fait peur plus tôt, ce n'était pas mon intention."

Il est vrai qu'avec les cadavres d'animaux autour de moi, je me doutais de ce que j'avais pu faire. Ce n'était pas la première fois que cela m'était arrivé, et sûrement pas la dernière. Je savais aussi quel monstre sanguinaire je peux être dans ces cas là, et la peur que j'inspirais. Peut être que cette personne ici, ou ces personnes, m'avaient vu à l'acte et étaient terrifiés ? A espérer tout du moins, qu'ils n'en concluent pas qu'il faille me tuer dès que possible....

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Edwin Skirata

Iznogoud
avatar

Masculin Nombre de messages : 326
Style de combat : Créatif

Possessions magiques : Un gant de soie créant un arc magique générant ses propres flèches.

MessageSujet: Re: La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]   Dim 15 Nov - 20:25

La Chute


Attention LIRE IMPÉRATIVEMENT:
 

Le Roi était tombé et il allait maintenant devoir rentré chez les Elfes. Edwin n'était pas peu fier de son travail mais la fin de cette Ewilane et son intervention ne lui avait pas plu. Pas du tout même. Cela lui paraissait étrange et il sentait que ce n'était tout, que quelque chose lui avait échappé....
Il avait finit par se métamorphosé et s'était envolé, Myryaluna dans les bras, par l'immense verrière de la salle du trône qui avait finit par céder sous l'immense explosion de feu qui avait failli tous les occire. Cela s'était alors soldé par la mort immédiate de la magicienne.
C'était après presque deux heures de vol qu'il s'était posé non loin d'un petit village. Ils n'eurent guère de peine à trouver à manger et où dormir, les habitants faisant la fête avec l'arrestation du Roi et son jugement prochain. Ils se firent discrets, mangèrent et partirent se coucher tôt, une longue route les attendant le lendemain.
Ils partirent tôt, un peu avant le lever du soleil afin de n'être vu par personne. Edwin laissa une bourse sur le comptoir de l'auberge et ils étaient partit. Optant pour la vitesse plutôt que la discrétion, ils reprirent leur forme de demi-dragon et de louve afin d'aller plus vite et vu qu'ils passaient par des marécages, ils étaient sur de ne croiser personne à cette heure ci- et même à toutes les autres.

Mais il faut croire que les choses ne se passe jamais comme l'on voudrait qu'elles se passent. Car, en effet, alors qu'il n'étaient partis que depuis deux heures voilà qu'il se trouvait dans une bien drôle de situation. En effet, devant Edwin à un peu plus de cents mètres en contrebat se trouvait une hybride dragon et une fée...Tiens, tiens, mais n'étais ce pas la jeune dame de la caravane ! Et celle-ci se montrait des plus stupide....Elle venait de lancer une pierre sur l'hybride en question....Mais bon sang, c'était quoi le problème ces derniers temps à tous ces idiots ?! Pourquoi fallait il qu'il les croise les uns après les autres....Déjà que les hybrides de sa race sont rares et qu'ils ne socialisent que rarement alors les aventures et eux ! Et en voilà une qui était blessé en train de se reposer au milieu de son dernier repas, sur ses gardes et tout ce quelle avait trouvé à faire c'était lui lancer une pierre....Sérieusement, Edwin se demandait des fois comment les gens faisaient pour survivre en étant aussi irréfléchies et irrespectueux....
Cependant l'hybride dragon remua à peine. Edwin soupçonna que celle-ci venait de parler à la nouvelle venue mais la connaissant elle n'était pas un oiseau de bonne augure....Aussi décida t'il de se poser à cinquante mètres de là et se changea à nouveau. Myryaluna qui le suivait fit de même et l'interrogea :


" Pourquoi nous arrêtons nous ?"

"Une situation étrange devant nous et je préfère m'assurer de la teneur des choses. Tu connais un des deux personnages. D'ailleurs je pense qu'il serait plus prudent que tu garde ta forme de louve pour l'instant."

"D'accord, allons-y. J'ai hâte de rentré à la maison." dit elle avant de se retransformer.

"Moi aussi." dit il alors qu'il lui flattait l'encolure. Elle le rabroua mais se laissa faire.

Edwin prit alors la tête . Il ne leurs fallut même pas deux minutes pour rejoindre la scène. Aucun n'avait encore bougé et Edwin en profita pour détaillé la jeune dame. Elle était mal en point...Ses ailes étaient cassés et elle semblait encore souffrir de blessures internes...
Edwin voulait lui  proposer son aide, mais l'importune allait le déranger et il ne voulait pas révéler sa nature aussi simplement...Tant pis, il allait devoir jouer le jeu....Décidément pas son jour...


" Et bien qui voilà ! Drôle de rencontre n'es ce pas ! " lança t'il à la jeune fée.

" Enchanté Jeune Fille. Je me nomme Edwin. Je ne sais pas qui a bien pu vous mettre dans cet état mais laissez moi vous proposez de vous aidez. Mes proches m'ont appris à soigner, aussi voudriez vous de mon aide pour vos ailes ?" dit il en profitant du fait qu'il tournait le dos à la fée pour commencer la métamorphose de son visage avant de l'annuler.

Il savait qu'il coupait dans le tas mais les siens ne tournaient pas autour du pot et il était bien placé pour le savoir. Aussi se méfiait il plus de la jeune fée qu'il avait déjà croisé que de cette nouvelle comparse. Myryaluna avait quant à elle décidé de rester quelques mètres derrières et c'était allongé, la tête sur ses pattes, observant la scène.


° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Shrikan Tatsu

Conseillère en Machiavélisme
avatar

Féminin Nombre de messages : 182
Style de combat : Rapproché - sabre courts


MessageSujet: Re: La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]   Sam 21 Nov - 14:22

Ma réponse n'eut pas d'écho, tout du moins dans l'immédiat. J'avais conscience que dans mon état, j'étais une proie facile. Bien que ma vulnérabilité soit modérée, vu que je reste plus forte qu'un simple humain et mes réflexes d'attaque sont toujours au top, je n'en restais pas moins un animal dangereux. Et je parle bien d'animal, car dans mon apparence à moitié bestiale je ne pouvais que procurer des réactions à la hauteur de ce corps de fauve blessé.

Ma question restait sans réponse, mais je pouvais sentir une certaine tension dans l'air. Se préparait il à autre chose ? Quoi qu'il en soit, l'action ne vint pas de l'endroit que j'escomptais. J'entendis des bruissements de roseaux et d'herbes folles, ainsi que des pas molletonnés et légers sur la mousse. Je me retournais, me redressant comme je pouvais tout en plongeant mon regard perçant sur le nouvel arrivant. Enfin les nouveaux arrivants. Un homme, accompagné d'un loup. Ou plutôt un elfe vu les oreilles pointues et le profil tout en finesse. Je l'observais, méfiante, n'ayant jamais vraiment eu confiance envers le elfes. Celui ci interpella une autre personne, surement celui ou celle que Cerillion avait repéré plus tôt. S'ils se connaissaient, étaient ils de mèche ? Je n'étais pas plus rassurée, et son discours de samaritain n'était pas pour l'aider. Il était avenant, trop d'ailleurs pour que cela soit naturel. Certes, il était séduisant de sa personne mais cette sirène seule n'était pas suffisante pour m'inspirer confiance.

Un autre fait marquant me mis encore plus le doute. Tourné vers moi, cet elfe, du moins ce que je pensais en être un, se mit à modifier son visage, montrant celui d'un être plus reptilien. Un forme qui disparut très rapidement, mais qui sema encore plus le trouble. Est ce que cet elfe était un démon en fait ? Ou bien un dragon, ou un hybride ? J'étais trop fatiguée pour tenter de sonder l'aura de cette personne, ce qui m'aurait grandement aidé pour découvrir la nature de cette personne. Mon odorat était aussi inutile, car les effluves de sang et du marais masquaient pour sûr l'odeur plus délicate de ces deux personnes. Il m'avait montré sa forme, pour m'inspirer confiance sans doute. Mais je n'étais pas plus avancée, si ce n'est sur le fait que cette personne était d'autant plus potentiellement dangereuse. Combattre un simple elfe n'était pas la même chose que de combattre un dragon, un hybride ou bien un démon. Et je sais de quoi je parle en état de cause. Le fixant et restant silencieuse quelques secondes, je finis par lui répondre, tout en lui faisant comprendre que je n'étais nullement prête à accepter son aide.


" De l'aide, hein ? Pourquoi devrais je vous faire confiance ? Rien ne me dit que vous n'allez pas profiter de ma condition."

Il est vrai que l'on pourrait me capturer pour me rendre esclave, ou bien me dépecer pour extraire des organes ou mes cornes dont certains sont friands pour leurs potions. Non pas que je me laisserais faire, mais éviter de nouveau combats était vital. Je fixais cet Edwin avec un nouveau sourire, moqueur et de prédateur. Je lui répondis à nouveau, d'une voix plus séduisante dont transparaissait malice et dédain. Tout pour prouver que je n'étais pas sans défense.

" De plus, Edwin, vous ne savez pas ce que je suis, et si mes intentions sont louables. Après tout, je pourrais être un terrible démon qui piège et dévore les pauvres égarés dans ces marais ~..."

Je riais légèrement, mais mon rire fut bref, car les spasmes de mon corps vrillaient celui ci de nouvelles douleurs. Je repliais un peu plus mes ailes, comme pour les protéger. Je fronçais les sourcils, me concentrant pour ne pas céder. Et comme si ce n'était pas suffisant, mon ventre se mit à gronder. Je soupirais, désespérée et blasée tout en même temps.

" En parlant de ça, j'ai encore terriblement faim...Si j'avais su, je ne les aurais peut être pas aidé..."

Je me parlais presque à moi même, à voix haute. C'est vrai, si j'avais su, je n'aurais peut être pas secouru ces cobayes humains au château. Vu le prix à payer, et surtout je ne suis même pas certaine qu'ils s'en soient sortis vivants au final! Tout ça pour finir en pièce détachée dans un marais moisi. Est ce que la chance allait encore me tourner le dos, en m'affligeant de ces vautours charognards aux beaux airs de tombeur ? Ou était ce vraiment un bon samaritain ? Quand à l'autre personne, j'étais encore moins certaine de ses intentions, et à trois contre un (si on prend en compte le loup), mes chances de m'en sortir sans trop de dommages étaient bien minces.

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Kathryn O'Feinley

avatar

Nombre de messages : 37

MessageSujet: Re: La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]   Lun 23 Nov - 21:25

"Celui qui commence une affaire sans jugement, ne doit pas être surpris si elle finit sans succès."
Chevalier de Méré

Merde, ça bougeait. C'était pas mort. Je reculais d'encore quelques pas, précautionneusement, me demandant comment j'allais faire pour m'en sortir en un seul morceau. Surtout qu'elle avait l'air des plus schizophrènes la madame, à parler toute seule à "Cerillion". Où était-il, elle, 'ce' ? Je sentais le doux son des piécettes s'envoler, et ça ne me plaisait pas.

Pour autant, je n'en avais pas fini.

Car un nouveau venu rejoignait la pyjama party actuelle. J'écarquillais légèrement les yeux en le reconnaissant, avant d'écarquiller des oreilles en entendant l'inconnue lui répondre. Whaaaat ? Sérieusement ? Fallait pas parler comme ça à mon pote Edwin, elle allait nous le vexer. Lui, ou la peluche qui le suivait. Jamais oublier les peluches. Dans un autre monde, derrière un quatrième mur, on sait bien que les peluches animées, ça finit soit en Chucky, soit en Ted, et ni l'une ni l'autre ne sont vraiment cool à côtoyer, surtout énervées. Prenant un sourire légèrement ironique, je me reculais, levant les mains en signe de reddition avant de les pointer du doigt tous deux.

"Alors, voilà ce qu'on va faire. Vous deux, ou vous quatre je m'y perds, vous vous tapez, moi je regarde, et je ramasse les restes après en envoyant les faire-parts. Ca vous va ?"

Moi en tout cas, ça m'allait très bien. Pas envie de finir rôtie en dîner de dragon, de loup, ou d'Edwin. Il avait les dents longues le papy, et j'avais pas envie de les tester ni de savoir exactement ce que tous leurs sous-entendus voulaient dire.

Bon, en fait si, j'en avais très envie, mais si ça impliquait d'écourter mes jours sur cette terre, d'un seul, ça sonnait quand même nettement moins fun à mes oreilles. J'avais pas prévu de décéder immédiatement, j'étais beaucoup trop jeune et trop jolie pour ça. Et j'avais la flemme de nettoyer du sang sur mes vêtements aussi. Ca tâchait sacrément, et jusqu'à maintenant j'avais réussi à éviter pour aujourd'hui. Je comptais bien continuer.

Spoiler:
 

_________________
Trust those who are seeking the truth
Doubt those who find it.
Revenir en haut Aller en bas



Edwin Skirata

Iznogoud
avatar

Masculin Nombre de messages : 326
Style de combat : Créatif

Possessions magiques : Un gant de soie créant un arc magique générant ses propres flèches.

MessageSujet: Re: La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]   Mer 25 Nov - 15:01

La Chute


Mon Gant:
 


" De l'aide, hein ? Pourquoi devrais je vous faire confiance ? Rien ne me dit que vous n'allez pas profiter de ma condition."

Ce qu'elle venait de dire n'était pas dénué de sens mais Edwin ne mangeait pas de ce pain là. Et puis la jeune hybride semblait complètement épuisée. S'il avait voulu profiter d'elle, il ne serait certes pas en train de l'aider....

" Voyons, si j'étais réellement ici pour profiter de toi je ne me serais pas montré et encore moins t'aurais-je révélé ma vraie nature. Je ne serais d'ailleurs pas non-plus en train d'essayer de te protéger de cette charogne tout en te proposant des soins, tu ne croit pas ? "

" De plus, Edwin, vous ne savez pas ce que je suis, et si mes intentions sont louables. Après tout, je pourrais être un terrible démon qui piège et dévore les pauvres égarés dans ces marais... En parlant de ça, j'ai encore terriblement faim...Si j'avais su, je ne les aurais peut être pas aidé..."

Il éclata d'un petit rire franc. Pas très fort, mais c'était l'un de ces rires qui vous donnait le sourire pour la journée. Il regarda la jeune femme posée à côté de lui et lui offrit ce franc sourire en lui tendant un petit sac qu'il portait jusque là en bandoulière.

" Si tu étais réellement quelqu'un de mauvais nous ne serions pas en train de discuter et tu ne te serais pas donnée la peine de festoyer sur de ''pauvres'' animaux ! " lança t'il gentiment en montrant les carcasse datant de la veille. " Et je dois dire que c'est assez peu crédible quand tu reconnais en plus t'être retrouvé dans cet état après avoir aidé je-ne-sais qui. Alors voilà ce que je propose : tu te régale du contenu de ce sac pendant que je m'occupe de cette jeune importune et on discute de la suite après, ok?"

Il la regarda dans les yeux - qu'elle avait fort jolies d'ailleurs - puis se tourna vers la Fée qui semblait s'ennuyé et qui en profitait justement pour leurs proposer quelque chose :

"Alors, voilà ce qu'on va faire. Vous deux, ou vous quatre je m'y perds, vous vous tapez, moi je regarde, et je ramasse les restes après en envoyant les faire-parts. Ça vous va ?"

Edwin qui ne l'avait déjà guère apprécié lors de leur rencontre commençait à sérieusement se demander si la jeune fée tenait à la vie. Il adopta alors un ton glacial et cinglant, faisant ainsi comprendre qu'il n'accepterais pas la moindre incartade :
" Non je ne crois pas. Il semblerait que tu n'as toujours pas retenu ta leçon depuis la dernière fois. Je t'avais pourtant prévenu qu'il allait falloir revoir tes manières à la hausse mais je suppose que mes paroles sont tombés dans l'oreille d'une sourde. Aussi tu as une minute pour être à plus de 50 mètres d'ici, es ce bien clair. Si tu reste à moins de cette distance voici ce qui t'attendras !" s'exclama t'il alors qu'il fermait le poing gauche sur la poignée de l'arc d'Ambarinal. Il banda la corde imaginaire de quatre doigt en se concentrant sur une flèche perforante.
Il visa alors le vieux séquoia d'un peu plus de cent ans à la droite de la Fée et décocha. Une flèche d'un noir d'encre apparu soudain filant à toutes vitesse, presque imperceptible tellement sa vitesse était élevé. Lorsqu'elle toucha l'arbre, elle le traversa de parts en parts et finit par se ficher non dans l'arbre suivant mais celui d'après.


" Hors de ma vue maintenant ! " cracha t'il d'un ton si glacial qu'il vous gèlerait sur place...


° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Shrikan Tatsu

Conseillère en Machiavélisme
avatar

Féminin Nombre de messages : 182
Style de combat : Rapproché - sabre courts


MessageSujet: Re: La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]   Mer 25 Nov - 20:35

Edwin ne semblait pas perdre son aplomb, ou tout du moins il ignorait royalement mes mises en garde. Il ne me croyait pas, vraisemblablement. Toujours avec autant d'amabilité et d'ouverture dans ses manières, allant jusqu'à me tutoyer, il prétextait qu'il ne se serait pas risqué à se montrer sous son vrai jour et à vouloir m'aider ainsi s'il n'était pas sincère dans ses intentions. Hélas pour lui, ou pour moi, je n'étais pas aussi naïve et crédule. Le temps et l'expérience m'avaient appris que les plus belles intentions peuvent cacher des desseins des plus mortels, et ce n'est pas parce que l'on tend une rose que l'on ne cache pas une dague dans son dos. Méfiante, je l'étais toujours. Même son rire, charmant et crystallin, n'arrivait pas à faire fondre l'armure d'anxiété. Je le regardais s'approcher de moi, me tendant une besace. Tendu et sur le qui-vive, je m'attendais à devoir réagir promptement s'il m'attaquait. Viser la gorge, l'aine, l'entre jambe, les yeux... autant de points rapides qui peuvent immobiliser sans grand efforts. A condition d'être assez près. Il me tendait la besace, que j'hésitais grandement à prendre. Son discour se voulait rassurant, mais je ne pouvais lui dire que le tas d'animaux morts n'étaient que le fruit du manque de proie plus grosses sous la main. S'il ne tenait qu'à moi, j'aurais attaqué une plus grosse proie, voir des prédateurs. Si un dragon était passé dans le coin, cela ne m'aurait pas étonné que je l'attaque. Cependant, je trouvais qu'il était de mon devoir de le mettre en garde sur certaines interprétations de mes propos.

" Il n'est pas dit la nature des personnes que j'ai aidé, ni de l'aide apporté. Cela ne prouve en rien que je suis une personne non mauvaise. Vous êtes  bien naïf et sautez facilement aux conclusions, Chimère Edwin... Cependant, qu'il soit à votre aise de gérer ce vautour, si vous vous connaissez."

Je ne prenais pas son sac, trop méfiante mais aussi trop fatiguée. Déjà rester éveillée et maintenir ma carcasse alerté était un effort grandiose... En revanche, j'étais un peu plus rassurée par son attitude envers l'autre personne. Il la connaissait, de ce que je comprenais de leur conversation, mais pas vraiment en bon terme. La "charogne", comme il l'appelait, s'était bien vite mise en retrait. Et Edwin ne se fit pas prier pour la mettre en garde, la menaçant même de son arme magique. Car oui, j'avais beau être fatiguée, je sais reconnaitre des flèches magiques quand j'en vois. Cette situation me hérissait. Cet hybride Edwin, d'où l'appellation de Chimère, semblait bien décidé à faire front contre notre observatrice. Son aura froide de mise en garde faisait écho à mon côté dragon, qui venait à peine d'assoupir sa colère et de quitter ses réflexes de guerrier. C'était dangereux, je ne voulais pas de nouveau perdre connaissance pour tout détruire autour de moi, sous prétexte que mon inconscient se sente en danger. Je serrais les dents, contrôlant cette vague sourde de colère qui voulait m'inonder, et mettais en garde d'une voix ferme Edwin.

"Doucement, avec votre arc. C'est une bien mauvaise idée que d'utiliser ce genre de magie ici... surtout en ma présence.. urgh..."

Je faisais un grand effort pour me relever. Je n'aimais pas rester ainsi prostrée contre la terre humide et vaseuse, d'apparence faible et sans vision clair sur ce qui m'entourait. J'arrachais l'épave qui me servait de corps à la mousse terreuse, mes muscles tremblant et mes ailes blessées se recroquevillant avec douleur. Je grondais légèrement, me tenant d'une main mon flanc couvert d'hématomes. Je me redressais, fixant avec douleur mais fierté Edwin ainsi que l'observatrice. Redressée, je faisais face, gardant l'équilibre autant que je pouvais en évitant du mieux possible de tituber. Je devait être pathétique, et être bien à  l'image de la fierté blessée, avec ce regard de braise et ce corps malenpoint et crasseux. Je faisais en sorte de parler d'une voix calme et posée, mais je ne pouvais empêcher la fatigue de me faire haleter entre chaque petite phrase, comme si je pesais le point de chaque mot prononcé. Et pourtant, ceux ci n'était pas d'une grande importance.

" Cette magie et cette attitude attisent la velléité en mon corps meurtri, qui devrait rester au repos. Il est déconseillé de réveiller un monstre qui vient à peine de s'endormir. Surtout quand celui ci est assoiffé de sang."

Lasse, je soupirais légèrement et perdait cette vive lueur de combattante dans mes yeux, alors qu'ils se posaient sur Edwin.

" Je suis fatiguée, blessée, et ainsi dangereuse. Je ne peux accepter votre aide, car cela vous mettra inutilement en danger. Quand à ce vautour.... laissez le donc. Elle ne risque pas de pouvoir toucher à ma carcasse, croyez le bien. Elle sera morte avant de pouvoir récolter les fruits de son audace, fu fu fu ~...."

Je riais légèrement, goutant cependant l'amère conséquence par une vive douleur alors que mes côtes se soulevaient en même temps que mon rire. Il faut dire, je voyais très bien la scène ou cette femme tenterait de me tuer, mais se retrouverait dévorée entre deux mares de vase par mes soins. L'ironie du prédateur qui oublie que sa proie peut en être un. Maintenant que j'y pensais, je me demandais ce qui pouvait être pire à présent... Devrais je laisser le destin et le hasard guider mes pas ? Car pour l'instant, même si je suis en grande partie en train de bluffer, je n'étais en aucun cas capable de mener le moindre combat de haut niveau pour défendre ma peau. Conclusion, si cet Edwin était vraiment redoutable comme le laissait penser sa maitrise de son arc, et en plus cachait son jeu sur ses bonnes intentions, j'étais foutue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Kathryn O'Feinley

avatar

Nombre de messages : 37

MessageSujet: Re: La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]   Jeu 26 Nov - 21:56

“Le soldat doit avoir assaut de lévrier, fuite de loup, défense de sanglier.”
Adrien de Montluc

Et merde. Non seulement ils ne voulaient pas se battre entre eux, mais voilà qu'ils se retournaient vers moi. Zut. Et même doublement zut. Deux grandes dents ailées contre moi. Oups ? J'hésitais un moment à foutre le camp, mais Edwin m'en dissuada. Simple esprit de contradiction. Je n'avais pas apprécié son agression, à vrai dire.

"Vos manières ne se sont pas améliorées non plus."

C'est vrai, on tirait rarement une flèche à peine arrivée sur un lieu. Et pour la peine, je décidais de l'ignorer, ça lui ferait les pieds. Enfin, l'ignorer ... Un peu, quoi. Autant qu'on pouvait ignorer un mec qui vous menaçait de vous planter une flèche dans le crâne si vous respirez un peu trop longtemps près de lui. Je le contournais de loin, de très très loin, pour rester plus du côté de la jeune femme qui avait l'air, quand même, vachement plus sympa. Je l'observais, sans m'en cacher. Pourquoi devrais-je le faire ? A vrai dire, m'en cacher relèverait presque plus de la tromperie, et j'aurais détesté ça. J'étais trop honnête pour ça. Par mesure de sécurité, le sachant tatillon sur les horaires et peu enclin à la rigolade, et peu désireuse de me faire croquer par la Miss, je préférais me rendre intangible en m'asseyant par terre, face à elle.

"Je m'appelle Kat au fait. Vous m'aviez demandé qui vous avait réveillé, tout ça ... Bah, c'est Kat. Et vous ?"

Je souris, innocent au possible. J'étais charognard, vautour, ce qu'ils voulaient. Ce qui impliquait que je ne touchais pas aux gens vivants non ? Tant qu'ils n'étaient pas morts, ils n'auraient donc rien à craindre. En principe. Héhé. Je fixais mes yeux sur les blessures qu'elle avait, nombreuses.

"C'est pas banal comme truc, vous avez sauté d'une tour dans des ronciers pour vous faire ça ?"

C'était une vraie question. Même si l'exemple était complètement crétin et que je me doutais que ce n'était pas le cas, j'étais curieuse de savoir comment elle avait pu se faire ça. Qui avait pu lui faire ça, en fait, pour être totalement honnête. Bien sûr, j'aurais pu lui demander également qui elle avait aidé, mais ... Disons que ce serait pour une autre fois. Tout comme de savoir qui était Cérillion, et où il se cachait. Ou elle, hein, je n'étais pas sexiste.

_________________
Trust those who are seeking the truth
Doubt those who find it.
Revenir en haut Aller en bas



Edwin Skirata

Iznogoud
avatar

Masculin Nombre de messages : 326
Style de combat : Créatif

Possessions magiques : Un gant de soie créant un arc magique générant ses propres flèches.

MessageSujet: Re: La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]   Ven 27 Nov - 17:58

La Chute

Alors qu'il finissait son avertissement, la dragonne se releva tant bien que mal en lui donnant un bref avertissement plus pour l'informer qu'autre chose :

"Doucement, avec votre arc. C'est une bien mauvaise idée que d'utiliser ce genre de magie ici... surtout en ma présence.. urgh..."

Edwin desserra tout de suite la main de l'arc, le révoquant et se tourna vers la nouvelle patiente, s'adressant à elle avec douceur, autant pour éviter d'être écouté que pour la ménager :

" Tu devrais rester prudente, tes blessures ne sont pas guéries et mettront encore un long moment, surtout tes blessures internes et je ne tiens pas à perdre un patient alors que je n'ai pas encore pu le soigner, alors vas-y doucement veux-tu ?"

" Cette magie et cette attitude attisent la velléité en mon corps meurtri, qui devrait rester au repos. Il est déconseillé de réveiller un monstre qui vient à peine de s'endormir. Surtout quand celui ci est assoiffé de sang."

" Peut-être mais je ne me permettrais pas d'abandonner un patient dans le besoin alors que j'ai le savoir et le matérielle pour le sauver. "

Edwin vit les yeux de la jeune femme vacillé alors qu'elle posait son regard sur lui :

" Je suis fatiguée, blessée, et ainsi dangereuse. Je ne peux accepter votre aide, car cela vous mettra inutilement en danger. Quand à ce vautour.... laissez le donc. Elle ne risque pas de pouvoir toucher à ma carcasse, croyez le bien. Elle sera morte avant de pouvoir récolter les fruits de son audace, fu fu fu ~...."

" Pour ce qui est de mon aide nous en reparlerons après que tu te sois reposé. Et sache que, chez moi, à moins que ta fourberie ne soit prouvé, toute personne est innocente, à quelques exceptions. De plus, ceux de ma race ne s'en prennent aux autres que s'ils ont une bonne raison à cela aussi je sais que tu n'as surement jamais tué qui que ce soit qui ne le méritait pas. Ai-je tort ? "

Il se concentra pour voir où en était l'autre problème et constata qu'elle avait méticuleusement fait le tour pour l'éviter. Décidément, il allait vraiment finir par la tuer...
Néanmoins, celle-ci souleva la question qu'Edwin n'avait pas encore posé:


"C'est pas banal comme truc, vous avez sauté d'une tour dans des ronciers pour vous faire ça ?"

Encore une fois, cela manquait totalement de respect et de manières mais la réponse à cette question intéressait Edwin aussi ne moufta t'il pas, attendant plutôt que sont patient lui demande quelque chose ou peut être qu'elle répondrais à la question qui venait de lui être posée...En tout cas, c'est elle qui allait décider de la suite des événements.
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Shrikan Tatsu

Conseillère en Machiavélisme
avatar

Féminin Nombre de messages : 182
Style de combat : Rapproché - sabre courts


MessageSujet: Re: La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]   Sam 28 Nov - 11:22

Edwin continuait de s'inquiéter, voulant me faire plier par ses attentions et sa gentillesse. Il n'avait pas tord concernant mes blessures, même si la réparation sera plus rapide que pour un simple humain. Mais ma fierté ne me permettait pas de me laisser ainsi aller sous la pitié d'un étranger. J'avais l'habitude de me soigner toute seule, depuis très longtemps déjà. Il ne s'en rendait peut être pas compte, mais sons insistance me mettait d'autant plus mal à l'aise et me braquait. Il insistait comme quoi j'étais sa patiente, et qu'il ne me laisserait pas ainsi. Il était sourd à mes mises en garde, ce qui commençait à me faire monter la moutarde au nez. Malheureusement pour moi, je ne pouvais mêler paroles et actes. Le repousser dans mon état et fuir pour trouver un endroit plus calme pour me reposer et me soigner, cela relevait presque de l'impossible. et avec le charognard à côté de nous, je ne pouvais être rassurée à l'idée de m'endormir dans la forêt. Quoi qu'il en soit, suffisamment énervée, je plantais mon regard perçant d'où couvait ma colère sur lui, semblant le poignarder de mes yeux clairs et insistants. De nouveau sur un ton ferme, et quelque peu impatient, j'essayais de le raisonner une fois de plus et lui remettre les pendules à l'heure.

" Premièrement, je ne me souviens pas avoir accepté d'être votre patiente. Deuxièmement, je me méfie encore plus des elfes, qui sont les premiers à mal juger autrui pour de simples apparences et des manières éloignées des leurs. Je n'aime pas les elfes, et c'est réciproque, croyez moi..."

Il est vrai que j'avais rencontré dans ma longue existence des elfes, qui n'ont jamais aimé ma personne. Pourquoi ? Tout simplement parce que je n'étais pas de sang pur selon eux, que j'étais par trop irrespectueuse des dragons ou tout simplement par ce que j'en étais un. Beaucoup de peuplades d'elfes différents dans des mondes plus éloignés les uns que les autres. Mais toujours le même résultat, une certaine méfiance et répugnance envers ma personne. Pendant un temps j'avais l'espoir que mes expériences n'étaient que des faits isolés, mais bientôt la réalité se fit oppressante et j'abandonnais toute espérance d'être un jour bien acceptée par les elfes. Depuis, je ne fais qu'éviter leur contact, et si je viens les rencontrer je leur montre très rapidement qu'ils ne peuvent s'attendre à de l'amitié ou bien une soumission. Edwin était une Chimère, un hybride elfe. Ainsi, de part sa nature, il était à la fois ce que je protégeais depuis des centaines d'années, mais aussi ce que je révulse à rencontrer. Son attitude insistante et de candide bien heureux me hérissait, je préférait largement discuter avec des réalistes. Aussi je ne pouvais m'empêcher d'aller à sa contradiction, et de le repousser autant que possible. Mais je ne pouvais être totalement mauvaise envers lui, et je continuais tout de même de lui faire comprendre que c'était aussi pour son bien que je refusais son aide.

" Et troisièmement, vous avez tord. J'ai déjà tué ceux qui ne le méritaient pas. Accident ou non, cela reste un crime et une grave faute. Si vous sur-estimez ma capacité à faire la part des choses dans un combat, ce sera votre perte. Chimère, garde toi bien de ta naïveté et de ton altruisme pour mon cas, il ne mènera qu'à ta perte, ou au mieux à des problèmes."

J'avais en effet déjà tué par le passé des innocents. Par accidents ou bien par nécessité de la plus grande masse, mais je l'avais fait et cela ne m'excusait en rien. J'avais pleinement conscience de ce pêché, et restais rude envers moi même. Même si j'avais sauvé bien des vies en combattant des Renégats et des Démons, et tué le Dieu déchu, je ne me considérais en rien comme une héroïne pour la foule. J'étais un être hideux, couvert de sang qui ne méritait pas grand pardon. Car tuer reste tuer, rien de glorieux ni d'enviable. J'étais bien lasse de ma condition, et maudissais mes habitudes de combattante qui n'étaient en rien facile à étouffer. J'avais toujours ces réflexes de défense, d'agressivité, de violence. Même si c'était la plupart du temps pour une bonne cause, je n'étais pas adaptée pour une vie en société. D'où le fait que j'essayais de rester seule le plus possible, encore plus dans des situations comme celle ci, où mon corps affaiblis après un combat violent faisait encore plus ressortir mes instincts de prédateur et de guerrière.

Lasse de cette joute verbale, qui ne menait à rien, je réfléchissais à comment me sortir de cette nasse. En voyant le vautour bouger, je l'observais du coin de l'oeil. elle évitait le plus possible Edwin, venant jusqu'à se rapprocher de moi, voir se cacher derrière ma personne. Je la regardais faire, s'asseoir et se présenter. Elle n'avait pas froid aux yeux elle. Une témérité et un discours détaché qui me plaisaient somme toute. Elle se présenta, et j'hésitais presque à répondre. Mais mon nom n'est peut être pas une chose à répandre. Car après le scandale de la capitale, il valait mieux que je fasse profil bas pendant un temps, et que mon nom reste caché. Je lui répondis cependant par une vérité cachée, ce que j'avais l'habitude de répondre dans des cas où mon nom devait rester... dans l'ombre.


" Mon nom...Mhh... La situation ne prête guère à ce que je le dévoile... Mais vous pouvez m'appeler Dragon Blanc, car c'est ce que je suis."

En effet, pour attaquer le château et retrouver les prisonniers, c'était sous cet alias que je m'étais présentée à Rakshasa, compagne d'attaque. Que l'on sache juste que j'étais un dragon blanc me suffisait, car dans d'autres mondes on m'appelait sous des sobriquets moins amicaux: le Fléau Blanc, la Dévoreuse de Dieu... Rien de bien sympathique et folichon. Dragon blanc, c'était bien. Même si je n'aime pas les dragons, ce pseudonyme me permettait de tromper les autres quant à mon apparence. Qui penserait que le "Dragon Blanc" serait une femme d'apparence frêle ? Personne, c'est donc bien pratique pour rester caché.
Kat me posa une autre question, qui me fit bien sourire voir rire. La chute qu'elle proposait me semblait bien douce, comparée à celle que je devais avoir effectué. Je n'en avais pas le moindre souvenir, mais je me rappelais parfaitement de la hauteur à alquelle j'avais perdu conscience. Bien plus haut qu'un château, plus la hauteur d'une montagne à vrai dire. Amusée et divertit de la douleur, d'une certaine manière, je fis l'effort de lui répondre, mon regard brillant avec un peu plus de vie et de malice alors que je racontais l'histoire.


" Une tour et des ronces ? Ma foi, cela aurait été une chute relativement douce, fu fu fu... Non, j'ai perdu conscience alors que je volais dans les hautes sphères. Ma chute a été relativement peu grave grâce à mon armure. Les blessures internes elles, proviennent d'un combat magique antérieur et néanmoins récent."

Je ne pouvais pas vraiment leur expliquer que mes blessure internes étaient dûe au fait que j'ai utilisé trop de magie, et que mon propre corps s'était retourné contre moi en se mutilant de l'intérieur pour compenser le coût de la magie utilisée. Cependant, je voulais pour les distrire un peu de ma condition leur expliquer ce qu'il s'était passé à la capitale. Avec un peu de chance, cela les fera changer de sujet et j'aurais plus de temps pour réfléchir à un moyen de me soustraire de leur attention.

" Par ailleurs, je crois que vous ne connaissez pas encore la nouvelle. Savez vous que la raison des enlèvements de la capitale a été résolue ? C'était le roi, ou l'un de ses sbires, qui capturait des innocents pour effectuer des expériences sur eux. Je le sais que trop, car j'en revient tout juste et le combat contre les abominations qu'ils ont créés a provoqué mes présentes blessures, et ma fatigue. Libérer les survivants n'a pas été simple, mais maintenant la capitale est au courant de leurs méfaits... Je me demande le sort qu'ils réservent à ce roi fou... Une chance pour lui que je n'ai pas eu l'énergie de continuer et m'occuper de son cas."

Je poussais un soupire sec, comme frustrée de ne pas avoir pu lui régler son compte. Il faut dire que si cela avait été le cas, je ne l'aurais pas laissé s'en tirer facilement. Un peu de torture pour lui faire vivre ce qu'il a fait vivre aux cobayes aurait été une très bonne méthode, mais malheureusement ce n'est pas à moi d'en décider. C'est aux humains, et eux seuls, de porter leur Justice sur cet être ayant perdu l'esprit. Et j'espérais pour eux qu'ils allaient trouver les êtres magiques inculpés dans cette affaire. Car impossible, vu ce que j'ai vu et qui j'ai rencontré, que cela soit le résultat seuls d'humains. Un nettoyage est nécessaire, à voir si les humains seront capables de le faire. Mais bon, ce n'est plus de mon ressort. De mon côté, j'ai bien assez à faire à me soigner, survivre et me débarrasser du mignon mais candide médecin en carton pâte, et de ce sympathique mais téméraire vautour. Pas une mince affaire...

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Kathryn O'Feinley

avatar

Nombre de messages : 37

MessageSujet: Re: La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]   Dim 29 Nov - 22:27

“La première et la plus simple émotion découverte par l'esprit humain est la curiosité.”
Edmund Burke

Mouahahahaha. Je me penchais légèrement sur le côté, offrant un sourire triomphant à Edwin sans m'en cacher pour un sou. Et BIM ! Prends-toi ça, Môssieur qui m'aime pas, moi je sais faire parler les gens. Ha ! En plus, moi je n'avais pas un surnom aussi pourri que "chimère". Comment ça "vautour" c'était pire ? Non, même pas vrai. Toujours est-il que du coup je ne bougeais pas d'un poil, confortablement assise sur mon séant. Je haussais néanmoins un sourcil.

"Dragon Blanc ? Vu d'ici, vous avez pas une tête de dragon. Vous êtes mi femme - mi dragon ? Ca doit pas être pratique, mais comment ..."

Hum. J'arrêtais ma question en cours de route. Pas sûre que demander comment Maman et Papa avaient fait était une bonne idée. Nope. Même pratiquement certaine que ce n'était pas le cas. Du coup, je ravalais tout ça, en essayant de me souvenir si j'avais déjà entendu parler d'un quelconque dragon blanc. Pfiou, moi et les ragots ... Pas terrible. Du coup, force était de trouver un autre sujet de conversation, et sa chute était toute trouvée. Idéale. Ainsi donc elle avait combattu dans la capitale, et avait été blessée, et avait chût dans sa fuite en perdant conscience très haut. Et elle avait survécu grâce à ... Son ... Armure ? Merde, y a que moi qui n'avait pas un super ustensile enchanté ? J'étais trop jalouse.

"Dites, votre armure, c'est le Cérillion à qui vous parliez tout à l'heure ? Elle a l'air chouette, vous l'avez eue comment ?"

Si c'était ça, ça faisait une inconnue en moins, et ce n'était pas forcément plus mal. Sans être rassurant non plus. Si son armure était capable de lui sauver la vie d'une chute aussi importante, que pouvait-elle faire d'autre ? Mieux valait ne pas y penser.

"Vous devriez vous asseoir, ça vous prendre moins d'énergie. Je vous soignerais bien, mais je suis plus douée pour détruire des trucs et énerver les gens que pour soigner les autres. En tout cas, promis, je vous attaque pas. Je pensais me faire un peu d'argent en capturant une bête sauvage qui attaquerait les gens du coin, mais je crois que je vais devoir trouver autre chose pour renflouer mes caisses. Vous croyez qu'à la capitale ils m'embaucheraient pour un truc ?"

On ne savait jamais, si elle en venait, elle savait sûrement s'il y aurait du travail pour des mercenaires. Ou pas. Peut-être valait-il mieux que je taille la route vers un autre coin, après tout ...

_________________
Trust those who are seeking the truth
Doubt those who find it.
Revenir en haut Aller en bas



Edwin Skirata

Iznogoud
avatar

Masculin Nombre de messages : 326
Style de combat : Créatif

Possessions magiques : Un gant de soie créant un arc magique générant ses propres flèches.

MessageSujet: Re: La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]   Sam 16 Jan - 18:18

La Chute


Décidément, cette patiente était des plus intéressante ! Non seulement elle était une hybride comme lui mais en plus, c'était elle qui avait nettoyé les bas-fond du château ! Voilà qui expliquait le fait que seul quelques créatures soit remonté et non l'intégralité de l'armée de monstres qui avait été conçue. Lorsqu'elle serait remis, Edwin se dit qu'il serait surement passionnant d'avoir une longue discussion avec elle.
C'est alors que l'autre plaie eu la brillante idée de lui rappeler sa présence....Un de ces quatre il allait décidément lui coller une raclée dont elle se souviendrait pendant longtemps...


"Vous devriez vous asseoir, ça vous prendre moins d'énergie. Je vous soignerais bien, mais je suis plus douée pour détruire des trucs et énerver les gens que pour soigner les autres. En tout cas, promis, je vous attaque pas. Je pensais me faire un peu d'argent en capturant une bête sauvage qui attaquerait les gens du coin, mais je crois que je vais devoir trouver autre chose pour renflouer mes caisses. Vous croyez qu'à la capitale ils m'embaucheraient pour un truc ?"

Edwin soupira tellement il trouvait cela pathétique. Pour se changer les idées, il décida de reprendre la discussion là où la dragonne l'avait laissé.

" Oui je suis en effet au courant pour les événements du château. Cela faisait un moment que cela durait et il falait bien que ça arrive à une fin. Il était hors de question que je ne participe pas à l'abolition de telles expériences innommables. Et pour ce qui en est du Roi ne vous en faîtes pas, je me suis assuré qu'il reçoive le traitement approprié pour qui ose organisé une telle chose. Les autres labos ont quand à eux aussi été fermé. Définitivement. Et pour ce qu'il en est des "scientifiques"....il n'en reste plus à ma connaissance. Mon seul regret aura été cette être que je ne saurais identifié...." lâcha t'il avec une pointe de remord.

" D'ailleurs pour répondre à ta question, il y a en effet plutôt pas mal de boulot pour un mercenaire en ce moment à la capital. Et il y en aura encore plus une fois qu'il faudra choisire le Roi."

Il se tourna à nouveau vers Shrikan:

" Je pense pouvoir t'aider mais il faudrait d'abord que tu te reposes. Je ne vais pas te dérangé encore bien longtemps mais j'aimerais pouvoir m'assurer que tu sois remise sur pieds d'ici peu. Et tu n'es certes pas encore en état de protester pour le moment. Je vais partir chasser de quoi nous repaître. Myryaluna te protégeras pendant ce temps aussi aimerais je que reste raisonnable et ne fasse rien de démesuré. Pour ce qui est du vautour, je ne peux m'avancer alors restes prudente veux tu ?

Il y a une grotte à un peu plus de 300m au sud d'ici, j'y installerais notre camp pour ce soir, tu es la bienvenue si tu veux te joindre à nous. A tout à l'heure."


Il se leva alors et partit vers la foret afin de ramener suffisamment de gibier pour eux trois...




° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Shrikan Tatsu

Conseillère en Machiavélisme
avatar

Féminin Nombre de messages : 182
Style de combat : Rapproché - sabre courts


MessageSujet: Re: La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]   Sam 16 Jan - 19:13

Le vautour semblait ne pas comprendre comment je pouvais être un dragon. Elle devait penser que j'étais une hybride. Qu'elle pense cela si ça lui convient. Mais sa question suivante ne me rassurait guère. En voulait elle à mon armure ? Je fronçais des sourcils, lui répondant d'une voix plus sèche et moins amicale.

" Cette armure est unique, et ne peut être utilisée que par moi."

Que l'on convoite la seule chose que je possède, ce n'était en rien une affaire légère pour moi. Cerillion était le seule artefact, la seule preuve de toutes les épreuves que j'avais passé dans ma vie. Je foudroyais du regard l'opportuniste, lui faisant bien comprendre silencieusement que ce n'était même pas la peine d'y penser. Elle demanda cependant ensuite si elle trouvera du travail à la capitale, avec cette affaire. Je n'eu pas le temps d'y répondre, que cet Edwin répondit. D'ailleurs, il répondit plus que cela. Ainsi, il était aussi dans l'affaire du château. Et il semblait être au courant de cette affaire depuis un moment. Je serrais les lèvres, posant sur lui un regard froid d'où se cachait une colère sourde. Ainsi il savait depuis longtemps, et n'avait rien fait ? Et il se pavanait, à dire qu'il avait lui même réglé les affaires du roi. Il mentionna les cobayes, les laborantins. J'eu une pensé pour cette Sy, cette démone que si je recroisais j'allais surement étripper. Je me demandais aussi si cet être non identifié dont il parlait était moi. J'espérais que non, et n'allais pas me manifester. Moins on en sait, mieux on se porte.

Il assura à Kathryn qu'elle aurait du travail, et enchaina avec sa proposition d'aide. Mais l'idée de recevoir de l'aide d'une personne qui avait trainé à résoudre le problème du château, et qui surtout n'avait fait que de s'occuper de la partie la plus facile, ne m'était en rien agréable. Je me redressais, écoutant sa proposition de logement et de nourriture avec froideur. Alors qu'il avait fini et commençait à se détourner, je lui répondis une dernière fois avec froideur et verve.


" Je n'ai pas besoin de la protection d'un vautour, ni des soins d'un homme qui laisse pourrir une affaire qu'il connait depuis longtemps. Vous vous pavaner d'avoir réglé le compte du roi, ainsi que d'avoir connu l'affaire du château depuis un moment. Cependant combien auriez pu sauver, si vous aviez agis avant que les autres ne le fassent pour vous. Je ne veux ni de votre protection, ni de votre nourriture."

Je poussais un soupir d'humeur, dardant mon regard brillant de colère, et de fièvre, sur cet hybride.

" Je m'en vais de ce pas. Ne vous occupez pas de moi, je ne m'en porterais que mieux. Bonne route et bonne chasse."

Je me tournais, allant pour trouver mon chemin dans les marais. Je marchais lentement, me tenant les côtes, me concentrant sur mes pas pour ne pas tomber. Je titubais légèrement, mais tenais bon. Il me fallait trouver un arbre, solide et assez haut. Me cacher dans ses branches pour dormir, car pour le moment c'est ce qui allait me sauver. Me reposer, laisser le temps à mon corps de soigner ses propres plaies. J'avais mangé, aussi ce n'était pas nécessaire de chasser à nouveau. Du moins, pour le moment. J'espérais que ma dernière déclaration pleine de ressentiment les avait refroidis, et les convaincre de me laisser tranquille. Car recourir à la violence n'était pas dans mes plans immédiats, ni dans mes capacités....

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Edwin Skirata

Iznogoud
avatar

Masculin Nombre de messages : 326
Style de combat : Créatif

Possessions magiques : Un gant de soie créant un arc magique générant ses propres flèches.

MessageSujet: Re: La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]   Sam 16 Jan - 19:31

La Chute


Excuses:
 


" Je n'ai pas besoin de la protection d'un vautour, ni des soins d'un homme qui laisse pourrir une affaire qu'il connait depuis longtemps. Vous vous pavaner d'avoir réglé le compte du roi, ainsi que d'avoir connu l'affaire du château depuis un moment. Cependant combien auriez pu sauver, si vous aviez agis avant que les autres ne le fassent pour vous. Je ne veux ni de votre protection, ni de votre nourriture."

Elle poussa un soupir d'humeur, dardant son regard brillant de colère, et de fièvre, sur Edwin.


" Je m'en vais de ce pas. Ne vous occupez pas de moi, je ne m'en porterais que mieux. Bonne route et bonne chasse."


Ah, ça y est, il s'était raté. Bha, autant s'expliquer avant que cela ne cause plus de problème. Son ton devint froid instantanément. Il l’apostropha:

" Je penses que vous vous trompez sur un point, Ma Dame." Il venait d'insister sur le dernier mot.
" Je ne penses pas mes actions pendants 100 ans comme les nôtres. J'agis. Et si vous pensez que le seul labo était celui sous ce misérable château alors laissez moi vous apprendre qu'il y en avait trois autres qu'il m'a fallu démanteler. "
Il reprit un ton neutre. Elle ne lui avait rien fait, elle avait fait un reproche tout à fait normal, elle n'aurait pas pu être au courant des autres labos et il ne l'avait jamais déclaré, il n'avait pas le droit de lui reprocher son ignorance.
" Je sais que nombre de vies ont péri sous ce château mais je me devais aussi de sauver les autres là ou personne ne serait aller les sauver. Je pense que vous devez connaître Dame Rakshasa. Si vos routes venaient à se croiser, demandez lui donc des précisions, je lui est remis mon rapport quand aux nombres de personnes sauvés de ces labos ainsi que le nombre de mort. Je ne sais pas si cela vous réconfortera mais j'espère que cela vous laissera l'esprit en paix. Et pour ceux du château, je vous suis reconnaissant d'avoir fait mon travail.

Mon offre de repas tient toujours, j'y serais pour les deux jours qui suivent. D'ici là, que votre esprit soit en paix."


Il se tourna vers la louve qui s'était levé :
" Myry, on y va. C'est l'heure de nous dégourdir."


Et ils partirent en direction de la foret.


° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Shrikan Tatsu

Conseillère en Machiavélisme
avatar

Féminin Nombre de messages : 182
Style de combat : Rapproché - sabre courts


MessageSujet: Re: La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]   Ven 22 Jan - 20:46

Cet Edwin ne se laissa pas démonter par mes remarques cinglantes. Au contraire, il monta d'un ton aussi et répliqua avec autant de froideur que moi. Ce qu'il me répondit me pris au dépourvu, à tel point que je ne cachais en rien ma surprise et pensa à voix haute, perturbée.

"Trois autres ?"

Je fronçais des sourcils, réfléchissant à toute vitesse. C'est vrai, rien ne prouvait qu'il n'y avait qu'un seul repaire. Après tout, c'est tout à fait logique d'en avoir plusieurs, au cas où l'un d'entre eux serait compris, mais aussi pour obtenir des cobayes de manière moins suspecte. Je me rendis compte que j'avais été stupide d'avoir pensé qu'il y avait eu un seul lieu. Mais ma colère face à la tentative d'enlèvement de la gamine dans ma troupe de saltinbanques, et l'aura de Corruption que j'avais senti du château, ne m'avaient pas fait chercher d'autres cibles.

Edwin disait les avoir détruit, mais je ne savais pas si à ces endroits la Corruption avait aussi été activée. Qu'il soit capable de purifier ces lieux, j'en doutais étrangement, il fallait que je lui pose la question. Etrangement, je me sentais responsable de l'état de "propreté" de ces labos maudits. Pourquoi ? Aucune idée. Mon instinct, mon sentiment de responsabilité, les vieilles habitudes aussi... Une partie de moi ne voulait pas s'en mêler, pensant en avoir déjà assez fait et payé un prix plus que généreux rien que pour un labo. Mais l'autre se souvenait que trop bien des dégâts que pouvait causer la Corruption, et un sentiment de colère sourde, mêlée de peur, m'obligeait à agir. Mais il me fallait en savoir plus, et aller vérifier par moi même une fois que je serais en état.

Il mentionna soudainement Rakshasa, ce qui me sortir de mes pensés. Ce nom me disait quelque chose, et je me rappelait de cette démone très... dynamique mais aussi discrète qu'un éléphant dans une boutique de porcelaine. Elle avait failli faire tout râter d'ailleurs, et j'étais plutôt contente de ne pas avoir eu à continuer la mission avec elle. Il me proposa de chercher plus de renseignements sur les vies sauvées ou non auprès d'elle. Pensive, je lui répondis tout en faisant bien comprendre que je n'étais guère intéressée de la revoir.


" Rakshasa... Ce nom me dit quelque chose, en effet. Nous avons collaboré pour entrer dans le château, chacune à notre manière. Cependant... Je doute la croiser un jour. Et je ne vois pas de quoi vous parlez, je n'ai rien fait de tel..."

Je fis une mine boudeuse, n'ayant pas envie que l'on sache vraiment ce que j'avais fait. Je ne sais pas ce qu'il savait sur mes actions dans le château, mais je préférais nier plutôt que de penser que tout le monde savait qui était le monstre blanc qui avait libéré les cobayes. Essayer de me faire passer pour une personne à peu près normale était déjà assez difficile, si ce n'est impossible, aussi je n'avais pas besoin de publicité supplémentaire. Et j'avais été loin d'être très subtile et discrète dans ma manière de combattre. Peu importait, de toute manière. Il s'en allait, me confirmant cependant sa présence dans la grotte pour les deux prochains jours. Il me disait vouloir que mon esprit soit en paix, mais il était bien loin de penser que c'était impossible. Je le regardais partir avec sa louve, soupirant un moment et murmurant avec une certaine lassitude.

"En paix, hein... Malheureusement il ne le sera jamais..."

J'étais tiraillée à présent. D'un côté je ne souhaitais en rien leur aide, enfin son aide surtout, mais de l'autre je voulais en savoir plus sur ces autres labos, pour estimer si mon intervention était nécessaire ou non. D'un côté pas d'ennuis, de l'autre le remord et le sentiment de culpabilité. Après quelques longues secondes de combat intérieur, je capitulais et poussa un long soupire de résignation. Je me tournais vers l'humaine, qui était toujours là. Je la toisais, essayant de me souvenir de son nom.

" Kathryn, est bien cela ? J'ai changé d'avis. Cet hybride, j'ai besoin d'avoir sa confirmation concernant ces autres cachettes qu'il a trouvé. Je doute qu'il ait éradiqué tout le mal qui y était."

Je me tournais un peu plus vers elle, souriant légèrement et la regardant avec amusement.

"Et ne te trompe pas, petit Vautour, je te suis mais je te garde à l'oeil. Tu m'a l'air d'être du genre à profiter de la situation, non ? "

Je me mis à rire, elle qui devait se dire qu'elle était mal barrée avec un monstre comme moi. Mais bon, en attendant que l'autre revienne, elle aura au moins l'utilité de me distraire un minimum et m'empêcher de dormir.

" Ha ha ha ! Ma foi, c'est ainsi que l'on gagne des batailles et des guerres, cela ne me déplait point. Mais sois prévenu que je ne serais en aucun cas tendre si tu rate ton coup ~ ..."

A présent, elle était prévenue. Si elle se comportait comme un prédateur, elle aura le malheur de me voir me changer en un prédateur plus redoutable. Car s'il y avait bien une chose pour laquelle j'étais connue, c'était d'être un Monstre parmi les Monstres, un Prédateur chassant et se nourrissant de ses congénères. Et cela m'amusait, c'éait bien le pire. D'où le fait que je souriais à présent, comme si je m'attendais à un prochain divertissement qui allait alléger la douleur de mon corps et ma fatigue. A savoir ce que Kathryn allait décider.

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Kathryn O'Feinley

avatar

Nombre de messages : 37

MessageSujet: Re: La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]   Sam 23 Jan - 21:06

“La sincérité est de verre ; la discrétion est de diamant. ”
André Maurois

Assise dans mon coin, la discrétion me seyait parfaitement. Il semblait bien que je n'aie pas toutes les cartes en main, et les bla-blas politiques n'étaient de toute façon pas ma tasse de thé. En plus, Cérillion était unique, et j'avais beau l'étudier sous toute les coutures, impossible de trouver comment m'en procurer une du même style. Pourtant, ça compléterait la collection à merveille, surtout en me donnant de belles ailes bien puissantes. De quoi me barrer vite fait bien fait en cas de soucis. Et des soucis, j'en avais assez régulièrement.

La tête posée dans ma main, l'air blasé, j'attendais qu'on daigne faire de nouveau attention à moi. Non pas que je la quémande, hein, je me complaisais bien dans ma transparence. Mais je savais que tôt ou tard on me ferait signe. C'était toujours comme ça. On avait beau me détester, il n'était pas facile de m'ignorer.

Bon, et puis entre nous, je réfléchissais à cette histoire de vautour. "Kathryn la Vautour", ça manquait de panache. Pas assez de rimes. Mais je tenais peut-être un truc. Pas très original, mais un truc quand même. Les noms d'animaux, visiblement ça plaisait bien. Du coup, j'hésitais entre faire pareil, ou me démarquer. Mais avec quoi ? Mystère. Pas pratique tout ça.

Et donc, finalement, la grande dame blanche me fit signe. Ah, chouette ! Je sautais sur mes pieds, ne résistant pas à l'envie de m'étirer.

- J'ai bien aimé comment vous l'avez rétamé là. 'Pavaner', c'est le bon terme. Je l'aime pas ce type, il en fait trop, toujours à blablater comme quoi il a le monde sur les épaules et on sait rien et il a tout trop bien fait. Et c'est un hybride en plus ? Il doit être nain, ça expliquerait le caractère de merde.

Je reniflais un bon coup, en signe de dédain, avant de la regarder elle, et de hausser les épaules.

- Vous devriez pas vous faire autant de soucis, c'est pas bon pour la santé. Si vous avez un problème, vous avez deux choix. Soit vous pouvez le régler, et ça sert à rien de s'en faire, soit vous pouvez pas, et s'en faire changera rien.

Je souris, le plus innocemment du monde, avant de lever les mains en signe de reddition.

- Ok ! Promis. De toute façon, je peux pas m'enfuir. Vous gagnez.

Je me mis donc en route, suivant le chemin donné par Edwin. Trois cent mètres, ça n'était pas bien loin. Je sifflais malgré tout mon cheval histoire qu'il suive, pas envie de devoir me farcir toute la plaine si je devais me barrer. Simple mesure de précaution. Entre un dragon humain, un loup, et un hybride qui avait visiblement décidé de me faire la peau dès qu'il le pourrait, j'avais connu meilleurs compagnons.

Pas de bol, Edwin n'était pas là où il comptait monter le camp. Visiblement il prenait son temps en forêt, il avait sûrement décidé de faire du trek, de fumer des feuilles, ou de s'amuser avec sa louve. Je ne voulais pas de détails. Décidant de l'attendre ici, j'entrepris d'escalader un pan de paroi rocheuse non loin de l'entrée. Le repérant finalement qui arrivait après quelques temps, je nous annonçais d'un grand signe de la main, guettant le soupir de lassitude qui viendrait sûrement.

- Hey, Ed ! Eddie ! J'ai un cadeau ! Elle voulait te poser des questions, visiblement tu l'as pas encore assez saoulée. Promis, je te donne des cours si tu veux.

Je souris d'un air mutin, parfaitement tête à claque. J'étais bien en hauteur, bizarre vu que je ne pouvais pas vraiment rattraper mes chutes. Mais pas grave. En plus, j'avais une vue dégagée sur le coin ... Ce serait mieux. Plus prudent, là encore. Surtout si les deux zigotos avaient décidé de convier d'autres copains aussi gentils qu'eux à leur petite fête.

Et puis en plus, ça me rappellerait des souvenirs. Moi perchée en haut, lui tirait la gueule ... Hey, on installait peut-être une petite routine à nous deux ? Ce serait cool !

_________________
Trust those who are seeking the truth
Doubt those who find it.


Dernière édition par Kathryn O'Feinley le Dim 7 Fév - 23:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Shrikan Tatsu

Conseillère en Machiavélisme
avatar

Féminin Nombre de messages : 182
Style de combat : Rapproché - sabre courts


MessageSujet: Re: La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]   Sam 30 Jan - 18:19

Ma chère accompagnatrice ne semblait pas avoir la langue dans sa poche, quand elle décidait de parler. Son allusion à Edwin et son caractère me fit sourire, même si je ne répliquais rien. C'est vrai que les nains ont mauvais caractères, mais Edwin avait au moins leur vulgarité en moins. En tout cas, pour le peu qu'il m'en avait montré. Je regardais Kathryn, qui semblait vouloir me rassurer d'une certaine manière. Je soupirais, la suivant.

"Malheureusement pour moi, me faire du soucis fait partie du quotidien. Je ne me souviens même plus ce que cela fait que d'être insoucient. Mais bon, j'ai les épaules encore solides, ce n'est psa cela qui me tuera."

Non, certes ce n'était pas ça, mais je savais très bien que quelque chose de très proche pourrait avoir raison de ma volonté et de mes forces. La culpabilité, le remord, ces sentiments étaient létals pour moi, affectant l'énergie que je mettais à combattre et à survivre. Pour le moment la colère et la rancoeur me gardaient en vie, mais pour combien de temps avant que ces autres sentiments ne viennent frapper à la porte de mon esprit ? Dans mes pensés, je suivais sans vraiment faire attention cette jeune vautour. Elle avait appelé son cheval, que je n'avais même pas remarqué. C'était dangereux qu'il soit là d'ailleurs, car dans une crise je pourrais lui sauter dessus pour le tuer et le dévorer. A espérer que je n'ai pas à combattre à nouveau et à utiliser mes pouvoirs pour en arriver là. Je n'aime pas manger les chevaux...

Nous sortions du marais, ou du moins c'est ce qu'il me semblait. Je repensais à cette histoire de labo, et me fit rapidement une raison. J'étais bien décidée à les visiter, quoi que me dise Edwin. Après tout, on ne fait rien mieux que soi-même, et à ce stade je ne pouvais laisser la chance et faire confiance dans les talents d'une personne que je ne connaissais pas. Certes, il avait l'air tout à fait aimable quand il le souhaitait et altruiste, mais quant à ses compétences, je ne pouvais que douter et me fier à mon instinct. Qui sait ce qui devait pourrir là bas ? Je ne pouvais laisser ce monde courrir le risque de la Corruption, un fléau qui me faisait frémir à chaque fois et me mettait hors de moi.

Nous marchions un moment, mais je n'allais pas très vite. Mes blessures n'étaient pas anodines, et bien que mon corps soit du genre à se guérir vite et que je supporte plutôt bien la douleur, le simple fait de poser un pied devant l'autre me faisait un mal de chien. Je sentais tout mon corps hurler de douleur à chaque mouvement, sentir les os brisés de mes cotes se râper contre la chaire et faire plus de dégâts. Je prenais cependant sur moi, ne parlant pas et me concentrant pour avancer. Je ne voulais pas d'aide, d'ailleurs. Habituée à devoir me débrouiller seule, j'étais extrêmement gênée et mal à l'aise si quelqu'un venait à me porter secour. De même, ma fierté de guerrière solitaire augmentait ma réticence à me faire assister. Mais fort heureusement, contrairement à Edwin, Kathryn ne sembla pas vouloir m'aider. Tant mieux.

Nous arrivions enfin au camp, où un petit se trouvait. Nous étions devant une grotte, en surplomb du marais. L'air était moins humide que le marais, moins chargé. Mais les relants du marais n'étaient pas très loin. J'étais somme toute soulagée d'arriver. On pouvait voir non loin du campement Edwin et sa louve. Alors que Katrhyn s'empressa de le rejoindre joyeusement pour le prévenir que j'avais accepté de venir au camp, j'évitais à tout pris de les rejoindre. Me dirigeant vers le feu de camp, dont les flammes dansantes chaudes et agréables en cette nuit m'appelaient comme des sirènes, je pris place à côté, m'asseyant en tailleur tout en grimaçant et jurant entre mes dents.


" Urgh... Stupide chute de mes...."

La douleur m'avait attaqué de nouveau, et je soufflais avec force pour ne pas crier de douleur. Mon corps commençait à trembler légèrement. Peut être de froid, peut être de fatigue, l'adrénaline. Autant de raisons qui m'importaient peu. La lumière du feu faisait briller mon armure nacrée, souple et d'allure impeccable. Il fallait que je regarde l'état de mon corps sous l'armure. Je savais ce qu'il en était pour mon aile brisée, mais pas pour le reste. Caressant doucement d'une main l'armure au niveau de mon abdomen, je chuchotais un ordre à Cerillion.

"Cerillion, fais moi voir..."

Je la sentis réticente au début, mais elle ne tarda pas à obéir. Et là, comme si le métal devenait vivant, il se replia, recula dans ses retranchements. Le métal nacré découvrit mes cotes, mon dos, se concentrant sur la protection de ma poitrine, de mes épaules et de ma colonne vertébrale. Mes ailes aussi furent découverte, enlevant à celle ci leur belle couverture brillante pour révéler de la peau et de la chaire blanche, mais ensanglantée et déchirée sur l'aile brisée.

Je jetais un coup d'oeil sur mon abdomen. Il y avait de grandes marbrures violettes et noires, des ecchymoses importans sur tout mon flanc droit. On pouvait aussi voir des rougeurs, traces de plaies récentes tout juste fermées. Comme je le craignais, je n'étais pas en bon état. Heureusement mes cotes brisées n'avaient pas transpercé ma peau, mais je pouvais sentir tous les dégâts en interne. A vue d'oeil, il me faudrait encore manger deux cerfs entiers et dormir pendant une à deux semaines pour être totalement remise. Mais pour cela, il me fallait un endroit sûr où je pourrais dormir. En temps normal, j'allais dans de grandes forêts où je trouvais des arbes suffisamment hauts et aux branches robustes pour m'y installer. Là, personne ne venait m'embêter, et les seuls inconscients à le faire étaient en général des animaux que je finissais par dévorer. Mais ici, peu de chance de trouver un tel endroit. La grotte peut être ? Mais un autre problème se posait: le temps. Celui-ci m'était compté, surtout si je devais visiter les 3 laboratoires. Plus tôt je faisais mes vérifications, mieux c'était.
Je soupirais un moment, ennuyée de ne pouvoir maitriser la chose. Tant de paramètres m'échappaient en ce moment... A commencer d'ailleurs par cet Edwin et cette Kathryn ! Qui sait ce qu'ils avaient en tête, et ce qu'il pouvaient me faire...


_________________
Revenir en haut Aller en bas



Edwin Skirata

Iznogoud
avatar

Masculin Nombre de messages : 326
Style de combat : Créatif

Possessions magiques : Un gant de soie créant un arc magique générant ses propres flèches.

MessageSujet: Re: La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]   Dim 7 Fév - 23:11

La Chute


Juste pour info:
 


A peine s'était il éloigné qu'il sentait que les deux femmes s'éloignait.

* Tant mieux, je serais plus tranquille ainsi. * se dit il intérieurement.

Il n'avait rien contre la dragonne, bien au contraire mais l'autre charogne lui posait décidément un problème. Il lui faudrait décidément trouver un moyen de s'en débarrasser. Il espérait qu'elle saurait se montrer plus intelligente et éviter de le provoquer inutilement. Il n'aimait pas les gens comme elle mais il détestais encore plus la violence inutile et elle avait un peu trop tendance à en créer à son goût. Enfin bon, cette fois ci elle semblait calmée. Du moins l'espérait il.
La chasse était plutôt fructueuse avec 2 lapins, et un cerf. Mais cela n'allait jamais suffire. Aussi dû t'il prendre sa forme draconique qui lui permit de tuer de gros sanglier et un autre cerf. Afin de transporter leurs butin, il confectionnèrent rapidement un traîneau en bois. Rien de très élaboré mais cela suffisait pour transporter les proies.

Quand ils arrivèrent à la grotte, le soleil se couchait sur la plaine. Edwin avait reprit sa forme Elfique et Myryaluna restait une belle louve hors normes au pelage noir-argenté.Il fut surpris par la présence de Kat au sommet des pics rocheux au dessus de la grotte mais ne s'y attarda pas.
Elle voulut les suivre, mais il décida de faire preuve de sagesse et prit une précaution, tout en restant aimable, lui dit : " J'apprécierais si tu pouvais nous laisser seul un moment. Et il nous faudrait monter la garde. La région est assez...fréquenté. Si tu voulais bien prendre le premier tour, je m'occuperais de t'apporter un repas à ton goût." lui offrit-il pour ouvrir un terrain d'entente.
Ils traînèrent leurs proie à l'intérieur et Edwin constata avec plaisir que Shrikan était finalement resté. Il se doutait qu'elle était plus intéressée par les informations qu'il avait sur les autres labos que par ses soins mais c'était un début. Si cela lui permettait de s'assurer qu'elle vive, le jeu en valait la chandelle. Avant de se montrer dans la salle principale, il essaya à nouveau de sonder sa patiente mais encore une fois il ne pu examiner le torse de celle-ci.


*Surement Cerillion. Je me demande s'il est comme toi Sylnya. Qu'en dis tu ?*

L'épée était restée jusque là bien silencieuse et Edwin se demandait si la dragonne ou son armure était lié au mutisme de l'épée. Il attendit quelques secondes puis rentra dans la grande pièce centrale. Un emplacement pour le feu avait été creusé au centre de la pièce ainsi qu'une aération pour la fumée juste au dessus.

" Nous sommes de retour avec de quoi manger. Et je pense qu'il y en aura assez pour nous trois." fit il en montrant le tas de proie. En effet, il était rare de voir six sangliers, trois cerfs et un ours sur le même plateau repas.

Edwin prépara les lapins pour lui et Myryaluna et se posa la question de comment la dragonne préférait sa viande. Ne trouvant pas la réponse, il décida de poser rapidement la question à l’intéressée :

" Veux tu que je te prépare ta viande ou préfères tu manger tes proies cru ? "

Et alors qu'il attendait, il eu une réponse mais pas celle à laquelle il s'attendait :

* Je penses qu'elle peu me voir. Je sens son armure mais je sais pas si elle est comme moi. Mais, elle, je pense qu'elle peu me voir. *

Cela surpris tellement Edwin et Myryaluna que les deux se tournèrent vers l'épée qu'Edwin avait laissé à l'entrée de la pièce. Ils étaient bouche bée. Elle avait l'habitude de les surprendre mais là c'était une première. Edwin possédait Sylnya depuis sa tendre enfance mais c'était la première fois qu'il entendait pareil chose. Il savait qu'Anoki pouvait la voir mais il avait mis cela sur le compte des pouvoirs du jeune humain. Mais, elle, n'avait rien à voir là dedans.

* Tu en es sur ? *

* Comment veux tu que je le sois, bougre d'âne ?! Elle ne m'a jamais touché et je ne peux toujours pas me ch...me déplacer. Et j'ai pas d'yeux j'te rappelle ! Comment veux tu que je le sache ?! *

* Tu veux qu'on essaye ?* proposa Myry, ne pouvant s'empêcher de prendre sa revanche sur l'épée qui se payait sans arrêt leurs tête.

* Pas sans qu'elle soit d'accord ! Si elle est vraiment capable de ce que je crois, elle n'aurait aucun mal à se débarrasser de moi et je tiens encore suffisamment à la vie pour ne pas vouloir l'affronter. *

Edwin n'en revenait pas. Il était habitué à l'inhabituel, c'était son quotidien mais là, cela le dépassait. Il ne savait que penser. Si elle était vraiment capable de ce que Sylnya estimait alors elle était d'un tout autre niveau. Et pourtant, elle était là, devant lui, dans cette état.
Edwin observa encore un moment la dragonne puis se reprit, vérifia que Kathryne n'était pas à portée d'oreille et demanda:


" Excuse moi, j'aurais une question peut être indiscrète mais j'ai besoin de savoir avant de continuer : mon épée à des...capacités qui lui sont propres et elle aimerait vérifié quelque chose. Voudrais tu bien juste la prendre dans tes mains ?"

Il était trop curieux pour en rester là. Il voulait savoir la suite.

* Espèce de petit traître ! * s'exclama Sylnya d'une voix rieuse. * T'as intérêt à bien prendre soin de moi. * lacha t'elle tout de même d'un ton des plus sérieux alors qu'Edwin présentait la garde de l'épée à Shrikan.


° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________


Dernière édition par Edwin Skirata le Mar 9 Fév - 18:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Shrikan Tatsu

Conseillère en Machiavélisme
avatar

Féminin Nombre de messages : 182
Style de combat : Rapproché - sabre courts


MessageSujet: Re: La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]   Lun 8 Fév - 12:16


Au final, Edwin n’était pas là. Ce que nous avions cru être lui n’était, semble t’il, qu’un trappeur errant. Peu m’importait, car j’étais concentrée sur mes blessures et tentait de me concentrer pour aider à la guérison. Maintenant que j’avais vu l’état de mon corps, Cerillion s’empressa de recouvrir de nouveau mon corps de sa protection. Je pouvais l’entendre ronchonner dans ma tête, enfin cela ne changeait pas d’habitude. De nouveau protégée, je restais en tailleur et fermais les yeux, voulant entrer en méditation. En fait, c’était tout simplement calmer ma respiration et contrôler les flux sanguins ainsi que les flux d’énergie dans mon corps. En les canalisant, je pouvais accélérer la guérison à certains endroits. C’était demandeur de concentration, mais surtout de calme. Cerillion se mit en veille, surveillant la présence des autres aux alentours et le moindre danger.

Cerillion était bien pratique, mais bien étrange aussi. C’était une arme vivante, une arme mêlée à un esprit primitif puissant et proche des anciens dieux. Quand nous communiquions, ce n’était jamais sous forme de mots, mais plus d’images et d’émotions. Même si je lui parlais, il comprenait le sens profond de ma phrase par tout le contexte émotionnel à ce moment-là. Lui-même ne parlait pas. C’était uniquement des émotions, des pulsions… non pas qu’il était dénué d’intelligence, mais il n’avait pas besoin de mots pour s’exprimer. Et il n’avait jusqu’à présent eu besoin de s’exprimer qu’envers moi. Notre relation était presque symbiotique. Car en échange de la protection de son corps d’armure et du contrôle de ma puissance, il se nourrissait de l’énergie magique en trop que j’avais ainsi que du sang qui coulait sur l’armure. C’était d’ailleurs la raison pour laquelle, après tout ce temps passé ensemble, il avait refusé catégoriquement de se séparer de moi lors de la rupture du contrat avec l’Orbe. Pourquoi se séparer de celle qui jusqu’à présent ne l’avait jamais autant nourrit et divertit de toute son existence ? Car oui, c’était un esprit sanguinaire, un esprit qui aimait se battre et affronter des forces plus fortes que lui. Le contrôler était parfois difficile, et je dois avouer que maintes fois il m’a influencé lors de combats. Mais c’est ce qui m’a probablement sauvé la vie à de nombreuses reprises, alors pourquoi m’en plaindre ?
Cependant dans un contexte comme celui-ci, il valait mieux qu’il reste en veille, dans un état léthargique. Car le scellé m’empêchait de le nourrir correctement, et je cherchais à éviter les combats plutôt qu’à les provoquer. Je ne le laissais s’éveiller qu’en cas d’urgence, comme pour l’attaque du château. C’était la première fois que je l’avais laissé se réveiller depuis mon arrivée en ce monde. C’est sûrement la raison pour laquelle il ne souhaite plus vraiment se rendormir, veillant comme une louve surveillant sa progéniture endormie. Mais il faudra bien qu’il se rendorme, même si pour cela je dois l’y forcer.

Je continuais de méditer, sentant mes chairs se réparer peu à peu. C’était lent, toujours trop lent à mon goût, mais bien rapide pour un humain lambda. Car au lieu de mettre trois semaines à m’en remettre, une semaine devrait suffire. A condition que je me nourrisse de viande en quantité et que je dorme suffisamment. Je ne sus pas combien de temps passa, mais Cerillion m’alerta à un moment du retour d’Edwin. Il était méfiant envers lui, car celui ayant le plus de potentiel de destruction par ses pouvoirs et ceux qui l’accompagnaient. Tout comme moi, il avait senti la présence anormale en la louve et dans son épée. Pour moi peu m’importait, mais Cerillion n’appréciait définitivement par l’épée, qui était une menace pour moi. C’était une épée avec une présence, un esprit sans doute. Mais rien d’alarmant à mon égard. Je devinais que Cerillion s’agitait surtout par envie d’en découdre et son penchant pour défendre ce qui était sien. Il aimait se mesurer aux autres armes dans son genre, même s’il savait qu’il était lui-même un peu une exception à la règle. Je l’incitais dans ma tête à se calmer, alors que j’ouvrais les yeux pour les voir arriver. Et il ne venait pas sans rien ! Avait-il pressenti la faim qui me taraudait ? En tout cas il avait ramené un cheptel digne d’une chasse royale. Ces sangliers me semblaient très appétissants, et je devais me retenir pour ne pas laisser mon instinct prendre le dessus. Si ça ne tenait qu’à moi, je me jetterais dessus pour tout dévorer comme un animal ! Ce que je ferais sans aucun doute au final… Edwin me surprit légèrement en m’adressant la parole, me demandant si je préférais la viande préparée ou bien crûe. Un peu gênée, je lui répondis cependant.


«Plus qu’une préférence, c’est une nécessité que de manger crû. Pas la peine de les dépecer, je m’en chargerais moi-même. Deux sangliers devraient me suffire. »

En fait, j’aurais bien voulu rajouter le cerf aussi, mais il fallait me retenir un minimum. Question de principe, on ne prend pas la moitié voir plus d’une chasse quand on n’a pas sois même levé ses fesses pour aller les chercher. La faim me tiraillait cependant, l’odeur du sang avivant cette bestialité primaire qui m’ordonnait de me nourrir pour guérir. Je résistais à cette envie de manger, ne remarquant pas la discussion intérieure d’Edwin. Ce n’est que lorsqu’il s’approcha de moi et me présenta son épée ainsi que sa requête que je le regardais avec de grands yeux surpris.

« La toucher ? »

Cerillion me fit bien vite comprendre son désaccord. Même si l’esprit dans l’épée semblait faible, on ne pouvait courir de risque vu mon état. De plus, c’était pour moi quelque chose de gênant. Même si elle me le demandait, je ne savais pas ce que mon esprit, ainsi que celui de Cerillion, pourraient bien faire en interagissant avec celle de cette arme. J’observais l’épée, regardant la lame et y décelant une aura non agressive. Si j’utilisais ma magie pour pénétrer le domaine de vision des esprits, j’aurais sûrement une idée de ce à quoi cet esprit ressemble, et donc évaluer ce qu’il pourrait me faire. Mais cela demandait d’utiliser ma magie, et donc trop d’efforts vu mon état. L’autre solution était en effet de toucher l’arme et d’entrer directement en contact avec l’esprit. Mais c’était dangereux dans un autre sens : si l’esprit était quelque peu agressif, le mien pourrait par instinct l’attaquer et le blesser. Je ne parle même pas de Cerillion qui se jetterait dessus comme un fauve affamé. Je regardais de nouveau Edwin avec hésitation, essayant de lui faire comprendre que ce n’était pas forcément une bonne idée.

« Ton épée semble en effet être une Finläre, une arme-esprit. Ce sont des gardiens de choix, et il est des plus déplacé que d’en toucher un. De plus… Je ne suis pas certaine que cela soit une bonne idée, cela pourrait être dangereux. Que veut-elle savoir au juste ? »

J’évitais l’approche en lui posant directement la question. Avec un peu de chance, il n’insistera pas. Sinon… je serais bien obligée de la toucher, car ne pas accéder à la requête d’une arme-esprit était aussi une insulte. J’espérais simplement qu’elle ne tentera aucune folie, et que Cerillion saura garder sa place. Même si cet esprit ne semble pas assez puissant pour le tenter, on ne sait jamais.

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Kathryn O'Feinley

avatar

Nombre de messages : 37

MessageSujet: Re: La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]   Mar 9 Fév - 21:37

“Un pigeon, c'est plus con qu'un dauphin, d'accord... mais ça vole.”
Michel Audiard

Je me sentirais presque vexée. Presque. Mais l'ignorance crasse dont me gratifia Edwin ne me tira rien d'autre qu'un léger mouvement de tête sur le côté. Ce que j'en pensais au fond resterait bien interne à ma petite caboche. Haussant les épaules, je sautais à terre d'un bond leste et m'apprêtais à entrer dans la caverne à sa suite, mais il m'arrêta. J'étais tentée de jouer à la tête de con, mais il avait été bien poli, alors boooon ... Je pouvais bien faire un effort. Posant mes mains sur mes hanches dans un geste de franche désapprobation, avec une mine boudeuse digne d'un elfe de 15 ans -c'est dire- je soufflais un grand coup.

"Bon, d'accord ... Mais vous faîtes rien de crado là-dedans hein ? Ou alors vous me prévenez, et je dors dehors."

Niark niark. A lui de s'imaginer tout seul comme un grand ce que je sous-entendais, il en avait sûrement vu d'autres. Ce qui me faisait  penser que .... Hum, non. Je croisais les bras après avoir replacé une mèche blanche dans un chignon, plongeant mes yeux dans les siens, imperturbable. J'hésitais à lui demander à ne pas me prendre pour une conne, sachant pertinemment que la sécurité du campement n'était pas sa priorité, mais renonçais bien vite. De toute façon, il n'en aurait rien à foutre, me balancerait un petit 'oui oui' histoire de, et s'en irait. Autant ne rien ajouter. Ah, quoique.

"Tardez pas trop avec vos conneries, je crève la dalle moi."

Je tournais ensuite les talons avec au moins autant de dédain d'une petite amie refoulée, puis montais sans autre son ni forme de cérémonie dans le premier arbre venu où je disparaissais à tous ses sens. Mais bon, là encore, il en avait l'habitude.

N'empêche, j'espérais vraiment qu'il n'allait pas mettre trois plombes. Pas envie de mourir congelée dans un arbre en attendant un pauvre lapin. Et histoire de m'occuper l'esprit, je débattais sur la potentialité du fait que la louve ait mordu ou léchouillé la viande et ma propension en connaissance de cause à manger ladite viande.

Mine de rien, c'était pas facile.

_________________
Trust those who are seeking the truth
Doubt those who find it.
Revenir en haut Aller en bas



Edwin Skirata

Iznogoud
avatar

Masculin Nombre de messages : 326
Style de combat : Créatif

Possessions magiques : Un gant de soie créant un arc magique générant ses propres flèches.

MessageSujet: Re: La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]   Mer 10 Fév - 0:09

La Chute

« Ton épée semble en effet être une Finläre, une arme-esprit. Ce sont des gardiens de choix, et il est des plus déplacé que d’en toucher un. De plus… Je ne suis pas certaine que cela soit une bonne idée, cela pourrait être dangereux. Que veut-elle savoir au juste ? »

" Elle voudrait intéragir avec toi et elle refuse de me donner plus de précision. Et elle pense entre autre que tu es capable de la voire. Ce dont je ne suis pas encore capable. Et je pense qu'elle veut aussi servir d’intermédiaire entre toi et moi. Elle possède en effet le même don de télépathie que mon père même si je ne sais comment. Je doute qu'elle te veuille le moindre mal. Elle à bon nombre de défauts mais la méchanceté, le mensonge et la malveillance n'en font pas parti."

* Eh, mais ça va pas ! Tu veux pas lui faire la cour et m'introduire à son armure tant que t'y es ? *

* Tiens, bonne idée ! J'y avais pas pensé ! *

*Arrête ça de suite ! N'y penses même pas !*

" D'ailleurs, elle voudrait aussi faire la rencontre de Cerillion si celui-ci veut bien."

* Tu vas me le payer !*

Et pour se venger, elle envoya une très courte décharge à Edwin. Celui-ci tint bon, ne voulant pas montrer la moindre gène à Shrikan. Elle semblait se méfier de l'épée, ce n'était pas le moment de la mettre sur ses gardes à cause d'une petite vengeance personnelle.
De plus, il s'assura que le sursaut magique soit imperceptible, dès fois que quelqu'un cherchait des traces de magie à ce moment là. En bref, il ne s'était rien passé.


" Je vous propose d'échanger pendant que je prépare le repas. Je penses que vous en aurez pour un moment."

Et il s'éloigna doucement. Il s'assit à côté des proies et commença par séparer les parts : il mit quatre sanglier et un cerf de côté pour Shrikan. Il prit ensuite un cerf et un sanglier pour Myryaluna et lui puis le dernier cerf et les lapins pour Kathryn. Il n'avait pas prévu de la nourrir mais celle-ci avait prit le premier tour de garde sans trop rechigner, aussi allait il lui préparer un repas digne de se nom.
Il emmena ensuite les proies à préparer dans une des grottes adjacentes, Myryaluna sur ses talons, où il retrouva le puits et les installations culinaires ainsi que bon nombre de tables et de chaises. Mais ce n'était guère surprenant car c'était là l'ancien repère de bandits qui avaient été chassé il y a de cela quelques mois de cet endroit.
Il vida les proies, les assaisonna avec les épices qu'il avait dans sa besace et les fixa sur les broches. Il trouva du bois sec dans une des réserves et mit le tout à cuire. Cela prendrait environ une trentaine de minutes, aussi choisit de retourner dans la pièces centrale. Une quinzaine de minutes s'étaient écoulé depuis qu'il l'avait quitté.
Il se posa dans un coin ou il pouvait voir Shrikan et Sylnya et attendit. Constatant qu'il avait du temps, Myryaluna vint réclamer des caresses, se posant à coté de lui, la tête sur ses genoux.


"Non mais je vous jure ! " lui dit Edwin alors que ce dernier la caressait avec grand plaisir, profitant de se moment de tendresse. La louve ronronna de plaisir et profita tranquilement du moment, attendant que Sylnya, qui avait coupé toute communication avec eu un peu plus tôt, revienne les déranger.
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Shrikan Tatsu

Conseillère en Machiavélisme
avatar

Féminin Nombre de messages : 182
Style de combat : Rapproché - sabre courts


MessageSujet: Re: La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]   Mer 10 Fév - 12:02


[bon j’ai trouvé une solution pour répondre un peu plus fréquemment jusqu’à la fin de semaine prochaine. Mais cela veut dire que je ne pourrais répondre que le midi.]

Edwin m’expliqua alors calmement le pourquoi du comment. Je trouvais cela étrange que cette arme veuille simplement vérifier que je puisse la voir. Etait-ce si exceptionnel que cela ? A moins qu’elle ait détecté que je n’étais pas un être de ce monde, et bien différent d’un simple mortel. J’en doutais tout de même, vu l’état de faiblesse dans lequel je me trouvais ainsi que le scellé qui masquait pour beaucoup mon potentiel de magie. Mais cela voulait-il aussi dire qu’il ne pouvait la voir ? Autre étrangeté selon moi. Car à moins que l’esprit dans l’arme ne soit un esprit de l’éther, il devait forcément avoir une forme spirituelle donnée. Et une arme spirituelle apparait forcément au moins une fois à son possesseur, que ce soit par vision ou dans des rêves. La seule explication logique à mon sens était que cette arme n’avait pas vraiment choisi Edwin comme Maitre, ou bien qu’il était trop faible spirituellement pour la voir. Cependant, ce monde est bien différent de celui dont je viens, les règles régissant le monde des esprits et de la magie ne doit pas être le même.

Un autre point qui m’étonna, c’était qu’elle souhaitait être l’intermédiaire entre lui et moi. Pourquoi donc ? N’avait-elle pas apprécié la manière dont je le rebiffais à chaque fois pour qu’elle veuille jouer ce rôle ? Toujours aussi incongru pour ma part, et je ne cessais d’être sceptique quant à l’idée d’entrer en contact avec cette épée. Même si Edwin m’assurait qu’elle était pacifique et apaisante, je n’étais toujours pas totalement convaincue. Cependant, il ne me laissa pas le choix. Me laissant l’arme, je me retrouvais seule alors qu’il partait préparer le repas et que Kathryn avait disparu dans la nature. Je regardais l’épée, restant silencieuse quelques instants, puis soupira en signe de rédition.


« Très bien, s’il doit en être ainsi. Mais tu ne pourras pas dire que je ne t’ai pas prévenu. »

Tendant ma main je pris l’arme, ayant bien fait attention d’isoler mon esprit dans un premier temps du sien. Je pouvais sentir l’énergie pacifique de l’arme sous mes doigts, et une certaine forme… d’appréhension. J’avais isolé mon esprit, ne laissant paraitre que l’équivalent d’un mur de neutralité comme émotion. Je retenais tant que je pouvais Cerillion, qui n’appréciait en rien mon contact avec l’arme, et fermai les yeux. Là, j’ouvris une sorte d’espace spirituel entre l’arme et moi. Nous nous retrouvions tous les trois comme en suspension dans une grande salle sombre. Pourtant, nos corps spirituels étaient tout à fait visibles.

Pour ma part, mon corps spirituel était celui de mon âme de déesse scellée. Presque que comme nue, sous mon apparence intermédiaire avec mes 3 paires d’ailes et mes cornes, mon corps blanc brillait d’un léger halo doré, et une rune brillait au-dessus de ma tête, entre mes cornes. Cette aura et cette rune, selon les dieux que j’avais rencontrés par le passé, étaient les symboles de mon identité de déesse. Pour mes ailes et mes cornes, simplement des reliques de mon corps de dragon, qui restaient là malgré tout. Mais ce qui était le plus significatif, c’était la présence du même tatouage que j’avais sur le corps, brillant d’un fort halo bleuté, et de menottes et chaînes autour de mon cou et de mes bras. Ces chaines étaient le symbole du scellé qui empêchait mes pouvoirs de déesse de se révéler, et donc de prendre le dessus et blesser mon corps de mortelle. Ce scellé qui à la fois me protégeait de ce surplus de pouvoir, et m’empêchait d’y accéder pour quitter ce monde d’exil. Cerillion lui, était sous sa forme véritable. Un monstre de la taille d’une maison, un serpent blanc à tête de dragon sans yeux et aux ailes blanches de rapace. Il feula, et manqua de se jeter sur la troisième personne présente en ces lieux. Je le retenais d’un simple geste de la main, comme si un ordre silencieux venait d’être donné. Il s’arrêta en cours de route, sembla dévisager l’esprit tout en grondant, et revint se poster derrière moi, toujours aussi menaçant.

Je regardais l’esprit de l’arme d’Edwin. Elle avait l’apparence d’une jeune femme aux longs cheveux dorés, toute parée de vêtements voluptueux bleu et lavande. Ses yeux verts étaient fixés sur moi et sur Cerillion. Son aura était en effet pacifique et douce, bien différente de la mienne qui, malgré mon calme apparent, ne pouvait être que celle imposante et dérangeante d’une déesse de la Guerre. Cet esprit était d’un autre niveau que de Cerillion, ou bien de moi. Elle semblait frêle, fragile, encore toute jeune. Je ne sentais pas en elle un potentiel de menace, mais je devais tout de même rester sur mes gardes. Car bien que l’on ne puisse cacher réellement qui on est dans le monde des esprits, il faut rester prudent. Je m’adressais à elle, d’une voix qui résonnait étrangement dans le lointain.


« C’est donc toi, Sylnya… Excuse Cerillion, il n’apprécie pas forcément les autres Finläre. C’est un esprit combatif habitué à la guerre. »

Cerillion se mit à gronder et à cliqueter à ces mots, claquant sa mâchoire de manière agressive. Je ne fis pas attention à lui, restant concentrée sur cet esprit curieux en face de moi. Je remarquais que son regard était fixé sur Cerillion, qui prenait un malin plaisir à se mettre en scène. Je préférais devancer les questions de Sylnya à son sujet.

« Tu as l’air surprise de voir la véritable forme de Cerillion. C’est un esprit primordial de l’Eau, une très ancienne Bête Céleste. Il n’a pas de forme humanoïde comme toi, et ne parle pas. Ce n’est, de toute manière pas nécessaire pour communiquer. »

Il est vrai qu’il ne communique que par émotion, et c’était aussi vrai ici. Il montrait son sentiment de désaccord, sa colère, sa brutalité qui ne se retenait que par égard envers ma personne. On pouvait l’entendre gronder comme un animal, ce qu’il était somme toute, mais il était bien loin d’être stupide et ignorant. Raison de plus de se méfier de lui.

« Alors, tu semblais vouloir savoir si je pouvais te voir. Et bien je peux… tout comme tu peux nous voir aussi. Mais pour cela il faut que nous soyons dans un espace neutre de l’esprit, l’endroit où nous sommes à présent. Sinon, il faut que j’utilise une magie particulière pour te distinguer dans le monde matériel. Cependant, je suis étonnée que ce soit quelque chose qui demande une enquête aussi… intrusive l’une pour l’autre. Pourquoi est-ce important que je sois capable de te voir sous ta forme esprit ? Je ne suis rien pour toi.

De même, pourquoi vouloir être l’intermédiaire entre Edwin et moi ? Cela n’a pas de sens, nous ne nous connaissons pas et je ne vois en rien ce que cela peut apporter. Il est capable de parler et de se défendre tout seul, après tout.»


Je l’assaillais de question, mais j’étais en droit car c’était elle qui avait insisté pour cette entrevue. De plus, je ne comprenais toujours pas pourquoi elle insistait pour faire la médiation entre cet hybride et moi. Y avait-il des raisons sous-jacentes ? Quoi qu’il en soit, je le saurais bien assez tôt, si cet esprit daigne bien parler.

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Kathryn O'Feinley

avatar

Nombre de messages : 37

MessageSujet: Re: La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]   Jeu 11 Fév - 20:18

“L'idéal du calme est dans un chat assis.”
Jules Renard

On était plutôt bien dehors. Il faisait encore bon, ni trop ni trop chaud (oui, c'est le principe même de 'bon' mais mieux vaut préciser au cas où. Et ça fait gagner quelques mots sur un message qui, vous allez vous en rendre compte, en contiendra pas mal d'inutiles. For reason. Faut dire que quand on est seul perchée sur une branche ... On y reviendra.)

Il faisait donc bon, ce qui me permettait de ne pas maudire conjointement Edwin et Shrikan trop fort. Un peu quand même parce que je m'ennuyais sec, mais au moins je n'avais pas froid, pas chaud (oui oui, je me répète, j'en ai conscience, courage, on en est qu'au début), et vu ce qu'Edwin avait rapporté, force était de constater qu'on ne mourrait pas de faim. D'ailleurs, je me demandais un peu comment il avait fait. Ca faisait une très belle chasse quand même. Un peu trop belle, en fait, même. Soit les animaux étaient déjà morts ou malades, soit il y avait dragon sous le cocotier. Et ce n'était pas sa louve de compagnie qui allait changer quoique ce soit. Affaire à suivre, donc.

M'étirant dans mon arbre avec la souplesse d'un chat, je laissais pendre une jambe tranquillement. J'étais bien, ici. Pour un peu, je pourrais presque m'endormir. Ce dont il n'était pas question vu que j'étais de garde. Mais dans l'idée, c'était possible. C'était si calme !

Wait.

Je me redressais, attentive aux alentours. Même pas un oiseau. Pourtant la forêt était habitée, Edwin l'avait prouvé. C'était vachement calme du coup. Un peu beaucoup trop calme même. Je préférais quand c'était un peu trop plus moins calme. Je portais la main à mon arc, par réflexe. Il avait dit quoi, Edwin ? Une grotte au sud ? Mais quoi d'autre ? Je jurais entre mes dents, lâchant mon arme dont je vérifiais l'accroche avant d'escalader plus avant dans les feuilles et les branches, discrètement, jusqu'à la cime. Juste histoire de voir venir les choses de loin ... De très très loin.

Ca laissait plus de temps pour fuir.

_________________
Trust those who are seeking the truth
Doubt those who find it.
Revenir en haut Aller en bas



Edwin Skirata

Iznogoud
avatar

Masculin Nombre de messages : 326
Style de combat : Créatif

Possessions magiques : Un gant de soie créant un arc magique générant ses propres flèches.

MessageSujet: Re: La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]   Ven 12 Fév - 16:39

La Chute


« C’est donc toi, Sylnya… Excuse Cerillion, il n’apprécie pas forcément les autres Finläre. C’est un esprit combatif habitué à la guerre. »

* Nan, c'est vrai ?! M'en serait pas douté ! Attend, t'as vu le machin ?! Me bouffe d'un coup si le voulait ! Mais elle sort d'où elle pour avoir un truc pareil sur elle constamment? *

« Alors, tu semblais vouloir savoir si je pouvais te voir. Et bien je peux… tout comme tu peux nous voir aussi. Mais pour cela il faut que nous soyons dans un espace neutre de l’esprit, l’endroit où nous sommes à présent. Sinon, il faut que j’utilise une magie particulière pour te distinguer dans le monde matériel. Cependant, je suis étonnée que ce soit quelque chose qui demande une enquête aussi… intrusive l’une pour l’autre. Pourquoi est-ce important que je sois capable de te voir sous ta forme esprit ? Je ne suis rien pour toi.
De même, pourquoi vouloir être l’intermédiaire entre Edwin et moi ? Cela n’a pas de sens, nous ne nous connaissons pas et je ne vois en rien ce que cela peut apporter. Il est capable de parler et de se défendre tout seul, après tout.»


* Aïe, aïe, aïe....On est mal barré. Non seulement elle a un toutou que je préfère garder loin de moi mais elle s'y connait autant en relations qu'une pauvre donzelle qu'on aurait enfermé dans une tour d'un château. Et bhe, on a du chemin à faire...Enfin, quoi que dans son cas c'est peut-être même pire car elle n'a jamais du se considéré en tant que femme avant de considéré son devoir...Putain, j'vous jure que ceux qui l'on élevé doivent être soit très con soit aussi endoctriné qu'elle. J'vais avoir du bouleau si je veux lui ouvrir les mirettes....*

" Une question à la fois :
Je vais commencer par te contredire. Non tu ne vois pas. Tu m'as aspirée dans une dimension propre à des êtres de ton calibre, aussi je ne comprend guère ce que tu fais ici, si ce n'est pour tes chaines. Pour répondre à ta seconde question, cela demandait enquête car rare sont ceux qui peuvent me voir dans le monde réel sans artifice et je pensais que tu en ferais partit. Ce n'est à priori pas le cas. Et tu n'es pas " rien pour moi ". Tu es une entité dont l'existence m'es quasi inconnue. Rien que cela c'est une bonne raison. Mais en plus de ça tu es rentré en contact avec le petit. Donc j'ai toute mes raisons pour faire ce que je veux.

Ensuite, quand on te propose de l'aide, d'accord on se méfie, mais il y a des limites ! Être son intermède n'est qu'un bon prétexte pour te parler."


Cerillion se mit à grogner méchamment, ce qui n'impressionna guère Sylnya qui commençait à bien cerner l'être Primordial qu'il était. Elle aurait cependant du car si Shrikan n'était pas là, elle n'existerait plus. Mais si Shrikan n'avait pas été là, le moment n'aurait jamais eu lieu donc bon...

" Je ne sais pas ce que tu appelles une Finläre mais je suppose que c'est ainsi que tu appelles les esprits des objets. Mais saches que je suis on ne peu  plus complexe que ton ami ici présent. Je suis une ancienne fée dont les dons psychiques dépassaient l'entendement. J'ai vu pas mal de choses, à tel point que j'ai faillit perdre tout mes esprits. C'est mon ami Laarty qui m'a sauvé en m'offrant un nouveau corps éternel et des gens à aimer et protéger. Donc tu es déjà trop impliqué pour que je fasse impasse sur tes capacités. Si Edwin venait à trop te faire confiance sache que ce ne sera pas aussi simple, "Tueuse de Dragons". Même si j'espère que tu as changé par rapport à cette époque. Mais cela ne me regarde guère aussi continuons dans le présent et laissons le passé à sa place.
J'apprécierais si tu pouvais te montrer plus...ouverte. Il ne veut que ton bien, rien de plus. Je me doute que cela doit t'être étranger mais c'est sa manière de faire. Et crois moi, il est têtu. Il s'occuperas de ta sécurité alors ne craint rien de se côté là.

Enfin bref, je compte pas m'imposée plus longtemps, alors je vais te laisser !"
finit elle avec un grand sourire joviale.

" Au fait, tu devrais sourire, tu es magnifique ma grande ! Profites-en ! Nous n'avons qu'une vie et elle vaut la peine d'être vécu, crois-moi ! Et de toute façon tu es intouchable ici alors déstresse nom d'un chien ! Fais ce que tu as envie de faire, pas ce que tu crois bon de faire ! Ta vie n'appartiens qu'à toi, pas aux autres ! Ils trouveront toujours le moyen de régler leurs problèmes eux-mêmes alors vis ! Et trouves toi quelqu'un ! " lança t'elle alors qu'elle se mettait à marcher dans le sens contraire de Shrikan, disparaissant au fur et à mesure puis complètement.

Info HRP->INRP:
 

Elle revint rapidement dans la réalité ou elle constata qu'Edwin était en train de s'occuper de Myryaluna. Elle regarda la scène un moment puis les interrompis :

* Eh dites, c'est pas un peu fini ce bazar ! Tu veux pas lui rouler une pelle non plus ! Nan mais je vous jure! On s'absente trente secondes et on vous retrouve en train de vous câliner ! Bhâ ! *

* Et ça y est, elle est de retour...* soupira la louve.

*Bon, tout c'est bien passé ?*

* Je dirais que oui, mais vous pouvez toujours lui demander. J'ai eu la réponse à ma question. Et avant que tu ne pose la question Edwin, non, elle ne me voit pas. Elle possède, disons...d'autres capacités mais pas celles auxquelles je pensais. Mais t'en fais pas, je sais que tu y arrivera. Laarty, Ellana et Anoki y arrivent déjà, ce n'est qu'une question de temps pour toi. Tu es mon porteur et maître après tout ! * laissa t'elle tomber, une pointe de fierté dans sa voix.

* Ahahaha, c'est bien la première fois que je t'entend appeler Edwin maître ! On dirais toujours le contraire quand on t'entend ! *

* C'est pas vrai ! C'est juste que l'on s'ennuie toujours avec vous ! Et puis tu peu parler, tu es toujours derrière lui comme un bon toutou, hein, on dirait le chienchien à son maimaître ! Alors no comment !*

Edwin ne put s'empêcher un sourire amusé en attendant la discussion de ses deux comparses et voulu, une fois de plus, jouer les médiateurs:

* Voyons, voyons, ce...*

D'une même phrase, les deux le coupèrent :

* Ah, toi, c'est pas le moment ! La ferme !*

Il ne put s'empêcher d'éclater de rire en les entendant lui répliquer la même chose au même moment. C'était peut être aussi une des choses qui rendait se trio si unique et agréable aux yeux d'Edwin : on ne s'ennuyait jamais, même lorsqu'il ne se passait rien.

* Oh, je vois que vous vous entendez toujours aussi bien !* lança t'il en faisant un clin d'œil à Myryaluna.
* Je voulais juste vous rappeler que, à moins de me tromper, notre camarade ici présente nous entend aussi.* pensa t'il alors qu'il montrait Shrikan.

Un grand blanc suivit sa déclaration à tel point qu'il se demanda même s'il l'avait pensé. Puis il vit Myryaluna. Si elle avait pu rougir à cette instant, elle aurait été cramoisie.
Se reprenant, les deux essayèrent de faire bonne figure tant bien que mal. Myryaluna se leva et se positionna à distance respectable et salua Shrikan.


* Enchanté, madame. Mon nom est Myryaluna Skirata. C'est un honneur que de pouvoir me présenter, même si je suis peinée de devoir le faire sous cette forme. Les circonstances l'obligeant, j'espère que vous ne m'en voudrez pas.*

Puis elle revint vers Edwin qui s'était quant à lui levé. Le silence s'était levé dehors et cela ne lui avait pas échappé. Il ne sentait plus non plus la présence de Kat. Lui était il arrivé quelque chose alors qu'elle montait la garde ?

" Excusez-moi, je vais voir où en est notre repas. Je reviens."

Ce n'était guère qu'un prétexte mais la cuisine était prêt de l'entrée aussi cela lui permettrait d'analyser les environ. Atteignant la cuisine, il ne sentait toujours pas la moindre présence du moindre être vivant hormis Myryaluna et Shrikan. Ce n'était pas normal. Le repas était presque prêt...Il éteignit le feu et allait revenir lorsqu'il remarque qu'une des portes avait été ouverte récemment. Il regarda et constata que c'était là la cave des brigands. Et les tonneaux étaient plein....

Il comprit immédiatement la situation. Ceux-ci étaient de retours après être allé faire des "courses" dans d'autres régions du au fait que la garde les traquais à l'époque mais maintenant qu'elle avait été rappelé au complet à Espalion ceux-ci revenaient dans les environs. Et quoi de mieux que de retourner à l'une de leurs anciennes bases ? C'est pour cela que l'espace était si propre depuis le dernier passage d'Edwin.
Celui-ci revint dans la pièce centrale. Il devait prévenir les autres. Alors qu'il récupérait Sylnya et mettait le gant d'Ambarinal, il expliqua la situation :


" Il semblerait que des invités inopinés soit sur le pas de notre porte. Et vu qu'ils ne font guère parmi de la fine fleurs du bon peuple, je vais leurs rappeler les plaisirs d'une vie droite et calme contrairement aux remous aléatoires de la vie qu'ils mènent. Je n'en aurais guère pour longtemps avec l'aide de Kathryn, aussi ne vous inquiétez pas. Et Madame, avec tout le respect que je vous dois, il est hors de question que vous fassiez le moindre effort dans votre état. Oui c'est marqué sur votre visage que vous voulez participer mais il en est hors de question et ce n'est pas discutable.

Myryaluna, veille sur la grotte et sur notre invitée, je ne connais pas tous les passages. Il se pourrait bien qu'il y ait plusieurs entrés, alors soit prudente. Et fais bien attention à ce que notre invitée n'est pas à se fatiguer plus qu'elle ne l'est déjà."
Elle hocha de la tête.
"Sur ce..."

Et il exécuta une courte courbette. Il se dépêcha à l'entrée et chercha Kathryn avec ses sens. Il la trouva au bout d'une dizaine de mètres. Elle avait grimpé en haut d'un des grands arbres qui les entouraient. Il la rejoignit en silence mais s'annonça tout de même par courtoisie d'un bref sifflement. Ce n'était pas le moment de la surprendre.

" Je vois avec plaisir qu'à défaut d'être désagréable, tu as du talents pour sentir le danger. Mais nous n'avons pas le temps pour nos joutes. Je pense que les messieurs qui viennent nous rejoindre sont les anciens propriétaires de notre logis temporaire. Ils ont été chassé par la garde il y a de cela un peu plus d'un an mais maintenant que celle-ci à été rappelé les revoici. Ce ne sont pas les plus brillant ni les plus braves mais ils étaient déjà une quarantaine à l'époque. Je ne sais combien d'entre eux il y aura aujourd'hui.
Voici donc ce que je propose : Nous allons en sortir un maximum avec nos arcs puis s'ils n'ont pas fui la queue entre les jambe, je descendrais m'occuper des survivants. Ah, et donnons priorité aux archers, cela nous faciliteras la vie."


Ils échangèrent encore un court instant puis Edwin décida de se positionner dans l'arbre en face. Il exécuta une courte chute, s'agrippa à une branche se balança, fit une courte pirouette et se retrouva dans l'arbre opposé. Il regrimpa alors et se positionna à la même hauteur que Kathryn, restant caché pour ceux d'en dessous mais visibles pour sa nouvelle partenaire. Il fit apparaître l'Arc d'Ambarinal et encocha. Car justement, une colonne d'hommes à cheval et un chariot approchait à un peu plus de cent cinquante mètres.
Ils seraient bientôt à porter. D'ailleurs, on commençait à entendre des voix rauques venant de la petite colonne. Enfin, encore fallait il avoir l'ouïe développé.



_________________


Dernière édition par Edwin Skirata le Lun 15 Fév - 1:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
 

La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» La Chute [PV: Aâran + Kathryn + Edwin]
» Quête : Le Labo des Tréfonds [Kathryn - Edwin - Rakshasa - libre]
» Obama en chute libre ...
» Effet d'Obama; la chute de l'indice Dow Jones
» La chute de l'homme fort tunisien Zine El Abidine Ben Ali après 23 ans



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Royaume Humain :: Dans la campagne-