Partagez | 
 

 Rencontre et retrouvaille à la taverne de la plage( Natel O'Diel - Armil Blakenvolf - Kuon)


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Natel O'Diel

Invité



MessageSujet: Rencontre et retrouvaille à la taverne de la plage( Natel O'Diel - Armil Blakenvolf - Kuon)   Lun 2 Nov - 13:42

Message de Natel O'Diel, humain.

Au loin, la petite taverne que Natel espérait rapidement voir, eh bien se faisait finalement voir. Ce n'était pas trop tôt ! En ce début d'après midi, le jeune homme était impatient de pouvoir faire une pause dans son périple et boire un coup dans une ambiance conviviale. Il connaissait cette taverne. Chaque fois qu'il empruntait ce chemin, il y faisait une halte. C'était un endroit un peu perdu au milieu de nulle part, au bord de la plage, à même le sable blanc. Le soleil brillait et la mer était tranquille. Bref, un paysage de rêve pour un voyageur fatigué. Natel fut vite attiré à l'intérieur comme un insecte par la lumière. Dans le sol de la petite entrée, qui n'était que du paillasson, il prit soin d'essuyer ses bottes. La salle principale était assez remplie, un groupe de musiciens jouait du Luth et d'autres instrument en musique de fond. Le tavernier accueillit chaleureusement le jeune homme :

- Oh ! Salutations étranger ! Quel bon v... heu soyez le bienvenu dans mon auberge, qui fait aussi office de taverne !

- Merci l'ami, répondit Natel avec un grand sourire.

Il s'installa à une table vide et commanda une belle chope d'hydromel. On lui apporta rapidement le verre et le jeune homme remercia la serveuse d'un clin d'oeil tandis que Nox, son écureuil, se dorlotait sur son épaule sans vraiment apprécier l'ambiance des lieux. Une fois sa chope vide, Natel, qui s'ennuyait un peu, se leva, s'approcha du groupe de musicien et aborda l'un des hommes qui jouait de la citole, récupérant l'instrument toutefois sans brutalité en disant :

- Vous permettez ?

Puis sans attendre et sous le regard hébété des autres, le jeune homme entama un air drôlement enjoué qui changea immédiatement l'ambiance monotone des lieux. Surtout qu'au bout d'un moment, les autres musiciens, ayant percés le rythme, se mirent à l'accompagner avec leur propres instruments.

Tout de suite, tout le monde se mit à s'amuser dans l'auberge, Natel était ravi de ce qu'il avait engendré. C'était la fête ! Natel jouait en battant la cadence du talon, suivit par les autres musiciens. Il y avait de la joie, de l'énergie...Il faisait des fois quelques pas en direction des jeunes femmes et des serveuses, les accolant de l'épaule sans cesser de jouer, le sourire aux lèvres et les oeillades pour les demoiselles. Voilà, c'était ça qu'il aimait comme ambiance dans les tavernes !


Dernière édition par Natel O'Diel le Lun 2 Nov - 15:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Kuon Göldin

Invité



MessageSujet: Re: Rencontre et retrouvaille à la taverne de la plage( Natel O'Diel - Armil Blakenvolf - Kuon)   Lun 2 Nov - 14:49

Message de Kuon, fée.



Rencontre à la taverne de la plage

Je viens d'ICI



Je tournais la page.

Derrière moi se trouvaient dorénavant les terres des elfes. Derrière moi se trouvait le monde que je connaissais. Et puis devant moi, des chemins multiples s’ouvraient comme des gouffres pleins de doute et de questions. Je marchais depuis maintenant plus d’un jour. J’ai renoncé à la lance volante pour deux raisons : Je voyais mieux le monde en marchant doucement et, j’ignorais si dans ces terres nouvelles on acceptait que les sorcières voltigent sur nos têtes. Je voulais rester respectueuse et dans les règles de la bonne conduite. Mais la bonne conduite commençait à m’essouffler !

Jaad se transforma en loup me proposant de l’utiliser comme monture. Je le regarde premièrement avec dédain et refus ; dix minutes plus tard, je me demandais comment lui redemander ce service ! Je lui souris largement, le caresse et touche sa volumineuse musculature ;

‘- Dis, tu peux me…  

Je ne pus compléter ma réplique, il m’adressa le même regard que je lui ai fait des minutes avant, quelque peu meurtrier. Je compris que je n’allais pas pouvoir demander ses services pendant toute l’heure qui suivait. Je commençais alors à trainer mes pieds, je m’écroule ensuite sur le sable respirant doucement. Jaad, c’est mon familier, comment osait-il me désobéir ? Empoignant du sol une pognée chaude de… sable ?

Mes yeux s’ouvrirent, tout l’épuisement qui m’avait envahit me quitta, je couru, Jaad revêtit sa forme minuscule de peur que je grimpe sur lui ; mon attention n’était pourtant pas adressée à l’animal mais à ce qui était derrière lui ! L’océan !

Le soleil tapait de plus belle, le sable doré brillait et l’océan luisait !

Avant même de me rendre compte, ma cape, chapeau, et robe gisaient sur le sable et j’étais dans l’eau toute mouillée, mes cheveux dégoulinaient et tombaient jusqu’à ma poitrine cachée par mon corset blanc et ma mini-jupe en soie blanc moulant. Je ne comptais plus le temps. Combien de fois avais-je lu sur cet endroit ? Combien de fois avais-je vu ce même océan se dresser devant moi ? Combien de fois m’avait-il appelé à plonger dans ses vagues et à m’oublier ? Ce n’est qu’aujourd’hui que je répondais en fin à l’appel ! J’aimais l’océan !

‘- Tu finiras par prendre un coup de soleil, Kuon !

Jaad avait peut-être raison. Mais plus tard, je verrais quoi faire plus tard ! Car dans ce simple moment, la douceur du soleil sur ma peau, le gout salé de l’eau dans ma gorge me sublimaient. Le soleil et l’océan, le soleil et l’océan et puis…

Je m’évanouis.

Pour sommer un peu la situation : Je voyageais depuis deux jours et demi sans vivres et, sous le soleil qui planait au zénith mon corps s’est étrangement affaiblit !

Jaad me récupéra de l’eau et me ramena devant une auberge. A croire que Jaad comprenait mieux que moi ce nouveau monde.



Dernière édition par Kuon Göldin le Lun 2 Nov - 16:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Armil Blakenvolf

Invité



MessageSujet: Re: Rencontre et retrouvaille à la taverne de la plage( Natel O'Diel - Armil Blakenvolf - Kuon)   Lun 2 Nov - 16:23

Message d'Armil Blakenvolf, humain.

Cela faisait combien de temps qu'il était sur les routes, peut importe il n'était pas pressé par le temps. Lui et Solk vagabondais seul sur les routes sans but précis, allant là ou leurs pieds les menaient. IL se trouvait entre le territoire Elfique et Draconique, le plus à l'Est possible du monde connu. Cette fois il avait décidé de prendre un chemin peut emprunter par des marchants, non que cette route n'était pas sûr, mais que c'était un long détour entre les deux territoires.

Le soleil au loin était dans sa décente, d'ici une heure ou deux il ferait nuit. Armil se demandait s'il y avait une auberge dans le coin, pas qu'il ne voulait pas dormir à la belle étoile mais qu'un lit lui ferait le plus grand bien.

Il arriva devant une auberge au moment où le soleil disparaissait, fatiguer il ne prit pas le temps de regarder le paysage.  À peine entrer un homme d'humeur joyeuse le vit, il rangea son torchon pour venir saluer le jeune guerrier.

-Bonjour étranger, que puisse faire pour voir en cette chaude soirée-
l'homme regarda le loup au côté du jeune humain, mais il ne dit rien voyant de l'animal était calme.

-Une chambre et 1 repas s'il vous plait, si possible un morceau de viande crue supplémentaire pour mon compagnon de voyage. Ne vous inquiéter pas il n'attaquera personne.-

-Bien comme il vous plaira, prenez une table, est que je vous apporte une bière?-

Le jeune homme fit un signe affirmatif et pris une table dans un coin, le dos au mur et de maniéré à voir toutes les accès. Le repas était bon, la chambre était confortable, cette nuit il dormirait bien.

***

Il était déjà tard le lendemain quand Armil décida enfin de sortir de la chambre, déjà en bas il avait beaucoup de bruit, la soirée s'annonçait bruyante.

-Je croit qu'il est temps pour nous de partir mon vieux, aller debout le vieillard.-

Le jeune guerrier prit son package s'équipa et partie sans laisser un bon pourboire au patron. À peine sortis il vit une chose étrange une loup traînait une femme en habit léger. Voyant cela le jeune homme se précipita pour l'aider, arriver à quelques pas le loup se mit à grogner se plaçant entre la jeune femme et les nouveaux arrivant, Solk n'appréciant pas la réaction du loup se mit lui aussi à grogner.

-Du calme Solk, tu en ferais autant à sa place. Le loup se calma rapidement, comme s'il savait que l'humain avait raison. L'humain lui leva les mains en l'air faisant ainsi signe à l'animal qui ne leur voulaient aucun mal. Du calme, du calme, je ne vous veux aucun mal, est que je peu voir si elle va bien. Permet moi d'aller voir. -

Le loup se calma, mais resta sur ses gardes, il fit quelques pas de côté, mais resta tout près de la jeune femme, l'humain lui s'approcha tranquillement tandis que Solk s'assoit en guettant l'autre animal. S'agenouillant près de la jeune il remarqua la couleur flamboyant de ça chevelure et ses oreilles pointues, une elfe alors. Tassant ses cheveux il tente de sentir le pouls, il était faible, mais régulier * un bon point * l'humain leva les yeux vers le loup pour lui faire comprendre qu'il s'adressait à lui.

-Elle est inconsciente mais stable, laisse-moi t'aider-

Le loup avait l'air d'avoir compris, mais le chat au côté de lui n'avait pas l'air d'accord, après un grognement léger de son compagnon le chat se calma, mais garda un œil sur l'humain. Armil la pris dans ses bras, un sous les genoux l'autre dans le dos. Cela faisait longtemps quil n'avait pas sentis de femme auprès de lui, mais il ne devait pas passer à cela en ce moment même

Armil entra en trouble dans l'auberge bomber, portant dans ses bras une femme et suivi de deux loups et un chat, la jeune femme elle, ne bougeait pas. Tout le monde pouvait voir le visage des deux intrus, à ce moment la musique se calma, Armil dit simplement, qu'il avait besoin d'une chambre et d'un peu d'eau froide ce que l'aubergiste s'empressa de faire
Revenir en haut Aller en bas



Natel O'Diel

Invité



MessageSujet: Re: Rencontre et retrouvaille à la taverne de la plage( Natel O'Diel - Armil Blakenvolf - Kuon)   Lun 2 Nov - 17:15

Message de Natel O'Diel, humain.

C'était bien dommage. Une si belle ambiance, si désagréablement, et tristement interrompu par une entrée fracassante. Natel était encore dans l'élan quand cela arriva. Il faisait vibrer les cordes de la citole avec entrain. Les gens autour de lui étaient ravi et le personnel de l'auberge aussi. Il n'y avait aucune célébration à cet événement, juste une joie de vivre à faire partager et dont seul Natel avait le secret. Pour sa performance, il eut droit à une autre chope, et gratuite en plus de ça. Ce qui tombait plutôt bien parce que niveau argent, le jeune homme n'était pas le plus fortuné. Ses poches étaient presque vide. Durant son voyage, il avait quasiment utiliser tout le peu d'argent qui lui restait et il faudrait rapidement qu'il en retrouve. Mais bon, le soucis n'était pas encore d'actualité. La chansonnette qu'il avait débuté se transforma en une musique puissante et respirant la fête et la danse.  Celui qui n'avait pas d'instrument en profita pour taper des mains et se mettre à danser. En quelques instants les gens étaient debout, certaines tables furent mêmes poussés et une petite fête commença. Une jeune femme en longue robe rouge et avec un tambourin menait la danse et tout le monde suivait. On se donnait la main pour former une longue chaîne dansante et sautillante. D'un autre côté on dansait en couple. Les robes de toutes les couleur volaient et donnaient l'impression qu'il y avais encore plus de gens qui dansaient. En grande partie les gens regardaient le spectacle en frappant dans leurs mains. Les habits n'étaient pas des habits de fête mais il y avais tout de même quelques nuances de couleur.

Voilà pourquoi maintenant on pouvait comprendre la déchirure d'ambiance que l'entrée d'un homme avec une femme mal en point, accompagné de deux loups et d'un félin fut. Devant le tumulte, la soudaine porte qui s'ouvrit, Natel stoppa immédiatement son jeu de corde et se tourna aussitôt vers le battant en bois qui laissait apparaître les nouveaux protagonistes. Et, comme tous attirés par l’événement et pour des raisons de facilité scénaristique, tout le monde vit débarqué l'étrange couple, avec des regards quelques peu intrigués sur les animaux qui l'accompagnait. L'homme pénétra l'intérieur de la taverne, tenant la femme au teint clair et à la longue chevelure flamboyante. L'homme demanda alors une chambre et de l'eau fraîche, sans doute pour venir en aide à la demoiselle. Natel, comme la majorité des personnes présentes, observait les deux arrivants, le manche de la citole pendant dans sa main. Le patron de l'auberge accepta bien évidemment de fournir ce qui avait été demandé et demanda à l'étranger de bien vouloir le suivre jusqu'à la chambre. Les trois personnes montèrent ainsi à l'étage, mais quand le jeune homme qui portait la femme passa devant Natel, ce dernier avait le vague et étrange sentiment d'avoir déjà vu ce gars là quelque part. C'était surtout les cheveux blancs intriguant du guerrier qui avait tenu son regard. Natel le suivit des yeux tandis qu'il montait l'escalier, toujours suivit des trois animaux. Quel drôle de groupe...

L'homme et la femme disparu à l'étage. Natel resta figé sur ce dernier point de vision. Posant l'instrument sur la table à ses côtés, il caressa sa barbe blonde, pensif. Ce n'était pas possible, ce visage lui était décidément trop familier. Nox, toujours perché sur son épaule, avait avant tout maintenu sa garde face aux trois prédateurs qui étaient passés devant lui. Très vite, les activités des personnes se trouvant dans la taverne reprirent leur cours. Le patron qui était monté à l'étage redescendit rapidement et demanda de l'eau fraîche pour la chambre d'en haut, mais lorsqu'il voulu remonter avec une carafe pleine, Natel l'interpella :

- Je vais m'en occuper si vous le voulez bien, lui dit-il alors.

Vu le nombre de client qui demandait son service, l'homme accepta volontiers l'aide du voyageur. Natel étira un sourire satisfait et récupéra la carafe avant de monter à l'étage à son tour. Une fois en haut, il ouvrit la porte et...

- AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!

- Oups ! Excusez-moi madame, je me suis trompé !

Le jeune homme referma aussitôt la porte. Il resta un moment immobile devant la gaffe qu'il venait de faire. Un sourire finit par se dessiner doucement sur son visage. Oh wow...Ca n'avait pas été désagréable à regarder...Fallait avouer...Il se ressaisit et avança dans le couloir avant d'essayer une autre porte car malheureusement...Il avait oublié de demander au patron où il fallait aller avec cette carafe ! La deuxième fois, il manqua de peu de se prendre un poignard qui voltigea au dessus de sa tête pour se planter dans le mur derrière lui. Enfin, heureusement qu'il avait baissé la tête.

- DEGAGE DE LA CLOCHARD ! avait hurlé une voix à ce moment là.

Hummmm...Bon ! La troisième porte ainsi que les deux suivantes ne voulurent pas s'ouvrir. Une autre s'ouvrit mais avec personne à l'intérieur. Et puis enfin, ENFIN, une tignasse rougeoyante venait de lui faire comprendre qu'il avait passé le bon battant. La jeune femme était allongé sur le lit de la chambre, l'homme aux cheveux blancs à ses côtés, ainsi que les deux loups et le chats. Natel jeta un bref regard à ces derniers, espérant ne pas se faire mordre. Il salua l'homme d'un signe de la main avant de lui dire :

- Hem...J'apporte de l'eau fraîche.

Et il s'avança dans la pièce avant de poser la carafe sur la petite table située à côté du lit.

- Comment va t-elle ? demanda t-il alors au jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas



Kuon Göldin

Invité



MessageSujet: Re: Rencontre et retrouvaille à la taverne de la plage( Natel O'Diel - Armil Blakenvolf - Kuon)   Lun 2 Nov - 18:33

Message de Kuon, fée.




Comme du fond d’une abime, dans des dédales de noirceur absolue, au fond, meurtrie, une lumière luisait.
Ce fut Jaad qui me retira du gouffre de l’eau. Il me malmena longtemps dans le sable essayant de me faire monter sur son dos. Finalement, il prit sa petite forme, s’introduit sous moi, puis reprit sa forme normale. Sa fourrure sécha la majeure partie de mes vêtements. Il prit dans sa mâchoire ma robe noire et mes botes, mon chapeau noir fut porté par Chad.

Je ne voyais pendant longtemps que du noir. La chaleur que me procurait la fourrure de Jaad quitta. Je fus victime de brises de vent glaçantes. De toutes mes années d’existence, je n’ai jamais été dans une situation de faiblesse pareille que celle-ci. Chad se coltinait à moi, je sentais les caresses qu’il me faisait avec sa petite tête sur ma joue ; je ne sentais d’ailleurs que Chad, peut-être parce qu’il est à moitié de mon sang ?

Le chat se mit à grogner. Est-ce qu’un danger s’annonçait ?

Je me redresse voir une forêt noire pleine d’épines sanglantes. Mes deux familiers sont à terre et baignent dans leur sang. Je ne m’étais pas rendue aux terres démoniaques, alors comment ? Je n’ai pas le temps de pleurer la mort de mes familiers, je cours en cherchant une issue de secours, je me retrouve dans la case de départ. J’ai le vertige, comme une impression de voler et non de mes propres moyens. L’impression qu’on me regarde de partout. Dans la noirceur de la forêt froide naquit une lueur orange, le bois d’épines prend feu, je ne vois plus aucune sortie. J’appelle ma lance et essaye de voler au-dessus du feu. Il ne m’est jamais arrivé de voler maladroitement, mais je vole maladroitement et je rentre plein dans le feu ; de peur, je crie, mais le feu n’est pas brûlant. Je vois mes deux familiers et n’en crois pas mes yeux, je saute sur eux et je m’allonge dans une sensation de paix. Le feu devient moins éclatant ; à présent, deux arbres seulement sont en feu.

Une sensation par contre fut extrêmement vraie. Autre que les brises de vent venant chatouiller mes pieds, mon ventre me faisait mal, extrêmement mal.

Petit à petit, je commençais à entendre des voix ; le premier son qui me vint fut, bien que très bas, la respiration ronronnée de Chad. Puis ensuite un son de pas et des paroles de voix masculines. Tout était loin, comme si j’entendais du fond d’un puits se qui arrivait en haut. La sensation dans mon estomac devin de plus en plus puissante ; elle fut accentuée par l’odeur raffinée de quelque chose de chaud, quelque chose comme une tarte aux pommes faite maison. Ma salive se mit à couler, je lèche mes lèvres et me met à mâcher ma lèvre inférieure.

Et sur le son d’un grand gargouillement d’estomac, j’ouvre mes yeux.

Tout me tournait autours, je dus cligner plusieurs fois pour m’adapter à la basse lumière de la… chambre ! Je bouge ma tête, les doigts de ma main puis ceux de mes pieds. Chad me sauta sur la poitrine ronronnant d’emblée. Je baille longuement puis,

Mon attention atterrit sur les deux hommes à côté du lit. Je les regarde de longues secondes, puis je me regarde, j’étais en lingeries. Un livre en avait parlé… Il me fallut peu de concentration pour m’en rappeler : « L’amour à trois »

Un livre apparut dans la chambre, il tomba et s’ouvrit sur une page,


« En couple ou célibataire, vous avez envie de tenter de nouvelles expériences ? L'envie de faire l'amour à trois (ou "triolisme") est l'un des fantasmes les plus courants chez toutes les créatures, mais surtout chez les humains… »

Le livre pourtant expliquait d’autres choses ! Que l’amour était un procédé dans lequel toutes les parties acceptaient et se connaissaient. Une grimace s’empara de mon visage et, non sans peine, je me plie sur moi même. J’ai bien lu quelque part d’autre que la définition du viol « est l'acte par lequel une personne est contrainte à un acte sexuel, par la force, surprise, menace ou ruse. » J’avale ma salive avec difficulté, mes deux mains en position protectrice sur ma poitrine,


Revenir en haut Aller en bas



Armil Blakenvolf

Invité



MessageSujet: Re: Rencontre et retrouvaille à la taverne de la plage( Natel O'Diel - Armil Blakenvolf - Kuon)   Lun 2 Nov - 19:59

Message d'Armil Blakenvolf, humain.

Armil avec la jeune elfe toujours dans ses bras suivi l'aubergiste, qui se dirigea déjà dans une chambre, en fait l'aubergiste lui redonna la chambre qui venait de quitter il y a deux minutes environ. L'aubergiste ouvrit la porte et Armil s'engouffra pour déposer tranquillement la femme sur le lit. L'homme devant la porte, tendu, ne savait pas comment agir. Armil prit une pièce d'or et la lui lança.

-Elle ne craint rien, veuillez apporter de l'eau froide et une soupe chaude, elle doit être épuisée, j'assumerai les dépense de la dame le temps qu'elle se rétablisse.-

L'aubergiste s'inclina, ferma la porte et Armil entendit des pas disparaître. Il reporta alors toute son attention sur l'elfe coucher à côté de lui, elle était belle, tout en l'examinant, il chercha si elle était blessée, cae qui n'avait pas l'air de plaire aux deux compagnons de l'elfe. Après la vérification rapide il comprit qu'elle était épuisée.

-Ne vous inquiéter pas, elle ne risque rien, Armil remarqua qu'elle semblait agiter, un mauvais rêve sans aucun doute.- En touchant le front de la belle, tout en sachant pertinemment que les compagnons de la femme désapprouveraient. Se tournant vers le loup.- Elle a un peu de fièvre, mais elle s'en sortira bien- Armil ne savait pas pourquoi, mais depuis que Solk était avec lui il parlait très souvent aux animaux qui avaient l'air intelligent.

C'est à ce moment qu'un homme entra avec une carafe dans la main, c'était un homme d'allure banal, les cheveux blonds. Armil se rappela l'avoir vu jouer de la musique au moment où il sortait, mais maintenant qu'il était devant lui son visage lui rappelait quelqu'un, mais qui?

-Hem.... J'apporte de l'eau fraîche.

Il entra et déposa la carafe sur une table près du lit, en prenant soin de s'éloigner des loups. Armil se rappelle ne pas avoir demandé de linge propre pour éponger le front de l'elfe, tant pis il devra acheter une autre chemise, puis d'un geste sûr, il déchira un morceau de sa manche pour le tremper dans l'eau qu'il essora ensuite pour le posé sur la front de la femme. Le nouveau venu lui resta debout.

-Comment va-t-elle?-

-Elle devrait aller mieux, après avoir mangé et but un peut-

Armil déchira un autre bout de tissu, une pensée lui vint à l'esprit une chance que sa chemise était propre, il le trempa dans l'eau pour ensuite faire tomber des petites gouttes d'eau dans sa bouche tout doucement. Tout en gardant un œil sur ce qu'il faisait il s'adressa au jeune musicien.

-Merci pour l'eau, elle en avait besoin, pourriez-vous fermer la porte je vous en prie.-

Se tournant vers la petite table il alluma la petite lampe a huile qui se trouvait sur la table, il faisait trop sombre pour bien distinguer.

-Désoler j'en perd mes bonnes maniéres mon nom est Armil.-

C'est à ce moment que le chat sauta sa maîtresse pour se mettre à ronronner, Armil tourna la tête pour voir ce qu'il se passait, elle ouvrit plusieurs fois les yeux, des yeux q'Armil trouvait à la fois étrange et magnifique, cette couleur était unique. Mais avant même qu'un des deux homme puisse parler elle se recroquevilla sur elle-même, comme pour se défendre.

-Ne vous en faite pas vous éte en sécurité a présent, un homme vous apportera à manger, il y a de l'eau sur la table et la chambre est payée. Je ne peu que vous conseillez de ne pas trop boire, n'y trop manger et de le faire doucement et avec modération.-
Revenir en haut Aller en bas



Natel O'Diel

Invité



MessageSujet: Re: Rencontre et retrouvaille à la taverne de la plage( Natel O'Diel - Armil Blakenvolf - Kuon)   Lun 2 Nov - 20:58

Message de Natel O'Diel, humain.

Si Natel maintenait ses distances avec les loups, ce n’était pas seulement parce qu’on ne savait jamais ce qui pouvait se passer dans la tête d’une de ces bestioles, c’était aussi pour Nox. Il serait malheureux que les canidés aient envie de croquer le pauvre écureuil juché sur l’épaule de l’homme. Natel tenait à Nox comme à la prunelle de ses yeux et Dieu sait combien il tenait à la prunelle de ses yeux ! Parce que sinon il n’avait pas de problème avec les bêtes. Natel aimait bien les animaux en général. Sauf peut-être ceux qui piquent et refilent des maladies à ne plus en finir !

Natel fut assez étonné de voir l’autre homme déchirer sa propre chemise afin de se confectionner un torchon et humidifier le front de la jeune fille. Il suffisait pourtant de demander le nécessaire…Pourquoi toujours vouloir faire compliqué et s’arracher les vêtements ? M’enfin. Natel s’approcha un peu du lit, les mains jointent dans le dos et demanda des nouvelles au sujet de la santé de l’inconnue qui gisait là inconsciente.

-Elle devrait aller mieux, après avoir mangé et but un peut- répondit alors l’autre homme.

Natel hocha la tête avant d’étirer un sourire :

- Ca se prépare aux cuisines, fit-il, ça ne devrait plus tarder !

Il se tut un moment, observant le garçon aux cheveux blancs, essayant de se souvenir où il avait bien pu connaître cette tête là. Ca allait bien finir par lui revenir tout de même. Puis, il pivota ses iris dorées vers le visage de la demoiselle et se trouva toujours aussi fasciné par la chevelure qu’elle arborait. Elle serait née des flammes ou du soleil que cela ne l’aurait pas étonné. Il remarqua le teint pâle de la jeune fille, en plus de ses sueurs, et sa faiblesse général qu’il pouvait voir. Ce n’était apparemment pas qu’une simple insolation qu’elle avait attrapé.

- Elle a l’air totalement épuisé, ajouta Natel devant ses observations.

-Merci pour l'eau, elle en avait besoin, pourriez-vous fermer la porte je vous en prie.-

Natel reposa son regard sur l’autre homme et reprit son chaleureux sourire avant de répondre :

- Mais de rien.

Il s’éloigna ensuite pour fermer la porte de la chambre. A vrai dire, ça paraîtrait louche pour quelqu’un qui passe dans le couloir de voir deux hommes dans une chambre avec une jeune fille dans les vapes sur le lit. Lorsque cela fut fait, il entendit la voix de l’autre homme derrière lui :

-Désoler j'en perd mes bonnes maniéres mon nom est Armil.-

Et soudain, tout lui revint. Armil, un gamin pas plus haut que trois pommes, tignasse blanche repérable à des kilomètres, mauvaises blagues de la part de tout le pensionnat et on en passe ! Et comment oublier le jour où Natel avait tendu la main à ce petit garçon aux cheveux d’ivoire qui subissait ce que lui-même avait subi durant un temps ? Tout à coup, Natel fit volte-face, le visage illuminé.

- Mais bien sûr Armil ! s’exclama t-il joyeux, je me disais bien que je te connaissais !

Sa réaction était certes, un peu excessive, mais…C’est Natel quoi.

- Armil ! reprit-il, c’est moi Natel ! Tu te souviens ? L’orphelinat, il y a presque dix ans maintenant !

Sa joie fut néanmoins interrompu, encore une fois, par du mouvement du côté de la belle endormie. Le chat avait sauté sur le lit pour se mettre sur elle tandis qu’elle venait d’ouvrir les yeux, ou du moins, essayait de revenir à elle. A nouveau, Natel étira un grand sourire de soulagement :

- Génial ! Elle revient à elle !

Il revint auprès du lit. Mais quelle ne fut pas sa surprise de voir débarquer un livre dans la chambre, comme sortit de nulle part et tomber sur une page dont il se passerait de commentaire. Cela dit, la jeune fille, qui au passage avait des yeux vraiment magnifiques, se mit sur la défensive et dans un sens, on pouvait la comprendre…Le dénommé Armil s’empressa de la rassurer :

-Ne vous en faite pas vous éte en sécurité a présent, un homme vous apportera à manger, il y a de l'eau sur la table et la chambre est payée. Je ne peu que vous conseillez de ne pas trop boire, n'y trop manger et de le faire doucement et avec modération.-

- Mais oui, ajouta Natel, tu n’as pas à nous craindre voyons.

Il parlait du plus sincèrement possible, parce qu’il était sincère après tout. Bien que la jeune femme le fascinait, autant par sa beauté que le mystère de sa présence dans cet état, cela le mettrait à mal de penser qu’elle pouvait le voir d’un mauvais œil. C’est alors qu’on frappa à la porte. Une serveuse entra avec un plateau contenant la soupe chaude qu’Armil avait demandé jadis. La femme posa le plateau sur la table, près de la carafe et repartit en refermant la porte sous un remerciement de Natel pour le service. Ce dernier mit une main à son torse en reportant son regard sur la demoiselle et se présentant :

- Moi je m’appelle Natel. Natel O’Diel, précisa t-il avec un sourire, et toi, qui es –tu ? Et d’où viens-tu ?
Revenir en haut Aller en bas



Kuon Göldin

Invité



MessageSujet: Re: Rencontre et retrouvaille à la taverne de la plage( Natel O'Diel - Armil Blakenvolf - Kuon)   Lun 2 Nov - 21:48

Message de Kuon, fée.




L’homme aux cheveux blancs commença aussitôt à parler. Sa chemise déchirée attira mon attention trois secondes où je repensais au bestiaire du monde, les loup-garou n’en faisaient pas partie et, si c’était le cas, la pleine lune c’était il y’a deux jours. Néanmoins, je fus légèrement désolée de penser qu’il n’en était pas un. Combien se serait sublime de rencontre un homme loup ! Ma concentration me revint à sa dernière réplique : Ni trop manger et de le faire doucement et avec modération. Cela me donna presque envie de rire, c’était donc ça ! Idiote, petite idiote ! Bien sur que si je passe des jours à vagabonder sans nourriture, je finirai morte sous un rocher ou sainte Göldin Sarasan sait.

Le deuxième homme appuya ce qui m’a échappé des répliques du premier. Je n’avais rien à craindre. Mais bien sur, je n’ai pas peur, c’est juste que si jamais chose a lieu, je veux qu’elle se fasse suivant les normes et les rituels ; d’abord nous disputer, ensuite tomber amoureux, puis après se voir malgré les séparations, et enfin s’unir par l’union divine de l’amour et du mariage ! Mais je n’ai pas quitté mon pays en recherche de liberté pour retomber dans les abimes d’une autre prison. Le mariage, c’est très tôt pour moi. Mais soit, s’ils disaient qu’ils étaient inoffensifs, je les croirai sur parole ; d’autant plus que Jaad ne disait rien, et donc ne percevait aucune méchanceté.

Je l’entendis arriver avant même qu’elle ouvre la porte, l’odeur du repas remplit la chambre comme d’une substance divine et pesante. Je dus faire appel à beaucoup de contrôle pour ne pas lui sauter dessus. Je me mets sur mes genoux, les mains délicatement posés, puis je haussais ma tête d’emblée pour revêtir un quelconque aspect de dignité et de raffinement. Ça ne marcha point, ou du moins pas avec la femme qui, sans bouger le visage me dévisagea du haut en bas. Je défiais son regard sans daigner me demander pourquoi d’aussi fortes condamnations. A sa sortie, sans bouger la tête je baisse mon regard, Bing, j’étais toujours en lingerie. Il me suffisait d’un rien pour que j’oublie beaucoup et, avant que je change l’état de mon allure, l’un des hommes se présenta ;

Et non, aucune force dans l’univers ne peut arrêter mon flot d’émotion. Je n’oublierai pour rien au monde son prénom, Natel. Un sourire s’empare de moi, j’espérai ne pas paraître trop maniaque pour mes deux compagnons. Je reprends, in consciemment, une position plus à l’aise, désordonnant mes cheveux et souriant toujours dans mon délire de premières rencontres. Je regarde l’homme aux cheveux blancs espérant qu’il se présente aussi.

J’entrouvris ma bouche pour parler, mais je manquais d’eau. Je lève ma main vers la carafe d’eau et je bouge un doigt, la carafe se déplace de quelques centimètres ; il ne faudrait pas que j’effraye mes nouveaux compagnons, je devais agir comme une personne normale. Je me lève et me rend vers la table sur la pointe des doigts, m’empare de l’eau puis le bois d’une gorgée ; ce n’est d’ailleurs qu’à la dernière gorgée que je me rappelle du conseil de l’homme à la chemise déchirée : doucement et avec modération. Je lui adresse un regard désolé.

Une fois la carafe vide ; je saute m’installer sur la table les pieds croisés.

Et je sourie de nouveau.

‘- Aaaah

Je teste ma voix, tousse légèrement, me mord la lèvre inférieur, puis regarde mes deux interlocuteurs,

‘- Kuon, je m’appelle Kuon. Et vous êtes les premières personnes que je rencontre après… hummm

Je m’arrête penser. Dire la vérité ou mentir ? Je regarde Jaad qui refusera surement de m’aider car il était déjà trop énervé que je me sois évanouie, et que je sois ainsi exposée sous le regard de deux hommes ; bah, puisqu’il était déjà énervé, et puisque ces deux hommes étaient mes premiers amis. Je bouge les doigts de mes pieds ;

‘- Après m’être échappée ! Je suis énormément contente, je n’ai jamais vu d’humains !

Je les regarde, souriant frénétiquement. Puis l’odeur de la soupe vola mon attention. Etait-ce le temps de manger ? Avais-je répondu à sa question ? Pour continuer une discussion, qu’est ce qu’il faut que je fasse ? Pour qu’ils ne partent pas, pour qu’ils ne s’éloignent pas, pour qu’ils n’aient pas peur, que faire ?


Revenir en haut Aller en bas



Armil Blakenvolf

Invité



MessageSujet: Re: Rencontre et retrouvaille à la taverne de la plage( Natel O'Diel - Armil Blakenvolf - Kuon)   Mar 3 Nov - 17:31

Message d'Armil Blakenvolf, humain.

Natel, l'orphelinat, mais oui bien sûr il se rappelait maintenant du jeune garçon toujours joyeux et curieux. Armil se rappela les conversations entre eux sur les voyage, du temps où il n'avait aucun poil au menton et qu'il parlait de leur futur, comme s'ils avaient vraiment la possibilité de faire tout ce qu'il voulait. Le jeune homme était heureux de le revoir, ils s'étaient toujours bien entendu, mais surtout il était content de voir que lui n'avait pas beaucoup changé, toujours aussi joyeux, souriant et positif.

Le regard des deux hommes se croisèrent quelque seconde et Natel remarqua que le jeune homme était heureux, mais avant qu'il ne puisse dire quelque chose la jeune femme se réveilla.

Une Servante cogna apportant la soupe de la jeune elfe, mais il n'avait pas imaginé que la scène puissent paraître aussi étrange, une femme en tenu légère, deux hommes dont un, avec une chemise déchirée et dans le coin de la chambre deux loups. Il laissant Natel s'occuper de la servante tandis qu'Armil reporta son attention sur la femme maintenant assis sur le lit.

-Moi je m'appelle Natel O'Diel et toi qui est-tu? Et d'où viens-tu-
Armil avait oublier quelque seconde la présence de son vieil amis, la jeune femme elle souriait, contente de la situation tout en ce déplacent pour reprendre une position plus confortable elle regardant le jeune homme aux cheveux blancs.

-Mon nom est Armil,- dans le coin de la chambre on entendit un petit grognement, comment pour dire ne m'oublie pas- et le vieux grognon derrière moi s'appelle Solk.-

L'elfe essayait de parler mais ça gorge était trop sec. C'est alors qu'elle leva la mains pour prendre la carafe mais comme elle était trop loin la carafe bougea un peut vers elle avant de s’immobiliser. Intriguer Armil la regarda se lever et prendre de l'eau comme si elle n'avait rien fait, il ne savait pas si Natel l'avait remarque, mais le jeune homme lui en était sur elle devait posséder un pouvoir. Elle avait telement soif qu'elle vida la carafe d'une traite, mais avant que le jeune homme ne puise réitérer ses conseil elle le regarda et s’excusa.  Une fois la carafe fini il s'assoyant sur la table les pieds croiser.

Plus il la regarda plus il se demandais se qu'il clochait, elle était belle, ses mouvement était gracieux, elle possédait un pouvoir certain, mais tout cela était normal alors pourquoi cherchait il quelque chose qui n'existait pas. *Bien oui, c'est ça idiot elle n'a pas d'aile* Il avait beaucoup voyager et avait entendu que certaine fée naissait sans aile, mais c'était la première fois qu'il en voyait une.

-Kuon, je m’appelle Kuon. Et vous êtes les premieres personnes que je rencontre après.... hummmm …. après m’être échappée! Je suis énormément contente, je n'ai jamais vu d'humain-

Elle venait bien de dire s’échapper, il devait en savoir plus, mais avant il devait se concentrer. Armil se dirigea vers l'animal de la fée, dans un mouvement confiant, mais non agressif il pris les vêtement par terre etattrapa le chapeau un peut plus loin. Il déposa le tout sur le lit.

-Vous devriez vous habiller, vous serez plus confortable pour nous expliquer pourquoi vous fuyez.- Il attrapa Natel par l'épaule et tout deux se placèrent dos a la jeune femme pour qu'elle puissent s'habiller sans qu'on la regarde. Armil avait aussi l'intention de lui parler, de prendre des nouvelles de lui, le temps que la fée s'habille il aurait le temps ensuite il ne pouvait pas certifier de rien, tout dépendait de se que la jeune femme allais dire.

- Alors, Natel tu as enfin fait des voyages, où tu travailles dans cette auberge, car je dois dire que tu es plutôt bon comme musicien et comme porteur de carafe aussi, -un sourire apparu sur le visage du jeune homme, mais son œil fut attiré par une mouvement sous ses habits près du cœur, -est-que c'est moi ou la jeune dame qui fait battre ton cœur comme ça.-
Revenir en haut Aller en bas



Natel O'Diel

Invité



MessageSujet: Re: Rencontre et retrouvaille à la taverne de la plage( Natel O'Diel - Armil Blakenvolf - Kuon)   Mar 3 Nov - 18:49

Message de Natel O'Diel, humain.

C’était avec un air ravi que Natel observait la jeune femme devant lui qui reprenait ses esprits rapidement. On aurait dit un petit animal égaré. C’était mignon. Elle lui rappelait Nox le jour où il l’avait vu pour la première fois. En pensant à cela, le jeune homme posa un regard sur son écureuil blottit sur son épaule. Finalement, Natel se décida de se présenter, ce qui était tout de même la moindre des choses. C’était amusant de voir comment ce simple geste avait su tirer un sourire à l’étrangère. Enfin, au moins, elle n’avait plus peur et c’était déjà un bon point de gagner. Natel aurait attristé que quelqu’un ait peur de lui alors qu’il était aussi inoffensif que l’écureuil qui se trouvait près de sa joue.

-Mon nom est Armil et le vieux grognon derrière moi s'appelle Solk.- fit alors l’ancien camarade de Natel qui n’avait même pas encore eut l’occasion de réagir face à leur retrouvaille.

Lorsque le garçon aux cheveux blancs nomina l’un des deux loups qui se trouvait en retrait dans la chambre, Natel tourna un regard vers ce dernier. Cela lui faisait penser qu’il n’avait pas mentionné le nom de son écureuil. Ce dernier ne lui en tenait pas rigueur. Contrairement au loup d’Armil, Nox ne comprenait pas le langage des gens et vivait sereinement sa vie de petit mammifère choyé sans se poser plus de question. Dans un sens, c’était bien ainsi aussi.

Par contre, la jeune femme ne parvint pas à leur répondre. Natel s’inquiéta sur l’instant lorsqu’il la vit ouvrir la bouche sans émettre le moindre son. Il fut néanmoins rassuré de constater qu’elle avait seulement soif. Mais tout à coup, à sa plus grande surprise, la jeune fille déplaça la carafe d’eau sans la toucher, rien qu’en ayant la main tendue vers elle. La carafe n’avait pas bougé de beaucoup mais n’avait pas échappé à l’œil alerte de Natel qui étira un sourire devant cette capacité hors du commun des simples humains. Super ! Elle n’était pas humaine ! Encore une rencontre formidable ! Natel sourit et jeta un regard à Armil qui, de ce qu’il pouvait constater sur son visage, avait repéré également le pouvoir de la fille. Après avoir vidé la carafe, cette dernière bondit sur la table pour s’y asseoir. Son excentricité fascinait Natel. Il observait la jeune fille, impatient qu’elle dise quelque chose, qu’elle se présente aussi par exemple. Il voulait absolument connaître son nom.

- Kuon, je m’appelle Kuon. Et vous êtes les premières personnes que je rencontre après… hummm

Tiens ? Il y eut un moment d’hésitation. Mais elle se rattrapa vite avec une suite étonnante.

‘- Après m’être échappée ! Je suis énormément contente, je n’ai jamais vu d’humains !

- Ah vraiment ? fit Natel, et toi tu es quoi au juste ?

Natel était tout aussi curieux qu’Armil sur le fait que la jeune fille disait s’être échappé. C’était une bonne raison pour laquelle elle avait été trouvée si affaiblit. Natel voulu sur le champ lui demander de quoi il retournait mais Armil le devança en rendant les habits à la demoiselle tout en lui disant :

-Vous devriez vous habiller, vous serez plus confortable pour nous expliquer pourquoi vous fuyez.

Puis, le jeune homme se tourna dos à la jeune fille en prenant Natel par l’épaule pour qu’il en fasse autant. Ce dernier obtempéra sans résistance, toujours un sourire figé sur son visage. Armil lui demanda alors :

Alors, Natel tu as enfin fait des voyages, où tu travailles dans cette auberge, car je dois dire que tu es plutôt bon comme musicien et comme porteur de carafe aussi,

- Armil, fit joyeusement l’homme, tu te souviens de ces rêves d’aventure que l’on s’imaginait à l’orphelinat ? J’ai toujours eut l’intention de les réaliser et c’est bien ce que je fais ! Merci du compliment, je dois avouer que j’ai un faible pour les instruments à corde. Ce n’est pas croyable de te retrouver là Armil, quel heureux hasard ! Dis-moi un peu ce que tu es devenu ? Tu m’as l’air pas trop mal…Ca fait plaisir à voir.

Armil était celui des deux qui avait quitté l’orphelinat le premier. Un beau jour, plus d’Armil. Natel avait fini par en faire autant deux ans plus tard et jusque-là, plus jamais ils ne s’étaient revus. Plus jamais Natel n’avait revu l’orphelinat à vrai dire. Il préférait laisser cet endroit dans le passé.

-est-que c'est moi ou la jeune dame qui fait battre ton cœur comme ça.- finit par demander le dénommé Armil.

Natel regarda Armil, puis suivit son regard vers son cœur. Il étira un sourire taquin avant de le regarder à nouveau dans les yeux. Il lui donna un léger coup de coude :

- Tu ne serais pas en train de reconsidérer la vision que tu as de cette demoiselle ? fit-il toujours aussi taquin.

Puis, Natel, qui était néanmoins tenté, redressa un peu la tête qu’il pivota légèrement afin d’obtenir du coin de l’œil une petite vision de ce qui se passait derrière tout en essayant de rester discret. Mais comme il voulait tout de même rester respectueux envers la jeune fille, il n’alla pas plus loin et regarda à nouveau devant lui, le visage étirant un sourire néanmoins un peu béa, bien qu’il n’ai vu que de gracieuses courbes sans détail, avant d’ajouter :

- Je crois que je te comprends, elle est woww…
Revenir en haut Aller en bas



Kuon Göldin

Invité



MessageSujet: Re: Rencontre et retrouvaille à la taverne de la plage( Natel O'Diel - Armil Blakenvolf - Kuon)   Mar 3 Nov - 22:21

Message de Kuon, fée.



Deux prénoms que j’ajoutais à ma collection. Natel et Armil. Sur le tout début de ma liste de rencontres, les deux premiers hommes humains que j’ai par chance, croisé, sur la table, je bougeais mon indexe en écrivant dans l’air leur prénoms de peur qu’ils m’échappent. Je sais pourtant qu’ils ne m’échapperont pas. Pour moi qui aie toujours rêvé de cet instant, ces deux prénoms étaient écrits d’une ancre éternelle.  Les deux avaient étrangement l’air de se connaître, et sainte Göldin Sarasa savait combien j’avais de questions à leur poser. Mon estomac gargouilla, je sourie bêtement sur le fait et, malgré-moi, finit par regarder la soupe chaude qui me séduisait.

L’un des deux hommes parla, je savais que c’était Armil, j’ai mis tellement de concentration et d’énergie dans ces quelques minutes que mon cerveau a littéralement presque tout enregistré : Leurs voix, leurs tailles, leurs corpulences et, bien que de loin, quelques détails de leurs visages. J’avais envie de les voir de plus près, mais la proposition d’Armil était claire : il fallait que je me revêtisse. Ça les dérangeait autant que ça que je sois habillée ainsi ? ça leur fait quoi ? Je n’ai pas osé demander, plus tard peut-être ; mais pas maintenant ; je devais d’abord gagner un semblant de confiance et un faire un peu plus d’interactions.

Ils se retournèrent à deux et se mirent à discuter. Mes oreilles furent concentrée sur cette leur paroles et leur énergie. Je regardais leurs dos un sourire de fierté tracée sur ma figure. Même l’idiotie peut mener à de bons résultats. Je devais même remporter un prix pour m’être évanouie aujourd’hui.

Il fallait que je réussisse à ouvrir, seule, mon corset. Noué vers la moitié de mon dos, mes mains atteignaient à peine les deux ficelles qui s’en balançaient. Et hop, ouvert, je me retourne donnant mon dos aux deux homme car étrangement, je sentait une chaleur me monter aux joues, et mon instinct féminin m’implora de pas leur faire face. Jaad me regardait avec indignation. Il prit sa forme minuscule sous la surprise du second loup, et vint grimper sur mon épaule me murmurer des mots précis et clairs ;

‘- Je ne sais pas d’où tu tiens ton sens commun ! Tu n’as même pas la moindre idée à quel jeu tu joue !

Presque inaudibles, ses murmures m’avaient transpercés. Je le regarde interpellée. Etait-ce dangereux d’être ici ? Ces deux humains étaient-ils aussi puissants ? Il bougea sa tête en négation. Certes, ce n’était pas de ce genre de danger qu’il me parlait. Le regard de Jaad ne les lâchait pas. Surement, Jaad comprenait plus aux mâles ce que je ne comprendrais, moi, jamais aux femelles. J’ai presque cru l’entendre grogner et penser qu’il finira fou avant que je ne comprenne certaines choses.

Pendant ce temps, mon corset et ma jupe blanche étaient au sol, je trouvais ça dommage de devoir porter ma robe noire directement sur ma peau, la fabrique n’était aussi douce que celle de ma lingerie. Je regarde doucement derrière moi, puis murmure un mot, une robe noire en soie apparut devant moi, je la porte avant d’enfiler la première. Non sans difficulté, je fermais les nœuds dans mon dos et me retournais regarder mes deux nouveaux compagnons. La soupe avait presque refroidit, je lève un sourcil à cette idée. Pouvais-je la manger ? Ce n’était pas un repas à partager ?

Avançant vivement, je m’introduis entre les deux hommes les séparant dans leur discussion qui finissait en murmures puis je me retourne leur faire face.

‘- Vous n’allez-pas manger ?  

Demandais-je en guise de ‘Est-ce que je peux manger ?’. J’ai lu dans un autre livre sur la conduite que, si invité, il ne faudrait jamais manger en premier. Il faudrait attendre que le hôte mange ou invite à manger. C’est là où je regrettais ne pas avoir entendu les paroles d’Armil au tout début, peut être m’y a-t-il dit que la soupe était pour moi ?

Jaad tirait mes cheveux, et j’ignorais ses gaminerie, il finit par sortir les regarder d’abord avec méfiance puis leur baissa sa tête comme il aurait fait pour remercier quelqu’un. Zut, je ne les ai pas remercié ! Désordonnant quelques mèches de mes cheveux, j’en ramène une derrière mon oreille. J’étais angoissée, et je savais que ça se voyait. Mais je n’ai presque jamais remercié quelqu’un ; jusqu’aujourd’hui, les normes voulaient que ces rapports et abords m’étaient presque entièrement inconnus.

‘- Jee...  


Revenir en haut Aller en bas



Armil Blakenvolf

Invité



MessageSujet: Re: Rencontre et retrouvaille à la taverne de la plage( Natel O'Diel - Armil Blakenvolf - Kuon)   Mer 4 Nov - 3:27

Message d'Armil Blakenvolf, humain.

-Armil tu te souviens de ces rêves d'aventure que l'on s'imaginait à l'orphelinat ? Le jeune guerrier fit un signe de tete, bien sûr qu'il s'en rappelait.- J'ai toujours eu l'intention de les réaliser et c'est bien ce que je fais ! Merci du compliment, je dois avouer que j'ai un faible pour les instruments à corde. Ce n'est pas croyable de te retrouver là Armil, quel heureux hasard ! Dis-moi un peu ce que tu es devenu ? Tu m'as l'air pas trop mal…Ça fait plaisir à voir.-

Comment lui dire que le gentil Armil, le gamin qu'il avait été n'existait plus, ou du moins plus vraiment, comment lui faire comprendre que ses années passées avec la troupe de mercenaire l'avait changé au plus profond de son cœur, qu'une partie de lui était mort. Bien sûr il avait appris à se battre, à tuer et à survivre qui, dans ce monde de fou était une bonne chose, mais comment dire à un ami de longue date que son cœur était devenu sombre.

-Quand je suis partie de l'orphelinat j'ai rejoint une troupe de mercenaire et j'ai parcouru le monde avec eux et voilà environ un an je suis partis et je suis devenu protecteur d'une caravane de Hammelin, imagine, voir toutes ses grandes villes, tous ces gens, maintenant je suis ici seul, enfin presque et je vais là où mes pieds me portent.-

Puis au moment où je lui parle de la femme derrière nous il se retourna.

-Je croit que je comprends, elle est WOW....


Armil lui donna un petit tape derrière la tête, mais il avait toujours le sourire au lèvre.

- Un peu de sérieux, oui elle est belle, mais les roses ont des épines-

C'est à ce moment que la petite furie flamboyant passant entre les deux comparse pour les séparer et elle se plaça juste devant eux

-Vous n'allez pas manger?-Armil trouva ça plutôt amusant, elle n'avait pas l'air consciente de tout son environnement, mais avant qu'il puisse répondre, une chose se produisit, une petite créature sortie de la tignasse de la fée. Elle sortie avec méfiance et Armil remarqua qu'elle ressemblait drôlement au loup de la jeune femme, du coin de l'œil il regarda ou l'animal devait se trouver, mais il n'y avait que Solk qui était planté la sans savoir quoi faire. Puis l'animal miniature pensa la tête vers eux, le jeune homme se dit que l'animal les remerciait. La jeune femme elle était angoissée, comme si elle ne savait pas comment réagir.

-Je....

-Vous savez l'heure du repas est déjà passé et la soupe est pour vous,- Il ne voulait pas que la jeune femme se sente mal. -Vous devriez aller manger, doucement cette fois et nous expliquer toutes l'histoire. -

Armil se rappela qu'il avait toujours son sac à dos, tranquillement il laissa les autres s'asseoir où il voulait, lui il enleva son sac et s'assit au côté de son animal, une main sur la tête il le flatta pour le calmer un peu. Quand tout le monde fut installé, il attendit quelque instant pour voir ce qu'il se passait, mais personnes ne parlaient. Il décida donc d'attendre que la fée ai manger quelque cuillerée avant de reprendre la parole.

-Kuon je sais que ça ne sera peut-être pas facile, mais si vous voulez qu'on vous aide, vous devez tout nous dire, du moins ce que vous fuyez et surtout pourquoi, nous avons besoin d'un maximum d'information-

Armil pris à ce moment trois morceaux de viande sèche, il en donna un a Solk, lança un morceau à Natel et garda le dernier pour lui. Il ne voulait pas en donner à la jeune femme puisque son estomac devait attendre un peu avant d'avoir du solide, mais il ne voulait pas la laisser manger seul, il voulait la mettre en confiance.
Revenir en haut Aller en bas



Natel O'Diel

Invité



MessageSujet: Re: Rencontre et retrouvaille à la taverne de la plage( Natel O'Diel - Armil Blakenvolf - Kuon)   Mer 4 Nov - 17:22

Message de Natel O'Diel, humain.

Bon. La jeune fille n’avait pas répondu à la question de Natel. L’homme ne prit pas en compte cet oubli ou ce refus. De toute façon, Armil venait déjà de détourner son attention pour lui parler à l’écart de la jeune fille du temps qui avait séparé les deux amis. Natel n’était pas dupe cela dit. Il avait remarqué au fond des iris d’Armil, que quelque chose avait changé en ce dernier. Il ne savait pas encore quoi, ni s’il avait vraiment raison de croire cela. Ce n’était pas ce qu’il y avait de plus important au final. C’était logique de changer après une décennie. Une chose qui ne passait pas à côté de Natel était le fait que lui et Armil étaient toujours en si bons termes malgré tout ce temps. Comme s’ils ne s’étaient jamais quittés. Et pourtant, les deux hommes avaient sûrement vécu un tas d’aventure depuis le temps. Natel demanda alors à son ancien camarade ce qu’il était devenu depuis son départ du refuge.

-Quand je suis partie de l'orphelinat j'ai rejoint une troupe de mercenaire et j'ai parcouru le monde avec eux et voilà environ un an je suis partis et je suis devenu protecteur d'une caravane de Hammelin, imagine, voir toutes ses grandes villes, tous ces gens, maintenant je suis ici seul, enfin presque et je vais là où mes pieds me portent.-

- J’imagine oui, répondit Natel, toujours souriant, alors comme ça tu es mercenaire ? Tu m’en diras tant ! Ca a l’air de te réussir en tout cas. Mais comment es-tu donc tombé sur cette fille jusque dans cette auberge ?

C’est alors qu’après, en parlant justement de cette femme, Armil avoua à Natel qu’elle ne le laissait pas indifférent. Enfin, c’était ce que Natel avait compris en tout cas. Par ailleurs, le jeune homme n’était pas non plus insensible au charme que dégageait cette étrange demoiselle qui le fascinait toujours autant car autour d’elle planait autant de mystère que de beauté. Natel aimait par-dessus tout ces deux mots. Il prit le risque de jeter un œil vers elle qui se changeait sans pudeur derrière lui. Sa silhouette gracieuse, sa chevelure qui attirait le regard, ses yeux hypnotiques, avaient tout pour attirer l’attention. Mais elle avait l’air également fragile et un peu déboussolée. Il ne fallait pas oublié qu’elle fuyait quelque chose et qu’elle n’était pas humaine. Mais dans sa contemplation, Natel confirma qu’il avait les mêmes pensées vis-à-vis d’elle par rapport à Armil.

- Aieuh, marmonna-t-il en mettant une main derrière son crâne lorsqu’Armil lui donna une tape derrière la tête.

Non pas qu’il eut mal, bien sûr que non, la tape avait été amicale et taquine. Ce n’était qu’un simple réflexe.

- Un peu de sérieux, oui elle est belle, mais les roses ont des épines- fit alors le garçon aux cheveux blancs.

- Ca ne m’empêche pas de cueillir les roses…répondit Natel, tu t’inquiètes beaucoup trop et pour rien mon vieux !

Soudain, Natel se sentit un peu écarté d’Armil, et la jeune fille dénommée Kuon, enfin correctement et joliment habillée, passa entre les deux hommes, et leur fit face.

- Vous n’allez-pas manger ? demanda t-elle alors.

Le jeune homme était toujours aussi intrigué par la jeune fille. Mais la politesse dont elle faisait preuve, mêlé au fait qu’elle donnait l’impression de ne pas trop savoir comment agir, restait captivant.

- Mais non, répondit Natel, je t’en prie, cette soupe a été apporté spécialement pour toi, alors régales-toi !

Puis, il aperçut quelque chose remuer sur l’épaule de la demoiselle. Sur l’instant, il se demandait si c’était Nox qui avait changé d’hôte, mais non, l’écureuil était toujours sur son épaule à lui. Natel plissa le regard, fixant cette petite chose qui se révéla rapidement être un tout petit loup !

- Oh comme c’est bizarre ça ! lança-t-il enjoué,  en tendant le doigt vers le canidé miniature, c’est le loup le plus petit que j’ai jamais vu !

Comme Armil, il eut le réflexe de regarder auprès des deux autres animaux de taille normale au bout de la chambre mais le deuxième loup avait effectivement disparu. C’était celui là. Pendant que Natel était obnubilé par le petit animal, Armil confirma les dires de ce dernier à l’instant :

-Vous savez l'heure du repas est déjà passé et la soupe est pour vous. Vous devriez aller manger, doucement cette fois et nous expliquer toutes l'histoire.

Natel se redressa. Lui aussi voulait en savoir plus sur le pourquoi du comment cette jeune fille c’était retrouvé dans une situation pareille. Natel finit par s’asseoir sur le lit où se trouvait avant Kuon tandis qu’Armil cherchait quelque chose dans son sac à dos. Le temps que la jeune fille mange tout le contenu de son bol de soupe désormais tiède, l’homme se contentait de caresser son écureuil qui passait d’épaule en épaule en faisant virevolter sa queue touffue derrière lui. Soudain, la voix d’Armil s’éleva à nouveau :

-Kuon je sais que ça ne sera peut-être pas facile, mais si vous voulez qu'on vous aide, vous devez tout nous dire, du moins ce que vous fuyez et surtout pourquoi, nous avons besoin d'un maximum d'information-

Le jeune homme aux cheveux blancs partagea ensuite de la viande séchée, ce que Natel ne refusa pas le moins du monde. Il avala sa part assez rapidement, se tourna vers la jeune fille et ajouta :

- Oui, dis-nous un peu ce qui t’es arrivé.
Revenir en haut Aller en bas



Kuon Göldin

Invité



MessageSujet: Re: Rencontre et retrouvaille à la taverne de la plage( Natel O'Diel - Armil Blakenvolf - Kuon)   Jeu 5 Nov - 1:37

Message de Kuon, fée.



A vrai dire, je savais que je n’allais pas m’en sortir avec mes remerciements. Entre sorcières, on ne se remerciait pas, on ne s’excusait pas. On faisait chacune ses tâches sans trop se mêler des affaires des autres. Et si justement discussion a lieu, celle-ci finit souvent en injures. Et avec moi, après le verdict de ma tante qui me voulait chef de secte après elle, j’ai eu droit à beaucoup de sensations négatives et de mots derrière mon dos ; je n’ai pourtant pas été choisie par favoritisme mais par mérite ; ou du moins, c’est ce que je m’obstinais de croire. Pour tenir tête à mes semblables, je gardais mes distances, protégeais mes arrières et adoptais un ton hautain et gracieux. Je n’ai jamais eu d’ami ou de raison à partager quelconques expressions de tendresse.

Bref, à peine entrouvrais-je ma bouche pour continuer ma réplique qu’Armil me coupa la parole, puis Natel surligna ses avances. J’en compris deux choses, la première, c’est que j’ai dû être évanouie pendant plus de deux heures, dont, le fait que l’heure du repas était passée ; la deuxième est que mes deux interlocuteurs étaient vraiment généreux. Natel s’exclama en regardant Jaad sur mon épaule, son exclamation me rendit toute contente, je n’étais pas la seule qui découvrait des choses.

‘- Il est  mignon, pas vrai !?

A vrai dire, je m’excitais. Combien de fois ais-je voulu dire cet « Il est mignon, pas vrai »  encore ? Je n’arrive plus à compter ! A chaque fois que Jaad prend sa forme minuscule je me dis la même chose dans l’envie de l’extérioriser un jour. Je tapotais la petite tête du loup, chose qu’il ne détesta point, mais qu’il résista… mon familier avait du caractère.

Armil me réinvita à manger doucement et à raconter mon histoire. Je m’installe donc sur la table, posant le bol sur mes genoux et le ramenant vers mon nez sentir l’odeur. Même froide, la soupe sentait bon pour l’affamée que j’étais. Natel s’installa sur le lit, tendis qu’Armil s’assit au coin de la chambre à côté de son loup. J’engloutis la moitié de la soupe pendant qu’ils s’asseyaient. Je n’avais aucune raison de respecter les normes et les étiques pour une fois ; je dépose le bol à table y laissant la juste moitié, Jaad comprit que c’était pour lui. Contrairement à Jaad, Chad n’avait pas besoin de manger pour vivre ; il lui suffisait de rester à mes côtés ; c’est directement de mon énergie vitale qu’il se nourrissait.

Les deux insistèrent de nouveau à ce que je leur raconte mon histoire. Armil partagea quelque chose avec Natel et son loup, quelque chose qui attira mon attention la fraction d’une seconde et que j’identifiait par l’odorat comme étant de la viande sèche. Je me mords la lèvre inférieure m’invitant à revenir à l’important : Raconter… mon histoire ? Mais raconter quoi au juste ? Qu’est ce qu’ils voulaient savoir ? Il n’y a rien dans ce que j’ai laissé derrière moi qui compte réellement. J’étais une simple gamine irresponsable qui fuyait ses devoirs en cherchant plus d’amusement et de découverte ! D’ailleurs, combien des choses que je révèlerai de moi les feront me détester ? Mes questions continuaient, mais il fallait bien que je finisse par répondre !

‘- Un,

Dis-je en ponctuant avec mes doigts

‘- Je suis amoureuse des découvertes ! Deux, je suis amoureuse des livres ! Trois, quand il n’y avait plus rien à découvrir chez moi et pas un livre que je n’ai pas lu trois fois, j’ai décidé de partir !

Je clignais des yeux, ces choses formaient mes trois évidences de l’heure actuelle. Je laissais beaucoup de choses que je jugeais in importantes non dites comme mon origine de sorcière, mon manque aux responsabilités léguées par ma secte, l’élément déclencheur de ma fuite qui était littéralement mes nouvelles fiançailles. Mais je ne savais honnêtement pas où me positionner, peut-être que j’en avais dis peu. Jaad était assit confortablement montrant qu’il était entièrement d’accord avec ce que j’ai dis ;

‘- Et puis.. je ne veux pas que vous me détestiez pour ce que je vais dire ; mais cacher la vérité aux deux premières personnes que je rencontre serait tellement dommage !

Les oreilles de Jaad commençaient à bouger de manière alertée ;

‘- Le bonus de m’avoir rencontré en premier fait que je vous dirai l’un de mes secrets !

Je baissais ma voix, souriant fièrement de mon appartenance pour une fois

‘- Je suis une sorcière.

Et je fais un clin d’œil léger en battant des pieds gracieusement, Jaad avait caché sa tête entre ses deux pates.  

Maintenant, question répondue, j’avais pleins de questions à leur poser à mon tour ! Je ne voulais pas monopoliser la parole pour mon simple plaisir de partage, la curieuse que j’étais aimerait plus entendre et écouter.


Revenir en haut Aller en bas



Armil Blakenvolf

Invité



MessageSujet: Re: Rencontre et retrouvaille à la taverne de la plage( Natel O'Diel - Armil Blakenvolf - Kuon)   Jeu 5 Nov - 13:53

Message d'Armil Blakenvolf, humain.

-Oh comme c'est bizarre ça, Natel regardais le petit loup sur l'épaule de la jeune femme, avec le regard d'un enfant qui découvre se que c'est de la neige.- C'est le loup le plus petit que j'ai jamais vue.

A ses mots le visage de Kuon rayonnait elle avait l'air heureuse qu'on disse cela, Armil lui fit un petit sourire léger, leurs humeur joyeuse était contagieuse. Quand elle répondit il y avait de l.excitation dans sa voie, on aurait dit qu'elle attendait depuis longtemps que quelqu'un le remarque enfin. Puis elle tapota la tête de son fidèle acolyte, tandis que le loup lui déplaça la tête en signe de protestation.

Puis elle avait essayer de les remercier mais Armil lui ne voulait pas de remerciement, il était normal qu'il aide une inconnus dans le besoin, mais il n'avait pas voulus être impolie, il l'avait fait pour qu'elle ne se sente pas embarrasser.

Armil proposa a la jeune fée de leur parler et tout trois s'assoie un peut partout dans la petite chambre, le jeune guerrier garda son regard sur l'elfe, ses mouvement était gracieux, presque envoûtant. Avant même que le jeune humain lui dissent d'aller doucement elle avait engloutie la moitié de la soupe sans prendre son temps comme le lui avait conseillé le jeune homme quelque seconde plus tôt, puis elle laissa la moitié a son mini-loup.  

Armil avait l’impressionne que Kuon cherchait a rassembler ses idées pour bien leur expliquer, mais elle ses explication furent plutôt étrange.

- Un, je suis amoureuse des découvertes! Deux, je suis amoureuse des livres! Trois, quand il n'y avait plus rien a découvrir chez moi et pas un livre que je n'ai pas lu trois fois, j'ai décidé de partir-

D'accord, mais ça n'expliquait pas qu'elle se sois échappée, n'y l'état dans lequel on l'avait trouver. Le jeune guerrier sentait qu'elle ne lui disait pas tout, mais il ne voulais pas la brusqué. Il aurait aimer avoir plus d'information concrète, il était sur d'une chose c'est elle qui avait décider de partir, alors qu'est-qui l'avait pousser a partir.

-Et puis.. je ne veux pas que vous me détestiez pour ce que je vais dire ; mais cacher la vérité aux deux premières personnes que je rencontre serait tellement dommage !-


Tien ça commençais a être intéressant, il avait raison de croire qu'elle cachait quelque chose, Armil sentis l'animal miniature nerveux

-Le bonus de m’avoir rencontré en premier fait que je vous dirai l’un de mes secrets !-

Il avait raison, l'un de ses secrets, mais qui n'en avait pas, il espérait avoir des informations plus pertinente.

-Je suis une sorcière.-
Elle avait baissé la voix, comme si c'était quelque chose que personne ne devait savoir, elle fit un clin d'oeil, était elle insouciante, le loup miniaturisé se cachât le nez sous ses pattes, alors Armil comprit que l'information était importante, mais a qu'elle point, pourquoi cette information était elle si importante. Le jeune guerrier soupira légèrement plus pour lui-même, car il n'était pas capable de mettre toutes les pièces du puzzle, il lui manquait des informations, était elle poursuivit, en danger, est que des hommes débarquerait ici, c'était ces informations la qui lui manquaient.

Le jeune guerrier se passa une main dans ses cheveux blancs, il se demandait bien pourquoi c'était un secret, devait-il lui demander pourquoi, la réaction du loup l'inquiétait, mais il n'avait jamais entendu parler de sorcière. Les yeux bleus du jeune humain passa de l'un à l'autre, tout deux avait un large sourire, heureux de ses échanges entre eux, insouciant, pour eux cette nouvelle expérience était plaisante. Le jeune guerrier en était presque jaloux, une telle joie de découverte, une telle joie de vivre, Armil lui était stoïque, il avait vu tant de chose que son cœur c'était durcie, il ne voyait que les dangers potentiels. Le jeune garçons, les laissa parler un peu entre eux, ils écoutaient ce qu'ils se disaient, mais son cerveau lui tentait de placer toutes les informations, toutes les pièces du puzzle, mais rien à faire.

-Donc, selon vos dire, vous ne vous étés pas échapper mais simplement partie, alors pourquoi vous à ton trouvez dans cet état d'épuisement avancer, est ce que l'on vous poursuit.-


Armil était plus pragmatique, il avait l'esprit d'un guerrier, il voulait d'abord être sûr qu'aucun de ses deux compagnons étaient en danger, pour des raisons simples. Natel était un ami de longue date, malgré le temps passer loin l'un de l'autre, il s'entendait bien et Kuon, il n'en était pas sur lui-même, il se méfiât de la jeune elfe, non plus particulièrement il se méfiât de l'effet que la jeune fée avait sur lui.


Dernière édition par Armil Blakenvolf le Jeu 5 Nov - 17:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Natel O'Diel

Invité



MessageSujet: Re: Rencontre et retrouvaille à la taverne de la plage( Natel O'Diel - Armil Blakenvolf - Kuon)   Jeu 5 Nov - 17:03

Message de Natel O'Diel, humain.

- Il est  mignon, pas vrai !? lança la jeune fille à la remarque de Natel lorsque celui-ci avait remarqué le petit loup sur son épaule.

Natel hocha la tête pour confirmer les dires de la jeune fille. Un loup miniature, c’était toujours plus mignon qu’un loup de grand taille, mais ne le sera peut-être jamais autant qu’un écureuil. Natel appréciait grandement la joie dont Kuon était imprégnée. Elle qui avait été apeuré de sa situation lorsqu’elle était revenue à elle, semblait à présent en toute confiance et ça faisait plaisir à voir. Natel, contrairement à Armil, ne se méfiait pas du tout de cette étrangère. Mais d’un autre côté, Natel avait un seuil de prudence qui ne dépassait pas les 1 %. Sa grande curiosité se mélangeait à celle d’Armil et tout deux étaient désireux d’en savoir un peu plus sur la jeune fille. Mais peut-être avaient-ils aussi des raisons diverses. Armil jouait plus de la méfiance et de l’inquiétude, accompagné à cela une envie de maintenir lui et surtout la demoiselle à l’abri d’un potentiel danger. Natel en revanche, voulait savoir par pure curiosité, et aussi pour avoir un brin de conversation avec cette charmante personne qui ne manquait de l’attirer intérieurement. Encore une fois, Natel était le genre de personne qui ne réfléchissait pas et se laissait séduire volontiers. L’apparence de la jeune fille passait avant tout et seulement après il avait tendance à voir un peu si son caractère était acceptable. A vrai dire, c’était de cette façon-là qu’il faisait avec les demoiselles. Pour ce cas-ci, il restait dans les limites car Kuon avait jadis démontré des signes de peur envers lui. Il aimerait bien mieux la connaître. Les mystères qui l’entouraient aggravaient la fascination qu’il avait pour elle. Le tout ponctué par l’attrait de la race elfique de la jeune fille.

Un, finit enfin par répondre Kuon, Je suis amoureuse des découvertes ! Deux, je suis amoureuse des livres ! Trois, quand il n’y avait plus rien à découvrir chez moi et pas un livre que je n’ai pas lu trois fois, j’ai décidé de partir !

Une envieuse de découverte ? Voilà un point commun que Natel ne manqua pas de souligner ! A ces mots, son sourire s’élargie d’avantage. Il se moquait bien en revanche des livres mais pour le reste, il comprenait parfaitement la jeune fille. Pourquoi lui avait quitté l’orphelinat alors que la doyenne avait l’intention de lui trouver un bon métier pour vivre ? Hors de question de travailler et vouer sa vie dans un atelier ou autre pour quelques pièces et une dépendance à la sédentarité. Natel était partit pour vivre la plus grande de toute les aventures que le monde pouvait lui offrir : la vie. L’homme prit ses aises sur le lit, dos contre le mur, il se passa une jambe au-dessus de l’autre en écoutant les explications de la femme. Lorsqu’elle eut terminé. Un temps de silence régna. Toujours souriant, Natel échangea un regard avec son ancien camarade qui maintenait lui aussi le silence. Finalement, le jeune homme haussa les épaules avant de répondre joyeusement :

- Moi ça me va. C’est une très bonne raison.

Mais apparemment, la jeune fille n’avait pas terminé. Elle poursuivit alors, un peu plus hésitante :

‘- Et puis.. je ne veux pas que vous me détestiez pour ce que je vais dire ; mais cacher la vérité aux deux premières personnes que je rencontre serait tellement dommage ! Le bonus de m’avoir rencontré en premier fait que je vous dirai l’un de mes secrets !

Un secret ? Natel aimait découvrir des secrets ! Intrigué par les dires de Kuon, il se redressa sur le matelas. Armil aussi, on pouvait le voir dans son regard, frétillait d’intérêt.

- Je suis une sorcière, termina Kuon sur un ton plus bas.

Oh…Oh ? A vrai dire, Natel était un peu déçu de cette révélation. Non pas qu’elle n’était pas intéressante, bien au contraire ! Surtout que si c’était un secret, c’était que ça valait son pesant d’or. Mais une chose le turlupinait un peu, lui faisant abaisser son sourire en un visage un peu confus.

- Hm…Je croyais que c’était une elfe ? fit-il alors.

Il ne fallait pas lui en vouloir. Il n’était pas toujours très vif d’esprit. Il avait parlé de Kuon à la troisième personne parce qu’il interrogeait autant elle qu’Armil du regard. Par la suite, le garçon aux cheveux blancs pénétra dans un silence qui laissa libre cours à Natel de converser plus en profondeur avec la demoiselle. L’homme s’approcha alors d’elle avant de lui dire, toujours avec un sourire chaleureux aux lèvres :

- Vu dans l’état dans lequel on t’as retrouvé, tu n’as pas dû être bien préparé pour partir à la découverte du monde ! Dis-moi, chez toi, ils ont tous un minois aussi joliment sculpté par Dame Nature ou bien tu es une perle rare dans ton genre ? Pour tout te dire, je n’ai mais encore eut l’occasion de rencontrer des elfes, ou des fées, et encore moins des sorcières ! Un peu comme toi pour les humains. Au fond, on se découvre l’un l’autre j’ai l’impression.

Plan charme activité pour Natel. Il fallait bien que ça arrive à un moment donné. Il ne s’en voulait pas, c’était une bonne façon de mettre une fille en confiance. Et jamais encore il n’avait eu l’occasion de séduire une sorcière ! Puis finalement, Armil reprit la parole :

-Donc, selon vos dire, vous ne vous étés pas échapper mais simplement partie, alors pourquoi vous à ton trouvez dans cet état d'épuisement avancer, est que l'on vous poursuit.-

- Comme je le disais, répondit Natel en se redressant vers son ami d’antan, je pense qu’elle ne s’est tout simplement pas préparée. Ou pas très bien en tout cas. Enfin je suppose.
Revenir en haut Aller en bas



Kuon Göldin

Invité



MessageSujet: Re: Rencontre et retrouvaille à la taverne de la plage( Natel O'Diel - Armil Blakenvolf - Kuon)   Ven 6 Nov - 13:04

Message de Kuon, fée.



La première remarque ou le premier échange après ma révélation me bouleversa. Natel parla de moi comme une non présente, il ignora que j’étais là, parmi eux et parla à Armil de moi… Son propos ne soulevait rien d’injurieux, il ignorait juste la moitié de la vérité, du coup, le propos ne me dérangea point ; contrairement à son attitude, peut être innocente, mais qui réveillait en moi un étrange mépris ; je l’associais aux dizaines d’elfes qui faisaient ainsi pour parvenir à me blesser ou à me communiquer leur haine envers moi. Mais étant une reine du laisser paraître, je ne communiquais rien de mon mécontentement ; j’ai fais face à ce genre de traitement pendant des années et, malgré mon excitation, je revenais à ma juste place. Je le savais en sortant de chez-moi que le monde n’allait pas être que beauté et douceur.

Natel continua ses propos, il souleva des points vrais et expliqua son attitude d’il y’a une seconde. Des gens aussi bien sculptés que moi ? Je ne sais pas, je ne me suis jamais posé la question et l’énergie me manquait d’essayer de visualiser les visages de mes cousines, de ma famille ou de ma secte. D’autant plus que ce fut celui de ma mère et de ma tante que je voyais en premier, deux visages en colère préparant un juste châtiment. Jaad caressait la main que j’avais sur la table, tapant dedans de sa petite pate comme pour mon consoler. Chad se mit à grogner de sa place… Les deux comprenaient que les images qui s’invitaient à ma pensées n’étaient pas de belles images.

Je soupire.

Natel s’était approché de moi en me parlant. Son sourire certes était fascinant. Je lui répondis en souriant d’abord, ce sourire si beau et si durement forgé pour être identique à mon sourire vrai. Ma première rencontre ; je n’allais pas la gâcher parce qu’on me rappelait l’endroit d’où je venais,

Je cligne des yeux. Natel souligne de nouveau les questionnements. Que devais-je faire ? Répondre pour assouvir leur curiosité ou répondre à mon envie de garder mes raisons pour moi ? Je mord ma lèvre inférieure, souriant de plus belle ensuite. Je tape des ongles de mes doigts sur la table un léger battement successif. Solution trouvée !

Je m’incline en avant et balance mon corps sautant de la table et me tenant sur pieds à un demi mètre de Natel. Je lève ma main droite et claque des doigts, un livre apparaît que je réceptionne dans ma main droite aussi ; J’ouvre le livre, l’air contrariée, le livre disparaît ; je claque des doigts, un autre apparaît, je le réceptionne, l’ouvre, cette fois c’était le bon. Je le tend ouvert à Natel,

‘- Premièrement, éliminons les ambiguïtés !

Sur la page du livre était écrit,


" Les elfes sont généralement plus grands que les humains, mais aussi plus gracieux et plus fragiles (une apparence que leurs longues oreilles pointues accentuent). Ils possèdent de larges yeux en forme d’amande et de grandes pupilles de couleur vive."

Laissant un temps pour que Natel eut lu, je m’approche éliminant la distance entre nous deux. J’étais surement plus grande de taille que les humaine bien que je n’en ai pas encore rencontrés ; Natel me dépassait en hauteur à peine de deux centimètres ; je le regardais plein dans les yeux, voulant qu’il y voit ce qu’on prénomme la grâce et  la vivacité des yeux elfiques ; puis pour finir, je prends sa main droite dans ma main gauche, la ramenant vers mon oreille et lui permettant de ce fait de la toucher.

Je bouge mes oreilles. Un étrange vacarme se fit entendre en bas. J’entrouvre ma bouche et marmonne quelques mots ; une femme crie à l’étage ; Je sourie. Je continue à marmonner, ce fut la voix de l’homme dans la chambre à coté qui cria cette fois en sortant de son bain suivit d’un bruit d’eau se versant d’un seau, puis l’eau entra dans notre chambre à travers la fenêtre, il se positionna –volant– au dessus de la petite lampe à huile sur la table. L'eau tombe, la lumière s’éteint.

‘- Je ne suis pas ‘une fée’, je suis une ‘fée sorcière’ !

Tout clair, tout net. Maintenant, ignorant les grognements de mes deux animaux et ne me rendant pas compte que je reprenais, à travers les actions que je venais de faire, les tons hautains des miens, je ballade mon regard entre Armil et Natel.

‘- Je ne me suis pas préparée parce que j’aurai donné plus de temps à mes poursuivants de me rattraper. Mais tout en ayant une idée de ce que je suis, allez-vous dire que vous vous inquiétez pour moi ? Je ne suis peut-être pas la jolie demoiselle innocente évanouie sur la plage que vous pensez que je suis !

Je ne savais pas mentir. Certes, voulais-je avoir des amis. Certes, j’avais envie de vivre comme les dans les centaines de romans que j’avais lus pendant plus de quarante ans. Certes ! Mais pas aux prix de me vendre ou de devenir quelqu’un que je ne suis pas. Je l’avais fait assez souvent, beaucoup même, j’ai respecté les ordres de ma secte à la lettre, je ne voulais plus être quelqu’un que je n’étais pas !



HRP a écrit:
Si ça ne vous convient pas, dites-le moi !!!!!!!!! J'ai comme le sentiment que j'ai un peu abusé ?
Revenir en haut Aller en bas



Armil Blakenvolf

Invité



MessageSujet: Re: Rencontre et retrouvaille à la taverne de la plage( Natel O'Diel - Armil Blakenvolf - Kuon)   Ven 6 Nov - 15:39

Message d'Armil Blakenvolf, humain.

-Hm... Je croyais que c'était une elfe?

à ses mots Armil leva les yeux, avait-il bien entendu, il allait lui répondre que c'était bien une elfe, non une fée puisque les femmes chez ce peuple se nommait fée, et que sorcière devait seulement être un métier, comme lui était un mercenaire, elle était une sorcière. Mais il n'en était pas certain c'est pourquoi il garda le silence. Kuon, elle, ne réagissait pas, ce qui surpris un peu le jeune humain.

C'est à ce moment que Natel décida de passer en deuxième vitesse, en tentant de séduire la jeune étourdie, mais plus il parlait et plus les familiers de la sorcière réagissait, elle par contre continuait à sourire sans rien laisser paraître. Armil comprit que quelque chose se passait en elle, mais qu'elle avait l'habitude de tout cacher, mais pas ses deux compagnons.

Natel souriait croyant avoir marqué des points en lui sortant le baratin habituel sur sa beauté, le jeune homme assit par terre comprit qu'il ne devait jamais avoir rencontré d'elfe de sa vie, les elfes étaient hautains et les compliments n'étaient pas nécessairement le bon moyen de se faire bien voir

La fée soupira, son sourire disparue, mais seulement quelque seconde avant de réapparaître comme si rien ne s'était passé. Elle semblait agacer, puisqu'elle tapotait légèrement la table, sauta en bas de la table, elle claqua des doigts et comme par magie un livre apparue dans ses mains, le jeune homme fut surpris de la voir faire. Il ne pouvait pas voir la réaction de Natel puisqu'il lui tournait le dos, Kuon elle ouvrit le livre, ne semblait pas satisfaite elle le fit disparaître en en fit réapparaître un autre, puis le tendis ouvert au jeune homme devant elle.

La jeune elfe s'approcha encore plus de l'humain devant lui, dans cette position Armil ne pouvais plus voir ce qu'ils étaient en train de faire. Puis sans crier gare de l'eau entra par la fenêtre en flottant et alla éteindre la lampe, ce qui plongea la pièce dans le noir. Le jeune guerrier sauta sur ses pieds près à se défendre contre toute intrusion, malgré la faible luminosité il ne voyait personne, sauf ceux déjà présent.

-Je ne suis pas ‘une fée', je suis une ‘fée sorcière' !-

-Je ne me suis pas préparée parce que j'aurai donné plus de temps à mes poursuivants de me rattraper. Mais tout en ayant une idée de ce que je suis, allez-vous dire que vous vous inquiétez pour moi ? Je ne suis peut-être pas la jolie demoiselle innocente évanouie sur la plage que vous pensez que je suis !-


Armil se calma immédiatement, il n'était pas attaqué, non ce n'était qu'une petite crisse de la part de la jeune fée, si elle tentait de les impressionnés c'était raté, du moins Armil ne l'était pas. En ce moment elle ne faisait que faire des tours de passe-passe, rien de bien puissant, seul des péquenot ou des personnes n'ayant jamais vu de magie pourrait croire qu'elle a de grand pouvoir, le jeune homme lui avait besoin de bien plus.

Il passa tranquillement près d'eux et tenta de rallumer la lampe, il réussi enfin après plus d'une minute et la lumière repoussa les ombres un peu plus loin. Durant cette minute Armil n'avait rien dit.

- Vous auriez pu au moins laisser la lumière-


Il se tourna enfin vers les deux humanoïde, il avait un léger sourire, mais son regard était stoïque, aucune surprise, colère ou joie non il n'y avait aucune émotion.

-Je comprend que vous êtes partis rapidement de chez vous et que vous ne vouliez pas qu'on vous rattrape, mais vous devez comprendre une chose, que le monde est bien différent que ce que les livres racontent. - Armil s'en retourna tranquillement s'asseoir près de Solk et avant que l'un des deux puissent parler il reprit.- ce que vous avez lu n'est que romanesque, vous semblez ignoré les basse de la survie, malgré tous vos sois disant pouvoir, vous avez été vaincu par la soif et la faim, mais surtout par votre ignorance.- Avant qu'elle ne s'emballe il leva la main, pour lui signaler qu'il n'avait pas encore fini de parler.- Je vois que vous possédez des pouvoirs, mais je n'ai rien vu d'exceptionnel, vous pouvez sûrement vous défendre seul, mais là encore vous devez savoir que peu importe votre puissance vous êtes faible si vous n'êtes pas bien préparé. Alors, oui je crois que vous avez besoin d'aide et que votre pire ennemis c'est pour le moment vous, si vous avez l'intention de continuer vous aurez besoin de mon aide, ou du moins de mes conseils.-

Il était calme et il ne montrait aucune émotion, mais il était sur ses gardes il ne savait pas comment la jeune sorcière allait réagir, mais il avait dit ce qu'il pensait, qu'elle soit en colère contre lui ou pas cela n'avait aucune importance, il savait qu'il avait raison.
Revenir en haut Aller en bas



Natel O'Diel

Invité



MessageSujet: Re: Rencontre et retrouvaille à la taverne de la plage( Natel O'Diel - Armil Blakenvolf - Kuon)   Ven 6 Nov - 17:10

Message de Natel O'Diel, humain.

Armil ne répondit rien. Lui non plus ne savait pas vraiment ce qu’était Kuon au final ? Il faut dire que Natel n’avait jusque-là jamais entendu parler des sorcières. Encore moins dans le peuple elfique. Lorsque le félin de la jeune fille grogna et que Kuon même se mit à soupirer, Natel comprit alors qu’il venait, probablement, de faire ou plutôt, de dire une bêtise. Il avait cessé de sourire, un peu perdu au final. Mais il espérait bien que la jeune fille allait lui fournir une réponse adéquate. Soudain, Kuon sauta de la table et se retrouva tout juste en face du jeune homme. Un peu surpris, ce dernier se contenta d’en faire la mine. Mais sachant que les explications arrivaient apparemment, il garda le silence. C’est alors que d’un claquement de doigt, Kuon fit apparaître un livre. Ce n’était pas une démonstration prodigieuse de pouvoir. N’importe qui possédant un minimum de magie pouvait le faire. Mais ça restait tout de même sympa à voir lorsqu’on n’avait aucun pouvoir comme Natel. Ce dernier retrouva un petit sourire devant le livre qui apparut devant lui mais qui disparut aussitôt. Un autre fit irruption dans la chambre sous l’ordre de Kuon qui avait apparemment trouvé ce qu’elle cherchait.

- Premièrement, éliminons les ambiguïtés ! lança alors la jeune fille avec assurance.

- Je suis d'accord, répondit l'homme.

Natel haussa un sourcil puis pencha son regard vers la page ouverte du livre que lui tendait Kuon. D’un coup d’œil rapide, il parcouru les lignes inscrites, ce qui ne lui apprenait rien car il savait déjà plus ou moins tout ça. Il n’avait jamais vu d’elfe, mais avait déjà appris les bases qui les concernaient, comme ce qu’ils étaient un peu près et où ils vivaient. Natel reporta son regard sur Kuon après avoir lu. Celle-ci fit quelque pas vers lui et se retrouva à quelques centimètres d’écart. Natel ne bougea pas d’un pouce, même si cette soudaine approche sans crainte était un peu…étonnante. Kuon le fixait de ses yeux si déroutants et magnifiques. Natel ne pouvait détacher son regard d’eux. L’ambre de ses iris se mêlait aux couleurs étranges qui parsemaient les rétines de la jeune fille. Des yeux si envoûtants…Natel étira malgré lui un sourire plus large tandis qu’il avait l’impression que le temps était figé autour de lui. Il en oublia complétement la présence d’Armil qui maintenait un dur silence, tout en restant dans son coin. Seuls les animaux non loin tentaient de briser ce moment de silence par des grondements mécontents.

C’est alors que Natel sentit la jeune fille lui prendre la main. Il sentit par la même occasion son cœur battre un peu plus vite. Kuon ramena la main de l’homme jusqu’à son oreille. Il pouvait ainsi remarquer qu’elle était pointue. Le doute sur la race de Kuon n’était plus possible. Natel, déstabilisé par le contact féminin, bien qu’il ne trouvait pas ça désagréable, remarqua ensuite que Kuon lâchait des murmures incompréhensibles. Soudain, un bruit d’eau se fit entendre. Natel dévia son regard vers une eau qui flottait dans les airs et qui s’abattit soudainement sur la lampe, plongeant la chambre dans une certaine obscurité. Natel eut un petit sursaut, ne s’attendant pas à cela, puis regarda Kuon.

- Je ne suis pas ‘une fée’, je suis une ‘fée sorcière’ ! clama alors haut et fort la jeune fille.

Natel étira un petit sourire gêné. Il avait l’impression d’avoir vexé la jeune fille et s’en voyait désolé. Elle avait repris bien plus d’assurance qu’il ne le pensait mais au moins désormais, il était fixé.

- Oh, fit-il, voilà qui est plus clair !

- Je ne me suis pas préparée parce que j’aurai donné plus de temps à mes poursuivants de me rattraper. Mais tout en ayant une idée de ce que je suis, allez-vous dire que vous vous inquiétez pour moi ? Je ne suis peut-être pas la jolie demoiselle innocente évanouie sur la plage que vous pensez que je suis ! lança Kuon par la suite.

- Du calme voyons…répondit Natel, je vois bien que tu es forte, déterminée et euh…Un peu remontée aussi…Mais je pense que c’est normal de s’inquiéter pour quelqu’un en mauvaise posture, non ? Tu sais, Armil voulait juste te venir en aide.

En parlant d’Armil, Natel avait un peu de mal à le voir désormais, maintenant que la lumière était éteinte. Il avait simplement entendu du bruit venant de sa direction au moment où la lampe s’était éteinte. En tout cas, le caractère de la demoiselle lui plaisait de plus en plus. Elle commençait enfin à s’affirmer, à faire ressortir ce qu’elle était vraiment. Armil parvint finalement à remettre de la lumière.

- Vous auriez pu au moins laisser la lumière- fit-il au passage, Je comprends que vous êtes partis rapidement de chez vous et que vous ne vouliez pas qu'on vous rattrape, mais vous devez comprendre une chose, que le monde est bien différent que ce que les livres racontent.

- Eh, Armil…commença Natel en vain.

- ce que vous avez lu n'est que romanesque, vous semblez ignoré les basse de la survie, malgré tous vos sois disant pouvoir, vous avez été vaincu par la soif et la faim, mais surtout par votre ignorance

Natel leva les yeux au ciel. Ce n'était pas bien de briser les rêves des gens de la sorte. Ce n’était pas des choses à dire à Kuon tout de même. Natel était persuadé que la jeune fille avait suffisamment de pouvoir en elle pour lutter contre tout danger. Peut-être pas les plus coriace, mais le monde n’était pas si atroce non plus que ce que Armil voulait bien faire partager. D’ailleurs, cette vision du monde que son camarade avait l’intriguait assez. C’était à ce moment-là qu’il se rendit compte du changement qu’il y avait dans le cœur de son ami d’autrefois. Jadis, Armil avait vu comme lui un monde merveilleux. Natel voyait toujours le monde de la sorte, mais Armil avait vacillé dans une vision plus sombre. A nouveau, Natel sentit son sourire se perdre dans les propos de l’autre homme.

- Je vois que vous possédez des pouvoirs, mais je n'ai rien vu d'exceptionnel, vous pouvez sûrement vous défendre seul, mais là encore vous devez savoir que peu importe votre puissance vous êtes faible si vous n'êtes pas bien préparé. Alors, oui je crois que vous avez besoin d'aide et que votre pire ennemis c'est pour le moment vous, si vous avez l'intention de continuer vous aurez besoin de mon aide, ou du moins de mes conseils.-

Natel haussa les épaules.

- On a tous besoin d’un temps d’adaptation, fit-il en se tournant vers Kuon, tu as peut-être déjà une idée de ce que tu veux faire désormais de ta vie libre ?
Revenir en haut Aller en bas



Kuon Göldin

Invité



MessageSujet: Re: Rencontre et retrouvaille à la taverne de la plage( Natel O'Diel - Armil Blakenvolf - Kuon)   Ven 6 Nov - 21:47

Message de Kuon, fée.



Les réactions des deux hommes vis à vis de mes actions furent très différente. Natel prit un instant la défensive pour après expliquer qu’ils ne voulaient qu’aider, j’avais pourtant l’impression qu’Armil le prenait mal. Il s’en alla allumer la lumière dés que je l’eut éteinte, ensuite, j’eu droit à un long monologue que même Natel ne pouvait pas couper. Ses paroles reformulaient les constats avant d’en rajouter d’autre qui paraissaient selon lui, justes. Ses répliques me poignardaient chacune, paraissant comme de pures offenses… Je n’ai pas quitté ma secte pour réécouter se nouveaux serments de doctrines et de lois. Le plus qu’il en disait, le plus j’étais moins reconnaissante qu’il m’eut sauvé ! A quoi bon sauver quelqu’un pour après se venter en disant mieux connaître ou mieux comprendre ?

Comparé à la petite offense que Natel m’avait faite il y’a deux minutes, celle-ci, d’Armil était bien pire. Ma tante avait le droit de me coller pareilles paroles ; mais elle a toujours été la seule. Personne n’avait aucun contrôle ou de mot à dire sur moi. Je me trouvais toute triste de devoir ainsi, trouver dés ma sortie, un esprit qui paraissait aussi manipulateur que ça ! Pourquoi est-ce que les gens pensent toujours avoir le dessus sur les vies des autres ? Pourquoi jugeaient-ils les autres à partir de leur raisonnements sans essayer de s’ouvrir aux autres avis ?

Qu’ai-je fait pendant ses monologues ? Rien ! J’ai écouté, tout écouté pour pouvoir après juger a partir de ses mots. Une fois que le silence s’installa, Natel essaya de détendre un peu l’atmosphère, je l’ai certes entendu mais j’étais beaucoup trop absorbée par l’amas des paroles qu’Armil m’avait lancées.

Je n’aurai rien regretté si j’avais fini morte sur le sable de la plage, bercée par la liberté, insouciante et légère. Bien au contraire, une mort à faire ce que j’aime et ai  envie de faire n’a rien avoir avec la mort où on me volait mon droit de penser et de choisir ! Si je devais refaire mes comptes, je ferais la même chose ; je ne reviendrai jamais sur cette liberté que j’ai longuement désirée. Ah, liberté, c’est de ça qu’a parlé Natel, de ce que je voulais faire de ma vie libre ! Je rie, arrange mes cheveux,  

‘- J’ai l’impression qu’on revient tout le temps au point de départ !

Ce n’est que là que je lâche la main de Natel, et ce ne fut que pour me rendre vers Armil. Je me baisse à sa hauteur, marmonne trois mots et une veste elfique masculine apparut dans mes mains.

‘- Pour vous remercier pour tout et rembourser vos dépenses. Je n’ai pas d’argent en espèce à vous fournir et je déteste que quelqu’un me doive quoi que ce soit !

Je la dépose sur ses genoux. Cette fabrique, je l’ai gardée des seules tenues laissées par mon ancien fiancé. Une tenue en bleu roi étincelant ; elle allait convenir Armil bien qu’il n’ait pas la même carrure qu’Aâron ; cette tenue venait des jours où il était encore jeune.

Je retourne ma tête regarder Natel et je lui sourie.

‘- Maintenant, c’est à toi de me payer !

M’exclamais-je, je me redresse de vive allure et fait mes pas vers le lit où je m’assoie, prend mes botes et me met à les porter. Ma cape était aussi à coté,

‘- Il est de coutume dans ma… mon clan que si un mâle touche l’oreille d’une femelle, c’est qu’il lui déclare sa flamme et son dévouement ! Comment vas tu me compenser pour avoir été le premier à…

Mes mots étaient entrecoupés, je parlais la tête baissée mettant le plus grand soin à cacher ma figure aux présents – et surtout au regard de Natel – Je lui devais, biensûr, une réponse à sa question. Etrangement, j’avais l’impression qu’il comprenait et lisait en moi. Sa question était simple mais si bien ciblée : Qu’allais-je faire de mon temps de liberté ? Ayant fini de nouer les lacets de mes botes ; je respire, toujours tête baissée ; je tend ma main vers ma cape que j’essaye de défroisser en la caressant doucement. J’avais envie d’éteindre la lumière encore une fois, mais cela dérangerait Armil, je m’en restreint. Je respire, chavire, ferme les yeux et fait le vide de tout. Que faire de ma liberté ?

‘- Je pense que je vais prendre mon temps pour découvrir ce que je vais en faire, de ma vie !

De mes dix ans, précisément. Avant de revenir à mes devoirs d'héritière.

‘- En attendant, j’espère que mes pas me feront croisé des gens différents, des mauvais, des bons, des amusants, des tueurs… que mes yeux verront des paysages, des sommets de montagnes, des profondeurs d’océan. Je veux voir le monde, le toucher, le gouter même si ça pourrait faire mal après. J’ai envie d’aimer, de connaître l’amitié, d’être trahie, d’être aimée, d’être gâtée, d’échapper à la mort, de me sentir chaque matin heureuse d’être en vie… AAAAAH Beaucoup de choses pour si peu de temps !



Revenir en haut Aller en bas



Armil Blakenvolf

Invité



MessageSujet: Re: Rencontre et retrouvaille à la taverne de la plage( Natel O'Diel - Armil Blakenvolf - Kuon)   Lun 9 Nov - 3:54

Message d'Armil Blakenvolf, humain.

Durant tout le monologue le jeune homme avait regardé dans leurs directions, Natel avait bien essayer de lui couper la parole, mais il devait leur faire comprendre que le monde n'est pas aussi beau qu'il le croyait. Il n'avait pas voulus être aussi cinglant, mais il ne pouvait rien y faire ses mots étaient sortis mal, mais il ne pouvait rien y faire.

-on a tous besoin d'un temps d'adaptation- Armil allait répliquer qu'il lui manquait bien plus que de l'adaptation, elle était insouciante, bien sûr tout le monde faisait des erreurs, mais ce genre d'erreur ne pardonnait pas une deuxième fois. Elle avait été chanceuse de se trouver proche d'une auberge, chanceuse de ne pas être tombé sur des gens mal intentionnés et chanceuse de s'en être si bien sorti, mais pour eux cela n'avait pas d'importance, c'était ça l'aventure pour eux. Si seulement ils réfléchissaient un peu plus a leurs actes et aux conséquences, le jeune homme avait inclus Natel dans sa réflexion, puisque tous les deux avaient sensiblement la même vision du monde.

Il entendit rire, pourquoi riant elle .-J'ai l'impression qu'on revient tout le temps au point de départ!-

Elle se dirigea vers le jeune homme assis par terre, Armil remarqua qu'elle était moins gracieuse, lui avait il fait mal à ce point. Tout en se baissant à sa hauteur elle murmura trois petits mots, le jeune guerrier lui la regarda dans ses yeux et il comprit qu'il l'avait blessé bien plus profondément qu'il aurait cru au premier abord. Cet espace de temps avait duré une éternité pour le jeune guerrier, mais cela dura à peine deux secondes et une magnifique veste elfique apparut dans les mains de la belle. Son explication en valait bien une autre, mais le jeune homme comprenait. Elle déposa la veste sur ses genoux puis elle se retourna comme pour oublier le jeune humain derrière elle.

-Maintenant, c'est à toi de me payer- maintenant elle se dirigea vers le seul lit de la petite pièce et commença à enfiler ses bottes. Puis elle tenta d'expliquer une coutume de son clan, mais chacun de ses mots était entrecoupé et comme elle parlais à voix basse la tête cacher, on devait se concentrer pour bien tout saisir. Elle prit tellement son temps pour tout dire qu'elle finit d'attacher ses soulier et elle caressait sa cape.

-je pense que je vais prendre mon temps pour découvrir ce que je vais en faire, de ma vie ! En attendant, j'espère que mes pas me feront croiser des gens différents, des mauvais, des bons, des amusants, des tueurs… que mes yeux verront des paysages, des sommets de montagnes, des profondeurs d'océan. Je veux voir le monde, le toucher, le goûter même si ça pourrait faire mal après. J'ai envie d'aimer, de connaître l'amitié, d'être trahie, d'être aimée, d'être gâtée, d'échapper à la mort, de me sentir chaque matin heureuse d'être en vie… AAAAAH Beaucoup de choses pour si peu de temps !-

Pour si peu de temps, pourquoi disait elle ça, elle était une Fée, avec bien plus de temps que la vie réunie des deux humains dans la pièce, alors pourquoi dire cela. Armil laissa l'autre humain se débrouiller avec son paiement. Il comprenait le désir profond que Kuon avait de voir le monde, mais le jeune humain lui avait déjà vécu tout ce qu'elle désirait voir, il savait dans quoi elle allait s'aventurer.

Tandis que tout deux parlèrent, Armil lui, regarda sa chemise déchirer et se dit que s'il voulait sortir il devrait la changer. Fouillant dans son sac il sortie sa chemise, la seul de rechange qui lui restait, se leva il retira celle avec laquelle il avait fait des linges pour éponger et faire boire la jeune Fée. Une fois la chemise enlever chacune des personnes présentes purent voir les détails cacher sous les vêtements ample du jeune guerrier. La première chose qu'on remarquait était les deux bracelets étrange qui lui couvrait-les avant bras, ensuite on pouvait remarquer la musculature extraordinaire du jeune humain, chaque muscle était apparent comme sculpter sur le corps. Ce n'est qu'après qu'on voyait le dernier détail, mais c'est avec cela qu'on comprenait qu'il en avait vécu des choses, son corps était couvert de cicatrice en tout genre, coup de couteau, pointe de lance, flèche, coup d'épée ou autre. Au moment où il allait enfiler sa chemise Solk baillât et Armil se tourna pour voir ce qu'il se passait. Les deux jeunes gens purent remarquer que le dos du jeune guerrier était ce qu'il y avait de pire, dix cicatrices bardaient son dos d'un bout à l'autre. Le jeune humain flatta le crane du loup avant d'enfiler la chemise, puis il se dirigea vers le lit, ou se tenait ses deux comparse, arriver à la hauteur de Natel, le jeune guerrier lui mis la main sur l'épaule et lui sourie comme pour lui faire comprendre que tout irait bien, puis se pencha pour être à la hauteur de la jeune femme assit sur le lit.

-Écoutez, je n'ai pas voulus vous blessez, je comprends votre enthousiasme, il y a de cela quelque année j'étais comme vous, mais il arrive parfois que notre vision de la vie change. Kuon regarde-moi s'il te plaît,- Armil avait volontairement arrêté de la vouvoyer et il voulait qu'elle la regarde dans les yeux, car les yeux sont le reflex de l'âme. Il savait qu'il avait de la difficulté à dire ce qu'il ressentait, ses yeux pourraient peut-être dire plus que ses mots.- Je crois que tu peux t'en sortir Kuon avec ou sans notre aide, tu dois comprendre que ce que j'ai dit je l'ai dit pour t'aider et non te nuire. Je voulais que tu comprennes que le monde n'est pas aussi fantastique que le montre les livres, je n'avais juste pas comprit que tu le savais déjà. Je te souhaite sincèrement un tas d'aventure et que tu continues à avoir la chance de trouver des gens bien et bien sûr prend le temps de découvrir le monde, de découvrir les gens, mais surtout de te découvrit toi-même. -
Revenir en haut Aller en bas



Natel O'Diel

Invité



MessageSujet: Re: Rencontre et retrouvaille à la taverne de la plage( Natel O'Diel - Armil Blakenvolf - Kuon)   Lun 9 Nov - 17:44

Message de Natel O'Diel, humain.

Natel regardait Armil et Kuon à tour de rôle durant la morale qu’Armil s’était permis de faire à la jeune fille. Il vit le visage de cette dernière se liquéfier sur place. Lui ne se serait jamais permis de lui dire des choses comme ça. Ca aurait bien mal placé de sa part étant donné qu’il était tout aussi imprudent de la vie que Kuon. Et puis, si ça se trouve, elle avait déjà entendu plus d’une fois ce genre de discours. Finalement, les yeux de Natel s’attardèrent sur la jeune fille. Il se demandait bien comment elle allait réagir à présent. Il ne la connaissait pas encore très bien mais il voyait déjà en elle une demoiselle doté d’un fort caractère, muni d’une pointe de joie de vivre en elle. C’était cette deuxième partie qui s’éveilla à la suite du discours d’Armil car elle se mit à rire avant de répondre cette simple phrase :

- J’ai l’impression qu’on revient tout le temps au point de départ !

Devant son air enjoué, Natel retrouva vite le sourire. C’est à ce moment-là qu’elle décida de lui lâcher la main. Dommage. Elle s’approcha alors d’Armil. Natel se décala légèrement sur le côté afin de mieux voir ce qui se passait entre eux deux. C’est alors que Kuon fit apparaître une veste au jeune homme.

- Pour vous remercier pour tout et rembourser vos dépenses. Je n’ai pas d’argent en espèce à vous fournir et je déteste que quelqu’un me doive quoi que ce soit ! lui dit alors Kuon.

Elle déposa le présent sur les genoux d’Armil. Cette veste était vraiment très belle. Digne d’un roi ! Natel imagina un instant son ancien camarade avec ça sur le dos. Ca lui irait plutôt bien. Ce n’était pas le genre de vêtement précieux qui conviendrait à Natel. Il n’en prendrait pas soin. Soudain, l’attention de la jeune fille se reporta sur Natel. Elle étira un sourire.

‘- Maintenant, c’est à toi de me payer ! lança t-elle vivement.

- Te payer ? répéta le jeune homme dans l’incompréhension la plus totale.

Kuon s’avança à nouveau vers le lit et prit son temps pour remettre ses bottes et sa cape tout en s’expliquant au garçon :

‘- Il est de coutume dans ma… mon clan que si un mâle touche l’oreille d’une femelle, c’est qu’il lui déclare sa flamme et son dévouement ! Comment vas tu me compenser pour avoir été le premier à…

Elle ne termina pas sa phrase. Mais durant son explication, Natel manqua de peu de rougir sur ce qu’elle lui avait révélé. Bien sûr qu’il était attiré par elle. Elle était belle, gentille, joyeuse et forte. Mais il ne pensait pas un seul instant qu’elle serait aussi directe avec lui. Il ne nia pourtant pas ses dires. Bien que décontenancé au départ, au final, le jeune homme n’avait pas de raison de s’en faire. Elle ne le regardait plus désormais. Elle ne regardait pas non plus Armil. Elle restait concentrée sur ce qu’elle faisait, la tête vers le bas. Lorsque Natel lui demanda ce qu’elle désirait faire à présent, la jeune fille répondit :

- Je pense que je vais prendre mon temps pour découvrir ce que je vais en faire, de ma vie !

Natel sourit mais garda le silence pour la laisser poursuivre.

- En attendant, j’espère que mes pas me feront croisé des gens différents, des mauvais, des bons, des amusants, des tueurs… que mes yeux verront des paysages, des sommets de montagnes, des profondeurs d’océan. Je veux voir le monde, le toucher, le gouter même si ça pourrait faire mal après. J’ai envie d’aimer, de connaître l’amitié, d’être trahie, d’être aimée, d’être gâtée, d’échapper à la mort, de me sentir chaque matin heureuse d’être en vie… AAAAAH Beaucoup de choses pour si peu de temps !

Natel ne put s’empêcher de rire devant un tel enthousiasme ! Il avait l’impression de s’entendre, de voir ses pensées révélées au grand jour. Kuon donnait vraiment l’impression de mettre le nez dehors après avoir passé toute sa vie dans une cellule. C’est alors qu’Armil se décida à se changer. Après tout, sa chemise était complétement déchirée. Lorsqu’il la retira, de nombreuses cicatrices étaient visibles un peu partout sur son corps. Natel trouva son regard fixé sur ces innombrables balafres. Quel genre de vie menait son ancien ami ? Même s’il lui arrivait à lui aussi d’avoir des ennuis, ce qui était normal sinon pas drôle, jamais Natel n’arborait pareilles conséquences. Il se souvint alors qu’Armil était devenu mercenaire. Ca ne devait pas mener la vie facile. Il devait constamment se mettre en danger pour finir avec l’épiderme autant charcuter. Cela faisait de la peine à Natel. C’est alors qu’Armil s’approcha de lui et lui posa une main sur l’épaule, amical. Natel aperçu son sourire mais un sourire qui devait sans doute cacher de réelles souffrances. Néanmoins, le jeune homme lui rendit ce sourire, avant qu’Armil n’aille parler à Kuon.

-Écoutez, je n'ai pas voulus vous blessez, je comprends votre enthousiasme, il y a de cela quelque année j'étais comme vous, mais il arrive parfois que notre vision de la vie change. Kuon regarde-moi s'il te plaît. Je crois que tu peux t'en sortir Kuon avec ou sans notre aide, tu dois comprendre que ce que j'ai dit je l'ai dit pour t'aider et non te nuire. Je voulais que tu comprennes que le monde n'est pas aussi fantastique que le montre les livres, je n'avais juste pas comprit que tu le savais déjà. Je te souhaite sincèrement un tas d'aventure et que tu continues à avoir la chance de trouver des gens bien et bien sûr prend le temps de découvrir le monde, de découvrir les gens, mais surtout de te découvrit toi-même. –

Natel n’avait pas vraiment écouté cette fois ce qu’avait dit Armil. Il réfléchissait. Après tout, c’était une conversation entre Kuon et lui. Par contre, lorsqu’Armil eut terminé, une lumière sembla s’allumer dans le petit esprit de Natel, lui arrachant un sourire. Le jeune homme rejoignit alors Kuon avant de lui dire :

- Si tu veux que je te compense Kuon, j’ai peut-être une idée. Que dirais-tu de partir avec moi à travers le monde ? Je pourrais t’en faire découvrir des endroits et de toutes sortes !
Revenir en haut Aller en bas



Kuon Göldin

Invité



MessageSujet: Re: Rencontre et retrouvaille à la taverne de la plage( Natel O'Diel - Armil Blakenvolf - Kuon)   Ven 20 Nov - 20:38

Message de Kuon, fée.



à peine eut-je finis ma longue explication que Natel éclata de rire. Bien que mon visage était baissé, je ne pus combattre l’envie de le regarder ; je hausse mon visage discrètement et son sourire m’électrocuta. Pourquoi ? Etait-ce normal qu’un simple petit sourire puisse ainsi, me faire presque chavirer ? Je rebaisse mon visage avant qu’on s’aperçoive de ma curieuse expression. Le mensonge n’est pas mauvais en soit, le mensonge est mauvais quand on y croit ! Je voulais en faire une blague, cette histoire de promesse née du toucher de mon oreille. Je désordonne les mèches avant de mes cheveux puis les tire devant mon visage pour le cacher.

Armil se mit à se changer ; J’avale ma salive remarquant du bout de l’œil ses cicatrices. Bam, bam, bam ; Mon cœur battait, et je l’entendais presque battre. Pour mon corps d’elfe, il serait difficile d’avoir une ride, encore moins une cicatrice. Je ne devrais pas l’envier pour le malheur qu’il avait surement du subir, mais je l’enviais pour son malheur car il l’a subi ! ça raconte des histoires qui resteront éternellement gravées dans sa chaire. Ayant finit, il se redressa et me parla. Admettant qu’il ne voulait pas me blesser puis m’expliquant qu’il y’avait beaucoup de danger à l’extérieur. Ce qui me plut !

Je suis peut-être différente comparée aux standards humains ; Je suis surement différente comparée aux standards elfiques ; Mais combien je m’aimais et j’aimais ces mystères qui m’entouraient de tout coté. Je me mords les lèvres tellement incapable de contenir mon extase et mon impatience. Le monde était bien très grand. J’avais avec moi une carte bien ficelée qui m’avait menée jusqu’ici sans me causer d’ennuis ; Peut être que pour avoir une cicatrice, il ne faudrait pas y aller à la carte?

Natel parla, sa voix m’interpella et mes oreilles bougèrent. Pour me compenser, il avait une idée… Je n’arrivais pas à lui dire que c’était une blague, mauvaise peut-être mais une blague, tellement j’étais curieuse de savoir ce qu’il avait pour moi. Et c’était comme une gigantesque porte qui m’ouvrait ses bras ! Comment appelait-on ça ?

Un compagnon !

Je gémis une puis deux fois essayant de contenir ma rage de joie, je ne pus faire. Me redressant à vive allure, mes cheveux désordonnés à présent. Levant mon regard vers Natel les yeux grands ouverts,

‘- ça fait de nous des compagnons ! ?

Eclatais-je sans prendre en compte le monde qui dormait et même les voisins !

‘- Ouaaaah !! Je dois rêver !  

Je ferme mes yeux, me pinçant les deux joues jusqu’à les rendre rouges. Ça faisait bel et bien mal, c’était vrai ! Je rouvre mes yeux massant mes joues qui faisaient considérablement mal. Les pates de Jaad me chatouillaient le dos ; Mais je comprenais son action. Il était un peu ma conscience que j’oubliais. Je n’allais quand même pas commencer ma première relation avec un mensonge ! Regardant partout dans la chambre, je me rend vers un vase doté d’une petite fleure ; j’en cueille une pétale et reviens devant Natel.

‘- Dans lequel de mes deux poings se trouve la pétale ? Si tu trouves la pétale, je te promets une vérité. Si tu ne la trouves pas, je te promet une demande non réfutée.  

Ainsi, s’il trouvait la pétale, j’allais révéler mon mensonge. Sinon, j’allais payer pour mon mensonge d’un service de son choix.




HRP a écrit:

Je suis désolée du retard déjà... Real life oblige !
J'espère que ça vous va  
Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre et retrouvaille à la taverne de la plage( Natel O'Diel - Armil Blakenvolf - Kuon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Taverne du Nain Joyeux
» La Taverne
» Retrouvaille
» Retrouvaille inattendue [pv Zarathos]
» Retrouvaille entre soeurs...|feat Rhéa-Gaïa O'Brain



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Bavardages [H-RP] :: Archives-