Partagez | 
 

 Ami ou ennemi ? Dilemme draconique à enjeux démoniaques. [PV Aâron]


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Jörmungand

Smaug de service
avatar

Masculin Nombre de messages : 15
Style de combat : Utilise son avantage de vol


MessageSujet: Ami ou ennemi ? Dilemme draconique à enjeux démoniaques. [PV Aâron]   Mer 21 Oct - 19:43

Le soleil ce jour là semblait était au plus haut dans le ciel bleu azur sans la moindre trace de nuages. C'était l'un des jours favoris de Jörmungand dans l'année, cela lui rappelait sa jeunesse, quand il ne volait pas seul, mais accompagné d'Elial qui se complaisait à aller le plus lentement possible rien que pour attirer l'attention du dragon sur elle seule. En ces jours la vie semblait paisible, le vent qui venait se frotter au cuir du dragon était doux, et l'air respiré ne pouvait être plus pure qu'en ce jour près des pics rocheux. Les neiges éternelles reflétaient au loin les rayons de soleils qui venaient de nouveau se refléter sur les blanches écailles du dragon. Perdu dans ses pensées il s'adonna à sa sieste de l'après midi, il ne s'inquiétait point pour les frontières qui en plus de bien être gardées se voyait soulagées ces derniers temps. Il pouvait donc sans problème quitter son environnement bucolique pour retrouver ses montagnes, et tout ce qui s'y trouvait. Il aimait la haut altitude, non pas parce qu'il était capable de voler et que cela paraissait logique, non il aimait se percher sur ces pics car c'est là qu'il ressentait un sentiment de liberté à nul autre pareil, un plaisir sans comparaison, une délectation de joie. S'il avait pu vivre avec Elial, c'est là qu'il aurait souhaité s'installer. Le panorama ne peut se voir concurrencer par un autre. Elle aussi elle aimait vraiment ces endroits, il le savait. L'esprit apaisé, Jörmungand entama son repos bien mérité de suite à sa labeur quotidienne de gardien de la forêt et protecteur de la bordure ouest de la Forêt Blanche bien que c'était plus officieux qu'officiel.

C'est aussi en cette journée de repos auto octroyée que pour une fois il aurait à intervenir. Alors que sa sieste se terminait et qu'il était parti de patrouiller quelque peu à basse altitude, il remarqua près de la frontière une présence qui à la fois lui était inconnue mais aussi familière. Il se mit donc à tracer des cercles au dessus de l'endroit où il présumait que cet intrus se trouvait. Si tout allait bien ce ne serait qu'un elfe égaré qu'il faudra ramener à domicile. Sinon cela pourrait bien être un véritable intrus. Après avoir dessiner des cercles dans le ciel pendant quelques minutes, le dragon entama sa descente vers son objectif, ne se précipitant pas, craignant un piège et un combat désavantageux en forêt surtout en sous nombre. Bien qu'étant pas tout à fait encore dans la forêt même mais dans un sous bois raccroché à la Forêt Blanche. Il imagina alors de se transformer en elfe pour entamer la discussion, d'une certaine façon cela était plus diplomatique si jamais il s'agissait d'un allié et trop rassurant si jamais il s'agissait d'un ennemi. Il commença alors sa lente descente.

Jörmungand passa la cime des arbres, fracassant branche et feuillage au passage. Atterrissant légèrement sur le sol. Il scruta la zone, et l'étranger n'était pas encore face à lui. Il se transforma dès lors en vieil elfe, avec son traditionnel manteau noir à capuche, et se mit à marcher vers l'individu dont il suivait la trace à l'odeur. Il se rapprochait de plus en plus, le sous-bois était tout de même épais, et la progression en était nettement ralenti. Pour autant il finit par croiser la route de l'inconnu. Nonobstant son apparence elfique au prime abord, possédant toutes les caractéristiques de cette race, il semblait différent. L'apparence était cependant trompeuse car il distinguait mal l'individu au milieu de cette brousse. Prenant soin de cacher ses mains pour ne pas montrer ses ongles proéminents, il s'adressa à l'intrus d'un ton parfaitement innocent :

« Dites-moi, vous ne seriez tout de même pas perdu, être ici à l'ombre de ces arbres en une si belle journée, il ne faut pas rater ça. Si jamais vous ne trouvez plus votre chemin je vous indiquerai le chemin le plus rapide… pour quitter cet endroit. »

Le dragon espérait bel et bien que son sous-entendu rendrait la raison à cet étranger, il ne semblait pas normal, il y avait quelque chose de louche, il fallait le renvoyer d'où il venait et si jamais il désirait vraiment venir en paix au sein du Royaume Sylvain, alors il faudra solliciter les gardes frontières et les autorités compétentes. Le dragon lui ne faisait que son devoir, ni plus ni moins, sans qu'on lui pose de question et sans qu'il en pose.

Jörmungand attendait désormais la  réponse de l'individu, et de sa réponse dépendrait beaucoup.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas



Aâron Ohtar Luthien

Esprit guerrier de l'épée noire
avatar

Nombre de messages : 62
Style de combat : Mixte & Varié


MessageSujet: Re: Ami ou ennemi ? Dilemme draconique à enjeux démoniaques. [PV Aâron]   Sam 24 Oct - 18:25


Ami ou ennemi

Un retour vers le passé

Avec JÖRMUNGAND



Ce furent….

Une goute de sang sur la nappe blanche de la table,

Une goute sur le sol  luisant et blanchit du palais,

Et une dernière dans la paume de sa main.

Trois points rouges qui le firent perdre raison. Que faisait-elle avec une arme ?

Il n’a jamais grondé sa sœur. Il ne l’a jamais réprimandé.  Jamais contredit. Après tout, sa sœur c’est sa maitresse et sa raison d’existence. Dans son sang ne coulait que son nom et, à son réveil, dans sommeil partout où il va il est persuadé de n’être que l’ombre de cette majestueuse lumière. Il y’a quelques jours d’aujourd’hui, il la réprimanda, il la contredit. Il se rappelait mot par mot des injures qu’il lui cria. Sa logique de protecteur ne comprenait pas pourquoi sa sœur, sa sœur à lui, tenait une épée en main et tentait de s’entrainer au point de faire couler trois goutes de son sang. Son amour protecteur et obsessionnel fit que les jumeaux se disputèrent pour la première fois. Aâran disputait à Aâron une indépendance qu’il n’arrivait pas donner, il n’arrivait pas à se l’arracher ! Sa belle dulcinée ne devait pas salir ses mains.

Sa manière de la punir fut toujours de disparaître. Aussi pénible cela pouvait être pour sa sœur, ça l’était encore plus pour lui. Il dût alors s’éloigner le plus possible des terres humaines. Il ne comprit pas d’ailleurs comment ni pourquoi ses pensées l’avaient guidées à l’endroit où il risquait le plus de se faire massacrer : Aux entourages des terres elfiques.

Le caméléon qu’il était prit sa forme elfique aussitôt qu’il reconnu ces lieu. Ses pas le guidèrent encore plus profondément. Il se rendait vers le grand fleuve. Certes, du monde entier, les gens rêvent de se retrouver devant ce fleuve connu pour ses bienfaits pour la santé morale tout comme physique mais pour lui, cet endroit ne lui procurait que de la torture. Venir jusqu’ici voulait dire qu’il avait quitté sa sœur pour plus de quinze jours et, qu’il ne s’était pas arrêté pour espérer quelconque repos. Ses pieds étaient légèrement enflés, sa respiration longue et lourde, sa pensée absente dans les dédales d’une mémoire fractionnée qu’il essayait de recoller mais qui ne se consolidait pas. Combien de souvenirs avait-il perdu en échange de ceux qu’il avait incrusté dans le passé de sa sœur ? Aujourd’hui, ces jours-ci il se rendrait compte qu’ils étaient nombreux. Nombreux au point de plus savoir, lui, enfant elfe grandissant dans ces terres même, quelles créatures habitaient cet endroit ?

Sa mémoire était très vague. Ses cousins lui parlant d’une gigantesque créature protégeant ce lieu. Son grand père l’avait même amené ici et l’avait présenté à cette créature. Mais qui, quoi, comment ? En échange des beaux souvenirs qui resplendissent l’esprit de sa sœur, son esprit était fracturé.
Il décida après des jours de marche de s’arrêter à proximité du fleuve. Il s’accroupit et vit sous ses pieds quelques nids de fourmis  qu’il observa longtemps. Et s’il les comptaient puisqu’il n’avait rien à faire ? Il rangea ses cheveux qui tombaient toujours en longueur sur ses épaules puis s’accroupit en s’adossant à un arbre gigantesque. Une, deux, trois fourmis…

Un bruit s’entendait derrière-lui suivit par un son de pas pesés et calculés. Il ne se retourna pas de peur de se tromper de compte, il était déjà à trois-cents-cinquante-quatre fourmis.

L’elfe lui parla lui proposant son aide pour sortir de ces lieux. Etrangement, ce n’est pas le chemin vers la sortie qu’il ne connaissait pas, c’est l’envie de sortir qui lui manquait. Il devrait haïr cet endroit plus que tout. Mais cette partie de sa personnalité, cette envie suicidaire de s’approcher du danger et d’y trouver une infime paix ; Aâron, le suicidaire comptait  encore, 359, 360…

Ce n’est que quelques secondes passées que la voix de l’elfe raisonna dans son esprit et fit surgir en lui un sentiment étrangement nostalgique. Son grand père l’avait bel et bien ramené ici. Ils avaient parlé à ce même elfe quelque part à coté du fleuve. Mais l’énergie et l’envie et la nécessité de faire un effort pour se rappeler de quelque chose dont il ne se rappellera pas  lui manquaient et donc,

Il était à 370.

Gonen était restée avec sa sœur. Les dames s’unissaient contre lui. Mais savoir Gonen avec sa sœur –Même si sa frangine ne la voyait pas- le rassurait. Il s’était trop habitué à la présence du fantôme qui protège ses arrières. Maintenant, cette habitude allait peut-être causer sa mort ? Il lui fallut des secondes pour décider d’arrêter de compter. Il était déjà aux 400 fourmis.

‘- On dirait qu’il me plait d’être ici,

Il retourna son visage pour faire face à son interlocuteur lui souriant d’un sourire bien plus sage que son âge. Le sourire d’un être qui a vécut plus de peines que justifierait son âge.




HRP a écrit:

DONC, J'espère que ma réponse t'est convenable. Je n'ai pas pu répondre avant, il fallait que je trouve un aménagement convenable à Aâron.
Une petite note -Si tu n'as pas lu ma fiche- : Aâron a la capacité de se transformer physiquement. Et j'ai pris pour habitude de mettre une image de l'apparence physique d'Aâron sur les RPs, comme ça ça facilite pour les autres joueurs. Donc, oui, en haut, c'est Aâron quand il était purement elfe, et c'est Aâron que tu rencontres actuellement.

_________________



Dernière édition par Aâron Ohtar Luthien le Sam 31 Oct - 23:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://hypolais.jeunforum.com/t2777-l-eloge-du-sang-l-itineraire



Jörmungand

Smaug de service
avatar

Masculin Nombre de messages : 15
Style de combat : Utilise son avantage de vol


MessageSujet: Re: Ami ou ennemi ? Dilemme draconique à enjeux démoniaques. [PV Aâron]   Mer 28 Oct - 16:02

Le sous-bois était bien vide, seul deux âmes s’y trouvaient et perturbaient l’habituelle tranquillité de ces lieux. Le soleil parvenait à percer l’épaisse couche de branche feuillu au-dessus de leur tête, jusqu’à parvenir à éclairer l’interlocuteur de Jörmungand qui s’était retourné vers lui. La réponse qu’il avait donnée au dragon ne l’avait d’ores et déjà pas contentée, mais son petit sourire ne faisait qu’empirer les choses. La bête avait envie de sortir de ces gonds, pour autant il semblait qu’il avait affaire à un elfe, tout ce qu’il y a de plus normal, et donc il n’avait aucune raison de se méfier de cet individu. Pour autant que ferait un elfe seul de l’autre côté du fleuve et dans les sous-bois à l’abris des regards ? Cela intriguait Jörmungand. Il resta silencieux un moment, observant autant qu’il le pouvait son interlocuteur. Vêtu de noir, mince, les cheveux longs, il n’avait d’inhabituel que son accoutrement. Pour autant il ne pouvait se convaincre que celui-ci était doué d’aucune intention. Il sorti dès lors un peu de son rôle d’elfe pour réintégrer celui de dragon.

« Il semblerait que Jörmungand ne puisse vous laisser aller plus loin, il vous plaît d’être ici, Jörmungand peut le comprendre car cet endroit est magnifique, mais il ne peut vous laisser aller plus loin, à moins que vous lui prouviez vôtre vertu de pacifiste à l’égard des elfes. »

Il retira sa capuche, laissant apparaître son visage, et ses yeux complètement blancs, les mains toujours dans la manche de l’autre pour cacher ses griffes. Il marcha doucement en direction de « l’elfe ». Ses pas étaient légers et paraissaient habitués à cet environnement. Il semblait connaître chaque centimètre carré de ce sous-bois. Il faut dire que ce n’était pas la première fois qu’il venait ici, il connaissait tous les recoins sur le bord du fleuve, et ce sous-bois était une merveille dont il aimait se délecter pour pouvoir passer un peu de temps à méditer. Il appréciait la solitude qu’il pouvait glaner ici, le respect mutuel qu’il y avait entre lui et la nature. Il savait qu’ici, et uniquement ici hormis sur les pics rocheux, il était en paix. Une paix qui était rare, mais aussi très chère à son cœur, cette paix qui lui permettait de méditer et de se souvenir, de revoir sa vie, de revoir Elial et de sourire à nouveau, de sentir sur ses doigts la délicate peau de la fée, de revoir les perles de rosées ruisseler délicatement sur ce visage qu’il avait fini par diviniser. C’était un lieu sacré où seul lui semblait apprécier l’environnement.

Un certain pincement nostalgique le coupa durant quelques dixièmes de seconde dans sa marche, le faisant presque hésiter sur son prochain mouvement. Il revint rapidement à la réalité, où il devait protéger les elfes de toute menace, protéger ceux qui perpétueront la mémoire d’Elial, pour que jamais elle ne meure. Cette pensée rendit plus agressif le gardien qui haussa le ton et qui devint plus familier :

« Maintenant, prouve à qu’il peut se fier à toi, ou prépares toi à gouter à la colère de Jörmungand. »

Les paroles étaient sèches et autoritaires, sommant l’individu de clairement établir son statut s’il ne voulait pas affronter un dragon. Quant à celui-ci, il semblait que cette fois, ses sentiments risqueraient bien de prendre le dessus.
Revenir en haut Aller en bas



Aâron Ohtar Luthien

Esprit guerrier de l'épée noire
avatar

Nombre de messages : 62
Style de combat : Mixte & Varié


MessageSujet: Re: Ami ou ennemi ? Dilemme draconique à enjeux démoniaques. [PV Aâron]   Sam 31 Oct - 23:15



Le vieil elfe lui parla avec méfiance. Tant mieux pour lui. Aâron ne se faisait pas confiance lui même et ne se jugeait pas digne de confiance, surtout avec ses troubles mentaux. Il se redressa, se dépoussiérant l’arrière et avança d’un pas vers le fleuve. S’il faisait la somme de ses besoin là maintenant, il avait soif, il avait faim, il était super épuisé et l’envie de dormir le gagnait. Son compagnon n’avait pas l’air de vouloir le laisser en paix. Il respira lourdement, heureux que l’elfe au moins gardait ses distances et ne rajoutait pas à ses angoisses.

Il lui demanda de prouver quoi ? Qu’on pouvait se fier à lui ? Surtout pas, ce serait dangereux pour l’un ou pour l’autre ou pour les 370 fourmis qu’il a compté. Mais il devait répondre et, ça l’angoissait. Ce qui l’angoissait encore plus c’est qu’il ne se trouvait pas une raison d’être ou de rester ici. Il n’était surtout pas le bienvenu, et si par malheur un autre elfe se pointait, Aâron allait difficilement s’en sortir. Pas qu’il n’avait pas confiance en ses moyens, mais dans l’état où il était, que pouvait-il espérer ?

‘- Si le protecteur de ces terres juge que je ne suis pas digne d’y être, je partirai !

Se trouvait-il entrain de répondre, contre toutes ses habitudes hautaines et ses impulsions non calculées. Il se désordonne les cheveux dans une tentative maladroite de réorganiser ses pensées. Les terres elfiques avaient dorénavant un effet mélancoliquement mauvais. Bien que son inconscient l’y avait mené, c’est comme un inconscient suicidaire. Mais peut être était-ce le cas ! Aâron le suicidaire jouait avec le feu sans même s’en rendre compte.

Pourquoi ne serait-il pas digne d’être ici ? était-ce de sa faute qu’il était né un paria ? était-ce de sa faute que sa mère et grand père avaient importuné sa sœur ? était-ce de sa faute que le monde était étrangement à l’envers ? Ses yeux reprirent leur lueur dérangée,

‘- Mais peut-être que je me trempe et que c’est ces terres qui ne sont pas dignes de moi !

Il finit sa réplique un sourire délicat au coin des lèvres. Bien sur que c’était le cas. Ces terres étaient pleines d’erreurs, pleines de mensonges et de dogmes sous une couche de beauté et de bonté erronée.  




HRP a écrit:
Je ne suis pas trop fier de cette réponse. J'espère les suivantes seront meilleures
Revenir en haut Aller en bas
http://hypolais.jeunforum.com/t2777-l-eloge-du-sang-l-itineraire



Jörmungand

Smaug de service
avatar

Masculin Nombre de messages : 15
Style de combat : Utilise son avantage de vol


MessageSujet: Re: Ami ou ennemi ? Dilemme draconique à enjeux démoniaques. [PV Aâron]   Mar 3 Nov - 12:17

Le sous bois regorgeait de vitalité. Pourtant deux êtres semblaient prêt à en découdre ici. Le dragon sous sa forme elfique ne pouvait que constater l'étrangeté de la personne qu'il avait en face de lui. Bien que celui ci semblait pour le moins assez calme et pacifique, il dégageait une sorte d'aura malsaine, et son comportement n'aidait en rien le dragon à en croire le contraire. En effet, celui ci semblait plus préoccupé par l’environnement que par Jörmungand qui pourtant avait déjà bien été  menaçant au sein de sa proposition ''d'aide'', et encore plus en le menaçant directement. Cela ne semblait pour le moins du monde avoir déstabilisé l'elfe. Peut être ne prenait il pas au sérieux le dragon sous cette forme ? C'est là qu'il répondit avec audace :

‘- Si le protecteur de ces terres juge que je ne suis pas digne d’y être, je partirai ! 

Il sembla se perdre dans ses pensées, comme si quelque chose venait de se produire au sein de son esprit. Il se passa la main dans les cheveux, choses que le dragon d'ailleurs ne pouvait pas comprendre sur les autres races. Mais il poursuivit cette fois ci en redoublant dans son infamie :

‘- Mais peut-être que je me trempe et que c’est ces terres qui ne sont pas dignes de moi ! 

Il en était assez, bien que le dragon était un pacifiste et ne souhaitait en rien un combat, le jeux du chat de la sourie avait assez duré. Il ne pouvait toléré plus longtemps l'arrogance de cet elfe, il ne pouvait se résoudre à subir cet air hautain et à se voir être pris de haut par ni plus ni moins qu'un vagabond instable. Il recula dès lors de quelques pas, et marmonnant quelques mots dans quelque ancienne langue que seul lui semblait pouvoir comprendre, son corps se mit à avoir des spasmes. Et comme s'il était torturé, celui ci tourna au blanc puis soudainement grandi pour prendre l'apparence en seulement quelques secondes d'un dragons. La transformation achevée, c'est dans un puissant rugissement qu'il l'annonça, pliant les arbres, balayant tout ce qui pouvait se trouver sur le sol. Il savait que les elfes n'appréciaient guère quand il se mettait dans cet état mais il avait comme priorité de défendre la frontière, et par dessus tout de sauvegarder son honneur qui venait d'être entaché par ce vaurien, alors il n'hésiterai pas la moindre seconde à le transformer en tas de cendre. C'est alors que désormais se tenait face à l'elfe aux cheveux noirs, un dragon de presque trente mètres de long sur plus de quinze de haut. La différence était très nette entre l'avant et après. Pour continuer à impressionner l’étrange visiteur, le dragon leva la tête et cracha puissamment du feu en direction du ciel. Le souffle ardent de dragon s'éleva à plus qu'un quarantaine de mètre et sur plusieurs mètres de large. Après celui ci, le dragon retomba juste devant l'intrus, plaçant sa gueule à seulement quelques   dizaines de centimètres de sa tête, et ouvrant la gueule pour laissait ressortir l'intense chaleur qui régnait au sein de sa gueule. Il s'adressa alors à l'étranger dans ses pensées :

« Misérable. Chercherais tu vraiment à subir le courroux de Jörmungand ? Pauvre fou ! Crois tu que je vais te laisser passer désormais ? Révèle à Jörmungand immédiatement ton identité car tu ne sembles pas inconnu à lui. Réponds moi où Jörmungand n'hésitera pas un instant à te faire retourner à l'état de poussière »

Cette fois ci, la menace était bien plus palpable. Cela différé quelque peu de l'image du vieil elfe qui se tenait face à lui il y a seulement quelques minutes. De plus, il semblait que le dragon avait tout ce que l'on pouvait trouver de plus sérieux dans l'un de son espèce. Et bien évidemment, la traîné de flammes n'a pas pu passée inaperçu aux yeux des gardes frontières qui désormais savait que le dragon s'était déchaîné, et que bien  quelques fois susceptibles, celui ci ne le faisait jamais sans raison pour autant...

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas



Aâron Ohtar Luthien

Esprit guerrier de l'épée noire
avatar

Nombre de messages : 62
Style de combat : Mixte & Varié


MessageSujet: Re: Ami ou ennemi ? Dilemme draconique à enjeux démoniaques. [PV Aâron]   Mar 3 Nov - 14:58




Il le savait déjà, qu’il n’attirait que des ennuis. Voilà pourquoi il refusait d’avoir beaucoup d’abords avec sa sœur. Pour pas qu’elle ne finisse comme nième personne ayant subit la mort à cause du tempérament malade du paria. Sa dernière réplique lui valut un extraordinaire spectacle. L’elfe devint tout blanc, puis d’écaille en écaille il se transforma en dragon. Voilà une corpulence difficile à percer si combat est.  Le meilleur choix serait de partir, de quitter le lieu, de s’évaporer s’il était possible et de disparaître. D’autant plus que le feu que lançait ce dragon avait presque sa taille ! Pour fuir, il faudra traverser plus d’une quarantaine de mètres et de garder cette distance stable ; chose qui n’était pas évidente.

Le dragon approcha sa tête d’Aâron lui soufflant des répliques et des airs de l’enfer avec. Il avait peut-être intimidé la mauvaise personne ! De plus, quand il pensait au signal enflammé que le dragon avait lancé dans le ciel, des elfes ne tarderaient peut-être pas à venir. D’autant plus que l’ancien lui aurait été déjà là si une telle menace semblait s’approcher des siens… Des siens ? Plutôt mourir. Néanmoins cette pensée lui rappela pourquoi le dragon ne lui était pas étranger. Quelque chose pareille s’était produite il y’a des années de cela, une douleur atroce s’emparait de la tête du paria mais il refusa de le montrer ; curieux, il s’était rendu à l’endroit où avait eu lieu un tel spectacle, son grand père l’en dissuada. Aâron s’empêcha de creuser plus dans ses souvenirs. Si son grand père l’avait interdit de rejoindre les lignes protectrices de leur terres avant, c’est qu’il fallait espérer qu’il y’avait des adultes du calibre de son décédé parent, et qu’aucun elfe ne viendra s’introduire dans cette affaire.

Il respira lourdement, ne pouvant dévier son regard du dragon mais prêt à agir au moindre mouvement. Maintenant, il fallait qu’il réfléchisse et vite. Qu’avait dit le dragon ? ‘Crois-tu que je vais te laisser passer ?’ Calculer ses paroles ou juste y aller à l’émotion ? étrangement, Aâron contrôlait tous les spasmes qui s’emparaient de lui en cas d’angoisse ; il n’était pas angoissé, bien au contraire, il était dans un état d’alerte ; sa concentration se versait sur tout ce qui se passait autour de lui. Il respira de nouveau,

‘- Je ne pense pas vouloir passer ! Je n’ai nulle attention de rejoindre les terres élfiques – qu’il prononça comme voulant cracher. Ils ont un étrange complexe de se vouloir au-dessus de tout et de tous et de n’accepter que ce qui les arrange ! Je ne les rejoindrai pas même dans une éternité.

Il articulait presque entre ses dents ; Ce n’était pas le temps d’y aller à l’offensive, mais ce qu’il disait est vrai ! Les elfes, c’est les créatures les plus hautaines et les plus égocentriques qu’il eut rencontrées. Les démons aux moins montraient leurs couleurs et se voulaient clairs et nets ; les elfes au contraire faisaient croire à leur bonté et à leur suprématie alors qu’il en était tout à fait le contraire. Il le savait, il y vivait il y’a d’ici presque vingt années.

‘- Je vous sais, même honorable et puissant, vous ne pouvez pas me démentir ! Même en état poussière je ne veux pas revenir sur leur territoire. Je ne devrai d’ailleurs pas finir en poussière, j’ai… quelqu’un que je dois protéger !

Son regard ne daignait pas se décoller de celui de son supérieur. Certes, il commettait peut être une grave transgression, mais que lui servirait de mentir ? De mourir en lâche et en vaut-rien ? Son sang criait une haine qui, même mort, ne sera pas attisée ! Il n’allait pas la nier pour sauver sa peau, il ne pouvait pas se permettre cette indignation.

‘- Je suis ici pour récupérer quelque chose que j’ai laissé dans ces bois !


HRP a écrit:
J'espère que ça te va.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://hypolais.jeunforum.com/t2777-l-eloge-du-sang-l-itineraire
 

Ami ou ennemi ? Dilemme draconique à enjeux démoniaques. [PV Aâron]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Enjeux et défis des prochaines élections indirectes
» Les enjeux de l’industrie touristique haïtienne
» La « démocratie haïtienne » : Quels sont les enjeux ? - 29 octobre 2010
» Il faut parfois frapper fort pour desarconner son ennemi.
» [Ennemi] Galaad



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Forêt Blanche :: Autour du Grand Fleuve-