Partagez | 
 

 Un innocent visiteur [FLASH BACK]


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Aâron Ohtar Luthien

Esprit guerrier de l'épée noire
avatar

Nombre de messages : 60
Style de combat : Mixte & Varié


MessageSujet: Un innocent visiteur [FLASH BACK]   Dim 18 Oct - 15:35



Un innocent visiteur

FlashBack



Professionnel ou pas,  Aâron avait ses préférences. Les jours où il travaillait, il fallait qu’il prenne un bain chaud sous une température bien précise ; Qu’il s’installe sur sa chaise en bois et qu’il déguste sa boisson amère ne portant sur lui qu’une serviette qui cache la partie de ses hanches jusqu’à ses genoux ; Une fois fini, il portait sa tenue préalablement préparée et arrangée dans son vestiaire ; Avant de partir, il montait en catimini observer sa sœur travailler. Bien sur, ce sont des caprices un peu trop hautains pour un assassin! Mais Aâron éprouve ce besoin de calme et de paix interne qu’il ne réalise qu’à travers ce rituel simple mais existentiel.

Ce soir, son bain était moins chaud de trois degrés ; Sa boisson contenait un arome sucré ; Il remarqua sur sa cape un semblant de plis mal étiré ; Puis pour finir, en montant voir sa sœur il se rappela qu’elle allait rentrer tard, elle était invitée à une soirée. Ce évènements simples mais graves de son point de vue firent ressurgir son œil droit cette contraction qu’il ne maitrisait pas. Désordonnant ses cheveux noirs il soupira.
Le long du rituel, Gonen lui laissait son espace personnel et ne le dérangeait pas. Seulement, lorsqu’elle le croisa à la sortie arrière du palais elle comprit que quelque chose n’allait pas ; Puis bien que la camarade qu’elle était devait se soucier du bien-être de son maitre, elle souri ! La chose qui l’amusait certainement le plus c’est de voir Aâron dérangé par quelconque chose ; et elle savait que plusieurs choses dérangeaient ce paria.

La conclusion fit qu’il ne s’attarda pas sur son travail. Alors que le fantôme désirait le voir prendre du plaisir à tuer  sa victime, Aâron en finit le plus vite possible. Quelque chose pressait, une envie le submergeait, il voulait être ailleurs là où il surveillerait sa sœur ; où il l’accompagnerait comme son ombre jusqu’à leur demeure.

Aâron se retrouva devant le palais du duc Aldebaran, quelques goutes de pluie commençaient à tomber ; Il ne plaignit ni le ciel ni la terre, bien au contraire, il les remercia d’avoir fait qu’il soit là pour sa sœur alors qu’il pleut. Il ne lui restait plus qu’à attendre. Mais face à ses impulsions, Aâron pouvait être tout sauf patient.

Il marcha autour du palais trois fois remarquant les portes arrière et les fenêtres ouvertes ; Tout point d’accès possible. Il compta le nombre de gardes ici et là, envoyant Gonen à travers les murs pour qu’elle lui dise si ses calcules étaient bons. On n’avait pas besoin de remarquer à Aâron que Gonen pouvait très bien lui mentir ; Après tout, elle s’amusait à le voir coincé ou désemparé. Il laissait alors une place au doute et aux variantes.

Sa décision fut prise : Il escalada la grande muraille du côté le plus sombre, il sauta vers le jardin dans une discrétion qui lui est propre, il marcha jusqu’au mur du palais, au dessus se trouvait une fenêtre ouverte à la lumière moins forte. S’éloignant de deux pas du mur, il avança en courant, tapa dedans, s’accrocha à la fenêtre, puis sans regarder à l’intérieur, il entra. Il savait qu’il n’y avait personne dans le couloir. Dénouant sa première cape, il l’accrocha à un filet qu’il accrocha à la fenêtre de l’extérieur la dissimulant des regards  des internes et des externes. Il se retourna, son regard fixé sur les passages ses sens focalisés sur les multitudes de voix.  

Son apparence était celle qu’il prenait lorsqu’il acceptait d’apparaître en publique avec sa sœur. Ses cheveux entièrement blancs, ses yeux étincelaient d’un bleu fervent, sa peau était terne et des points noirs emplissaient son visage. Sous cette apparence, il n’était qu’un simple attendant de Mademoiselle Aâran. Rien qu'un innocent visiteur.


_________________



Dernière édition par Aâron Ohtar Luthien le Sam 24 Oct - 22:00, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://hypolais.jeunforum.com/t2777-l-eloge-du-sang-l-itineraire



Vega Aldebarán

avatar

Féminin Nombre de messages : 126
Style de combat : Huilé et musculeux


MessageSujet: Re: Un innocent visiteur [FLASH BACK]   Mar 20 Oct - 7:44

La nuit montrait son visage dans un coin du ciel. Le vent froid s'engouffrait dans les couloirs, les chambres et toutes autre pièce ridiculement vide. Le peu de domestiques s'affairaient en cuisine tandis que des garçons de fermes montaient encore des tréteaux pour dresser une grande table. On y installait des chandeliers et des bougie fondaient à même le bois. Dans un si grands château, si vide, tout semblait froid et mort.
Les choses allaient ainsi, autrefois le palais était vivant, puis l'automne vint, emmenant avec lui tout les biens, tout les meubles et même les robes. Il ne restait qu'un portait, des parures et quelques armes antiques ayant appartenu au père de Vega. Ce même père qui l'avait vendue au Duc pour moins qu'une poignée d'or.

Comment le Duc allait-il encore l'humilier? En prenant une autre femme, encore l'autre idiote peut-être? Pensait Vega en s'immergeant dans de l'eau vaporeuse. La chaleur qui émanait du bain envoyait de la buée sur les fenêtres et le grand miroir au dessus de la cheminée. Une petite femme, certes plus ronde que la jeune noble - peut-être parce qu'elle mangeais ce que Vega dédaignait ou parce qu'on l'avait laisser porter son enfant, elle...- s'affairait en débitant des banalités. Elle remuait le linge pour trouver un draps dans lequel enrouler sa dame, l'interrogeant sur quelle robe elle voulait porter. Comme si le choix était large! Vega ne devait avoir plus que deux parures, la dernière soierie de grande valeur qu'elle possédait avait été vendue pour payer les chandeliers et quelques boisseaux de légumes. Devant ce constat affligeant, elle étira son bras pour saisir un gobelet rempli de liquide cramoisi.

La soirée était déjà avancée, mais la noble se laissait désirer. Elle examinait sa peau, son visage, ses cheveux. La perfection était beaucoup de travail. L'idiote tirait sur les lacets du corset, s'essoufflant plus que Vega qui portait le corset.
On fêtait le départ du Duc. Il aurait été de mise que Vega se réjouisse d'une telle nouvelle, mais être enfermé avec son ennemi offre au moins la possibilité de le surveiller. De plus l'idée d'être enfermée avec le son beau-frère pour geôlier était encore plus terrible. Si le Duc était désagréable au moins la laissait-elle sortir.

En sortant de ses songes, elle vit sa servante renouveler sa question: quelle robe allait-elle porter? D'un revers de la main, Vega la repoussa sur le sol!
- Tais-toi, idiote! Lui cria-t-elle.
Vega plongeait son regard noir sur la misérable. Tournant les talons, elle laissa tomber le draps, et sortit en culotte courte et corset pour se servir elle-même. Le couloir était froid, sombre, tout les chandeliers étaient réquisitionnés à l'étage plus bas.  
Elle tira les battants d'une grande armoire en bois sombre ornée de lambris. La Duchesse déplia un tissus rouge écarlate à brocards carmin. La suivante s'était dépêchée de se relever pour la suivre et l'aidait déjà à enfiler sa sous-robe. Ses yeux étaient rouge et elle baissait la tête, les lèvres tremblantes.
- Vas annoncer au Duc que je descendrait sous peu, puis retourne aux cuisines. Ponctua la Duchesse rompant un silence glacial.
Elle souligna sa phrase d'une main condescendante venant caresser les cheveux de la domestique. Vega s'évertue à traiter les autres comme elle à été traitée.


Dernière édition par Vega Aldebarán le Ven 17 Mar - 23:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas



Aâron Ohtar Luthien

Esprit guerrier de l'épée noire
avatar

Nombre de messages : 60
Style de combat : Mixte & Varié


MessageSujet: Re: Un innocent visiteur [FLASH BACK]   Mar 20 Oct - 12:16



Inspirant, expirant.

Il observa les passages sans daigner avancer. D’où provenaient le plus de bruit ? Quelque chose le dérangeait et l’empêchait de se concentrer correctement. Bougeant les doigts de ses pieds dans ses botes, il regarda les pieds de Gonen ; C’était certainement rare, mais dans des situations comme celle-ci, où l’eau dans ses botes le répugnait, il arrivait à envier Gonen pour son corps immatériel. Il se massa le front puis l’entièreté du visage.

‘- Je pense que c’est par là !

Lui signala Gonen en pointant le premier passage à droite. Bien-sur que c’était de là qu’arrivait le son, bien-sur qu’il arrivait à le deviner malgré son malaise, bien-sur que bien qu’il sache par certitude que le passage était à sa droite, il tournera à gauche pour la simple raison que Gonen lui avait pointée le contraire. L’un des côtés les plus forts d’Aâron c’est sa tête dure et ses décisions non discutables. Elle soupira sans un bruit puisque bien évidemment, elle n’allait pas pouvoir le convaincre s’il ne décidait pas de lui même de rebrousser chemin.

‘- Si tu restes sous cette apparence tu causeras des problèmes à ta sœur !

Son sourcil droit se contracta. Il regarda Gonen du coin des yeux puis continua sur le passage presque dix pas, dix pas boudeurs et bruyants. Il s’arrêta net, se retourna vers Gonen lui faire face et la regarder comme pour la plaindre. Il leva sa main, un doigt ne pointant nulle part.

‘- Tant… Tant que tu ne parles pas, tout ira bien !

Le mot magique qui contrôle si bien Aâron c’est tout bonnement le prénom de sa sœur ! Avant même de se rendre compte, il rebroussait déjà son chemin se rendant vers la provenance du bruit. Il s’arrêta pour se cacher des regards d’une servantes légèrement précipitée ; Puis sans trop faire d’histoires, il continua son chemin jusqu’à se positionner à une porte de la fête ; à une porte de voir le visage de sa sœur ; à une porte de sa quiétude. Mais ce fut cette simple petite porte qu’il n’arriva pas à ouvrir. Devait-il vraiment entrer ?



_________________



Dernière édition par Aâron Ohtar Luthien le Sam 24 Oct - 21:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://hypolais.jeunforum.com/t2777-l-eloge-du-sang-l-itineraire



Vega Aldebarán

avatar

Féminin Nombre de messages : 126
Style de combat : Huilé et musculeux


MessageSujet: Re: Un innocent visiteur [FLASH BACK]   Mar 20 Oct - 20:53

"

Balançant au bout de ses doigts la coupe qui ne la quittait plus, elle se dirigeait vers la grande salle. C'était une ombre parmi les autres, perdue dans son grand château vide et noir. Son autre main était plongée dans sa robe lourde. Se découpant dans la lumière qui s'échappait sous la porte. Peut-être un homme du Duc. Elle s'engouffra à sa suite jusqu’à être contiguë à lui. Portant une main délicate sur son épaule, ne dédaignant à peine lui accorder son regard elle déclara:

- C'est si chaleureux qu'on aurait envie de s'y joindre. Portant le gobelet à ses lèvres pourpres elle ajouta d'un ton sec, Mais votre place est-elle ici?

Elle finit par détourner son attention de la porte pour lever les yeux sur cette ombre découpée. A présent elle distinguait ses traits. Il avait un air fin, fière et bien trop exotique pour passer inaperçu. Il avait un teint halé, comme, mais plus délicat que ceux des hommes travaillant dans les chants. il semblait irréel et pour le moins inquiétant. Lui accordant un moue dubitative, elle trempa ses lèvres à nouveau.

- Qui êtes-vous au juste? Je n'ai aucuns souvenirs de vous.

Ses mots laissaient paraitre un dédain noble. Peut-être insinuait-elle qu'il n'était pas suffisamment important pour qu'elle se donne la peine de se souvenir de son visage; ou bien ne l'avait-elle réellement jamais vu?
Elle ne se souciait pas de savoir qui il était véritablement, mais ce qu'il faisait là et sa profession, cela peut toujours être utile. Sachant pertinemment qu'elle ne devait pas négliger son interlocuteur pour avoir une chance de lui plaire, elle fit fît de son attention pour pousser légèrement la porte. De quoi épier discrètement.
Penchant le cou et tournant la tête, elle leva un doigt pour s'excuser auprès de l'inconnu;

- Nous avons tous quelqu'un à surveiller.

Elle toisait à nouveaux l'ombre, maintenant éclairé par l'entre bâillement de porte. Il était inquiétant, un air espiègle de voyou, comme à première vu, mais plus séduisant avec des yeux brillants. Elle leva un sourcil interrogateur, attendant qu'il ajoute quelque chose.


[HRP: ton perso au début sur la fiche on aurait dit Hescher... que de souvenirs!
C'et difficile de jouer un perso antipathique... j'espère m'y habituer un peu mieux
Je cherche encore ma couleur de RP je pense être dans les violets... j'espère que tu n'es pas trop assassin que que tu peut-être surpris sinon j'edit]


Dernière édition par Vega Aldebarán le Ven 17 Mar - 23:27, édité 3 fois (Raison : EDIIIIT)
Revenir en haut Aller en bas



Aâron Ohtar Luthien

Esprit guerrier de l'épée noire
avatar

Nombre de messages : 60
Style de combat : Mixte & Varié


MessageSujet: Re: Un innocent visiteur [FLASH BACK]   Mar 20 Oct - 23:01




Faisant face à ses pensées tumultueuses et n’arrivant point à entrer, les sourires de Gonen le dérangeaient. Il cherchait à voir à travers les petites fenêtres en verre coloré les invités et, par chance, sa sœur. Il reconnaissait certaines personnes mais aucune n’avait la grâce et la splendeur de sa sœurette. Ce serait bien dommage de partir sans la voir alors qu’il était déjà là, à une porte de son sourire. Il avala sa salive et,

Quelqu’un arrivait derrière-lui. Le son des pas lui dit que c’est une femme, la démarche lui dit que c’est une haute dame. Il se lécha les lèvres,  sa bouche était sèche.  Son cœur battit un battement distinct. La dame derrière-lui lui parla. Certes, derrière la porte se trouvait son apaisement ; Elle n’avait pas la moindre idée combien elle disait vrai ! Elle rajouta une question, Aâron sourit et se retourna la regarder ; La regarder d’abord puis se baisser en légère révérence. Son rôle d’intendant, il l’avait tellement joué qu’à présent, l’hypocrite modestie et le mensonge délicat lui allaient bien.

La demoiselle but de nouveau de son verre puis lui reposa sa question. Qui était-il ? Le prétendant philosophe qu’il était se laissa, le temps de quelques secondes nager dans les réponses de cette simple petite question. Qui était-il justement ? Il était l’ombre, tout simplement et tout banalement. L’ombre d’un elfe, l’ombre de la dignité, l’ombre de toute belle chose, l’ombre de sa sœur ; Il était l’ombre et devait rester à l’ombre ;

‘- Grégoire, L’intendant de Dame Luthien,

Il finit sa présentation par un sourire des plus larges. Quand il s’attribuait à la compagnie de sa sœur, il s’imposait d’être à la hauteur de sa tâche –Bien que compliquée quand elle se résume à sympathiser-

La dame ouvrit la porte vers la grande salle. Le rayon de lumière qui arrivait sur le couloir atterrissait sur les pieds d’Aâron. Il n’était pas digne de cette lumière, il n’était pas digne de cette présence, il était bien loin de parfaire ses défauts et de convenir à la perfection qu’il voyait en sa sœur ; Bien loin, mais trop fier pour l’admettre à qui que ce soit. En entrant, Aâran allait lui sourire, elle allait venir tenir son bras comme pour l’accueillir parmi eux, elle allait être contente mais il ne se jugera jamais digne de cette joie. L’ombre lui suffisait.

‘- Je crains ne pas être en mesure de surveiller madame. Je ne suis qu’un…

Il s’arrêta. Une grimace s’arracha à sa figure décomplexée, une grimace qui trahissait sa composition et qui criait l’adjectif qu’il devait cacher : Répugnant assassin. Sa grimace ne dura, dans cette pénombre, qu’une fraction de seconde ;

‘- Simple intendant.

Si Dame Luthien était connue, c’était aussi grâce au travail de son impeccable intendant. En réalité, Aâron se sous-estimait gravement. Alors que plusieurs nobles enviaient Aâran pour la personne de son dévoué serviteur, lui ne voyait dans son travail qu’un simple devoir, qu’une réponse normale à tout ce qu’Aâran a jadis, sacrifié pour lui.

Il avança et prit le bord de la porte par sa main droite, se baissant légèrement en signe d’infime respect, ouvrant doucement la porte à la dame en sa compagnie.

‘- Après vous, madame.

Il ne la reconnaissait pas. D’ailleurs, son angoisse dans pareilles situations c’est qu’on se présente à lui car après, Aâron se retrouve dans l’obligation de se rappeler des prénoms des gens, ce qui n’est pas du tout évident pour lui. Tant que les gens gardaient leurs distances, tout allait sublimement bien.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://hypolais.jeunforum.com/t2777-l-eloge-du-sang-l-itineraire



Vega Aldebarán

avatar

Féminin Nombre de messages : 126
Style de combat : Huilé et musculeux


MessageSujet: Re: Un innocent visiteur [FLASH BACK]   Dim 15 Nov - 18:33

Elle faisait jouer le nom dans sa mémoire, Luthien ; D’après des souvenirs peu scrupuleux elle se souvint avoir associé ce nom à une famille riche. Dame Luthien, voilà donc votre intendant ? Un tel homme, capable de combler et couvrir sa dame de richesse ne devrait pas rester dans l’ombre. A moins de ne cacher des secrets. Pour avoir côtoyé le mensonge au plus proche et dans toutes ses formes Vega sentait son odeur venir. Si l’homme à des secrets, il est vulnérable et si l’homme est proche de richesse il devient convoité.

Certainement un autre soir, plus privé, moins attendu. Malheureusement, Vega laisserait passer sous son nez la vulnérabilité du jeune homme, il lui faudra le coincer entre quarte autres murs, un soir sans bal. Déjà il ouvrait une porte de secours, poussant Vega à entrer dans la lumière, déjà les vautours de la cour allaient la voir sous ce rayon et ne tarderaient pas à l’assaillir.

-Après vous, madame. L’invitait-il déjà.  

Perdre cette soirée mais garder l’intendant Grégoire semblait la meilleur façon d’agir. La cerise sur le gâteau serait le visage empourpré de son mari, la voyant en compagnie d’un inconnu, sortant d’un couloir dans un mystère absolu.
Elle tendit sa main prête à se la faire baiser pour établir un contact plus intime.

-Pardonnez ma mégarde je manque mon devoir, Duchesse Aldebaran, hôtesse de ces lieux.
Elle l’entrainât passant son bras au dessus du siens.
Un homme de votre qualité ne devrait pas se cacher, Monsieur l’intendant. J’ai entendu maints compliments sur vous. Elle ajouta d’un accord complice ; entre nous, mon mari aurait besoin de vos conseils éclairés, il na sait pas gérer ses biens avec parcimonie.

Elle lui accorda un sourire gracieux.

-Des obligations me retiennent mais j’aimerais beaucoup vous revoir dans cette soirée. Rejoignez votre dame elle se trouve là bas.

La Duchesse lui indiquait une direction d’un geste de la main avant de faire volte face vers d’autres convives. A présent, ainsi entré dans la salle pleine, il ne pouvait plus s’échapper, il faudrait une  discussion pour être dans les bonnes mœurs de Dame Luthien et la soirée n’aurait pas été vaine.
Elle ravalait ses dégouts pour son époux, masquant les blessures qu’il lui avait infligés par un grand sourire avant de le rejoindre.
La soirée était décidément sous le signe de l’épiage ! Vega du coin de l’œil observant son hôte privilégié, et la dame de compagnie, celle qui fût giflée, pestait derrière un carreau dans les couloirs vers les cuisines, les yeux rivés sur son seigneur et les dames qui se pâmaient autour de lui. Il était flagrant qu’elle l’avait harponné la première. Aussi flagrant que c’était une domestique !


Dernière édition par Vega Aldebarán le Ven 17 Mar - 23:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Aâron Ohtar Luthien

Esprit guerrier de l'épée noire
avatar

Nombre de messages : 60
Style de combat : Mixte & Varié


MessageSujet: Re: Un innocent visiteur [FLASH BACK]   Ven 11 Déc - 18:13




Il est facile de reconnaître une majestueuse personne. Aâron s’était fait une petite idée sur la personne avant qu’elle se présente. Elle était gracieuse. Ses mouvements pesées et raffinés, c’est dans cette même démarche qu’il désirait voir sa frangine. Belle et indiscutablement de bonne lignée. Peut-être que cette même personne allait l’aider à améliorer le statut de sa sœur ? Il ne pouvait accepter autre que la suprématie pour sa sœur ; mais toute chose en son temps. Il était là pour la voir sans qu’elle ne le reconnaisse. Pour qu’il l’aide sans qu’elle sente le besoin de l’aider en retour.

La dame se présenta. Il se répéta son nom trois fois dans sa tête essayant de le mémoriser ; et étrangement, ce prénom sonnait familier à son oreille. Véga. Véga comme déjà vu, déjà entendu, déjà rencontré ? Mais où ? Comment ? Pourquoi ne s’en rappelait-il pas ?

Véga s’approcha. Il s’étonna de ne pas avoir trouvé ce contact provocant. Il lui tendit le bras dans une naturalité qui ne lui était pas connue. Il s’avança, tête haute et fier comme il devait être pour sa sœur. Dans sa peau de Grégoire l’intendant, certaines personnes le reconnaissaient et le saluaient. Véga – et comme ce prénom sonne délicat – lui remarqua qu’il ne devait pas se contenter de se tenir derrière une fenêtre ; mais le courage d’être sous cette lumière éclatante et attirante ne faisait pas partie de ses passions.

‘- Quoi que vous aillez entendu sur moi, je vous assure qu’on me crois plus compétent que je ne le suis !

Aâron, sous cette forme, devait faire signe d’humilité ; lui et la modestie, c’est honnêtement deux monde à part. Mais cela fait maintenant  des années qu’il s’y applique et, à présent, ses paroles se ressente à travers son inclinaison de tête, son sourire timide et semblablement honnête.

‘- Tout ce qui vous fera plaisir, madame.

Aâron ne sentit pas le besoin de répondre aux dernières paroles de Véga. Elle lui avait indiqué sa sœur, et sa sœur lui vola toute son attention ! Entourée par quatre personne ils formaient un groupe de trois dames et deux hommes. Il se baissa saluant Véga qui partait déjà répondre à ses devoirs d’hôtesse.

Un coup sur les fesses l’alarma. Il s’empêcha difficilement de se retourner rugir sur Gonen qui s’autorisait parfois les gestes les plus déplacés.

‘- Je t’ai juste rappelé à la raison ! J’ai eu l’impression que tu allais lui sauter dessus !

Aâron l’ignora et prit du serveur qui se présentait à lui, un verre de vin rouge qu’il ramena à ses lèvres. Il était temps pour lui de s’engager dans la société. Ses pas avançaient vers sa sœur alors que toute son âme lui criait de partir. Aâran était la seule qui arrivait à le faire sortir de ses murs de protection.

En le voyant, elle lui sourit. Elle le présenta,

‘- Grégoire, ma main droite et le fidèle ami de mon frère !

Les demoiselles le saluaient tendis qu’un certain monsieur remarqua,

‘- Ce frère qu’on n'a jamais rencontré ! Il rit.

Aâron trouva cette réplique dérangeante à un point. Il sourit quand même,

‘- Mais le rencontrer n’est pas toujours agréable !

Aâran bouda,

‘- C’est ça que vous dites de votre meilleur ami !

Aâron sourit de plus belle.

‘- C’est qu’il ne dira pas mieux de moi !

La soirée s’annonçait bien.

Revenir en haut Aller en bas
http://hypolais.jeunforum.com/t2777-l-eloge-du-sang-l-itineraire



Vega Aldebarán

avatar

Féminin Nombre de messages : 126
Style de combat : Huilé et musculeux


MessageSujet: Re: Un innocent visiteur [FLASH BACK]   Ven 11 Déc - 23:09

Le bout de ses doigts se rafraichissaient et ses ongles bleuissaient ; c’était les faux semblants qui craquèlent, les chandeliers, les tables et le décor ne bouchait pas les fissures, le vent indomptable passait en courant d’air pour danser avec les invités. Vega s’approchai de son époux dans un frisson de mal être tandis que le visage de Grégoire se réchauffait d’un sourire. Assurément il semblait proche de sa dame. Le Duc ouvrit ses bras en voyant sa dame.

- Ma douce femme daigne enfin se montrer ! Il lui tendit la main, elle souriait. Assurément tout le monde y voyait de la complicité et non une chorégraphie planifiée au millimètre. Chaque sourcil levé devait être maitrisé.

Dans les réceptions mondaines on n’invite que des tendres victimes qui se délectent de se faire dépouiller aux jeux, en boissons ou par tout autre abus de crédulité.
Un matin ils se réveillent et se rendent comptes qu’ils ne font plus parti du jeu, leurs mémoires pourrissent et de nouveaux acteurs entre dans la grande roue du pouvoir. Vega et le Duc étaient deux merveilleux spécimens qui étaient sortie  de la roue par choix et s’amusaient à faire tourner en rond ceux qui s’y étaient piégé.

Il s’inclina passablement auprès de ses convives, d’une autre main déposait son verre dans un rythme presque trop parfait avant d’ajouter.

-Veuillez m’excuser messieurs, j'ai promis une danse.

Puis il embrassa les mains de sa femmes qui, charmée souriait. En la menant jusqu'à un espace privilégié il lui souffla :

- Ma femme voudrait-elle qu’on la prenne pour une catin ?
- Oh, je vous en prie cessez vos simagrées, vous savez autant que moi que j’agis dans nos intérêts ! Lui soupira-t-elle amoureusement.
- Nous sommes tout deux enchainés l’un à l’autre par des boulets pour le meilleur comme le pire.

La danse tournait et ils changèrent de partenaires un court instant. En revenant l’un à l’autre les deux époux reprirent leurs échanges de mots fardés d’une langueur fiévreuse.

- Je dois avouer apprécier votre franc parler, continuez… qui est-ce ?
- Personne qui ne pourrait jouer pour vous, l’intendant des Luthien.

Une nouvelle ronde passa.

- Il est en tout point dans nos intérêts ! J’aimerais entrer dans les grâces de sa famille. Une entrevue avec le frère de Dame Luthien me serait profitable.

Il la tira hors de la danse et ne put retenir un sourcil tremblant.

- Vous savez assurément vous lier des amitiés. Ne vous attachez pas à lui sauf par un rejet de la dame. Obtenez la sympathie de la demoiselle.

Il était évident que Vega, avec ses formes plus voluptueuse et jeune séduisait mieux que le Duc. Grisaillant, un rasage trop serré qui laissait voir des mâchoires taillées et des pommettes creuses. Ses yeux perçant d’une clarté presque cadavérique et  ses cheveux tirés en arrière, coiffé comme dans un autre temps, clairsemés d’argent. Même sa carrure était inquiétante, un grand homme fort et rigide, sa stature imposante renforcée d’une canne lourde et décorée.

Vega soupira agacé :
- Et vous, n’oubliez pas que vous êtes marié ! Ne convoitez pas trop ces richesses.
- Vous l’avez pourtant bien dit vous-même, vous êtes un boulet pour moi. Mais je connais mes engagements, elle serait parfaite pour Harn. Maintenant fais moi honneur.

Il redoubla son sourire d’une lueur carnassière. Dos à la foule la Duchesse se permit un visage renfrogné le nez plissé et les yeux sombres. Elle se retourna vivement, et comme les acteurs passant un voile sur leur visage, changea à nouveaux vers un aspect plus… accommodant.
Elle avançait donc vers Dame Luthien, gardant à l’esprit qu’elle ne scellait pas son sort mais cherchait simplement à glaner des informations. En ne perdant pas sa cible, elle parla avec quelques dames qui lui emboitèrent le pas, sautillant et s’empressant de s’échanger quelques messes basses.

Le regard de Grégoire pesait encore, mais elle n’osait pas le regarder  par dédain, suspicion et parce qu’il fallait isoler dame Luthien de ses proches... tant de raisons de ne pas lui adresser un regard. Elle se concentrait sur le visage irradiant de la jeune dame. Elle la salua d’un ton amical.

- Mademoiselle… vous resplendissez presque plus que les joyaux de la couronne. Presque …
Elle était doucereuse et complaisante. La duchesse voulait imposer son pouvoir par des sous entendu. Aussi ne se présentait-elle pas, laissant l’évidence qu’elle était l’hôtesse de ces lieux frapper la jeune dame.
- Il semble que vous soyez convoité par de nombreux jeunes hommes de bien.
Sur ces mots elle indiquait le regard à suivre en se retournant vers deux jouvenceaux qui regardaient Aâran en se pavanant.
Vega eu un rire clair, presque nostalgique. Elle présenta les dames qui l’avaient suivi.
- Voici, Jaryse –une jeune femme brune plutôt forte et richement parée, comme si elle avait voulu mettre tout ses bijoux- Amië, une grande amie – certainement une hybride démone-humaine. Et voici An, que l’on voit plus rarement, c’est la jeune sœur de Jaryse.
Cette dernière semblait plus calme et devrait mettre Aâran en confiance.
Nous planifions de jouer aux cartes dans le petit salon, mais une dernière joueuse nous manque. Je compte sur vous pour nous combler de votre présence.


HRP: j'ai pas relu encore, il peut y avoir des coquilles ou des tournures désagréables, désolée <3


Dernière édition par Vega Aldebarán le Ven 17 Mar - 23:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas



Aâron Ohtar Luthien

Esprit guerrier de l'épée noire
avatar

Nombre de messages : 60
Style de combat : Mixte & Varié


MessageSujet: Re: Un innocent visiteur [FLASH BACK]   Dim 13 Déc - 20:13



Se forcer à suivre la conversation pour plaire et convenir à l’image de l’intendant lui demandait beaucoup d’énergie, mais soit ! Il voyait sa sœur de près, souriante et bien entourée, et ça le comblait. Une discussion menait à une autre, comme les parties de danse qui se succédaient. Il vit sa frangine s’amuser comme si rien de leur passé ne s’était vraiment passé, il en sourit.

Gonen lui tenait compagnie ; bien qu’invisible aux autres, elle était là, présente pour lui et ne manquait point de le taquiner à chaque opportunité. Vu le temps qu’elle passait à l’observer, certaines choses n’échappaient pas à ses yeux dont, trois respirations non fluides. L’hôtesse de la fête les rejoint avec trois autres dames ; elle les présenta sans se présenter. Ce n’est pas qu’Aâron doutait de l’intelligence de sa sœur, mais il ne voulait rien laisser au doute. Il se baissa à la hauteur de l’oreille d’Aâran et lui confirma que la dame qui guidait était bien l’hôtesse des lieux.

Dans une révérences respectueuses et avec un sourire sincère, Aâran reçut l’arrivée de Véga d’un cœur ouvert se dessinant entièrement sur la moindre de ses gestes. Elle commença par remercier Véga, puis par la féliciter pour la qualité de la fête !

Un serveur les rejoint pour servir des verres de vins.
Le front de Grégoire s’étira. Gonen s’approcha de lui le regard douteux. Le paria sentit l’air trois fois. Le serveur ne leur ramenait pas que de bonnes nouvelles. L’un des verres à vin était empoisonné. Malgré son odorat surdéveloppé, il lui fallut beaucoup de concentration pour pouvoir sentir, au plein milieux des parfums envoûtants des dames et des odeurs exquises des gâteaux cette fine senteur de poison ; ce qui fut le plus difficile fut de le repérer !

Le serveur baissait le plateau vers Véga d’abord. Aâron doutait encore entre deux verres. Les deux devant Véga. La personne qu’il allait servir en deuxième allait être sa sœur. Il avala sa salive.

‘- Ne fais rien de déplacé ! Aâron !

Trop tard. Il avança d’un pas, et de derrière Véga récupéra les deux verres de vin qu’il pensait empoisonnés les portant tous deux dans sa main droite. Les présents, mais surtout Aâran était surpris.

Ne sachant comment agir, il sourit levant les deux verres un peu en hauteur ;

‘- Je pense que c’est un juste payement… après tout, vous…

Les regards du groupe tombaient sur lui. Il s'adressait à Véga.

‘- Me volez ma compagne !

Il essaya de faire sortir un sourire taquin et amusé. Et avant que quiconque puisse –Par maladresse- s’emparer des verres, il les but d’un coup. Le vin était fort bon, mais empoisonné. Il s’empêcha de frissonner. Aâran lui tapota sur le dos…

‘- Doucement ! Si vous commencez comme ça, comment finirez-vous la soirée ?

Il rigola.

A qui était adressé ce poison ? A sa sœur ? A l’hôtesse ? A quiconque pour semer le pagaille ? Il allait devoir tenir bon avant de rentrer, il devait comprendre avant la situation. Gonen éclatait de rire en sentant les verres vides qu’il avait toujours en main.

‘- Tu mourras un jour pour une banalité ! Aâron ! Avec ce poison, tu ne risques pas de tenir debout plus d’une heure !


[Si ça ne te vas pas, dis-le moi !]

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://hypolais.jeunforum.com/t2777-l-eloge-du-sang-l-itineraire



Vega Aldebarán

avatar

Féminin Nombre de messages : 126
Style de combat : Huilé et musculeux


MessageSujet: Re: Un innocent visiteur [FLASH BACK]   Ven 18 Déc - 17:14

Un homme s’approchait pour s’assurer de l’ivresse de Vega, des verres de vins emplis de précieux liquide. Distraite par la jeune dame qui lui faisait fasse, la duchesse tendit sa main pour saisir le premier gobelet qui s’y donnerait ; mais ce banale geste fut interrompu. Grégoire, dans une absence totale de bienséance saisit deux verres, bousculant de peu Vega. Cette dernière ne retint pas un sourire d’amusement. Elle ne savait pas quel jeu l’intendant avait choisi de jouer, mais l’intrigue devenait très intéressante.

- Je pense que c’est un juste payement… après tout, vous…
Il marqua une pause. Quelque chose d’infime, le temps de se trouver une bonne raison ?
Me volez ma compagne.
- Je perçois mieux les raisons qui vous ont poussé à vous tenir à l’écart de la société.

C’était assurément de la mesquinerie, mais après tout comment le sortir de l’embarras autrement que par l’humour. Elle ne perdait pas une miette des gestes de l’intendant qui se noyait dans le vin. Les dames pouffaient.
Aaran , bienveillante le reprit.
- Doucement ! Si vous commencez comme ça, comment finirez-vous la soirée ?
- Vous me voyez attristée d’être privée des réjouissances de l’ivresse, la sobriété est réservée aux catherinettes, comme votre dame. Ajouta Vega pour clore l’affaire. Allons dans le salon, loin de toute cette débandade.

Revenant à ses obligations, elle entrainait ses bourgeoises vers l’extérieur de la salle de réception. Jaryse s’occupa de saisir Aaran par le bras et de l’entrainer avec elles, lui chuchotant quelque chose ; probablement les règles du jeu. La mise n’était pas de l’argent, mais des secrets ! Le jeu, au bout du compte, n’était pas un jeu de carte, mais celui du plus beau parleur.

En arrivant dans le petit salon,  Elice se précipitait d’allumer des chandeliers et deux serviteurs ouvraient les pans d’une console pour installer une table de jeu. Le cadre était beaucoup plus intime et à l’abri des regards. Vega aurait prit plaisir a parier sur le temps que Grégoire mettrait à les rejoindre –elle ne s’y risqua pas, ne sachant comment Aaran y aurait réagit, le but était de lui plaire.
Une fois assise, une question ne tarda pas à brûler les lèvres de Vega, avant même que le jeu ne soit servit.

- Pardonnez ma curiosité, mais vous qui êtes si peu présente dans les mondanités savez parfaitement attiser l’intérêt… Vous semblez très proche de votre ami l'intendant... Elle ajouta avec humour
Laissez-moi deviner, c’est lui votre frère en vérité !
Elle éclata de rire, il était si évident que de toutes les situations au monde, celle-ci soit la plus improbable.
Profitant de l’absence de ce dernier elle ajouta reprenant son serieux,
- Quoiqu’il en soit il semble un parti honnête, y avez-vous songé ? Ou d’autres propositions sont-elles plus avantageuses…

Le sujet était si passionnant que ni Jaryse, An ou même Amïe ne l’aurait interrompu, elles semblaient n’être que des petits pantins, dont la tête se décrochait pour fixer tour à tour les deux protagonistes parlants.




HRP: je te force a jouer Aaran désolée, il faut penser à l'inviter sur notre rp x)
J'espère que ça te convient aussi, moi j'aime tout ce que tu fais <3
je m'amuse a caser des synonymes improbables aussi :3

NOTE: ce qu'on s'étaient dit par mp au sujet du liens entre Aaron et Vega, on le fait arriver ici, où ça c'est déjà produit avant ce rp?


Dernière édition par Vega Aldebarán le Ven 17 Mar - 23:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas



Aâron Ohtar Luthien

Esprit guerrier de l'épée noire
avatar

Nombre de messages : 60
Style de combat : Mixte & Varié


MessageSujet: Re: Un innocent visiteur [FLASH BACK]   Mer 23 Déc - 11:54



Le poison commençait à s’approprier le corps du paria. De veine en veine, de membre en membre. Avec ses battements de cœur angoissé son sang propageait avec lui la mort. Il écouta les commentaires de Véga sans répondre ; pas qu’il ne voulut pas répondre, mais les dames s’éloignaient déjà quand il trouva une réponse qu’il jugea correcte. Aaran partait. Et il restait dans l’infime confusion dictée par ses questions : A qui était adressé ce poison ?

Gonen s’approcha de lui ; à moins de faire ça, il ne lui aurait adressé aucune attention. Le regard du moitié démon était fixé sur sa sœur, rien d’autre autre que sa sœur. Comme si le monde s’vaporisait. Comme si tout n’était que pénombre et qu’elle était la seule étincelle. Gonen lui tapota l’épaule.

‘- Je reste avec ta frangine …

Un contact physique et une promesse. Il ne pouvait faire confiance à personne ; mais il devait admettre, les mots de Gonen l’apaisaient. Ce ci n’empêcha en rien que son regard reste figé sur sa dulcinée jusqu’à ce qu’elle eut entièrement quitté le lieu.

‘- Quel tristesse que de voir partir la joie de notre soirée !
Commenta l’un des anciens compagnons d’Aaran.

‘- Nous comptions sur sa présence pour aromatiser notre longue veillée …
Répondit le second.

‘- La seule satisfaction que j’éprouve à l’égard de son départ, c’est votre tristesse !
Répondit Aâron sans calcul. Leur adressant un regard plein de toute hypocrisie.

Il regarda une dernière fois là où Aâran avait disparue ; puis s’autorisa de partir sans prêter d’avantage attention aux deux hommes à présent mécontents.

*


Il est une chose fascinante que d’avoir un corps qui pénètre les murs. Gonen, comme convenu, se tenait à côté d’Aâran et écoutait la discussion avec attention. Elle jugea Véga dangereuse ; La dame était malicieuse et fort bien intelligente. Les choses qui pourraient si bien perturber Aâron plaisaient à Gonen. Ça lui rajoutait de l’excitation dans ses journées de monotonie, de répétition et d’invisibilité.

Aâran rit de si belle. Elle ramena sa main devant son visage dans une légère timidité. La jeune paria n’y avait jamais songé.

‘- J’ai peur de manquer moi même de courtoisie, mais vous-devriez rencontrer mon frère !
Commença-t-elle dans une taquinerie agitée.

‘- Il paraît que selon lui, aucun parti ne serait à la hauteur pour sa sœur…

étant habituée à être le centre d’attention, Aâran ne fut point agacée par ces regards amicaux.
Si les gentes dames pouvaient entendre parler les fantômes, ils auraient entendu éclater de rire Gonen qui comprenait si bien la situation.
Aâran se vit contrainte à rajouter – Non qu’elle se sente mal vis à vis de l’obligation. Elle respira.

‘- Mon frère et moi sommes jumeaux, il tient à cœur la mission de me parrainer, ce qui fait de lui un monopoliste dominateur imbattable ! Et puis, on dirait que mon frère a très bien transmit sa mission à Grégoire ! Il est vrai que les deux se ressemblent un peu... quoi que, mon frère est beaucoup plus beau !
Elle finit ses mots en rires délicats. Gonen commenta qu’heureusement, il n’était pas là ; autrement, il aurait perçu ces répliques comme un jugement le calant dans la case ‘criminel premier degré’.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://hypolais.jeunforum.com/t2777-l-eloge-du-sang-l-itineraire



Vega Aldebarán

avatar

Féminin Nombre de messages : 126
Style de combat : Huilé et musculeux


MessageSujet: Re: Un innocent visiteur [FLASH BACK]   Mar 12 Jan - 19:04

Un sourire se cristallisa sur les lèvres de Vega. La relation de Aaran et son frère était beaucoup trop fusionnelle à son goût. Vega était une fille unique, elle ne comprenait pas le besoin de veiller les uns sur les autres ; somme toute un frère serait quelqu’un qui vous obéit et avec qui vous ne couchez pas ? Ici Aaran laissait entendre tout le contraire.

- Bien ! Elle frappa dans ses mains.
Si nous commencions.

Elle saisit les cartes entre ses mains. Comme d’habitude il faudrait se battre ! Quelle poisse d’avoir pas beaucoup de chance, mais la noble ne reculais devant aucuns scrupules.

La partie avançait, des tours étaient gagnés d’autre perdus et les ragots amoureux battaient leurs plein. Une oreille attentive remarquerait a quel point on entendait la voix de Vega sans jamais entendre son nom prononcé. Avec les tours qui passaient, Vega étaient déçu de perdre son défi avec elle-même ; Grégoire ne semblait pas se décider à venir.
Après un tour des potins, Vega reprit comme si la question n’avait jamais quitté son esprit depuis la conversation précédente.

- Prévoyez-vous d’organiser un évènement au cours duquel nous pourrions rencontrer votre frère ? Vous nous chantez sa beauté, mais, au fond, vous vous gardez bien de nous le montrer.

D’une main distraite, elle saisit les cartes sur la table pour les battre à nouveau.


HRP: je ne sais pas trop quoi mettre, je te laisse relancer si tu veux :3


Dernière édition par Vega Aldebarán le Ven 17 Mar - 23:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas



Aâron Ohtar Luthien

Esprit guerrier de l'épée noire
avatar

Nombre de messages : 60
Style de combat : Mixte & Varié


MessageSujet: Re: Un innocent visiteur [FLASH BACK]   Lun 16 Mai - 23:00





Le jeu continua. Aâran s’étonnait à voir combien elle s’amusait en compagnie de Vega. Cette dame était particulièrement charismatique. Si elle était un homme, sans doute serait-elle tombé sous son charme. La conversation reprit après un léger moment de silence ; on parlait encore de son frère. Décidemment, partout où elle va, les curieux ne la lâcheront pas. Peut-être que c’est à ce jeu qu’elle devait jouer. Aâran se baissa légèrement vers Véga ;

‘- Si là est votre souhait, je vous le réaliserais.

Elle finit sa phrase en souriant d’avantage.

La porte du salon s’ouvrit, un serveur rentra poussant une petite table garnie de gâteaux, de boissons et de vin. Et comme pour louer l’arrivée de ces confiseries, l’estomac d’Aâran gargouilla. Elle rit d’elle même, baissant sa tête timidement, elle voulut prononcer une petite blague, mais pensa que le silence était le choix le plus raffiné.

Le serveur s’avança et se mit entre elle et Véga,

Une deuxième personne – un garde - rentra,

‘- Excusez-moi,

Il se baissa en signe de courtoise puis se rendit vers Véga,

‘- L’un des invités demande à vous voir… D’urgence.

Gonen tournait autour du serveur qui versait déjà des verres de vin pour les présents. Elle se baissa sentir la nourriture de plus près et comprit une chose : Deux personnes étaient les possibles cibles de l’empoisonneur, Véga - l’hôte de la fête, ou bien Aâran. Celle-ci tendait déjà sa main chopper l’un des verres, le garde la regarda,

‘- Patience est mère de sureté, au risque de paraître déplacé, je vous proposerai d’attendre le vrai repas.

Les présents, dont Aâran, le regardaient comme s’il avait justement réussi à être désagréable. Il baissa sa tête d’avantage ;

‘- Je vous prie de me pardonner.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://hypolais.jeunforum.com/t2777-l-eloge-du-sang-l-itineraire



Vega Aldebarán

avatar

Féminin Nombre de messages : 126
Style de combat : Huilé et musculeux


MessageSujet: Re: Un innocent visiteur [FLASH BACK]   Mar 14 Mar - 20:43

La demoiselle semblait finalement la comprendre et parler le même langage que Vega. Elle lui murmurait que la Duchesse pourrait rencontrer son frère. Aussi le murmurait-elle car l’énoncer trop fort ferait voler en éclat l’idéal de cette rencontre. Le frère d'Aâran devait probablement être un oiseau !

La porte découvrit deux personnes, dissipant le sourire plein de malice d’Aâran. Alors que tout les yeux se fixaient sur le serveur qui poussait un chariot foisonnant de sucreries et de boissons amères ou sirupeuse, Vega en profitait pour détailler sa comparse. Elle aurait aimer éprouver de l’affection pour la demoiselle. Son attitude semblait remplie de sentiments bienveillant et d'espoirs. Comment pouvait-donc être l’individu qui lui était complémentaire ? Brave, rigoureux, solitaire et sévère comme Aâran semblait le dépeindre ? On aurait dit l'antinomie de la jeune demoiselle, sociable, curieuse et enjouée qui lui faisait face à l’instant.

La scène qui s'en suivit aurait put être une peinture intitulée “Le garde intimant sa Dame.” ou encore “l’intrus”.
Les questions et l’affection que Vega commençait à considérer envers son invitée furent interrompu par le dos du domestique qui s'interposait entre elles.

- Excusez-moi, un garde suivait le serveur, faisant une révérence protocolaire à sa Dame.
- L’un des invités demande à vous voir… d’urgence.

Levant une main gracieuse, Vega indiquait à Jaryse de ne pas distribuer la prochaine manche. Cela ennuyait la Duchesse d’abandonner sa nouvelle amie, mais elle pouvait faire confiance à ses compagnes de jeux. Elles étaient suffisamment insipides pour ne pas faire fuire Aâran et d’humeur joviale qui plus est !
Vega remit les plis de sa robe et fit signe au serviteur de s’écarter, alors qu’Aâran attrapait déjà l’un des verres qu’on leur offrait.

- Patience est mère de sûreté, au risque de paraître déplacé, je vous proposerai d’attendre le vrai repas.

Si Vega eût-été une sorcière, un démon où une créature dotée de pouvoirs à la hauteur de sa puissance, le malheureux aurait été pétrifié par le regard de la Duchesse.

- Vous êtes précisément déplacé. cingla-t-elle.
-Je vous prie de me pardonner. s’excusa-t-il en baissant les yeux.

Cependant il lui venait déjà à l’esprit que la nourriture présentait un problème. Était-elle rassie, mauvaise ou le fait d’ouvrir sa demeure, d’engager du personnel que la Dame ne voyait pas au quotidien avait exposé son foyer au serpent ? Le danger pouvait survenir ainsi ajouta-t-elle.

- Mesdames je vous engage à ne rien goûter avant mon retour. Je serais brève. Elle se retourna vers le domestique et lui assena pleine de colère :
- Sortez. Et vous menez-moi à cet “invité”.

En contradiction avec ses propres paroles, elle sortit avant le garde qui devait lui emboîter le pas. Dans le couloir suivant, après s’être séparés du domestique elle s’arrêta pour toiser le garde. Peut-être était-ce un piège ? Elle déambulait seul avec un homme armé alors que son mari pouvait déjà conspirer à sa perte.
En proie aux doutes, elle adopta un comportement plus privé.

- Dites-moi MAINtenant ce qui ne vas pas.

Elle avait une voix plus grave, l’air plus doux, on aurait presque dit qu’elle jouait avec les longues manches de son vêtements.


Dernière édition par Vega Aldebarán le Ven 17 Mar - 23:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Aâron Ohtar Luthien

Esprit guerrier de l'épée noire
avatar

Nombre de messages : 60
Style de combat : Mixte & Varié


MessageSujet: Re: Un innocent visiteur [FLASH BACK]   Ven 17 Mar - 0:35



Tête baissée, le garde gardait toute son attention sur ce qui se déroulait. La duchesse eut les bons reflexes, elle demanda à ses invités de ne pas toucher avant son retour, chose qui pourrait simplement rentrer dans les règles de bonne conduite : manger sans l’hôte de la demeure serait inapproprié. Mais cela voulait-il dire que la dame agissait ainsi candidement ou doutait-elle déjà des choses qui se tramaient dans l’ombre ?

Elle commença à partir pour suivre le garde mais elle le laissa derrière. Il la suivit sans manquer de faire une légère révérence à sa sortie. A quelques pas plus loin, elle s’arrêta, se retourna et demanda ce qui n’allait pas. Le garde la regarda, dans ses yeux, une certitude et beaucoup de doute. Il arriva vers elle, entendit les pas des invités qui traversaient le couloir. Ses yeux se posèrent sur les yeux de la duchesse et puis ensuite sur la porte derrière eux.

‘ – J’y pense depuis tout à l’heure, vous ne gagnerez rien à empoisonner vos invités… à moins qu’on veuille vous empoisonner, vous-même !

Il la dépassa. Son apparence de soldat changeait alors qu’il ouvrait la porte – seule issue dans ce long couloir vers la pénombre. Ses oreilles devinrent plus pointus et son teint plus gris. Ses yeux, quand à eux, brillaient des étincelles les plus rougeâtres lorsqu’il se retourna regarder Véga. Aâron était dans le noir tandis que Véga restait dans le couloir éclairée par la lumière qui y était.
La douleur propagée par le poison s’amplifiait et le rongeait de l’intérieur. Il n’allait pourtant pas sortir avant sa sœur. Il allait l’escorter jusqu’à chez eux, dans l’ombre comme d’habitude; mais seulement une fois qu’il aura le cœur net que ce n’est pas sa sœur qui était cible du poison.  
Il concentra son écoute, les invités avaient quittés le couloir. Il tendit sa main vers celle de l’hôtesse et la tira vers lui puis ferma la porte derrière eux.

‘ – Je suis déjà allé vers la cuisine, aucun signe du poison. Cela veut dire que c’est votre serveur personnel ou bien son…

A peine eut-il finit sa réplique et son action de fermeture de porte, la distance très minime entre lui et l’humaine le dérangea. Il se décolla d’elle puis se retourna. Ils se trouvaient à présent dans l’étroit petit couloir qui sert de passage au personnel.  

‘ – J’ai besoin de savoir qui veut tuer qui en cette belle soirée !  


_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://hypolais.jeunforum.com/t2777-l-eloge-du-sang-l-itineraire



Vega Aldebarán

avatar

Féminin Nombre de messages : 126
Style de combat : Huilé et musculeux


MessageSujet: Re: Un innocent visiteur [FLASH BACK]   Ven 17 Mar - 23:23

Le regard du garde était comme une intrusion dans son esprit. Elle tentait de soutenir son attention, mais un irrépressible sentiment de précarité grandissait en elle, lui nouant la gorge.

J’y pense depuis tout à l’heure, vous ne gagnerez rien à empoisonner vos invités… à moins qu’on veuille vous empoisonner, vous-même !

Il parlait donc bien de poison. Avec la plus grande nonchalance, le garde passa devant elle. Un sentiment curieux, un malaise plus précisément, retint Vega de se retourner à sa suite. L’impression désagréable d’un déjà-vu parcourait son corps. Comme si l’air se fendait en deux pour donner sur un monde nouveau où les possibilités ont été différentes. La surface du monde semblait se remettre à l’ordre du jour et un frisson de nouveauté et d’ombre émergeait de l’homme.
Malgré son désir de s’enfuir, Vega fit volte face et s’engagea derrière celui qui avait été (ou n’avait jamais été) un garde. Ses yeux étaient éblouis par la lumière tamisée qui s’arrêtait nette devant elle. La Duchesse n’osait pas passer dans l’ombre. Elle devinait une silhouette encore plus ténébreuse que l’obscurité. Vega balbutia quelques soupirs qui mourraient une fois sortis de sa bouche. Deux yeux foudroyaient la Dame avec une compréhension surnaturelle; inutile de répéter la bizarrerie des événements avec véhémence, je pense que vous aurez compris le mal être de Vega.
Il tendit une main cendrée vers la noble pour l’attirer contre lui et referma derrière elle la porte qui semblait si lourde. Contre l’hybride, la Duchesse ressentait une peur réconfortante. Leurs visages à quelques centimètres l’un de l’autre, il finit par rompre le silence sentencieux.

Je suis déjà allé vers la cuisine, aucun signe du poison. Cela veut dire que c’est votre serveur personnel ou bien son…


Il relâcha la pression en s’écartant, et se retourna comme si Vega n’avait pas le droit de l’observer.

J’ai besoin de savoir qui veut tuer qui en cette belle soirée !


Abassourdi, Vega mit un temps pour s’en remettre. Qui est-cet être étrange et d’où il vient ? Après avoir agiter l’air avec ses lèvres elle se ressaisit. Elle était jeune et l’angoisse empourprait ses joues et lui piquait les yeux. Le sourcils froncés elle exprimait ses doutes.

Vous ! D'où-est-ce que vous venez ? Vous n'êtes pas un garde ni … joignant les mains à la parole, elle se débattait dans le vide contre son incompréhension. Elle plaqua ses mains sur son front avant d’ajouter : ça ne doit pas se passer comme ça.
- Vous parlez de poison. Comment le savez-vous? Et je ne vois personne dans l’enceinte de ces lieux qui n’aurait plus que vous l’allure d’un assassin !

Vega regrettait ses mots, elle avait profondément envie de faire confiance à l’être devant elle ; il avait réussi à briser la carapace d’usure et de violence quotidienne, morne que son mari lui avait confectionné. Elle avait l’impression d’avoir déjà vécu une rencontre similaire, un soir où la lune était haute, dans un champs verdoyant... dans un autre monde, sous une autre vie. Elle observa les environs : parler dans un couloir n’était pas judicieux, aussi elle entraina rapidement l’individu vers ses appartements privés. La seule personne qui avait le droit d’y aller c’était Elice, la femme de chambre. Et elle devait être en train de chercher la Dame au salon. Vega avait quelques instants pour se confier.

- Pourquoi craignez-vous autant le poison? Vous protégez quelqu’un ? Si vous m’avouez maintenant je pourrais comprendre. Beaucoup de personnes se querellent dans ce petit monde. Mon époux et son frère, Harn, sont de véritables carnassier. Ils convoitent beaucoup de richesse. Le Duc a déjà fait tuer une de ses femmes, l’autre, il l’a répudiée tout en gardant ses biens.
- De plus j’ai des onguents et des soins. Elle courut vers une coiffeuse. Parmi les parfums et crèmes aux senteurs fleuris, des pots jaunâtre et des fioles contenant des soins. Les poisons animalier sont souvent plus foudroyant, pour la discrétion l’idéal serait des décoctions et des substrats végétaux.

Elle se retournait vers son invité, attendant une approbation. Vega aimait le contempler. Évidemment il y avait quelque chose dans sa nature d'inconvenant, mais elle prenait plaisir à regarder sa peau opaline et la forme anguleuse de son visage qui se poursuivait dans la finesse des pointes de ses oreilles. Ses yeux étaient deux grenats qui brillaient d’une lumière aussi profonde que les entrailles de la Terre.
Avant d’avoir pu contenter tout son saoul d’observer l’hypoléen, des pas résonnaient sur les pierres du couloirs. Ils étaient à cours de temps et elle poussa son invité dans l’armoire la plus proche, reversant un parfum dont l’éclat du verre fut couvert par le bruit des gonds de la porte. Une odeur liquoreuse s'échappait du flacon.

à travers les sculptes du bois, ont voyait Elice s'agiter et appelant.

- Madame ? Madame, vous êtes ici !? Elle secoua le lit. Votre mari… OH! S’exclama-t-elle en découvrant la fiole brisé. La garce ! Elle pestait en épongeant avec son tablier.
- Ah! ça l’amuse de me faire tout nettoyer. Elice, jouons à cache-cache! Nettoie mon bazar ! Ne vas surtout pas t’occuper de ton fils hein.

Vega aurait aimé sortir de sa cachette pour donner un grand coup de chaussure dans le visage grassouillet de sa femme de chambre. Une grande animosité vivait entre la Dame et sa servante. Surtout lorsqu’elle mentionnait son fils. Vega culpabilisait parfois de ce qu’elle faisait endurer à sa domestique, mais la douleur de la privation était vive. Sa seule chance de survie et de joie lui avait été arraché par son mari lorsqu’il la força à voir une faiseuse d’ange. La domestique avait pourtant eu le droit de garder son bâtard elle. Une fois la petite dame potelée ressorti, Vega claqua la porte de l’armoire. Son irritation était telle qu’elle failli oublier avec qui elle était. En se calmant, son aura était plus placide et déterminée. Elle semblait plus puissante et dangereuse.


[MISSION D'INFILTRATION !!! et j'ai placer une reference à Junn et Zack ٩(º౪º๑)۶
Comme code couleur, je pense garder ff99cc ^^' avec le changement du fond, j'ai eu du mal à trouver une jolie couleur
HOPE YOU LIKE IT]
Revenir en haut Aller en bas



Aâron Ohtar Luthien

Esprit guerrier de l'épée noire
avatar

Nombre de messages : 60
Style de combat : Mixte & Varié


MessageSujet: Re: Un innocent visiteur [FLASH BACK]   Sam 18 Mar - 1:19




Dans sa ligne de métier, l’observation est reine. A cause d’un simple petit détail, Aâron pourrait perdre la vie ou échouer sa mission. Cependant, non ! Il ne se laissait pas cette marge d’échec. Qu’il soit à bout de force, à bout de souffle, il accomplirait son devoir ; et s’il devait vraiment périr, il périrait dans sa demeure, sur son trône en bois, écoutant sa sœur chanter dans ses quartiers. Sa sœur, tient ! La seule raison pour laquelle il devrait survivre à tout. Que lui arriverait-elle s’il mourrait et que le sort se dissipait ? Que lui arriverait-elle si elle prenait de lui sa part métisse ? Que lui arriverait-elle si elle se découvrait, après ses longues années, moitié humaine et moitié elfe ? Exclue de tous et protégée par personne ?

Il arrachait sa conscience à sa douleur. Respirant une longue respiration il posa ses yeux sur sa compagne. Le voilà, maitre empoisonneur contraint à demander l’aide d’une humaine. Le voilà, et grâce est à lui, ignorant son égocentrisme pour négocier une aide qui peut s’avérer inutile. L’hôtesse retrouve enfin ses souffles… et comme tout autre humain à qui il a eut affaire sous cette apparence, elle le bombarde de questions puis déclare sa méfiance. Comment pouvaient-ils tous avoir presque la même réaction ?

Il se masse les tempes. ‘Pas le temps pour ça’ lui criait son cerveau ‘Plus le temps pour ça’ lui rappelait son corps. Mais dans ce délire de douleur ou même sa salive commençait à changer de gout… une image ? Une odeur ? Un souvenir d’un champ, d’ailes noires et d’une intrigante et dangereuse compagne ? … Se rapprochait-il tellement de sa mort qu’il voyait sa prochaine vie ? Ou était-ce celle de son passé ?

Pour taire ses pensées, il parla,

‘- Si je vous voulais morte, vous le seriez déjà.

Elle observa leurs alentours. Pourvu qu’elle n’essaye pas de fuir. Il aurait gardé une apparence plus douce s’il n’était pas convaincu qu’il devait garder ses forces pour ce qui l’attendait par la suite de cette soirée. Ce fut cette fois le tour de la dame de le prendre par la main. Véga le traina derrière elle comme une mère trainerait son fils, Aâron se laissait faire à moitié étonné qu’elle n’ait pas essayé de fuir. Elle avait choisi de le croire… Combien d’atrocité avait-elle vécue pour croire à l’être le plus repoussant qu’elle pourrait avoir la chance de rencontrer en sa vie ? Il se toucha même la pointe de l’oreille pour s’assurer qu’il avait bel et bien repris sa forme d’elfe noir…

Ils arrivaient aux quartiers de la dame. Elle commença à parler de nouveau, même son gracieux dialecte n’attendrit pas la longueur de ses répliques… mais elle essayait d’aider. La noble lui montra même ses poisons personnels. Elle était connaisseuse, pour la discrétion en effet, un poison fait d’herbes serait idéal. Mais un poison aussi simplement fait ne l’aurait pas tellement atteint.

Il entendit les pas arriver de loin avant que la dame ne les entende. Elle les tira vers l’armoire et la referma en faisant tomber un flocon. Si ce n’était pas pour l’étroit petit espace dans lequel deux corps devaient se coller pour rentrer, si ce n’était pas pour l’odeur du parfum qui le submergeait à cause de ses sens surdéveloppés, si ce n’était pas pour ce criminel pas encore déterminé qui pourrait aussi avoir ciblé sa sœur… Aâron aurait pu admettre que les yeux bleus irrités de la noble étaient dangereux ; même peut-être plus dangereux que le poison qui coulait dans ses veines.

Poison ! Il retourna son visage vers la porte de l’armoire. Etait-ce normal que l’odeur du poison soit sur la domestique ? Véga défonça les portes de l’armoire n’essayant point de contenir sa colère. Les lèvres d’Aâron s’étirèrent d’un côté. Dans l’allure de l’humaine, il pouvait lire plusieurs choses ; mais il ne s’admettait pas celle qui était évidente : cette dame, humaine et faible, était dangereuse.

‘ – Votre domestique…elle travaille-t-elle vraiment pour vous ?

Il demande avec presque une pointe de moquerie qu’il ne pouvait retenir à cause de son caractère. Ayant lancé sa question, il se rend vers la coiffeuse et examine de près les potions qui s’y trouvaient. Le poison n’était pas fait des végétations humaines, il venait d’un autre territoire inconnu à l’elfe. L’image de Gonen lui vint en esprit. Elle savait que le poison allait le faire souffrir… le poison vient du territoire démoniaque.

‘ – Soit vous avez des démons pour ennemis… soit vos ennemis ont des relations qui s’étendent bien loin que les vôtres.  

Il se retourne. S’accoudant – s’asseyant presque – sur la coiffeuse. Ses yeux trouvèrent celles de Véga.

‘ – Votre domestique sent le poison… mais cela m’étonnerait qu’elle revienne vous chercher si elle tente de vous tuer !  

Il récupère une petite dague de sa poche et joue avec en l’équilibrant sur son indexe droit. Gonen était toujours avec sa sœur ; Mais Gonen n’était pas digne de confiance. Entre lui et la fantôme, c’est une relation d’intérêt. Elle aimait suivre les aventures D’Aâron et s’amusait à le déranger. Mais elle savait aussi qu’Aâran était hors limites. C’est pour ça aussi qu’elle est restée avec elle. Cela permettait à Aâron de se concentrer un peu plus sur sa mission : Trouver l’empoisonneur.

‘ – Votre domestique est cependant rentré en contacte avec notre empoisonneur et a gardé la senteur du poison sur elle. Quelqu’un de particulier vous vient en tête ?
Ma patience a ses limites.


Aâron arrête de jouer avec sa dague et fixe Véga de nouveau.

‘- Et c'est plus facile de tuer toute personne qui sent l'odeur du poison...


_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://hypolais.jeunforum.com/t2777-l-eloge-du-sang-l-itineraire



Vega Aldebarán

avatar

Féminin Nombre de messages : 126
Style de combat : Huilé et musculeux


MessageSujet: Re: Un innocent visiteur [FLASH BACK]   Mar 4 Avr - 22:39

la bête finit par rompre le récent silence par une question aussi inutile que stupide. Vega avait envie de lui lacérer son visage gracile avec ses ongles. Ignorant sa colère, il se retourna. Montrer son dos devant une personne dont on se moque est rarement une bonne idée. Vega bouillonnait, serrant ses poings prête à en découdre. Elle était la fille d’un Général et bercée de bravoure et de combat, en venir aux mains ne serait plus son soucis. Mais le démon ajouta :

Soit vous avez des démons pour ennemis… soit vos ennemis ont des relations qui s’étendent bien loin que les vôtres.  

Mais le seul qui ressemblait à un démon ici, c’était bien lui ! Ces mots surprirent Vega ; faisait-elle face à un mythique elfe noir ou une créature vampirique issus des ténèbres de fantasmes ?
Dans une trop grande confiance pour Vega , il s’adossa à la coiffeuse, regardant la noble.

Votre domestique sent le poison… Affirma-t-il. mais cela m’étonnerait qu’elle revienne vous chercher si elle tente de vous tuer !  

Pour étayer ce qui ressemblait à une menace, il sortit une petite dague. Quel était le message ? Vega était-elle piégée d’une part sa domestique, qui représentait son foyer, empoisonneuse et de l’autre la menace physique de l’elfe. Il la narguait en faisant jongler la lame entre ses doigts habile. Il semblait beaucoup trop nerveux et la situation était tendue. Les enjeux de la créature semblait plus fort que ceux de la dame. Elle détendit son visage, sa mâchoire se desserra pour adopter un air plus suprême. Elle alla s’asseoir sur un siège proche, la démarche résignée d’un joueur d'échec qui comprends la mesure du jeu de son adversaire; déterminée à jouer jusqu’au bout et prête à accepter les conséquences.
Certaines pièces s’associaient dans son esprit. L’elfe cherchait désespérément à trouver l’empoisonneur. Et il avait désespérément besoin d’aide, mais il semblait pressé, flou et affaibli. La conclusion semblait assez forte : il avait gouté la cigüe lui-même !

‘ – Votre domestique est cependant rentré en contacte avec notre empoisonneur et a gardé la senteur du poison sur elle. Quelqu’un de particulier vous vient en tête ?
Ma patience a ses limites.

Et c'est plus facile de tuer toute personne qui sent l'odeur du poison...

Vega le toisait pendant qu’il énonçait ses accusations et ses délires.

- Évidemment Elice est dans mon service. Vous pourrez la torturer autant que vous le souhaitez, elle est bien trop faible pour transporter du poison volontairement. Elle glissa une mèche de cheveux par dessus son oreille, elle transportait tant de délicatesse dans ses gestes, qu’elle semblait venimeuse. Je vous ai déjà mentionné mon époux, mais après tout si vous souhaiter tuer à vue… ou plutôt au nez, je vous en prie. Il cessa de jouer avec son coutelas.
- Assurez-vous bien de vous trancher la jugulaire après votre massacre, car à mon sens vous êtes celui qui transporte le plus de poison ici.

Une idée piqua la Duchesse, aussi foudroyante qu’une guêpe. La jeune noble avait développée des vertus cicatrisantes, elle dissimulait ainsi ses bleus, ses coupures et autres cicatrices disgracieuse. Il lui aurait été aisé limiter la propagation de poison dans un organisme. Elle aurait largement pu aider l’elfe ! Cette idée de ne pas bouger arracha un sourire triomphant et moqueur, Vega cherchait à le faire confondre avec un sourire honnête, mais ses yeux trahissaient sa malveillance. En vérité l’elfe aurait eu de quoi se soigner il y a un moment. Vega lui serait venue en aide s’il n’avait pas été impertinent. Et elle l’avait emmené jusqu'à sa réserve de décoctions afin qu’il travaille un remède. Finalement elle pourrait mourir ce soir, il le valait mieux que de se laisser maltraiter encore par le Duc. La Dame était trop heureuse d’avoir un peu de contrôle sur sa mort ou bien sur l’elfe. Et s’il hésitait encore, elle gagnerait, l’elfe mourait du poison.
Après s'être observés en chien de faïence elle voulu rééquilibrer la situation et éventuellement tirer parti de la situation.

- Vous m'avez choisi comme la seule personne pour vous venir en aide en vous présentant devant moi . Je vous secours si vous cessez de montrer les crocs. Selon vous je serais déjà morte si vous souhaitiez me tuer. Je ne comprends pas réellement votre venue ici alors si vous n'êtes pas assassin. Vous devez avoir de grande capacités de discrétions pour passer la garde sans alarmer personne. Si je vous aide, vous me serez redevable.
Elle croisa les bras pour affirmer son refus d’obtempérer.
- Commencez par être gentil, dites-moi votre nom.
Revenir en haut Aller en bas



Aâron Ohtar Luthien

Esprit guerrier de l'épée noire
avatar

Nombre de messages : 60
Style de combat : Mixte & Varié


MessageSujet: Re: Un innocent visiteur [FLASH BACK]   Lun 17 Avr - 13:15



S’il l’a dit, c’est qu’il est prêt à l’assumer jusqu’au bout. Tuer n’a jamais été un problème pour lui. D’autant plus que cette fois-ci, sa sœur était en danger. La réponse qu’il attendait tarda une décennie. A croire que l’indécision est l’éternelle berceuse de l’esprit des humains. Ils prennent du temps pour assimiler, du temps pour penser, du temps pour formuler… le temps, c’est exactement ce dont Aâron manquait. Véga répondit. Une réponse intimidante ou qui cherche à intimider. Son sourcil droit levé, il regarde l’humaine qui ose proposer de… se trancher lui-même le jugulaire ? Il prit une seconde pour s’assurer d’avoir bien entendu. La réponse le fit sourire et dévoila ses canines.

‘ – Si je n’étais pas pressé, je vous aurai félicité pour votre audace.  Des prétendants se sont déjà proposés pour me… il s’exprima d’un mouvement de main sur son coup, ses ongles touchant presque sa peau. ‘ Vous êtes la première à me proposer de le faire moi-même…

Il eut à peine finit sa phrase qu’elle parla de nouveau. Aâron l’aurait ‘choisie’ il parait. Ou c’est ce qu’elle croyait. Le poison jouant toujours ses tours, affaiblissant sa concentration, il retint uniquement les titres : aider, assassin, redevable et prénom. Son sourire s’accentue d’emblée.

‘ – Je ne suis pas redevable, je suis… comment dire ?... Il pose sa main sur son front puis claque des doigts pour avoir trouvé le mot. Déglingué !

Il regarde Véga d’un regard autant illuminé qu’amusé. Il l'était vraiment! Fou pour avoir but le poison à la place de Véga. Fou pour avoir choisi de se faire mal pour éviter que sa soeur ne soit dérangée. Impardonnablement fou pour avoir agit d'une manière qui met à présent Aâran en danger.

‘ – Il parait que vous êtes d’un naturel très curieux. Vous posez des questions que vous ne devez pas poser. Vous vous aventurez dans des histoires peu accueillantes. Et vous invitez des gens sans pouvoir réellement assurer leur sécurité.

Il se redresse de la coiffeuse s’emparant d’une petite fiole rose puis avance vers l’humaine, ses pas posés et surs, comme ponctuant ses répliques une à une. Il était à présent à quelque centimètre de celle-ci. Posant sa main sur son front, il lui enlève du visage la mèche qui lui cachait ses yeux ; puis il enfonce sa main dans la chevelure de la dame tenant fermement mais délicatement sa tête de sa main d’assassin.  

‘ – Ma jumelle fait partie de vos invités. Et s’il lui arrive quoi que ce soit, vous périrez de la manière la plus… il fit mine de réfléchir. Puis il se contente de sourire à son hôtesse. Ses yeux rouges confirmant les propos qu’il ne prononça pas. Il caressa le restant de la belle chevelure de sa compagne. La laissant faire les calcules et comprendre d’elle-même qui il pourrait être et ce qu'il pourrait lui faire.
Ses yeux s’adoucissaient. Tandis que le feu qui dévorait son corps augmentait d’amblée. Il soupira, extériorisant une douleur qui se voulait plus intense qu’il n’imaginait. Ses mains tenaient l’extrémité des cheveux de l’humaine.

Dans sa main gauche, il tenait la fiole rose fermement.

‘ – Aidez-moi à l’évacuer. Et je vous épargnerai ! Finit-il avec une menace qui sonne plus comme 'Et je vous serai redevable'.

Il lâche la chevelure noire de la dame et se retourne vers la porte cachée par laquelle ils étaient entrés et l’ouvrit. Le flocon rose toujours en main, Aâron s’enfonce dans l’allée obscure ignorant les cris de son corps et les lamentations de son esprit. L’elfe serait-il tombé aussi bas que de demander l’aide d’une humaine ? L'efl, cet elfe, Aâron tomberait aussi bas que possible, vers les ravins de la répugnance et du mépris, pour que sa jumelle reste en vie.

NB-HRP : La fiole contient est un poison qui cause l’arrête de la circulation sanguine.

_________________



Dernière édition par Aâron Ohtar Luthien le Dim 30 Avr - 15:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://hypolais.jeunforum.com/t2777-l-eloge-du-sang-l-itineraire



Vega Aldebarán

avatar

Féminin Nombre de messages : 126
Style de combat : Huilé et musculeux


MessageSujet: Re: Un innocent visiteur [FLASH BACK]   Dim 30 Avr - 13:47

Je ne suis pas redevable, je suis… comment dire ?... Déglingué ! A ce mot, ses doigts claquèrent, menaçant.
S’il avait été humain il aurait peut-être eu les yeux écarquillés, un sourire pervers et le visage empourpré, mais il était bien pire qu’humain ! Ses yeux avaient l’éclat grenat du sang, son sourire, de Prince du machiavélisme, montrait des dents de diamants tranchant et sa peau gardaient  la froideur et la pâleur de la peste.

- Il paraît que vous êtes d’un naturel très curieux. Vous posez des questions que vous ne devez pas poser. Vous vous aventurez dans des histoires peu accueillantes. Et vous invitez des gens sans pouvoir réellement assurer leur sécurité.  
Sa perspicacité placide entremêlée de soubresaut de délire rendait son opposant envoûtant. Elle s’était trompée et Vega ne savait plus comment considérer les choses. Elle se sentait faible et nue devant lui, il avait percé et exposé les faiblesse qu’elle n’osait pas assumer. Vega n’avait que son audace et son visage d’ange pour se battre, aussi elle se sentait d’autant plus insignifiante à cet instant face à cette entité grise.
Il prenait le contrôle, saisissant la jeune noble, comme un aigle enserrant ses griffes sur un roitelet. Vega restait muette.

- Ma jumelle fait partie de vos invités. Et s’il lui arrive quoi que ce soit, vous périrez de la manière la plus…  
Une frénésie affectueuse semblait régir les mouvement du prédateur. La main serré sur une fiole remplit de poison, il ajouta d’une voix fiévreuse.
- Aidez-moi à l’évacuer. Et je vous épargnerai !  

Lorsqu’il relâcha la pression qu’il exerçait sur Vega, elle avait le souffle coupé, les joues rougissante et les yeux piquants. Ses jambes ne voulaient plus supporter son poids.
Vega s’était prononcé rapidement et elle s’était engagée dans un contrat qu’elle ne pourrait pas assurer.  Elle se garda bien de ne pas révéler que ses capacités de soin ne concernaient que des petites blessures, elle avait déjà retenue l’alcool de se répandre dans son sang, elle savait soigner des bleus, mais elle n’avait pas eu à utiliser ses soins sur un autre… elle savait que c’était possible pourtant ! Car elle avait appris à se régénérer auprès d’une faiseuse d’ange qui avait utilisé ces soins sur Vega. Il fallait apprendre et vite.

La Dame suivit son guide dans le couloir sombre jusqu'à la salle de jeu. Le deux soeurs avaient quitté la pièce. Seul Amië et Aaran avaient eu la patience de rester. Vega eu des doutes sur laquelle devait sortir d’ici. Amië était évidemment une hybride, mais elle était commune, la peau brune, ses cheveux rouges relevés détaillant des oreilles arrondies surmontée de fines cornes parées. Son long nez cachait ses lèvres bleues dessinée comme un sourire. Quant à Aaran, elle était lumineuse, et douce, tout en elle semblait bienveillant. Elle était assurément tout l’opposé de … “Mon frère et moi sommes jumeaux, il tient à cœur la mission de me parrainer, ce qui fait de lui un monopoliste dominateur imbattable ! ” ... Jumeaux.
L’évidence perça le coeur de Vega. Elle se sentait stupide et ne put retenir un sourire désespéré.
Elle entra dans la salle. Reprenant sa place dans la lumière, sentant l’ombre peser sur elle.

- Je vois que les jeux sont fini. Amië, pourriez-vous me  laisser avec Aaran je vous prie.

Vega avait perdu en assurance, elle était pâle, les joues rouges et les mains prise de tremblement qu’elle tentait vainement de cacher en agrippant son écharpe en soie.

J'ai eu une idée : tu peux tuer l'une des joueuse xD (je me suis inspirée d'une gerudo de Zelda pour le physique, j'adore les Gerudo !! et j'ai rajouté des petites cornes. C'est une hybride démon je l'avais dit dans un post !  )
Revenir en haut Aller en bas



Aâron Ohtar Luthien

Esprit guerrier de l'épée noire
avatar

Nombre de messages : 60
Style de combat : Mixte & Varié


MessageSujet: Re: Un innocent visiteur [FLASH BACK]   Dim 30 Avr - 15:18



Au bout du couloir, Véga devança Aâron en se rendant vers la salle de jeu. L’hybride, voulant économiser ce qui lui restait de ses forces s’accouda sur le mur, ce geste lui offrit plus de clarté sur ce qui se disait à l’intérieur. L’humaine, ayant fait ses calculs, compris que Aaran était sa jumelle. Et malgré son état lamentable, il en sourit. Comme peut-on associer la beauté parfaite d’Aaran à son hideuse apparence de démon ? Malgré cela, il se sentit fier d’avoir été reconnu… Une fierté qu’il n’avouera qu’à l’obscurité de son esprit.

La dame, Amië sentait le poison. Et ça convenait énormément au plan qu’Aâron envisageait. Bien que tuer une innocente ne l’aurait pas gêné, tuer une personne impliquée lui plaisait plus. Ses doigts trouvèrent une aiguille de poison qui prendrait deux minutes pour achever sa victime. Entrouvrant la porte lors du passage de la dame, l’aiguille fut envoyée vers sa nuque. Avec son expertise, l’aiguille ne rata pas son artère, puis elle se dissipa lorsque Amië porta sa main vers ce qu’elle pensait être ‘une piqure d’insecte’.

A l’intérieur, Aaran regarde Véga. Elle remarque son état inhabituel. Elle porte sa main sur celle de son hôte et amie, la regardant de ses yeux transparents.

‘ – Vous allez bien ? Vous avez l’air pale !

Justifiant la couleur pale de l’hôte par une fatigue suite à l’organisation d’un aussi grand événement. Aaran se mit à chercher dans son petit sac de soirée. Elle en sort une petite capsule d’une couleur verte puis regarde Véga.

‘ – C’est une vitamine qu’Aâron prépare pour moi. Peut être en avez-vous plus besoin ?

La porte de la salle de jeu s’ouvre.

L’être qui rentre porte la même tenue qu’Aâron, mais n’a rien de son démon. Sa peau est blanche, ses yeux sont rouges mais sereins, sur son front trône un tatouage raffiné, ses cheveux lui tombent sur les épaules en cascades fluentes de noirceur et, pardessus tout, il souriait. Le sourire aimable et aimant d’un être qui voit peut être pour la dernière fois sa petite jumelle adorée.

‘ – Excusez-moi pour mon allure peu favorable. Je viens tout juste de rentrer !

Gonen le regarde les yeux grands ouverts. Il ne lui prête aucune attention.

‘ – TOI, tu comptes vraiment mourir aujourd’hui !

Posant la capsule verte sur la table basse Aaran se redresse en sursaut. Elle accourt presque vers son frère, dépoussiérant le haut de sa tenue et le réprimandant du regard. Ses mains s’enroulèrent autour de son bras le rapprochant vers elle ; elle se retourne, le sourire grand et fier.

‘ – Vous avez demandé à voir mon frère ! Je vous présente Aâron, le seul et l’unique !

Aâron fit une légère révérence vers Véga.

‘ – Excusez mon insolente apparence, je ne voulais PLUS attendre, ma sœur m’a beaucoup manqué !

Sa réplique finit par un sourire. Il regardait Aaran et elle lui retournait le regard.

Les pas qui accouraient vers la salle de jeu portaient en eux une perturbation nouvelle. Une perturbation étonnante commençait à s’entendre partout dans le palais. Un appel à l’ordre ; une menace ; une raison pour Véga d’envoyer Aaran loin du danger. On ouvre la porte à moitié ;

‘ – Votre compagne de jeu, Amië, a été empoisonnée. Nous ne pensons pas qu’elle en sortira vivante.

L’intendant garde sa tête clouée au sol. Indigné peut être par la mauvaise nouvelle qu’il annonce. Aaran le regardait bouche bée, tandis qu’Aâron trouvait en lui l’audace de regarder Véga droit dans les yeux.

‘ – Aaran, l’endroit commence à devenir dangereux. Il faudra que tu quittes ! Je resterai au cas où il y’a besoin d’aide.

Il restera, plutôt, parce qu’il ne pouvait pas garder son apparence élfique plus longtemps que ça.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://hypolais.jeunforum.com/t2777-l-eloge-du-sang-l-itineraire



Vega Aldebarán

avatar

Féminin Nombre de messages : 126
Style de combat : Huilé et musculeux


MessageSujet: Re: Un innocent visiteur [FLASH BACK]   Lun 1 Mai - 0:48

Amië s'exécuta sans ajouter de mots.
- Vous allez bien? Vous avez l’air pâle !
Vega arborait un sourire cynique. Elle aurait probablement aimé répondre “merci de me rappeler mon état fragile” pour taquiner Aaran en la mettant mal à l’aise. La jeune Demoiselle s’enquit de toute se bienveillance pour sortir une petite cosse verte comme un haricot.
- C’est une vitamine qu’Aâron prépare pour moi. Peut être en avez-vous plus besoin ?
En voyant la petite gélule Vega eut le goût du poison de l’amertume dans la bouche. Son sourire s’éclipsa en un pincement de lèvres dubitatifs et ses yeux retombaient lassement sur le produit. Vega n’avait pas envie d’avaler quoique ce soit et surtout pas venant du démon derrière la porte.

Aâron entra justement. Maintenant Vega savait le nommer. Il était reconnaissable avec sa tenue. D’ailleurs cette tenue rappelait quelqu’un d'autre lors de la soirée. Il avait prit l’apparence d’un garde, puis d’un démon et maintenant celle d’un elfe. Quel autre rôle avait-il joué? Quel verre “avait-il bu”? Ce n’était pas quand il était en vigile… c’était Grégoire l’intendant !
Chaque fois qu’elle imaginait ces changement de formes, Vega sentait un malaise et un pincement au cœur. Elle n’avait pas de tel pouvoirs et ne connaissait personne qui pouvait faire ça naturellement. Peut-être était-ce un être éthéré, sans forme fixe. Juste une ombre fantomatique qui n’aurait pas dû naitre. Vega avait de la peine, s’il n’était jamais né, elle n’aurait pas pu voir son pouls battre sur ses tempes, ou son parfum chaud et lascif. Elle se mordait la lèvre pour avoir pensé à cela, mais dans tous ses visages, ses traits semblaient avoir les mêmes émotions. Et celle qu’il arborait était belle et pleine de tendresse. Vega jalousait la tendresse partout où elle se trouvait. Encore une pensée à réprimer.

- Excusez-moi pour mon allure peu favorable. Je viens tout juste de rentrer !
Se sentant isolée, la Duchesse avait envie de sauter par la fenêtre pour partir. Trouver un ailleurs, s’il en existe, et laisser les gens vivre entre-eux.
La Dame savait encore feindre un sourire et elle répondit par un silence gai lorsque avec ingénuité, Aaran lui annonça :
- Vous avez demandé à voir mon frère ! Je vous présente Aâron, le seul et l’unique !
- Excusez mon insolente apparence, je ne voulais PLUS attendre, ma sœur m’a beaucoup manqué ! ponctua-t-il dans une révérence.
Vega était trop tendue pour lui rendre ses salutations.
- Je suis incroyablement déçu de le rencontrer ce soir. Vous venez de m’ôter mon meilleur prétexte pour vous revoir.
annonça-t-elle d’un ton aussi affable que possible. A vrai dire toute envie de voir Aâron lui était coupé. La jeune Dame était très généreuse et attentionnée, mais son frère était cruel.
Leur longue démonstration d’affection prit fin avec la précipitations de pas, annonçant des ennuis salvateurs…

- Votre compagne de jeu, Amië, a été empoisonnée. Nous ne pensons pas qu’elle en sortira vivante.
Glissa l’intendant par la porte, n’osant se montrer. C’était peut-être seulement des ennuis alors.
Vega regarda furieusement Aâron qui lui faisait face, goguenard. La Dame ne portait pas vraiment Amië dans ses amies proches, mais ces troubles retomberait sur elle. Son mari faisait plus peur à Vega que le démon.

- Aaran, l’endroit commence à devenir dangereux. Il faudra que tu quittes ! Je resterai au cas où il y’a besoin d’aide.

Son coeur battait fort, ses tremblements avaient disparu au profit d’un vertige immense, le moment aurait été parfait pour s’évanouir. Ou mourir empoisonné. Lorsque dans la précipitation, l’intendant évacua Aaran, son jumeaux repris une apparence de démon. Dans ses rêves, Vega lui sautait à la gorge pour tirer sur ses cheveux, le griffer et le blesser de toute la force dont elle aurait été capable. Elle s’en tint à son silence de peur d’être grossière et alla tourner une petite clef dans la porte afin de ne pas avoir d’ennuis.
Paisible, elle entreprit de s'asseoir sur l’un des sièges d’un confident en velours sombre. Fixant Aâron, elle lui fit signe d’approcher pour honorer au mieux sa part du marché et tenter de le soigner. Elle glissait ses grandes mains délicates sur le dossiers en panne, pressant pensivement chaque coutures jusqu'à rencontrer son “invité”.
Retrouvant une respiration moins saccadés - elle était heureuse de ne pas se corseter dans ces situations - la maîtresse de maison finit par réprimer ses pulsions meurtrières.

- Pourquoi êtes-vous comme ça ? demanda-t-elle, glissant une mèches noire et voluptueuse derrière son oreille. Vous pouvez être qui vous voulez, non ?
ses sourcils se froncèrent, elle ne comprenait pas comment il était devenu cet assassin, laissant sa sœur dans un doute et un silence étrange.
- Elle ne sait pas que vous êtes Grégoire, hmm? Vous êtes si différents, votre soeur est tellement généreuse alors que vous vous préférez la mort !
Revenir en haut Aller en bas



Aâron Ohtar Luthien

Esprit guerrier de l'épée noire
avatar

Nombre de messages : 60
Style de combat : Mixte & Varié


MessageSujet: Re: Un innocent visiteur [FLASH BACK]   Lun 7 Aoû - 16:40



Sa sœur était partie. Plus rien ne le dérangeait, plus rien ne lui importait. Lorsqu’il s’écrasa sur le fauteuil, l’avalanche de douleur l’abattit d’un coup. Jamais, surement, il ne s’était sentit aussi mal. Même lors de ses pires missions. Ce poison n’était pas normal, et ça l’étonnait qu’il soit utilisé sur une humaine… sur cette jeune femme à la façade dure mais aux battements de cœurs si raffinés.  Il la regarde droit dans les yeux. Aussi lamentable soit son état, ses yeux rouges ne criaient pas sa douleur. Il la regardait normalement, froidement comme il avait fait jusque là. Cependant, quelque part dans son âme se trouvait un éclat étrange, une lumière qui lui était inconnue. Jamais, n’avait-il eut besoin d’aide autant que cet instant là… et elle était là, assise, tremblotant presque contre lui.

Elle entrouvre ses lèvres, et une avalanche de questions se poursuivit. Ses répliques prirent une éternité à être dites ; et une foi qu’elle eut finit ; ne nommons pas ça un sourire ou un ricanement, juste un étirement de lèvres, rien de génial. Exactement, il mourrait avant de montrer à sa sœur qui il était, qui ils étaient, et quel sang coulait dans leurs veines.

‘ – Tu viens de sourire, mon cher !

Sa voix eut sur lui comme un effet de réveil. Ses yeux tombent sur le fantôme, Gonen, toujours derrière, observant la situation avec un grand intérêt. Ses lèvres reprirent leur expression aride. Il aurait espéré qu’elle accompagne sa sœur, mais surement, elle allait trouver cette situation avec cette humaine plus intéressante… à observer.

‘ – Je t’assure que c’est ça qu’on appelle un sourire. Mais je n’arrive pas à deviner pourquoi tu souries… te sens-tu héroïque à ce point, où est-ce l’incapacité qui te fait déplorer et rire de ton état ?

Il reporte son attention sur l’humaine, ignorant Gonen qui se mit à observer Véga de prés.

‘ – Un calmant de douleur, fort, ferait l’affaire. Après quelques heurs de sommeil, mon corps devrait pouvoir trouver le remède.

Il n’allait pas répondre aux questions de la demoiselle. Mais il admettait quelque part, fort intérieurement, que sans son aide et sa discrétion son état aurait été beaucoup plus déplorable. Il lève sa main vers le visage de Véga, traçant, des bouts de ses doigts, une légère caresse, allant verticalement de son front…

‘ – On a essayé de vous assassiner, dans votre propre maison !  A mon réveil, on regrettera de l'avoir fait!

… jusqu’à son menton.

Lui dire d’être prudente, lui dire que c’est sa manière d’être reconnaissant, formuler des sentiments dont il ignore l’existence n’a pas de place dans ses serments. Pour son aide, il la remboursera, il la protégera, il la vengera.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://hypolais.jeunforum.com/t2777-l-eloge-du-sang-l-itineraire
 

Un innocent visiteur [FLASH BACK]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Made in Flash Back
» Un professeur un peu spécial... [Flash Back]
» [Flash-back] Such a lonely day, the most loneliest day of my life [Anya ?]
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Touché Coulé. [Flash-Back][Pv Ben]



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Royaume Humain :: Espalion-