Partagez | 
 

 Accord tacite (Nuage Adresil - Aâron Othar Luthien)


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Nuage Adresil

Invité



MessageSujet: Accord tacite (Nuage Adresil - Aâron Othar Luthien)   Dim 4 Oct - 13:23

Message de Nuage Adresil, humaine.

Il pleuvait. Nuage n'aimait pas ça du tout. Elle avait l'habitude de passer ses journée dehors, et donc sans aucune possibilité pour se sécher. Ses vêtements bruns, troués aux coudes et aux genoux, collaient à sa peau censée être pâle. Dans les faits, elle avait de la terre plein les mains, de la boue un peu partout. La rouquine n'était pas forcément une enfant qui rayonnait de propreté - ce n'était pas nouveau- mais elle avait un beau sourire pour contrebalancer tout ça. Et elle savait en tirer profit.
Ce jour là était une mauvaise journée, de toute façon, et pas seulement parce qu'il pleuvait. Nuage n'avait trouvé aucun travail à accomplir, pas même un message à transmettre. Elle avait écouté quelques conversations sans rien découvrir d'intéressant qui pourrait être monnayé, et avait fini par se promener au hasard dans la ville. Mais le fait de se retrouver au milieu du plus grand marché n'avait finalement pas grand chose à voir avec la chance: elle avait terriblement faim et connaissait la ville comme sa poche. Se faisant toute petite, évitant de croiser le regard de qui que ce soit, elle se mit à épier discrètement le contenu des étals en quête de victuailles pas trop difficiles à voler. Le but était de se rassasier, pas de finir la journée en courant pour échapper aux réprimandes des honnêtes gens spoliés de leurs biens.
Quelques pommes bien rouges lui firent envie, tout comme des petits pains qui s'étalaient sur le stand d'un boulanger ou le fumet des fromages. Nuage ne savait plus où donner de la tête. Chacune des odeurs de nourriture qu'elle sentait lui tirait d'horribles gargouillis, qu'elle pensait pouvoir faire taire en portant les mains à son ventre. C'était évidemment peine perdue. Il y avait, en plus, de très nombreux visiteurs à cette heure et la petite voleuse ne doutait pas de parvenir à ses fins. Il suffirait qu'elle trouve l'étal d'un commerçant en pleine discussion et l'attention tournée ailleurs. Si le client se montrait à peu près attentif à la discussion, l'enfant ne devrait pas avoir trop de mal à se saisir de quelque chose de comestible... Si ?
Elle avança encore. Les tentations étaient trop nombreuses, elles se valaient toutes aux yeux de l'affamée.
Elle évita de justesse de heurter deux dames bien habillées qui discutaient de bijoux, pour finalement atteindre un étal de maraîcher. Sans trop savoir ce qu'elle venait de saisir exactement, Nuage avait refermé ses doigts sur un objet rond dont la peau n'était pas exactement lisse. Elle poussa un soupir de plaisir, anticipant d'avance la joie qu'elle aurait à croquer dedans.

 - Bas les pattes petite, tu touches tu paies.  

La rouquine redressa vivement la tête, prise sur le fait par le pauvre vendeur qui avait failli subir l'injustice la plus totale d'être volé alors qu'il était un homme sans doute parfaitement innocent. Mais l'enfant n'avait certainement pas l'intention de renoncer à son repas, même si elle n'avait pas une seule pièce sur elle. Regardant à droite, à gauche, et même derrière elle, elle se fixa sur la silhouette qui avait l'air la plus impressionnante à ses yeux de petite fille. En espérant que ça marche.

 - Papa ! Le monsieur il est méchant, il croit que je veux le voler !  


Elle fourra le fruit de son larcin dans les mains de celui qu'elle avait ainsi choisi. Il n'avait malheureusement aucun trait semblable aux siens, mais ce genre de détails ne faisait pas partie des considérations de la petite. Elle espérait que l'homme aurait pitié d'elle et lui paierait sa nourriture. Ses yeux durs ne semblaient pourtant pas vraiment indiquer un certain penchant pour l'altruisme, mais... Elle avait fait aussi vite qu'elle pouvait pour choisir, pour que ça paraisse spontané. Il ne restait plus qu'à prier. Prête à s'enfuir, Nuage retenait sa respiration en attendant la suite des événements. Peut-être que l'homme trouverait qu'elle avait du culot, et paierait son repas en échange d'un service ? Qui sait...

[HRP: Si ça te dérange que je parte du principe que ton personnage passait juste par là, ou si quoi que ce soit d'autre te dérange, un MP et j'édite !]
Revenir en haut Aller en bas



Aâron Ohtar Luthien

Esprit guerrier de l'épée noire
avatar

Nombre de messages : 62
Style de combat : Mixte & Varié


MessageSujet: Re: Accord tacite (Nuage Adresil - Aâron Othar Luthien)   Ven 9 Oct - 17:38


Accord Tacite

Un autre visage de l'ombre






Il observa la fontaine de sang jusqu’à ce que le corps du duc soit entièrement vidé de tout liquide. Il se redressa, se rendit à la porte et sortit. Derrière lui, il laissait le corps de sa victime sombrer dans la froideur. Sa tenue n’avait pas été salie par le sang, il la dépoussiéra quand par habitude. Puis se bougea le long des couloirs dans une discrétion qu’on lui reconnaissait.  Dans quelques minutes, les gardes qui lui ramenaient à manger allaient se rendre compte du meurtre, mais surtout de son absence ! Il accéléra ses pas sans perturber sa discrétion.

Comme il l’avait calculé, une perturbation s’entendait déjà ; ça lui vola un sourire. A son arrivée vers les couloirs, la lumière du jour l’aveugla. Il lui fallu de bonnes secondes pour s’adapter et reprendre son allure précipitée.

Si le temps et l’expérience lui avaient enseigné une chose : c’est de ne pas faire une boucherie d’un meurtre. Les gardes, qui à présent étaient à sa poursuite, n’allaient pas être tués. A moins qu’ils arrivent à le rattraper et à le reconnaître ! Sautant de la fenêtre, il atterrit dans le jardin arrière de la demeure. Enlevant sa cape noire, il la jeta dans le puis sur son chemin vers la muraille.

Une fois le mur passé, Aâron changea la couleur de ses cheveux du blanc-gris au marron, ses yeux prirent une teinte bleuté ; la forme de son visage devint plus ovale, il se rajouta une petite barbe et la teinte de sa peau fut plus claire. Méconnaissable.

Après deux-trois ruelles, il se joignait déjà à la masse des vendeurs, acheteurs, voleurs…

« - Je ne ferai pas ça si j’étais toi !

Il adressa un regard méprisant à Gonen ; Le fantôme ne lui parlait pas. Son regard était fixé sur une gamine qui volait un fruit à l’insu du vendeur. Aâron, se désintéressa de l’enfant, a peine eut-il avancé trois pas que la gamine l’interpella ‘Papa’. Un long frisson lui parcourut le corps. Il n’acceptera pas de jouer le jeu, c’était trop même pour un mensonge.

Gonen éclatait de rire dans son coin.

Aâron ferma les yeux, respirant doucement, reprenant le contrôle d’un spasme musculaire qui agitait son sourcil droit. De petites choses douces et froides touchèrent sa main droite, il se retrouva, le regard béat, à regarder la pomme dans sa main. Gonen ne le lâchait pas du regard. Tendis qu’une seule chose traversait l’esprit du paria : tout sauf prétendre avoir un lien de sang avec qui que ce soit. Il fixait les yeux de la gamine. Puis se ressaisit. Secouant sa tête, il la baissa de deux centimètres sans bouger ses épaules ; Tendant sa main vers le front de l’enfant, il mit le point de son indexe entre ses sourcils, puis la poussa doucement,

«-Un mètre de distance !

Les gardes arrivaient derrière eux. Il ne s’en soucia point, ils n’allaient pas le reconnaître puisqu’ils cherchaient une figure aux cheveux gris.

Il détourna son regard dérangé vers le marchand. L’homme, bien que robuste, avala sa salive. Le regard d’Aâron, c’est soit le regard venant de l’enfer, soit le regard d’un malade mental. Il lança la pomme vers le vendeur, celle-ci manqua son visage de peu. Essuyant la paume de sa main sur son pantalon,

«- Il y’a surement meilleure marchandise ailleurs !

Ce n’est qu’après cette réplique il détacha son regard de celui du marchant. Frôlant légèrement celui de Gonen. Il se redressa, puis ré-avança sur son chemin,




HRP a écrit:
BON, après je ne sais pas combien de temps, une réponse ! Je pense qu'il faudrait que je te dise une, deux chose : GONEN -Si tu as lu la présentation si non, je te laisse note- est une fantôme qui laisse Aâron la voir. Donc à priori, ton personnage ne la voit pas et ne l'entend pas. Si tu veux une idée exacte de l'apparence actuelle d'Aâron  suit ce lien : ICI  Et bien sur, s'il y'a quelque chose qui ne va pas... Fais moi signe !

_________________



Dernière édition par Aâron Ohtar Luthien le Sam 24 Oct - 21:56, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://hypolais.jeunforum.com/t2777-l-eloge-du-sang-l-itineraire



Nuage Adresil

Invité



MessageSujet: Re: Accord tacite (Nuage Adresil - Aâron Othar Luthien)   Ven 9 Oct - 19:54

Message de Nuage Adresil, humaine.

Nuage espérait. Il aurait été difficile de voir plus d'attente et d'appréhension dans le regard de qui que ce soit. Ce n'était peut-être qu'une pomme, mais c'était de quoi manger, et c'était surtout un vol qui pourrait lui causer bien des ennuis. L'homme comprenait-il le pouvoir qu'il détenait sur elle, à cet instant précis ?
Elle en tout cas, comprit tout de suite lorsque l'inconnu secoua la tête qu'elle n'obtiendrait rien de lui. L'accord tacite qu'elle avait voulu mettre en place venait d'échouer lamentablement, mais la rouquine ne bougea pas. Elle se mit à loucher lorsqu'elle vit un doigt s'approcher de son front, et n'eut même pas un mouvement de recul. Nuage s'était évidemment imaginé que son plan allait se dérouler sans accroc et elle se retrouvait brusquement plongée dans l'imprévu désormais.

L'enfant n'avait pas l'intention de respecter une quelconque distance, fut-ce une distance de sécurité. L'apprentie voleuse aurait juste voulu disparaître: les gardes s'approchaient et même si elle n'avait encore officiellement rien volé elle craignait déjà la sanction. Que faire ? S'enfuir en courant maintenant ne ferait qu'attirer l'attention, aussi elle préféra ne pas bouger. La petite n'eut pas besoin de tourner la tête pour voir que derrière elle, le marchand récupérait son bien. Son ventre poussa un grognement furieux en guise d'adieux à cet encas tant désiré. Au moins, puisqu'il récupérait sa marchandise, il n'allait certainement pas courir après la gamine. Cette dernière était encore en train d'évaluer le degrés d'échec de sa technique. L'homme avait l'air de se poser beaucoup moins de questions: il reprenait son chemin. Sur ses talons on retrouvait évidemment Nuage, qui se disait qu'il valait mieux tenter de maintenir les pseudos liens qu'elle avait prétendu avoir avec lui. Au moins quelques mètres. Et son cerveau très imaginatif de petite fille tournait à plein régime, jusqu'à ce qu'elle atteigne l'illumination.
L'homme n'avait pas rompu leur accord tacite ! La distance demandée, et la remarque sur la faible qualité de son choix, voilà qui selon elle étaient des invitations très claires. Le brun aux yeux bizarrement perturbants venait de lui proposer autre chose. Du moins, c'était l'interprétation d'une gamine de dix ans à propos de la scène qui venait de se dérouler. Alors évidemment elle continua de le suivre. Jusqu'à ce que l'enthousiasme cède la place à la méfiance.
Les grandes personnes ne cherchaient jamais vraiment à aider les plus jeunes. Elles ne cherchaient rien d'autre que leur intérêt personnel et démoniaque, et il fallait donc qu'elle se montre maline. Quel intérêt cet homme avait-il à lui rendre service ?
Nuage se disait qu'elle pourrait évidemment se montrer utile, que ce soit par la connaissance de la ville ou de ses milieux plus ou moins fermés. Mais elle avait aussi conscience qu'elle passait surtout pour une voleuse ratée. Il fallait donc avant tout s'assurer de la bienveillance de son interlocuteur. Nuage attendit.
Les mètres s'enchaînaient sans qu'elle ne fasse ni ne dise rien de compromettant, et ce jusqu'au point de rupture. Comptait-il vraiment l'aider ? Pour elle, qui avait plus ou moins brillamment interprété ses paroles, ça ne faisait aucun doute. Et il fallait alors le rappeler à ses engagements.
La gamine se mit à trottiner vers lui, attrapa d'une main les vêtements du brun aux yeux dérangeants en oubliant totalement qu'elle l'avait choisi quelques instants plutôt parce qu'il était imposant - d'après elle. Elle voulait qu'il ralentisse, qu'il s'arrête, qu'il la regarde. Qu'il lui explique.

 - Alors, elles sont où les marchandises mieux ?  

Elle secoua la tête pour remettre " en place" ses cheveux roux désordonnés, et gratifia l'inconnu d'un sourire. Toujours sourire quand on demandait quelque chose, c'était une règle primordiale.

 - Parce que maintenant, si tu montres pas t'es un menteur.  


Et vu le froncement de sourcilds et le regard noir de l'enfant, on se doutait bien qu'elle n'aimait pas ça. Ça venait aussi un peu du fait qu'elle avait vraiment faim. La nécessité de proposer un marché, un compromis pour augmenter ses chances devint néanmoins irréfutable pour elle.

 - Je te rendrai un service si tu m'aides.
Revenir en haut Aller en bas



Aâron Ohtar Luthien

Esprit guerrier de l'épée noire
avatar

Nombre de messages : 62
Style de combat : Mixte & Varié


MessageSujet: Re: Accord tacite (Nuage Adresil - Aâron Othar Luthien)   Ven 9 Oct - 22:11




Il la devança de quelques pas et, elle le… suivit ! S’était-il trompé de réponse ? Croyait-elle vraiment qu’il jouait à son petit jeu? Dans sa petite tête, il se rappela de ses réponses : Son espace de sécurité… et, ce qui semblait être –après une petite réflexion- une invitation ! Dans vouloir se prêter au jeu, il avait joué. Ce qui justifiait les regards curieux que portait Gonen envers la gamine. Elle l’examinait de près, soufflait sur les cheveux roux de la fille, ceux-ci, comme caressés par le vent, bougeaient.

« -Elle est vraiment maigre !

Annonça-t-elle. Comme si le regard aiguisé d’Aâron ne l’avait pas remarqué ! Il ne lui adressa pas de regard puisque pour le faire, il devra se retourner vers l’enfant !

Ses pas allaient dans une cadence rythmée. Les gardes désemparés qui courraient à droite et à gauche l’amusaient. Mais il avait cette étrange situation à arranger. Les quelques pas de marche furent qu’il retrouva son calme. L’enfant devra partir et, il ne l’enverra pas agressivement tant qu’elle se tient à la règle ! Mais bien trop impudente –ou juste tout simplement affamée- elle attrapa son vêtement. Il caressa ses cheveux, se massa l’épaule droite, respira profondément,  puis…

Les marchandises, le mensonge et… un service ? Quel service pouvait-elle bien rendre ?

Il s’arrêta brusquement. Se retourna puis fit le même geste qu’avant, son doigt au centre de ses sourcil et il la poussa la longueur de son bras. Moins brusque et moins énervé, tant que personne ne prétendait être de son sang, tout allait super bien, parfaitement bien ! D’ailleurs, il venait d’être payé pour le meurtre de monsieur le duc, il pouvait bien épargner quelques pièces pour une gamine… bien qu’insolente !

« -Gonen,

Commença-t-il de sa voix à la tonalité basse et rocailleuse ; Gonen était-là et le regardait étonnée.

« -Les mômes, ils aiment manger quoi ?

Elle lui fit un sourire narquois, elle reconnaissait son angoisse ; bien qu’elle n’ait rien à voir avec l’angoisse qui le parcourt quand il sait que sa sœur reçoit des invités, et/ou lorsqu’il doit les entretenir.

Gonen s’amusa à prendre des positions de réflexion profonde.  Puis souriant au paria de toutes ses dents, elle décida de disparaître. Elle l’observera de loin et en éprouvera le bonheur le plus exquis.

Seul face à l’enfant, -car la présence de Gonen, même s’il était seul à la voir, lui était d’un étrange soutient moral-, il la regarda, regarda ses yeux noirs ; Il s’éloigna d’un pas tout en lui faisant toujours face.

« -Je ne t’appellerai pas ‘môme’ si je connaissais ton prénom ; Mais même si je le connaissais, je doute m’en rappeler car je n’espère pas une seconde rencontre ;

Il la pointa du doigt,

« -Tu... ... ... ... veux manger quoi ?



HRP a écrit:
J'aime bien ta réponse ;)

_________________



Dernière édition par Aâron Ohtar Luthien le Sam 24 Oct - 21:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://hypolais.jeunforum.com/t2777-l-eloge-du-sang-l-itineraire



Nuage Adresil

Invité



MessageSujet: Re: Accord tacite (Nuage Adresil - Aâron Othar Luthien)   Lun 12 Oct - 19:49

Message de Nuage Adresil, humaine.

Les cheveux de Nuage volaient au vent, mais la petite ne comprenait pas vraiment. Lorsqu'elle regardait à droite ou à gauche elle n'apercevait pas de vent autour d'elle, mais la rouquine se plaisait à ralentir la chute de ses bouclettes en souriant. Elle ne comprenait pas vraiment comment fonctionnait tout ça, mais elle lui trouvait tout un tas d'utilités plus ou moins drôles. Ce qui était beaucoup moins drôle, c'était le geste qu'avait fait l'homme lorsqu'il s'était retourné. Le brun s'était massé l'épaule. Instinctivement, Nuage se protégea le visage avec ses mains en terminant sa proposition de service. Il allait la frapper. C'était sûr et certain !
Voilà l'incarnation de ce qu'elle pensait plus tôt : les grandes personnes ne pensaient qu'à leur intérêt. Ils utilisaient la violence dès qu'ils savaient avoir l'avantage, et ce ne serait pas la première fois que quelqu'un voulait se débarrasser de cette manière de la gamine. Seulement le coup ne vint pas. L'homme aux yeux étranges la poussa encore avec son doigt, et Nuage ne tenta pas de résister. Elle entendit juste la voix basse de son « partenaire », sans parvenir à comprendre ce qu'il disait exactement. Une idée ? Un indice sur son prochain repas ?
S'il n'avait pas failli la frapper, elle se serait très certainement approchée pour écouter. Mais la vision de l'homme en train de s'échauffer l'épaule l'effrayait encore assez pour qu'elle se tienne un petit peu à carreau. Elle ne baissa néanmoins pas les yeux quand il chercha à croiser son regard, fixant son regard bizarre. Mais il fit un pas en arrière.
Un pas en... Arrière ? La gamine fronça les sourcils dans sa direction, comme si elle le prenait pour le spécimen d'adulte le plus étrange qu'elle ai pu croiser. Elle ne faisait tout de même pas si peur que ça ?!
Et puis, la rouquine n'aimait pas qu'on l'appelle « môme ». Elle n'aimait pas avoir l'impression de n'être qu'une gamine parmi tant d'autres. Elle était Nuage ! Elle serait un jour une vraie princesse ! Et le monde entier connaîtrait son nom. En particulier cet homme bizarre.

Je m'appelle Nuage ! Et un jour tu seras obligé de connaître mon prénom, parce que je serai princesse !


Elle lui fit un grand sourire plein d'innocence et de conviction, que n'importe quel adulte normalement constitué n'aurait pas envie de décevoir. Par contre, lorsqu'il la pointa du doigt à 3 pas de distance, elle fronça à nouveau les sourcils. Ça lui donnait vraiment l'impression de l'effrayer, lui, le grand qui lui voulait du mal un peu plus tôt et qui n'avait même pas voulu lui payer sa pomme. Ce serait bien fait, peut-être que la prochaine fois il rendrait service au lui de faire attendre tout l monde pour retourner au point de départ.

-J'aime bien manger des pommes, et puis du pain aussi.


Il valait mieux donner des choses qui se conservaient quelques temps. Car même si le pain séchait assez vite, il suffisait de le mouiller pour le rendre aussi peu ragoûtant que consommable. Et tout naturellement, elle se mit à rire, parce que les adultes ne demandaient jamais ce qu'elle aimait manger d'habitude. Ils se déclaraient bien assez généreux de lui laisser des miettes.

-Et toi, t'aimes quoi comme services ? Et puis, qu'est-ce que tu regardes derrière moi, y a personne !

Elle ne tourna pas la tête pour vérifier, elle n'en voyait pas l'utilité avec une vision comme la sienne et ne se doutait pas que ça pouvait paraître bizarre. Pourtant, elle observait les étals dans son dos sans avoir besoin de bouger.

-C'est le monsieur en bleu ? Il retourne juste ses fromages hein ! Faut pas en faire tout un plat.  
Revenir en haut Aller en bas



Aâron Ohtar Luthien

Esprit guerrier de l'épée noire
avatar

Nombre de messages : 62
Style de combat : Mixte & Varié


MessageSujet: Re: Accord tacite (Nuage Adresil - Aâron Othar Luthien)   Ven 16 Oct - 22:45




Si seulement c’était un autre prénom ; quelque chose d’assez étrange, suffisamment pour qu’il ne la garde pas dans son esprit, pour qu’il n’y pense point ! Pourtant, elle lui annonça que son prénom était ‘Nuage’. Parmi tous les mots possibles, NUAGE ! Voilà une personne de plus qu’il n’oubliera pas pour grâce à son prénom. Il leva sa tête au ciel, quelques nuages y rodaient ; Nuage et un jour elle deviendra princesse ! Bien dommage, Aâron ne connaît et ne connaitra qu’une princesse, qu’une reine, qu’une seule déesse digne de louanges et de respects : Sa sœur. A cette pensée il se rendit compte qu’elle lui manquait ! Il allait devoir faire vite pour rentrer l’enlacer et l’écouter raconter ses aventures quotidiennes.

Les envies de l’enfant furent simples : Des pommes et du pain ! ‘Pas assez’, aurait rugis sa sœur qui, à toute occasion ne manquait pas à remplir la table de service de son frère de toutes sortes de nourritures. Les sucreries n’étaient pas son fort mais il les mangeait pour lui faire plaisir ; Pour sa sœur, il mangerait même ces biscuits fortement sucrés dont même l’odeur lui donnait des nausées.

‘- Derrière-toi, y’a pas que le monsieur !

Finit-il en inclinant la tête.

‘- Tu vas pas tenir tête à une enfant !

S’étonna Gonen. Il la fixa, lui sourit, cligna des yeux trois fois successives puis ramena de nouveau son regard vers…

‘- Nu… age ! Un mètre de distance !

Affirma-t-il avant de se retourner. Son équation était toujours simple : Quand il décidait de faire quelque chose, il la faisait bien. Donc ce fut pour lui d’une extrême banalité de choisir, dans la ruelle à coté, le restaurant qui lui paraissait le plus luxueux. Il s’arrêta devant la grande façade, regarda à l’intérieur à travers les fenêtres, puis se retourna et rebroussa son chemin vers un autre qu’il avait dépassé. Il appréciait mieux les couleurs, l’odeur, la propreté et, sans besoin de le dire, le calme et la discrétion du lieu. Ne se retournant point, il avança vers le restaurant, le portier lui ouvrit la porte. De l’intérieur, même si la lumière du jour éclairait, l’esprit artistique des propriétaires les fit rajouter des bougies sur les tables, sur les murs en dessous des tableaux  de moyenne qualité sur lesquels Aâron ne s’attarda point ; Son regard scrutait le lieu pour la meilleure table possible. Gonen s’interposa entre lui et ses observations, un regard d’évidence sur le visage.

Il se retourna illico.

Le portier avait arrêté l’enfant à la porte.

Il les rejoint.

‘- A moins qu’on t’ait employé pour arrêter les clients, je ne vois pas pourquoi tu la retardes à l’entrée !

Le regard abasourdit du portier  ne fit rire que Gonen.

‘- tsk,

Aâron retourna son regard, le portier avança vers lui la tête baissée ; Aâron se soucia deux secondes de la proximité de l’employé, celui-ci s’arrêta à un mètre et demi. Le paria fut soulagé.

‘- Je m’excuse, monsieur !

‘- C’est le monde à l’envers ou ta …

S’arrêtant et regardant le portier, il leva la main pointant sa tête ;

‘- Ton cerveau est à l’envers, hen !


_________________



Dernière édition par Aâron Ohtar Luthien le Sam 24 Oct - 21:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://hypolais.jeunforum.com/t2777-l-eloge-du-sang-l-itineraire



Nuage Adresil

Invité



MessageSujet: Re: Accord tacite (Nuage Adresil - Aâron Othar Luthien)   Mer 21 Oct - 21:25

Message de Nuage Adresil, humaine.

L'homme avait raison. Derrière elle, il n'y avait pas que le monsieur, mais il était certainement la seule personne qui pouvait avoir un quelconque intérêt. Elle ne percevait, à part lui, que des passants lambda qui étaient loin de susciter une curiosité particulière. Pourtant, toujours sans bouger, les yeux de la fillette scrutaient le paysage derrière, pour tenter de comprendre. En vain.
L'homme aux yeux bizarre sembla sourire à une personne située derrière Nuage, avant de cligner plusieurs fois des yeux - comme s'il avait une poussière à l'intérieur. Mais la gamine s'en désintéressait. Ce qui lui importait, c'était la nourriture, et le maintien de leur petit accord. Elle l'entendit hacher son prénom avant de la sommer de rester à une certaine distance. Mais la petite n'avait pas spécialement d'idée de ce que ça pouvait bien représenter " un mètre". Elle se contenta de marcher un peu plus loin, en essayant de maintenir entre eux une distance régulière - comme si être trop loin de lui serait aussi une infraction à cette nouvelle règle.
Ils se dirigèrent donc vers une petite ruelle proche du marché, mais dont l'ambiance était résolument différente: plus calme et plus luxueuse. Nuage passait parfois dans ce coin, mais elle ne s'y attardait jamais car voler ici était synonyme de beaucoup plus d'ennuis que sur le marché au cas où elle se ferait prendre la main dans le sac. Elle commençait à se demander si l'homme n'était pas sérieusement en train de lui tendre un piège, du genre l'amener ici pour crier au voleur et l'accuser. Nuage se méfiait de lui. En plus, ses consignes étaient difficiles à suivre ! Lorsqu'il rebroussa chemin, elle s'échina à trouver une manière de rester à "un mètre" de lui, sans succès. Et il n'avait même pas eu l'air de trouver ça grave.
C'était bien la peine de donner des consignes, si elles ne comptaient pas ! Mais la rouquine respecta quand même l'ordre donné - du moins elle y mit toute sa bonne volonté - laissant finalement plutôt deux mètres qu'un seul entre eux.
Son " camarade" entra dans un restaurant. Un de ceux dans lesquels Nuage n'aurait jamais imaginé mettre un pied de toute sa vie. La gamine prit une grande inspiration, s'avança pour le suivre. Les couleurs, le décor, les odeurs, tout était magique et...
Une main sur son épaule stoppa net son avancée et son émerveillement.

 - Eh gamine ! C'est pas un endroit pour ceux comme toi ici.  


La rouquine, énervée, releva la tête vers l'adulte qui venait de l'arrêter à l'entrée. Elle soupira. Que pouvait-elle faire ? Elle s'était bien faite avoir, comme elle le craignait. Tant pis, elle n'avait plus qu'à faire une croix sur la nourriture et la bonne odeur qu'elle sentait ici. Plus qu'à tenter d'oublier les bruits de son ventre affamé, et retourner chaparder quelque chose au marché. Voilà une bonne option. Nuage commença à se retourner, pour tourner définitivement le dos à ce rêve auquel elle avait cru...
L'homme les avait rejoint. Mieux que ça, il disputait le portier qui avait l'air de ne plus rien comprendre à son métier, et la petite regardait la scène avec presque des étoiles dans les yeux. Elle suivit la conversation en silence, sans quitter des yeux les deux interlocuteurs, jusqu'au moment où l'homme expliqua carrément au portier qu'il devait avoir le cerveau à l'envers.
Novice en à peu près tout, Nuage cherchait les conséquences d'une telle affirmation. Ça voulait dire qu'il voyait à l'envers ? Qu'il voyait mal ? Qu'il comprenait l'inverse des choses ? Qu'il bougeait sa main droite en voulant bouger la gauche ? La petite fille n'aurait pas su dire. Elle se contenta de fixer l'homme qui l'avait amenée ici. Il avait gagné toute sa confiance.
Le portier abasourdi finit par leur indiquer de choisir une table- sûrement pour éviter de vexer l'homme en lui donnant un ordre, d'après Nuage. Elle n'avait pas l'habitude des restaurants, de leur manière de fonctionner, ou de la politesse en vigueur à l'intérieur. La gamine trottina derrière son acolyte du moment, se pliant à son choix de table, et prit la parole lorsqu'ils furent largement éloignés de la porte.

 - Merci monsieur ! T'es le plus gentil des grands personnes que je connais, tu sais ?
 

Elle s'installa en face de lui, salissant le siège avec ses chaussures pleines de terre, étant obligée d'être à genoux sur le siège pour se trouver suffisamment haute et pas trop ridicule.

 - Bon, faudra quand même vraiment que tu me dises ce que t'aimes bien comme service, hein !  


Parce qu'à vrai dire, elle avait un peu peur qu'avec tout ce qu'il faisait pour elle - comme la nourrir et la faire entrer ici - il exige une part astronomique, c'est à dire un service énorme. Parce qu'elle ne serait pas vraiment en droit de refuser de l'aider.
Affamée, la petite n'osa pas s'emparer réellement du pain qui ornait une corbeille au centre de la table. Elle passa son doigt dessus, récupérant la farine qu'elle fit tomber, tout en ralentissant sa chute. Les grains étaient si légers qu'ils semblaient presque stoppés, alors qu'il continuaient leur course au ralentit. 5 secondes plus tard, tout reprenait une vitesse normale, et la table se teinta ensuite de blanc.

 - T'as déjà mangé ici ? Y a quoi à manger ? C'est bon ? Ça doit coûter très cher, alors moi j'y vais jamais. Sauf des fois, dans un autre restaurant, pour écouter quand les gens parlent. Y a le cuisinier qui m'aime bien, il me fait rentrer par la porte de derrière et je me cache.  


Elle fit un grand sourire à celui qui l'avait invitée ici. Tout à fait naturellement, comme si elle lui parlait de sa passion pour le tricot.
Revenir en haut Aller en bas



Aâron Ohtar Luthien

Esprit guerrier de l'épée noire
avatar

Nombre de messages : 62
Style de combat : Mixte & Varié


MessageSujet: Re: Accord tacite (Nuage Adresil - Aâron Othar Luthien)   Jeu 22 Oct - 21:16




Qu’est ce qui lui arrivait ? Sous sa chaire, partout dans ses veines et, concentrée au bas de son coup cette sensation dérangeante. Il frissonnât et espéra qu’on ne l’eut pas remarqué. Gonen l’avait vu, elle vint taper sur son épaule comme pour le calmer. Son regard fixé sur cet homme abrutit ne bougeait pas. De longues secondes pesantes  puis, le serveur s’excusa –à moitié cœur- à la gamine. Comme évaporée, la sensation dérangeante disparut.

-‘ Heureusement qu’il s’est excusé !

Attesta Gonen. Heureusement, certes ! Car sinon, le sang de l’assassin allait bouillir à un point qu’il ne lui restera pas de choix. Les images de meurtre envisageable le submergeaient : éclater la tête du portier au mur, l’étouffer avec sa propre cravate, ou faire les choses dans le calme et le tuer d’un aiguille empoisonnée. Heureusement que le portier s’excusa. Il lui fallut une seconde pour chasser ces images ensanglantées de sa tête –Qu’il n’agita pas-. Il se retourna voir que le portier leur choisissait une table, tant mieux pour ce choix ! Aâron allait choisir une table un peu plus discrète au fond, mais celle-là au centre lui plaisait. ‘Laisse-les voir’ pensait-il à l’intension des regards des serveurs et du chef cuisinier, les chuchotements se faisaient discrets mais il les entendait ! Aussi distinctement qu’il entendait parler Nuage. Elle le remerciait l’identifiant comme le plus gentil des adultes qu’elle a croisée. Elle lui rappela qu’il lui devra un service après tout ça, mais ce n’est surement pas le service qui le faisait agir ainsi.

Aâron s’installât ; Et le serveur étaient très en retard à son gout. Il voulait faire vite et revenir vers sa soeurette. Continuant sa mine de conversation, la gamine lui posaient pleins de questions : S’il venait souvent ici, s’il savait ce qu’on y servait, si c’était bon ? La nourriture humaine n’a jamais été à la hauteur pour lui ; Quelque part, les repas qu’il avait mangés dans les terres des elfes avaient dans sa mémoire un goût presque divin.

Nuage toucha une corbeille de pain qu’elle fit tomber. Un bout de pain allait atterrir sur les genoux du demi-elfe. A vitesse inhumaine, il récupéra la cuillère devant lui, l’envoya sur le bout de pain qui fut cloué quelque part au plafond. Mine de n’avoir rien fait, il leva la main au serveur son sourcil gauche contracté, le serveur arrivât avec ses menus en main. Aâron ne put cacher son air de dégout.

-‘ Bien que je ne me retrouverai jamais dans ta situation, mais, si je devais servir dans un restaurant comme le vôtre, je verrai necessaire de nettoyer la table avant de présenter les menus. ET …

Il retourna son regard vers Nuage ;

-‘ Les gens n’ont rien d’intéressant à dire !

Une réponse qu’il adressa à Nuage qui allait aux restaurants pour ‘écouter les gens parler’. Justement, derrière-eux, une famille dont la mère au regard hautain réprimandait son enfant qui ne se tenait pas droit. A leur droite, les deux gentlemans dégustaient un café à l’arome très forte se demandant pourquoi le bout de pain s’était cloué au mur et supposait que c’était une pure coïncidence. Que des banalités qui lui donnaient la nausée. Mais maintenant qu’il était là, il allait assumer sa décision.

Le garçon revint pour nettoyer la table. Le paria en profita pour augmenter la tension du personnel du restaurant.

-‘ Non, je ne suis jamais venu ici et, à moins que le service ne s'améliore, je n'aurai pas de raison d'y revenir !

Comme pour ponctuer sa réplique, la fourchette au plafond tomba à terre et le pain roula vers un petit chat à la porte. Peut-être qu’il en avait fait un peu trop ? C’est juste qu’il refusait se faire passer pour quelqu’un d’autre quand il n’a rien à en tirer.
Le garçon leur présenta le menu. Les bras croisés et accoté sur le dossier de sa chaise Aâron expliqua,

-‘ Un service de chaque plat.

Le jeune homme le regarda comme en se demandant pourquoi ce client l’avait fait ramené les menus, nettoyé la table, et re-ramené le menu si la commande était aussi simple. Quand il recalcula la commande d’Aâron, son regard fut un peu plus étonné, TOUS LES PLATS ?

-‘ Et vous mademoiselle ?

-‘ La même chose !

Rétorqua Aâron. Si elle n’allait pas aux restaurants, c’est qu’elle ne comprendra rien au menu ou qu’elle ne saura pas le lire. Le garçon partit.  Peu de temps après, la table fut pleine de salades d’entrée. On installa des plats vides devant les deux clients. Aâron se servit la salade qui sentait le mieux, il leva l’assiette vers son nez s’assurer de l’odeur ; ayant finalement décidé de manger il prit sa nouvelle fourchette en main et la fourra dans les légumes qu’il ramena vers sa bouche, cependant il s’arrêta sa main et regarda Nuage un regard qui dura quelques secondes.

-‘ Réapprends aux gens comment il faut manger; manges comme tu veux !

Remarqua-t-il ayant l’air de marquer un point. Il ne pensait pas qu’elle allait se tenir aux étiques de table d’une part, puis d’une autre, les étiques ne servaient qu’aux apparences et nuisaient à la chose la plus importante sur table : Déguster.  



_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://hypolais.jeunforum.com/t2777-l-eloge-du-sang-l-itineraire



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Accord tacite (Nuage Adresil - Aâron Othar Luthien)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Accord tacite (Nuage Adresil - Aâron Othar Luthien)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement
» 2# Entrainement de Nuage de Framboise [A votre avis !]
» Entrainement de Nuage de Nenuphar n°1
» 2ème entraînement de Nuage Capricieux
» Entraination de Nuage Epineux !



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Bavardages [H-RP] :: Archives-