Partagez | 
 

 Cours de botanique (pv : Nancy)


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Subraya Druth

Fondatrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 846
Style de combat : Dragon bourrin

Haut-fait : Vieux d'la vieille

MessageSujet: Cours de botanique (pv : Nancy)   Ven 2 Oct - 11:18

Subraya rentrait chez elle après avoir vécu des aventures en territoire démoniaque. Elle posa son énorme sac à dos bien plus gros qu'elle dans un coin à côté de la porte. Elle prit l'agave nommé « sucre de guêpes1 » qu'elle posa avec son pot sur la table du séjour et éternua un grand coup. La poussière n'avait pas prit de vacances et avait continué de se poser sur les meubles.

Quelques jours plus tard.
La maison sentait le frais et la fenêtre ouverte laissait une brise fraîche traverser le séjour. C'était la pièce principale de la maison, la porte d'entrée menait directement dedans. Et 3 fenêtres éclairaient la pièces. Devant la fenêtre du coin, il y avait maintenant une jardinière où poussait timidement la fameuse plante exotique.
Au fond des placards, Subraya avait retrouvé de vieux gâteaux moisis, elle s'empressa d'aller les jeter dehors, derrière un buisson, là où les fourmis et les champignons pourront faire leur travail sans gêner personne. Et en sortant dehors, elle entendit tout un raffut venant de plus loin dans le village. Elle décida d'aller voir, malgré sa chemise trop légère pour rester dehors bien longtemps.

1/ Dans mon précédent rp, j'ai inventé cette plante qui guérit les contusions et les crampes.
Revenir en haut Aller en bas



Nancy'Whiskey

avatar

Féminin Nombre de messages : 46
Style de combat : massacrante


MessageSujet: Re: Cours de botanique (pv : Nancy)   Ven 2 Oct - 12:56

Nancy était très énervée ; courroucée, exaspérée ; blanche de rage. Pour plusieurs raisons. La première c’était qu’elle avait faim. Et qu’elle était un peu perdue. Mais la vraie raison c’est qu’une bande de goujats d’elfes lui avaient gentiment demandé de les suivre, tout en tirant leurs armes et en l’encadrant bien innocemment, sous prétexte qu’elle foulait un territoire sur lequel elle n’avait rien à faire.

Or Nancy était une sorcière. Pour ces dames, il n’existait pas de sanctuaire inviolable. L’idée même qu’on puisse leur interdire le passage les rendait irritables. Voir une porte fermée, un cordon de sécurité ou tout autre chose revenait à inévitablement piquer leur curiosité. Et elle considéraient que si ces moyens servaient à arrêter tout le monde, elle n’étaient pas tout le monde et que donc ça ne les concernaient pas.

Hors voilà que trois grands échalas l’avaient donc ramené dans un village alors qu’elle cueillait des herbes et remplissait son herbier de voyage. Non mais dites-donc ! Et ils ne s’excusaient même pas.
Arrivée sur ce qu’elle pensa être une des places centrale, elle explosa :
« non mais y en a marre ! C’est quoi se bazar, vociféra-t-elle en frappant durement de sa canne l’un des elfes ahuris. Vous menacez une vieille dame respectable, vous l’amenez chez vous contre sa volonté, et vous ne lui offrez ni chaise ni thé ni gâteaux ? Ça va faire du chafouin c’est moi qui vous le dit ! Les sorcières sont des êtres libres ! Elles ne souffrent aucune frontière ! Je suis sûre que même ici certains ne seraient pas là pour parler si une sorcière ne vous avait mis au monde pendant que votre bonne fée de mère essayait d’expulser votre face immonde de son trou à pisse ! Alors touchez-moi encore tas de galurons aux oreilles pointues, et je vous garantis que je vous tape tellement fort sur le crâne avec ma canne pour vous remettre les idées en place que votre cervelet sortira brièvement par votre trou du cul !».

Et, devant un parterre soudain rempli de fées et d’elfes ahuris elle commença à vider le contenu de son sac. S’entassèrent pêle-mêle un petit chaudron, une brosse à cheveux et tout un nécessaire de voyage. Mais surtout, à côté, soigneusement plié, de petits échantillons d’herbe et de fruits, certains encore à moitié enraciné dans de petits sacs de terre, afin d’être soigneusement replantés.
« Je ne fais rien de mal que d’étudier et collecter des plantes pour apporter un peu de raffinement dans ce monde. Alors quand vous croisez une sorcière, soyez polis merde ! ».
Et, entraînée par sa rage, elle entreprit de s’apaiser en se sifflant une bonne grosse lampée de cognac de sa réserve fétiche.

Du coin de l’œil elle aperçut une petite fée toute mignonne arriver en trottinant l'air curieuse, et peu vêtue pour cette matinée frisquette.

_________________
Si tu veux dire des mots, va donc te bouffer un savon. Et sers-moi un cognac en passant.
Revenir en haut Aller en bas



Subraya Druth

Fondatrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 846
Style de combat : Dragon bourrin

Haut-fait : Vieux d'la vieille

MessageSujet: Re: Cours de botanique (pv : Nancy)   Dim 4 Oct - 20:21

Il y avait quelqu'un qui geignait très fort, qui criait ou insultait même. Au fur et à mesure que Subraya se rapprochait, elle se rendait compte du langage fleuri qui inondait le village. Elle se rapprocha de la petite foule qui s'était rassemblé sur la place pour voir quel été ce moulin à parole, cette fontaine à insultes.
La foule étant composée quasiment exclusivement de gens du village, et donc, au courant de la situation de Subraya, ils la laissèrent approcher. Et ceux même si la situation et le vocabulaire fleurit n'était pas fait pour les enfants.
Une sorcière avait été arrêté par la garde et ramené dans le village sous bonne escorte.
De quoi elle se plaignait, cette sorcière ? Il y a encore pas si longtemps que ça, c'était la norme. On ne laissait pas n'importe qui rentrer dans la forêt. Subraya estimait que ça aurait dû rester comme cela. Anciennement militaire, elle en avait hérité une certaine rigueur, ou parano, c'est au choix.
Subraya commença à observer le capharnaüm que la sorcière sortait de son sac, en s'approchant de plus en plus. La petite fée observant attentivement chaque objet, sauf la brosse à dent. Et s'assura qu'il n'y avait rien de dangereux. Subraya n'était pas magicienne. Si jamais il y avait là dedans un objet maudit ou de quoi lancé un mauvais sort, elle ne le saurait pas. Il y avait dans les affaires de la sorcière tout un tas de plantes. En même temps rien d'étonnant, elle devait faire des potions. Elle devait s'y connaître en plantes.
Subraya n'y connaissait rien en plante, malgré qu'elle tentait de se lancer dans la botanique. Bon, elle savait à peu près quoi manger dans la forêt blanche, mais pas plus. Ça pourrait être intéressant pour la fée d'apprendre quelques trucs de la pare de ce moulin à parole.
La fée se rapprocha alors des gardes qui l'avaient amenés ici et leur demanda en parlant à voix basse :
« Que s'est-il passé ?
- On l'a trouvé près du cimetière, elle avait l'air de faire des trucs pas net. »

En bref, soit elle était dangereuse, soit on l'avait arrêté pour délit de faciès. Et au vus des visages des gardes, même eux n'étaient pas très sûr, malgré l'air qu'ils se donnaient.
Personne ici ne s'y connaissait vraiment en magie, en tout cas, pas en magie de sorcière. Personne ici n'était donc en mesure de déterminer si la sorcière était dangereuse ou pas. Même si une sorcière restait toujours dangereuse par nature.
Subraya voulait demander à la sorcière de lui apprendre quelques trucs, mais elle ne voulait pas prendre non plus un trop gros risque pour le village. Alors, elle réfléchissait à une manière d'arriver à ses fins. Et alors qu'elle réfléchissait, l'air frais commençais à l’engouffrer dans ses vêtements et sa peau se hérissait sous sa chemise. En resserrant les bras autour d'elle elle proposa :
« Puisque vous aurez du mal à l'amener jusqu'au poste de garde, pourquoi ne pas allez chez-moi, le temps que vous rameniez quelqu'un qui sera capable de juger de sa magie ? »
Certains badauds trouvèrent l'idée mal venus. Et l'un des elfes présents marmonna qu'on invitait pas les danger publics chez soit. Les gardes-eux, ne semblaient pas comprendre ce que Subraya pensaient pouvoir faire qu'ils ne puissent faire eux-même. L'un d'eux, conseilla même à la fée d'annuler cette invitation, d'un air de dire que c'était trop dangereux, mais la fée rétorqua, qu'il pouvait très bien rester avec elle pour surveiller la nouvelle venue.
C'est alors à contre cœur, que le garde, nommé Aldris, se senti un peu forcé d'acquiescer à la demande de Subraya.
Revenir en haut Aller en bas



Nancy'Whiskey

avatar

Féminin Nombre de messages : 46
Style de combat : massacrante


MessageSujet: Re: Cours de botanique (pv : Nancy)   Mar 6 Oct - 12:53

Après avoir bien pousser sa soufflante et (littéralement) vidé son sac, Nancy entreprit de le re-remplir tout en se garnissant allègrement la gorge de cognac plus ou moins en douce, sans cesser de maugréer.

La petite fée qu’elle avait observée du coin de l’œil s’entretenait maintenant avec les gardes. Visiblement, à la façon dont ces derniers se comportaient, à savoir qu’ils montraient des égards envers elle, elle devait avoir une certaine influence sur la communauté. Immédiatement Nan’ la rangea dans la catégorie « à se mettre sous le coude ». Il faut dire qu’elle en imposait même dans sa chemisette presque transparente. On sentait une certaine confiance en elle.

Comme elle était un peu dans la merde même si elle refusait de voir la chose ainsi, Nancy se dit que c’était peut-être une bonne idée de se mettre ce petit brin de fée dans sa poche amicale avant que les gardes ne se décident à reprendre une soufflante sur la tête.

Aussi entreprit-elle d’écouter la conversation qu’elle avait avec le garde, l’air de rien. Pour tout le monde, il aurait été impossible d’entendre quoi que ce soit d’intelligible à cette distance mais les sorcières étaient des fouineuses et Nan’ était une maîtresse en commérages et ragots. Elle entendait tout.
Aussi lorsqu’elle apprit la suggestion de la fée prit-elle elle aussi les devants. Ramassant son baluchon, elle se rendit immédiatement auprès d’eux, ignorant les gardes qui auraient aussi bien pu arrêter un iceberg en pleine dérive.

Arrivée à la hauteur de la petite fée, elle tendit la main et dit, l’air hautaine : « un plaisir de voir ici une femme qui sait se faire respecter par ses abrutis. J’imagine qu’une aussi douce jeune fille que vous ne laissera pas une pauvre femme comme moi dans la fraîcheur de cette journée. Vous me feriez du thé ? Au fait je m’appelle Nancy, je suis maîtresse sorcière. »

Et sans laisser le temps à la jeune fille de répondre, des fois qu’elle dirait non, Nancy repartit de plus belle dans la direction d’où venait la fée. Elle n’avait aucune idée d’où elle allait, mais se débrouillait pour que nul ne le voie, car comme toute sorcière elle se baladait partout d’un air de propriétaire. Les sorcières ne sont jamais perdues. Elles sont ici. C’est la nature du « ici » qui diffère. Mais elle espérait que la petite la rattraperait pour se présenter et lui montrer le chemin.

_________________
Si tu veux dire des mots, va donc te bouffer un savon. Et sers-moi un cognac en passant.
Revenir en haut Aller en bas



Subraya Druth

Fondatrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 846
Style de combat : Dragon bourrin

Haut-fait : Vieux d'la vieille

MessageSujet: Re: Cours de botanique (pv : Nancy)   Jeu 8 Oct - 13:00

Hé bien ! Cette Nancy ne s'en laissait pas compter ! On pouvait dire qu'elle avait un culot tout aussi grand que sa bouche et les insultes qui en sortaient. La voici qui prenait les devant et partait déjà. Subraya dit à Aldris de la suivre et elle parti suivre Nancy. Les villageois les regardaient partir et certains avançaient timidement pour les suivre. Subraya senti leur regard, alors, elle se retourna vers ses voisins et amis et dit à tous :
« Ne vous inquiétez pas. On va régler le problème rapidement. »
Puis, elle rattrapa Nancy la sorcière.
« Vous devriez pensez à tourner à droite, puis à gauche, après la maison à la chaux rose. »
Une fois contournée la maison rose, il ne restait qu'une maison, celle de Subraya. La fée se dépêcha de rentrer se mettre au chaud, et laissa la porte ouverte pour Nancy et Aldris. Une fois dedans, Subraya ferma la fenêtre ouverte. Pas question d’attraper un rhume. Puis, elle se tourna vers ses 2 invités.
Aldris faisait une moue désapprobatrice. Comme il été rentrer en dernier, il ferma la porte et dit à Subraya, comme si la sorcière n'était pas là :
« J'espère que tu sais ce que tu fais.
- Il n'y a pas de raison que ça se passe mal. » lui répondit Subraya, même si elle n'était pas certaine de ce qu'elle disait. Puis la petite fée s'adressa à Nancy : « Vous aviez demandé du thé, c'est bien ça ? »
Suite à quoi Subraya mit de l'eau à chauffer. Et comme la jeune fée voulais en savoir plus sur la sorcière et ses connaissances sur les plantes, elle entama la conversation.
« Alors, qu'est-ce que vous être venue faire dans notre forêt ? »
Revenir en haut Aller en bas



Nancy'Whiskey

avatar

Féminin Nombre de messages : 46
Style de combat : massacrante


MessageSujet: Re: Cours de botanique (pv : Nancy)   Sam 17 Oct - 17:16

Nancy s'installa sans même demander la permission, ce qui était quand même très impoli, dans un des fauteuils de la maison. Elle devait reconnaître que la maison semblait bien tenue, malgré un gros sac encore à moitié plein dans un coin. Visiblement, la belle rentrait d'une quelconque escapade.

Après que son hôte ait discuté avec le garde, elle lui reproposa du thé, ce que Nancy s'empressa d'accepter. elle avait la gorge sèche d'avoir tant hurlé:
"Oui, je vous prie. C'est une bien belle chaumière que vous avez là. Cela me rapelle que cela fait bien longtemps que je n'ai pas mis les pieds dans la mienne. Mais vous avez l'air de savoir ce que c'est que de partir en voyage.", ajouta Nancy en désignant le sac.

Tandis que l'eau chauffait, la jeune fille chercha à en savoir plus. Bah, quel mal pouvait-il y avaoir à cela. C'était un endroit bien plus agréable que dehors pour parler. D'une des fenêtres ouvertes, on entendait le gazouillis joyeux d'on ne savait quelle bête probablement fantastique.
Sortant sa bouteille magique, et constatant avec bonheur que celle-ci s'était remplie toute seule, Nancy sortit trois petits verres assez épais de son sac, parce qu'il faut toujours prévoir des godets en cas de coup dur. Elle entreprit de les remplir, puis en tendit un au soldat qui s'en saisit d'un air soupçonneux. Elle tendit le second sur un table en direction de la fée, posa son petit Hypolaïs sur ses genoux, se décoiffa de son chapeau, et, enfin, répondit:

"Comme je l'ai dis à ces brutes sans égards, je suis venue avec des intentions pacifiques. Je suis une sorcière. Une vraie, à l'ancienne. Nous ne cherchons qu'à en savoir plus sur tout, et à protéger les gens, quelle que soient leur espèce(elle appuya ces mots), et fort est de constater qu'en dépit de quelques fées dans nos rangs de temps en temps, une grande partie de la flore et de la faune de votre région reste peu étudiée. Alors je me m'étais mis en tête de flâner un peu et de remplir mon herbier. De recueillir des graines pour étudier les plantes de vos contrées une fois de retour chez moi. Et alors que je faisais sécher une des plantes, une sorte de fleur qui pousse le long des arbres, ces brutes me sont tombées dessus. Vous êtes bien aimables de poser les questions avant de prendre des décisions jeune dame. ça leur ferait du bien de prendre exemple sur vous, à ces hommes. Je prendrais un sucre dans mon thé merci. Et vous, où êtes-vous partie dernièrement? c'est un sacré baluchon que vous avez là. ".

_________________
Si tu veux dire des mots, va donc te bouffer un savon. Et sers-moi un cognac en passant.
Revenir en haut Aller en bas



Subraya Druth

Fondatrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 846
Style de combat : Dragon bourrin

Haut-fait : Vieux d'la vieille

MessageSujet: Re: Cours de botanique (pv : Nancy)   Jeu 22 Oct - 13:51

« Je suis partie au Sud. Dans les terres inhospitalières de la vallée de feu. Il n'y a pas besoin d'un aussi grand sac pour voyager ailleurs. On manque de tout là-bas et d'eau en premier lieu. Mais vous devez savoir tout cela j'imagine. »

La sorcière venait de dire qu'elle venait étudier la flore de la forêt blanche. Subraya en déduisait donc qu'elle ne connaissait pas ces plantes-ci. La fée fit une petite moue en pensant qu'elle ne pourrait pas les lui apprendre. Puis, elle se ravisa, en se rappelant que c'était normal que les étrangers ne les connaissent pas. Ça aurait été gênant qu'une étrangère en connaisse plus qu'elle sur son lieu de vie.

« Vous êtes une sorcière ? Je n'en ai jamais rencontré. En quoi consiste votre métier ? »

Subraya sortit le sucre et 2 tasses pour le thé. Elle ne pensait pas qu'Aldris voudrais en prendre. Et quand elle se dirigea vers la table pour les poser, elle se rendit compte que Nancy avait déjà sorti des petits verres.
« Vous avez une boisson spéciale ? »

Une fois que Nancy eut répondu, elle demanda à Aldris ce qu'il voulait boire. Il répondit qu'il ne voulait rien. Il avait déjà l'air suffisamment embarrassé avec le verre de la sorcière.

Subraya repartit vers l'étagère et prit la théière dans laquelle elle mit du thé. Il ne restait plus qu'à attendre de l'eau soit chaude pour la mettre dedans.
« J'ai ramené de mon voyage cette plante, dans le coin là-bas. » Subraya montra la jardinière à l'autre coin de la pièce.
Revenir en haut Aller en bas



Nancy'Whiskey

avatar

Féminin Nombre de messages : 46
Style de combat : massacrante


MessageSujet: Re: Cours de botanique (pv : Nancy)   Mar 27 Oct - 14:22

Nancy se demandait bien pourquoi la jeune fée avait décidé de partir en un endroit pareil. Les démons n’étaient pas des êtres agréables et pacifiques et les relations entre la forêt blanche et les terres démoniaques n’avaient jamais étés connus pour être au beau fixe.
Bien que Nancy ne connaissent que peu cette région, son égo bouffi d’orgueil de sorcière ne pouvait souffrir d’afficher publiquement son ignorance devant quelqu’un d’autre (les détracteurs diraient même : et encore moins devant elle-même).

Aussi répondit-elle :
« Oh bien sûr ! J’y suis allée… plusieurs fois ! Parfaitement ! Et on y meurt de chaud, d’où le fait que je n’aime pas ça. On évite les rhumatismes, mais j’ai toujours peur que ces démons reluquent sous ma jupe » ajouta-t-elle, niant par là même l’évidence, à savoir qu’un démon préférerait probablement traverser la forêt blanche les yeux bandés, un bras dans le dos et avec des cactus plein l’anus plutôt que de reluquer les sous-vêtement de Nan’.
Mais ça semblait lui faire plaisir, alors bon…

Sirotant son cognac avec délectation, Nancy se confirma à elle-même ce qu’elle pensait depuis déjà un moment, au vu de la réaction du garde puis du grand sac et de l’annonce de l’exploration : la fée n’était pas la moitié d’une branque et avait sûrement une haute place dans la société elfique. Aussi se dit-elle qu’elle devait paraître deux fois plus importante encore, mais surtout tenter de ne pas froisser son interlocutrice, au risque de finir la tête en bas accrochée à un arbre.

Aussi lorsque la fée lui demanda son métier elle lui répondit entre deux lampées :
« Eh bien, sorcière pardi. Ça consiste surtout à protéger son village et son coin de territoire des maladies et des accidents de la vie. Quand vous êtes dans un coin de montagne où les accidents entre bûcherons sont pas si rares, que l’hiver des grosses bestioles rôdent dans les bois et que les esprits viennent terroriser les esprits, nous sommes là. Mais nous sommes aussi souvent en voyages pour parfaire nos connaissances. En notre absence, on demande à une collègue de veiller sur notre chaumière et notre périmètre. Sinon, ça consiste aussi beaucoup à s’occuper de chèvres, de la merde plein les bottes et à donner naissances à des chiourmes qui vous vomissent dessus à peine sortis du cloaque de leur môman. Une profession assez ingrate. Mais tout le monde vous ouvre sa porte et on vous donne à manger gratis, alors ça va. ».

Tout en caquetant, la vieille sorcière tendit de plus belle le verre de cognac à son hôte, le sourire aux lèvres. Le thé c’était bon mais le cognac c’était divin. Vin. On pouvait venir à bout de tout avec du cognac, ou du bleu de méthylène. Alors pourquoi se priver des bonnes choses.

La fée lui indiqua une plante dans un coin de la pièce. Nancy l’observa, puis fouilla dans son sac et sortit un gros calepin et un crayon. Rajustant ses lunettes, elle demanda à la fée :
« Permettez que je la regarde de plus près ? A mon âge j’y vois plus si bien. Et vous l’avez trouvé comment ? Sinon, vous ne savez pas où je peux trouver des plantes médicinales dans le coin ? »

Sans attendre la réaction de son hôte, oubliant les bonnes manières, Nan’ entreprit d’observer la plante de plus près et de la représenter avec tout un tas de petites annotations en patte de mouches sur sa feuille. Ne croyez cependant pas qu’elle se leva : elle entreprit simplement de faire léviter la plante jusqu’à environ un mètre de ses yeux. On ne devenait pas une vieille sorcière sans connaître quelques petits trucs pour épater la galerie. Rien qui servait en combat, mais de quoi distraire les mômes le temps de reprendre un petit biscuit gratuit.

Enfin, s'adressant au gradé, elle demanda:
« Si vous avez des animaux ou des gens malades dans le coin, ou qui ont besoin d’une consultation, vous pouvez aller m’annoncer, rustre garde. C’est mon boulot. Et revenz me dire si y a des femmes enceintes, je passerai les voir pour suivre leur grossesse. Et si vous pouvez, ramenez du fromage. J’ai envie de fromage. »

_________________
Si tu veux dire des mots, va donc te bouffer un savon. Et sers-moi un cognac en passant.
Revenir en haut Aller en bas



Subraya Druth

Fondatrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 846
Style de combat : Dragon bourrin

Haut-fait : Vieux d'la vieille

MessageSujet: Re: Cours de botanique (pv : Nancy)   Sam 7 Nov - 17:44

[hors-rp, j'espère que t'as pas déraciné la plante pour la faire léviter. Sinon, je t'arrache la tête]

La profession de sorcière n'avait pas l'air loin de la fonction de guérisseuse, à se demander pourquoi il y avait 2 mots pour la même chose.
Subraya s’attendait à ce que la sorcière connaisse le « sucre de guêpes ». Effectivement, Nancy disait s'y connaître en plante et en plus, elle venait de dire qu'elle s'était rendue en terre démoniaque.

Aldris le garde, n'aimai pas la sorcière, mais il aimait encore moins qu'on lui donne des ordres. « Je vous rappelle que je suis là pour vous surveiller en attendant de prouver votre culpabilité, pas pour vous servir, sorcière. »
Il se braquait, avec un air encore plus sévère qu'avant.
Subraya fit la moue, elle tentait d'apaiser les tensions et son travail était difficile avec 2 têtes  dures comment celle-ci. Elle s’éclaircit la gorge bruyamment, comme pour montrer qu'elle était là et pour que les deux ânes dirigent leur attention vers elle et oublie de se disputer.
« L'eau est prête, voici votre thé, chère Nancy. Vous devriez poser votre étrange flacon pour savourer votre thé. Je ne connais pas de plantes médicinales, je ne suis pas guérisseuse. J'avais pensé que vous en connaîtriez plus que moi, mais j'ai pris mes désirs pour des réalités, comment auriez-vous pu connaître les plantes de la forêt blanche. »
Subraya espérait que les gardes arriveraient vite pour pouvoir statuer sur le sort de la sorcière. Parce que la situation risquait de partir vite en cacahuètes, malgré tout les efforts de la fée.
Subraya servi le thé en observant Nancy, allait-elle être capable de dire quel était le nom de la plante que Subraya avait ramené ? C'était la manière de la fée de vérifier si la sorcière était bien ce qu'elle prétendait, à défaut d'avoir une meilleure solution.

« Je suis désolé, je n'ai pas de fromage. Je n'ai pas eu l'occasion d'en acheter depuis mon retour de voyage, mais j'ai du saucisson, le voici ! »
La fée fit un détour par le garde-mangé pour aller chercher le saucisson, elle le fit en volant pour aller plus vite.
« Ne vous inquiétez pas, nous avons déjà toutes les guérisseuses et sage-femmes qu'il nous faut. Concentrez-vous plutôt sur les plantes que vous vouliez observer, ce sera bien suffisant pour occuper votre journée, vous ne pensez pas ? »
Pour l'instant, Subraya était tout sourire avec la sorcière, Aldris détestait ça. La fée se disait qu'elle allait devoir s’excuser auprès de lui dès que la situation se serait calmé.  
« Si j'en crois ce que j'ai pu constater en regardant vos affaires, vous connaissez très bien les plantes  qui poussent chez les humains. Comment se fait-il, avec tout le savoir que vous avez accumulé, que vous ne connaissez pas encore les plantes de notre forêt ? Vous avez manqué d’occasion ? Nous avons de très bons botanistes pourtant chez nous. »
Revenir en haut Aller en bas



Nancy'Whiskey

avatar

Féminin Nombre de messages : 46
Style de combat : massacrante


MessageSujet: Re: Cours de botanique (pv : Nancy)   Sam 27 Aoû - 7:39

[Hrp j’avais pas vu qu’elle était dans un pot tu fais bien de me le dire x( ]

Tante Nan’ aimait décidément bien la jeune dame. D’abord elle l’avait extraite d’une foule de jeunes hommes en furie (ce qui, en soi, n’était pas de nature à déplaire à Mémé, mais ceux-là n’avait pas l’air près à lui arracher ses vêtements). Et ensuite elle lui proposait du thé gratis. Plutôt sympa la fée.  
Pas comme le garde, qui encore une fois lui fit part de son irritation dont elle n’avait véritablement rien à foutre. Aussi entreprit-elle de poser délicatement la plante et son contenant qu’elle étudiait sur la table avant de se tourner vers lui :

« J’ai connu des têtes de bois aussi dures que la vôtre vous savez. Même si vous semblez taillé dans un sacré nœud, je suis sûre que votre maman pourrait encore vous fouetter le trou au bois vert si elle vous entendait menacer ainsi une vieille dame. Si vous n’avez ni morts ni gosses à toiletter grand bien vous fasse. Vous pouvez rester là planté comme un jeune pin autant que ça vous chante mais vous aurez pour moi autant d’intérêts qu’un géranium. »

Et elle décida d’ignorer le rustre pour le reste de la journée. Après tout, il ne faisait rien de ses deux mains, et la glandouille n’était pas acceptable pour une sorcière. Enfin, si, une sorcière pouvait se permettre de glandouiller ici et là bien entendu, mais pourquoi donc devraient-elles laisser les autres en faire autant ?

En revanche la jeune fée était prévenante. En plus de fournir le thé, elle fournissait aussi de quoi casser la croûte, et il n’était pas dit que Nancy’ laisserait jamais se gâcher un morceau de sifflar’ à l’œil. Mais, parce qu’elle sentit qu’on attendait un peu qu’elle partage (ce dont elle répugnait), Nan’ se résolut à sortir son pain de voyage du sac. De vieux pains de blé noir, nourrissants pour peu qu’on trouve le courage de les mastiquer assez longtemps. Nancy entreprit d’en couper deux tranches, en prit une et tendit le reste à son interlocutrice. Tout en tentant par habitude de nourrir le petit oiseau mort qu’elle avait sur les genoux à coups de boulette de pain, elle dit :

« Le saucisson sera peut-être meilleur avec du pain. Je suis désolé, celui-ci est un peu rustique, mais il fait très bien son affaire par les nuits humides et il fournit un réconfort appréciable quand le temps frais se gâte et vous coince deux heures sous un abri de fortune. »

Mâchouillant son pain avec application, Nancy entreprit de détailler la jeune fée. Elle savait visiblement voler, puisqu’elle était allée le saucisson à l’aide de ses ailes. Elle avait l’air d’avoir le respect des gardes bien qu’elle voyage et donc soit temporairement absente de son territoire. La sorcière aurait bien aimé en savoir plus sur son interlocutrice, des fois qu’elle pourrait jouer de ces informations pour se tirer de ce bourbier dans lequel elle était. Enfin, le bourbier dans lequel le monde pensait qu’elle était ‘videmment. Aucune sorcière ne se mettrait dans le pétrin, c’tait l’évidence . Voilà. Farpaitement. Néanmoins, alors qu’elle soufflait sur son thé brûlant, Nancy se surprit à repenser aux montagnes et à sa chaumière. Si elle ne revenait pas, le cycle continuerait et une apprentie prendrait sa place. C’était pour ça que les vieilles voyageaient aussi. Il y aurait toujours quelqu’un pour veiller sur le troupeau. Sur les gens du village, dont la plupart étaient cons comme des brebis. Mais en cet instant, Nancy se sentit un peu plus épuisée que d’habitude. Elle mit ça sur le compte de la longue marche de ces derniers jours et reprit :

Je suis effectivement assez… (elle cracha les mots comme s’ils l’insultaient) peu au fait de la flore de votre forêt, d’où ma visite. Nos amis les elfes ne sont pas toujours très accueillant envers ceux qui viennent cueillir des fleurs et des herbes et les rempotages prennent mal dans le climat frais des montagnes. Du coup nos connaissances sur les végétaux elfiques tiennent surtout de ce que nous lisons dans les livres et de quelques spécimens communs, mais presque rien n’est connu sur ce qu’on trouve au cœur de la forêt. C’est pour ça que je suis là. C’est vrai que nous ne demandons pas trop conseils, nous préférons nous servir nous-même, car nous sommes peu partageuses de nos savoirs ; à la différence des guérisseurs, ils n’ont pas… que de bons côtés. Il faut aussi savoir quand donner la mort. Et quand jouer avec. Tout le monde ne doit pas apprendre à faire ça, ça causerait des accidents gênants. Et assez salissants. Mais j’imagine que je pourrais discuter avec un de vos botanistes si vous m’en conseillez un. »

« Mais au fait, c’est quoi déjà votre nom jeune dame ? Pardonnez ma brusquerie, mais vous êtes qui, dans cette communauté ?»


_________________
Si tu veux dire des mots, va donc te bouffer un savon. Et sers-moi un cognac en passant.
Revenir en haut Aller en bas



Subraya Druth

Fondatrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 846
Style de combat : Dragon bourrin

Haut-fait : Vieux d'la vieille

MessageSujet: Re: Cours de botanique (pv : Nancy)   Sam 17 Sep - 10:06

« Effectivement, je n’ai pas dit mon nom. »
Et oui, même si la fée jouait les gentilles, il n’était pas tout à fait question d’une discussion amicale. La sorcière n’avait probablement rien fait, mais la fée préférait rester sur ses gardes le temps qu’un elfe capable de juger la situation la disculpe pour de bon, ou l’inverse.
«  Je suis Subraya Druth, ex membre de l’armée et plusieurs fois décorée. Je suis la plus à même de régler les situations critiques dans ce village. Même si les gardes se débrouillent très bien, … en temps normal. »
Je ne m’attendais pas à ce que la sorcière le croit. Je pressentais déjà les remarques cinglantes, mais je n’allais pas me justifier. Les choses étaient comme ça, c’est tout.

« Merci pour le pain, ça ira très bien. » La fée s’assit et mangea un bout de pain et de saucisson avec la sorcière. Le pain était plus dur que le saucisson, c’est peu dire.

« Je ne connais pas de botaniste, mais je pense que bientôt viendra ici une personne qui pourra vous renseigner. » Subraya fait allusion à la personne que les gardes devaient ramener. D’ailleurs, ce serait temps qu’il arrive, ça commence à faire long. Que l’on close enfin l’affaire.
« En attendant, que diriez-vous de partager un peu de votre savoir et de me donner quelques astuces sur les plantes médicinales ? »


[hors rp : j’suis désolé c’est court. >_<" ]
Revenir en haut Aller en bas



Nancy'Whiskey

avatar

Féminin Nombre de messages : 46
Style de combat : massacrante


MessageSujet: Re: Cours de botanique (pv : Nancy)   Lun 10 Oct - 10:31

A l’évocation du nom et de la fonction de la fée en face d’elle, Nancy acquiesça sans mot dire et assimila l’information avec rapidité. Ainsi donc, on avait affaire à du gratin. Et du beau. La vieille bique, se calant plus confortablement dans le fauteuil, sourit néanmoins à l’idée que les gardes puissent un jour faire autre chose correctement que, disons, trouver leurs derrières avec leurs deux mains. Ils n’avaient pas l’air méchant, juste affreusement fermés d’esprit.

Alors qu’elle tentait de ramollir le pain de voyage à l’aide de sa bouche édentée et pleine de salive, Tatie se dit qu’elle commençait à épuiser tous les sujets de conversations Elle adorait babiller, mais elle espérait ne pas perdre l’entièreté de sa journée. Le saucisson au moins se laissait avaler et se révélait plutôt fort, si on faisait abstraction de sa capacité à probablement occire par commotion n’importe quel être vivant assez malchanceux pour s’en prendre un coup assuré sur l’arrière du crâne.

Cherchant à noyer son impatience dans l’alcool, Nancy rongeait son frein. Elle mourait d’envie de se lever et d’aller voir à la porte s quelqu’un s’amenait enfin.
La belle Subraya demanda enfin si Nancy voulait bien partager quelques-unes de ces connaissances avec elle. Dans les faits, cela dérangeait fortement la sorcière, qui comme ses consœurs couchaient soigneusement ses connaissances par écrit pour les transmettre, puis les gardait jalousement sous clé pour que personne ne puisse en profiter. Une excellente logique : les connaissances étaient à disposition de qui les voulait, pourvu que personne ne les veuille.
Mais bon, après tout, elle devait bien justifier un peu de sa condition.
« Que désireriez-vous savoir en particulier ? Je ne sais rien sur les ailes, mais je peux vous aider pour tout ce qui touche aux petons, aux brûlures... »
hrp: désolé c'est court aussi mais j'ai pas d'idées depuis trois semaines, alors faut bien que je te laisse pas en plan trop longtemps :'(

_________________
Si tu veux dire des mots, va donc te bouffer un savon. Et sers-moi un cognac en passant.
Revenir en haut Aller en bas
 

Cours de botanique (pv : Nancy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Forêt Blanche :: La forêt-