Partagez | 
 

 Kaptain' Meurika! [validé]


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Kaptain' Meurika

avatar

Masculin Nombre de messages : 7
Style de combat : A quoi ça sert d'avoir des larbins si on peut pas s'en servir?!


MessageSujet: Kaptain' Meurika! [validé]   Sam 15 Aoû - 11:23

Prénom ou surnom* : Shagga, surnommé Kaptain' par son équipage
   Nom : Meurika
   Sexe : Masculin
   Âge  * : Dans la centaine, il sait plus bien...
   Peuple *: Gobelins
   Alignement : Lui, voyons! Qui d'autre en serait assez digne?
   Métier et/ou rang *: FlibusCorsaire à plein temps!
   Votre arme :

Transh’lar est plutôt jolie comme rapière. Oui, z’avez bien entendu, une rapière. Comment ça les gobelins n’ont pas de rapières ?! C’était à l’un de ses ennemis, avant qu’il ne la récupère ! Et bim ! Ça vous en bouche un coin, hein ? Regardez-moi cette jolie lame, bien faite, bien forgée… Rien avoir avec l’autre arme favorite de Meurika, son sabre d’abordage. Là c’est plus une arme pour taper fort, et comme ça n’arrive pas souvent, il préfère la garder pour intimider. Mais la rapière est plus jolie ! Sinon, une belle collection de couteaux peut faire l’affaire… C’est petit, ça fait mal, ça peut se lancer… C’est parfait, quoi !

   Physique * :

Imaginez donc un gobelin pleinement adulte, haut de son fier mètre tout rond ! Il est plutôt beau garçon avec sa bouille verte et remplie de cicatrices. Un de ses yeux est subtilement occulté par un cache-œil. Ne vous en faites pas, il n’est pas borgne, mais c’est plus séduisant pour les femelles ! Et puis, il a de beaux crocs aussi. C’est d’ailleurs étrange pour un gobelin d’avoir une si belle dentition à cet âge avancé. Comprenons-nous, en cent ans, on a le temps de se ramasser quelques pains quand on est vert et petit. Mais pas Shagga. Non, lui il a réussi à éviter la plupart des coups qu’on lui a porté, les dieux savent pourquoi. Enfin, si on exclut les cicatrices qui lui parcourent le corps… Mais c’est pas qu’il a manqué de chance pour en récolter, bien au contraire, car la plupart des coups d’où proviennent ces blessures auraient dû être mortels ! On peut donc en déduire qu’il a eu une chance insolente, qu’il a un cul béni.

Parlons un peu de ses cheveux ! Oh oui, ses cheveux ! Il en est fier, et tous les gobelins en sont verts de jalousie ! De beaux dreadlocks, bien fait, quasiment introuvables chez ses compères… Bon, à vrai dire, ce sont pas des vrais, ils sont pas à lui. Mais il les porte plutôt bien ! Mieux que son précédent propriétaire, cela va sans dire ! Et puis, ça rend encore mieux avec son magnifique chapeau de corsaire. Un crâne encadré de deux lames, comme sur son pavillon. Faut pas oublier qu’il est capitaine, hein, et en conséquence, il a des vêtements classes. Une grande veste rouge, aux rebords blancs, et un ceinturon qu’il porte en diagonale. La boucle est jolie, et c’est de l’argent en plus ! Sans parler de sa magnifique épaulière. Non, vraiment, il en jette quand il arrive sur le champ de bataille. Ce qui reste le plus impressionnant, néanmoins, c’est son crochet. Oui, parce que s’il fait le malin avec son faux cache-œil, il a vraiment perdu une main. Mais il veut pas dire comment… Par contre, sa jambe, ça on sait qu’il l’a perdue lorsqu’il était dans une grotte, à y amener plein de prisonniers. Mais jamais personne ne peut l’accompagner, et son équipage se demande souvent ce qu’il y fait…

   Caractère* :

Peu de gens connaissent personnellement le Kaptain’. Depuis qu’il navigue, il passe le plus clair de son temps dans sa cabine, et rares sont les personnes qui se revendiquent l’ami du petit bonhomme tout vert. La raison est simple ; il n’a pas envie d’être dérangé. Il aime être seul, avec son perroquet, et n’accepte la compagnie de ses hommes que lorsqu’il s’agit d’un pillage ou d’une beuverie. Cependant, il sait se montrer au monde lorsqu’il le faut, notamment en faisant des grands gestes et en essayant d’imiter les autres capitaines de navire qu’il a déjà pu voir dans sa vie. Un peu comédien, il peut se prendre parfois pour ce qu’il n’est pas, que ça fonctionne ou pas pour les autres…

Sinon, c’est un gobelin assez basique dans son fonctionnement. Parfois couard, parfois très con, il aime la gnôle et taper sur plus faible que lui (quand il trouve). Il déteste par-dessus tout les elfes, qu’il trouve trop grands, et les nains qu’il trouve méprisants. Sa couleur favorite est le vert, mais le rouge n’est pas très loin dans sa liste. Charmeur à deux sous, il tente depuis des années de séduire les humaines qui passent à sa portée, sans succès. Oui, il aime bien les humaines… Elles sont jolies, grandes, et plutôt bien roulées. Enfin, mieux que les femmes de son propre peuple en tout cas…
Sa plus grande peur réside dans le marché qu’il a fait avec la Bête. Oui, un marché pour lequel il n’arrête pas de se demander s’il a fait le bon choix en acceptant… La panique est une chose commune chez les petits peaux-vertes, mais ici, cela tient plus de la terreur sans nom que du simple manque de courage.

   Histoire * :

L’eau était glaciale, et le torrent violent. Des vagues, hautes comme des montagnes, qui s’abattaient sans relâches sur les survivants du terrible naufrage. Beaucoup d’hommes, quelques elfes… Mais dans le lot, seul un gobelin nous intéresse. Car non seulement, nous sommes en droit de nous demander pourquoi une petite créature comme elle fait si loin de chez elle, mais plus encore… pourquoi sur un foutu bateau ?! A la limite de se noyer, notre brave Shagga, ainsi s’appelait le gobelin, commençait à se poser la même question. Qu’est-ce qui lui avait pris de quitter le village avec son petit paquetage et la ferme intention de ne jamais y revenir ? Bon, c’est vrai, il avait été banni, mais pourquoi aller se perdre en mer alors qu’il avait tant d’autres possibilités ? Peut-être parce qu’il aimait bien la mer, l’écume et le bruit des vagues. Pour les vagues, d’ailleurs, il en avait eu son quota… Son estomac était encore tout retourné, alors qu’il s’accrochait au vestige d’un tonneau, celui dans lequel il s’était caché pour éviter d’être emporté par la tempête. Riche idée, vraiment…

Une vague plus violente que les autres sembla engloutir complètement les survivants du drame, qui sombrèrent dans les eaux profondes et tumultueuses. Le noir de la mer, le glissement de l’eau qui siphonne dans les abysses, et soudain, une douleur cuisante sur tout le corps alors que l’on heurte quelque chose… de dur. De la roche. Ça fait mal. Ha, ça fait vraiment mal ! Shagga se tint le crâne, un peu de sang en coulait. Il se rendit bien vite compte qu’il n’était pas entièrement dans l’eau. En fait, il n’y avait plus que ses jambes qui barbotaient gentiment. Où était-il ? Frénétiquement, il essaya de se repérer. Il faisait plutôt sombre, mais apparemment, c’était dans une grotte qu’il se trouvait. De l’eau sortai en faisant des remous par un côté de celle-ci… sûrement l’endroit par lequel il était sorti. Un vrai miracle qu’il n’ait pas été emporté ailleurs. A moins que cette caverne ne devienne vite son tombeau. La panique commença à prendre notre petit gobelin. Il eut peur, il couina, il fut désemparé.

« Mé keské j’vé dev’nir ! »

Un immense grondement retentit dès lors que ces paroles furent prononcées. Quelque chose dans la grotte était vivante, tangible et… terrifiante. Une silhouette tapie dans le fond de celle-ci louvoyait de ses yeux carnassiers. Une créature que Shagga ne put reconnaître, tant il était aussi nul en culture générale que paralysé par la peur d’être mangé. Acculé contre le mur, il s’attendait à voir l’immense bête fondre sur lui et le dévorer sans aucune forme de procès. Cette dernière, pourtant, ne semblait pas bouger autre chose que ses yeux calculateurs et froids, deux globes oculaires à vous retourner les vôtres. Au contraire de tout ce que le brave Shagga aurait pu penser (s’il avait été doté d’une raison en cet instant), ce ne fut pas l’appétit qui vint le frapper, mais une question, une question qui retentit dans toute la grotte avec une voix grave et caverneuse, à faire froid dans le dos :

« Qui es-tu, petite créature ? »


C’était si anodin, et pourtant si inattendu. Quelques secondes de décalage furent néanmoins nécessaires pour que le gobelin comprenne que la créature ne voulait pas le dévorer. Du moins, pas tout de suite. Il laissa planer un silence gêné, avant d’enfin répondre d’une voix chevrotante :

« Sh… Shagga Meurika, vot’ grandeur ! Chis un gobz… un goblin. »


L’étrange bestiole répondit par un rire sardonique, digne des grands méchants de ces contes pour enfants. L’écho résonna dans la caverne, apportant avec lui effroi et malaise.

« Un gobelin, voyez-vous ça ? Ici, dans ma prison de roche et de sel ? »

Le peau-verte, intrigué, s’avança un peu vers la grosse créature tapie dans le fond de la caverne. Il resta néanmoins collé à la paroi, se contentant de faire le tour en toute sécurité. Il remarqua, à mesure qu’il avançait, que d’immenses chaînes de métal retenaient son imposant interlocuteur. Quelque peu rassuré, il osa s’en rapprocher pour l’étudier de plus près. Il ne le vit pas forcément mieux, mais put s’attarder sur son immensité, et sur le fait que sous ses deux yeux fauves paressaient deux grosses moustaches, comme celles des poissons-chats, ainsi qu’une immense gueule ouverte et garnie de crocs, une porte qui aurait pu donner sur un autre monde tellement celle-ci était énorme ! Béante, pleine de dents, elle venait de coller les miquettes à Shagga et son imagination peu fertile. Cela sembla amuser le grand prisonnier.

« Je vois que mon apparence t’impressionne. Tu n’es pas le seul, tu sais. Nombre de personnes avant toi ont pu m’admirer, avant que je ne sois enchaîné à cette morne et humide prison… »

Le gobelin se gratta la tête.

« Mé… Zét’ ki ? »

« Ho, moi ? J’ai tellement de noms qu’il me serait impossible de faire un choix lorsqu’on me demande lequel est mon préféré… Faisons simple, tu peux me donner le nom dont mon précédent ami m’avait affublé ; la Bête des Abysses. Ce n’est pas très raffiné, mais tu ne l’es pas fort non plus, à ce que je peux voir. »

Shagga ne savait pas très bien ce que voulait dire la Bête abyssale. Elle était plutôt maniérée, comme un elfe ou un de ces humains qui se prennent pas pour de la merde. Pourtant, elle était assez intimidante pour forcer au respect, et il se tenait coi devant elle.

« Kék’vous m’voulé alor ? »

Un sourire illumina la bouche de la grosse créature. Un tentacule sembla se saisir du gobelin, qui appela de toutes ses forces à l’aide, alors qu’il était amené juste en face de l’hideux faciès de la bête. Maman, papa, tous y passaient, même quelques larmes semblèrent tomber des yeux du pauvre Shagga, emporté inexorablement vers la gueule béante de la créature. Une fois au-dessus de la bouche carnassière, il hurla :

« PITIÉ ! »

Et le tentacule le maintint en suspens au-dessus des profondeurs intérieures de l’immense léviathan.  Recroquevillé au-dessus du gouffre, il couinait et pleurait à chaudes larmes.

« Ne t’en fais pas, petit Shagga. Je ne vais pas te manger. Mon appétit ne saurait être rassasié d’une chose aussi maigrelette que toi. En revanche, j’ai peut-être un meilleur dessein pour toi. Veux-tu savoir lequel ? »

Le petit gobelin acquiesça à la vitesse de la lumière, faisant hocher sa tête tellement vite qu’il aurait pu faire pâlir d’envie un chanteur de metal. Son oreille se leva, et il écouta attentivement ce que le géant avait à lui dire.

« Eh bien c’est fort simple. Nous allons devenir les meilleurs amis du monde, tu verras. Je te montre le chemin de la sortie, et je t’offre ma bénédiction, mon pouvoir caché… Mais tout cela n’est pas gratuit, tu t’en doutes. Car en contrepartie, je te demande de m’apporter, ici, des êtres encore vivants. Vois-tu, j’ai un appétit plutôt hors du commun, qui ne peut être calmé que par ce que le corps abrite, mais que tu ne peux voir. »


Le gobelin ne comprit pas vraiment, mais il acquiesça très vite. Apporter gens, Bête manger gens, Shagga rester en vie. Simple, efficace. Il était d’ailleurs plutôt gagnant jusqu’ici…

« Veille cependant à m’apporter mon repas dans les temps. Je n’aime pas le retard. Mon dernier ami a bien souffert de ses oublis, et malheureusement, ces derniers l’ont achevé il y a bien des années… Car à chaque fois que je ne serais pas nourri dans les temps, le pouvoir que je t’accorderai te quittera, et je me saisirai d’un petit, petit morceau de toi. Histoire que tu te souviennes à quel point il est malhabile de me tromper ou de me décevoir. »

Les yeux de Shagga s’écarquillèrent.

« Oué m’sieur ! Pas d’prob m’sieur ! J’f’ré com’ vou l’veut m’sieur ! »

« Parfait. Cependant, je dois vérifier que tu n’oublieras pas notre petite conversation dans cette grotte, et je vais te prendre quelque chose… tout de suite. »


Sa langue pourlécha ses immenses babines, et sa bouche s’ouvrit encore un peu. Des tentacules se saisirent du bras de Shagga, qui criait à l’aide, qui suppliait qu’il arrête. Mais les crocs se refermèrent sur sa main, et dans un hurlement de terreur, le gobelin sentit chaque morceau de chair se détacher de son poignet, engloutis par la bête vorace…



Des dizaines d’années plus tard…

Le Kaptain’ Meurika, à bord de sa fière frégate, la Bâtarde, regardait de loin un navire qu’ils venaient d’aborder et de couler après pillage. La technique des haches dans la soute était toujours la plus efficace, mais il s’était promis d’un jour acheter du naphte afin de mettre le feu aux impressionnantes embarcations de bois. Ouais, ça devrait être génial de voir, avec ses petits yeux de gobelin, un galion marchand se consumer. Il aimait bien le feu. C’était beau, destructeur, et ça ne laissait que peu de traces derrière lui. Un vrai nettoyeur.

« Capitaine ! Les prisonniers ont tous été alignés selon vos ordres ! »


Shagga se retourna, pour voir son bosco, un jeune humain à l’œil vif et l’esprit agile, qui lui désignait la rangée de captifs bien en rang et à genoux, le regard perdu sur le pont du navire. Avec un sourire mauvais, il se dirigea en frappant le pont de sa jambe de bois vers ses invités récalcitrants. Lorsqu’il fut à hauteur du jeune gars, il lui tapota le bras.

« Bon sa, Gershwin. Va cherché Lucy la Rouj’. »


Le garçon monta dans les haubans, et le Kaptain’ quant à lui passa devant les prisonniers qui étaient tous alignés. Le son de sa patte en bois percutant le sol faisait trembler le dernier prisonnier de la ligne. Le gobelin s’arrêta donc devant lui, et lui fit relever la tête. Là, il sortit une pipe, qu’il se mit à fumer devant lui.

« Di moi, mon ga’… Es’ke-t’a peur d’la mor ? »

   Pouvoirs liés à votre peuple :

Résistance plus élevée aux maladies, vision dans le noir

   Capacités surhumaines ou pouvoirs magiques :

- Chance de cocu : Lors des situations critiques, ou lorsque plus rien ne peut venir en aide à notre ‘courageux’ Shagga, quelque chose semble le protéger de tout danger et transformer un coup du sort en une simple frayeur. Cela peut aller du coup fatal qui se transforme en égratignure, jusqu’à une chute mortelle qui se retrouve amortie par un ballot de paille providentiel. Louche, curieux… Que cache donc cette étrange chance qui l’habite et le protège ?

   Familier, animaux :

Futé, son fidèle perroquet. Il perd souvent ses plumes, et cela fait longtemps qu’il ne vole plus. Son âge commence à peser, mais apparemment, il veut pas crever. Vénérable oiseau de septante ans, il a suivi la carcasse de son maître partout depuis qu’il l’a sauvé d’une saloperie d’aigle vorace alors qu’il n’était qu’un jeune oisillon tombé du nid. Au début, Shagga voulait le manger dans une casserole, et une fois revenu sur le bateau, il oublia complètement cette pensée et le prit comme animal de compagnie. Ses plumes se sont raréfiées, et ternies, mais il est toujours aussi intelligent, et parle encore en de rares occasions.

   Autres : Il possède également des (fausses) lettres de marques (faussement) signées par les souverains des nations d'Hypolaïs. Il aime les sortir dans les situations critiques, pour essayer de convaincre les gens que ses actions sont légales, et mandatées par une autorité supérieure. Ça ne marche pas tout le temps, évidemment, mais ça peut parfois sauver la vie.

   ~~~~~~~~~~~~~~~~
   D'où vient votre avatar ?
http://www.deviantart.com/art/captain-ORC-471080916
   Comment avez-vous découvert le forum? M’en souviens plus, ça fait un p’tit temps quand même…
   A quelle fréquence comptez-vous rester sur le forum ? Le plus possible, vous en faites pas !
   Votre réponse à la question des règles * : Oui, parce que ce perso est bien trop génial pour être abandonné :p


Dernière édition par Kaptain' Meurika le Sam 15 Aoû - 12:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Subraya Druth

Fondatrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 856
Style de combat : Dragon bourrin

Haut-fait : Vieux d'la vieille

MessageSujet: Re: Kaptain' Meurika! [validé]   Sam 15 Aoû - 12:02

GG, validé !
Revenir en haut Aller en bas



Gne

chouchou de Sub' et grand découvreur du secret
avatar

Masculin Nombre de messages : 256
Style de combat : Attentif


MessageSujet: Re: Kaptain' Meurika! [validé]   Dim 16 Aoû - 16:57

Perso impressionnant mais euh je me permets une simple question: tout le monde est pas censé avoir la frousse de l'eau et ne jamais naviguer (ohé ohé)?

_________________
Attention! Attention! Ce que vous prenez pour un homme, peut en réalité être un troll! ;)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.waar.me/joueur.php?id=96  (inscris-toi, maggle!)



Subraya Druth

Fondatrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 856
Style de combat : Dragon bourrin

Haut-fait : Vieux d'la vieille

MessageSujet: Re: Kaptain' Meurika! [validé]   Dim 16 Aoû - 17:14

C'est un gobelin, c'est normal qu'il soit fou ^^"
Revenir en haut Aller en bas



Haron

Grand maître forgeron nain ingénieur artificier
avatar

Masculin Nombre de messages : 212
Style de combat : meur en silence tu gâche le brui de l'explosion


MessageSujet: Re: Kaptain' Meurika! [validé]   Ven 28 Aoû - 22:57

toi le gob je t'aime bien !

haron c'est un gobelin tu et malade vieux ... dit la voie roque du dragon

sinon esperons que je face jamais de quette avec toi 2 mec border de nouille sa a de quoi décourager un gm

_________________
Pardonnez mes faute de suis atteint d'une dysorthographie

pour  le gn c'est par ici :
les régle  => R.U.S.E.G.N
les inscription => nos future héros
création des fiche  de  personnage => concours
Le sujet de suivie => fiche de suivie
fiche de perso (elle  est  pas encore entièrement fini ) =>
fiche  de perso actuel pour  le gn

forme dragon /dragonos:
 
Revenir en haut Aller en bas



Kaptain' Meurika

avatar

Masculin Nombre de messages : 7
Style de combat : A quoi ça sert d'avoir des larbins si on peut pas s'en servir?!


MessageSujet: Re: Kaptain' Meurika! [validé]   Ven 28 Aoû - 23:29

Mwahahaha! MeuARGH!

Bizarre d'la part d'un Nain, mais ça fait pléz'

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 

Kaptain' Meurika! [validé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi
» [Validée]Un Joyeux Hey de la part de Sora =)
» Rose (Pré-validé par Wolf Print)
» L'infanterie du Kaptain Thrym
» Korsaires du Kaptain Vladesh



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Préambule :: Personnages :: Fiches de perso acceptées-