Partagez | 
 

 Tu veux voir ma grosse baguette? La quête des sourceliers baveurs (Nancy'Whiskey - Knurt Zob)


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Nancy'Whiskey



Féminin Nombre de messages : 66
Style de combat : massacrante


MessageSujet: Tu veux voir ma grosse baguette? La quête des sourceliers baveurs (Nancy'Whiskey - Knurt Zob)   Sam 1 Aoû - 18:21

Nancy profitait de la journée.

Premièrement, elle prenait son temps en mangeant des beignets aux crevettes sur un gros caillou. Ce qui était plutôt étonnant en soi, les crevettes les plus proches devant sans doute se trouver à environ 10 jours de bonne marche. Mais après tout Nancy était une sorcière, allez savoir quel sortilège elle avait trouvé pour conserver ses produits marin(1). De plus, le soleil perçait chichement à travers les arbres, mais Nan’ avait trouvé une des rares trouées qui dévoilaient encore un  tant soit peu de ciel. La troisième raison enfin, était qu’elle profitait du soleil avant qu’il ne disparaisse, ce qui ici arrivait plutôt vite. Généralement aux alentours du milieu d’après-midi.

Elle ne venait pas tous les jours dans les territoires gobelins. Non pas qu’elle ne les aimait pas –elle appréciait beaucoup la compagnie des femmes gobelines, plutôt intelligentes et douées de leurs dix doigts. Mais les hommes étaient parfois plutôt rustiques et sentaient plus fort qu’elle. Et cela gênait son ego. Comme elle se plaisait à le répéter, elle aimait faire tourner les têtes en passant dans une pièce et pour cela l’odeur lui servait d’atout. Bon généralement les gens finissaient par vomir, mais l’objectif restait atteint. Alors pas question d’alimenter la concurrence.

Mais elle avait désespérément besoin d’oignons des marais, de champignons baveurs, de Manzanargh² et de tout un tas d’autres trucs, et les marchands, même les hammelins, demandaient un prix toujours plus ahurissant. En particulier parce que plusieurs avaient failli revenir avec leurs têtes dans leurs chapeaux, et leurs zizouilles dans un petit pain. Sans moutarde. Et puis, il y avait le reste…

Bref, elle prenait pour le moment du bon temps, avant de se remettre en marche, les arbres rendant tout vol en balai horriblement périlleux, et inutile. Se servant un grand coup de cognac, Nancy vit soudain le monde sous un meilleur jour, parce qu’il était plus flou. Roulant à bas de son caillou, elle se surprit à chercher des champignons intéressants(3)... Furetant de-ci de-là, elle se surprit à trouver un buisson de baies noires et rouges dont elle se fit un plein ventre avant de mettre l’excédent dans son sac. Ce faisant, elle capta un bruit.

Soudain en alerte à l’idée de trouver un partenaire de jeu pour faire un rami, elle se glissa silencieusement derrière un arbre. Il y avait quelque chose pas loin. Quelque chose de peu discrets en fait. Le troll faisait autant de bruit… qu’un troll. Il donnait l’impression d’attendre passivement qu’on lui donne un ordre, ce qui était étrange car les trolls étaient d’habitude plutôt sauvages, les rares tentatives de domestications finissant souvent en bouillie de fraise.

Mais la bête était pour l’heure aussi placide qu’un bœuf fabriquant de l’engrais dans une rizière. Il était donc vraisemblablement ou en pleine digestion ou en attente d’un maître hypothétique… et soudain elle le vit. Un gobelin…visiblement très mâle. Il pestait contre nul ne savait quoi, car à cette distance rien n’était clairement audible.

Sortant de sa cachette, Nan’ sapprocha nonchalamment, tout en verrouillant sa canne afin que le pic à glace qu’elle dissimulait soit près à sortir, et la baguette et son balai dans l’autre main. Généralement les sorcières étaient respectées de tous les peuples. Tout le monde savait ça. Mais est-ce que le troll le savait lui ? Cela restait moins sûr.

Arrivée à bonne distance, et souhaitant briser la glace, Nan’ sortit d’une voi claire et forte :
" Lu’ les aminches ! On vient cueillir des paquerettes pour sa mémé ? Ou vous cherchez queq’ chose en particulier ?"


1En fait et lieu de sortilège, ce fut la loi naturelle  du produit pas frais qui fit son office. La forêt, grand pourvoyeur d’arbres et de feuilles, fut appréciablement mise à contribution.  merde
² une herbe dont on se servait dans la fabrication d’alcool de pomme. Enfin, pas que de la pomme. Egalement utilisée en potion de mal de tête et en pommade contre les libellules, allez savoir pourquoi.
3 de préférence susceptibles de valoir de l’argent, de briller dans le noir ou de faire voir des choses que l’on qualifiera poliment d’invisible pour l’œil humain. Voire les trois à la fois.


_________________
Si tu veux dire des mots, va donc te bouffer un savon. Et sers-moi un cognac en passant.
Revenir en haut Aller en bas



Knurt Zob

Invité



MessageSujet: Re: Tu veux voir ma grosse baguette? La quête des sourceliers baveurs (Nancy'Whiskey - Knurt Zob)   Jeu 6 Aoû - 19:27

Message de Knurt Zob, gobelin.


Ha qu'il est bon de se promener dans la forêt maudite, sans aucun danger, sans aucun soucis, en sachant parfaitement où on va, le tout en étant entourer de ses fidèles larbins, une magnifique journée en somme.

Vous y avez cru?

- AU PIED KONNAR!


Le hurlement avait résonné dans la forêt tandis qu'on entendait des bruits de courses en ces lieux sombres, une ombre imposante passa, puis une seconde encore plus imposante suivi d'une dernière à quatre patte chevaucher par un nabot. Dans l’ordre cela donnait un ours paniqué courant pour sa vie, puis un certain Konnar traquant le dis ours en n'écoutant que son estomac, et pour finir nous avions Knurt chevauchant son sanglier, panique et colère se lisant sur son visage.

Soudain un nouveau brouhaha ce fit entendre, des branches brisé, un hurlement puis une sorte de chute, le troll avait rattrapé puis plaquer au sol l'ours, le temps que le gobelin arrive il pouvait déjà voir sa créature entamé son repas. Cela faisait bien dix minutes qu'il lui courrait après pour éviter de le perdre et il ne s'excusait même pas ce débile de troll?!Et en plus il ne lui filait même pas à manger?! Le Gobelin claqua des doigts pour déclencher une explosion mais celle ci fut...ridicule. Il dut s'y reprendre à 6 fois pour déclencher une explosion digne de ce nom juste devant la tête de sa créature qui couina.

- NAMEHO! AMOUA l'STÊKE!

Affichant un air énervé le gobelin en armure s'approcha de la proie et en ressortit les morceaux les plus tendres avant de s'écarter, pas question de perdre la face devant son troll même si il était seul et donc vulnérable en réalité. Car oui si on enlevait ses deux compagnons aucun gobelins ne l'accompagnait aujourd'hui, ça lui arrivait parfois, il avait juste voulu faire une promenade loin de son camps histoire de se reposer et de réfléchir...ou pas. Bref quoi qu'il en soit un certain évènement avait bouleversé la promenade qui s'était rallongé de plusieurs jours, un certain évènement se résumant à un simple mots.

- PEEEEEEEEEEERDDUUUUUUUUUUUUUE!

Il avait hurlé ça en levant les poings au ciel avant de tomber à genou contre un arbre, s'apitoyant sur son sort d'une manière assez ridicule. En effet cela faisait bien quatre jours qu'il était perdu dans le coin, et c'était l'une des choses qu'il détestait le plus au monde. Soudain un brut se fit entendre dans son dos, puis des paroles, le gobelin étant seul et vulnérable il se retourna lentement, des gouttes de sueur coulant le long de ses tempes et lorsque enfin il vit son interlocutrice...il hurla de frayeur à plein poumons!

- Mon'ztre!!


Et sans hésiter il courut vers un arbres puis commença à l'escalader à toute vitesse pour l'escalader, l'adrénaline et la peur rendent parfois fort efficace...mais augmente aussi nos chance de gaffer. Et ce fut pour cela que la jambe du gobelin glissa soudainement et qu'il retomba au sol, sa tête heurtant le sol, il se mit ensuite à rouler de gauche à droite en se tenant l'arrière du crâne, se plaignant encore et toujours de la douleurs. Puis soudain il se releva, pas question de perdre la face, il bomba le torse et essaya de garder un semblant de fierté malgré la douleur de la bosse.

- Pa-krète?! C'smanje? C'une z'arm? C'là sorti? T'tou cas bouf pas les cham'pi, Crado c'lui fais dè truck zarb.

Il avait montré du doigt son sanglier couvert de bouton au niveau du visage, ouais décidément ils avaient vraiment mangé n'importe quoi ces 4 dernier jours. Être perdu sans larbins, depuis qu'on l'avait kidnappé plus jeune c'était une de ses phobies et voir cette sorcière lui donnait un certain espoir...espoir qui le fit craquer, les mains du gob se posèrent sur les épaules de la vieille qu'il commença à secouer tout en fondant en larme.

- CHUIS PERDUUUUUU!!!


Pour le coup il était plus ridicule et effrayant que quoi que ce soit d'autre, c'pas aujourd'hui qu'il allait dégager de la pitié...
Revenir en haut Aller en bas



Nancy'Whiskey



Féminin Nombre de messages : 66
Style de combat : massacrante


MessageSujet: Re: Tu veux voir ma grosse baguette? La quête des sourceliers baveurs (Nancy'Whiskey - Knurt Zob)   Ven 7 Aoû - 9:03

Nancy se sentait flattée. Le gobelin l'avait traité de monstre, et un être de cette race si portée dans la science du moche et du dégueulasse valait parole d'expert. Or elle avait beaucoup travaillé sur sa fraise de nez, ses poils de moustache, sa barbiche grisonnante et ses dents de travers allant du jaune moutarde au noir charbon. Les verrues sur ses doigts lui avaient aussi donné du fil à retordre, elles n'étaient pas facile à réussir. Recevoir un tel gage de reconaissance de la part d'un artisan du beurk était franchement appréciable.

Souriant de plus laide(1), elle fut néanmoins surprise quand le gobelin tenta de s'enfuir dans un arbre. Elle avait plutôt craint, et espéré, qu'il l'assaille et la viole tel un chef de clan². Reprenant ses idées, elle fit la grimace quand le gobelin se fracassa le crâne sur le sol. Certes le tapis de sol était épais et les gobelins avaient la tête dure à défaut de l'avoir pleine, mais il aurait une belle bosse avant la fin de la journée. Réfrénant un sourire (ainsi qu'une vision horrible), elle se dit que la créature allait peut-être ressembler au croisement improbable entre un gobelin et une licorne.

Le gobelin finit par s'accrocher à elle comme un grand enfant, aussi le déposa-t-elle le plus doucement du monde dans l'herbe pour aller voir sa monture de plus près.

Lorsqu'elle vit le sanglier, Nancy se sentit l'obligation de l'inspecter.
"je peux? J'ai une connaissances des plantes et des champigons(3)... se reprenant, réalisant qu'lle parlait à un être un peu limité elle reprit, Moiz'connaît Champi! Donne papatte d'Kochôn! Saykoifair!"

Et sans attendre l'avais de l'homoncule verdâtre, elle s'approcha de la bestiole, assez mal en point, qui tenta de lui décoher une ruade. L'inspection prit un peu de temps, entre autres parce que l'animal, pour qui l'odeur valait force d'identité, confondit un temps Nancy avec une femelle et tenta diverses approches jusqu'à ce que le vieille lui frappe un grand coup de canne sur le museau.

"(marmonnant) alors hypersécrétion de salive, transpiration, rétrécissement des papilles, boutons, diarrhées, tension basse..., (plus fort)Z'trouvé! C'du Muscarinien. Mus-ca-ri-nien. A m'ngé grand champi bruns rosé? (4) Va baver p'rtout pis vomi pis sprotch! Mais s'rtout va 'voir hallus! Plein! "

Nan' espéra que l'être l'avait compris: elle ne maîtrisait aucunement le gobelin, ce qui ne l'empêchait pas de se croire une experte juste parce qu'elle baragouinait, de la même façon qu'un homme pense pouvoir parler une autre langue en changeant des voyelles en fin de mots. Elle espéra surtout que seul le gros porc avait mangé ces champingons parce que si le troll y avait goûté aussi, celui-ci allait devenir plus que dangereux. Esquiver un cochon qui tangue dans la forêt en se demandant pourquoi les abres ont laissé place à des pailletes c'est déjà très dangereux, fuir un troll qui pense se trouver au pays des flans aux prunes, ça relèverait de la mort subite. D'un autre côté, de tels champignons étaient rares et peut-être était-ce une autre raison qui avait amené le sanglier à ressembler à un petit yak poilu sous varicelle. Peut-être que s'ils retombaient dessus elle pourrait récupérer les reliquats. Cela faisait partie des objets rares qu'on pouvait espérer trouver dans ce coin perdu du continent.

Sortant ses deux derniers beignets aux crevettes et les tendant au gobelins, Nancy demanda enfin:
"va 'ttaccher groin-groin par laisse, pis n'va sortir oui? Mais d'bord, va m'montrer les champis!



(1) qui est comme agir de plus belle, mais en plus sale et moche.

² Nan' aimait à se balader près des champs de batailles, soit disant pour soigner les blessés et prendre soin des morts, mais en réalité pour espérer faire partie de la seconde catégorie de la phrase "brûlez les maisons et noyez-vous dans la luxure avec les femelles!". La réalité est qu'elle reçut plus tard un prix pour son action pour la paix: en effet, beaucoup de chefs de guerre préféraient différer ou annuler le combat plutôt que de risquer de croiser une Nancy Whiskey en porte-jaretelles au détour d'une grange en feu. Il y a des souffrances qu'on ne peut souhaiter à son pire ennemi.

(3) ce qui était authentique: Nancy adorait la mycotoxicologie. Pour la simple et bonne raison qu'une sorcière s'apparentait le plus souvent à ce que d'autres sur d'autres mondes auraient associés à une sage-femme, une gynécologue de l'extrême, une urologue, et que tout ceci fait la part belle aux champignons. Or pour Nan' rendre des zizis inopérants en zizis en état de marche était une vocation, des fois que ça donnerait des idées aux beinheureux guéri. Bizarrement depuis qu'elle avait passé soixante-dix ans, les amateurs étaient beaucoup moins nombreux.

(4) Le mycena rosae (ou Mycène rosé) est un champignon qu'on peut confondre avec d'autres espèces comestibles; il provoque entre autres des hallucinations, des diarrhées et des hypersécrétions, mais est généralement non mortel. Authentique.

_________________
Si tu veux dire des mots, va donc te bouffer un savon. Et sers-moi un cognac en passant.
Revenir en haut Aller en bas



Knurt Zob

Invité



MessageSujet: Re: Tu veux voir ma grosse baguette? La quête des sourceliers baveurs (Nancy'Whiskey - Knurt Zob)   Ven 25 Sep - 21:45

Message de Knurt Zob, gobelin.


Knurt fut donc déposé au sol, son visage n'incarnant que ridicule et pitié à l'heure actuel, quoi qu'il en soit le petit gobelin observa la vieille s'occcuper de son sanglier géant, ce dernier étant plutôt contre cela mais les signes que lui faisait le gobelin en plus du coup de canne sur le museau avaient eut le mérite de le calmer suffisamment pour que la vieille rende son diagnostic. Toute fois le gobelin avant de réfléchir à la réponse qu'elle donnait ce permit un commentaire.

- K'ek ta à parlait kom' m'race ?! C'pa kar on Galayr kon con prend pa vot'langue  namého !

Il avait dis ça avec un côté un poil plus...vexé, faut dire que malgré son égoïsme il n'aimait pas qu'on rabaisse sa race...car ça revenait à le rabaisser lui et ça hors de question, il  était le « grand » Knurt après tout. M'enfin en tout cas le gobelin réfléchissait, il n'avait pas vraiment fais gaffe à ce que son sanglier géant avait mangé, pensant plus à sa pomme vu qu'il préférait la viande comme Konnar. Par contre ça expliquait les soucis de discernement de la monture ses dernier jours.

Le gobelin se souvenait être passé plusieurs fois dans des zones remplies de champignon mais si il y avait ceux de le couleur demandé il était pour le coup incapable de répondre. Hum quoi que, certains souvenir revenait parfois au gobelin mais la faim et la soif des dernier jours lui jouait parfois quelques tours, quoi qu'il en soit il ne se gêna pas pour prendre les deux beignets et les manger après les avoir sentis et rapidement étudié par méfiance. Quoi qu'il en soit elle avait proposé d'une certaine façon un marché, c'était un langage que le gobelin comprenait parfaitement, un sourire mauvais apparru sur le visage du petit être vert, il donna une tape dans la main de la vieille.

- Deal ! P'par kontre j'pas d'laise 'vec moi, et l'liane pa asser sous ple, tinkiète au pyr j'lui col un boom boom dans s'face ! Mwaha!

Le gobelin rigola de son rire mauvais et mesquin habituel, la peur et la force était les meilleurs moyens de pression pour garder sous controles sbires et montures selon notre chef de clan et il ne le cachait pas du tout. M'enfin le gobelin tenta de se souvenir de quelques choses, il fit trois pas à gauche, deux derrière, un pas devant, sept à droite...puis il commença à tourner en rond en se grattant la tape de ses doigts crochu, cherchant quelquechose visiblement.

- Parou k'chui venu d'jà ?

Oui, vraiment ridicule, le gobelin dans la course poursuite avait déjà oublié par où lui et ses deux compères étaient arrivés, la boulette...Mais soudain il eut une illumation en regardant un arbre à moitié déraciné, faut dire qu'un troll qui cour ça fait des dégâts, plus qu'à suivre les arbres pour remonter la pistes. IL fit un signe à la grand mère ainsi qu'à ses deux compères, puis fit un second signe à son troll pour surveiller Crado.

- Par là ! 'fin j'crois...

Ouais l'orientation foireuse du petit homme vert pouvait encore leur jouer des tours mais au moins ça les faisant avancer, le gobelin ouvrait donc la marche, sachant bien que son troll surveillerait attentivement son sanglier mais aussi la vieille maintenant qu'il était rassasié. Le gobelin avançait en gardant une main posé sur sa hache, puis soudain une odeur de brulé se fit sentir.

- Ah oui c'vré, nôt camp ! Wait, j'vais pa éteind le feu moua?

Visiblement non puisqu'un petit rideau de flammes se faisait voir plus loin...encore une boulette qui allait leur compliqué la vie, surtout que le chemin menant aux champignons se trouvait derrière tout ça, la situation allait vite devenir dangereuse et ce n'était pas notre abruti national qui allait pouvoir gérer ça sans paniquer.
Revenir en haut Aller en bas



Nancy'Whiskey



Féminin Nombre de messages : 66
Style de combat : massacrante


MessageSujet: Re: Tu veux voir ma grosse baguette? La quête des sourceliers baveurs (Nancy'Whiskey - Knurt Zob)   Jeu 1 Oct - 9:09

Nancy était étonnée. D’habitude les gobelins ne faisaient pas vraiment grand cas de comment on leur parlait, tant qu’on leur témoignait l’égard de ne pas les poursuivre avec des fourches et des torches. Pour être parfaitement honnête, ils faisaient abondamment de même, alors c’était sûrement une sorte de rituel traditionnel inter-espèce. Toujours était-il que le gnome semblait avoir une haute estime de lui-même et de son peuple, et elle prit note de n’en avoir rien à foutre. Après tout elle était une sorcière, et ce n’est pas comme si les sorcières en avait quelque chose à carrer des égards que les gens devaient porter aux autres, si ce n’était à elle-même. Elle tutoyait les nobles, criait sur les roitelets de ne pas mettre leurs doigts dans leurs nez, et vouvoyait les jeunes ermites beaux garçons qui gardait les troupeaux en haut des montagnes, des fois que ça leur donnerait un peu de sympathie auprès d’eux.
« J’parl’ comm’My chant’ peaux-verte ! C’pas Mézigue qu’va s’faire rec’voir des r’mark’ ! »

Malgré tout, Nan’ comprenait l’envie du gobelin de se voir traiter presque comme tout le monde. C’était un être vivant après tout, et puis il avait un troll pour appuyer son discours. Un troll avec des poings pour appuyer les points en fin de phrase. Voire mettre un poing final à la discussion. Aussi décida-t-elle de parler normalement par la suite, parce qu’elle le voulait bien.

Une fois que le gobelin eut approuvé le marché, ils se mirent en route. Du coin de l’œil Nancy cherchait de la tige de Ryzré, de la sauge, ou tout autre plante capable de calmer un peu l’animal à moitié dingue qui les suivait de son pas pesant, alors que de la bave s’écoulait lentement de ses babines. Le troll surveillait attentivement la bête, aussi Nancy se sentait –elle en relative sécurité. Lorsqu’elle repéra de la sauge, elle en coupa une pleine botte. Une fois bouillie dans l’eau, elle donnerait le tout au sanglar géant, car c’était très bon pour le transit intestinal. Le bidule « laisserait sa trace » partout, mais il éliminerait les toxines plus vite.

Quand enfin ils arrivèrent près du camp, après moult rebroussement de chemin et hésitations du gobelin qui semblait toujours à moitié perdu, ils perçurent immédiatement une odeur de brûlé. Le camp était à moitié cramé et le feu se répandait doucement mais sûrement autour des troncs alentours. Amusée, Nancy demanda :
« Ah d’accord, et on fait quoi maintenant, on fait pipi pour éteindre le feu ? ».

Et sans attendre, elle enfourcha son balai. Elle avait mal aux pieds, alors s’ils devaient fuir dans un avenir proche autant que ce soit confortablement. Elle se mit ensuite à grimper en flèche, à le recherche d’une source ou d’un moyen de contenir l’incendie. Le campement était installé en aval d’une butte, abrité ainsi du vent et d’une partie de la pluie. Il faut dire qu’il faisait peine à voir. La tente semblait à moitié trouée, des ossements jonchaient encore le sol…. Un environnement très « typique », disons.
Redescendant elle pointa le troll du doigt :

« Demande au gros caillou s’il peut creuser la butte. Si elle s’effondre sur le feu, celui-ci mourra, asphyxié. Je peux chercher d’autres solutions, mais je n’en vois pas pour l’instant. ».

_________________
Si tu veux dire des mots, va donc te bouffer un savon. Et sers-moi un cognac en passant.
Revenir en haut Aller en bas



Knurt Zob

Invité



MessageSujet: Re: Tu veux voir ma grosse baguette? La quête des sourceliers baveurs (Nancy'Whiskey - Knurt Zob)   Dim 1 Nov - 19:57

Message de Knurt Zob, gobelin.


Knurt observait le feu avec un air jonglant entre l'amusement et la gêne face a la boulette qu'il avait fait, laissé le feu allumé en pleine forêt, m'enfin bon ça restait dans l'optique de la connerie gobeline n'est-il-pas. En tout cas la sorcière semblait proposer une solution que tous aurait prit pour une moquerie, une blague, toute fois le gobelin se mit à réfléchir à la proposition tel un phylosophe se questionnant sur le sens de la vie, avec sérieux.

- Pa assé d'munission méme 'vec Konnard, c'timposible.


Oui il avait pris cela au sérieux et désormais il réfléchissait ou du moins il essayait de réfléchir à un solution, la vieille ayant pris son envole bien rapidement pour se metre en sureté, le gobelin haussa un sourcil en repensant à quoi était relié les balais volant dans certaines histoire, en tout cas pour l'instant il trouvait l'objet fort utile. La vieille ayant une idée, une idée que le gobelin allait validé car il n'avait aucune possession importante au sein de ce camps, il en avait donc pour ainsi dire rien à foutre.

- Nyark, boom boom.

Claquant des doigt la petite créature verte tenta de créer une explosion au niveau de la butée pour la faire s'écrouler, cependant a peine un mini flash sortit de ses doigts...ridicule vu la puissance magique que Knurt avait voulu déployé, magie et idiotie ne faisait pas bon ménage. N'ayant plus d'autre choix le chef de guerre ordonna à son troll de se mettre au boulot comme ce qu'avait prévu la mamie volante.

- Magne toua de kreuser!!

Obéissant à son propriétaire la bestiole de trois mètres commença à creuser la bute sous le regard de Knurt qui faisait attention à ce que celle ci ne s'écroule pas sur son mastodonte, manquerait plus qu'il perde son garde du corps. Il savait se battre mais quand même, un bouclier comme ça sa se retrouve pas de si tot. Une fois que le troll eut fini la majorité du travail le gobelin prit sa hache et alla terminer le dit travail, profitant de sa petite taille pour déclencher l’effondrement et déguerpir à temps. La terre glissa dans un bruit sourd, recouvrant le sflammes et les étouffants comme prévu avec le reste du camps.

- V'la l'travail nyark. 'Reusement kon n'ai pa dan'la forêt d'cé bouffeur de salade, y nou auraient krevé la gueule pou'r sa.


Lâchant un rire mesquin a la fin de sa phrase comme à son habitude il fit un signe de main à la grand mère pour qu'elle le suive, reprenant la route. Allant plus vite qu'auparavant ils arrivèrent finalement à la zone emplie de champignon dont s'était souvenu la petite créature verte. Voyant son sanglier s'approcher de l'un d'entre eux Knurt lui mit un coup du tranchant de la main sur le museau histoire de l'en dissuader

- C'la k'jen ai vu l'plus.

Ne pouvant pas les reconnaitres par lui même le nabot vert laissait donc la vieille chercher ce qu'elle avait a chercher, son sanglier s'était allongé Knurt s'adossa sur le flanc de sa créature, main posé le sommet de sa hache au cas ou, la peur habituelle des gobelins reprenant le dessus lors de cet instant plus silencieux que ceux auparavant.
Revenir en haut Aller en bas



Nancy'Whiskey



Féminin Nombre de messages : 66
Style de combat : massacrante


MessageSujet: Re: Tu veux voir ma grosse baguette? La quête des sourceliers baveurs (Nancy'Whiskey - Knurt Zob)   Sam 21 Nov - 6:35

Nancy était franchement impressionnée. Voir un troll de la taille de ce machin obéir à un homoncule de 1m20 sans discuter avait de quoi susciter le respect.
Apparemment le jeune gobelin ne comprenait pas l'ironie. Il n'était pas à franchement parler bête. Il connaissait la langue commune et semblait plutôt capable de réfléchir, du moins assez pour trouver son derrière avec ses deux mains au troisième essai, ce qui était une bien meilleure moyenne que la plupart de ses collègues. Non disons plutôt qu'il lui arrivait d'avoir des éclairs durant lesquels il compensait largement en connerie ce qui lui faisait défaut en intelligence.

Alors que le gobelin lui indiquait où fouiller, Nan' se demanda combien de temps encore le sanglier tiendrait sans avoir d'hallucinations. Après tout c'était une bestiole assez importante, et il ne ferait peut-être pas bon se trouver à ses côtés lorsqu'elle se sentirait mal. Sinon il risque de m'arriver, comme un ouragan, qui passait sur moi, songea-t-elle. Elle cueillit patiemment plusieurs spécimens pour les étudier puis les garda selon différents processus afin d'être sûr de pouvoir en garder un ou deux d'exploitables à son retour. Peut-être même pourrait-elle en faire pousser un ou deux dans son potager d'herbes médicinales, des fois qu'elle devrait soigner un une chèvre qui verrait des étoiles dans ses fromages.
Après quoi elle se mit à chercher une mare ou une ancienne flaque d'eau croupie. Elle finit par trouver une sorte de tourbière nauséabonde et asséchée, au sol boueux et sale. A ses abords poussaient de la sauge, qu'elle entreprit de récupérer, puis de faire bouillir dans sa casserole en espérant que Knurt ne s'embêtait pas trop. Elle ajouta à la décoction du bleu de méthylène, une bonne goulée de cognac (tout en se servant allègrement dans la bouteille), puis versa le tout dans un récipient quelconque avant de le glisser devant le sanglier qui semblait presque assoupi.

Elle expliqua à Knurt :
« L'potion va l'ferfayr…. Hum, je veux dire c'est une décoction diurétique et laxative… qui fait faire beaucoup pipi et sprotch » (elle se corrigea, car il ne fallait peut-être pas en demander trop au gobelin avec des mots de trois syllabes que même la plupart des humains n'arrivaient qu'à lire en s'aidant de leur doigt). Reprenant, elle ajouta «  il va chier partout mais au moins le poison aura moins de temps pour pénétrer son organism… son estomac. Donc il sera moins malade au final. »

L'animal lapait déjà le tout à pleine gorgées. Il en mettait partout et sa bouche se teintait de bleu, mais d'ici peu il laisserait des traces si odorantes que même les putois se boucheraient le nez d'un air guindé.

Alors que Nancy rangeait ses affaires, elle se cabra soudain, comme sous l'effet d'une décharge.
Les sorcières sont connues pour sentir la magie. Comme elles pratiquent une vieille forme de magie tellurique, elles agissent au final un peu comme des paratonnerre, absorbant la magie avant que celle ci ne se dispatche lentement autour d'elles, ce qui lorsqu'elles font face à une surcharge laisse parfois des réactions rigolotes, voire des petits cratères fumants d'où dépasse un chapeau pointu.
Cela les rend bien sûres un peu folles mais généralement cette folie n'est qu'un aspect de leur sagesse, et elle l'utilise avec maladresse mais gentillesse (sauf bien sûr depuis l'histoire de Miranda la sorcière psychopathe, mais après tout c'était il y a longtemps et puis chacun a droit à ses petits hobbys dans l'intimité de son chez soi, dans sa cave, au milieu de scies circulaires très coupantes).


Bref Nancy venait de sentir un flux de magie lui raser les cheveux. Mais ce qu'elle ne comprenait pas, c'était qu'il ne s'agissait pas de la vieille magie habituelle. La magie du continent est ancienne, rafistolée, rebricolée la plupart du temps des milliers de fois car elle a fini par servir à tant de sortilège qu'elle est en fait un camaïeux de sorcellerie. Or celle ci était jeune, puissante, franche, et aussi éclatante qu'une éjaculation faciale de laitier sur le fantôme de visage d'une vierge spectrale.

C'était plus qu'inhabituel. Et aussi très enivrant. Plus enivrant même que l'alcool, et Nancy en connaissait un rayon, voire toute une épicerie en ce qui concernait les spiritueux.
Se tournant vers le gnome, elle lui demanda : « vous l'avez senti ? Et je ne parle pas de votre sanglier. »

_________________
Si tu veux dire des mots, va donc te bouffer un savon. Et sers-moi un cognac en passant.
Revenir en haut Aller en bas
 

Tu veux voir ma grosse baguette? La quête des sourceliers baveurs (Nancy'Whiskey - Knurt Zob)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Coucou, tu veux voir... mes RP's ?
» Coucou, tu veux voir mon os ?
» Coucou, tu veux voir ma b-..bonne idée ? / acceptée a mettre en place/
» Coucou, tu veux voir ma b... mon personnage?!!
» "Je veux vous déchiffrer, vous peindre"~Larme A. Azuki [Fini!]



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Bavardages [H-RP] :: Archives-