Partagez | 
 

 Événement : La chute du roi.


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant



Maître du jeu

avatar

Nombre de messages : 31

MessageSujet: Événement : La chute du roi.   Lun 13 Juil - 11:12

Hors-rp a écrit:
Coucou tout le monde,

Il s’agit d'un rp événement.
Tous ceux qui veulent, peuvent participer. Et vu qu'on va être nombreux et que ça va être chaotique (les joueurs pouvant être dispersé autour et dans le palais), je vous invite à ne pas suivre d'ordre de parole.
Effectivement, il est fort probable que plusieurs intrigues se déroulent en même temps dans ce seul rp (la joie des rp de grande ampleur …) et les intrigues des uns n’influeront p'être pas sur celle des autres. Alors, il serait dommage que du monde soit bloqué par une intrigue qui ne concerne pas son personnage.
Vous pouvez ne poster qu'un seul message dans l'événement, seulement pour dire que vous étiez présent ce jour-là. Vous pouvez intervenir de temps en temps, si votre personnage en croise un autre, ou fait quelque-chose d'important. Ou, vous pouvez intervenir régulièrement si vous voulez être au cœur de l'action.
D'ailleurs, en parlant du cœur de l'action, un petit groupe de joueur s'est préparé depuis un moment déjà pour rentrer dans le palais (Je sais plus exactement, Rakshasa, Edwin et p'être d'autres personnes – me mp d'abord si vous voulez le faire, que le groupe ne soit pas trop nombreux). Et je ferais le MJ pour eux.
Je peux aussi faire le MJ pour vous, si vous en avez besoin, si vous tentez de vous introduire dans le château de votre côté. Et je ferais p'être avancer le temps du rp si jamais il y en a besoin.

Sub




La population était à bout de nerfs. Les rumeurs de l’implication du Roi dans la vague d'enlèvements  duraient depuis trop longtemps. Sans démenti, la population avait fini par être convaincu que c'était bien le cas. Et c'est dans un climat de tension, que la population s'était spontanément massée autour du palais royal. Les rues et les ruelles du centre d'Espalion étaient bondées.
La population scandait plusieurs mots. Dans certaines rues l'on entendait « Montez-nous le roi ». Dans d'autres « Rendez-nous nos amis ». Mais les mots d'ordres qui circulaient le plus étaient bien plus agressifs. « À bas le Roi » . « À bas la couronne ». Ou encore : « Vengeance ».
Face à ce mouvement de foule, les gardes du palais fermèrent tous les accès au palais royal. Et pour faire face à la foule et l’empêcher d'ouvrir les portes, tous les gardes du palais furent assignés à une porte extérieure. Vidant ainsi l'intérieur du palais de tous ses gardes.
Les portes permettant d'entrer dans le palais étaient soumises à rudes épreuves : à l’extérieur, la foule s'entassait devant et poussait alors que les gardes les barricadaient de l'intérieur. La foule épargnait quelques portes de services peu connues alors que l'entrée principale étaient l'objet de toutes les convoitises.
L'énorme et impressionnante double porte de bois et de fer fermant l'accès principal au palais tenait péniblement face au peuple. La foule poussait tellement fort, que les personnes à l'avant s'écraser contre la porte dans une clameur terrible. À l'intérieur, les gardes avaient posé de grosses poutres en bois comme renforts et continuaient en posant meubles, tonneaux et objets divers.
Dans le palais, gardes et nobles se demandaient que faire. Tirer sur la foule et tuer son propre peuple  est une option que personne n'envisage avec plaisir et que tout le monde préférerait éviter.
Dans le palais, les domestiques, en proie à un conflit intérieur, hésitaient entre leur besoin de justice et leur loyauté. Pour éviter tout risque, de nobles présents dans le palais, décidèrent de rester près du roi pour le protéger. Cependant, les nobles aussi étaient en proie à un conflit intérieur et l'ambiance étaient tendues dans le palais malgré les apparences. L'ambiance dans le palais était proche du calme avant la tempête.
Dans cette foule spontanée, quelques individus n'étaient pas là par hasard. Un groupe d'activiste s'était réuni pour destituer le roi. Et cette foule en colère allait peut-être arranger leurs affaires, s'ils arrivaient à tirer parti de la situation.
Revenir en haut Aller en bas



Shrikan Tatsu

Conseillère en Machiavélisme
avatar

Féminin Nombre de messages : 190
Style de combat : Rapproché - sabre courts


MessageSujet: Re: Événement : La chute du roi.   Jeu 16 Juil - 13:12

[suite au rp avec Rakshasa et Mordred, sur le cas de l'enlèvement des enfants. Découverte du laboratoire dans les soubassements du château, et destruction des cellules des cobayes]

Les Habaeks faisaient merveilleusement leur travail. Ces êtres d'eau et de glace, agiles et rapides, avaient tôt fait de répandre le chaos. Le peu de gardes qui restaient dans ces sous sol humies étaient déchiquetés ou bien étouffés. Ces esprits dragons se dirigeaient ensuite vers des cages et des cellules, renfermant des silhouettes recroquevillées. Brisant les barrières grâce à l'eau et à la glace, les portes s'effondraient dans de grands fracas et crissements de métal. Leur travail accompli, ces êtres disparaissaient pour se diriger vers un autre laboratoire. Il y avait de nombreuses salles, et de nombreuses âmes à libérer. Mais ces cobayes n'avaient, pour la plupart, plus vraiment leur tête. D'abord figés par la peur, puis enhardis par l'absence des gardes, les cobayes sortaient de leurs cages. Anciennement humains ou bien elfes, ces êtres étaient l'ombre d'eux même, réduits à des états de bêtes sauvages et difformes. Ils sortaient en grondant, hurlant comme des fauves libérés de leurs chaînes. Certains avaient encpre un minimum d'esprit, mais ils se faisaient rapidement submerger par les autres. Car comme une meute devant se trouver dans sa nouvelle hiérarchie, les cobayes commencèrent à se battre entre eux. Grondant, mordant, se griffant, le chaos étant sans nom. Les cris et grondements résonnaient dans tous les laboratoires, jusqu'au tréfond du laboratoire souterrain dans lequel j'étais. Concentrée sur mon travail, j'ouvris cependant les yeux en sentant l'aura des cobayes affamés aux étages.

Baissant mon bras, soufflant comme si je venais de faire un marathon, je regardais la pile de corps en décomposition avec satisfaction. J'avais réussi à purifier ce charnier, et les âmes de ces pauvres cobayes étaient maintenant en paix. La Corruption qui émanait d'eux avait disparu, pour mon plus grand contentement et épuisement. Je m'asseyais un instant, pour reprendre mon souffle. Repliant mes 3 paires d'ailes contre moi, je tentais de me concentrer et de faire le point sur ma situation. Sachant que personne ne pourrait m'entendre, ou du moins ne le devrais, je me mis à penser à voix haute.


" Bon, alors... Ces âmes sont purifiées, c'est déjà ça... De ce que j'entends les cobayes ont été libérés, mais font un bazar monstre. Je ne sais même pas si on peut les raisonner.. Est ce que j'ai fait vraiment le bon choix ? Ha ha, moi et mes sauts d'humeurs... Je dois être mazo pour me compliquer moi même la vie."

En effet, après ce que m'avais dit cete démone, une fois de plus j'avais vu rouge, et pris une décision des plus préjudiciable pour tout le monde. Ma parole, je deviens folle... Pourquoi relâcher des cobayes qui sont plus que dangereux dans la nature? Je regarde les cellules vides, puis ricanne doucement. C'est vrai, pour le plaisir de voir un humain fou se faire dévorer par ses propres créations et son avidité. Et frocer les humains à changer de roi. Je ne pensais pas que le roi était derrière tout ça. Après tout, la démone me l'avait bien fait comprendre. Celle là, si je la recroise... je lui crèverais bien ses jolis yeux, ou lui arracherais ses ailes. C'est très douloureux, et efficace pour remettre du plomb dans la cervelle. Je souriais sauvagement, alors que je fixais la porte d'entrée avec détermination et colère. Elle avait eu de la chance que je sois faible. Sinon, je lui aurais déjà décollé sa petite tête bien pleine de ses épaules. On ne bâdine pas avec un dragon, encore moins quand il est bien porté sur l'art de la guerre. Enfin, on verra ce qu'il adviendra. Pour le moment, ce n'est pas mon plus gros soucis.

Je me relevais enfin, grognant légèrement en sentant mon corps perclu de douleurs. Le scellé ainsi que mon manque de magie faisaient leurs effets. Je n'allais pas durer très longtemps, même avec mon armure divine sur moi. Confronter des êtres de l'ombre ou d'autres bestioles magiques ne sera pas une sinécure. Il me restait plus qu'une chose à faire pour que je considère mon devoir comme fait, puis je pourrais disparaitre, enfin. Je marchais tranquillement vers la porte du laboratoire, décidée à remonter vers le château. J'appelais l'un de mes esprits d'eau et de glace, soupirant en entendant les cobayes se chamailler plus haut. Le dragon de glace apparut à côté de moi, gazouillant de joie. Je lui souriais, amusée qu'il se délecte autant.


" Habaek, il est temps de faire une petite visite au roi. Va donc commencer à frapper à la porte, je me charge de rassembler ce qui reste des cobayes. Il vont être content de la petite fête que je vais leur ramener ~..."

Je riais légèrement, alors que mon armure se refermait tranquillement sur ma tête pour fermer le casque. Déployant mes ailes, je volais dans les couloirs pour remonter. Mon casque ressemblait à la tête d'un dragon, et ma queue artificielle ondulait derrière moi avec grâce. En me voyant, personne ne se doutera que c'est une armure qui se présente à eux. Je pourrais garder l'anonymat, et me faire passer pour un des cobayes tout en mettant la pagaille là haut. Il me fallait trouver le roi, pour trouver qui est véritablement à l'origine de toutes ces expériences malsaines. Mais avant, il faut introduire les invités à la petite fâte là haut... Je remontais les galeries, jusqu'à ce que j'entende l'appel d'un autre Habaek, dans une galerie annexe. Je me stoppais, pesant le pour et le contre. Cela avait l'air urgent, et il m'envoya l'image mentale d'enfants et de personnes bloquées dans une cellule a cause des cobayes. Je changeais de direction, mais incita les autres Habaeks à commencer à forcer la porte d'entrée. Ils apparurent, bien avant les cobayes, et commencèrent à défoncer la porte avec leur lourde tête, la faisant grincer et craquer. La porte était épaisse et barricadée. Combien de temps allait elle tenir ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Elandri

avatar

Masculin Nombre de messages : 36
Style de combat : Defend avec son épée et attaque avec le bouclier


MessageSujet: Re: Événement : La chute du roi.   Mar 28 Juil - 23:13

-La chaleur est si pesante de bon matin , tu ne trouve pas ? Franchement j'en ai mare que tu me snobe et ne me réponde jamais , tu as de la chance que tu sois très utile !

Evidement toujours aucune réponse ! Ce cheval de guerre est un véritable malfra ! Le bon Elandri est assis sur une barrière faite de bois proche du chateau du roi.Elle tombe , elle est suivi de sa soeur , rapidement sont autre soeur la suit ! Qu'elle fourberie , c'est un complot c'est un crime c'est un guet-à-pan ! Les gouttes d'eau tombent sur le bout du nez de ce dernier qui ce trouve sous une gouttière.L'attente est longue ,trop longue.Il n'y a rien à faire...Toujours rien à faire.C'est le vide.C'est plat.C'est vraiment trop long...Il n'est pas en retard.Il commence à l etre.Il l'est !Les nerfs montent ! Qu'est ce qu'il peut bien faire ! La patience d'un homme a des limite ! Enfin ! Le voilà ! Le porteur du message ! Tout est pret l'on attend plus que le chef de guilde !


-Tu es bien sur que ce domestique est digne de confiance ?

-Evidement je l'ai payer comme il faut , les gueux ne comprennent que l'or !

-Nous te suivons tous alors passe devant Aiedail !

-Oui chef !

Aiedail , ce batard moitié elfe moitié humain n'aime pas le nom d'hybride.Véritable mercenaire il a rejoint Tk-I pour l'or.Guidant les autres membres de la guilde à travers les petites rues de la ville jusque à arriver devant l'une des portes isolé du chateau , très peu gardé car très peu visible les membres de la guilde s'en approche une troupe d'une quarentaine d'hommes il y a de tout magiciens , guerriers , mercenaires. Le plan du chef de guilde semble avoir fonctionné à la perfection les gardes sont endormi , ils n'auraient pas du manger ce que le complice leur a préparer.Une fois à l'intérieure Elandri leur rappelle que le role de TK-I est d'etre porteur de la loie divine et que le peuple est en proie à un démon , ce roi n'est pas un élus des Dieux et il ne souillera plus  la terre de ces dernier.Evidement tous ne partagent pas ses convictions dans la guilde mais tous sont fidéle à leur chef pas uniquement pour l'argent mais pour une certaine forme d'attachement à l'idée de sauver leur ames.Ne cherchant pa réellement la discretion le groupe s'aventure dans le  chateau comme des fantomes malgré leur nombre guider par le complice , cependant une complication  survient , la sale ou ce trouve le roi est garder par une grande masse de soldats.Toujours en surnombre Elandri ne donne pourtant pas l'assaut perdu dans sa mémoire.

-Nous y voicis Elandri ! Ce soir nous allons danser avec la mort ! Je te souhaite de l'embrasser après moi ! Prépare toi jeune paladin nous allons chargé !
- Oui maitre !


Ca y est... Le chateau du seigneur de Chimérion. Les tambours de guerre résonnent , l'armée est prete ! La corne de guerre hurle à nouveau l'ordre d'allé à la mort ! Elandri charge avec ses freres d'armes !

- Chef ! Nous sommes repéré ! Chef ! Chef ! On fais quoi !

Ses mots ramènent l'esprit du paladin au moment présent.L'ordre d'attaquer la derniere porte qui protege le roi est donné ! Le groupe charge , au milieu Elandri ne ce bat qu'au bouclier , ce bat-il sans arme ? Au milieu il est un véritable berzerkeur hurlant des prières visant à rendre ses compagnons d'armes plus fort, la nostalgieest trop forte il est de nouveau perdu dans ses souvenirs."Maitre nous sommes encerclé ! Maitre ! J'ai peur..." "Tu ne doi pas Elandri ! Nous encerclez ? Tant mieux ! Nous pouvons frapper dans tous les sens ! Hahaha Garde la foie petit ! " frapper dans tout les sens était effectivement la meilleure solution.Le combat reprend ! Tout s'accelaire , la respiration devient secondaire ,la douleur est futile , la rage est maitre du corp de ses deux paladins !  Sans armes Elandri ce bat au bouclier  ce qui va lui permettre de survivre plus longtemps que son maitre que qui périt en emportant la moitié des enemis avec lui ! Coincé , et avec très peu de force Elandri continue de ce protéger avec sont bouclier jusqu'à ce que les renforts arrivent et l'aide.Peu importe  ! Il est en combat , la réalité passe avant les souvenirs , il revient à lui sans avoir réellement perdu sa concentration lors de ce combat contre la garde.

Dans un grand hurlement le bouclier d'Elandri porteur du blason de TK-I s'agrandit activé par un méchanisme en effet sa taille double venant ainsi couvrir casimment tout le haut du corp de ce dernier mais ce n'est pas tous , les rebords commencent à tourner dans le sens inverse des éguis d'une montre à très grande vitesse , laissant des dents ce distinguer. Le bouclier du paladin est devenu une arme redoutable , il découpe garde après gardes en deux couvert par la magie de ses compagnons et leur fer ! Le combat vient de débuter ! L'on peut surement l'entendre depuis l'extérieure ! Ils sont en transe , c'est une furie meurtrière

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Shrikan Tatsu

Conseillère en Machiavélisme
avatar

Féminin Nombre de messages : 190
Style de combat : Rapproché - sabre courts


MessageSujet: Re: Événement : La chute du roi.   Jeu 6 Aoû - 17:59

~ La porte des Fondations du château ~

Les habaeks de glace continuaient de marteler la porte de leurs têtes massives et épineuses. Le grincement des portes en bois ainsi que leurs grognements avaient attirés les cobayes sanguinaires vers l'entrée. Effrayés par ces serpents de glaces, ils gardaient leurs distances, mais ils sentaient bien que l'ouverture de cette porte allait leur amener liberté et la félicité d'un repas fait de chair fraiche. De l'autre côté de la porte, les Gardes de l'Ombre mis sur le qui-vive par la suivante démone de Mordred s'étaient relevés vivement. La porte grinçait, couinait et pliait sous les coups de esprits de l'eau. Les grondements les firent frémir un court instant, mais rapidement ils se mirent en position pour défendre l'endroit. Au delà de leur petite salle des gardes, c'était l'intérieur du château. Entrainés, ils n'éyaient pas de simples soldats que l'on massacrait avec facilité. Mais ils n'avaient aucune idée de ce qui pouvait enfoncer ainsi les portes. Personne ne sait ce qu'il se cache dans ces fondations, l'entrée y étant très surveillée et réglementée. Un craquement du bois et les portes qui se pliait de plus en plus fit se rassembler les soldats, qui avaient dégainés leurs épées et leurs lances. Les cobayes, qui avaient sentis l'odeur des humains à proximités, s'excitaient de plus en plus en grondant, renâclant et se chamaillant. Les Habaeks continuaient leurs travail, sentant la porte de bois céder de plus en plus. Les soldats étaient concentrés, prêts à en découdre. Mais soudainement, deux gardes du châteaux arrivèrent en courant dans la salle. Essouflés et apparemment paniqués, ils ne remarquèrent pas la formation de combat de soldats de l'Ombre. L'un d'eux se mit à leur crier des ordres, chargés de confusion et de panique.

" Vite, le château est attaqué... nous avaons été infiltré pr des mercenaires, nous avons besoin de vous ! "

L'un des gardes de l'ombre, un sous-chef semble t'il, se retourna pour le regarder avec surprise et courroux.

" Quoi ? Que racontes tu ! On a autre chose à faire là, dégage! "

Le soldat du châteaux sursauta en entendant la porte craquer plus sinistrement, et entendre les feulement des cobayes enragés et assoifés de sang. Il fixa la porte, comme hébété, et toute couleur sembla quitter son visage. Comme si la peur l'avait fait perdre sa présence d'esprit, il répéta d'une voix plus faible, ses yeux fixés sur la porte qui allait lâcher d'une minute à l'autre.

"Des mercenaires ont pénétrés dans le château, et la populace révoltée au dehors prend déjà tous les soldats du château. Nous avons besoin de vous pour..."

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase, que la porte vola en éclat dans un dernier craquement. Les deux habaeks se jetèrent sur la gorge des soldats les plus proches en un éclair, ne leur laissant pas le temps de riposter. Alors qu'ils braisaient leur nuque d'un claquement de machoire sec, les cobayes déferlaient avec férocité sur les soldats de l'ombre. Leur vue était des plus abominables : un corps déformés par les expériences, couverts de cicatrices et leur peau rendue soit pâle et glabre, soit foncée comme de la cendre et luisante d'humidité. Leurs yeux rouges, ou bien noirs comme la nuit. Chaque cobaye était différent, et pourtant d'eux émanait la même impression de monstruosité. Les gardes se débrouillaient bien pour les maintenir à distance et les tuer, mais ils étaient en sous-nombre. Plusieurs soldats mourraient, commençant à être dévorés par les cobayes affamés. Le chef de l'escouade vit avec effroit plusieurs de ces cobayes s'échapper par la seule entrée, les menant vers l'intérieur du château. Tout était allé trop vite, et pour empirer les choses, ces deux monstruosités de glace avaient disparus. Maintenant, les cobayes galopaient dans les couloirs du château, à la recherche de proies, et attirés par le sang et les bruits de combat...


~ Dans les Fondations du château ~


Guidée par les émotions des Habaeks, je courais dans les couloirs sombres et humides des fondations. Je traversais plusieurs laboratoires, dont les cellules étaient défoncées. L'odeur des cobayes était prenante, masquant presque certaines odeurs. Mais une odeur me stoppa dans ma folle course. Je m'arrêtais soudainement devant une porte en bois et en fer, dérapant et manquant de tomber. Cette odeur... l'odeur d'humains, et en grand nombre. La porte était assez solide et large, mais rien dont je ne puisse venir à bout avec ma force. Même fatiguée par la Purification, je restais capable de ce petit exploit. Je devais voir ce qu'il y avait derrière cette porte, car l'odeur était fraiche, et ce n'était pas celle de sang. Il y avait donc bien des chances que derrière cette porte se trouve les humains enlevés que l'on cherchait tant. Ce n'était pas là que mes habaeks voulaient me diriger, mais je me devais en priorité de secourir ces humains enlevés. Après tout, c'est aussi pour cela que je suis ici, non ? Canalisant mes efforts, j'enfonçais la porte d'un coup d'épaule. Celle ci se plia, mais ne s'étala sur le sol qu'après un deuxième coup. Là dessus, je vis plus deux douzaines de paires d'yeux se fixer sur moi.

La salle était assez grande, comportant cependant non pas des cellules comme dans les laboratoires, mais de grandes cages. Dans ces cages se trouvaient des humains, qui semblaient classés par sexe et par âge. Il y avait des enfants en majorité, mais aussi quelques adultes. Tous en haillons, ou bien dans des habits de ville assez sales, ils me regardaient avec terreur. Il faut dire que je ne me présentais pas sous mon meilleur jour. Avec mon armure blanche, mes cornes, mes ailes et mon casque qui ressemblait à la tête d'un reptile, il y avait de quoi avoir peur. Je m'avançais doucement dans la salle, les observant aussi. Tous des humains, pas encore sujets d'expérience. Leur peur était palpable, mais cette odeur de peur emplissait toutes les fondations et les laboratoires. Pas étonnant qu'ils soient difficiles à localiser. Décidant de mettre fin à leur peur, ou du moins essayer, je montrais mon visage. Le métal de mon casque glissa sur les côtés de ma tête, coulant vers ma nuque pour y former un col. mon visage d'humaine était ainsi exposée, même si mes ailes et mes cornes ne disparaissaient pas pour autant. Je leur parlais, essayant d'être rassurante.


" N'ayez crainte, je suis ici pour vous aider. Je suis... Je ne suis pas un démon, si c'est ce que vous pensez. Vous êtes les humains enlevés, n'est ce pas ? Tout le monde vous cherche, vos familles vous cherchent désespérément. Mais je vais vous sortir de là."

Je m'approchais des cages, les prisonniers s'écartant de la porte avec peur. Mais une lueur d'espoir brillait dans leurs yeux décharnés. Je regardais le cadenas, qui n'était pas bien épais. D'un coup de mes griffes, je l'arrachais dans un crissement de métal, et ouvrais la porte. Je m'en éloignais aussitôt pour ouvrir les autres cages, les prisonniers là présent libres hésitant à sortir. Je continuais de parler, ne perdant cependant pas de temps.

" Nous n'avons pas beaucoup de temps. Les fondations et les laboratoires ont été vidés, mais les cobayes rôdent et sont assez sanguinaires. On ne peut sortir par le tunnel, il faudra sortir par la porte menant au château. Il vous faudra être courageux mais prudent, et rester groupés. Je vais vous aider à remonter à la surface et à rejoindre la population. Je vais vous protéger autant que possible, mais il vous faudra m'écouter et m'obéir si vous voulez vous échapper en vie."

Les enfants étaient apeurés et ne semblaient pas comprendre. Mais les quelques adultes, eux, voyaient très vite leur intérêt à m'écouter. Ils furent les premiers à sortir des cages ouvertes, certains se dirigeant vers les enfants, les autres m'observant avec prudence et circonspection. Ils ne semblaient pas oser parler, mais j'avais toute leur attention. Je finissais d'ouvrir les dernières cages, me retrouvant avec un peu plus d'une vingtaine de personnes. Mais le nombre d'enfants important en faisaient des proies faciles et les protéger n'allait pas être facile. Je ne pouvais cependant par reculer. L'un des humains, qui semblait plus curieux, m'interpella d'une voix grave et raillée.

"Et qui es tu, si tu n'es pas une démone ? Pourquoi nous aider ? "

De la méfiance pointait dans ses paroles et sa voix. Je me retournais pour le fixer, mais mis quelques secondes à répondre, pesant mes mots.

"Je ne suis pas un démon. On me surnomme le Dragon Blanc, car c'est ce que je suis. Je vous aide car je protège les humains, et vos kidnappeurs ont osés tenter d'enlever une enfants sous ma protection. S'en prendre à des enfants est intolérable, et je ne pouvais rester passive. Même si cela doit me coûter cher... Allons, ne perdons plus de temps. Portez les enfants les plus faibles, restez groupés et suivez moi. Ne faites pas de bruits."

Sans plus attendre, je leur fis signe de me suivre et sortis de la salle à grand pas. Mes paroles semblèrent les avoir convaincu, alors que j'entendais leurs pas rapides pour me suivre Certains enfants pleuraient, mais les adultes faisaient des efforts pour les faire taire. Avec maintenant une meute d'humains fragiles et affaiblis avec moi, je devais redoubler de vigilance. Les protéger des soldats m'inquiétait moins que ce que les cobayes fous pouvaient leur faire. Avec de la chance, ils seront assez occupés en haut pour ignorer ces humains. J'allais pour faire demi tour, mais les habaeks qui m'avaient appelés me rappelèrent à l'ordre. Il y avait quelque chose que je devais voir, et vite. J'analysais le chemins qu'ils voulaient me faire prendre. Pas trop éloigné de là où nous étions, cela nous obligeait cependant à s'enfoncer un peu dans le sol, par des escaliers. Je réfléchissais en un éclair. Ne pouvant laisser les humains seuls, je leur fis signe de me suivre, et repris ma marche, me dirigeant vers la salle que mes esprits de l'eau voulait me faire voir. Pourvue que rien n'arrive...

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité



MessageSujet: Re: Événement : La chute du roi.   Lun 10 Aoû - 23:28

Message de Lunis Oniria, humaine.

Assise en tailleur dans un coin de la salle, son bâton sur le sol devant elle, Lunis faisait abstraction de l'agitation de la pièce pour se consacrer sur les flux de magie présent dans le palais. Ils étaient nombreux en ce jour de révolte. La population d'Espalion n'était pas la seule à en vouloir au roi semblait-il. Tout proche, quelques magiciens étaient à l'oeuvre au milieu d'un combat acharné par elle ne savait quel groupe voulant s'attaquer à la porte les séparant de la pièce du roi, là où se trouvait Lunis actuellement. Plus profondément, dans les entrailles du château, elle pouvait également déceler un certain d'entités magique. Des esprits élémentaire sans aucun doute. Toute cette débauche de magie n'augurait rien de bon pour l'avenir; les barbares combattant pour une cause qui semblait juste n'étaient jamais très délicat.
Elle rompit sa méditation et se releva en empoignant son bâton pour s'aider à se mettre debout. Après quelques secondes, la tension de la pièce lui fut à nouveau palpable. Les différents nobles ne sachant pas se battre et s'étant réfugier ici, dans l'espoir d'un abri sûr, ne faisait qu'envenimer la situation. Ils étaient fébriles, posaient sans cesse des questions et ne savaient pas se maitriser. Ils arrivaient même à transmettre leurs inquiétudes et leurs peurs aux gardes royaux, une vingtaine, présent dans la pièce, en formation devant la porte derrière laquelle des combats faisaient rage. Le roi lui-même ne semblait pas à l'aise; sans doute que les rumeurs étaient vraies et qu'il savait parfaitement ce qui l'attendait.

Elle s'approcha de la porte qui avait été renforcé grâce à d'épaisses poutres de bois. Pour le moment elle ne semblait pas être affecté le moins du monde; peut-être même que les idiots de l'extérieur n'arriveraient jamais à l'atteindre. Ou à l'enfoncer si jamais les gardes ne faisaient pas leur travail correctement. Les gardes royaux semblaient nerveux alors qu'ils étaient réputés pour leur sang-froid à toute épreuve. Ils étaient l'élite des soldats humains logiquement, chargé de protéger le roi et de donner leur vie pour ce dernier si nécessaire. Lunis s'approcha de leur chef et posa sa main sur l'épaulière de l'homme. Une fine couche de verglas se forma sur la pièce métallique au contact de la main de la sorcière.

- Capitaine, calmez vos hommes je vous prie. Si l'image de la garde royale venait à être ternie, je crains que les faibles d'esprit présent dans la pièce ne viennent à paniquer et compliquer les choses. Moi ainsi que certains nobles capable d'utiliser une arme correctement seront là pour vous épauler si besoin. Essayez de garder la concentration de vos hommes sur ce qui pourrait passer la porte.

Même si les paroles de la jeune ne semblait pas au goût du capitaine, qui semblait estimer qu'une noble comme elle n'avait pas à lui dispenser des conseils, il se racla la gorge et émit quelques paroles d'encouragement pour ses hommes, leur rappelant leurs devoirs. De son côté, Lunis alla se placer un peu en retrait, derrière la ligne de gardes royaux, prête à accueillir ce qui se pointerait avec un peu de magie de son cru.
Revenir en haut Aller en bas



Arazel Mores

Invité



MessageSujet: Re: Événement : La chute du roi.   Mar 11 Aoû - 19:59

Message d'Arazel Mores, humain.

La situation avait empiré en quelque jours seulement. Certains nobles s'était soulevait contre le roi, puis le peuple a commençait a gronder, les voleurs étaient tous partis se terrer dans leurs planques sous la ville. Et quelques heures plus tard... Le peuple prenait le palais d'assaut. Il avait envoyé le plus gros des forces du palais aux portes pour les fortifier, ne gardant que le corps de garde royale avec lui dans la salle du trône. Il y était lui même cloitré a attendre que les choses se calme l'arme a la main. Ses hommes avait formé un arc de cercle face' a la porte et il était devant eux, au centre. Le bruit de combats devant la grande porte annonçait une proche ouverture de celle-ci par des forces hostile. La tension grandissante dans la pièce était palpable et il entendait les jérémiades des nobliaux derrière lui. Il était sur le points de leurs crier de la boucler lorsqu'une jeune noble, cousine éloigné de la famille royale vint geler les plaques de son épaulière droite. Elle lui murmura quelque mots a l'oreille, et il lui grommela quelque choses avant de se rendre compte qu'elle avait bel et bien raison.
Arazel dit quelque mots aux plus jeunes de ses hommes, les rassurant sur ce qui allait se passer écoutant ce qu'ils avaient a lui dire, leurs peurs et leurs anxiétés puis il regarda ses plus vieux compagnons avec qui il échangea un léger sourire lourd de sens. Il se retourna vers l'assemblé de poules mouillé derrière ses hommes et leurs dit sèchement  de se taire ou il les livrerai lui même au peuple. Puis il retourna voir la jeune sorcière qui lui avait parlé.
-Madame, vous savez comme moi qu'on ne pourra pas les retenir ici, et la ligné royale doit se perpétrer, alors lorsque les révolutionnaire viendrons a passer nos bouclier, l'un de mes hommes vous fera sortir vous ainsi qu'un ou deux autres membres de la familles éloigné du roi. Votre passage est assuré jusqu'à la frontière elfe. Là un détachement de la garde vous récupèrera et vous reviendrait quand tout sera calmé. Le peuple ne vous connait pas, il vous laissera revenir, et pour les nobles... votre sang vous donnera accès au pouvoir et les gardes a vos côté vous permettrons de couper cours lors de l'assemblé qui prendra place a la mort de ce fous. Suis-je assez claire ? Après, bien sure, si vous voulez vous battre et mourir ça vous regarde, mais vous êtes la plus a même de survire dehors...
Le capitaine de la garde, retourna entre ses hommes et resta là, à regarder fixement la porte.
Revenir en haut Aller en bas



Elandri

avatar

Masculin Nombre de messages : 36
Style de combat : Defend avec son épée et attaque avec le bouclier


MessageSujet: Re: Événement : La chute du roi.   Mer 12 Aoû - 12:33

« .Je verse une larme , je perd de la force.Je verse deux larmes , je perd de l'énergie.Je verse deux larmes  , je perd ma volonté. Je verse trois larmes , je perd de la douceur.Je verse trois larmes je perd de la complicité.Je verse trois larmes, je perd du réconfort...Cette nuit nombreux sont ceux qui ont perdu.L'homme est banal , l'homme est arrogant , l'homme est égocentrique,l'homme est doux , l'homme est mauvais.L'homme rencontre un être , l'être lui fait confiance , l'homme est digne de confiance , l'homme rencontre un destin , l'homme doit faire un choix , l'être est près de l'homme , l'homme fait le mauvais choix ,  l'homme n'est plus digne de confiance , l'être sait , l'homme change ,l'être voit le changement , l'être n'agit pas et s'aveugle d'espoirs inutile ,l'homme trahis ,l'être croit toujours en l'homme ,l'homme fait du mal à l'être , l'être est courageux et soutiens l'homme , l'homme tue l'être.L'être pardonne à l'homme.L'être n'est plus , l'être a perdu.L'homme a perdu des larmes.L'homme a perdu une femme. Douce , triste , touchante , belle leçon que voilà.-Tu es là ? -Je suis tout près. -Je ne te vois plus , je ne te sens plus  , je t'aime , je crois , je ne sais plus ,aide moi.-Tu vas devoir te battre seul , c'est ton savoir ,c'est ton cœur.-Je dois me battre contre toi pour que nous soyons ensembles  , pour que tu m'aime , je ne veux pas te forcer... -Tu ne me force pas , tu me charme , tu m'attire. -Non je me bat contre ta volonté pour te donné la même sensation que moi.C'est un combat juste? -Je ne sais pas , tu me fais douté ! -Nous sommes justes deux êtres -Sommes nous heureux ? -Tais toi. -D'accord. »

Le livre sacré qui ce trouve dans la main droite du paladin , celle qui est vide , celle qui ne porte pas le bouclier ce ferme dans le creux de sa main. L'homme s'arrête un instant pendant le combat , et hurle à ses hommes et aux soldats par la même occasion.

-Assez ! Nous ne sommes pas là pour faire un bain de sang ,  nous ne sommes pas là pour détruire des vies honorables. Assez soldats , vous remplissez votre rôle qui est de protéger le roi , mais il doit être jugé si non vous vous rendez complice de ses méfaits. Soyons sérieux soldats vous n'êtes pas assez pour restez en vie même si chacun d'entre vous tue cinq d'entre nous nous sommes encore trop. Posez vos armes et serez traité avec honneur.

Les hommes du roi hésitent , ce regardent , hésite , réfléchissent , hésitent , cherche une autre option , hésite , ne veulent pas mourir pour un roi qui va mourir quoi qu'il arrive , ils hésitent , ils posent les armes.Les hommes de la guilde les traites avec respect comme promis par leur chef.

-Ouvrez les portes de la salle du trône , entrez , nous ne vous suivrons pas.Dites aux hommes , aux nobles ,au femmes , aux sorciers et autres  personnes qui craignent pour leur vies que ceux qui assiège la salle du trône son guidé par un paladin dont seul la justice et le bien du peuple compte , alors que ceux qui ne veulent pas ce battre qui sont là par peur peuvent sortir , ils seront escorter par mes hommes à travers le château pour que la population à l'extérieur ne les attaques pas , ils sortiront par l'endroit ou nous sommes entrées. Le temps presse soldats les hommes et femmes avide de sang approchent. Évitons de faire couler du sang inutilement , nous souhaitons seulement jugé le roi selon les lois d'Espalion avec un jury neutre , si vous décidez de restez à l'intérieure nous attendrons que le reste de la population arrive et nous affronteront mais nous ne pourrons garantir la sécurité des innocents et des suspect. Faites votre choix.Notre proposition vaux aussi pour le roi si il veut ce rendre sans combattre nous le protégerons pour qu'il soit jugé.

Les fidèles s'écartent et laisse les soldats en vie , ramasse leur armes et recule loin de la porte.Les soldats du roi s’exécutent , mais ne peuvent entrer.Le paladin fronce les sourcils , celui ci décide de mètres ses mots sur papiers et à coup de grande hache fais un trou dans le haut de la porte juste assez pour faire passer son papier aux personnes à l'intérieure.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Shrikan Tatsu

Conseillère en Machiavélisme
avatar

Féminin Nombre de messages : 190
Style de combat : Rapproché - sabre courts


MessageSujet: Re: Événement : La chute du roi.   Jeu 13 Aoû - 17:39

~ Dans les Fondations du Château ~

Je marchais dans les couloirs, bien moins vite que tout à l'heure. Les humains et quelques elfes étaient faibles, et des enfants pour la plupart. Apeurés, fatigués, ils marchaient avec une lenteur qui me paraissait insupportable. Mais pouvais je leur en vouloir ? Aux aguets, je scrutais la moindre ombre, écoutais le moindre bruit qui pourrait trahir un des cobayes, ou bien un des gardes resté caché par la peur et cherchant vengeance. Je suivais le parcours indiqué par l'esprit de l'eau de plus tôt, arrivant vers une nouvelle salle. Celle ci était sombre, sale et de nombreux débris encombraient l'espace. Le plafond semblait s'être en partie effondré, et depuis peu semblait il. C'était une salle d'expérience, de nombreux livres et le reste d'inscriptions sur le sol en étaient les témoins. Le dragon d'eau apparut, un petit esprit pas plus grand qu'un chien, et piaillant en direction du mur. Je faisais signe aux prisonniers de ne pas bouger.

"Restez là, derrière moi. Ne vous approchez pas des décombres, ils peuvent encore être instables. Ne faites pas de bruit, et surveillez le couloir."

Je m'approchais du mur, là où les décombres étaient les plus abondants. Je sentais, du sang encore frais, et la peur. Je commençais à défaire les décombres, les arrachants et les dégageant derrière moi. C'était un peu difficile, l'instabilité faisant qu'à mesure que des objets étaient enlevés d'autres retombaient du plafond. Je me pris même une poutre dans le dos, me faisant fléchir dans un grognement. J'entendis des cris de surprise des humains derrière, et leur intimais de se taire. Je dégageais facilement la poutre, quand j'entendis des voix.

"Qui est là ? Sortez nous d'ici, on est coincé ! S'il vous plait, aidez nous !"

Comme un chien d'arrêt, je me figeais un instant, puis fébrilement fouillais encore plus les décombres, ma queue s'agitant avec vigueur. Mes griffes raclaient, dégageaient des rochers et des lambeaux de bois. Bientôt je pus enfin voir une main se tendre vers moi. Elle était pâle, sale par la terre et entaillée. Une main d'humains. Cette main s'agrippa à mon bras, mais en sentant la texture étrange de mon armure et en croisant mon regard, la main se retira aussitôt en laissant entendre un cri d'effroi. Je le rassurais comme je pouvais.

"N'ayez crainte, je suis là pour vous libérer. Êtes vous seul ? êtes vous blessé ? "

La voix mit quelques secondes avant de me répondre. Celle ci, appartenant à un homme, confirma qu'il n'était pas seul. Ils étaient six, quatre enfants et deux adultes. Un des enfants, une petite fille, était blessée à la jambe et ne pouvait se relever. Super, un autre fardeau. Cependant, je ne pouvais pas les abandonner. Je leur dis de s'écarter, et commençais à dégager le passage. Cela fut fais en moins d'une minute, une petite ouverture où il fallaut s'accroupir pour passer. Je ne pouvais pas ouvrir plus, les décombres étant trop instables. Je fis signe aux humains de sortir. Un premier adulte sortir, presque avec peine, suivis par un petit garçon. Une deuxième enfant le suivis, puis les autres ne sortirent pas. On pouvait entendre les pleurs de la petite fille, ainsi que les paroles d'un homme essayant de la rassurer. Par réflexes, je pénétrais dans l'alcôve. C'était ce qui restait d'une cellule, la porte en fer ouverte leur avait sauvé la vie en maintenant des poutre et évitant aux roches de les écraser. La petite enfant avait une jambe ensanglantée, et pleurait à chaudes larmes. L'adulte était accroupi à côté d'elle, essayant de la prendre dans ses bras. Mais elle se débattait, car il semblait que ce n'était pas un membre de sa famille. Elle se tut en me voyant, sûrement pétrifiée de peur. L'autre enfant se cachait derrière l'adulte, qui n'en menait pas large.

" Je vais me charger d'elle et la porter. Sortez avec l'autre enfant, vite."

Je n'avais pas confiance en l'alcôve où nous étions, ni en l'entrée que j'avais construite rapidement. Il fallait sortir au plus vite, car de plus en plus de poussière et de petits débris tombaient, et les grincements du bois et des rochers ne disaient rien qui vaille. L'adulte acquiesça, prenant l'autre petit garçon par la main et l'approchant de la sortie. L'enfant ne voulait pas prendre la sortie, aussi l'adulte passa en premier pour lui montrer que c'était sans danger. De mon côté je m'approchais de la petite, qui se mit à hurler. D'un mouvement je me précipitais vers elle, lui plaquant l'un de mes mains sur sa bouche pour qu'elle se taise. Ses yeux verts étaient écarquillés, brillant des larmes de sa peur.

" Chut, chuuut.... Ne hurle pas, tout va bien. Je suis là pour te sauver, d'accord ? Je suis... une fée dragon, une gentille fée qui protège les enfants. Je suis là pour te sauver et te ramener vers tes parents. Mais pour ça, j'ai besoin que tu sois courageuse, et que tu fasses ce que je te dis. D'accord ? Alors ne pleure pas, et suis moi."

La petite ravalait ses larmes, mais semblait toujours effrayée. Mais l'histoire de la gentille fée semblait marcher. Certes, j'avais un peu déformé la vérité, mais je n'étais pas loin. Seule le fait que je suis une fée était un mensonge. J'allais enlever ma main, quand j'entendis un craquement et le grondement d'un éboulis. Mon corps frémit d'horreur, et mes yeux se tournèrent instinctivement ver la petite sortie. Le dernier enfant n'étais pas encore sortit, et le grondement l'avait fait reculer dans l'alcôve.

"Attention !!!"

Ma queue s'élança vers le gamin, l'attrappant par la taille et le tirant vers moi. En même temps, je pris la taille de la petite entre mes bras et bondit vers l'intérieur de la cellule, seul endroit au plafond solide et encore debout. Roulant boulant dans la cellule sous les fracas de roche et de bois, je protégeais de mon corps et de mes ailes les deux enfants, les plaquant contre le mur le plus éloigné des éboulis. J'attendais quelques longues secondes, le temps que tout se stabilise. Puis, écartant les ailes doucement, toussant un peu à cause de la poussière, je regardais les dégâts. La sortie était à présent comblée, mais les enfants allaient bien. A part quelques griffures et un ou deux bleus, ils ne semblaient rien avoir. Ils se mirent à chougner, mais je les ignorais. M'approchant du mur de décombre, je parlais d'une voix forte, essayant d'atteindre les autres humains.

" Vous m'entendez ?! Répondez moi !"

J'entendis une voix en réponse. J'avais de la chance.

" Oui! Vous allez bien ? Est ce que les enfants sont vivants ?"

Je leur répondis, mais ma réponse allait bien les étonner.

" Oui, les petits vont bien et moi aussi. Mais vous devez partir immédiatement! L'effondrement a fais du bruit, et peut avoir attiré des gardes ou des cobayes. Suivez les dragons d'eau vers la sortie, ils vous guideront vers le château. Mais une fois là haut, méfiez vous autant des humains que des cobayes. Personne ne sait dans le château que vous êtes les enlevés. De mon côté je vais nous sortir de là, mais cela risque de durer un moment. Je ramènerais les enfants sains et saufs, je vous le promets. Partez maintenant, et vite !"

L'humain qui m'avait entendu semblait perplexe, et hésitant. Il regarda les décombres, puis la troupe d'humains et d'enfants enlevés, comme lui. Ils avaient peur, et avaient envie de partir. Mais seul, c'était dangereux. Où étaient donc ces dragons d'eau dont... Les humains sursautèrent en voyant apparaitre de nul part des êtres d'eau. Grands comme des chiens, on aurait dit des serpents avec des épines sur la tête, et des dents pointues nombreuses. Leur corps était fait d'eau fluides et de petites plaques de glace. Sifflant et glissant sur le sol, trois de ces serpents d'eau se dirigèrent vers la porte de sortie, faisant pleurer les enfants et s'écarter les humains. Mais ils n'avaient pas le choix. L'humain qui m'avait écouté enjoignis les autres humains de suivre ces serpents, et avant lui même de sortir de la salle, je pus entendre une dernière fois sa voix.

" Bonne chance... Dragon Blanc."

Il se tut, et disparut à son tour. De mon côté, je n'en menais pas large. Haletant, cherchant mon souffle, je pouvais sentir mon tatouage me brûler vicieusement la peau, mon corps commencer à se rebeller contre moi en de violentes crampes. Je commençais à sentir les limites de ma magie avec ce scellé. Guider les humains vers la sortie était ma priorité, ne pouvant me concentrer à la fois sur les esprits de l'eau et sur notre libération. M'asseyant contre le mur de la cellule, à côté des enfants, je fermais les yeux, visualisant la présence des humains dans am tête pour les guider. Mais n'oubliant pas les enfants, je leur parlais en un souffle saccadé.

" Ne vous en faites... pas les enfants... Je me repose un peu... et je nous sors d'ici.... Puis on ira... chercher vos parents... Reposez vous, vous êtes... en sécurité avec moi."

C'est certain, ils étaient bien plus en sécurité avec moi, qu'avec les humains dans les galeries, ou encore dans le château. D'ailleurs, je me demandais quelle pagaille els cobayes avaient bien pu provoquer dans le château. Mais j'étais loin de me douter qu'ils n'étaient pas les seuls soucis de ses habitants.



~ Dans le Château ~

A la porte du château menant aux fondations, les Gardes de l'Ombre n'en menaient pas large. Non pas qu'ils soient faibles face aux cobayes, mais leur surnombre, leur rage et leur vivacité les avaient pris au dépourvus. Ils en avaient tués certains, que ce soit par les armes blanches ou la magie. Deux des gardes étaient tombés, et plusieurs dizaines de cobayes avaient réussi à les passer et à pénétrer dans le château. Les gardes les poursuivèrent, mais les cobayes s'étaient dispersés. Les cobayes s'en prenaient à tout ce qui était à leur portée. S'attaquant aux serviteurs affolés, les mordant, mangeant certains. Puis ils furent attirés par l'odeur de la peur, du sang, et le nombre. Un groupe de cobayes à la peau sombre, dont l'un pouvait presque marcher debout et se trouvait être le plus robuste, remontèrent la piste. Ils arrivèrent derrière un groupe d'humains, qui sentaient le sang frais. Excités, les cobayes se ruèrent sur eux, utilisant la peur que procurait leur apparence et la surprise de leur attaque. Bondissant tels des fauves, utilisant leurs griffes et leurs crocs, ils attaquèrent des gardes, ainsi que le groupe de mercenaire qui avait suivis Elandri. Devant la salle où les nobles étaient rassemblés, les cobayes feulèrent leur triomphe et leur satisfaction, les écho se répercutant dans les couloirs. Les autres cobayes disséminés, attirés par le bruit, se mirent en route pour les rejoindre. Mais ils ne furent pas les seuls attirés, car les Gardes de l'Ombre, coursant ces abominations, suivaient aussi leurs traces.

[PS: jouez les cobayes comme bon vous semble, mais gardez à l'esprit que leurs morsures peuvent avoir des effets néfastes. Idem pour les gardes de l'Ombre, qui sont des Gardes Spéciaux cachés de Mordred, mais ils ne sont pas forcément des alliés..]

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Arazel Mores

Invité



MessageSujet: Re: Événement : La chute du roi.   Jeu 13 Aoû - 20:37

Message d'Arazel Mores, humain.

Arazel sursauta. Un léger tressaillement pas quelque choses de visible, mais le silence qui s'en suivit était encore plus oppressant que celui des combats qui se faisait juste derrière les portes. Un silence de mort, ou seulement les respiration haletante des noble dans son dos se faisait entendre. Quelqu'un frappa a la porte, causant des cris de surprises parmi les seigneurs. Le capitaine de la garde fit un geste a l'un de ses hommes qui courut vers la porte et il hocha affirmativement la tête. Les membres de la gardes ouvrirent les portes laissant entrer les cinq hommes survivants de l'attaque des mercenaires. Il éclata, d'un rire franc lorsque les gardes lui firent le retour du message du chef des mercenaires avant de montrer une pille d'arme dans un coin de la pièce. En effet chaque garde royale portait sur lui, une lance, deux épée, un courte et une longue, ainsi qu'un bouclier grand comme un homme et deux dagues. Ils avaient eux le temps de passer a l'armurerie chercher de l’équipement. Et les quelques allé retour avaient vidé la salle de toute armes ou armures. Les gardes furent rééquipé. Il y eu quelque protestations parmi les survivants qui voulaient partir, mais Arazel leurs fit rapidement comprendre qu'une pogné de mercenaires ne parviendrait pas a assurer leurs protection jusqu'à l’extérieure de la ville, et qu'il valait mieux rester ici, le temps que l'aide qu'avait demander le capitaine de la garde arrive.
Des cris sinistres se firent entendre a l’extérieur et les survivant barricadèrent les portes juste après avoir fait rentrer le reste de leurs alliè a l’extérieur, laissant les mercenaires avec les monstres du dehors. ils restèrent coi devant la porte a se demander silencieusement si ce qu'ils avaient vu été bien vrais. Ils en vinrent tous a la même, sinistre conclusion.
Revenir en haut Aller en bas



Braod Longgar

Invité



MessageSujet: Re: Événement : La chute du roi.   Jeu 13 Aoû - 21:46

Message de Braod Longgar, humain.


Ce qui devait arrivé arriva, les rumeurs avait laissé place au chaos. Le roi n'avait rien affirmé, ni rien démenti, il était resté passif  face à cela et avait donc par la même occasion perdu tout le respect que les Longgar avait pour lui. Le bretteur ne le considérait pas comme coupable ou non coupable, aucune preuve concrète ne lui ayant encore été rapporté, mais dans tous les cas l’inaction de ce dit roi n'avait montré qu'une chose ces derniers mois :de la faiblesse.

Braod se tenait adossé à un mur, dans son armure grise et avec les épaulières représentant sa maison, à sa droite se trouvait son frère le général Akath et sa sœur Isiel à sa gauche, ils semblaient attendre quelques choses. Les maîtres espion sous les ordres d'Isiel fouillaient le château de fond en comble depuis que le chaos avait débuté, à la recherche d'un début de preuve et de vérité. La porte était barricadé mais pourtant les soldats royaux semblaient douter, étonnant vu la réputation de guerrier sans faille qu'ils avaient.

Les sons de batailles juste devant la porte finirent par se stopper soudainement, un temps passa puis un morceau de la porte fut brisé à coup de hache et un mot passa. Le capitaine fit ensuite entrer les survivants, cinq au total, et bien elle était belle la garde royale. Faire sortir le roi hein ? Quand bien même l'individu derrière ces portes avait les intentions les plus honorable du monde faire sortir le roi l'exposerait à énormément d'assassins potentiel en ce jour de chaos et de rébellion. Le cadet des Longgar saisit son casque sous le bras, un air agacé se trouvait sur son visage.

- Tout ce chaos pour des rumeurs...tout ceci est d'un ridicule. Isiel, tu reste pour protéger le roi, Akath, tu me suis ?


L’aîné affirma d'un hochement de tête et suivit son frère, enfilant son casque de général représentant un lion. Hors de question de rester barricadé derrière une porte, il allait bouger mais alors qu'il allait vers la porte cette derrière s'ouvrit à nouveau suite à des hurlements et les dernier gardes rentrèrent, posant immédiatement une main sur son ours ainsi que sur l'épaule de son frère Braod se téléporta devant la porte et put constater...l'horreur ayant lieu. Mercenaires et humanoïde fou s’entre-tuant là ou le sang des gardes royaux et des mêmes mercenaires avait coulé juste avant. Le bretteur vit le chef des mercenaires et haussa un sourcil.

- Encore un de tes spectacles paladin ?


L'ironie s'était faite sentir dans ses paroles. Voyant un cobaye se jeter sur lui le seigneur dégaina et vint abattre sa lame sur l'épaule du cobaye pour lui arracher un bras, le fauchant juste après il le fit chuter puis l'acheva calmement en enfonçant sa lame dans son crâne.

- Mais qu'est-ce donc, qui a bien put causer cela ?

- Seigneur Longgar !


Un voile invisible juste à côté de lui se leva, dévoilant l'un des maîtres espions  de leur famille patrouillant dans le château. Ce dernier semblait savoir d'où était venu la menace et ces créatures, il fallait s'assurer si tout cela n'était qu'une bête attaque ou si il y avait un lien avec les rumeurs. Alors que son frère empalait un autre cobaye avec sa lance ce dernier annonça :

- Je vais le suivre et fouiller les étages inférieurs d'où ils sont venu. Si il y a un lien entre ces choses et les rumeurs, on trouvera peut être nos réponses à la source de ce problème.

- Parfait, va y. Mais méfie toi de tous le monde, il y a trop de chaos et d'infos  manquante pour faire preuve de négligence.


Soudain le maître espion ainsi que son frère disparurent à la vue de tous avec la magie du premier, mettant son casque le négociateur resta devant la porte avec son ours, abattant sa lame sur tout cobaye qui sortirait de la mêlées pour approcher des portes. Sa lame chantant et dansant d'un ennemi à l'autre tandis que son regard devenait plus sévère en voyant les soldats qui ne semblaient pas être de la garde royale. Il n'aimait pas cela, quand bien même ils tuaient les cobayes eux aussi.

De toute façon son objectif était clair et précis, personne ne tuerait ou ne jugerait le roi tant que ce chaos continuait à se reposer sur de bête rumeurs. Il lui fallait des preuves et il tiendrait suffisamment longtemps pour les avoirs, si les rumeurs s'avéraient exact alors la tête du responsable, roi ou tout autre...tomberait, il y veillerait personnellement. Mais si ce dernier était innocent,alors il devait contenir les menaces jusqu'à ce que de réels preuves leur parvienne.

La lame de l'élève du dragon d'argent toujours devant la porte continuaient de s'abattre sur les cobayes...qui étaient si combatif et nombreux que la situation allait finir par devenir encore plus critique et chaotique qu'elle ne l'était déjà dans peu de temps.


Dernière édition par Braod Longgar le Ven 14 Aoû - 12:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Elandri

avatar

Masculin Nombre de messages : 36
Style de combat : Defend avec son épée et attaque avec le bouclier


MessageSujet: Re: Événement : La chute du roi.   Ven 14 Aoû - 12:13

[ Si on peut alors je me prive pas ! ]

Point de vus des cobayes

Profession se salir les mains , notre boulot c'est assassin notre passion c'est le venin les coups dans le dos notre destin ,un avorton sur le chemin on veut sa peau c'est un besoin beaucoup de pulsions pas de chagrin et la douleur en guise de copain.Tueurs suprême sans états d'âme on est coupables de bien des drames tuer on aime et on le clame abominables sont nos attaques.Jamais de flemme pour être infâme pire que le diable et toutes ses flammes ce soir problemes pour ces quidams une véritable tuerie se trame!Ils attendent là groupés tranquilles bien inconscients ces imbéciles ils ne savent pas qu'on est hostiles qu'on est violents malin et vils rapide combat on est agiles et furtivement commencent les meurtres , ils résistent pas ils sont fragiles de vrais enfants sages et dociles ,la journée continue et comme une peste noire on ce répand , les coins du château les plus connus on les infestes et ils deviennent assourdissant accueillant les cries de nos victimes.La peur prend le dessus au moindres geste un guets-apens un grand coup de griffes qui te déleste de ton sang!

N'en pouvant plus beaucoup désertent pour la cadence une lourde perte ces disparu causent la disette on sort de transe on est inertes ,ils ont tous fuis , bon débarras ces petits jeunes c'était l'encas mais ont fui y a plus un rat pour eux on est bien trop hostille , tant pis on bouge , on reviendra , on va chercher de nouvelles victimes , à l’odorat on les traquera ils ne nous échapperont pas , on en trouve un seul dans les couloirs , un innocent qui nous voit pas , cet importun on le bastonnera et dans son sang il baignera ! Toujours on cherche de nouvelles cibles , plus besoin de ce cachés dans l'ombre à peine audibles quand passe un derche , oui on le crible même en sous nombre on est horribles toujours inaccessibles on détruis en étant invisibles on fait le tour imperceptibles pour un résultat des plus terribles ! Quand par ma frappe tout s'accélère ma main griffes claque sur son derrière prochaine étape sa jugulaire prochaine attaque tres sanguinaire ! Le poison tape douleur amère la raison craque de mile manières est battu et désespère une fois vaincu son corps à terre ! En un instant on disparaît même pas le temps de nous distingué dans pas longtemps on s'y remet tuer des gens nous fait rêver , verser le sang est un décrêt et dans nos rangs que des tarés des chiens errants et armés traumatisant tous ces damnés !

Invisibles prédateurs on patrouilles dans le château tueurs cherchant notre quatre heure des petits soldats dérouiller direct on les détecte ils sont derrière cette porte on se délecte car on sait de quelle manière on assassine , pour un cobaye c'est grisant de faire peur à ses proies de tous les prédateurs ici présent moi le roi mon unique partenaire dans cet enfer c'est un cobaye psychotique tortionnaire friand de guerre et de malheur camouflé dans une fente je les sens se rapprocher embusqué mon compagnon très bientôt va les étriper , ces pauvres innocents vont côtoyer la douleur périssant dans leur sang s'étant noyés dans la peur ! Toujours discret toujours rapide on est secret et intrépides on est cachés on est perfides de vrais bouchers au cœur solide , des coups d'épée couvert de magie spécialisé en homicide sont dresser pour nous affronté.Ne pas tuer les gentillets nous paraît impensable en vérité tant qu'on y est carrément méprisable nos manières d'assassins , de tueurs , vil invulnérables effraient tous ces bambins tous ces vilains vulnérables.

Comme une vraie maladie on se répand dans les rangs commune est votre vie car se finissant dans le sang complètement implacable avec une technique impeccable on éradiques les incapables tout en restant insaisissables les saignements et les puissantes morsures font leur effet ils meurent plus impuissant que des poissons dans nos filets , les morts s'accumulent et les baston sont pas près de s'arrêter qu'ils gesticulent tous , ces péons vont encore bien nous amuser on enchaîne les meurtres on est jamais fatigués et tu sais bien que tôt ou tard dans le dos tu serra exécuté et tu ne peux pas passer ton temps à tous nous surveiller débute un autre combat maintenant et vas te faire saigner ! Cloîtré derrière cette porte bientôt nous vous feront tomber , après avoir passé le comité d'accueil !


Elandri :

Nous y sommes , voici le début du véritable combat , voici un jour ou il faut prouvé sa fois.Cette fois le bouclier ne suffira pas , Elandri tend le bras droit à son extrémité , dans une lumière doré douce , sucré , comme du miel une masse paladine vient ce loger dans sa main , « Les deux martyres » deux visages ce distingue sur cette arme , rien de vivant , mais le symbole est fort pour le porteur de l'arme.Le bouclier de l'homme ce remet en marche. Un problème , une impasse , un choix s'offre à lui , la horde de cobayes est bien trop nombreuse pour que les mercenaires retiennent la charge de la nouvelle horde ! Leur ligne de front approche à grande vitesse , Le paladin regarde à gauche , à droite et ressent la peur dans ses rangs , entre temps la porte s'ouvre et les soldats commencent à rentrer , l'homme tend sa masse en direction du front ennemi , les dieux semblent assisté à cette scène avec le plus grand intérêt , leur réponse est immédiate ! Une rafale d'éclaires dorés pénètre dans le grand couloir en face de la salle du trône à travers les carreaux , et fente arbalétriers saccageant ainsi une partie non pas trop grande mais assez importante quand même de la horde de cobaye qui continue d'augmenté , le contact est proche ! Les mercenaires tiennent l'assaut et ainsi la porte. Quand à Elandri sa vue ce trouble , ses membres le lâches , il ressent une fragilité au fond de lui que le moindre geste un est combat contre lui même , une situation tel situation a son pareil , imaginez passé de jours sans nourriture , votre force n'est qu'un mirage , c'est ce qu'il ressent. Il ne tarde pas à tomber au sol , sur son postérieure , lâchant son arme et ce tenant le visage.Les dieux ne sont pas à qui le souhaite , et leur demandé un soutiens est plus dangereux que subir leur colère par fois.

L'homme sur la place de la dernière fois est là , forcément , Elandri aurait du s'y attendre un noble , il ne pouvait être qu'ici. La question ferait sourire Elandri si il n'était pas dans un état de faiblesse.

-Notre vie est une piece de théatre monsieur ! J'espère seulement que ca ne finira pas en tragédie dont nous seront victimes. Le cœur de l'homme bat , et s'accélère à chaque secondes.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Ewilane

Invité



MessageSujet: Re: Événement : La chute du roi.   Ven 14 Aoû - 19:32

Message de Ewilane, humaine.

La journée commençait mal. La révolte avait finalement éclaté. Des centaines de paysans et autres du bas peuples montaient a l'assaut du château. Ewilane marchait dans les rues tranquillement a contre courant, lorsque quelqu'un l'intercepte dans les rues pour lui parler d'un problèmes dans les souterrains. Ewilane se retourna, vite fait et courut vers l'entré la plus proche. Elle rentra dans les tunnels, étant censé être bien gardé, mais désert. Elle ne s'en soucia pas et continua de courir dans les couloirs en ruines. Elle déboucha dans le premier bureau et n'y trouva que quelque cadavres. Elle les reconnu tout de suite, mais ne s'occupa d'eux. ce qu'elle cherchait était vitale. Pour elle et pour quelqu'un d'autre. La mage, déboucha dans une salle d’expérience et chercha dans les papier répandu au sol. Elle ne trouva pas ce qu'elle cherchait. En continuant sa course dans les souterrains, Ewilane tomba nez à nez avec un ex cobaye. Elle marqua un temps d’arrêt, se demandant qui avait commit la connerie de les laisser partir. Elle daigaina son arme et fit voler la tête du monstre dans le même mouvement. gardant son arme dans sa main elle continua sa course avant d'entendre parler un peu plus en avant. Ewilane ne perçu qu'une phrase : "Bonne chance dragon blanc".
Un dragon ? Les cgoses était vraiment encore plus folle que ce que pensait Ewi. Dragon blanc ? En y réfléchissant, cela pouvait simplement être le surnom d'un héro ou juste d'un mercenaire au grand cœur, enfin bref... ce n'était pas bien important et cela n'allait pas stopper sa course. Jusqu'à ce qu'elle débarque dans un labo ou une section était couverte de débris plus ou moins instables. Elle resta là, a regarder le monticule de roche. La pyromancienne sentait une aura magique puissante émanant des débris. Plus un potentiel magique car l'aura n'était pas véritablement puissante, elle était affaiblit ou alors prisonnière d'un carcan... Et plus important encore, ce qu'elle cherchait était dans un bureau dans cette pièce et le seul qu'il y avait était a côté de la cage sous les ruines. Super ! Ewila,e soupira longuement avant de tendre sa main vide vers le premier débris et de le réduire en cendre. Certes tout allait tomber mais elle aurait le temps de prendre ce qu'elle était venu chercher. Un passage pouvant laisser passer une personne de petite taille se fit, et un mur de flammes soutenait le reste de l'amas a la place de ce qui avait disparut. Elle le franchit sans aucune brûlure et fouilla dans les papiers dispersé au sol. Elle ramassa ce qu'elle était venu chercher et regarda les trois personnes dans la cage ouverte.

-Restez pas la ça tiendra pas longtemps !

Leurs dit elle avant de partir de la caverne improvisé.
Revenir en haut Aller en bas



Shrikan Tatsu

Conseillère en Machiavélisme
avatar

Féminin Nombre de messages : 190
Style de combat : Rapproché - sabre courts


MessageSujet: Re: Événement : La chute du roi.   Mer 19 Aoû - 15:26

Fermant les yeux, concentrée, je guidais grâce aux serpents d'eau les humains en dehors des laboratoires. Je sentais la magie me faire payer lentement mais sûrement ce que j'exigeais d'elle. Ma tête commençait à me tourner, et garder ma concentration devenait difficile. Je fus cependant soudainement arrachée de mon sort par l'utilisation d'un élément perturbateur. La magie de Feu. Le Feu et la Foudre étaient les deux éléments que je détestais par dessus tout. Le premier étant pour moi d'une vulgarité sans nom, et le deuxième d'une fourberie insupportable. Aussi un sort de feu ne pouvait que m'électriser et me faire feuler de colère. J'ouvris les yeux, ayant un réflexe de protection en cachant les enfants de mes ailes. Je voyais un nouveau trou se former dans les décombres, le feu magique brûlant et se faisant de la place. Mon armure se mis en défensif, obstruant une partie de mon visage pour le protéger, comme un casque. Je retenais un grondement, les sens en alerte et oubliant la douleur de mon corps pour me concentrer sur le nouveau danger.

Une personne entra, et fit à peine attention à nous. Son odeur était celle d'une humaine, et son aura démontrait une manipulatrice de magie de feu hors pair. Cette personne cherchait quelque chose de particulier, mais je n'osais bouger ne sachant pas si cette femme était une alliée ou bien une ennemie. Sa puissance magique, que je ressentais d'instinct, ne me donnait pas trop le choix quand à un conflit. Vu mon état, je n'étais certainement pas capable de pouvoir me défendre honorablement, à moins de devoir sacrifier de mon corps. De plus, avec les deux enfants avec moi, mieux valait éviter tout confit et fuir une confrontation directe. J'observais de mes yeux perçants cette femme, ses moindre faits et gestes. Elle devait peut être travailler dans ces laboratoires, pour connaitre l'endroit. Je n'avais pas la force, ni même vraiment l'envie de mener l'enquête. Cela avait déjà été épuisant avec la démone Sy, alors une mage de feu en plein forme dans mon état, hors de question! J'attendais qu'elle ait finis, et qu'elle se décide à repartir. Au moins le bon côté de sa venue, c'est qu'elle avait ouvert un chemin pour sortir des décombres. Cependant, cette femme finis par nous trouver un intérêt, nous regardant et nous enjoignant à sortir d'ici. Elle même sortit des décombres, et sans me faire prier je la suivais avec rapidité et souplesse, un enfant dans chaque bras. Une fois sortis, sûrement dû à ma queue qui trainait derrière et heurtait certains décombres, la petite alcôve s'effondra. Je m'éloignais le plus possible des décombres, et poussait un long soupire, alors que les enfants pleuraient. Je fermais mes ailes dans mon dos, et laissait mon armure découvrir mon visage. J'étais bien pâle, et un peu de sang avait coulé de mon nez. J'étais fatiguée, j'avais du mal à me concentrer, et mes entrailles me faisaient souffrir par de terribles crampes. J'essayais de rassurer les enfants, leur parlant calmement et avec douceur.


" Là, c'est finis.... on va sortir de là, ne vous en faites pas."

Je regardais ensuite l'humaine. J'étais toujours méfiante, la queue artificielle de mon armure se mouvant comme un serpent frétillant sur la défensive. Mais je n'étais pas une ingrate, et qui qu'elle soit, elle avait ma gratitude.

" Merci, pour votre aide...."

Je me relevais, manquant de tituber. Le balancier de ma queue m'aidait à rester stable, mais je devais redoubler d'efforts de concentration pour ne pas sombrer. La magie avait un prix, et j'avais besoin de manger autant que de repos. Mais les enfants étaient ma priorité, et je devais me fixer là dessus. Portant solidement avec un bras la fillette blessée, et de l'autre le petit garçon, je devais avoir l'air d'un drôle d'arbre blanc à enfants. Je regardais une dernière fois l'humaine, comme si je pesais le pour et le contre de ma décision, puis finis par parler.

" Il ne faut pas rester là. La fête est là haut, pas ici."

Je me détournais pour marcher rapidement vers la sortie. Le groupe d'humains devait avoir été surpris de voir les serpents d'eau soudainement disparaitre. Paniqués, je me demandais s'ils avaient réussi à bien se diriger dans les galeries, et réussi à sortir. Au pire, il suffisait que je les rejoigne rapidement. En espérant que l'humaine mage de feu n'espère pas tous les faire disparaitre pour ne pas éventer le secret de ces laboratoires.


_________________
Revenir en haut Aller en bas



Maître du jeu

avatar

Nombre de messages : 31

MessageSujet: Re: Événement : La chute du roi.   Lun 24 Aoû - 19:01

[Hors-rp : Elandri, je capte pas ce que tu fais. Je comprend rien à ton rp Oo]
[Hors-rp : Désolé pour le temps de réponse, j'ai eut 2 semaines de boulot très prenante.]

Salle du trône.
Le roi était entouré de tout un tas de nobles. L'ambiance était agitéé. Certains nobles demandaient des explications, d'autres voulais emmener le roi loin d'ici, en  sécurité et d'autres pressaient le roi de donner l'ordre de calmer *par tous les moyens possibles* la foule.

Un peu plus tôt, un accord avait été trouvé, le roi et certains nobles devaient s'enfuir pendant que les autres nobles gardaient le palais de l'invasion de la population. Le plan avait dû être annulé quand il s'est avéré que l'accès aux passages secrets était bloqué. Le roi et son escorte étaient à peine parti en direction du passage secret, que des gardes arrivèrent en courant en sens inverse. Des êtres étranges à l'air malade faisait un carnage dans les couloirs du sous-sol.  Et il fallut bien faire demi-tour et retourner à la case départ.

Le retour du roi dans la salle du trône et la nouvelle de ces infectés dans le palais avaient mit les nerfs à vifs de toute la noblesse. Le premier réflexe des nobles à cette nouvelle à été de donner l'ordre aux gardes de se tenir près à un danger intérieur et de faire évacuer tous les domestiques. Cette idée ne venue pas de l'esprit du roi, il se contenta d’approuver quand le compte de Cresi prit la parole.
La nouvelle de ses « infectés » secoua l'assemblée. Cette menace venait de sous le palais, d'une zone inconnue, même des nobles. Pas de tout les nobles, mais ceux qui connaissaient préféraient se taire, car ce qui s'était passé dans ces souterrains cachés était inavouable.
La noblesse venait d'avoir la preuve qu'il se passait des choses pas très reluisant juste sous leur nez. Et donc, l'ambiance dans la salle du trône était tendue. À tel point, que les nobles commençaient à prendre les décisions de manière collégiale : ils discutaient des manœuvres à adopter sans écouter le roi.
Grégory Tharon, le roi, voyant son autorité disparaître, haussa le ton.
- Mes Sires ! Comptes et comtesses ! La situation est grave, nous avons la preuve qu'il se passe en ces lieux des choses horribles. Et je suis, aussi choqué que vous, d'apprendre cela.
Parmi les nobles présents, beaucoup avaient du mal à le croire. Ces infectés étaient bien la preuve que les rumeurs étaient vraies.
- Et que proposez-vous donc ? Osa demandez l'un des seigneurs présents.
- Il faut appeler les mages de l’académie. Ils pourront empêcher la population de rentrer dans le palais sans perte humaine.
Un autre noble ajouta que les mages pourraient aussi s'occuper des infectés. Le roi acquiesça, mais n'en pensait pas moins. Il savait que si les mages de l'académie découvraient ce qu'il se passait dans les souterrains, son sort était réglé. Il fit donc signe à son bras droit de s'occuper de ça. Il ne pouvait pas lui parler, même à voix basse dans ces conditions, mais il espérait que ce dernier comprenne qu'il devait prendre des mesures pour éviter aux mages de l'académie de mettre le nez dans les expériences du sous-sol.
Il semblerait que le bras droit ai comprit, puisque ce dernier quitta la pièce.

Quand le bras droit quitta la pièce, il ordonna au premier garde qu'il vit d'aller chercher les mages de l'académie et de les ramener de toutes urgences. Puis, il prit la direction des souterrains, entraînant avec lui une dizaine de gardes afin d’abattre les infectés.
Revenir en haut Aller en bas



Ewilane

Invité



MessageSujet: Re: Événement : La chute du roi.   Jeu 27 Aoû - 14:42

Message de Ewilane, humaine.

Ewilane relut ses notes sur les études qu'elle menait sur certains des enfants dans les locaux. Elle reconnaisait les deux enfants, mais eux ne semblait pas la remètre. Parait, elle n'aurai pas de problèmes avec la femme les portant. Elle marchait derrière les petit groupe, evitant de parler. Elle n'avait pas repondu au sarcasme de l'autre. Ils allaient atteindre les premiers couloirs du chateau lorsque le groupe atteignit les autres survivants. Ewilane n'eu aucun mal à avancer dans la masse compacte que formaient les évadés. Beaucoup semblaient la reconnaitre et s'écartaient en bousculant les autres derrière eux. Elle fut stoppé au millieu du groupe par quelque prisoniers libres qui contaient lui faire payer ce qu'elle leurs avait fait.
Elle le comprenait parfaitement, elle aurait fait exactement la même chose a leur place, mais elle tenait a sa vie, et tuer des innocents ne la gènait plus. Enfin c'est ce qu'elle croyait car lorsqu'elle sortit son arme, des tics parasites la prirent, comme des mouvement de tête étranges. L'ancienne propriétaire du corp revenait a la charge refusant de faire soufrire des innocent encore une fois. Le temps qu'il fallut au deux pour se maitre daccord pour faire ce qu'il fallait pour survivre, Les paysans voulant en découdre étaient de plus en plus nombreux. Ewilane leva sa main libre et prononça un mot. A celui-ci toute les torches s'étaient étainte. Puis des hurlements épouventables resonnèrent dans les couloirs. Les cobayes dont Ewilane s'étaient occupé avait peur du feu et les torches étaient un bon rempart de partit pour les fugitifs, qui semblaient avoir oublié leur proie au retantisement du crit.
-Je vous souhaite une bonne visite du château, messieurs, dame.
Et elle continua sa marche dans les couloirs s'orientant parfaitement dans les couloirs du chateau.
Revenir en haut Aller en bas



Edwin Skirata

Iznogoud
avatar

Masculin Nombre de messages : 326
Style de combat : Créatif

Possessions magiques : Un gant de soie créant un arc magique générant ses propres flèches.

MessageSujet: Re: Événement : La chute du roi.   Ven 28 Aoû - 22:06

Edwin venait de refermer la porte. Ils étaient maintenant à l'intérieur du château. Le petit groupe n'avait pas été repéré et il semblait que les gardes avaient mieux à faire que de s'occuper de leurs ronde dans le coin. Les quelques gardes qu'il avait éliminé n'avait pu donner l'alerte mais leur élimination avait laissé quelques traces, notament les deux qu'il avait encastré dans le mur....Les membres du groupe ne semblait vouloir en parler mais il était évident que les soldats de Rakshasa semblaient perturbé par ce qu'il avait pu faire pendant les quelques minutes qu'il les avaient laissé.

* Hehe, tu leurs à foutu la trouille ! Regarde un peu comment ils sont pâles ! J'veux dire, je les comprends, tu as quand même encastré deux gardes dans un mur de pierre !  *

* Arrête. J'y suis peut être allé trop fort mais je n'avais pas le choix. Et puis se sont de bon guerrier, ils savent quoi faire. Et la peur ne fera que les canaliser. Enfin, j'espère. *

Il se tourna vers le petit groupe et commença par leurs expliquer la suite :
«  Nous allons maintenant devoir être des plus prudent. Notre objectif est la tête du Roi. Il se trouve actuellement dans la salle du trône et elle est très bien gardé, comme une bonne partie des étages inférieur. C'est pourquoi nous allons passer par les étages supérieurs puis allons atteindre la salle du trône par un des balcons pour observer les cérémonies. Pour cela il va falloir que vous quatre gardiez la porte afin de nous assurer une sortie pendant que nous trois nous occupons de ce problème. » dit il en pointant du doigt les quatre gardes puis Myryaluna, Chesire et lui-même. Ces premiers hochèrent affirmativement, reprenant du poils de la bête avec cette nouvelle responsabilité. Ils se mirent alors au travail et commencèrent à sécuriser la porte de sortie ainsi que les portes menant aux écuries. Les chevaux n'étant plus là ainsi que les domestiques, leurs tâche ne serait pas trop ardu se dit Edwin. Il se tourna alors vers les deux femmes qui allaient l'accompagner et leurs expliqua la suite:

« Voilà comment nous allons procéder : » dit il alors qu'il traçait un plan complet des pièces et couloirs du château dans la terre à l'aide d'un bout de bois «  Je vais ouvrir la marche. Chesire me suivra de prêt. Myryaluna, tu fermeras la marche et couvrira nos arrière. Nous allons d'abord emprunter cette porte. »  dit il en pointant une porte sur son plan puis en la pointant du bout du doigt à l'autre bout de la petite cour des écuries. « Puis nous emprunterons ce couloir, les escaliers sur la droite et ... »
Après cinq minutes d'explications précise, Edwin concerta les jeunes femmes quand au plan et une fois que tout avait été revu, ils se mirent au travail.


Le couloir était vide et ils avancèrent jusqu'à l'étage supérieur sans problème. Il semblait d'ailleurs que les gardes étaient beaucoup plus préoccuper par quelque chose dans les sous sol que par le fait qu'un intrus pourrait rentrer dans le château par les étages. Mais il n'avait pas le temps de s'en préoccuper. Quel que ce soit, le gant d'Ambarinal et la tête du Roi étaient les priorités et il savait où trouver les deux ! Le premier se trouvait sur le chemin du second et il comptait bien prendre les deux. Il avait cherché la relique pendant près de 10 ans et c'est ici qu'elle était. Il était plus que temps que son clan reprenne ce qui leur appartenais. Il ne savait pas comment le Roi avait mis la main dessus mais ce ne serait bientôt plus un problème. Arrivé en haut de l'escalier, la tâche se compliqua légèrement....

Une patrouille de trois garde avait changé de ronde et se dirigeait à présent vers eux...

* Ha....Tant pis, il va falloir les neutraliser....*
* Ouuuuiii ! Enfin un peu d'action ! *
* Non, je ne compte pas encore te dégainer, sinon je les tuerais au risque de donner l'alerte. Je vais juste les neutraliser. Myryaluna, retiens Chesire dans l'escalier le temps que je m'en occupe. *
* Bien compris. *
Et, alors qu'Edwin ouvrait la porte, Myryaluna attrapa Chesire par le bras fermement et lui fit signe de ne pas faire le moindre bruit et de rester calme. Quand à lui, Edwin venait d'utiliser sa maîtrise de l'air : marchant à présent sur des coussin d'air il ne faisait plus le moindre bruit. Les gardes étaient encore dans le coin du couloir lorsqu'Edwin les assaillit. Ils n'eurent le temps de le voir  que leurs gorge se retrouvait criblé d'aiguilles. L'un d'eux tenta d'appeler la garde mais aucun son ne sortit de sa gorge autre qu'un gargouillis profond alors que son sang se vidait de sa gorge par gros flots. Le ''combat'' n'avait duré plus de quelques secondes. Edwin remarqua alors leur tenue : ce n'était pas celle des gardes royaux comme les cinq premier mais plutôt une armure souple arborée d'un blason....

* Ainsi ce chacal à même engagé des mercenaires pour le protégé ! Ah, cela ne le sauvera pas ! *
* Tais toi. En revanche, cela explique qu'ils n'effectuaient pas leur ronde comme avant. Ils devaient être en train de chercher quelque chose à voler...Avec ce bazars personne ne les auraient accusé. *
Il fit revenir ses aiguilles, les essuya sur une des chemises des mercenaires et les fit retourner à leur place. Il se tourna ensuite vers le couloir.
* Myryaluna, c'est bon, vous pouvez venir. *

A l'autre bout du couloir, derrière la porte Myryaluna fit signe que tout était bon.
« Nous pouvons y aller. »
Et elle lui emboîta le pas, toujours en fermant la marche. Ils continuèrent ainsi leur avancée, croisant çà et là des gardes ou des mercenaires mais toujours très peu. Ils arrivèrent enfin à l'étage de la chambre du Roi. Il n'y avait que deux gardes mais ceux ci étaient indéniablement d'un autre calibre. Cette fois-ci Edwin se dit qu'il serait plus sage de les prendre aux sérieux.
* Myryaluna, Sylnya, à nous de jouer. *
* Que le massacre commence ! *
* C'est partit. *
Edwin retira sa cape et la laissa tomber. Myryaluna enleva sa capuche et fit de même. Ils sortirent alors de la cage d'escalier.
Le couloir était immense et les seules portes étaient celles de la chambre royal et des domestiques de la Reine. A peine les gardes avaient ils vu les deux étrangers qu'ils avaient dégainé et les avaient hélé :

« Halte là ! Qui va là ?! Arrêtez vous de suite, ceci est l'étage de sa majesté rebrousser chemin. »
« Ne vous retenez pas dans ce cas là ! » répliqua Myryaluna en dégainant tandis qu'Edwin en faisait de même avec Sylnya. Voyant qu'ils étaient là pour se battre, les gardes donnèrent l'assaut. Ils firent tous deux une charge pointé, profitant de l'avantage qu'ils avaient déjà dégainé. Ou du moins ce fut ce qu'il pensèrent jusqu'à ce que Myryaluna et Edwin entame leurs danse de mort. Avec une grâce féline, les deux se battaient en parfaite synchronisation, tranchant, coupant, parant. Leurs adversaires furent vite désemparé face à cet assaut cinglant, puissant et sans répit. Perdant peu à peu du terrain, récoltant coupures après coupures, ils furent bientôt à genoux, désarmé, une lame à la gorge.
Edwin leur adressa alors la parole :

« Choisissez : vous pouvez allez dire au Roi ce qui se passe ici, vous pouvez fuir le palais ou vous pouvez mourir ici pour votre honneur pour un Roi qui maltraite ses propres sujets. A vous de voir. »
Les deux se regardèrent éberlué pendant quelques secondes puis se tournèrent vers lui :
« Nous sommes Chiam et Earati, guerrier d'honneur de la garde de sa majesté. Nos familles ont servit la royauté pendant de nombreuses génération. Mais le Roi n'en est pas digne. Si vous nous laissez partir alors nous partirons. Il ne mérite pas notre loyauté. Sachez que nous nous souviendrons de vous et de cette dette. Qui devons nous remercier ? »
« Mon nom est Edwin Skirata et voici Myryaluna Skirata. Notre clan vie dans la Forêt Elfique. Venez nous voir lorsque vous aurez besoin d'un refuge. Mais en échange, je voudrais vous demandez quelque chose : Savez vous où est le gant  d'Ambarinal ? »
Les deux se regardèrent. Cela semblait leur dire quelque chose.
« Serait-ce par hasard un gant blanc ayant les ….propriété d'un arc ? »
« En effet, même si ce n'est pas tout à fait exact.... »
« Alors oui nous savons. Suivez nous. »
Rengainant leurs armes, les deux gardes leurs ouvrir la porte de la suite royale. Sans faire attention aux décors et aux tapis somptueux, les deux gardes se dirigèrent vers une armoire immense au fond de la pièce, près des portes du balcon. Il en arrachèrent les battant qui étaient fermés à clé et en sortirent un coffret un peu plus gros qu'un livre sur le décorum et le savoir paraître. Ils revinrent alors vers Edwin et lui présentèrent le coffret.
« Il contient ce que vous chercher. Le Roi l'a acquis il y a deux ans de cela mais il n'a jamais pu s'en servir. Pensant avoir affaire à un faux il nous l'avait fait essayer et nous avions pu l'utiliser. Jaloux de n'avoir le pouvoir pour l'utiliser il l'avait enfermé dans sa chambre. »
Edwin l'ouvrit afin d'en confirmer le contenu. Il y avait un gant blanc, décoré de fines broderies d'or. Le gant d'Ambarinal. Il l'avait enfin récupéré. L'un des trésor de son clan qui avait été perdu il y a de ça quelques centaines d'années. C'était la première fois qu'il le voyait. La puissance de l'objet se sentait dans ses mains lorsqu'il le prit.
« Je vous remercie, vous pouvez y allez. »
« Que les esprits soient avec vous. »
* Laissez tomber, je suis déjà là, pas besoin d'esprits ! *
Les deux gardes partirent alors, ne voulant savoir ce qu'ils avaient prévu. Ce qui était d'ailleurs plus sage. Ils étaient à présents seuls dans la chambre royal avec, au fond de la chambre, la porte et le couloir menant au balcon présidant la salle du trône où se trouvait encore le Roi et les nobles ainsi qu'une bonne partie des gardes. Edwin sentait aussi que les mages n'étaient plus très loin de la grande salle, il ne leurs restaient plus qu'une poignée de minutes avant d'atteindre la salle du trône.
C'est alors qu'il ressenti que quelqu'un rentrait en communication télépathique avec lui :

" Je me trouve dans une situation critique, la porte principale résiste et les mages arrivent de tout part. Fais attention, ils vont dans les bas-fonds du palais et ils sont le renfort extérieur. Je vais devoir utiliser la roche noire, mais le roi est encore dans la salle et il ne prend aucun passage secret à cause des créatures qui circulent. Je ne sais où je vais atterrir, mais je vais me concentrer sur le roi toutes mes forces. Edwin je te lance un défi  le premier qui arrive à capturer le roi. Lui et ses compagnons seront invités par l'autre dans l'auberge de son choix".
Ainsi elle voulait augmenter la donne. Voilà qui était intéressant. Voyons comment cela allait tourner...
Edwin et Myryaluna marchèrent vers la porte. Ce qu'ils allaient bientôt faire resterait peut être gravé dans l'histoire pour les siècles à venir....

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Rakshasa Sombrelame

avatar

Féminin Nombre de messages : 45
Style de combat : vélocité, illusion


MessageSujet: Re: Événement : La chute du roi.   Lun 31 Aoû - 18:25

dernier étage, dans les appartements d'une famille de noble


La démone et l'humaine apparurent à l'intérieur du palais après l'utilisation de la pierre magique, mais elles n'arrivèrent pas à la salle de trône. Elles regardaient plus minutieusement la pièce où se elle trouvaient. Il s'agissait de la salle à manger et elle arrivèrent sur la longue table, mais il n'y avait personne à l'intérieur. Elles inspectaient les autres pièces et elles voyaient qu'elles étaient dans le dernier étage. Des armoires ont été vidées et le personnel de chambre a été évacué avec les membres d'une famille noble. Rakshasa décida de sortir de ces appartements et elle entra dans le couloir qui communiqua .

Les deux femmes avancèrent prudemment et à ce dernier étage, il n'y avait pas de soldats. Cependant Rakshasa ne connaissait pas l'emplacement de l'escalier qui menait à l'étage inférieur. Elle demanda l'aide Edwin en passant par l'humaine qui envoya l'info par la télépathie. La démone attendit la réponse de l'hybride tout en continuant à chercher l'escalier.

_________________
LAMENOIRE, TUEUSE DE DRAGONS
Revenir en haut Aller en bas



Edwin Skirata

Iznogoud
avatar

Masculin Nombre de messages : 326
Style de combat : Créatif

Possessions magiques : Un gant de soie créant un arc magique générant ses propres flèches.

MessageSujet: Re: Événement : La chute du roi.   Lun 31 Aoû - 23:05

Alors qu'il s’apprêtait à ouvrir la porte menant au balcon, Edwin reçu une transmission de Rakshasa. Celle ci l'informait qu'elle était à présent dans le château. Elle lui apprit qu'elle était au dernier étage du château et qu'elle était seul avec l'humaine télépathe. Elle n'en savait cependant pas plus et n'avait aucune idée de comment redescendre. Il lui dit qu'il arrivait le plus vite possible.
Edwin ne perdit pas de temps et étendit aussitôt ses sens pour localiser la démone. Toute l'aide serait la bienvenue avec les gardes d'élites déjà présent et les mages qui allaient bientôt arrivés....Il la trouva rapidement à l'étage supérieur. Il n'y avait d'ailleurs, en effet, plus personne...

" Myryaluna nos y allons. On va récupéré quelqu'un."
Il se tourna vers Chesire:
" On revient, sois prudente, nous n'en avons pas pour longtemps."
Et il partit, Myryaluna sur ses talons. Il était hors de question de perdre du temps, aussi se mit il à courir. Il ne lui fallut pas plus de 5 minutes pour rejoindre Rakshasa.
" Et bien, quel surprise ! Voilà une bonne nouvelle ! Cependant je pense que dans ses conditions notre petit pari ne tiens plus ! Ah.....Et dire que je l'avais presque atteint....Bon je te propose que nous rejoignons Chesire, elle nous attend à l'étage inférieur. Je t'expliquerais ce que j'avais prévu quand nous y serons. On y va j"ouvre la voix, après toi !"

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Rakshasa Sombrelame

avatar

Féminin Nombre de messages : 45
Style de combat : vélocité, illusion


MessageSujet: Re: Événement : La chute du roi.   Sam 12 Sep - 17:49

La démone fut ravie de retrouver Edwin et elle le suivit dans les dédales du palais. Quand ils descendirent vers l'étage inférieur, elle reconnut la femme aux cheveux blancs. Toutefois, elle ne savait pas son prénom et elle faisait la corrélation avec celui évoqué par l'hybride.  Rakshasa salua l'hybride femelle avec une poignée de main en l'appelant par son prénom. Ce fut l'occasion à l'humaine de se présenter avant que Edwin ne dévoila son plan. Elle s'appela Trinity et la démone  écoutait avec attention  les paroles de l'hybride concernant  sa future incursion dans la pièce ou se trouvait le roi.

Entretemps l'humaine se tenait informer de l'évolution des événements à l'extérieur de palais grâce au réseau télépathique du groupe du nain. Cependant avant que Edwin ne commençait à évoquer les détails plus précis de son plan, la démone lui révélait que son arrivée magique allait être dévoilée au roi dans le pire des cas dans les minutes qui suivaient. Il fallait connaître la réaction du roi à cette nouvelle quand elle arrivait à ses oreilles. Rakshasa  l'invita Edwin à lui expliquer plus précisément son plan.

_________________
LAMENOIRE, TUEUSE DE DRAGONS
Revenir en haut Aller en bas



Maître du jeu

avatar

Nombre de messages : 31

MessageSujet: Re: Événement : La chute du roi.   Lun 14 Sep - 5:41

[Si j'ai oublié de répondre à quelqu'un, dites-moi.]

Salle du trône.

Le seigneur Théodule arriva finalement dans la salle du trône et fit son rapport au roi et à la cours. Il espérait de leur part une solution. L'on lui répondit que les mages allaient venir et que l'on en enverrait à la porte. Il reparti donc vers la porte avec un soucis en moins, mais un autre en plus. Dans la salle du trône, il avait senti l'ambiance qui pesait. Le roi n'allait pas tenir longtemps, ce qui incluait qu'il été coupable. Le seigneur Théodule avait du mal à le croire. Comment avait-il pu faire ça sans que personne ne s'en rendent compte...

Escaliers vers le sous-sol.

Le bras droit du roi, accompagné d'une dizaine de garde s'enfonçait dans le palais pour tuer les infectés. Certains avaient déjà gravis les escaliers et n'étaient pas loin du rez-de-chaussé. Face au bras droit et aux gardes, ils n'avaient pas de chance. Les escaliers furent bien vite rempli du sang des infectés et de leur cadavre. Le bras droit se dépêchait d'aller dans les salles d'expérimentations, détruire toutes les preuves papiers avant l'arrivé des mages.

Salle du trône.

Les mages finirent par arriver dans le château. Le garde qui avait été chargé de les ramener avait fait le plus vite possible malgré le grand détour qui avait été nécessaire pour éviter la foule et passer par une porte oubliée par la foule.
Les mages, avant de bien vouloir se disperser dans le palais, demandèrent un point complet sur la situation. Chez eux comme chez les nobles, le doute s'était installé et ils comptaient bien tirer cette histoire au clair.
Et voici donc que les mages commencèrent à discuter avec les nobles dans la salle du trône.
Revenir en haut Aller en bas



Rakshasa Sombrelame

avatar

Féminin Nombre de messages : 45
Style de combat : vélocité, illusion


MessageSujet: Re: Événement : La chute du roi.   Lun 12 Oct - 16:01

Rakshasa s'apprêta à écouter le plans d'Edwin, quand ils furent interrompus par un message télépathique de l'espion situé dans la salle du trône. Il venait de divulguer les intentions des mages après réunion avec les nobles. La disparition magique de la démone fut signalée et les mages allèrent fouiller pièce par pièce. Ils formaient des groupes pour contrer la vitesse foudroyante de la démone et les pouvoirs de Trinity. Les escouades de mages partirent de la salle du trône en utilisant le même sort de déplacement que Rakshasa.

Edwin devait vite expliquer son plan, car les mages viendraient plus vite que prévu. Rakshasa l'informa de la situation et elle espéra que l'hybride put résumer son plan au groupe. Pendant que la démone s'apprêta à écouter les paroles d'Edwin, il eut une escouade de mages qui arriva à leur étage et ils se divisèrent pour chercher la démone. Ils firent quelques incantations pour lancer le sort de déplacement foudroyante. Quelques minutes plus tard ils inspectaient chaque pièce, mais ce sort générait un bruit notamment quand il avait du mobilier. Le groupe entendit un bruit qui se situa à deux pièces derrière eux.

_________________
LAMENOIRE, TUEUSE DE DRAGONS
Revenir en haut Aller en bas



Arazel Mores

Invité



MessageSujet: Re: Événement : La chute du roi.   Lun 12 Oct - 18:37

Message d'Arazel Mores, humain.

Un groupe de magiciens de taille non négligeable entra dans la salle du trone par teleportation. Ce qui rapella a Arazel, qu'il avait toujours voulu qu'un de ces mages rejoignent les membres de la garde. Il se trouna vers le roi et celui ci lui fit un signe de tête sur lequel les gardes laissèrent une allé pour que les mages passent. Ils étaient humains pour la pluparts, il devait n'y avoir que un ou deux elfes et un être qu'il n'avait jamais crus voir un jour. Il se dit que ce devait être un des démons vivants dans les plaines arides. Il avait déjà vu la itée lors d'une mission punitive contre des gobelins. Son groupe avait fait un exès de zèle et ils avaient continué jusqu'à leurs village et l'avait rasé. Là, la Citée leurs était apparut.

Alors que les gardes formaient deux groupes, l'un pour suivre le bras droit su roi, l'autre pour veiller sur lui, les portes s'ouvrire sur une humaine qui semblait être avec les mages. Elle avança jusqu'aux mages qui se divisèrent en plusieurs petits groupes. Mais plus de la moitié restèrent dans la salle du trone pour compensser la perte de la moitié de la garde royale. Les magiciens étaient plus dissipé que les soldats et parlaient avec les nobles dans la salle, faisaiant ainsi tomber la tension qui s'était installé petit a petit. Les gardes restant étaient regroupaient autour du roi. Un mur de bouclier cachant presque totalement le roi. Ils avaient tous pour objectif de mourir à la place du roi. Leurs année d'entrainement ne laissaient que peu d'emprise a la fatigues et temps que les mages ne seraient pas tous partient, les gardes ne quitteraient pas leurs positions.
Revenir en haut Aller en bas



Edwin Skirata

Iznogoud
avatar

Masculin Nombre de messages : 326
Style de combat : Créatif

Possessions magiques : Un gant de soie créant un arc magique générant ses propres flèches.

MessageSujet: Re: Événement : La chute du roi.   Sam 17 Oct - 19:44

EDIT:
 

Alors qu'il expliquait à Rakshasa la suite des événements, Edwin ressentit l'arrivée des mages. Se fut d'abord une grande vague de magie suivit de l'apparition d'un large groupe de mages à l'entrée de la salle du trône. Celui-ci était composé majoritairement d'humain même s'il y avait aussi deux Elfes parmis eux ainsi qu'un Nain. Ce fut plus la présence du démon qui surpris Edwin car rare étaient ceux de son peuple qui préféraient la recherche du savoir et de la connaissance à celle du pouvoir et de la force.

* Ahahaha ! Les voilà ! Les choses commencent à devenir drôles ! Entre le sous-sol et ici, on ne vas pas manquer d'animation !*

* Silence. Ce n'est pas forcément le meilleur cas pour nous mais je pense qu'ils peuvent aussi faire tourner la balance en notre faveur.*

Les gardes hésitèrent d'abord à les laisser rentrer dans la salle mais le Roi leur fit signe de les laisser passer. Les gardes s'écartèrent donc pour les laisser passer mais décidèrent de former un cercle protecteur de bouclier autour du Roi. Ce dernier était donc emmuraillé de ses meilleurs gardes et se retrouvait à nouveau face à une assemblée.
* Hehe, cours toujours, on aura ta peau, mon gros ! *
Les mages commencèrent par désamorcer les tensions qui commençaient à percer en rassurant les nobles quant à leur sécurité. Ils en profitèrent d'ailleurs pour essayer de glaner des informations sur la situation à l'intérieur du palais. Si la plupart se taisaient instantanément à cette question, certains en profitaient pour lancer un regard désapprobateur ou de dégoût en direction du Roi.
Après quelques minutes, les gardes se répartirent en deux groupes, l'un suivant le second du Roi, les autres sécurisant les accès à la salle. C'est d'ailleurs à ce moment là qu'une femme rentra en grande trombe par la porte principale. Elle semblait être avec les mages car à peine arrivée, ceux-ci se séparèrent en deux. La première moitié format des petits groupes qui partirent à la suite de la garde et dans le reste du palais tandis que la seconde moitié resta dans la salle.  Et alors que leurs déplacement semblaient anodin, Edwin observa que les mages venaient habillement de se mettre en formation de combat à plusieurs couches, de manière à parer toute éventualité. Et tout cela juste en rejoignant les différent groupes de nobles dans la salle, ce qui avait eu pour effet de les apaiser, jugeant qu'ils étaient là pour les protéger. La jeune femme envoya aussi deux de ses hommes suivre la moitié des gardes afin de savoir où ils allaient en si grand nombre...

"Les choses se corsent on dirait..."
* Mais nan elle sont juste à point, regarde, on a juste à rajouter un peu de piment et le tout sera juste cuit à point ! *
"Oui. Je pense qu'il vaudrait mieux rester discret." dit Myryaluna.
*Pfeu, tu parles ! Ce n'en est que plus drôle ! Enfin un peu de challenge quoi !*

Edwin se tourna vers la chef des rebelles:
" Je pense qu'une approche frontale ne serait que préjudiciable. Il serait plus intelligent de les mettre de notre côté que de se les mettre à dos. Et puis nous ne ferions du Roi qu'un martyr d'un assassinat et non un horrible coupable tel qu'il est. Alors voici ce que je te propose : nous allons tous les deux, avec Myryaluna, nous avancer sur le balcon et allons le dénoncer. Pendant ce temps, je vais avoir besoin que tu t'assures de notre voie de sortie ou que tu t'en garantisses au moins une pour toi. Je m'occuperais du reste. Une fois que c'est fait, vas dans les cuisines du château et écartes la table centrale. En dessous, passe un tunnel dont les deux extrémités se sont effondrés. Il y a encore deux engeances vivantes dedans. Je vais avoir besoin d'un de leurs cadavres. Fais comme bon te semble mais je vais ABSOLUMENT en avoir besoin pour prouver mes dires. Dès que tu les as, rend toi dans la salle  centrale de la manière la plus rapide. Une fois que les mages auront la preuve des actes du Roi, ils se chargeront du reste. Espérons juste que cela fera réfléchir les gardes en même temps...Rentre dans la salle quand le moment te semblera opportun. Ah et prend cette fiole de soin, elle permet de soigner temporairement une blessure grave le temps de la traiter....
Je compte sur toi. Que le destin te préserve."

*Pfeu, t'es jamais drôle....Je vais rouiller à force....*
* Mais vas tu te taire ?! Si tu continues, je te refile à Ordo !*
Et, après avoir vérifier que Rak avait tout compris, il se tourna vers Myryaluna:
" Notre part ne vas pas être de tout repos. Soit prête au pire à tout moment. Je doute que les mages nous alignent sans la moindre raison mais je n'en pense pas autant pour les gardes. "
Il inspecta une dernière fois les alentours puis s'adressa à Rak:

" Au fait, tu n'as pas à t'inquiéter, les mages ne vont pas monter, mais méfies toi toujours, je ne garantie pas que tu ne croises personnes au rez-de-chaussée. Sois prudente !"

Et sur ce, il ouvrit la porte du petit couloir qui menait à la balustrade qui dominait de bien quinze mètres de haut la salle du trône.

* Dommage que je ne vais pouvoir profiter de la vue....* ce dit Edwin.
Il entendait au loin les voix des nobles qui discutaient grâce à l'acoustique de la salle. Il lui vint alors une idée. Il attendit pendant près de dix minutes afin que Rakshasa ai le temps de faire ce qu'il lui avait demandé.  Il activa alors légèrement son don du vent et l'utilisa pour amplifier sa voix sans qu'on en sache la provenance grâce au répercussion de la salle, tout en restant loin dans le couloir afin de ne pas être vu.
C'est donc une voix très forte qui raisonna dans l'immense salle du trône, surprenant les gardes et les nobles, les mettant tous aux aguets, prêt au combat.


"Hum, hum, excusez moi ! Je demande humblement la parole<"

Les mages se tenaient prêt mais ne faisaient aucun geste agressif, attendant les ordres de la femme. Celle-ci attendait patiemment quelque chose...Edwin continua :

" Je suis ici afin de demander justice auprès de vous contre les méfaits du Roi !"

Un noble tiqua et répliqua:
" Tu peux parler, lâche, mais tu reste caché ! Montres toi ! Si tu veux accuser le Roi est au moins la décence de te montrer !"

"Je ne peux m'acquitter de votre demande, Comte. Je suis ici afin que votre Roi paye pour ses actes ainsi que ceux qui l'ont suivit dans ces horreurs. Les méfaits de ces criminels ne resteront pas impunies !"

Une clameur de peur mais aussi de justice monta soudainement alors que la phrase terminait ses échos. Certains étaient d'accord, les autres appelaient à l'hérésie et au crime de lèse Majesté. La jeune femme mis fin au débat en prenant  la parole :

" Tes accusations son lourdes envers ton Roi, qui que tu sois ! Sur quel fondement bases tu tes accusations ? Sache que je ne tolère la diffamation et que nul n'échappera au jugement des mages, peut importe son rang si ses crimes s'avèrent être réels ! Mais cela vaut aussi pour toi, ôh inconnu qui accuse ce Roi !"

" Je tiens à vous dire qu'il n'est en aucun cas mon Roi mais passons. En effet, mais je base mes accusations sur mes recherches  et sur ce qui se trouve dans les sous-sol même de ce château. Mais peut-être que son Altesse voudra bien vous expliquez pourquoi elle viens d'envoyer elle même la moitié de ses hommes dont son bras droit dans ce même sous-sol alors que le peuple se presse à la porte de son château, n'es-ce-pas? Quand dites vous votre Altesse ?"

Voyant d'un coup la salle se taire et se tourner vers lui, le Roi dit alors :

"  Ces accusations sont sans fondement ! Je tiens mon titre du peuple et je règne pour le peuple ! Vous dîtes m'accuser selon vos recherches et des soit-disantes preuves dans les sous-sol de mon château mais vous n'avez jusque là rien évoqué de concret. Vous essayer juste de faire croire sans la moindre preuve tangible. Quels seraient donc mes crimes, je vous écoutes ? Ou avez vous peur de vous montrer et de m'accuser directement car vous savez très bien que je n'ai rien fait et vous voulez juste essayer de me tuer !"

Tout d'un coup, ce fut un vacarme. Les nobles étaient fier à ce moment là du Roi, qui, de toute sa splendeur, venait de se dégager de toutes les accusations de l'inconnu. Et c'est fièrement qu'il présidait depuis son trône, entouré de ses gardes. On entendait dans la salle des " Vous voyez !", des "Evidemment !" et des "On va pas se laisser faire !". Toute cette clameur soutenait le Roi et les nobles, ou du moins une partie d'entre eux, se mirent à réellement croire son innocence. L'autre partie, sois tout de même était contre ce dernier et voyait en cette réplique une tentative d'échappatoire. Cependant, la plupart n'aimait les interventions de cette voix qui ce permettait de les ignorer...

Le Roi:
 

" Oh, il est vrai que j'ai passé les détails du fait qu'il me semblait que tous dans cette assemblée savaient de quoi vous étiez coupable mais il semblerait donc que ce ne soit pas le cas alors laissez moi donc le faire à votre place, ôh défenseur du peuple...Laissez moi donc présenter les crimes et les horreurs dont vous vous êtes rendu sur coupable sur votre peuple et qui sait, peut être même sur des proches de personnes dans cette salle !"
" Suffit !"
La jeune femme qui commandait les mages ne le laissa pas commencer.
" J'en ai assez attendu ! Montrez vous donc ou je vous donne la chasse et nous isole de vos babillage incessant. Pour qui vous prenez vous à nous parler de loin, comme cela, tapis dans l'ombre ? Montrez vous, qui que vous soyez !"


" Et bien, je n'ai rien contre, jeune mage, mais il y a là une raison à ma discrétion. Je ne tiens point à être criblé tandis que je me montre devant vous. De plus qui me garantie que je me ferais pas tuer afin que silence règne... Je ne suis qu'un simple justicier, nullement un héros.."

Un Duc vint se placer derrière elle et la soutint :
" Vous tenez certes un beau discours et je ne doute pas que vous ayez de quoi l'étayer mais il y a des manières à tenir et à respecter dans cette court et vous faîtes outrage à toutes ses règles de bienséance ! Et qui nous garantie de votre nature de justicier ?"
" Ou un vil assassin, tapis dans l'ombre, attendant son heure."

" Me serais je alors divulgué, montré à vous et argumenté comme je l'ai fait ?"

" Pourquoi pas, afin que nous baissions notre garde ou que nous nous concentrions sur vous tandis qu'un de tes camarades en profiterais ? Ne trouves tu pas cela des plus plausible ? Suffit montre toi !"

" Pas sans la garantie de rester entier après m'être montrer. Je ne suis pas fou tout de même."

" Soit. Alors qu'il en soit ainsi : Je déclare solennellement  que moi, Solène d'Escreville, fille du Duc d'Escreville, me porte garant de ta sécurité le temps de ta plaidoirie sur mon titre de noblesse et mon titre de magicienne de l'académie de magie. Mais uniquement à la condition que tu te montres et que tu ne fasses aucun geste brusque. " dit elle alors qu'elle regardait l'assemblée afin de leurs faire comprendre qu'elle ne plaisantait pas et elle insista particulièrement sur le Roi et sa garde rapprochée.

" Alors soit comtesse, je sors de l'ombre."

Edwin se tourna vers Myryaluna qui  était derrière lui et lui fit signe de rester caché. Il remplaça son gant habituelle contre le gant d'Ambarinal et s'avança sur le balcon.

" Vous m'avez demandé et me voici."

" Voilà une manière bien impolie de se présentez. Et si vous enleviez votre capuche, monsieur ?"

"Ho, excusez moi, voyons, ou sont mes manières !" s'exclama t'il avec un grand sourire alors qu'il retirait sa capuche, laissant son nouveau publique tournée à présent vers lui. La plupart réagirent tout de suite à ses oreilles d'Elfe.
"Laissez moi me présentez : mon nom est Edwin Skirata et je suis ici pour que les crimes abominables commis sur ceux de mon peuples et des autres peuples cessent !"

" Mais de quoi parlez vous dont, à la fin ?"

" Je parle des expérimentations physiques et magiques qui ont eu lieu dans les sous-sol de ce palais soit disant  pour une "recherche" de je ne sais quoi. Quelques un des miens ainsi que nombres de ce de votre peuple ont été enlever et séquestrer pour servir de cobaye vivant dans les horribles expériences qui ont eu lieu dans ces sous-sols ! C'est pourquoi je suis là pour m'assurer que les vôtres fassent ce qu'ils ont à faire pour que cela s'arrête !"

" Comment cela ?! Il n'y a pu avoir de telles choses ici sans quel la communauté des mages ne le ressente ou que quelqu'un ne le rapporte !"

" Alors comment expliquez vous les engeances qui se trouvent dans les sous-sols de se palais et qui sont en train de remonter pour s'en prendre à tout ce qui bouge ? C'était des êtres vivants doux et paisibles et ils ne sont maintenant qu'êtres abjectes et abomination ! Où croyez vous que ses gardes sont allés ?! Pourquoi en a t'il envoyé autant d'après vous ? Il veut effacé les preuves avant que les mages ne lui demandent des comptes ! La nécromancie et la magie noir sont tabou il me semble non ?!"
Enorme blanc dans la salle qui dure pendant presque une minute puis grande vague de brouhaha qui s'estompent lorsqu'Edwin reprend la parole :
" Les miens sont réputés pour leurs facilité avec la magie. Quel meilleur cobaye pouvait il rêver ? Je vous le demande ?"

" Vos paroles sont graves et dur et je vous assure que si ce que vous dites est vrai, les choses vont prendre une tournure drastique. En revanche je trouve cela un peu gros comme accusation mais si cela est vrai mes deux hommes risquent de ne pas tarder pour me faire leur rapport de la situation et nous saurons à ce moment là si tu dis vrai. N'es-ce-pas votre majesté ?"

" Espérons que vos hommes est une chance de revenir dans ce cas, car je doute que les siens leur laisse cette chance..."

" Tout cela n'est que bravade et je répond de ma personne que si une telle chose s'était produite, je me serais battu moi même pour l'arrêter, même à main nues s'il l'avait fallu ! Ce ne sont que des mensonges débités par un Elfe qui ne veux qu'une chose qui n'est autre que ma vie. Ainsi il pourrait faire élire une marionnette de sa Reine. Ne l'écoutez pas, ce ne sont que mensonges et balivernes et nous nous en rendrons compte bien vite lorsqu'il n'y aura aucune preuve de ses dires alors que nous aurons retournez ce château ! Vous verrez !"

" En effet, nous verrons votre Altesse." répondit la magicienne...

_________________
Revenir en haut Aller en bas



Rakshasa Sombrelame

avatar

Féminin Nombre de messages : 45
Style de combat : vélocité, illusion


MessageSujet: Re: Événement : La chute du roi.   Lun 26 Oct - 19:20

La démone fut un peu confuse et elle répéta à Trinity le plan à sa manière

" Aller dans les cuisines du château et écarter la table centrale. En dessous, passer un tunnel dont les deux extrémités se sont effondrés. Récupérer le cadavre d'une engeance et se rendre dans la salle centrale de la manière la plus rapide. Rentrer dans la salle quand le moment me semblera opportun."

Rakshasa ne savait pas où se situaient les cuisines et Trinity lui rappelait que l'hybride lui mentionnait juste avant son départ avec une dernier conseil:

"Il t'a dit que c'est au rez-de-chaussée et faut faire gaffe à d'éventuel mages ou gardes là-bas"


La démone lui remercia de ce détail et elle suivit Edwin jusqu'à la balustrade et elle amortit sa chute pour atterrir au rez-de-chaussée. Toutefois une fois dans la cour elle se rendit compte qu'Edwin ne lui donna pas la localisation des cuisines dans cette partie du palais. Rakshasa regarda les alentours et elle prit la garnison de Marcandor pour situer les cuisines. Elle se rappelait que le bâtiment était assez proche des écuries et elle cherchait des traces de foin ou crottes de chevaux. Elle suivit les traces et elle vit une bâtisse qui situa à côté des écuries. Elle entra à l'intérieur et elle vit la table centrale. Avec Trinity elles poussèrent le meuble et elles virent une trou. Rakshasa sautait et elle constatait qu'elle était dans un tunnel bloqués des deux côtés comme l'annonçait Edwin. Trinity produit une petite lueur de lumière et la démone aperçut le cadavre de la créature citée par l'hybride. Elle utilisa son sort de vol et elle le porta sur l'épaule. La démone avait le cadavre d'une engeance, mais elles entendirent des bruits pas qui arrivèrent ici.

Trinity replaça la table centrale silencieusement grâce à son sort de télékinésie. La démone fut en position couchée et elle porta le cadavre de manière tout en se déplaçant avec son sort de vol. Elles passèrent vers la réserve et elles en voulaient pas se cacher dans cette partie. La démone savait que les mages cherchaient dans cette pièce en premier et elles empruntaient un couloir. Elles entendaient des bruits de pas et elles coururent jusqu'au bout du couloir. Trinity tourna sur la droite et elles arrivèrent sur une petite cour. Elles continuèrent leur course, car elles pressentirent être poursuivies ou la peur leur jouait un mauvais tour. Rakshasa et Trinity prirent le chemin de droite et elles retombèrent sur un couloir. Tout à coup la démone faillit les faire repérer, car le cadavre déplaça un immense vase qui s'apprêta à chuter. Toutefois, il resta dans cette position penchée et un passage s'ouvrit et elles arrivèrent dans un autre couloir. Cependant la porte dérobée se referma derrière elles, les deux femmes virent une multitude de cadavres de soldats et mages.

Rakshasa regarda les blessures et elle comprit qu'il s'agit de l'œuvre des créatures citées par Edwin. Tout elles entendirent un cri plus loin dans le couloir et la démone vit deux corps couchés dont l'un deux sembla bouger la main. Il s'agissait deux mages et il s'agissait d'un vieux homme qui suppliait de l'aide. Rakshasa ne pouvait rien, car elle portait le cadavre de l'engeance. Trinity proposa un marché avec le mage et elles le soignèrent à condition de les mener vers la salle du trône. Le mage accepta, car il voulut venger la mort de son collègue . Trinity lui donna la potion d'Edwin et elle dut le porter car il ne put marcher seul. Grâce aux indications du mage elles arrivèrent à revenir vers la cour en passant par des passages dérobés.

La démone prit le chemin utilisé par Edwin en suivant les indications du mage blessé et ils arrivèrent vers la salle du trône. Trinity s'occupait du cadavre de l'engeance et Rakshasa portait le mage sur l'épaule. Elles entendirent de l'agitation et des cris qui sortirent de la salle du trône. La démone essaya d'écouter plus attentivement, mais le mage cria son nom juste devant la porte en ordonnant de lui ouvrir. Les mages à l'intérieur reconnurent sa voix et les gardes ouvrirent la porte. La démone s'avança en le portant sur l'épaule et Trinity les suivit tout en déplaçant le cadavre de la créature dans les airs.

Le mage demanda avec un regard après avoir parcouru quelques mètres et il lança :

" Regardez, il existe une abomination dans le palais"

Trinity déposa le cadavre sur vers le groupe de mages et la magicienne.



_________________
LAMENOIRE, TUEUSE DE DRAGONS
Revenir en haut Aller en bas



Edwin Skirata

Iznogoud
avatar

Masculin Nombre de messages : 326
Style de combat : Créatif

Possessions magiques : Un gant de soie créant un arc magique générant ses propres flèches.

MessageSujet: Re: Événement : La chute du roi.   Mer 28 Oct - 16:05

Edwin avait sentit la présence de la chef des révolutionnaire et n'attendait plus que son intervention. Celle-ci ne se fit d'ailleurs pas attendre bien longtemps car en effet une voix, quelque peu, mais tout de même respectable demanda à ce qu'on lui ouvre la salle du trône. Les mages reconnurent la voix de l'un des leurs et firent signe aux gardes qui gardaient la porte en question de l'ouvrir et de le laisser rentrer.
C'est alors que rentrant dans la pièce en s'épaulant le moins possible sur la jeune femme - essayant ainsi de garder un minimum de dignité - il rentra, boitillant, dans la grande salle en clamant haut et fort :


" Il dit vrai ! Il y a des engeances dans ce palais !"

Cela secoua énormément la foule de noble qui se mit à nouveau à s'inquiéter encore plus de sa sécurité. En effet, le peuple était déjà au portes et en plus, voilà que des monstres les menaçaient ?! Quel genre d'ironie était-ce là ce demandaient ils.....Et ce fut encore pire avec la suite :

" Voyez en la preuve vous même, hommes d'états, nobles représentant des hommes ! Regardez cette chose !" dit il en pointant le cadavre que Trynity venait de placer au centre de l'immense salle. Le sol se voyait souillé de secondes en secondes alors que la créature se putréfiait sous les yeux choqué des nobles abasourdie et des mages répugnés.
" Voyez ce que notre propre Roi à fait ! C'est d'ici même que provient cette créature, comme tant d'autres qui sont en train d'être exterminés alors qu'elles déferlent de sous le palais ! "

Le Roi savait qu'il ne pourrait tenir sa position bien longtemps mais tenta tout de même de se défendre :
" Comment osez vous me diffamer ainsi en publique ? Quelle idée saugrenue à bien pu vous prendre pour m'accuser d'une telle chose. Et quand bien même, sur quelle base faites vous de telles accusations, MAGE ?! "

" Avec tout le respect que je vous doit votre majesté, je n'ai que faire de vous et de vos simagrées !"

" Comment osez vous ?!"

" Oh, je pense qu'il peut se le permettre vous ne pensez pas ? Je veux dire, n'est ce pas de votre faute s'il a bien failli mourir ? Au moins indirectement ? "

" Fermez là étranger ! Vous n'avez pas le droit de parole ici ! " s'exclama un des complices du Roi.

" Au contraire ! Je demande à ce qu'on l'entende ! " répliqua l'un des nobles de l'assistance.
" Ses paroles se sont avérées vraies jusqu'ici, il serait peut-être bon de l'écouter...."

Et avec plusieurs appuies de ce genre, la salle finie par se taire non sans plusieurs plaintes des pactisant du Roi qui furent vite forcés de se taire....Edwin reprit :

" Il se trouve Messieurs, Mesdames, que ce mages n'a pas été attaqué au hasard par les créatures. Je pense que certains d'entre vous l'avait remarqué mais il faisait partit des deux hommes qui sont allé à la suite des gardes royaux. Hors, ceux-ci avaient semblerait il leurs instructions....Ils ont laissé passé les mages, seuls, devant, dans les passages qui mènent aux laboratoires qui se trouvent sous ce palais....Ils savaient quel sort attendait les deux hommes...Me serais-je tromper, sir ?" dit il en s'adressant au rescapé.

" Presque pas, si ce n'est que pour s'assurer que nous n'ayons pas la moindre chance nous avons été poignarder dans le dos, comme peut l'indiquer le seul trou de toute ma cape. Si je m'en suis sortie ce n'est que par l'aide, miraculeuse si j'ose dire, de ces deux jeunes femmes mage."

" Merci à toi Duncan, je pense que cela suffira. Je pense que nous en avons tous suffisamment entendu. Votre majesté, vous êtes dès à présent en état d'arrestation." reprit la chef des mages.

" Jamais ! Vous n'avez en aucun cas le pouvoir de me juger ni de juger mes actes !!!! "

" D'après le pouvoir de l'assemblé ici présent, moi le Duc de Pierolézar déclare que vous êtes en état d'arrestation ! Mages, gardes, saisissez le !"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 

Événement : La chute du roi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Effet d'Obama; la chute de l'indice Dow Jones
» La chute de l'homme fort tunisien Zine El Abidine Ben Ali après 23 ans
» Entraînement d'orientation
» lourde chute pour allan jlr



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Royaume Humain :: Espalion-