Partagez | 
 

 Ayanelle De Corta - prétendante au trône humain


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Tullia Estrama Von Raijer

Invité



MessageSujet: Ayanelle De Corta - prétendante au trône humain    Sam 11 Juil - 17:47


Prénom ou surnom : Ayanelle
Nom : De Corta
Sexe : Féminin
Âge  : 20 ans
Peuple : Humain
Alignement : Loyale à sa patrie
Métier et/ou rang : Princesse de sang (Nièce du Roi humain déchu), Intendante des Bonnes Oeuvres
Votre arme : son intelligence et son esprit vif

Physique : Une femme fine et grande, à la peau et aux longs cheveux très clairs. Ses cheveux sont tressés élégamment ou bien attachés à l'aide de broches dorées. Son physique ne laisse pas penser que c'est une grande sportive, ni même une combattante. Mais elle sait se déplacer avec grâce et élégance, utilisant sa légèreté de corps et son agilité à son avantage. Son visage est fin et expressif, ses lèvres fines et d'un rose léger. Ses yeux sont grands et d'un bleu profond comme l'océan. Son regard est froid et semble vous transpercer, comme si son esprit vif et calculateur essaye de vous déchiffrer. Mais ses quelques sourires craquants et son regard pétillant de malice ont tôt fait d'adoucir son aura de froide bureaucrate. Pour peu qu'elle vous laisse les entrevoirs. Elle s'habille richement et à la mode de la Cour, mais elle préfère cependant des habits beaucoup plus simples et discrets quand elle doit se mêler à la foule ou bien voyager. Ses couleurs préférées sont le rouge, le doré, mais aussi le bleu roi. Elle porte peu de bijoux, maix ceux qu'elle sélectionne sont précieux à ses yeux car appartenant à sa famille depuis longtemps.

Caractère: Ayanelle a un caractère trempé, une vive intelligence et un esprit malicieux. Elle aime les défis intellectuel, et n'aime pas qu'on la rabaisse car elle est une femme. Ce n'est pas pour autant qu'elle va attaquer de front, car elle aura toujours une finesse dans son parler et un charme certain qui réussiront à faire passer ses pics auprès des hommes. Loyale envers son pays et ayant des principes moraux très établis, elle est généreuse et porte son amour pour son peuple. Bien que simple nièce, elle s'est tourjours sentie prise d'une certaine responsabilité envers les démunis en tant que princesse. Son intelligence et sa tenacité l'ont toujours servis pour prendre en main les Bonnes Oeuvres du royaume, et sa réputation n'a cessé de grandir auprès du peuple qui la voit comme étant une noble délicate et généreuse. Pourtant, elle a un coté courageux et aventureux, aimant la chasse à cour et ayant appris à se défendre un minimum avec une dague et des flèches. De plus, son réseau d'influence est conséquent, ayant réussi à rallier à sa cause plusieurs politiciens de la cour. La richesse de sa famille y est peut être pour quelque chose, mais heureusement pour elle le peuple et la Cour a su bien faire la différence entre elle et son royal oncle devenu fou.

Histoire : Fille de la petite soeur du roi, mariée à un Duc, Ayanelle est la première née de la famille. Princesse de sang, elle n'aura cependant pas d'éducation poussée de la cour avant ses 12 ans, âge auquel elle fut obligée de venir au palais en compagnie de son père. Elle eut un petit frère, mais celui ci mourut de la variole étant bébé. Elle se trouve donc fille unique, sa mère n'arrivant pas à concevoir un autre enfant en succédant les fausses couches. La détresse de ses parents la touche beaucoup, au point qu'elle fait tout pour leur plaire. Voulant être un modèle, elle se perfectionne dans son éducation, suivant les préceptes de sa mère qui la pousse à être éduquée mais aussi généreuse avec les démunis et les autres. Curieuse et ouverte d'esprit, elle a cependant du mal à supporter le regard de certains hommes et femmes sur elle. Etant une possible héritière et un pion important pour le pouvoir politique de certains, elle apprit par son père à se méfier de la générosité et des mots doux de la Cour et de son entourage. Restant sur ses gardes, elle ne se laisse pourtant pas être mise à l'écart en apprenant à dispenser avec parcimonie ses sourires et ses faveurs.

Elle obtient les faveurs de certaines dames, apprenant le paraitre mais aussi comment gouverner les hommes en finesse. Ayanelle a eut bien jeune plusieurs propositions de mariage, mais de part les instabilités politiques et la dernière guerre, le choix fut toujours reporté. Vers ses 16 ans, son père tomba malade, et disparut en une nuit dans d'atroces souffrances. Sa mère tomba en dépression, laissant à sa fille le soin de garder la tête haute pour l'honneur de la famille. Elle prit sur elle de gérer au mieux le domaine avec l'intendant, s'impliquant dans la gestion entière d'une maison et des biens pendant quelques années. Elle se retira ainsi de la Cour, mais la mort de son père et l'héritage poussèrent plusieurs prétendants à se présenter encore plus vite. Ce n'est que par l'appui de son oncle, le roi, qu'elle put les garder à distance en leur faisant promettre d'attendre que le domaine soit de nouveau en main. A ses 18 ans, juste avant que le roi ne commence à perdre la tête, il lui fut donné la mission de gérer les bonnes oeuvres du royaume. La Reine étant morte et sa mère étant alitée, il lui fut incombée cette tâche, son expérience dans la gestion des finances du domaine familial la rendant apte à ce travail. Le roi n'y voyait pas beaucoup d'importance, si ce n'est un symbole pour le peuple. Mais Ayanelle y vit une opportunité. S'impliquant dans ce projet, elle gagna en notoriété auprès du peuple. Elle se forca au début à visiter les différentes aumôneries et quartiers pauvres, mais elle apprit beaucoup sur le terrain. Elle aima son travail, et trouva de plus en plus la vie à la Cour déplaisante. Et cela empira quand le roi devint fou. Elle n'aimait pas le nouvel intendant et main du Roi, Mordred. Elle avait des frissons en le voyant, comme si un quelconque malheur allait leur tomber dessus de par sa faute. Elle voyait en lui un serpent à la langue agile et servile, bien pendue pour séduire qui il souhaite. Elle garda bien ses distances, restant dans son travail autant que possible. L'affaire des enlèvements l'indignait, et malgré ses visites à son oncle pour pousser les recherches elle vit qu'il n'y avait plus rien à faire. Plus rien à faire pour la folie qui avait saisi son oncle, mais aussi une terrible peur pour l'avenir du royaume.

Quand celui ci mouru, et que le trône fut vacant, elle dut s'impliquer en tant que princesse dans la vie de la Cour. Elle devait apaiser les coeurs, et tenter de rallier à sa cause différents parti. Car une telle opportunité ne lui avait pas échappé. Si elle pouvait être reine, elle pourrait enfin agir pour le peuple, l'aider à sortir de sa pauvreté et faire renaitre de ses cendres le royaume des humains. Elle était princesse de sang, et avait assez de soutien politique des nobles et du peuple pour prétendre à cette place. Elle se doutait bien que beaucoup la soutenaient en souhaitant la manipuler par la suite, mais elle n'était ni dupe ni stupide. Avec son intelligence, sa ténacité et son courage, elle espérait gagner les votes des différents parti allant élir le nouveau souverain.

Pouvoirs liés à votre peuple : Aucun

Capacités surhumaines ou pouvoirs magiques : Aucun

Familier, animaux : Un chien de chasse noir nommé Baël, toujours à ses cotés.

Autres :

~~~~~~~~~~~~~~~~
D'où vient votre avatar ?
Deviantart
Comment avez-vous découvert le forum? ancienne
A quelle fréquence comptez-vous rester sur le forum ?
Votre réponse à la question des règles * : Oui[/b]
Revenir en haut Aller en bas
 

Ayanelle De Corta - prétendante au trône humain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rasiel Stormwind [Finito!]
» Tout sur votre cheval.
» Attaque de fourmis folles/jean Erich Riche
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» Une simple bagare de comptoir... [pv Janus Elakin]



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Préambule :: Personnages :: Personnages Non-Joueurs-