Partagez | 
 

 Ca passe, ou ça casse ! (Knushaël - Darkame)


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Darkame

Invité



MessageSujet: Ca passe, ou ça casse ! (Knushaël - Darkame)   Lun 22 Juin - 14:10

Message de Darkame, démon.

La nuit tombait enfin.
Lucyfer pouvait enfin apercevoir les rayons rougis du soleil à travers les trous du panier en osier dans lequel il se trouvait. Il serait bientôt temps d'aller ouvrir a Darkame. Le petit diablotin serra la clé qu'il avait autour du cou en pensant à son maître puis, soudain fort d'une nouvelle fierté, il se redressa sans bruit. Le haut du panier de pic-nic se souleva légèrement pour découvrir deux petits yeux jaunes à la pupille verticale, scrutant les moindres recoins de la pièce. Lucy referma le panier et attendit encore quelques minutes, le temps que la nuit enveloppe complètement la cité de son sombre manteau piqué d'étoiles. 
Pendant ces quelques minutes de répit, le petit diable ne pu s'empêcher de repenser à la fierté qu'il avait ressentie et qu'il ressentait toujours, lorsque la démon aux cheveux blancs, lui avait confié cette mission. 
Il était assit sur un bol retourné, mordant gaiement dans une miche de pain encore chaude. Son maître l'avait regardé, son sourire narquois toujours collé à ses lèvres. Darkame avait alors ricaner et lui avait dit : " Pour le prochain coup, c'est toi qui ouvre la porte." Le démon c'était alors détourné pour vaquer à ses occupations, laissant Lucy seul à sa joie immense. Une telle marque de confiance venant de lui était si inespérée ...
La pièce devint enfin aussi sombre que le gouffre qu'était l'estomac de la petite créature. 

Lucy sorti tout doucement de sa cachette et posa ses petits pieds griffus sur la table de bois déjà bien abimée. Il fit un tour sur lui-même pour vérifier, encore une fois, qu'il était bien seul. La petite créature fit alors un pas, puis se stoppa net. Silence. Il se mit alors a trottiner, fait légèrement crisser ses griffes sur la surface lisse, le bruit était cependant si ténu qu'on se méprendrait sur son origine. Une souris dans le mur se dirait-on.
Arrivé au bout de la table, il sauta sur le tabouret, lui aussi en bois avant de faire un nouveau saut pour retrouver le plancher des vaches. Un dernier effort et il ouvrirait la porte. Lucy prit son courage a deux mains et avança prudemment vers le guéridon placé juste à côté de la porte d'entrée puis il entreprit d'escalader un des pieds. L'ascension lui prit plusieurs minutes, la clé tintant régulièrement contre le bois, le faisant ainsi s'arrêter pour vérifier que tout le monde dorme encore.

Le sommet, enfin !

La serrure était pile, a la bonne hauteur. Le diablotin souris de toutes ses dents et entreprit de déverrouiller la porte. Il força sur la clé, la porte refusait de s'ouvrir !
Sans paniquer, Lucy força une dernière fois, ce qui paya cette fois-ci.
La porte s'ouvrit dans un léger grincement. Une main pâle, aux doigts fins et légèrement crochus attrapa le vantail avant qu'il ne s'écrase contre le mur, et que cela ne ruine les efforts de la petite créature.

Après la main vint un bras puis une épaule puis une tête et finalement un démon entier entra discrétement dans la pièce.
Il regarda Lucy qui sourait toujours et souffla:

" Tu en as mit du temps !"

Son sourire s'éffaca et fit place a une moue boudeuse.

"C'n'est pas ma faute si cette serrure est toute grippée ! "

Le démon sourit a son tour et tendit le bras vers le diablotin qui monta très vite jusqu'a son épaule. Il s'y assit et ne pipa plus un mot.

Darkame quand a lui, jetta un rapide coup d'oeil aux environs. Pas un bruit, pas un rat.
Son sourir s'élargit. Il se dirigeat vers l'escalier a pas de velour, montant les marche une a une en marquant de courte pose après le grincement de chacune.
Stupide Apoticaire, il ne pouvait pas rénover sa vielle bicoque ?!
Arrivés a l'étages, les deux intrus se dirigèrent vers une porte qui évidement était fermé a clé ... mais qui ne le resta pas longtemps. Darkame entreprit de l'enlever de ses gonds. La porte était bancale et vermoulue, la serrure devrait suivre assez facilement. Après moult précautions, il poussa la porte d'un coup sec vers le haut et le tout lâcha dans un seul petit craquement.

Le démon déposa doucement son fardeau contre un mur, puis entra dans la pièce, cherchant de ses yeux rouges, une légère lueure dorée.
Elle était la, la fleure qu'il venait chercher. Un lys doré plutôt rare que tout les grands alchimistes s'arrachaient. Ils etaient préts a tout, même a faire couler le sang pour s'en procurer un spécimen.

...

Un buit de pas caractéristique se fit entendre dans le vieil escalier plein de termites, il descendait.
Le vieux ...

Darkame se precipita vers son trésor et l'a mit dans son sac avec une infinie douceur. Il fit son geste et un raclement de gorge le fit se retourner.
Sans se depatir de son sourir le démon recula devant le viel homme armé de son arbalète.

" Petit vaurien, rend la moi ! "

Darkame haussa les épaules et de son ton le plus insolent, il répondit :

" Je ne vois pas du tout de quoi tu parles papy ! "

Le vieux décocha un carreau juste a coté de la fenêtre, le démon en porfita pour se ruer sur lui, enfin ...
Il passa juste assez rapidement pour que l'apoticaire de puisse l'attraper quand il arrivait a sa hauteur. Les deux voleurs descirent les escaliers a toute vitesses avant de s'engouffrer dans l'embrasure de la porte. La il percuta quelque chose et roula sur les pavés mouillés.
Enfin, il percuta quelqu'un.

Le vieux apparut a son tour dans la rue et sans réfléchir, le démon attrapa sa victime et s'en servit de bouclier. Il ne la lâcha que lorsqu'ils furent tous les trois dans le repaire du démon.

Darkame jetta nonchalament son fardeau sur son lit.
Revenir en haut Aller en bas



Knushaël

Invité



MessageSujet: Re: Ca passe, ou ça casse ! (Knushaël - Darkame)   Mar 23 Juin - 15:58

Message de Knushaël, démone.

Je marchais rapidement sous le ciel étoilé, perdus dans l'immensité de la ville. Cela faisait trois heures que je slalomais dans le dédale de maisons, cherchant en vain cette auberge où je m'étais établie pour la nuit. Seul le sons régulier de mes bottes sur le pavé irrégulier venait rompre le silence assourdissant de la cité endormie. Les voleurs rodaient dans les rues étroites et mal éclairés tandis que quelque part plus loin, les assassins accomplissaient leurs sombres besognes. Je refermai un peu plus sur moi ma cape en laine noire, qui recouvrait mes ailes immaculés et dissimulait mon arme meurtrière. J'avais seulement croisé quelque ivrogne et des orphelins depuis le début de mon errance. La louve blanche trottinait à mes côté, laissant derrière elle de minuscule cristaux étincelant.

« Je suis sûre qu'on est déjà passé devant cette maison !» maugréais je dans ma cape.
« Mais elles se ressemblent toutes ...» me répondis mentalement la louve.

Je soupirai de fatigue, il fut vrai que ces ... cabanes se ressemblaient, toutes vieilles et prêtes à s'effondrer. De plus mes pieds me faisaient souffrir le martyre et j'avais faim, si faim … Peut être pourrais-je toquais à l'une ou l'autre de ces portes et demander ainsi mon chemin. Si seulement je me rappelais de l'endroit d'où je venais. Mais il ne fallait pas désespérais, j'étais bien consciente de mon manque de sens de l'orientation et je connaissais que trop bien ce vieux dictons qui disait « Tout les chemins mènent au rhum.» Je finirais bien par arriver. Le plus tôt serait le mieux cependant.  

J'avançais perdue dans mes pensées, quand j'entendis soudainement des bruits de lutte venir d'une des vieilles bicoques. Je n’eus pas le temps de réagir qu'une porte s'ouvrit à la voler, quelqu'un me rentra dedans. Sur le choc je tombai sur le pavé poussiéreux, je me relevai complètement sonné ma cape se détacha et tomba dans la boue. J'ouvris la bouche, mais je n’eus le temps d'aboyer quoi que ce soit, car une poigne de fer m'agrippai. Je tentai de me libérer, mais un vieux monsieur sortit de la maison avec une arbalète chargée, il l'a pointa sur moi, j'en déduisis que ce n'était pas le moment pour discuter. Je restai néanmoins figé, incapable de lever le petit doigt. Puis tout se passa très vite, Kumi sauta sur le vieux monsieur, lui mordant le bras qui tenait l'arbalète, le carreaux partit tout seul, il alla se ficher dans le mur d'en face dans un bruit sourd. Quelqu'un me souleva et me mit en sac à patate, j'hurlai de surprise.

« Lâchez moi !»

Mais rien y fis, je tapai du poing sur une aile. Dépourvue de belle plume douce et soyeuse, celle là était comme celle d'une chauve souris. Mes pieds brassèrent l'air. Le démon qui me maintenait ainsi ne me lâcha pas avant que l'on soit arrivé dans une maison quelconque, il me balança sans ménagement sur un lit de paille et de peau de moutons.

« Aïeeuh ! Vous pourriez faire attention ! Bougre !»

Sur la défensive, je me relevai et je pris ma faux, je la pointai vers lui, un démon grand, plutôt séduisant je dirais avec ses cheveux blancs, c'est beau yeux rubis et son visage fin … Je me perdis quelques instants dans la contemplation de sa beauté avant de revenir à moi. Je pris mon air le plus menaçant possible, bien que je fus armée, il était plutôt intimidant, car il était beaucoup plus grand que moi. Je pris donc un ton supérieur :

«Qui est-vous ? C'est quoi cet endroit ? Pourquoi m'avez-vous emmené ici ?»


Dernière édition par Knushaël le Ven 14 Aoû - 12:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Darkame

Invité



MessageSujet: Re: Ca passe, ou ça casse ! (Knushaël - Darkame)   Lun 29 Juin - 15:05

Message de Darkame, démon.

Sans plus s'occuper de son otage qui, au vu de son poids et de sa taille, ne pouvait qu'être une femme. Il avait entendu sa voix lors de sa fuite, cet élément ne venait que renforcer son hypothèse.


Sans plus s'en occuper donc, Darkame laissa son diablotin sur la table de bois très abimée qui lui servait de bureau et enleva délicatement la bandoulière de sa sacoche. Il posa celle-ci avec une douceur infinie, cette fleur était bien plus précieuse que toute autre chose sur terre. Le démon l'ouvrit et saisi son trésor pour le contempler. Ressemblant à un lys, elle dégageait quelque chose de magique, d'apaisant. Sa douce lueur dorée éclaira quelque peu la pièce sombre dans laquelle ils se trouvaient.

Lucy lui apporta un vase te une cloche de verre. Le démon lui sourit et la rangea avec toutes les précautions du monde. Bientôt, il serait riche et pourrait s'acheter un vrai repaire. Pas une chambre de bonne, cachée sous un toit. Les temps étaient difficiles, le projet d'un accord commercial entre les elfes et les démons ne lui était guère profitable.

Darkame soupira. Son otage venait de lui parler, enfin, de lui poser toutes les questions auxquelles il s'attendait. Sans pour autant lui répondre, il entreprit de se mettre à l'aise. Il retira ses bottes, lança sa cape sur une chaise et déboutonna sa chemise. Puis il s'étira et alla chercher deux verres en corne qu'il remplie de bière. Le démon se dirigeât vers sa captive, un air mauvais sur le visage.

Elle pointait une faux vers lui. D'après sa garde, elle savait s'en servir mais cela ne l'inquiétait pas plus que ça. Il aurait surement le temps de la toucher avant qu'elle ne lui cause de trop grosses blessures. C'est donc avec cet état d'esprit et son air cruel qu'il s'approchait d'elle. Il la dépassait d'au moins deux têtes, si ce n'était plus. Ce détail le fit sourire ce qui n'arrangeait rien à son air macabre.

Darkame s'arrêta au moment où son torse toucha le bout de la faux de son opposante.

" Tu es sûre de ne pas vouloir laisser ce joujou dans ton dos ? "

Avec un sourire narquois il but une grande gorgée de bière. Juste à ce moment, Lucy, qui s'était volatilisé revint avec quatre miches de pain tout juste sorties du four. Elles étaient chaudes et odorantes, si bien que le démon ne put résister à la tentation de mordre dans l'une d'entre elle. Lucy fit claquer sa langue, signe de désapprobation. Il reprit le verre qu'il avait préalablement déposé sur le guéridon près de son lit.

" Tu es sûre hein, parce que je ne te retiens pas. Tu peux partir quand tu le souhaites. Je t'ai juste utilisé comme bouclier, maintenant je n'ai plus besoin de tes services."

Tout en lui parlant, il s'était retourné et s'était assit sur une chaise près de la table. Un poulet rôti y avait été déposé et le démon mordit dans une cuisse bien charnue. Le diablotin s'approchât de lui, il mâchouillait des petits morceaux de volaille et tous deux se mirent à parler de leurs affaires, laissant la possibilité à leur invitée de quitter l'endroit, ou bien de partager leur victuailles si le coeur lui en disait.
Revenir en haut Aller en bas



Knushaël

Invité



MessageSujet: Re: Ca passe, ou ça casse ! (Knushaël - Darkame)   Mar 7 Juil - 19:36

Message de Knushaël, démone.

Il ne se préoccupa absolument pas de moi, ce qui me vexa légèrement. Je l'observais néanmoins avec la plus grande curiosité du monde. Cette façon de manipuler sa sacoche, je me doutais qu'elle contenait quelque chose de très fragile, mais j'étais loin de me douter que la chose en question était si magnifique. Sûrement la plus belle fleur que je n'avais vu de toute ma vie, dorée, elle répandait une douce lueur dans la pièce morne.

Une fois la fleur mise en sécurité, le démon entrepris de s'enlever ses bottes et sa chemise, découvrant son torse finement musclé. Sur le qui vive j'étais en garde, complètement immobile, seul mes yeux bougeaient. Puis il s'étira sereinement toujours sans faire attention à moi. Il partit remplir deux verres en corne de bière. Quand enfin il s'intéressa à moi je le regrettai presque. Il me regardait d'un air si méchant. Je tentai de lui rendre son regard, resserrant m'a prise sur ma faux, comme pour me donner du courage. Je le regardais droit dans les yeux sans sied une seconde. Je déployai légèrement mes ailes, pour avoir l'air plus grande et plus menaçante. Lorsqu'il cessa d'approcher, la pointe de Phoé touchais son torse nu, je baissai les yeux vers la faux, éberlué. Je rompis le contact visuel, j'avais perdu ce combat silencieux. Je cherchai alors un endroit sur le sol où poser mon regard quand il me parla je relevai vivement la tête vers ses yeux.

J'étais sur le point de lui montrer ce que mon « joujou » était capable de faire lorsqu'un petit diablotin arriva avec des miches de pain fumantes, je me rappelai alors que j'avais faim, très faim. J'étais toujours en garde pour autant, il croqua dans l'une d'elle malgré les protestations de la petite créature. Je le regardai suspicieuse. Quand le démon me parla de nouveau, tout en dressant une tablé. Il se mit à table et commença à manger, il m'avait dit que je pouvais m'en aller si je le souhaitais. Il m'avait utilisé comme si j'étais un vulgaire bouclier, je devrais l'étriper ... Mais je remis  ma faux dans mon dos, je m'avançai vers la porte de sortit, quand l'odeur de la nourriture emplie mes narine un gargouillement bruyant rugis de mon estomac, je me forçai à ne pas me retourner, mais arrivé à la porte je me figeai avec un profond soupir de désespoir : je n'avais aucune idée de l'endroit où je me trouvais, je ne savais pas plus où se trouvait la taverne, de plus, ma louve devait se balader quelque part en ville, je ne risquais donc pas de la retrouver... et puis j'avais tellement faim. Je regardai les met sur la table et le démon en train de manger je commençai à saliver intérieurement. Il m'avait utilisé, comme d'un bouclier, je me renfrognai, mais je mis pas longtemps à me décider, je me mis à table, les yeux baissé je me servis à manger avec toutes les manières d'une bourgeoise. Coupant minutieusement ma viande en petit morceaux.
Une fois mon ventre un peu rempli je levai les yeux pour fixai mon hôte.

« Qui êtes vous ? Pourquoi avoir volé cette fleur ? Qu'a t-elle de si précieux ? »

Ces questions me taraudais depuis le début, et j’espérais bien obtenir des réponse.
Revenir en haut Aller en bas
 

Ca passe, ou ça casse ! (Knushaël - Darkame)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tout lasse, tout casse, tout passe ... [Chanel]
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !
» Qu'est-ce qui se passe en Haiti ?
» Que ce passe-t-il dans le tome 9 ?
» Li cacho-dent (casse-dents ou croquets aux amandes)



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Bavardages [H-RP] :: Archives-