Partagez | 
 

 Neige mortelle (Silma - Abaddon)


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3



Silma

Invité



MessageSujet: Re: Neige mortelle (Silma - Abaddon)   Mar 24 Mar - 14:10

Message  de Silma Telimec, Elfe.

Silma avait vaguement espéré qu’il n’y aurait qu’un ou deux archers parmi ses opposants. Bien sûr, c’était un espoir bien futile quand on faisait face à une escouade elfique. Il darda donc un regard emplit de défi sur les archers qui le tenant en joue. En cet instant, alors que l’adrénaline coulait dans ses veines, Silma oubliait d’avoir peur. Ils pouvaient bien le cribler de flèches si l’envie leur en prenait, il ne se rendrait pas sans combattre.

Silma commença à baisser son épée au moment où la copie parfaite de la fée apparut derrière les autres soldats. Plus elle parlait, plus les sourcils de Silma se froncèrent de colère. Quand la fée fit disparaître son double, il rangea son épée et se tourna de suite vers Abaddon, qu’il entendit s’effondrer dans la neige. Silma n’essaya même pas de donner l’impression qu’il écoutait poliment Elenwë jusqu’où bout. Il ignora royalement l’utilisation appuyée du ‘votre’ et s’agenouilla près de la démone, prenant entre ses doigts la main glacée de la blessée.

La flèche s’était visiblement logée sur le flanc droit, la blessure n’était pas forcément grave en elle-même. Mais vu l’état de la démone, la flèche devait être empoissonnée. Il pouvait s’agir d’un simple paralysant, ou de quelque de bien plus mortel. Silma posa alors sur Elenwë un regard rendu glacial par la haine et la colère. Le jeune garde était plutôt d’un naturel calme et pacifique. Mais si quelqu’un réussissait à l’énerver vraiment, alors mieux valait ne pas trop le titiller. Or en cet instant, sa colère atteignait des records. Non seulement le comportement d’Elenwë l’énervé au plus haut point, mais en plus elle s’était joué de lui. Deux excellentes raisons de la détester cordialement.

"Ce cher Oünmat a sans doute simplement besoin de calme après ce qu’il a subit. Mais je n’ai pas à vous apprendre votre travail, n’est-ce-pas ? Vous préférez tirer puis négocier ensuite." Le ton était ouvertement cinglant.

Silma examina encore un peu Abaddon, il n’avait pas de quoi la soigner ici. Il lança un regard contrit vers la pente raide qu’il avait descendu plutôt. Remonter en portant la démone serait difficile, mais il était tout simplement hors de question qu’il la laisse agoniser dans la neige, même si c’était pour revenir en quelques minutes. *Surtout avec ces énergumènes dans le coin !* Pensa encore Silma en envoyant un nouveau regard chargé d’éclairs vers les autres elfes.

Le jeune garde avait donc prit sa décision et avec les grandes ailes noires de la démone, il n’avait pas trente-six façons de la porter. Silma passa alors le bras d’Abaddon sur ses épaules, il se redressa, entrainant le corps inanimé de la démone  dans le mouvement puis maintient celle-ci fermement par la taille. Se faisant, Silma murmura instinctivement des paroles rassurantes à Abaddon tel que : "Ca va aller" ou "Je vais te ramener à l’abri".

"Il y a, en haut de cette pente, deux survivants de la caravane des marchands qui pourront vous expliquer pourquoi le Oünmat est dans une telle ‘folie rageuse’ comme vous dîtes." Cracha Silma en tournant légèrement la tête vers Elenwë.

Il était hors de questions qu’il leur facilite la tâche ou qu’il évite aux deux marchants d’avoir à raconter leur histoire. *Que  Léanen et Mathwin se débrouillent ! Et si Elenwë veut ses infos, qu’elle aille les chercher !*Pesta intérieurement Silma . On l’a bien dit plus haut, quand Silma est énervé, il ne fait pas semblant. Il songea également qu’il devrait peut-être cogner violemment le visage de celui qui avait préféré le considérer directement pour mort quand il avait contacté l’unité d’élite, histoire de bien lui faire sentir qu’il était tout à fait vivant. Mais bon, on dira qu’à ce moment, la colère obscurcissait vraiment son jugement.

"Et vous aurez intérêt à me dire avec quoi vous avez enduis vos flèches." Gronda encore le jeune garde à l’adresse de la fée.

Puis il se détourna et commença sa marche, tenant fermement le corps de la démone contre lui. Naulëin suivit son maître, non sans un dernier grondement dévoilant ses crocs menaçants à l’adresse d’Elenwë et de ses soldats.
Revenir en haut Aller en bas



Abaddon

Invité



MessageSujet: Re: Neige mortelle (Silma - Abaddon)   Sam 28 Mar - 16:26

Message d'Abaddon, démone.

Abaddon sombrait dans l'inconscience au fur et à mesure que les secondes s'écoulaient. Elle sentit cependant les mains chaudes, du moins plus chaude que les siennes, de l'elfe qui serraient la sienne. Il était là juste à côtés d'elle. Mais pour combien de temps encore ? Est-ce que les autres elfes l'obligeraient à la laisser ici, la laissant mourir à petit feu entre le poisons qui se répendait en elle et la froid qui finiraient par avoir raison de son corps. Elle tenta de sourire à son compagnon sans savoir si elle y était parvenu.

De l'autre côté, un visage de dégout s'afficha lorsque celui qui était venue défendre la démone, agenouilla près de la créature maléfique. Il était clair qu'il n'était pas sous l'emprise d'un sort, sinon il en serait sans aucun doute libéré maintenant. Par contre, il était également clair qu'il avait perdue la raison pour préféré ainsi une démone à son propre peuple. Les regards haineux et glacial qu'il lançait à Elenwë la fit sourire. Il faisait pitié à voir, alors qu'il tenait la main de la créature comme un mari au chevet de son épouse. Elle secoua légérement la tête puis fit signe à ses soldats de ranger leurs armes. Il n'y avait plus vraiment de danger pour eux, même si celui qui c'était présenté comme un membre de la famille Telimec attaquait, il serait facile à vaincre car guider par la colère et non par la raison.

Il parla de façon cinglante à l'adresse de la commandante qui n'en perdit pas pour autant le sourire. Visiblement, il était au courant de quelque chose en ce qui conernait les attaques du Oünmat donc mieux valait-il stopper pour le moment la traque de la créature et suivre le garde frontière. Le commentaire qu'il fit lui arracha un rire et elle ne put s'empêcher de répliquer:

- C'est votre inexpérience qui parle sans doute, j'ai connu des elfes comme vous. Ils ont tenté de "négocier" avec des démons. J'ai eut du mal à reconnaitre ce qui restait d'eux après la "conversation".

Le regard que donna Silma en réponse signifiait clairement qu'il se moquait de ce qu'elle disait mais ce n'était pas cela qui déstabiliserait la commandante. Elle en avait vue bien d'autres. Et ce ne serait pas le premier elfe ou fée qu'elle verait se faire pièger par un démon au jeu des sentiments. D'ailleurs elle avait du en punir plusieurs elle même. Elle regarda l'elfe tentait de relever la démone puis commencer à gravir la pente. Ce n'est pas elle qui aiderait, s'il voulait la sauver il en assumerait le fardeau. L'elfe parla de nouveau, expliquant qu'il y avait des survivants un peu plus haut et qu'ils pourraient expliquer le fin fond de toute cette histoire. Cela faciliterait grandement le travail de l'unité.

Elle fit signe à son unité de reprendre la formation de marche, ils allaient suivre l'elfe en restant quelques mètres derrière au cas où il tenterait de les piéger. Il adressa une dernière phrase avant de poursuivre ça marche. Une phrase qui était très intéressante. La louve qui accompagnait Silma montra les crocs mais cela n'effreya personne dans le convoi, pas plus que le grondement de l'étrange créature qui accompagnait sans doute la démone. La commandante marcha quelques minutes avant de répondre enfin à la demande qui avait été faite.

- Je peux faire mieux que ça, je vous donne le remède mais en échange, vous accepterez notre escorte jusqu'au camp d'où vous êtes partie à l'origine. Et bien sur, la démone et son animal de compagnie seront enchainés, par simple mesure de sécurité. Se seront les personnes sur place qui staturont de son avenir.

Elle s'arrêta attendant sans doute une réponse violente de la part de l'homme, mais elle savait aussi que s'il désirait la sauver, il n'aurait pas trop le choix. Le poison que l'archer utilisait était rare et donc par conséquent peu connue des non-initié. Elle avait l'avantage et elle n'hésiterai pas à s'en servir.
Revenir en haut Aller en bas



Silma

Invité



MessageSujet: Re: Neige mortelle (Silma - Abaddon)   Sam 28 Mar - 19:46

Message  de Silma Telimec, Elfe.

Aux mots de la fée, Silma se retourna et la dévisagea avec colère. Comment osait-elle le faire chanter ainsi ? Mais avait-il seulement d'autres choix ? Le garde pesa un moment le pour et le contre. Il ne savait pas quel poison coulait dans les veines d'Abaddon. Ce n'était peut-être même pas mortel, Elenwë s'était déjà joué de lui une fois. Mais Silma ne pouvait pas en être sûr. Il bien avait quelques plantes pouvant lui permettre de retirer le poison, mais en fonction de la rapidité d'action de celui-ci, cela ne suffirait peut-être pas à sauver la démone. Encore une fois, Silma n'avait aucune certitude.

Accepter le marché honteux de la fée alors ? Etait-ce seulement moins risqué ? Admettons qu'ils arrivent jusqu'à Gard'nor en un seul morceau. Certes, Gwindor et les deux marchants seraient sans doute de son côté (de tout façon, ils auraient droit a une flèche dans la jambe ou dans l'épaule si ce n'était pas le cas). Mais leurs paroles seraient-elles suffisantes face à celle d'Elenwë, qui semblait nourrir une haine particulière envers les démons ? Les commandants de Gard'nor seraient-ils compréhensifs sachant qu'Abaddon avait sauvé plusieurs des leurs ? Silma en doutait fortement, surtout que les tensions seraient ravivées avec la révélation de la trahison de Torlindel. Le jeune elfe serait peut-être forcé d'utiliser une solution extrême pour les convaincre.

Et même en admettant que les commandants de Gard'nor seraient éventuellement compréhensifs, rien ne promettait qu'ils y arrivent, à Gard'nor. Silma imaginait mal Abaddon et Mushu restaient tranquilles alors qu'Elenwë les enchaîner. Le jeune garde avait eu l'occasion de voir la puissance de la démone. Si elle tuait l'un des elfes, même en état de légitime défense, la situation serait plus envenimée que jamais et il serait sans doute exécuter pour trahison vu les circonstances. Donc en soit, maintenant ou plus tard, le résultat serait le même. Silma avait donc pris sa décision.

"Vous allez me donner ce remède. Dit-il d'une voix forte. Mais Abaddon ne sera ni enchaînée, ni jugée à Gard'nor. Car j'utilise le Droit du Sang et me porte garant pour elle."

Ce Droit, très ancien, permettait à un elfe de se portait garant pour une autre personne devant la justice. A partir de cet instant, les deux étaient considérés de la même façon. Ce Droit était autre fois utilisé entre elfes partageant un lien de sang, d'où son nom. Mais rien ne limitait son utilisation, et l'histoire comptait quelques cas où un elfe s'était porté garant pour un être d'une autre espèce. Ainsi, aux yeux de la loi, Abaddon devenait presque l'égale d'un elfe. Plus question d'un jugement hâtif et arbitraire. Elle serait donc libre et considérée comme innocente jusqu’à preuve formelle du contraire.

Mais en contrepartie, Silma devenait aussi responsable qu’elle en cas de problèmes. Si Abaddon était jugée coupable d’un crime en terre elfique, alors le jeune garde le serait aussi. Il pourrait être exilé, exécuté ou raccourci à l’une de ses extrémisées en fonction du crime et de l’humeur du juge… Le choix était donc dangereux. Surtout qu’il n’avait pas de limite de temps. Il était aussi valable en cas de crime commit avant ou après...

C’était un pari risqué, Silma ne connaissait au final que peu de choses au sujet de la démone. Mais depuis qu’il l’avait rencontré, Abaddon ne s’était rendue coupable d’aucun crime et de ce qu’il en avait vu, elle possédait un grand honneur. Il était donc près à lui faire confiance et à remettre sa vie entre les mains de la démone. Peut-être que son choix était totalement fou. On le justifiera ici en soulignant que Silma fait rarement dans la demi-mesure. Ou bien peut-être avait-il simplement perdu l’esprit à cause du froid ? Ou plus simplement, il voulait aider Abaddon à tout prix et lui éviter toute souffrance inutile. Rappelons qu’il lui devait la vie, qu’importe que ce soit une démone ou non.

Quoi qu’il en soit, il fallait encore qu’Elenwë accepte de lui accorder ce droit. Mais en fait, elle n’avait pas le choix. Il faisait parti des droits fondamentaux accordés à tous les elfes. Si elle lui refusait ce choix, alors elle se discréditait aux près des autres elfes. Et dans ce cas, sa parole n’avait plus la moindre valeur.
Revenir en haut Aller en bas



Abaddon

Invité



MessageSujet: Re: Neige mortelle (Silma - Abaddon)   Mar 31 Mar - 8:41

Message d'Abaddon, démone.

L'elfe n'avait pas fait un pas de plus, visiblement les mots de la fée avait fait mouche. Le regard qu'il lui lança la fit sourire d'avantage. Elle était en position de force et il ne pourrait pas aller contre elle. Décidément cette journée s'annoncer favorable à Elenwë. Non seulement elle allait retrouver des survivants et peut être éviter une longue traque à sa troupe mais en plus elle ramènerait une démone au commendement. Silma semblait hésiter mais elle n'ajouterait rien, il finirait bien par comprendre que s'il désirait la sauver, il n'avait pas d'autres choix. Elle se déplaça seulement vers son archer blessé. Deux autres soldats avaient déjà retiré la flèche qu'il avait reçut et apposé un cataplamse pour que la plaie cicatrise plus vite. Elle lui prit le remède au poison qu'il utilisait pour enduire ses fléches et revint face au garde frontière, s'amusant à lancer puis rattrapper la fiole.

Finalement ce dernier finit par sortir du mutisme dans lequel il c'était enfermé. Il parla d'une voix autoritaire mais il en faudrait bien plus que ça pour que cela ait un quelconque effet sur la commandante. Cependant ce qu'il finit par prononcer énerva profondément Elenwë. Comment osait-il ? Elle le fourdroya du regard tout en serrant la fiole se trouvant au creux de sa main droite. Elle réfléchit longuement sur un moyen d'annuler les paroles de l'homme mais à moins qu'il ne soit prouver que l'elfe ne soit pas en pleine possession de ses capacités mentales ou qu'il soit victime d'un sortilège, il n'y avait absolument rien à faire contre cette déclaration. Elle finit pas répondre froidement:

- Très bien, mais sachez que vous serez examiné sous toutes les coutures une fois à Gard'nor, pour être sur que rien n'influence votre jugement. S'il y a la moindre preuve d'un sort ou que quelque chose obscurci votre jugement, je l'exécuterai moi-même. Ensuite en ce qui concerne le jugement, je ne peux rien faire. À partir du moment où elle est impliquée dans cette affaire, il est normal qu'elle soit entendue.

Elenwë était profondément vexée que Silma prenne ainsi la défense de la démone, allant même jusqu'à utilisé ce droit ancestral qu'était le "doroite du sang". Mais la route serait encore longue pour le faire changer d'avis d'une manière ou d'une autre. Certes normalement c'était interdit mais elle ne dirigeait pas cette unité parce qu'elle restait fidèle aux traditions... Elle lui montrerait qu'il n'avait pas vraiment choisi la bonne option.

Après un instant, elle jeta la fiole au pied de l'elfe. Elle avait espèré un instant que cette dernière se briserait mais le manteau de neige amorti totalement la chute. Elle soupira puis parla à nouveau, après tout elle avait un autre objectif à atteindre et cette fois personne ne l'empêcherai d'y parvenir.

- Bien continuons notre route, il faut que je parle à ses "survivants" si vous dites vrai bien sur.
Revenir en haut Aller en bas



Silma

Invité



MessageSujet: Re: Neige mortelle (Silma - Abaddon)   Mar 31 Mar - 10:20

Message  de Silma Telimec, Elfe.

Silma attendit la réponse d’Elenwë qui ne vint qu’après une longue réflexion. Une chose était sûre, la fée était visiblement très contrariée, et rien que pour ça, Silma se félicita de son idée. Il s’en foutait pas mal de devoir prouver sa santé mentale, Elenwë pouvait bien exiger tout ce qu’elle voulait, Silma était sûr de lui. En revanche, il était toujours contre le fait d’amener Abaddon jusqu’à Gard’nor. Vu le rejet des siens pour la race démoniaque, le jeune garde ferrait tout pour éviter à Abddon de franchir les frontières elfiques. Après tout, Elenwë n’avait plus vraiment son mot à dire maintenant. Et si vraiment elle se montrait intraitable… Et bien il improviserait !

Mais pour le moment, le plus important était de soigner Abaddon. Le jeune elfe ramassa donc la fiole que lui jeta négligemment Elenwë. Silma ne se préoccupa d’ailleurs pas plus que ça de ce geste dédaigneux. Il reposa doucement Abaddon et lui fit boire le remède. Il ignora ensuite royalement les autres elfes et reprit sa marche, portant délicatement la démone. L’avancée de Silma fut lente car la pente était plutôt raide, avec une bonne couche de neige. Mais l’elfe marcha à son rythme, sans se préoccuper le moins du monde des soldats d’Elenwë qui le suivaient à quelques mètres. Quand il parvient enfin à leur refuge de fortune, Gwindor se dressa d’un bon en voyant la démone blessée.  

"Juste une altercation avec ces elfes. Répondit Silma de façon neutre, quand l’autre lui demanda des explications. D’ailleurs, ils veulent savoir ce qui se qu’il s’est passé avec le Oünmat. Ils veulent vous parler." Insista encore le garde en regardant Léanen et Mathwin qui se recroquevillèrent instinctivement.

Il y eut un moment de flottement alors que Silma allongeait délicatement Abaddon près du feu.

"Allez discutez dehors." Ordonna-t-il doucement sans quitter la démone des yeux.

Gwindor lui adressa un regard interrogateur et ouvrit la bouche pour répliquer mais Silma ne lui en laissa pas le temps.

"Je dois la soigner." Se justifia-t-il en regardant Gwindor.

L’autre hocha la tête en comprenant où le plus jeune voulait en venir. Il se détourna donc et entraîna Lénanen et Mathwin rejoindre les autres elfes qui attendaient à quelques mètres à l’extérieur de l’abri.
Une fois seul, Silma soupira et examina la blessure de la démone. La plaie n’était pas très profonde et la flèche ne semblait pas avoir touché d’organes vitaux, mais ça saignait beaucoup. Il fallait donc panser la blessure au plus vite. Silma retira doucement la flèche qu’il avait jusque-là laissée en place pour éviter une perte de sang supplémentaire. Il dévêtit ensuite Abaddon pour pouvoir accéder à la blessure. Le tout sous les grondements menaçant de Mushu, que Silma préféra ignorer pour se concentrer sur sa tâche. Il essaya néanmoins de rassurer la créature avec un sourire en lui assurant qu’il ne voulait pas faire de mal à la démone.

Silma prit ensuite dans son sac de quoi faire un cataplasme et bander la blessure. Une fois cela fait, il couvrit le corps de la démone d’une couverture. Silma s’assit ensuite contre le mur, à côté d’Abaddon. Une profonde lassitude l’envahit peu à peu. Il songea aux autres, entrain de parler dehors, nul doute que Elenwë devait faire une sacrée tête maintenant qu’elle connaissait la vérité et la trahison de l’un des leurs. Silma se demanda s’il devait les rejoindre, mais il préféra rester veiller sur Abaddon. Le jeune elfe sentit peu à peu ses paupières devenir lourdes et se fermer sur ses yeux fatigués. Les évènements éprouvants de ses derniers jours commençaient visiblement à avoir raison de lui. Silma dut s’assoupir légèrement en attendant qu’Abaddon reprenne conscience.
Revenir en haut Aller en bas



Abaddon

Invité



MessageSujet: Re: Neige mortelle (Silma - Abaddon)   Jeu 2 Avr - 7:33

Message d'Abaddon, démone.

La troupe progressa au ralentit, à croire que le "sauveur de démone" avanvançait volontairement au ralentit pour leur compliquer la tâche. La commandante fulmine pendant toute la montée sans pour autant exprimer son impatience. Ils finirent par enfin parvenir devant un renfoncement de la montagne. Là, toute la troupes put apercevoir que Silma n'avait pas menti. Il y avait bien des survivants et bien qu'ils n'avaient pas l'air en bon état, ils étaient encore capable de parler corecttement et de se mouvoir même si c'était avec difficulté. Visiblement la longue traque qu'avait prévu la compagnie serait bien plus courte qu'il ne le croyait. Il restèrent tous silencieux quand le garde frontière parla. Bien qu'il gardait un ton des plus neutre possible, on pouvait sentir un colère latente dans ses mots. Sa patience ne tiendrait pas longtemps et les trois elfes eurent vite fait de comprendre qu'il n'était pas d'humeur à débattre. Ils rejoignirent donc la compagnie de soldats.

Ils les firent même s'écarter un peu pour donner un semblant d'intimité à Silma et la démone visiblement inconsciente. Des échos de voix se répercutèrent dans la montagne, visiblement la commandante n'était pas contente de l'histoire que lui racontait les survivants. Bien que l'éloignement empêcher à quiconque d'entendre clairement tout ce qui se disait, l'oie fine d'un elfe percevrait sans aucun doute des brides de phrases tel que: " vous êtes une honte pour vote peuple", "si ça ne tenez qu'à moi je vous laisserai crever ici" ou encore "Je vais le tuer de mes mains !". Elenwë continuait de parler mais d'une voix bien plus froide et moins forte.

Pendant ce temps, Mushu grognait et couinait, comme s'il pleurait sa compagnone qui semblait, pour lui, perdre beaucoup trop de sang. Il grogna de plus belle lorsque l'elfe commença à retirer les vêtements d'Abaddon. Non pas qu'il trouvait cela dérangeant, même si cela lui traverça l'esprit, mais parce que la blessure saignait plus encore qu'avant. La créature avait rarement vue la démone dans un si mauvais état et s'inquiétait pour la survie de son amie. Le sourire que lui offrit Silma ne fit pas grande chose pour le rassurer. Mushus montra les crocs pour que l'elfe continue de s'occuper de la chevalière au lieu de tenter de le calmer lui. Il observa attentivement ce que l'être aux oreilles pointues faisait comme soin,  puis vint se coucher près de sa compagnone cornue lorsqu'il eut terminé. Le stress de ses dernières minutes sembla emportait presque immédiatement la créature qui s'assoupit tout en continuant de grogner et couiner faiblement.

Dehors la commandante commençait à avoir les oreilles rouge, non pas à cause du froid mais à cause de tout ce qu'elle avait entendu depuis qu'elle avait commencé à interroger les survivants. Elle n'avait rien à reprocher à celui qui se nommait Gwindor, après tout il était là pour secourir et récupérer la cargaison. Par contre les deux autres c'étaient une autre histoire. Elle avait du les brusquer assez violemment, elle avait même empoigné la fée pour lui faire tout avouer. Mais finalement, elle aurait préféré ne rien savoir de toute cette histoire. Elle les interrogea également sur le comportement de la démone et bien que tous trois semblaient rétissant à l'idée d'avoir été sauvé par elle, ils ne purent que décrire un comportement "presque exemplaire". Eller soupira de désespoir, elle c'était trompée sur toute la ligne et cela l'énervée encore plus.

Après une petit moment et voyant que silma ne se joignait pas à eux, elle finit par aller devant la grotte pour voir que tout le monde était en train de dormir. Elle sourit un instant devant cette vision si plaisante puis secoua la tête pour reprendre ses esprits. Elle parla d'une voix forte tout en donnant un cou de pied sur la chaussures de l'elfe:

- Non mais c'est quoi ça !? Tu dors au lieu de prendre soin d'une blessée et après tu oses faire appel au droit du sang ! Debout vermine !

Elle se déplaça vivement en enjambant Mushu, qui avait à peine eut le temps d'ouvrir un oeil se demandant ce qu'il se passait, et giffla Abaddon qui se réveilla d'un seul coup. La fée recula d'un pas et parla froidement mais avec un léger ton d'excuse dans la voix:

- Si tu es la moitié de ce qu'on dit, ce n'est pas cette écratignure qui va te tuer alors debout chevalière !

Elle tourna la tête pour regarder ailleurs alors qu'elle tendait une main vers la démone pour l'aider à se relever. Abaddon ne comprit rien à la scène au début mais finalement elle sourit avant de prendre la main d'Elenwë. Se fut douloureux de se lever ainsi mais elle ne pouvait pas refuser se signe de respect. Elle lutta contre la nausée et fixa la commandante quand cette dernière tourna enfin son visage dans sa direction. Elle ne semblait pas avoir laisser de côté sa rancoeur envers les démons, mais elle ne considéré pas Abaddon comme son ennemie, du moins pas en cet instant. Un léger rictus apparut sur le visage de la fée après quelques secondes et elle baissa les yerux tout en parlant:

- Par contre, tu peux dire à ton compagnon de lâcher ma jambe...

La démone baissa également la tête pour voir la machoire de Mushu qui tentait de perforer l'armure de la fée. Non pas qu'il ait peu de chance d'y parvenir, en s'usant un peu les crocs et après quelques temps il y arriverait, mais c'était plus en signe de mécontentement que véritablement pour attaquer la commandante, la preuve: il était toutjours allongé. Finalement Abaddon le fit renoncer, non sans qu'il grogne de déception. EleenWë lâcha la main de la chevalière et se tourna vers Silma pour finalement dire:

- Notre mission est terminé, nous rentrons avec les survivants, donc vous deux naturellements. Mes hommes vous aideront pour le transport.

Elle tourna les talons pour aller donner ses ordres de marche à la troupe.
Revenir en haut Aller en bas



Silma

Invité



MessageSujet: Re: Neige mortelle (Silma - Abaddon)   Dim 5 Avr - 17:51

Message  de Silma Telimec, Elfe.

Silma fut réveillé en sursaut par un cou dans sa botte et une voix forte qui lui agressa les oreilles. L'elfe remua en grognant, pestant intérieurement contre Elenwë, la traitant de tous les noms d'oiseaux qu'il connaissait. Non mais pour qui elle se prenait ? Par contre, quand la fée gifla Abaddon, Silma bondit sur ses pieds, la main sur le pommeau de son épée. La colère qu'il ressentait envers Elenwë venait de franchir de nouveaux sommets.

La suite de la scène parut absolument incongrue à Silma, alors qu'Abaddon acceptait la main tendue de la fée, apparemment sans une once d'agressivité ou de rancœur. La démone intima à son compagnon de lâcher Elenwë, d'ailleurs Naulëin était prête à sauter à la gorge de cette enquiquineuse et ne cessa de grogner que quand la fée s'éloigna enfin.

Silma lâcha son épée et haussa les épaules, abandonnant l'idée de saisir la logique de la scène. Décidément, qu'elles soient fées ou démones, il ne comprendrait jamais rien aux femmes. Sur ce, la compagnie se remit en marche, les soldats d'Elenwë prirent les packages des survivants et aidèrent les blessés. Néanmoins, Silma se positionna de suite en soutient auprès d'Abaddon et ne laissa à aucun autre elfe le loisir de le faire.

Avec l'aide de l'unité d'Elenwë, leur marche fut facilité bien qu'encore un peu ralentie par les blessés. A mesure qu'ils descendaient la montagne, la couche de neige se fit plus fine jusqu'à laisser place à la terre, les arbres se firent également plus présents. Après quelques jours, ils arpentaient maintenant une zone richement boisée, Silma soutenait toujours la démone, même si celle-ci s'était déjà bien remit de sa blessure. L'elfe retint alors un peu Abaddon, lui faisant comprendre qu'il voulait qu'elle ralentisse le pas. Peu à peu, les autres soldats les dépassèrent et Silma laissa se creuser un écart de quelques mètres entre eux et le groupe de marche.

"Je voulais parler à l'écart des oreilles indiscrètes." Se justifia le jeune garde.

Pas facile quand on chemine avec des elfes à l'ouïe aiguisée. Mais Silma contait sur la distance et le vent qui soufflait maintenant dans les branches pour couvrirent leur conversation.

"Demain, nous franchirons la frontière de la Forêt Blanche. Quoiqu'en dise Elenwë, ta présence n'est plus nécessaire. Si tu préfère éviter de pénétrer en plein territoire elfique, je t'aiderais à t'éclipser ce soir. Je ne veux pas mettre Elenwë au courant, elle s'y opposerait et je n'ai pas envie d'argumenter des heures avec elle. Déclara Silma avec une grimace. Et puis, c'est plus simple de demander 'pardon' que 'permission'. Rajouta-t-il avec un sourire qui n'avait d'angélique que l'apparence. Ce n'est qu'une proposition, à toi de me dire ce que tu veux faire." Conclut Silma avec douceur.

L'elfe avait supposer qu'Abaddon ne serait peut-être pas très à l'aise en plein milieu de la Forêt Blanche. Néanmoins, il voulait laisser le choix à la démone. Peut-être s'était-il tromper ? Ou peut-être qu'elle voudrait mener jusqu'au bout cette mission, même si Silma ne voulait pas lui imposer. Pour sa part, il pensait qu'Abaddon en avait déjà bien assez fait et il aurait trouver tout à fait logique que la démone préfère éviter les terres elfiques.
Revenir en haut Aller en bas



Abaddon

Invité



MessageSujet: Re: Neige mortelle (Silma - Abaddon)   Jeu 9 Avr - 7:52

Message d'Abaddon, démone.

La scène avait été quelque peu étrange mais finalement ça c'était presque bien passé. La démone compris que cela soit très obscur pour Silma mais lorsque fierté et respect se mélange, ça dopnne souvent ce genre de chose. Bien que la compagnie de soldat avait pour ordre de s'occuper de porter les packets, la démone préfèra que Mushu conserve ses affaires, au cas où elle devrait partir précipitemment. Ils se mirent alors en route et bien que celui qui l'avait sauvé ne semblait pas vraiment au mieux de sa forme, il insista pour la soutenir n'acceptant aucune aide extérieure. Il était devenue étrangement possessif vis à vis de la chevalière, ce qui la faisait sourire.

Bien que la marche n'était pas des plus conseillé au vue de l'emplacement de la blessure sur le flan de la démone, la capacité que son peuple possédait se révéla utile pour empêcher qu'elle ne se réouvre tous les jours. Ainsi, elle serait vite remise totalement. Cependant elle commençait un peu à appréhender d'être emmenée en territoire elfique. Même si elle était certaine d'avoir le soutien de Silma et visiblement de la commandante, cela ne suffirait peut être pas aux dirigeants. Et au vue du terrain qu'ils parcouraient actuellement, ils ne tarderaient à arriver dans la Forêt Blanche. Alors qu'ils avançaient déjà lentement au gout de Mushu et et d'Abaddon, Silma la fit encore plus ralentir. La réaction de la créature fut simplement de pousser Silma en appuyant sa tête sur son dos, mais cela fut peu productif. Finalement la créature se résigna et attendit en grognant.

Finalement l'elfe prit la parole une fois qu'ils avaient mit une distance suffisante entre eux et la troupe. La démone l'écouta attendant de savoir qu'elle était le secret qu'il devait cacher aux autres.
Certes la proposition de l'elfe était peut être la meilleure chose à faire, mais elle se doutait bien qu'il y aurait peut être des répercusions contre lui. Cela la dérangeait fortement de le mettre dans une position délicate. Elle hésita jusqu'à ce qu'elle croise le regard déterminé de Mushu. Visiblement la créature n'avait aucune intention de la laisser arriver jusqu'en terre elfique, alors autant le faire avec un peu de préparation. Elle parla donc d'une voix hésitante:

- Je ne suis pas convaincu que ce soit une bonne chose de partir ainsi... mais je vais accepter ton offre. J'espère que tu n'en patiras pas trop...

Elle lui sourit faiblement avant de reprendre leur allure de marche précédante. Les heures passèrent jusqu'à ce que la pénombre régne en maitre. Ils s'arrêtèrent donc pour la nuit et un petit camp se monta rapidement. Il ne serait peut être pas si simple de partir avec le nombre de soldat elfique présent dans le camp et qui monter la garde. Mais la démone faisant confiance en Silma, il trouverait sans doute quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas



Silma

Invité



MessageSujet: Re: Neige mortelle (Silma - Abaddon)   Jeu 9 Avr - 18:55

Message  de Silma Telimec, Elfe.

La nuit était tombée sur le camp et dans la tente qu’il partageait avec Abaddon, Silma attendait patiemment. Il avait observé les rondes des gardes ces derniers jours et avait noté les heures de relève. Néanmoins, ce soir, il pouvait constater qu’ils étaient moins nombreux que d’habitude. Silma n’aurait pas été étonné qu’Elenwë y soit pour quelque chose. Elle devait se douter de ce qu’il préparait, mais elle avait décidé de fermer les yeux. Ainsi, au matin, ils pourraient s’affronter, chacun exposant ses arguments. Elle finirait sans doute par lui donner raison, ainsi tout se terminerait bien, et ce sans qu’elle ne perde la face devant ses soldats pour avoir laissé partir une démone. Silma commençait à comprendre un peu comment la fée fonctionnait. Et s’il avait raison, nul doute qu’elle le soutiendrait à sa manière auprès de leurs supérieurs.

Au moment propice, Silma fit signe à Naulëin, elle sortit donc la tente. Après quelques minutes un concert de grognement agita le camp. La louve avait sans doute trouvé un mulot, ou peut-être un lapin, pour jouer avec. Bien sûr, elle s’arrangeait pour faire ça devant les gardes et ainsi les distraire. Avec sa discrétion, Silma seul n’aurait pas eut besoin de tels subterfuges, mais il fallait attirer l’attention des gardes loin d’Abaddon. L’elfe s’estimait vraiment heureux d’avoir avec lui un animal aussi intelligeant que Naulëin. Mettre en place ce genre de techniques ne s’était pas fait en un jour, et il avait fallut beaucoup de travail pour que les deux compagnons se comprennent parfaitement. Mais désormais, une complicité unique les liait.

Profitant de la diversion offerte par sa louve, Silma fit comprendre à Abaddon qu’il était temps d’y aller. Ils s’éclipsèrent par derrière en soulevant les pants de la tente. Une fois qu’ils furent suffisamment éloignés du camp, Silma s’arrêta et se tourna vers la démone.

"C’est donc ici que nos chemins se séparent… L’elfe se tut, détournant brutalement le regard. Il semblait un peu mal à l’aise. Silma reporta les yeux sur Abaddon et ouvrit la bouche, comme s’il voulait ajouter quelque chose, mais il ne réussit qu’à faire le poisson en la refermant. L’elfe secoua la tête et se reprit. Je ne te remercierai jamais assez de tout ce que tu as fait, Abaddon. Je n’oublierai pas notre rencontre. Peut-être que nos routes se recroiseront un jour." Conclut-il avec un petit sourire.

Silma passa alors les mains derrière son cou pour en décrocher le collier qu’il portait. C’était une fine chaîne d’argent, au bout de laquelle pendait une feuille d’arbre stylisée du même matériau. L’elfe prit la main d’Abaddon dans la sienne et y glissa le bijou. Ce collier avait une petite valeur sentimentale aux yeux de Silma, c'était un cadeau de sa mère et il ornait son cou depuis de nombreuses années.

"Ce n’est pas grand-chose, mais s’il te plait accepte ceci, pour te remercier et en signe de notre amitié." Déclara Silma avec un sourire plus franc que le précédant.
Revenir en haut Aller en bas



Abaddon

Invité



MessageSujet: Re: Neige mortelle (Silma - Abaddon)   Ven 10 Avr - 7:20

Message d'Abaddon, démone.

Abaddon avait profité du temps dont elle disposait pour refaire son pansement. Sa guérison était presque terminée, encore un ou deux jours et il ne resterait sur son corps qu'une fine cicatrice signe d'une blessure peut importante. Heureusement pour elle que les démons avaient cette capacité sinon, elle n'oserait jamais porter de robe. Elle changea simplement le bandage, le risque d'infection était rare chez les démons et le cataplasme de l'elfe avait fait son travail. Ainsi ils attendaient tout deux que le moment propice pour son "évasion" arrive. Il n'y avait que trois personnes qui semblaient veiller à la sécurité du camp cette nuit. Deux fois moins que d'habitude, nul doute que tout cela était bien volontaire de la part d'Elenwë.

Cette commandante bien étrange n'était pas si différente de la démone. Enfin, elle aurait pu être elle en plus vielle et plus expérimenté disons. Peut être que dans quelques décades, et suite à certains événements elle deviendrait également moins joyeuses, plus brutales. Mais pour le moment, elle n'était pas sur cette voie et les rencontre de la démone avec les elfes n'allaient pas la convaincre que c'était des ennemies. D'ailleurs si elle continuait comme ça, elle serait peut être bientôt connue autrement que par son nom sur les champs de batailles, par les êtres aux oreilles effilées. Même si cela n'avait jamais vraiment était son but, cela commençait à devenir évident pour elle. Tout le monde la considérait comme une arme, mais peut être qu'elle pouvait faire bien mieux que simplement défendre son peuple par les armes.

Silma sortit la démone de ses pensées, indiquant qu'il était temps de partir. Il sortirent donc de la tente le plus discrètement possible et s'éloignèrent rapidement. mushu semblait heureux pour la première fois depuis des jours. Déjà qu'il n'avait pas été très emballé par le voyage pour s'entrainer à la base, il avait été servi en émotion durant tout le séjour. Nul doute qu'il souhaitait ne plus jamais revenir dans les environs. Finalement le petit groupe fini par s'arrêter après avoir marcher quelques centaines de mètres. Silma se tourna vers Abaddon et lâcha quelques mots qui semblèrent le mettre mal. Décidemment le garde ne savait pas vraiment ce qu'il voulait ce qui décontenança quelques peu la chevalière. Il finit par se reprendre mais non sans un effort visible. La démone le visage légèrement rosé lui répondit, tentant de sauver les apparences:

- Je n'ai rien fait que tu n'as fait toi-même. Après tout, je ne sais toujours pas ce que tu as dit à Elenwë, mais tu m'as également sauver. Elle sourit un instant, espèrant qu'un jour elle connaitrait toute l'histoire puis reprit. Je vous oublierai pas non plus toi et Nauëlin. J'ai également l'espoir que nos routes se recroise. Et qui sait peut être que d'ici là, on pourra discuter sans que ça tourne au vinaigre ou que cela provoque un scandale.

Elle sourit un peut plus alors que son visage prennait des pigmentations un peu plus rouge. Quand à savoir si c'était à cause de pensée impure ou parce qu'elle ne voulait pas vraiment partir, c'était dur à dire. Pendant qu'elle avait parlé, elle avait vue que l'elfe détachait le collier qu'il portait, bien qu'inconsciement elle comprenait pourquoi ce geste, elle mit du temps à réaliser qu'il lui ofrrait vraiment ce bijou. Elle posa son regard sur l'objet puis croise celui de l'elfe. Elle fit cela plusieurs fois avant d'emprisoner l'objet dans ses mains et de rabattre ses bras contre sa poitrine. Elle ferma les yeux un instant puis répondit.

- Je le garderait précieusement jusqu'à notre prochaine rencontre.

Pour elle nul doute qu'elle rencontrerait, même si elle devait aller jusqu'à faire touts les postes de garde des frontières elfiques. Elle hésita un instant et n'ayant rien à offrir en échange elle s'approcha simplement pour déposer un doux baiser sur la joue de Silma. La prochaine fois elle aurait quelque chose pour lui, mais pour l'instant il devrait se contenter de se baisser. Certes ce n'était rien, mais pour la démone ce n'était pas anodin.
Revenir en haut Aller en bas



Silma

Invité



MessageSujet: Re: Neige mortelle (Silma - Abaddon)   Sam 11 Avr - 11:54

Message  de Silma Telimec, Elfe.

Abaddon avait  vraiment l'air de comprendre toute signification du geste de Silma, ce qui fit plaisir à ce-dernier qui sourirait doucement. Silma fut assez surprit par le baiser que lui accorda la démone. Mais lui aussi percevait toute l'importance que prenait ce simple geste en cet instant. Silma passa délicatement les doigts sur sa joue, comme pour gardait la douce sensation des lèvre de la démone contre sa peau. Leurs regards s'accrochèrent une dernière fois, Silma hésita, que devait-il dire ou faire ? Finalement il déclara simplement :

"Ce n'est qu'un au revoir. Nous nous reverrons."

Puis Abaddon fit signe à Mushu de la suivre et commença à s'éloigner. Silma ne bougea pas, il observa simplement le dos de la démone disparaître entre les arbres. En réalité, l'elfe ne savait pas trop quoi faire. Il aurait bien retenu Abaddon encore un peu, mais cela aurait rendu cette séparation plus déchirante encore.

Quand même ses yeux ne purent plus distinguer la démone dans la nuit. Silma se décida enfin à revenir au camp. Il croisa Naulëin en chemin qui émit un petit gémissement. Sans doute aurait-elle voulu pouvoir elle aussi saluer une dernière fois leur amie démoniaque. La louve réclama donc des caresses à son maître. Silma rentra dans sa tente par l'arrière, juste pour la forme, car il doutait que les gardes fasse vraiment attention à lui.

L'elfe se recoucha et utilisa le reste de la nuit pour se reposer avant la suite d'évènements à venir. Une profonde lassitude l'avait maintenant envahit. Il avait juste envie que cela prenne fin et qu'il puisse retrouver sa routine bien tranquille. Mais cela ne saurait tarder maintenant, dès que le traite aurait été jugé. Silma venait de vivre sa première aventure hors de la Forêt Blanche et malgré son dénouement tragique, cela lui avait permis de rencontrer un membre de la race démoniaque et de voir ces derniers sous un autre jour. Quand à l'amitié qui le liait désormais à Abaddon, elle saurait perdurer malgré la distance et le temps, et Silma serait heureux de recroiser la démone un jour.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

Neige mortelle (Silma - Abaddon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» neige et eau
» Un souffle dans la neige... [Syndrell, Snow]
» Pas sur la neige...[Libre]
» Neige demande un RP...
» Neige, espionne [Fiche PNJ]



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Bavardages [H-RP] :: Archives-