Partagez | 
 

 Un nain faillible forgeron (Hélianthe Sonnedottir - haron - Sa)


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Haron

Grand maître forgeron nain ingénieur artificier
avatar

Masculin Nombre de messages : 212
Style de combat : meur en silence tu gâche le brui de l'explosion


MessageSujet: Un nain faillible forgeron (Hélianthe Sonnedottir - haron - Sa)   Dim 1 Fév - 14:16

Le jour  nétais pas encore levez  que l'on entendait   un calme plat .
Cela ne pouvait dire qu'une  chose  le nain été réveiller ses  ronflement c'étai arrêter.
Quelque  minute plus tard  le bruit des botte  en métal ce fit entendre dans le couloir
Peut de temps après le voie du nain ce  fit entendre .
Dans un premier temps en  bas de l'escalier puits  a l'extérieur

"Merci  Roger . Enki debout  on y va "
le bruit du métal contre le métal ce fit entendre suivi du bruit de masse  tomban au sol

Le nain avait donner  un coup  de bote  dans la roue en métal de la  diligence ; puis le loup avait  sauter  au sol
le nain posa le tonneau sur la place prevut pour sa a coter du siège de pilotage .
puits il harnachât le loup a la charrette imposent

"Roger oubli pas mon cascroute  a midi"

La diligence  prit  alors la route  pour le  marcher.


une quinzaine de minute plus tard  il arriva sur la plateforme qui commansait a ce remplier

La place  était colossale a l'origine ce  lieux devait être une clariére  au ciel dégager

Le nain s’installent  prés du pont qui mène au palet .
Ignorent totalement l'humain qui convoiter le même emplacement .
Il retira le harné a henki  et "ouvrit" la  diligence colossale  se qui lui prit une  bonne demi heure.
Le soleil ce levait calmement fessant scintiller  les  article du maître forgeron  qui rivalisai sans  difficulté  avec l’artisanat elfe

_________________
Pardonnez mes faute de suis atteint d'une dysorthographie

pour  le gn c'est par ici :
les régle  => R.U.S.E.G.N
les inscription => nos future héros
création des fiche  de  personnage => concours
Le sujet de suivie => fiche de suivie
fiche de perso (elle  est  pas encore entièrement fini ) =>
fiche  de perso actuel pour  le gn

forme dragon /dragonos:
 
Revenir en haut Aller en bas



Sa

avatar

Féminin Nombre de messages : 7
Style de combat : Victime


MessageSujet: Re: Un nain faillible forgeron (Hélianthe Sonnedottir - haron - Sa)   Dim 1 Fév - 16:06

Augure

Porté par les courants mélodieux du silence, le monstre s'aventure toujours plus loin. La sombre grotte de pierre qui l'a vu naître est désormais lointaine ; si lointaine que Sa l'a oubliée. Les arbres l'entourent comme un carcan sacré qui à la façon d'un dieu qui voudrait l'immobiliser. La forêt est là, elle l'entoure. La lumière se plaît à jouer entre les feuilles fragiles, ultime rempart que la terre pose entre elle et son ennemis pour le pas être brûlée. Ici, les ombres se plaignent, elles se plaignent d'être oubliée. Ce sont pourtant elles qui cachent les dangereux elfes qui suivent lentement du regard l'enfant innocent ou fou qui marche sans savoir où il va. Cela est ridicule ; une troupe pour un enfant ? Elle vient seulement d'être remarqué. Les arbres d'ivoire aussi, viennent à peine d'apparaître. Ils tranchent douloureusement dans cet atmosphère si désinvolte, apportant du sacré là où il ne devrait pas en avoir. Ils tranchent douloureusement les ombres, réfléchissant l'éclat solaire aux tentations multiples. Le jour est déjà là. Sa souffre. Sa s'ouvre à son univers. Ces géants, ma foi, bien pâles ne sont que des statues de sucre. Il semblerait qu'une pluie égarée suffirait à les réduire en poussière. Les soldats en quitter les ombres et se rapprochent de l'intrus. Les ombres se plaignent sans cesse : abandon, oubli, douleur. L'indésirée se met à attaquer les arbres, elle plante sans cesse ses dents arrondies dans l'écorce inébranlable de l'arbre ébranlant. Les seigneurs de la sylve arrivent. Ils voient. Sa s'immobilise. Il est vu. La bête écarte ses dents de l’imperturbable perturbant blanc titan immobile. Les ombres crie. L'erreur pleure. Les rôdeurs rient.
« Tu vas bien ma petite ? Tu es perdue ?
- Eh mais qu'est-ce que tu racontes, je te dis que c'est un gars, moi.
- Bah on va bien voir. Petite, es-tu un garçon ou une fille ? »
Les pleurs redoublent. Mais taisez-vous enfin ! Les des gardes elfes se retrouvent décontenancés. Ils n'ont pas l'habitude des enfants, encore moins de ceux qui pleurent. Ils restent un moment immobile sans savoir que faire, ayant l'impression que la moindre action de leur part risquerait d'accentuer un moment le phénomène. Lentement, les regards convergent vers la seule demoiselle du groupe comme si elle allait en savoir davantage. Elle n'a le temps que de commencer à dire « Vous rêv... » qu'elle se retrouve interrompue par l'un d'entre eux, excédé par leur attitude :
« Mais enfin quoi ? C'est une gamin...
- ...un gami...
- Peu importe, ce n'est pas un ogre. Vous devriez au moins savoir faire quelque chose. »
Concert d'exclamations embarrassées.
« Bon d'accord, je m'en occupe. Vous, continuez à monter la garde. »
Le Chef a parlé. Les autres n'osent pas le contredire. La Naïveté le perdra.

Capture

Un chevalier se promène dans le marché en préparation, profitant d'une occasion pour s'offrir une pause agréable et méritée. L'inconscient ne remarque pas, ou qu'il le veuille ou qu'il soit simplement stupide, l'animal anthropomorphe qui s'agite le poignet retenue par sa main de fer, tentant parfois de de se suspendre, d'autre fois de tirer pour réussir à se libérer. En désespoir de cause, la chose entravée se décide finalement à mordre son gantelet de fer, escomptant au moins une réaction. Rien. L'elfe a une discipline martial, ainsi d'ailleurs qu'un joli sourire au lèvre ; du repos gratuit, du rêve. Bien que sa proie s'agite, elle n'a pas encore prononcé le moindre mot donc il n'y a même pas besoin d'entretenir avec elle une conversation inutile : de plus, elle a malheureusement refusé toutes ses propositions de nourriture, il ne peut donc malheureusement gaspiller son argent pour elle. Un œil vers le soleil finit par le faire soupirer. Il a pris trop de temps. Un regard se pose sur la puérile victime qu'il doit aider. Il hésite un instant. Finalement, il se dit qu'elle réussira bien à se débrouiller toute seule sans lui. Et au pire, le marché ouvrirait bientôt et il y aurait bien quelqu'un d'assez magnanime pour avoir l'idée d'accomplir une bonne action en aidant un enfant perdu.

Fracture

Libération ! L’ennemi à fuit. Les efforts n'ont pas été faits en vain. La lumière tourbillonne un instant poussé par l'esprit d’allégresse qui se dégage de l'être étranger. Puis le doute reprend. Où ? La tornade de lumière se réduit en triste pluie d'étoiles. Sa ne sait pas. Sa est hors de ce qu'il connaît. Sa fait alors la seule chose qu'elle sait faire, la seule chose à quoi il est habitué : marcher. Sur le marché, l'elfe aux allure d'ange souillé, d'ange maudit, d'ange déchu, erre. Il erre en se sachant perdu. Les ombres s'étalent péniblement sous le soleil aux rayons penchés. Sa avance sans savoir voir. Un éclat parvient alors à son cœur. Un éclat métallique, un éclat de neige. Un éclat lui rappelle le martyr, le froid, l'harmonie de sa naissance. Le monstre, un instant redevient ombres et lumière, il se souvient des montagnes. La curieuse se rapproche. L'impatient court. Tout en Sa aspire à trouver cet éclat. Il est là, là sur l'étal. La main avide se tend pour toucher et se coupe sur la lame. Elle continue pourtant à s'agripper, à la serrer jusqu'à ce que l'arme tombe sur le sol, attirant l'attention et révélant le larcin qui s’apprêtait à être commis.
Revenir en haut Aller en bas



Hélianthe Sonnedottir

Invité



MessageSujet: Re: Un nain faillible forgeron (Hélianthe Sonnedottir - haron - Sa)   Ven 6 Fév - 2:45

Message d'Hélianthe Sonnedottir, naine.

Hélianthe dormait comme une souche. Immobile. Bien au milieu du lit, la couverture remontée jusqu’à sa bouche. Elle respirait fortement sans pour autant atteindre le ronflement.

Elle se réveilla soudainement suite à un rêve étrange. Songe flou dont juste une impression fugace subsistait. La naine se redressa dans la couche décidément trop grande. Il lui fallut un temps d’adaptation pour s’habituer à la pâle lueur lunaire filtrant par les sombres rideaux tirés.

L’enfant voulut se redormir, mais la possibilité de poursuivre sa nuit de la manière l’ayant conduite au soudain réveil l’en empêcha. Impossible de fermer l’œil. Du moins, de le garder. Elle tournait, se retournait, tourneboulait dans la couverture sous laquelle elle finit, à force de mouvements, par se perdre. Cet égarement l’énerva. Elle ne trouvait la sortie tant convoitée.

Cinq minutes passèrent. Puis, cinq supplémentaires. Cinq de plus s’ajoutèrent. Cinq vinrent s’additionner au total. Finalement, l'agacement avait cédé la place à l’épuisement. L’emmitouflée s’était empaffée.

Hélianthe ouvrit les yeux une nouvelle fois. Les ténèbres l’accueillirent et l’entourèrent. La panique commença à poindre lorsqu’elle se rappela qu’elle était recroquevillée bien au chaud sous l’édredon carmin en une auberge elfique.

Elle se calma avant de commencer à bouger. Tranquillement, elle parvint à s’extirper de sa prison. Elle frissonna à l’air libre frais.

L’automnale chevelue décida de se lever. Définitivement. La nuit n’était encore achevée, loin de là, et elle était encore fatiguée. Cependant, elle ne voulait prolonger son sommeil ainsi. Elle se dirigea rapidement vers ses habits et se vêtir avant de ressentir le froid mordant contre sa peau hérissée.

Puis, elle quitta la chambre sans oublier son sac mais négligeant de se recoiffer. Ses longs cheveux descendaient en une cascade impétueuse jusqu’au bas de son dos. Et, elle aussi descendit. Les marches menant à la salle exempte de vie exceptée celle de l’aubergiste. Elle commanda et paya une bolée de gruau qu’elle consomma rapidement avant de sortir.

La fraîcheur matinale l’agressa dès son premier pas extérieur. La rafraîchie resserra son emprise sur la cape l’emmitouflant. Luttant contre son désir de retourner au chaud, elle suivit les directives données par Haron pour le rejoindre.

L’aurore pointait le bout de ses rayons lumineux lorsque la petite atteignit la place du marché. A présent, il lui fallait retrouver le forgeron parmi toute cette profusion de forains. Avoir trouvé l’agora marchande fut le plus simple.

Le soleil darda le bout de ses rais éclairants que la marcheuse continuait sa recherche. La place n’était immense et pourtant, elle ne retrouvait le nain. Elle continua à déambuler sans plan défini, erratique, inefficace.

L’astre éclairant était pleinement visible lorsqu’elle repéra enfin le colosse. La soulagée se demanda comment elle avait fait pour le rater tant de fois étant passée devant à de multiples reprises.

La place, entretemps, s’était remplie de badauds. Aussi renonça-t-elle à signaler sa présence sachant pertinemment la vanité d’un tel acte. La satisfaite se contenta de marcher vers l’état du nain simplement, lentement, retrouvant son calme que la longue recherche avait émietté.

La détendue arriva à l’étal lorsqu’elle vit une personne empoigner une arme exposée. Par la lame. A main nue. Un liquide sombre goutte sur le sol le buvant avidement. L’instrument blessant le rejoint. L’étonnée ne sait que faire devant cette situation inattendue.

* Il faut désinfecter la plaie, aurait conseillé Kaito. *
* Il faut cautériser la blessure, aurait préconisé Saega. *
* Il faut soulager la douleur probablement intense, aurait proposé Franel. *
* Va déjà voir cette personne, aurait ordonné Anhiya. *
* La douleur n’est que l’illusion onirique d’un songe tranchant, aurait placidement rajouté Sylène. *


Hélianthe se rapprocha rapidement de la blessée. Elle ne remarqua que l’éclat doré de ses cheveux avant de fixer son attention sur la main coupée.

« Dites, ça va ? Oui, enfin, non, c’est évident que non, rajouta rapidement la naine en se rendant compte de l’idiotie de sa question. Mais, vous avez mal ? »

Au lieu de continuer à poser des questions sans intérêt, l’enfant s’empara d’un coin de sa cape. Elle considéra le tissu bleu avec regret avant d’en déchirer difficilement une bande. Ne sachant rien faire d’autre, elle se saisit de l’appendice sanglant et entreprit de l’envelopper pour stopper l’hémorragie.
Revenir en haut Aller en bas



Haron

Grand maître forgeron nain ingénieur artificier
avatar

Masculin Nombre de messages : 212
Style de combat : meur en silence tu gâche le brui de l'explosion


MessageSujet: Re: Un nain faillible forgeron (Hélianthe Sonnedottir - haron - Sa)   Ven 6 Fév - 12:06

[hrp  pour ce qui ne savent  pas  la diligence blinder  et une diligence naine de guerre adapter au  besoin du marchand elle s'ouvre donc a l’arriéré et sur  l'un des flans etj'en profite aussi pour  rappeler  qu'elle  est colosale  ]

 Le vieux nain toujours dans le gaz  venait de  finir l'ouverture de sa chariote.
L'un des pan du véhicule servait de rampe pour l'intérieur
Les deux râtelier d'arme sortie et la table mise a l'extérieur .
La petite vitrine plaine d'ustensile divers en majorité des couteaux  et de quelque  broche  ce partager la table avec quelque chef d’œuvre a tendance  elfique.
Les râtelier remplit d'armes en tout  genre .
Entre eux et la table des petite caisse plaine de fer a cheval ou d'outil de cuisine .
Il y en avait une pleine de  morceaux de métal divers et varier.
Poser a coter  d'un tronc d'arbre surplombé  d'une petite enclume très bien usiner ;d'un chaise et d'un saut d'eau
Accrocher sur le mur du véhicule des arme qui rivaliserait de beauté avec la hache du nain .
Et en plein milieux de la charrette  trois armure .

La première devait être pour un elfe de grande taille  de sang royal au vu des blason .
La couleur de l'armure  fessait penser au jais
.Elle semblait guerre résistent au vu de l' épaisseur quelle avait a  peine plus épais que   du tissu .

la seconde  surement pour une humaine qui voulait ce pavanait et étaler son or

la dernière est celle d'un nain d'une couleur blanc argenter  au reflet écarlate elle a l'aire d'avoir vu plusieurs  champ de bataille  mais reste inestimable .
Elle arbore elle emblème d'un clan de noble  nain
Sur cette armure  il manque les botte et le pantalon de plaque  que l'on retrouve  un peut plus loin sur les fesse du nain  .Prés du tonneau  a l'odeur remplis de bière.

Le forgeron qui préparait sa chopine du réveille ; de la bière avec un tiers d'hydromel et une goutte d'une bouteille ou  flottai   un scorpion énorme  ;entendit un bruis juste après avoir ranger  la bouteille  .

Le tintement si  lèger   d'une lame chantante en Ithilnaur ;très priser des elfe ,ils appellent cette alliage le lune-feu .
Car légère; résistante; au tranchant effilé don la couleur fait penser l'argent pure voir même  a un miroir avec la particularité de "chanter" quand elle rencontre un caillou ou une autre lame.

Le vieux nain n'avait plus besoin de sa chopine pour sortir du brouillard matinal.
Il s'étais  retourné et armé de son marteaux de forgeron dans un même mouvement .
Le nain allait frapper la jeune elfe quand il s'aperçut que se n'était qu'une enfant.
Il lâcha donc  le marteau qui reprit tout seul  sa place en bas du dot du nain .
Mais il mit tout de même une tape derrière la tète de l’enfant en regardent fugacement la blessure et  en lui disent  

"Sa t'apprendra a volet ..."

il s’arrêta nette en  s’apercevant qu'il n'avait pas toucher la chevelure de l'enfant.
Le forgeron réitéra son geste m'ais cela nu comme effet que de  faire apparaître une plaque d'ombre entre sa main et la tète de l'enfant .

"po mal sa gamine "lançât -il a la voleuse

Le forgeron regarda la jeune naine panser la plait et dit

"c'est po trop grave  mais par précaution fondrai désinfecter et cautériser"

tout en ramassent la lame  qu'il pausât sur la petite enclume .  
Le forgeron lança un gand de forge a la naine .

"mais  sa elle a pas l'aire de m'aimer "
Puis alla ensuite récupérer  le bouteille , ou nageait sans vit le scorpion, une timbale et une tige de fer  

Il rempli la timbale du liquide ocre  il la posa devant l'elfe et  mi la bouteille devant la naine

"Hélianthe mais lui de sa sur la plais c'est de l'eau de vie. et toi voleuse tu regarde le poissonnier la bas et quand te le dirait tu boira sa cul sec"

Dit haron en montre une étal de poissonnier a l'autre bous du marcher .
Le forgeron entrepris alors  de chauffer la tige a blanc avec son souffle de flamme bleuâtre

_________________
Pardonnez mes faute de suis atteint d'une dysorthographie

pour  le gn c'est par ici :
les régle  => R.U.S.E.G.N
les inscription => nos future héros
création des fiche  de  personnage => concours
Le sujet de suivie => fiche de suivie
fiche de perso (elle  est  pas encore entièrement fini ) =>
fiche  de perso actuel pour  le gn

forme dragon /dragonos:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

Un nain faillible forgeron (Hélianthe Sonnedottir - haron - Sa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Taverne du Nain Joyeux
» [TERMINÉ] Gurdal Gloignus, Nain de la Moria...
» Flosi, le forgeron nain
» Sarkhan Vol, le Guerrier Forgeron
» Gurgan [Forgeron]



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Bavardages [H-RP] :: Archives-