Partagez | 
 

 On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre (Subraya - Sept)


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Subraya Druth

Fondatrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 871
Style de combat : Dragon bourrin

Haut-fait : Vieux d'la vieille

MessageSujet: On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre (Subraya - Sept)   Ven 2 Jan - 17:01

Subraya venait de rajeunir et de démissionner de l'armée elfique. Après ces événements qui étaient loin d'être joyeux. Pour se remonter le moral et se changer les idées, elle avait décidé de se trouver un passe-temps. Quelque chose de nouveau et qu'elle n'avait jamais fait avant.
Et quoi de plus intéressant à faire en hiver que de se lancer dans l'herboristerie ? C'est l'époque parfaite : aucunes plantes ne pousse, tout est recouvert de neige …  
Bref, pour commencer, il allait falloir une contrée plus chaude et ça tombe bien, car la fée avait  justement entendu parler d'une plante guérissant les contusions et les crampes qui ne poussait que sur le territoire démoniaque, là où il ne fait jamais froid. Une sorte de petite agave qui faisait des  fleurs blanches.
Et voilà que Subraya fit son sac et parti à l'aventure. Enfin, pas son sac habituel, celui qu'elle portait en bandouilière et dont l'anse était maintenant d'une taille avoisinant la sienne, elle prit plutôt un sac à dos. Un sac à dos d'adulte qu'elle avait remplit à ras bord et qui paraissait tellement démesuré par rapport à elle, qu'on aurait cru qu'elle allait se faire écraser sous le poids du sac.
Le sac était tellement volumineux, qu'il gênait le battement de ses ailes. Elle était partie donc à pied. Elle commença le début du trajet couverte de fourrure et le fini en vêtement d'été une fois arrivée dans la vallée de feu.

La plante qu'elle cherchait s'appelait « le sucre de guêpes », car, lors de sa floraison, elle était entourée de dizaines de guêpes. Et Subraya comptait là-dessus pour pouvoir reconnaître la plante. Il faut dire que Subraya n'était pas vraiment doué en herboristerie, mais vraiment pas. D'ailleurs, ce n'était même pas la meilleure saison pour trouver ce « sucre ». Il y en avait, il ne fannait pas et restait toute l'année en place, mais ce n'était pas l'époque de la floraison. Et ça la fée n'était pas au courant.


Dernière édition par Subraya Druth le Dim 18 Oct - 14:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Sept

Invité



MessageSujet: Re: On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre (Subraya - Sept)   Sam 3 Jan - 0:14

Message de Sept, gobelin.

Sept avait quitté la Cité plusieurs jours auparavant suite à un différend d’opinion avec ses compagnons temporaires. Il se retrouva donc davantage démuni qu’au départ. Sans le sou et sans breuvage salvateur.

Une fois la ville hors de vue, il lui fallut réfléchir à sa destination. Soit retourner chez soi, le premier du nom, celui qui ne bougeait, ou alors partir à l’opposé en se rendant en contrée elfique. Il se décida pour l’éloignement de son pays natal.

Le gobelin, toujours progressant, subsistait en se nourrissant de petits rongeurs malingres. Et, la nuit, il se réchauffait auprès d’un feu de plus en plus réduit. Pour cause, la venue du grand froid accompagnant l’hiver. Il n’avait encore eu à souffrir de la neige mais cela ne serait tarder.

Finalement, il avait bien choisi sa direction car ses pas le menèrent vers la vallée de feu. Endroit réputé pour sa chaleur, même au plus glacial de la saison hivernale. Ses extrémités qui avaient commencé à geler en furent soulagées. Le seul inconvénient de ce dégel libérateur fut qu’il permit le retour des sombres souvenirs.

Auparavant, il n’arrivait à songer qu’à deux choses. Manger était la première. L’autre consistait en la recherche d’une source de chaleur ou d’un moyen de s’en procurer.

C’est donc relativement malingre qu’il fit son premier pas en la vallée chaleureuse. Cependant, il savait que l’absence de froid induisait la présence de nourriture. Aussi, pourrait-il se remplumer. Seulement, il ne savait s’il aurait suffisamment d’énergie pour y arriver efficacement. La seule chose pour laquelle il ne pouvait réellement rien, c’était ses pensées.

Justement, ses réminiscences semblaient affecter sa vue. Pour cause, il crut apercevoir un être vivant à la limite de son champ visuel. Intrigué, il s’approcha. Lentement et précautionneusement toutefois.

Puis, n’étant plus qu’à quelques mètres, il put la détailler. Car, manifestement, il s’agissait d’une femme. Ailée qui plus est, bien que les appendices furent camouflés par un sac imposant. En plongeant brièvement dans ses connaissances, il sut qu’il voyait une fée.

Il dut faire du bruit car elle se retourna. Et, il aperçut son visage. C’était les envoutants yeux marron de Silia. La jeune Silia qu’il revoyait encore gisant sans vie ensevelie sous la carcasse délabrée d’un chariot. Une larme perla le long de la joue du gobelin en repensant à l’enfant pleine de vie fauchée bien avant son heure.

Il l’essuya puis remarqua que la fée semblait rechercher quelque chose. Peut être pourrait-il l’aider, elle qui semblait accueillir une réincarnation partielle de Silia.

« Bon… bonjour, commença-t-il en hésitant comme à chaque fois qu’il adressait à une personne qu’il ne connaissait. Je m’appelle Sept. J’ai remarqué que vous étiez en train de rechercher. Je peux peut être vous aider si c’est dans mes capacités. »

Il allait en rester là lorsque son estomac gargouilla. Bruyamment. Trop à son goût. Il baissa son regard vers son ventre qu’il menaça silencieusement et surtout inutilement.

« Par contre… ce serait possible d’obtenir de quoi manger en échange ?, demanda-t-il avec une voix plaintive. »

La vision fugace d’un fantôme et la longue marche avaient épuisé le gobelin davantage qu’il ne le crut. Car, à peine sa question posée, il eut l’impression que toute force quittait ses jambes. Heureusement pour lui, ce ne fut justement qu’une sensation passagère. Il resta donc debout, droit bien que tremblant sous la surprise et la fatigue soudaine.
Revenir en haut Aller en bas



Subraya Druth

Fondatrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 871
Style de combat : Dragon bourrin

Haut-fait : Vieux d'la vieille

MessageSujet: Re: On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre (Subraya - Sept)   Sam 3 Jan - 17:46

La vallée de feu était vite de toutes civilisations, surtout en dehors des routes connues. On ne trouvait ici que peu de vie et la majorité des formes de vie que l'on trouvait ici était dangereuse. Et c'est pourquoi Subraya fut surprise lors qu'une voix timide lui dit bonjour. Elle aurait sursauté sans son gros sac à dos qui la maintenait au sol.
C'était un gobelin... Un gobelin d'une taille plus ou moins équivalente à la sienne... Subraya était plus que dégoutée de se savoir aussi ridicule, réduite à  la taille misérable d'un bête gobelin. Les gobelins, elle les brulait par groupes de 15. Et celui-ci lui proposait son aide …
Dépitée, dégoutée, bonne à enterrer. Mais bref, Subraya était là pour se changer les idées et repartir à zéro, pas pour se lamenter sur son sort. Et Subraya était une battante. Elle tenta donc d'oublier tout ça, essaya de sourire, même si sous sourire ne ressemblait à rien. Et répondit du ton le moins dépité qu'elle pouvait :
- Je suis herboriste débutante. Je cherche une plante que l'on ne trouve que dans la région : «  le sucre de guêpes », vous connaissez ?

Le verdâtre cherchait à manger. Je n'allais pas lui en donner comme ça, c'est un gobelin après tout, qu'est-ce qui me dit qu'après, je ne l'aurais pas toujours sur le dos à me demander de la nourriture.
- Si vous trouvez une de ses plantes, je vous offre de la viande séchée.

Subraya se tint sur ses gardes, le gobelin allait-il l'attaquer maintenant qu'il savait qu'elle transportait de la nourriture avec elle ?
Revenir en haut Aller en bas



Sept

Invité



MessageSujet: Re: On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre (Subraya - Sept)   Dim 4 Jan - 1:56

Message de Sept, gobelin.

Les tremblements de Sept se calmaient lorsque la fée lui répondit. Son souffle se coupa lorsqu’il apprit qu’elle aussi étudiait l’herboristerie. Tout comme Silia. Le gobelin se remémora la fillette encore vivante.

La jeune hammeline se tenait à l’arrière du chariot cahotant sur les cailloux jonchant la route reliant Ter’ocre à Aquer. Les petites jambes se balançaient au rythme des chocs. Le soleil se reflétait dans ses claires mèches rebelles qu’une fine brise soulevait. Dans sa main, elle tournait et retournait une délicate fleur blanche. Les six pétales identiques entourant une corolle jaune doré. Elle la montra avec un large sourire heureux à un Sept, huit ans plus jeune, qui marchait derrière d’un pas lent l’œil alerte.

« Regarde, c’est joli, hein ? C’est une fleur que j’ai cueillie tout à l’heure pendant la halte du repas. Il y avait plein de petites guêpes qui volaient autour. Ca vient d’une plante qu’on appelle le sucre à guêpes. Mais, j’en ai goûté une. La fleur, pas la plante ni la guêpe. Bah, c’est pas bon du tout. C’est pas sucré. Et puis, regarde, ma langue est devenue toute jaune après, termina-t-elle en la tirant. »


Sept saliva inconsciemment lorsqu’il revint du passé en entendant la mention de nourriture. Il essuya rapidement le filet de bave en formation. Le gobelin n’était particulièrement friand de viande séchée. Dans son état de faim avancé, il s’en contenterait. Il en raffolerait même.

Sept avait appris plus tard, toujours de la bouche de Silia, qu’en réalité le sucre à guêpes n’était la fleur mais la plante la portant, lorsqu’elle lui en montra une au bord du chemin. Cependant, il ne savait où la plante recherchée pouvait se trouver.

Il commença toutefois la traque en laissant le hasard le guider. L’épuisement et la faim n’aidant, il progressait difficilement. Puis, après cinq longues minutes écoulées à ne passer que quelques mètres de terrain au peigne fin, il se souvint d’un nouveau détail.

« Sept, sens la fleur. Elle sent pareille que la plante, mais moins fort, s’exclama Silia en lui chatouillant les narines avec les pétales immaculés. »

Le gobelin renifla l’air à la recherche de la fragrance remémorée. Un parfum légèrement poivré, piquant, avec une pointe fruitée. Mêlé à cela, un arrière goût sucré très prononcé, tirant sur l’écœurant. Evidemment, il ne sentait rien. Il se lavait régulièrement en utilisant uniquement de l’eau mais il ne parvenait à éliminer totalement son odeur très présente, bien que non-malodorante.

Sept tourna la tête vers la fée dont il ignorait le prénom. Encore une habitude que les gens avaient de ne pas se présenter correctement. Il aimait cela toujours aussi peu. Peu de temps avait passé, mais il craignait de la décevoir et de voir son potentiel repas s’envoler. Il guetta brièvement une réaction avant de reprendre sa tâche.

Le gobelin hésita un instant avant de fermer les yeux. Il craignit d’être agressé pendant ce temps. Cependant, il douta que cela pourrait venir de l’ailée. Et, il était probable qu’en cas de danger, elle réagirait de façon à lui faire rouvrir les yeux. Il occulta son regard afin de se focaliser sur l’odorat.

Il huma, tentant de faire abstraction de sa propre odeur corporelle. Tendant le cou, pour sentir le plus haut et le plus loin de lui, Sept tourna sur lui-même lentement. Il s’arrêta brusquement lorsqu’il ressentit un picotement à la narine. N’étant sujet aux démangeaisons, il prit cela comme un indice de la direction à prendre. Par tâtonnement, il se rapprochait de la source de l’effluve piquante.

Seulement, l’aveuglement auto-infligé fit qu’il ne vit une pierre. Il trébucha en marchant dessus. Il couina en sentant sa cheville se tordre puis en percutant le sol. Le réflexe de mettre les mains devant soi amortit la chute. Et, en ouvrant les yeux, il découvrit juste sous son nez la plante recherchée. Il ne put réprimer l’éternuement mais tourna la tête à temps pour épargner le végétal.

Sept, se releva péniblement, mais satisfait. Il avait rempli sa part du contrat.

« Il s’agit bien du sucre à guêpes que vous recherchez ?, demanda le gobelin avec une pointe de doute dans la voix. »
Revenir en haut Aller en bas



Subraya Druth

Fondatrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 871
Style de combat : Dragon bourrin

Haut-fait : Vieux d'la vieille

MessageSujet: Re: On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre (Subraya - Sept)   Mar 6 Jan - 18:16

Le gobelin n'avait pas l'air au mieux de sa forme. Subraya se demandait si il allait vraiment trouver la plante. Pendant un moment, il avait l'air aussi perdu que la fée. On aurait presque dit qu'il faisait un numéro de cirque. Il ferma les yeux et marcha les yeux fermés et ...tomba. Pas très doué le bonhomme.
Subraya n'en cru pas ses oreilles quand le gobelin dit avoir trouver la plante. Le clown avait fait beaucoup mieux que Subraya en moins de temps.
La fée avança et baisa pour regarder la plante. C'était bien une agave, quant à savoir si c'était la bonne, sans fleurs dessus, difficile à dire, surtout pour quelqu'un qui n'en avait jamais vu avant. Subraya regarda la plante attentivement sous toutes les coutures. Et après avoir bien réfléchi et estimé qu'elle ne pouvait ni savoir si la plante était la bonne ni si c'était la mauvaise, elle allait devoir faire confiance au gobelin. Elle posa donc son sac et chercha dedans la viande promise.
- Tiens, voilà pour toi.

La fée sortie aussi un pot de fleurs en terre cuite du sac. Elle déracina la plante et la mit dans le pot. Avec un modèle, elle pourrait en trouver d'autre. Elle cala le sac dans une poche secondaire du sac. La plante ne risquait pas de tomber, elle était bien calée, mais elle donnait une impression bizarre de fragilité et de déséquilibre.
- Je vais aller chercher d'autres plantes. Vous avez toujours autant de chance pour trouver des plantes ?
Revenir en haut Aller en bas



Sept

Invité



MessageSujet: Re: On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre (Subraya - Sept)   Mer 7 Jan - 2:31

Message de Sept, gobelin.

Sept n’eut à attendre bien longtemps le verdict de la fée. Il fut positif.
Au terme de minutieuses manœuvres et manipulations de son sac, elle parvint à en extraire la récompense.

« Merci… beaucoup, fit-il en se saisissant avec délicatesse de la viande. »

Et, pendant que l’affairée se débattait avec sa plante nouvellement acquise, le gobelin entreprit de manger.
Du moins, il essaya. La viande séchée était très bien séchée. Trop bien même.
Plusieurs raisons se proposèrent à Sept. La fée n’avait aucune réelle envie de le récompenser et lui avait donné ce qu’elle n’aurait pu manger. Elle avait choisi la première ration lui tombant sous la main et il n’avait eu de chance. Toutes les rations étaient ainsi, rassises, par un problème de conservation, de préparation ou de choix.

Comme aucune des justifications éventuelles n’avait d’importance, il mâchouilla son maigre repas. Ce ne fut pas bon, ni apparemment très nourrissant, mais cela combla tout de même une portion de son insatiété.

« Je ne sais pas si j’ai de la chance. Je dirais que non, fit-il en repensant rapidement à ce qu’était sa vie. Mais, maintenant que je sais à quoi ressemble la plante que vous recherchez, ça sera plus facile. »

Il allait commencer la recherche lorsqu’un détail le dérangea.

« Je suis désolé, mais il y a une chose que je voudrais savoir. Comment vous nommez-vous ? Ne serait-ce que pour savoir qui vous êtes. Aussi, pour connaître celle qui m’a aidé. Et, aussi, pour pouvoir vous appeler si je trouve d’autres plantes. »

Cette formalité réglée, Sept se remit au travail.
Il était encore affaibli, mais le simple fait d’avoir mangé – même ainsi – l’avait revigoré. Temporairement, du moins.
Il décida de diriger ses pas vers le nord, sans trop s’éloigner.
A mesure de sa progression, et de sa chance, il appela Subraya. A trois reprises.

Après ses maigres découvertes, même si peu de temps avait passé, Sept ressentit le besoin de se reposer. Il s’assit donc sur le sol, poussant les cailloux pointus gênants.
Il souffla un peu et profita la douce chaleur, inhabituelle pour la saison exceptée en ce lieu.
Il se serait probablement assoupi s’il n’avait capté un mouvement du coin de l’œil. La mouvance d’un papillon.

« Sept, toi aussi tu trouves que les papillons sont jolis avec toutes leurs couleurs ?, avait demandé Silia lors d’une halte dans une clairière de la Forêt Blanche tandis que divers spécimens voletaient autour du campement temporaire. Dis, tu sais ce que ça veut dire quand il y a plein plein de papillons ? »

Le gobelin n’avait la réponse à cette question à l’époque. Il ne l’avait toujours pas.
Cependant, il n’allait probablement pas tarder à la connaître car le lépidoptère qu’il avait aperçu n’était pas seul. Une bonne cinquantaine grouillait autour d’une plante que la multitude dissimulait.
Se demandant ce dont il s’agissait, Sept décida d’appeler la supposée herboriste qui le pourrait le savoir ou voudrait le savoir.

« Dites, vous savez quel genre de plantes peut attirer autant de papillons ?, demanda-t-il. Et, vous savez ce que ça veut dire quand il y a plein plein de papillons ?, imita-t-il inconsciemment Silia. »

Le gobelin regardait toutefois la masse volante d’un œil circonspect.
Revenir en haut Aller en bas



Subraya Druth

Fondatrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 871
Style de combat : Dragon bourrin

Haut-fait : Vieux d'la vieille

MessageSujet: Re: On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre (Subraya - Sept)   Sam 10 Jan - 19:25

La réponse du gobelin n'était pas ce que la fée attendait. Déjà ça supposait qu'il n'était même pas certain que ce soit la bonne plante. Et il n'en savait pas plus que moi pour en trouver d'autre. Difficile de faire confiance à un gobelin, hein ... Surtout lorsqu'il explique à demi-mots qu'il n'est pas certain de sa trouvaille.
Subraya et le gobelin cherchaient une autre plante quand le gobelin me posa une question. Ce n'était pas un problème qu'elle lui donne mon nom. Après tout, aucun des gobelins que Subraya à tué à la guerre ne connaissait son nom, ni aucun autre d'ailleurs.
- Je m'appelle Subraya, Subraya Druth.

Elle n'avait pas vraiment envie de connaitre le nom du gobelin. Un gobelin restait un gobelin. Mais par politesse, ou plutôt parce qu'elle n'avait rien de mieux à faire, elle posa donc la question que la règle de la réciprocité imposait :
- Et vous, gobelin ?

Puis, il y eut la plante aux papillons. Elle ne savait pas du tout ce que c'était. En fait, la fée ne savait même pas qu'il existait des papillons qui vivaient dans la vallée de feu. Elle trouvait ça incroyable vu le peu de plantes qu'il y avait dans la région.
- Je ne sais pas. Je ne connais pas assez la région. Vous ne pouvez pas aller voir de plus près ?

Il n'y avait sans doute aucun risque. Subraya n'avait jamais entendu parler de plante carnivore ou autre piège du genre. Était-ce une plante qui attirait tous ces papillons. Ça n'allait quand même pas être des papillons charognards ou des papillons carnassiers.
La fée n'avait pas vraiment envie d'aller voir. Dans la vallée de feu, il ne devrait pas vraiment y avoir de truc intéressant. Bon, p'être à part le sucre de guêpes. Et peut-être d'autres choses, ... mais bon, on était chez les démons quand même, dans un territoire désertique, à part la chaleur et les insolations, il n'y avait pas grand-chose.
La fée se demandait déjà par où chercher la prochaine plante, mais comme le gobelin était intéressé par les papillons, Subraya s'en rapprocha, un peu seulement, pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas



Sept

Invité



MessageSujet: Re: On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre (Subraya - Sept)   Lun 19 Jan - 19:19

Message de Sept, gobelin.

La prénommée Subraya ne connaissait pas la plante. Elle était réellement novice dans l’herboristerie. A croire qu’elle avait choisi cette voie juste avant de rencontrer Sept.

« Dis, Sept, tu sais qu’il paraît… »

Le gobelin interrompit brutalement le début d’une réminiscence inutile. Il avait beau apprécier de repenser à Silia, même si cela le faisait souffrir, ce n’était pas le moment. La fée lui avait gentiment demandé d’enquêter par lui-même.

« Si, je peux aller vérifier par moi-même, fit-il en jetant un coup d’œil déçu à l’herboriste qui cachait très bien son enthousiasme pour la flore.
Au fait, je m’appelle Sept. Je vous avais pourtant déjà donné mon nom. »

Le gobelin s’approcha pas à pas de la nuée. Il ne sortit pas son arme car il se dit que cela serait inutile. Quand bien même les papillons seraient belliqueux, sa lame ne pourrait grand-chose contre eux.

Alors qu’il n’était plus qu’à portée de bras, la multitude s’activa. Elle ne fit mine de s’approcher du gobelin, mais tourbillonna autour de la plante encore indescriptible. Le tourbillon accéléra. De plus en plus. Les papillons devinrent informes avec la vitesse. Ils se fondirent dans le maelstrom miniature. Sept décida de sortir son coutelas et de reculer devant la menace apparente.

« Dis, Sept, tu sais qu’il paraît qu’il existe des pouvoirs qui permettent de changer d’apparence ? »

La phrase complète de l’enfant remémorée par le gobelin correspondait bien à la situation. A la place de la foultitude volante se dressait un être volant lui aussi. Une fée. Dos au verdâtre, elle s’était agenouillée au-dessus de la plante. Elle laissa un doigt parcourir une longue feuille avant de le sentir.

« Ah, quelle odeur désagréable !, fit-elle d’une voix dégoûtée tout en essuyant son doigt contre sa longue robe vert feuille. Ca confirme mes suppositions, c’est bien du sucre à guêpes. Dommage qu’il ne soit en fleur. Dommage que je ne puisse provoquer la floraison. Dommage que je ne puisse accélérer le temps. Dommage que je… ah ! Faut vraiment que j’arrête de regretter les choses auxquelles je ne peux rien. Faut vraiment que j’arrête de parler toute seule. Faut vraiment que j’arrête d’ignorer les gens. Faut vraiment… »

Elle s’arrêta, se redressa puis se retourna. Elle était plus grande que Sept, ainsi que Subraya. Ses yeux verts malicieux se posèrent sur sa congénère. Puis sur le gobelin toujours armé. Elle eut un grand sourire radieux et moqueur.

« Désolée de vous avoir effrayés. Désolée de vous avoir ignorés. Désolée de ne pas m’être présentée. Désolée de… ah ! ‘Loperie de répétitions ! Je suis Illie. Et, je suis… Non, j’ai trop parlé, à votre tour à présent. »

Illie s’arrêta laissant soit l’autre fée soit le gobelin prendre la parole. Sans préciser de sujet.
Revenir en haut Aller en bas



Subraya Druth

Fondatrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 871
Style de combat : Dragon bourrin

Haut-fait : Vieux d'la vieille

MessageSujet: Re: On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre (Subraya - Sept)   Jeu 22 Jan - 18:01

[Hors rp : j'ai pas de mémoire >_<]

Subraya avait oublié le nom du gobelin sans s'en rendre compte. Elle aurait au moins pu faire un effort, même si faire la paix avec les ennemis d'hier est difficile.
Sept s'approcha des papillons avec tant de prudence qu'on aurait pu dire qu'il y allait à reculons. Arrivé juste à côté de ceux-ci, ils se changèrent en fée. Une fée ! C'est bien le dernier endroit où Subraya s'attendait à en voir une. À part elle, bien sûr. Deux fées qui se rencontraient par hasard en plein territoire démoniaque était au-delà de toutes probabilités.

La fée était de beaucoup supérieure en taille à Subraya, ce qui lui rappelait son état diminué. Il allait falloir qu'elle s'y habitue, car elle allait encore ressentir cet état de malaise à chaque nouvelle rencontre.

La fée devant Subraya et Sept – mais encore use-t-il fallut que ce soit réellement une fée, ce qui restait à certifier, car Subraya avait des doutes, elle doutait souvent d'ailleurs- la fée devant Subraya et Sept était une bavarde, une immense bavarde, en 30 secondes elle avait réussi à 8 phrases. C'est d'ailleurs étonnant qu'on ne l'ai pas entendu parler avant.
Elle dit s'appeler Illie.

« Bonjour mademoiselle, je suis Subraya et voici Sept. Êtes-vous herboriste vous aussi ? »
Et quelle étrange coïncidence que la fée soit aussi une herboriste et aussi à la recherche de sucre de guêpes. Si elle avait été elle aussi une enfant, on aurait pu crier au complot sans hésiter.
« Pour quelle raison voulez-vous donc que le sucre de guêpes soit en fleurs ?

- J'ai quelques notions d'herboristeries, c'est mon père qui me les a apprise, quand il était en vie. Dommage qu'il ne soit plus là. Et dommage que ma mère ne soit pas avec moi maintenant. Faut vraiment que … En fait, j'ai besoin de guêpes, beaucoup de guêpes, pour un piège. Un gros piège pour que les kidnappeurs relâchent ma mère. Dommage que … Elle se coupa au milieu de sa phrase. Bref. Donc vous êtes herboristes tous les deux ? C'est bien ! Tu sais jeune fée, dit-elle en regardant Subraya droit dans les yeux, c'est important de ne jamais voyager seule, surtout à ton âge »

Subraya la regarda d'un air noir et consterné, un regard qui signifiait : « j'ai l'air d'une gamine ». Et malheureusement, elle en avait l'air, oui.
Revenir en haut Aller en bas



Sept

Invité



MessageSujet: Re: On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre (Subraya - Sept)   Sam 24 Jan - 15:19

Message de Sept, gobelin.

Sept resta stupéfait suite à la transformation des papillons en fée. Cependant, il tenta de le cacher. Il n’eut le temps de réagir au torrent verbal qui l’assaillit. Heureusement, L’autre fée y répondit pour lui.
Le gobelin apprit donc de la change-forme son nom et son but immédiat.

« Euh… non, je ne…, commença Sept et perdit le ‘suis pas herboriste’ dans sa barbe inexistante puis se perdit momentanément dans son passé. »

« Dis, Sept, pourquoi tu bafouilles toujours quand tu parles à quelqu’un que tu ne connais pas ou t’impressionne ?, questionna le souvenir de Silia. Même avec papa que tu connaissais avant que je naisse, tu es comme ça. Et pourtant, c’est lui qui pourrait avoir peur de toi, t’es plus grand, t’es plus musclé, t’es plus intelligent – mais ça, tu ne le montres pas vraiment, rajouta-t-elle avec un petit rire moqueur – et t’es plus vert même si on s’en fiche de ça, termina-t-elle avec un grand sourire. »

Le gobelin retourna au présent et au potentiel sauvetage. Il ne se posa de question et décida d’aider la fée esseulée si cela était dans ses capacités.
Sept imagina ce qu’un attroupement de guêpes pouvait faire. Les guêpes butinent des fleurs et utilisent leur récolte pour faire ensuite du miel. Et, tout le monde sait que le miel attire les ursidés. Mais, dans ce cas, pourquoi ne pas utiliser directement une plante pour les attirer.

« Mais, pourquoi vous n’utilisez pas du sucre à ours ou une autre plante pour les attirer au lieu de devoir passer par des guêpes ?, demanda le gobelin avant de se rendre compte que dans son raisonnement il avait confondu les guêpes et les abeilles. »

Illie regarda le gobelin étonnée. Elle voulait sauver sa mère, pas la faire tuer.

« Mais, le sucre à ours n’existe pas. Mais, les vesses-de-loup existent. Mais, ce n’est pas une plante, c’est un champignon. Mais, ça n’attire pas les ours, seulement les loups. Mais, je n’ai pas envie d’attirer des créatures pouvant tuer ma maman. Mais, je n’ai pas d’autres idées, fit-elle dépitée. »

Devant le regard triste, Sept – qui avait entretemps rengainé sa lame – s’approcha d’elle. Elle lui rappelait Silia par sa moue. Il lui posa la main sur l’avant-bras ne pouvant atteindre l’épaule sans paraître plus bizarre qu’il ne l’est.

« Nous allons bien trouver un moyen de récupérer ta mère, déclara-t-il sans avoir demandé le consentement préalable de Subraya. Par contre, tu peux nous en dire plus pour savoir à quoi s’attendre ? »

Sept se demanda un instant s’il aurait dû demander l’avis de la fée avant de proposer son aide à elle aussi. Mais, il occulta la pensée, cela étant trop tard.
Revenir en haut Aller en bas



Subraya Druth

Fondatrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 871
Style de combat : Dragon bourrin

Haut-fait : Vieux d'la vieille

MessageSujet: Re: On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre (Subraya - Sept)   Ven 30 Jan - 7:55

J'approuvais la réaction de Sept. Chercher à capturer beaucoup de guêpes était un plan boiteux. Et puis j'aimais mieux me battre que jouer à la chasse au insectes.

« On campait une nuit et au réveil, elle n'était plus là. Il y avait un mot à la place sur un bout de papier. » Elle fouilla dans ses poches, elle testa plusieurs poches avant d'enfin trouver le papier qu'elle cherchait. « Ah voilà ! » Puis elle nous tendit le mot et Subraya pu constater que le mot contenait bien le même texte que celui que la fée réciter de tête :  « Si vous voulez la revoir, retrouvez-nous avec 2000 pièces d'or dans l'impasse de la terreur nocturne de la basse-cité à 22h dans 10 jours. »

Subraya demanda de quand datait le message. 3 jours. Il nous en restait donc 7 pour établir un plan.
« Je propose de se rendre directement à la cité démoniaque. C'est dangereux, mais nous n'avons pas 2000 pièces d'or, autant que je sache.  »

Il était possible que l'otage ne soit pas là lors de l'échange ou qu'il se fasse tuer quand les kidnappeurs comprendrons que nous n'avons pas l'argent. J'estimais qu'il fallait prendre ce risque.
Il était tout à fait possible aussi que l'otage soit déjà mort ou que les kidnappeurs ne laisse pas partir la fée vivante une fois la rançon payée.

Illie reprit la parole et se remit à parler come un moulin à parole : « Dommage que nous n'ayons pas cet argent. Maman saurait où les trouver. Dommage qu'elle ne soit pas là ...   »
Revenir en haut Aller en bas



Sept

Invité



MessageSujet: Re: On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre (Subraya - Sept)   Dim 1 Fév - 23:16

Message de Sept, gobelin.

La fée dépitée répondit sans se faire prier à la question de Sept. La mention à la Basse-Cité le fit grimacer. Il n’y avait pas que de bons souvenirs. Surtout dernièrement.

Il préféra se concentrer sur l’origine de la recherche du sucre à guêpes, l’enlèvement. Sur ses circonstances. La première chose lui venant à l’esprit fut qu’Illie devait dormir comme une souche. Sinon comment expliquer que la disparition ne l’ait pas réveillée.
Malheureusement, il y avait tellement de raisons possibles en y réfléchissant un minimum surtout en prenant en compte la pluralité des pouvoirs. Aussi, Sept préféra rester sur l’idée qu’Illie était une souche. Enfin, pas qu’elle en était une mais qu’elle dormait comme telle.

Mais, le gobelin ne put échapper à la proposition de Subraya étant d’aller chercher la mère. Il pâlit, enfin il l’aurait pu si sa peau n’était pas d’un verdâtre aussi terne et sombre. Puis, il entendit la catastrophée mentionner le fait que l’enlevée aurait pu réunir la somme réclamée. Donc, en cas de sauvetage, il était probable qu’il soit remercié pécuniairement. Et, grâce à cela, il pourra enfin s’abreuver alcooliquement. En y repensant, il était sobre depuis quelques jours déjà et il allait relativement bien. Excepté le fait qu’il ne faisait que penser à Silia. Ce dont il ne se plaignait pas.

« Dis, Sept, pourquoi les adultes ils aiment boire de l’alcool qui les rend encore plus bêtes qu’ils sont ?, avait demandé Silia un lendemain de grosse vente, synonyme de gros profits, bien arrosé. En plus, j’ai déjà goûté – mais tu le diras pas à papa, hein ? – et c’est pas bon ! »
« , lui avait répondu le gobelin encore sobre à l’époque. »


Sept revint au présent comme à regret. Il atténua cela en tournant son regard vers Subraya lui rappelant la jeune défunte.

« Vous pensez vraiment qu’il faille se rendre de suite dans la Basse-Cité ?, demanda-t-il avant de se rappeler qu’il fallait au moins trois journées pour s’y rendre. Non, c’est bon, vous pouvez oublier cette question inutile. »

L’actuellement mercenaire décida de réfléchir un minimum à la façon d’aborder l’opération de sauvetage. Le versement de la rançon était hors de question. Pas assez de richesses pour cela. Une fausse rançon sinon. Une éventualité à creuser.
Il faudrait aussi repérer le lieu de l’échange. Pour cela, Illie étant la fille et donc forcément reconnaissable ne pourrait s’en charger. Le gobelin préférait aussi éviter de se montrer trop tôt risquant de tomber sur des personnes le connaissant. Il ne restait donc que Subraya. La fée dépareillerait dans la cité démoniaque, mais il s’agissait de la seule solution viable qu’il trouva en si peu de temps. Ou alors, il faudrait faire appel à une aide extérieure. Et, il faudrait de l’argent, chose qu’ils ne possédaient.
Sept, bien que fauché, pourrait toujours se renseigner sur les auteurs de l’enlèvement. Leurs raisons ainsi que les éventuels commanditaires.
Concernant Illie, il ne savait pas quoi en faire. Il ne pouvait l’abandonner ni la laisser venir fouiner avec eux.

« Donc, nous partons pour la Basse-Cité, dit simplement Sept aux deux fées. Par contre, j’ai un peu pensé à la façon de faire une fois là-bas. Seulement un peu, rajouta-t-il ne voulant donner de faux espoirs quant à ses compétences de planificateur. Je pense que Subraya, vous devriez vous rendre au lieu du rendez-vous pour essayer de l’analyser et voir ce que l’on pourra y faire. Moi, j’irais me renseigner sur ceux qui enlevèrent votre maman, Illie. Par contre, je ne sais pas ce que vous pourrez faire sans que cela soit dangereux pour vous, et votre maman. »

Le gobelin se tourna vers les deux ailées.

« Vous avez plus d’idées que moi pour cela ? Ou des propositions meilleures sur la marche à suivre ? »

Sept était prêt à écouter toutes les idées, même à partir de suite pour la Cité. Il n’avait rien d’autre que son coutelas en sa possession donc pas d'affaire à préparer.
Cependant, il préférerait pouvoir manger un peu avant de se mettre en route. Ce n’était pas le maigre bout de viande séchée qui le ferait tenir toute la journée.
Revenir en haut Aller en bas



Subraya Druth

Fondatrice
avatar

Féminin Nombre de messages : 871
Style de combat : Dragon bourrin

Haut-fait : Vieux d'la vieille

MessageSujet: Re: On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre (Subraya - Sept)   Dim 15 Fév - 15:46

La petite équipe finie par arriver dans la cité démoniaque et Subraya alla repérer le lieu avant le rendez-vous. C'était une ruelle sombre, même en pleine journée. Elle était étroite aussi, pas vraiment l'endroit idéal pour un combat. J'allais être à l'étroit, si j'avais été grande, en dragon, j'aurais pas pu passer.

Sur les toits, en hauteur, il y avait 2 places d'où l'on voyait assez bien la totalité de la rue. L'un était plutôt étroit et caché dans l'ombre, l'autre était très en hauteur, il ne fallait pas tomber de là.

Subraya alla raconter tout ça aux autres.

"Je pense qu'Illie devrait aller là-bas en faisant semblant d'apporter la rançon, un tas de cailloux dans un sac ferait p'être l'affaire. Il faudrait qu'elle exige de voir sa mère avant de donner la rançon. Moi et Sept, on se cachera dans un coin sombre, une fois qu'on saura où est la mère d'Illie, on aura plus qu'à foncer sur les hommes qui la tiendront prisonnière pour la libérer. Dès qu'on l'aura, on s'enfuit tous."

Il restait encore du temps pour peaufiner les détails.

[Ouais, manque d'inspi T_T ]
Revenir en haut Aller en bas
 

On n'attrape pas les mouches avec du vinaigre (Subraya - Sept)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» COMMENT TRAITER VOTRE CHIEN AVEC DU VINAIGRE DE CIDRE
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» les aôutats.
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Bavardages [H-RP] :: Archives-