Partagez | 
 

 La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Elios Dranakan

Invité



MessageSujet: La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)   Jeu 1 Jan - 11:04

message d'Elios Dranakan, humain.

Les galeries sous Espailon couraient sous toute la ville et s'enfonçaient profondément sous elle. C'est ici dans ses centaines de galeries que l'organisation criminel de la ville se caché des troupes armée du royaume et rendait, du même coup, la vie impossible aux gardes. Et quelque tunnels menaient aux différents jardins sous sous la capitale don les dirigent n'avait même pas conscience. Ces repaires, servaient de cachettes a toutes les personnes dans le besoin : les bandits de la ville a condition de ne pas tuer les plus pauvres, les pauvres qui n'ont pas de quoi vivre autant que les gens peu stable socialement. Les cours disposaient en cercle autour d'une immense colonne de pierre. Tous forment une sorte de communauté ou des guildes, les voleurs, les pauvres sans "talent", les dames de petite vertu et ainsi de suite... Tous en égalités parfaite auprès de leur seigneur qu'ils nomment jardinier en raison du lieu ou ils vivent.

Celui ci d’ailleurs cherchait avec quelque uns des meilleurs informateurs de son réseau. Contacter les Haut de la citée ou de la noblesse de la ville ne se faisait pas sans risque ou difficulté... Celui ci ne faisait pas exception, surtout celui-ci : l’Intendant du royaume Mordred Ophibias.

- Ainsi camarade l'heure approche, et nos alliés, nous demande de régler certain des derniers détails... L'Intendant Ophibias, par son ambition et ses Ombres pourrait nous pauser plusieurs difficultés...
-Que propose tu ? lui demanda un homme, grand de bien deux mètres et large de presque autant.
-On ne le tuera pas, on aura beau y mettre tout notre bonne volonté c'est peine perdue. Alors pourquoi ne pas le recruter ? Lui demander de l'aide ?
-Demander au noble de tuer le roi ? se moqua une femme assise sur un divan derrière eux.
-Il veux plus de pouvoir et ça se voix, je te rappelle que c'est toi qui me l'a dit... Mais la encore un problème, je conte le faire venir ici pour pouvoir parler plus tranquillement... Alors qui a une idée de comment le contacter ?
-Endrew, connais plus de gens dans se domaine non ? répondit le même fille
-Oui mais c'est exclusivement de la noblesse qu'il connait, il nous faut de gens fiables, répliqua un nain.
-Je crois savoir qu'Ophibias parle fréquemment avec le propriétaire d'une maison de jeu, et pas chance il fait aussi parti de mes rapports avec la surface.
-Parfait Emma !, il regarda la jeune dans les yeux, tu lui racontera une histoire... et tu le donnera cette lettre en lui disant que c'est de ma part.
-D'accord... répondit, la timide jeune femme.
Le groupe se dispersa et seul Elios et la dite Emma restèrent.
-Jardinier !
-Oui ?
-Que dois'je lui dire ?
-parle lui des légendes de la basse ville, il devrait comprendre si il est avec Ophibias.
Revenir en haut Aller en bas



Mordred Ophibias

Invité



MessageSujet: Re: La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)   Ven 2 Jan - 14:37

Message de  Mordred Ophibias, demi-dragon.

Brian, vêtu comme à son habitude de son extravagante tenue violacée compoés d'un panatalon ample, une chemise tombatn en dessous de sa taille et d'un haut de forme de la même couleur, se trouvait accoudé au bar de sa maison de jeu. il avait vraiment un bon emplacement, non loin de la caserne des gardes et à quelques rues de la place du marché. il avait bien réfléchit à l'époque où il avait acheter le batîment et ça avait payé presque immédiatement. Il avait fait installé le bar au centre de baîtment, de façon à ce que tout le monde puisse y accéder facilement. En forme d'ovale et ayant en permanence deux personnes pour s'occuper de ce comptoir fait sur mesure par des artisants locaux. Cela faisait quelques années qu'il engageait même des serveurs pour éviter que les joueurs n'ait à se lever de leurs tables. Gain de temps et donc d'argent, il était fier de ce commerce qu'il avait développé.
Il observa les différentes tables de jeux qui se trouvaient tout autour de lui, jeux de dés, de cartes et mérelles. Il avait même quelques tables d'échecs dans le fond de la pièce. Il avait eut l'idée d'organisé des tournois d'échec, il a quelques années et cela avait été étonnement lucratif comme soirée. Mais bien sur l'attraction principale était un jeu que lui avait inspirait un ami gobelin. Il avait du payer très cher pour le créer et devait en reverser une part à cet "ami" mais ça marchait plus qu'il ne lui fallait pour amortir les dépences. Il l'avait appelé: La Roulette.

Il soupira légérement fier de ce qu'il avait accompli puis se remit corectement sur sa chaise et commença à savourer un verre de lait dans lequel on avait ajouté de la pulpe de fraise. Ce n'était que le début de journée et donc il n'y avait encore personne puisque le commerce était fermé. Seulement lui et Rupert, le barman responsable des stocks. Il termina son verre et s'empara du courier qu'il avait reçu dans la matinée.

- Je vais dans mon burreau Rupert, fais moi signe si on a de la visite ou s'il y a un problème.

L'homme acquiesça alors qu'il se lever pour rejoindre son domaine. C'était effectivement un burreau mais ce dernier était presque aussi grand que celui du roi ou de l'Intendant. Mais il était beaucoup plus rempli aussi. Des caisses de documents empilés, de nombreux tableau remplie de divers messages et notes, certains en dissimulant d'autres de plus grandes importances d'ailleurs. Un trappe dans un coin devait donner dans la cave ou alors mené à ailleurs dans la ville, connaisant le personnage c'était sans doute les deux. Un burreau littéralement envahit d'objet divers de paperasse et aussi de bourses. Derrière ce dernier se trouvait une grande armoire en métal avec une serrure. Sans doute l'endroit où il rangeait l'argent. C'était vraiment le chaos ici, mais cela ne semblait pas déranger Monsieur Magikal B. L'Intendant lui avait de nombreuses fois conseillé de mettre de l'ordre sinon il finirait par se perdre dans la masse mais pour le moment, n'ayant jamais était en retard sur un quelconque paimant et n'ayant jamais perdue le moindre message, cela passait plus comme une simple réflexion qu'un obligation pour le tékinésiste. Il s'assit donc sur son fauteuil et comença à lire les quelques messages.
Il eut à peine le temps de lire l'un d'eux que quelqu'un frappa à sa porte. il tourna la tête alors que Rupert entrouvait la porte.

- Une certaine Emma souhaiterait vous rencontrez. Dois-je la faire entrer ?

Brian sourit avant de répondre favorablement. Le personnage excentrique se leva pour acceuillir la femme qui s'avançait déjà vers lui. Il l'invita à le rejoindre dans le burreau avant de refermer derrière lui.

- Et bien, que me vaux cette agréable visite ?
Revenir en haut Aller en bas



Elios Dranakan

Invité



MessageSujet: Re: La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)   Ven 2 Jan - 16:44

message d'Elios Dranakan, humain.

Emme quitta, les souterrains de la ville pour sortir a deux pas de la place du marché. Elle traversa alors que tous les marchands installaient leurs étales, l'activitée matinale dans cette partie de la ville était donc relativement restreinte et donc parfaite pour la jeune voleuse. Celle ci resta quelque instant devant le fenêtre de la maison de jeu, regardant le monde a l’intérieur. Personne. Seul le barman était dans la salle. Ne sachant si la battisse était ouverte elle frappa a la porte attendant qu'on lui ouvre. Elle entra dans le salon, et demanda directement a parler a Monsieur Magikal B de la part d'Emma.

Cela faisait plusieurs mois, qu'elle servait d'espion pour le conte d'Elios et donc de contacte auprès de cette homme aux gout des plus étranges. Elle tourna sur elle même avant de suivre l'homme au bureau de responsable des lieux. Elle rentra dans la pièce qui était, somme toute, plus grande que sa maison. Elle avança encore de quelque pas et se retourna non pas pour regarder l'homme dans les yeux mais pour ne pas être tenter de voler l'or qui se trouvait sur le bureau.
-Je ne suis ici seulement porteur d'un message du Jardinier. Tu doit le connaitre ?
Elle lui tendit la lettre. Elle était déjà ouverte, Emma rougit, et se retourna.
-Il voudrait pouvoir s'entretenir avec un certain Ophibias. Tu le connais. Il le sait et voudrait que tu intercède en sa faveur auprès de lui.
Elle se raprocha de lui ne se tenant plus qu'a quelque centimètre du propriétaire des lieux. Elle le regarda de ses yeux de braise et se mit a lui tourner autour.
-La rencontre serais pour demain au première lueur de l'aube, en petit comité dans l’échoppe d'arme près du marché, un nain se tiendra devant la porte pour que vous nous trouviez plus rapidement. Si vous prévenez la garde, il se pourrait que votre salon ne soit plus en état de fonctionner pendant quelque temps et vous en souffrirez aussi. Et si l'intendant ne peut acceptez notre demande, prévenez moi. Je passerais dans la soiré m'informer. Mais croyez moi, les mots que je vous dit ne sont que ce qui sont écrit sur cette lettre. Je ne suis que le messagé et je regrette vraiment que se soit sur vous que cela tombe et sur moi par la même occasion...
Emma se retourna vers la porte l'entre ouvrit, sourit timidement au maitre de jeu et sorti, du salon avant de regagner son repaire.
Revenir en haut Aller en bas



Mordred Ophibias

Invité



MessageSujet: Re: La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)   Sam 3 Jan - 12:47

Message de  Mordred Ophibias, demi-dragon.

L'homme observa la femme de haut en bas, cela faisait quelques mois qu'il faisait appel à elle pour avoir des informations sur le réseau de crimnel d'Espalion. Bien sur elle n'était pas la seule, mais on lui avait qu'elle avait des accés un peu plus haut que les autres. Il c'était donc réjoui de cette coopération. Après tout, moins il y a d'intermédiaire, mieux c'est. Effectivement, cela donne moins de risque que l'information dériv ou soit inutilisable une fois entre les mains de Brian ou au besoin celles de l'Intendant.
Il ne put cacher son sourire quand elle parla. Le jardinnier ?! Si cela se confirmer, ça serait un grand pas pour tout le réseau de Mordred. Avoir accés à celui qu'on voyait comme un roi du monde souterrain, n'était pas quelque chose qu'on pouvait refuser.

Il prit la lettre déjà ouverte, décidément celle demoiselle était bien indiscrête. Ce n'était pas la première fois qu'elle lisait des messages qui lui était destiné. Bien sur il ne l'en avait jamais blâmer. Après tout, elle était seuelemtn un contact et répondait aux ordres de quelqu'un d'autre donc il fallait bien qu'elle lui ramène des informations. Cependant il n'ouvrit pas la lettre car il compris quand elle reprit la paole, que cela ne lui était pas destiné. Une rencontre directe ? Cela pouvait être un piège mais c'était aussi une chance à ne pas rater. Il répondit donc d'une voix teintée d'excitation.

- Hum... Pour le jardinier, je penses que ça pourra se faire.

Il la fixa comme elle le faisait, décidément cette femme avait du talent. Il supposa qu'à ses heures perdues, elle avait déjà utilisé ses charmes pour soutirer nombre d'information à un mâle alcoolisé ou en manque de chair fraiche. Puis il ne bougea lorsqu'elle commença saronde envoutante, s'il avait été si facilae à avoir il n'aurait pas cette réputation. Il l'écouta attentivement puis soupira longuement quand elle eut fini.

- Des menaces, toujours des menaces... à croire qu'aucun humain ayant un tant soit peu de pouvoir n'est pas capable de faire une demande précise sans en faire usage. La politesse et les bonnes manières se perdent, c'est navrant. Mais comme vous le dites, en ce jour nous ne sommes que de simple messager, et abattre un messager qui ne fait que son travail n'est pas une bonne augure peut importe le camp. Vous savez je ne suis qu'un homme à l'esprit complexe qui tente de se tracer son chemin dans ce monde chaotique.

Il lui sourit alors qu'elle sortait, soit elle ne souhaitait vraiment pas faire la messagère entre les deux puissants d'Espalion soit elle n'était pas vraiment à l'aise en présence de l'homme. Il supposa que les deux étaient tout à fait possible après tout, il était Brian Oper, maitre du jeu. Son sourire s'élargie, lui ofrrant un clin d'oeil alors que la porte se refermer toute seule derrière Emma, sans même un geste de la part du magicien utilisant des pouvoirs télékinésique.

Il ne fallut pas moins d'une seconde pour décider de la suite des événements à Brian. Il prit un manteau de couleur pourpre dont l'intérieur était en fourrure de loup blanc, et utilisa ses dons pour faire venir son baton, de la même couleur que le reste de ses vêtements, dans sa main. Il rangea la lettre dans le manteau et partit directement vers la palais. Il attendit devant la porte pendant qu'un garde demandait s'il voulait le recevoir. Il ne resta que cinq minutes, il ne lui fallut pas plus pour convaincre Mordred de l'utilité de cette rencontre. Tous deux étaient enchantés, l'intendant viendrait donc avec trois personnes et il serait bien évidemment masquer pour éviter une quelcon que fuite d'un des deux camps. La suite dépendrait uniquement de la longue conversation entre les deux hommes. Brian commença à siffloter en revenant chez lui, enfin les choses allaient bouger. Il commençait à désespéré de ne jamais voir de son vivant, son ami prendre les rênes du royaume, et peut être plus encore.
Revenir en haut Aller en bas



Elios Dranakan

Invité



MessageSujet: Re: La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)   Dim 4 Jan - 19:48

message d'Elios Dranakan, humain.

Emma, retourna voir Birn Oper, dans la soiré pour connaitre le réponse de l'intendant. Il viendra. Parfait, il ne lui restait plus qu'à prévenir Elios et le tout serais joué, après, elle n'avait pas a se soucier de la suite. Les combats a venir ne la concernait pas... elle retourna a la place du marché et tourna sur sa droite, pour s'aretter devant une petite échoppe d'arme. Elle poussa la porte et entra dans la petite battisse. Un lieu miteux quelque ratellier d'armes, nu comptoir en bois usé par le temps. Elios n'avait pas eu le temps de faire rénover toute les passages menant a la surface et malheureusement par elle, c'était le lieu de passage sous sa charge. Elle tira sur le manche d'une hache et le mur tomba a la renverse. Elle soupira et passa dans l’étroit couloir et descendit dans les souterrains de la ville. Elle tourna a gauche après quelque minutes de marche dans le noir et tomba nez a nez avec un nain. Elle lui fit un signe de la main et celui ci frappa le mur de son pied. Celui ci s'ouvrit, laissant place a un couloir. Elle y entra et regarda autour d'elle après avoir passé la porte. Elle regarda les trois homme armée devant la pogné permettant de faire glisser la porte, et lui fit remarquer qu'ils n'avaient toujours pas réparé la porte du haut. Elle continua sa route pour arriver au jardins. Emma avança jusqu'à arriver au cœur de toutes les cours, les jardin rouges. Lieu enchanteurs parmi tout les autres, la végétation poussant ici, n'est que rouge, pas de verdure. L'eau coulant ou stagnant, gagnait une couleur rouille du a la présence de quelque minéraux dans la roche. C'est ici, qu'Elios avait ses quartier, et qu'il faisait réunir ses informateurs ou chefs de contoire pour préparer, les coups a faire.

C'est ici, qu'elle le retrouva assis sur une pierre a regarder les arbres pousser.
-Alors ?
une femme venait de passer le mur a la gauche d'Emma.
-Il accepte, répondit elle seulement.
-Parfait ! Merci Emma, tu peux partir, on vas finir sans toi, répondit une fois de plus l'autre femme
Une fois Emma sortit, Elios releva la tête :
-Tu pourais être un peu plus aimable quand même... Mais bon... Que tout le monde si tiennent pret pour demain. Fait surveiller la villa de l’intendant , lorsqu'il en sort essai de faire en sorte que le moins de garde possible traine sur la place, des bagarre qui attirent leur attention, des vols, j'en sais rien mais qu'aucun gardes ne reste sur la place. Prévient aussi notre petit bouffon, qu'il est de sortit pour demain toute la journée.

La nuit passa, bien vite dans le monde souterrain, les préparatifs de la grande remonté, battaient leurs plein, comme depuis quelques semaines. La matinée arriva, et une bonne partie des tunnels se vida, de ses effectifs. A la surface, il y avait foule sur la place, ce qui rendrait le travail des gardes encore plus pénible que si peu de monde serait la. Il ne restèrent d’ailleurs que peu de temps sur la place, trop occupé a courir après les fauteurs de troubles. un nain habillait, en bouffon s'amusait a danser sur un tonneau, une choppe de bière a la main, devant la boutique d'arme en attendant que la personne attendu y entre.
Revenir en haut Aller en bas



Mordred Ophibias

Invité



MessageSujet: Re: La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)   Lun 5 Jan - 19:23

Message de  Mordred Ophibias, demi-dragon.

La journée puis la nuit qui vint ensuite furent troublés par les questions incessantes qui envahissait l'esprit de l'Intendant. Non pas qu'il soit mécontent de la rencontre annoncer mais pourquoi maintenant ? Certaines rumeurs le concernant dérangeait le jardinier ? Il cherchait à étendre son réseau en dehors de la capitale peut être ? Ou la garde lui posait trop de problème dernièrement ? Peut etre voulait-il simplement rencontrer l'homme qui représentait l'une des plus hautes autoritées de ce royaume ? Moulte questions et théories qui ne seraient confirmées ou infirmées que le lendemain. La nuit fut donc courte pour l'hybride à cause son exitation, cela ne l'empêcha pas de se lever aux aurores et afin d'être près à l'heureu prévue. Il n'aurait aucun souci avec les deux gardes royaux, les ayant prévenu le jour d'avant qu'il serait en déplacement en dehors de la ville. Cela n'était bien sur pas exactement vrai, mais ils n'avaient pas besoin de le savoir.

Il revêtu les mêmes vêtements que ses Ombres. Grand manteau à cape noire avec capuchon. Il alla prendre une très légère collation, un bol de lait chocolaté, puis attendit. Après une dizaine de minutes, Deus apparut dans la villa. Il le salua avant qu'ils ne disparaissent tous les deux. Ils se retrouvèrent dans une petite maison comme c'était prévu. Là se trouvait deux autres personnes: Mist et Cobra. Ils seraient son escorte dans le monde du jardinier. Après tout, ils étaient tout les deux du métier et même s'ils n'avaient jamais trainé avec les criminels d'Espalion. Quand à Deus, il serait l'assurance, comme toujours, qu'ils resortent de là vivant si jamais tout ceci n'était qu'un vaste piège.
Ils sortirent donc de la petite maisonette après qu'il ait mit son masque. Il se trouvait bien plus loin de la place cible que la villa de l'Intendant, mais Mordred préférait faire quelques minutes de marche supplémentaire et être certains de ne pas être suivit. Il se mirent donc en route, évitant les grands axes et prenant vraiment tous leurs temps pour arriver à l'adresse donnée. Il identifia rapidement le nain, déguisé pour l'occasion en bouffon. Ce dernier ne devait pas avoir beaucoup d'amour propre ou alors, avait de grosses dettes à rembourser. Heureusement que l'homme n'avait pas choisi Shark pour l'accompagner, sinon on aurait sans doute assisté à la mise à nue d'un nain.

Ils entrèrent donc tous les quatre dans la boutique qui aurait bien mérité un peu d'entretien. C'était vraiment pitoyable là, il ne fallut d'ailleurs que quelques secondes pour que Mordred ne remarque le passage secret. Heureusement que les gardes avaient autre chose à faire que de chercher des passages illicites, sinon nul doute que les "jardins" comme l'avait entendu quelques fois l'hybride, n'existerait plus. Enfin heureusement, après la discution qui aurait lieu aujourd'hui, les gardes n'auraient jamais cette idée. Si tout se passait comme prévu, bien entendu. Ils attendirent donc que quelqu'un se présente à eux.
Revenir en haut Aller en bas



Elios Dranakan

Invité



MessageSujet: Re: La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)   Mer 7 Jan - 22:57

message d'Elios Dranakan, humain.

Celle qui servait de second a Elios détestait faire ce genre de boulot, se faire passer pour lui, certe ce n'était pas la première fois, mais là... Elle risquait gros, se retrouver face à face avec l'homme le plus puissant du royaume et une partie de ses ombres. Elle avait avec elle, une douzaine de masqués, les mercenaires les plus habile au combats et dans la discrétion que comporte le réseau, mais rien n'y changeait, elle risquait une fois de plus sa vie pour lui. Les masqués était tous là. Une demie douzaine devant la vieille batisse, et six autres derrière le second passage sous le comptoir. Un passage que le plupart des membres ne connaissait pas.
Elle traversa la place en mettant le heaume sur sa tête et le sangla. Elle poussa brutalement la porte, bien sur elle avait apprit a marcher comme Elios, a imiter sa vois, le casque aidant beaucoup pour la rendre plus grave, elle y arrivait, pas a la perfection, quelqu'un ayant l’œil pour trouver se genre de chose pouvait s'apercevoir que sa voie était très féminine, et que sa démarche ou plutôt son déhanché n'était pas masculin, mais après pourquoi le jardinier ne serait'elle pas une femme ? Cette pensait la fit sourire, aucune femme n'avait jamais dirigé les sous sol. Elle ne fit aucune action de politesse sauf coller son poing sur son cœur et se courber légèrement en deux devant l’intendant, ignorant royalement les autres. Les hommes sous son ordre sortirent de leurs cachettes ou entrèrent a sa suite. L'élément le plus choquant chez ses homme souvent puissamment battis et haut de deux mètres était leurs uniforme de vétérans dans l'armée. Les deux seul différence étaient, le fond noir de leur tabar alors que celle de l'armée étaient blanche et les masques d'acier leur couvrant le visage. Ils pouvaient ainsi passer auprès de la garde comme un régiment spéciale parmi l'armée.
-Vos armes. Les mots furent secs et sans appelle.
Les masqués leurs arrachèrent presque celle'ci sur leur porteurs. Bien sur elle savait que ce n'est pas la perte de leurs armes qui les empêcheraient de tuer, mais elle pouvait éviter des morts.
-Si vous voulez bien me suivre ?
Elle fit demi tour et ce fut a ce moment que la mascarade pouvait être levé, certe elle portait une armure pour la grandir et lui donner des épaules, et un manteau a capuche caché ce que l'armure ne pouvait et sa façon de marcher, ainsi que la taille de ses hanches, et le problème venait d'ici. Le manteau se colla a elle, une fraction de seconde dévoilant, ce que l'armure ne le pouvait. Elle ne s'arretta pas et pousse une pierre du mur pour faire glisser le grossier faut-mur. Elle s'engagea dans le noir complet, elle comme ses hommes connaissaient le chemin par cœur et n'avait pas besoin de lumière pour se repérer, ce qui permit de garder le lieu d'entré secrète. Le mur en face d'elle était des plus banal, comme tout les autres, mais un léger sigle se trouvait juste en face de la copie du jardinier, il représentait une rose. Bien sur elle ne le voyait pas mais savait bien ou il se trouvait et s'était amusé de constater qu'il se trouver sous son nez, au sens propre. Elle descendit plus en avant et s'aretta une seconde fois.
-Si vous voulez bien passer devant. j'ai un autre détail a régler avant de pouvoir aller plus loin. Ils vous feront faire le tours des lieux.
Sur ceux elle enleva son casque laissant dévoiler un visage, en ovale sans la moindre imperfection, un visage d'ange encadré par une cascade de mèches rousses, des yeux bleu glace et des lèvre rouge. Elle fit un geste avec ses bras faisait signe aux soldats de faire avancer les inviter.
Revenir en haut Aller en bas



Mordred Ophibias

Invité



MessageSujet: Re: La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)   Ven 9 Jan - 10:22

Message de  Mordred Ophibias, demi-dragon.

Les quatre personnes attendaient tranquillement jusqu'à ce qu'ils soient surpris par l'entrée d'une personne en armure. Son entrée aurait du être légérement plus douce car là, les trois Ombres se retournèrent tel un seul homme les armes prêtes au combat. Cependant ils furent ignorés par la personne en armure qui salua comme un véritable soldat l'Intendant. Des hommes apparurent alors par le passage que Mordred avait repréré juste après son arrivé. Eux aussi étaient vêtus tel des soldats. D'ancien membre de l'armée peut être ou des membres d'une force spéciale. Le gros problème avec autant de noble gourvernant de petite partie du royaume, c'est que chacun avait ses troupes et que chacun s'amusait à créer des factions spéciales. Il était impossible, même pour quelqu'un comme l'hybride, de se souvenir de chacun des tablards et à qui ils étaient affiliés. Il ne fut donc pas surpris de ne pas reconnaitre celui-ci, mais nul doute que ce jardinier avait des moyens. À moins que ce ne soit simplement des tenues volées, mais cela allait trop bien à ses hommes pour que ce soit aussi simple.

Les seuls mots qui sortirent de la bouche de celui qui semblait être leur chef ne furent pas vraiment au goût de l'Intendant. Mais il ne protesta pas et fit un signe de la tête à ses Ombres. Deus se sépara donc de ses deux épées, Mist de son épée étrange et Cobra de ses deux arbalètes de poing avec leur carquois, ainsi que d'une série de couteau. Il lui restait tout de même sufisemment de lames pour tuer les personnes présentes dans la pièce mais vue qu'ils n'allaient visiblement pas fouiller plus loin, il ne dit rien. Un fois que ce fut fait, ils furent conviés à suivre la personne ne possèdant visiblement aucun tact, cependant ses hanches arrachèrent un sourire à l'invité. Il la suivit donc, progressant lentement car l'Intendant n'avait aucune visibilité. Ils ne marchèrent pas longtemps lorsqu'elle s'arrêta de nouveau avant de repdnre quelques temps plus tard puis de finalement s'écarter sur le côté. Elle parla de nouveau alors que Mordred l'observait. Il répondit alors qu'elle hautait son son casque:

- Et bien merci, j'espère que vous serez de meilleure compagnie à notre prochaine rencontre. Et peut être que revétirez une tenue qui vous sciéra d'avantage.

Il lui offrit un sourire alors qu'elle révélait son visage en même temps que sa chevelure de feu. Puis ils reprirent la route accompagner par les gardes. Descendant toujours plus bas avant de rejoindre finalement le niveau cibler. Il comprit très vite pourquoi on appelait ça "Les Jadins" ce n'était pas juste un mot pour dissimuler le lieu dans une conversation, c'était vraiment des jardins. Il s'émerveilla de voir ces lieux de toute beauté alors qu'ici vivait une majorité des criminels de la capitale. Ils progressèrent donc au travers de ce magnifique décor.
Revenir en haut Aller en bas



Elios Dranakan

Invité



MessageSujet: Re: La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)   Mer 14 Jan - 22:19

message d'Elios Dranakan, humain.

Elios les regarda passer. Il se tenait dans la partie réservé aux masqués, les salles ou les armes sont entreposés et ou la garnison des jardins peut se reposer. Sans oublie que depuis les murs internes des parois extérieurs de la caverne gigantesque, on pouvais voir et accéder partout. Il se pouvait qu'elle l'ai vue, mais lui la connaissant savait qu'elle l'avait fais juste pour le défier une fois de plus. Il descendit au niveau des jardins, il ne portait pas de casque juste un manteau marron sur une armure de maille, sans tabar, juste des mailles. Il arriva au niveau du groupe, donna l’accolade au chef des masqués et inclina la tête en guise de salut au autres. Il se tourna ensuite vers l'intendant et son escorte. Il s’inclina respectueusement face a l'intendant et salua les autres, en leurs empoignant l'avant bras.
-Bienvenue ! Bienvenue ! Suivez moi je vous prie.
Il se retourna et avança vers la tour central, là ou il résidait. Il descendit vers le niveau encore inférieur, le jardin rouge dans toutes sa splendeur, des arbres fruitiers, aux fleures, aux fruit, aux feuilles rouges,  pas de sources d'eau a cette étage si. Sauf peut être le plafond qui semblait fait d'eau rouge, mouvante, comme si une rivière coulait au dessus d'eux, et qu'ils en voyaient les dessous. Les gardes des jardins ne les avaient pas suivit, mais se tenait en haut des escaliers, qui permettait d’accéder a se niveau. Il se retourna une fois devant une petite table en bois blanc.
-J’espère que ma très charmante aide ne vous a pas manqué trop de respect ? Elle a des petits soucis avec les consignes... Je ne vais pas me cacher plus longtemps elle a déjà fait tout tourné en ridicule. Je me présente ? Je pense que vous savez déjà qui je suis Intendant Mordred Ophibias, mais bon pour soigner les apparences... Je suis celui qu'on nomme le Jardinier. Et voici au cœur des Jardins d'Espalion. Bon maintenant que les présentations sont fini, passons a ce qui nous intéresse tout deux. Les affaires du royaume.
Revenir en haut Aller en bas



Mordred Ophibias

Invité



MessageSujet: Re: La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)   Jeu 15 Jan - 8:57

Message de  Mordred Ophibias, demi-dragon.

Un homme vêtu d'une unique cotte maille et ne portant rien pour dissimuler son visage. Voilà qu'arriver cette personne étrange qui semblait connaitre toutes les personnes les escortants et qui avait des gestes très familliers avec eux. L'Intendant ne s'attendait pas vraiment à ça. Malgré la tenue sans aucun symbole et son attitude des plus troublantes, nul doute qu'il était également un ancien combatant ou même qu'il en était toujours un. Certainement gradé et aimer de ses hommes au vue de son comportement. Il connaissait les bonnes manière car il s'inclina devant Mordred, qui lui rendit son salut en inclinant la tête. La manière dont-il salua ses Ombres kui indiqua qu'il devait être chevalier, ce n'était pas le geste le plus typique mais il en connaissait qui l'utilisé. Son visage était d'ailleurs famillier, il avait déjà du le croiser, mais impossible de retrouver où et dans quelle condition. Gardant cette information dans un coin de son esprit pour le moment, la petite troupe suivirent l'homme au visage joyeux.

La marche dura encore plusieurs minutes que l'hybride employait à fouiller sa mémoire tout en laissant son regard dériver sur le décor des catacombres de la ville. Ils finirent par arriver à la fin de leur voyage, une place où le rouge dominer toute autre couleur. Cela avait quelque chose de mystique, et l'homme ne put s'empêcher d'observer attentivement l'endroit. Tout ici semblait se développait contre la saison actuelle. Comment, alors que l'hiver régnait, des fruits pouvaient-ils pousser ? Rosiers et coquelicot étaient aussi en fête alors qu'une rivière semblait couler sur le plafond. Nul doute qu'une magie étrange était à l'oeuvre ici. Mist avait totalement abandonner son poste pour aller observer de plus près les merveilles du jardin. L'Intendant fit un geste en direction de ses deux autres gardes qui s'éloignèrent également. Il s'avança alors vers l'homme l'écoutant avec attention. Nul doute dans ses mots que c'était une personne aillant reçu une certaine éducation, donc probablement un noble. C'était prévisible, seul un noble aurait tenue si longtemps sans aide et financement direct de personnes importantes dans le royaume. la question était de savoir si c'était véritablement lui le dirigeant où s'il y avait encore quelqu'un d'autres au-dessus bien en l'abris dans un chateau.

- Disons qu'elle serait bien plus à son aise dans une tenue plus féminine, non pas que je remette ses talents de combattantes en question, si elle en possède, mais votre armure ne lui convient pas vraiment. J'imagine qu'il y aurait pu il y avoir pire comme introduction, donc concentrons -nous sur les choses importantes.

Il commença à se déplacer, faisant le tour de la table lentement alors qu'il retirait son manteau et son masque, les posants sur la table. Il observait toujours l'homme comme s'il s'agissait d'une proie qu'il jaugeait se demandant s'il devait fondre sur lui ou la laisser vivre.

- Si vous me le permettez cher Jardinier, j'aimerai avant tout savoir qui vous êtes. Les affaires du royaume concerne la noblesse, et bien que je ne doute pas de la votre, il faudrait que je sache qui vous êtes histoire d'être un minimum en confiance.

Il était clair, bien qui l'écouterait il allait pas promettre quoi que ce soit sans un minimum de garantie, après tout ce n'est pas en se fiant aux autres que Mordred était devenue l'homme influant et puissant qu'il est aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas



Elios Dranakan

Invité



MessageSujet: Re: La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)   Lun 26 Jan - 20:54

message d'Elios Dranakan, humain.

Elios regarda, les gardes, L'un d'entre eux avait totalement oublié son devoir semble t'il. Il regarda les deux autres. Rien de different par rapport a l'autre. Sauf leurs carrures. La forme de leurs épaules. Le garde ayant quitté son post devait être une femme, ou un tout jeune homme. Il n'écoutait l'intendant que d'une oreille distraite, il regardait les arbres, c'était comme ça, cette salle, le subjuguait, l'empechait de rester attentif a quoi que se soit. Pourtant il entendait Mordred. Il sourit. Il aurait du s'en douter. Interroger, écouter, analiser, calculer et enfin répondre. Il pouvait réfléchir de cette manière... Ou pas. Il s'en moquait, il avait d'autre chose a faire que de comprendre comment marchait l'esprit de cette homme.

-Je pensais que vous aviez meilleur mémoire. Elios de la famille Dranakan, seigneur de Marcandor. Maintenant que vous avez pu juger de ma noblesse, monsieur, sachez que quoi que vous choisissiez de faire ce que nous préparons aura lui, avec ou sans vous. A vous de voir si vous serrez bénéficiaire ou non.

Elios se retourna vers les gardes, il les regardait fixement, avant de sourire. Il avait pu poser un nm sur la jeune ombres, enfin... Il croyait, il ne s'avait si c'était vraiment elle. Il se leva, se retourna et regarda une seconde fois l'intendant.

-Nous sommes des centaines en ces galléries et encore plus dans tout le royaume. Et une armée presque aussi importante que celle que le roi pourrais mobiliser si il le fait. Ou si il a le temps. Nous contons sur vous ou sur vos contactes pour étouffer nos mouvement de troupes. Nous pouvons encercler Espalion puis toutes les plus grande ville du royaume, étouffant ainsi tout risque de rébellions. Mais bien sur ! Qu'auriez vous a y gagner ? Vous perdriez surement votre place et vos titres. Je vous pose alors la question. Que voulez vous en retour ? Je ne fais pas ça pour le pouvoir, mais pour la justice, pour l'égalité, et les droit du peuple. Alors, vous, pourquoi vous joignerez vous a nous ? Et plus important le feriez vous ? Mais sachez que vous n’empêcherez rien d'être fait, vous éviterez juste le sang de couler trop abondamment.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Mordred Ophibias

Invité



MessageSujet: Re: La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)   Mer 28 Jan - 9:36

Message de  Mordred Ophibias, demi-dragon.

L'Intendant arrêta son tour à quelques mètres de l'homme qui souriait. Le masque qu'il portait commençait à être très désagréable. Il ne savait pas comment les ombres pouvait supporter un tel accoutrement. L'habitude sans doute. Pour lui en tout cas c'était étoufant. Il écouta la réponse de l'home et soupira. Bien sur qu'il le connaissait, du moins ils avaient été présenté. Il n'avaient du se croiser que deux ou trois et les rapport à son sujet était rare d'oì le fait que l'hybride ait eut du mal à remettre un nom sur son visage. Bien que maintenant il comprenne très bien le pourquoi des faibles rapport: ses espions sur place devaient être à la solde d'Elios ou avait été facilement repairé et réduit au silence. Il retira donc son masque tout en secouant ses cheuveux et posa le masque sur la table. Ses yeux étaient brillant de malice alors qu'il pouvait enfin parler à l'un des nobles les plus influants du royaume en face à face. Enfin si on rajouter le fait qu'il était le Jardinier, il avait sans doute plus d'influence que quiconque , même si techniquement sa force se situait dans les hommes et non les puissants. Mais comme on le dit souvent, se sont les soldats qui gagnent les guerres et non quelques nobles. Enfin on pourrait dire que sans les nobles pour participer, il n'y a pas de soldat mais ce n'était point le moment de faire un débat phylosophique sur la question.

- Et bien Seigneur Dranakan, je suis heureux de vous revoir en face à face pour une fois. Pardonnez ma mémoire, vous n'avez pas été des plus actifs à la cour contrairement à beaucoup d'autres nobles venant avec des demandes incensées. Je suis près à écouter attentivement votre proposition, aussi urgente soit-elle.

Il doutait beaucoup de ce que disait Elios, après tout s'il avait prit la peine d'arranger une rencontre c'est qu'il avait d'une manière ou d'une autre besoin de lui. Ou sinon les informations qu'il avait sur l'Intendant était bien faible. Car tout aide venant de Mordred en personne avait un prix très élevés à moins que les avantages soit vraiment conséquent. Il écouta donc l'homme qui reprit la parole de façon déterminé.

*Une rébellion ? Ce noble a-t-il perdu la tête ? Et en plus, il pense pouvoir s'en sortir sans mon aide, petit prétencieux !*

Il fronça les sourcils mais n'intrrompu pas le noble le laissant terminer. Il arriva à la partie intéressante mais hélas, il n'avait pas grand chose à proposer. L'hybride avait bien une idée en attendant ça mais il la garderait pour lui dans l'immédiat. D'abord il allait être clair sur la suite des événements, sans son aide il doutait fortement de la réussite des événements.

- Tout d'abord soyons clair, vous avez besoin de moi et non l'inverse. Certes ma position pourrait s'améliorer si je vous aidez et que nous étions victorieux. Mais sans moi, vous avez peu de chance d'y parvenir. Votre armée est sans aucun doute plus grande que celle de n'importe quel autre noble, mais le problème c'est que la plus part de ses autres nobles sont comme des pantins dans ma main. Mordred mima un marionetiste entrain de faire délplacer sa création puis il reprit après un léger sourire. Par conséquent bien que se sera sans doute long, vous échourez et serez défait si je ne joue pas dans votre équipe. Expliquez-moi plutôt pourquoi vous désirez si ardement que des têtes tombent et qu'est-ce que vous seriez près à faire pour avoir mon aide ?

Il s'assit en face de Elios lui offrant un sourire. Il était peut être au centre d'un lieu inconnue duquel il ne resortirait pas facilement mais ce n'est pas pour autant qu'il allait se mettre en position de faiblesse. Il avait suffisemment de pouvoir pour déranger Dranakan et tous deux le savaient.
Revenir en haut Aller en bas



Elios Dranakan

Invité



MessageSujet: Re: La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)   Jeu 5 Fév - 20:53

message d'Elios Dranakan, humain.

Elios regarda patiemment l'intendant et l'écoutant profondément. Il se détourna de lui, se leva et alla cueillir un fruit. Il le montra a l'intendant, et le fit tourner dans sa main.
-Voyez vous, vous êtes comme cette arbre. Un pilier porteur de milliers d'éléments, gravitants autour de vous, vous les faites vivres, mais ils vous donne votre raison de vivre. Et bien imaginez que je suis cette pomme. Je suis tombais de cette arbre, de votre régime. Je le connais, j'ai grandi avec lui comme model et je suis devenu un peu comme cette arbre. Je le connais j'ai vu comment il fonctionnait, comme il faisait tourner les autres autour de lui. J'ai fait pareil, j'ai fait tourner d'autre chose autour de moi. Une ville, où un cœur pour mon tronc, une armée efficace, mon écorce. Puis je me suis étendu, attirant des fruit a moi, de futur arbres, d'autres seigneur ambitieux. Je leurs ai fait miroiter ce a quoi vous ressemblais ce que je suis devenu, un vous mais en moins puissant. Mais plus ils devenaient fort, plus j'avais la maîtrise sur eux, et plus vous la perdiez. Tout les seigneurs qui se sont rallié a ma cause, le font car ils risquent de perdre tout ceux qu'ils sont, tout ce qu'ils ont, a cause de cela, j'ai des dirigeant pour prendre leurs place et de quoi les éliminer rapidement sans qu'ils ne puissent rien faire pour l'en empêcher. Et je me suis assuré que tout vos espions se fasse arréte dans ma ville et il se passe la même chose dans les leurs. Mais tous cela peux se stopper. Jusqu'où je serai prêt a aller pour vous convaincre de venir avec moi vers le trône ? Vous connaissez une certaine Elyndrael ? Une couturière ? Je serai prêt a la faire rentrer dans ma famille pour que vous puissiez l'épouser sans qu'elle ne perde aussi la vie. Et la raison pour laquelle je veux voir le roi mort ? Est bien regarder autour de vous. Pourquoi tant de gens sont ils obligé de vivre ainsi caché ici ? Ce roi est mauvais est fou. N'importe qui fera un meilleur roi, vous peut être ?
Elios offrit la pomme a l'ombre féminine et retourna s'assoir sur la table devant Mordred, tout en fredonnant un air de mariage. Il mit sa main sous la petite table saisissant le manche d'une épée longue. Il n'avait bien entendu pas l’intention de sortir l'arme le premier, il se savait capable de tenir tête a deux d'entre eux et les gardes juste au dessus de lui étaient prêt a descendre armes a la main. Il valait mieux être prudent. Il se tenait prêt a tout.
-Alors ? Seigneur Ophidias, prendrais vous le risque de perdre votre futur femme ? Car même avec votre pouvoir actuelle, vous devrez vous plier aux lois...
Revenir en haut Aller en bas



Mordred Ophibias

Invité



MessageSujet: Re: La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)   Ven 6 Fév - 9:40

Message de  Mordred Ophibias, demi-dragon.

L'homme en face de lui avait du talent il fallait bien le reconnaitre. Il n'était pas venue les mains vide. Un discour assurer qu'il avait sans doute répépté plusieurs fois. Cependant, il s'avançait sans doute un peu trop avec son histoire d'arbre. Tout ce qu'il disait ne pouvait pas être faux mais qu'il ait infiltré chacun des différents nobles et fait en sorte que leurs remplçants trahissent le roi et l'intendant ? Cela était bien trop gros pour être vrai. La conversation prit une tournure diffèrentelorsqu'il parla de la couturière. Des menaces à peine voilées et le proposition de la rendre noble. Il tenait vraiment à cette alliance, et Mordred commençait à douter de pouvoir la refuser. Il déclara le roi fou et mauvais, si seulement il savait vraiment ce qu'il se passait derrière le trône. Mais peut être que c'était mieux ainsi.

- Et bien, vous avez prit une bien mauvaise décision vis à vis de mes espions ce qui me fait dire que vous êtes bien loin de les avoir tous arrêtés. À votre place j'aurai usé de désinformations, bien plus efficace, ainsi vous auriez une main sur ce que je savais. Quand aux nobles vous pensez réellement qu'ils suivront quelqu'un qui n'a encore rien fait à part parler ou lieu de moi. Ils savent tous très bien de quoi je suis capable. Dois-je en faire une nouvelle démonstration sur vos terres, au sein de votre peuple ?

Il prit une longue pose fermant les yeux pour inspirer et expirer profondément plusieurs fois avant de reprendre d'un ton très sec.

- J'ai peut être était très peu discret avec elle, mais je crois que vous vous trompez de route si vous souhaitez m'avoir de votre côté. La menace n'a jamais bien fonctionné, par contre la vegeance est un peu ma drogue. Quand à ceux qui vive ici, vous savez que beaucoup les enviraient ? Vous êtes comme une famille, vous êtes libre de toutes lois et vous avez un endroit où vous abriter. Vous souhaitez une vie parfaite pour eux, mais sachez que le vol n'existe pas dans ce paradis par conséquent ils devront changer radicalement, vous pensez réellement qu'ils en sont capable ? Faire un travail respectable, avoir des responsabilités ?

L'hybride n'évoqua pas la prooposition à peine dissimuler de devenir le nouveau roi mais il le nota dans son esprit pour en reparler plus tard. Elios revint s'assoir devant l'intendant poursuivant ses paroles alors que Mist profitait de la pomme juteuse qu'on venait de lui offrir. Les mots que prononça l'homme commencèrent à sérieusement entamer la patience de Mordred, il ricana alors pour faire redescendre la pression et claqua des doigts. Immédiatement les trois ombres disparurent et les deux hommes réapparurent derrière le seigneur Dranakan. Cobra déploya sa lame de poignet la posant sur la nuque du Jardinier. L'Intendant se leva pour admirer le paysage:

- Vous n'avez jamais été en position de force ici, sir Dranakan. Alors évitez ce genre de menace. Sinon j'ai bien peur de devoir vous faire gouter au plus profond des désespoir. Et si je comprends bien ce que vous me dites, vous menacez votre futur roi. Pourquoi est-ce que je ferai confiance à un futur régicide, je suis peut être le prochain sur votre liste ?
Revenir en haut Aller en bas



Elios Dranakan

Invité



MessageSujet: Re: La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)   Dim 8 Fév - 2:40

message d'Elios Dranakan, humain.

Elios avait vue les deux ombres disparaître et senti la lame sur sa nuque. Il tenta de regarder autour de lui et vu qu'il en manquait toujours une. Ainsi, le pouvoir de cette jeune Mist était réel. Il en doutait mais a présent, il était dur de faire autrement.
-Vous menacer ? Jamais, je vous mettez en garde, seulement. Votre defunt épouse n'a t'elle pas était tué car elle n'était pas noble ? Je ne veux que son bonheur comme vous. Et je n'ai encore aucune raison de vouloir votre mort, chère intendant. Et dite a cette très charmante Siri de bien vouloir réapparaître.
Il avait contacté l'ancien groupe de voleur avait qui elle avait jadis travaillé lorsqu'on lui a rapporté son nom. Avoir quelque information sur elle fut un jeu d'enfant. Pour le second, il avait deviné le pouvoir de téléportation qu'on lui avait rapporté par un espion au palais. Aucune chance d'y placer un nom ou un visage par contre. Mais pour la tierce ombre, toujours aucune trace sur son identité.
-Et pour votre potentiel futur assassina, sachez que je l'aurais fait avant de vous poser sur un trône Monsieur. Je savais exactement ou vous étiez ses deux derniers mois et quand vous n'aviez aucune escorte avec vous. Et quand vous étiez le plus faible. Je veux juste collaborer avec vous, pour rendre justice. Et sachez que nombreux sont les habitants des jardins don le seul crime fut de ne pas payer ses taxes. Certains étaient commerçant, d'autre forgerons, des fermiers, beaucoup étaient fermiers travaillant sur les terres du roi et tous ne pouvaient pas payer ce qu'il devait on était obligé de fuir et de ce réfugier ici. Sachez qu'une extrême minorité est vraiment dangereuse pour la ville, sans conté les six cents soldats qui attendent un élément pour remonter et assiéger le palais. Oui car sachez que nous étions surveillé depuis le début et que plusieurs personnes attendent que vous fassiez couler le sang pour sonner l'alarme. Et calmez vous, bon Dieu ! Pourquoi voudrais'je tuer une couturière ? Même pour faire pression sur vous je ne m'y resoudrai pas, elle n'a pas a avoir a subir nos querelles. Alors je vous refait ma proposition intendant, aider nous et je vous jurerais allégeance et vous aiderez a légitimiser votre potentiel mariage.
Elios jeta l'arme qu'il tenait dans les mains sur la table, ainsi qu'une dague qu'il portait sans sa manche, non pas par soumission mais par gage de bonne volonté.
-Je vous laisse le choix.
Revenir en haut Aller en bas



Mordred Ophibias

Invité



MessageSujet: Re: La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)   Dim 8 Fév - 14:46

Message de  Mordred Ophibias, demi-dragon.

L'homme ne se laissa pas démonter par la démonstration des trois Ombres. Sans doute avait-il supposé que quelque chose de similaire pouvait se produire. Après tout la réputation des Ombres étaient presque légendaire à la capitale et dans les terres humaines, du moins pour ceux qui avaient un pied dans la noblesse de se royaume. Admirer ou craint le résultat était le même, cela faisait bien longtemps qu'on avait pas osé se confronter directement à l'Intendant par peur d'en voir surgir un dans notre récidence privée. Visiblement Elios avait prit des renseignements bien avant cette rencontre. Non pas que ce soit compliqué de connaître l'identité de certains des mebres de l'escorte personnelle de Mordred, mais cela montré déjà qu'il n'était pas fou et qu'il savait chercher les informations. Après qu'il parla la jeune humaine réapparut assise sur le bout de la table mangeant la pomme bien rouge et juteuse. Une fois de plus elle n'avait pas attendu les instructions de son emloyeur mais rien de bien surprenant.

- C'est que monsieur à fait ses devoirs.

Elle pencha sa tête en arrière et adressa un clin d'oeil au noble avant de continuer à grignoter sa pomme. Le dernier membre de la famille Ophibias ne fit pas le moindre commentaire plus intéressé par la suite de la discution que par le zéle de l'une de ses Ombres. Il se tourna tout de même vers son interlocuteur qui commençait à titiller un peu trop, à son gout, le passé et les histoires personnelles du semi-dragon. La suite continua en menace voilée, Elios semblait cependant totalement ignorer que même seul il serait complexe de venir à bout de Mordred. Il était très bon épéiste mais cela n'était pas ce qui le sauverait par contre il connaissait peu d'assassin près à se confronter à un dragon sans préparation. Si cette information n'était pas en possession de sir Dranakan, meixu valait-il la taire.
Il défendit ensuite ceux qui composait les êtres vivants dans les sous-sols de la capitale. Sans doute avait-il raison, mais que pourrait-il y faire lui ? Une idée lui vint mais il faudrait pour cela prendre un pari risqué. La fin du monologue était fort intéressante. Cet homme avait des principes, choses que Mordred respectait mais cela signifiait aussi qu'il ne serait que plus facilement manipulable. Pas dés le début bien sur mais plus tard s'il devenait trop curieux ou trop génant il pourrait se servir de ça. Lorsqu'il jeta les deux armes sur la table, l'Intendant leva la main droite et les deux hommes derrière Elios s'écartèrent. Cobra d'une simple pression du poignet fit revenir son arme dans sa manche. Le futur roi, si tout se passait comme le disait messire Dranakan, prit une profonde inspiration avant de répondre sur un ton un peu plus chaleureux que précédemment.

- Bien premièrement nous ne nous connaissons pas assez pour que je vous autorise à parler des femmes qui ont ou qui gravite autour de moi. Peut être un jour pourrons-nous le faire autour d'un verre, mais pas aujourd'hui. Il avança d'un pas et reprit sa place sur la chaise. Pour le reste, même si je deviens roi, comment est-ce que je pourrai justifier que des terres qui ont été prise en toute "légalité" retourne à leurs propriétaires et qu'ils aient que peu de taxes à payer ? À moins qu'on ne change un petit peu les règles, de ce que je sais les nobles sont exemptés de taxes, alors qu'ils pourraient très bien à eux seuls couvrir une grande partie des dépences de la couronne. C'est une option que je peux envisager si vous m'assurez votre soutien dans cette entreprise. Ainsi le poids sur le peuple pourra être alléger, et il me semble que c'est ce que vous souhaitez principalement.

Il prit une pause, sa bouge commencez à être bien séche avec toute ces promesses et menacer demi-voiler venant d'un côté comme de l'autre. Cependant il parlait sérieusement sur ce dernier sujet, pourquoi ceux qui ont le plus d'argent ne participerait pas ? Certes ils s'occupaient plus ou moins bien de leurs villes et territoires et une partie des taxes qu'ils prélevaient sur leurs gens allez à la couronne, mais les nobles eux-mêmes n'étaient sous le coup d'aucune taxe. Ce changement entrainera des perturbations mais cela ne dérangerait pas vraiment Mordred. Il observa ensuite quelques temps les armes devant lui, bonne facture mais rien d'extraordinaire sans doute pas les armes habituelles du noble. Il leva de nouveau les yeux puis soupira.

- Bien, il se pourrait que nous intéret converge. Le roi n'a que trop usé de mon temps et vue qu'il n'a pas de descndance, il serait légitime que je prennes sa place. Je vous écoute, de quoi avez-vous besoin et surtout comment comptez-vous justifier ce qu'on va faire pour que ce ne soit pas simplement vue comme un coup d'état ?
Revenir en haut Aller en bas



Elios Dranakan

Invité



MessageSujet: Re: La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)   Mar 17 Fév - 16:24

message d'Elios Dranakan, humain.

-Les nobles sont extrêmement attaché a leur mode de vie, a leurs coutumes. Vous l'aviez peut être déjà remarqué ? La fidélité et les bonnes mœurs en font partie. Le roi ne fait preuve ni de l'un, ni de l'autre. Nous n'aurons qu'a le faire remarquer, et tout de suite le fossé se creusera entre nos ennemies et nos amis. Les loyaliste et nous. Nous n'aurons plus qu'a attiser le feu qui animent certains des partisans des deux camps et les conflit éclateront. Les nobles sous mon commandement n'y participeront pas, nous contons donc sur vous pour trouver des têtes a couper. Suite au premier combats, nous assiègerons Espalion et le ferons tomber. Le roi mort, les autres n'auront plus de raisons de se battre et rendrons les armes. Suite a cela, vous vous attirerez les bonne grâce de vos opposant en leurs laissant leurs titres et leurs fiefs. Et pour le plus virulent d'entre eux... Il faut des exemple pour montrer que vous avez une poigne de fer. profitez en, pour faire une petite démonstration. La noblesse est comme ça, ne vous y fiez pas, la logique voudrai qu'ils continuent a se battre , mais ils ne se battront que pour pouvoir s’élever dans l’échelle sociale.
Elios resta impassible, a regarder droit devant lui, dans les yeux de l'intendant.
-Vous savez comment faire déclarer un conflit chez les nobles ?Vous en accusez un d’infidélité, qui en accusera un autre de faire pareil et ainsi de suite... Puis l'affaire ira devant le roi et la,une accusation d'un noble assez puissant pour avoir un minimum de poid politique et les conflit armée entrerons en scène. Il n'y a rien d'aussi simple que ça. Vous avez une idée de comment piéger le roi, dans ses hélant amoureux ?
Revenir en haut Aller en bas



Mordred Ophibias

Invité



MessageSujet: Re: La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)   Sam 21 Fév - 11:39

Message de  Mordred Ophibias, demi-dragon.

L'intendant écouta patiemment la réponse de son interlocuteur. Son plan était simpliste mais efficace, bien qu'entre eux deux il ne resterait plus grand monde pour rejoindre les rangs du roi. Il voyait bien quelques nobles qui se hateraient de rejoindre ses rangs simplement pour être bien vue et quelques autres parce qu'ils étaient extrêmement loyaux mais rien de bien important. Ils seraient facile à défaire et la mort du roi écarterait les ambitieux. Bien entendu, comme le disait Elios, les vrais fidèles du roi ne s'inclinerait pas comme ça et il devrait les chatiers. Mais une fois de plus ce que disait le noble héritier des Dranakan était juste: il ferait des exemples pour montrer sa force et sa détermination à tous les autres. Ainsi il éviterait de longues années de guerres civiles, à condition bien sur qu'il les mate facilement. Il y avait de nombreuses choses à organiser pour que tout se passe comme prévue mais rien d'insurmontable. Mordred prit une flasque dans son manteau et soulagea sa soif avant de répondre à l'homme:

- Oui, c'est une stratégie simple mais qui pourra être efficace, si vous le voulez bien. Je me chargerait du plan d'attaque cependant. Il faudra sans doute plusieurs mois avant que tout ne soit en place et il vaut mieux pour nous que tout se déroule parfaitement.

En effet, malgré la puissance militaire dont tout deux pouvaient disposer, il vaudrait mieux être sur de leurs coups. Il ne devait pas être découvert et faire en sorte que leurs alliés soient prés et leurs opposants écartés. En tant qu'intendant il pouvait contrôler plus ou moins les flux militaires et donc couvrir les tarces d'Elios. Une idée lui vint d'ailleurs, il n'avait pas besoin de cacher les forces du signeur Dranakan, il devait simplement trouver une bonne raison de les faires venir. Cependant il laissa l'homme poursuivre avant de faire sa proposition.

Les paroles d'Elios devinrent tout d'un coup incensé pour l'Intendant. Ce qu'il disait rouver un peu son manque de présence à la cour. Malgré ses espions il oublaiit un détail que l'hybride s'empressa de corriger.

- Le roi infidèle ? En quoi cela est-il une nouveautée ? Tout le monde le sait ! Il pense que sa femme est stérile et du coup il a passé beaucoup de temps avec d'autres femmes, hélas c'est lui qui est impuissant. Si c'était dit publiquement ça pourrait fragiliser son emprise, c'est vrai mais rien qui n'entrainerait le genre de conflit que nous voulons.

Il s'arrêta de nouveau pour prendre une gorgée, le plan s'établissait déjà dans sa tête entre ses idées et les pensées d'Elios, qu'il trouvait inutile au premier abord mais qui finaelemnt s'avèré pas si inutile que ça, ils pourraient arriver à leurs fins. Il reprit donc d'une voix confiante et assurée.

- Cependant, cela fragiliserait vraiment le liens entre notre "bon" roi et d'autres nobles qui seraient plutôt neutre dans cette histoire. Si tout le monde sait qu'il ne peut engendrer, certains pourraient commencer à comploter et le peuple deviendrait vraiment inquiet quand à leur futur. Après avoir introduit cette graine de discorde nous devrons agir rapidement. J'ai certains liens avec un clan gobelin, si part hasard dans la semaine qui suit on devait retrouver une patrouille de soldats morts avec un ou deux cadavres de gobelin, je pourrait user de mon pouvoir d'Intendant pour constituer une force d'intevention que j'enverrai à la frontière. Cela nous permettrait d'écarter les forces militaires les plus fidèles du roi. Il nous suffira de mettre à leurs têtes l'un de nos pions, histoire de les contrôler.

Un sourire machiavélique apparut sur le visage du stratège, tout ceci était précipité mais il avait prouvé par le passé qu'il était capable de trouver de bon plan même dans l'urgence. bien sur dans ce cas, il aurait un peu de temps pour paufiner tout ça.

- La suite est simple, mes espions établissent de faux rapport sur une attaque possible de certains nobles "rebelles" qui souhaiterait attaqué la capitale pour détronner le roi. J'appelle donc le plus fidèle des loyalistes: vous. Ainsi vous pourrez positionner vos troupes autour d'Espalion sans que personne ne se doute que vous êtes là pour prendre la citée. Ensuite entre vos forces souterraine et ceux de la Générale Heurton que j'aurai fait venir pour renforcé la sécurité, nous n'aurons cas prendre le chateau et faire tomber le roi. Ainsi nous évitons au maximum le risque de perte civile ou militiare. Et nous n'aurons plus qu'à chatier tranquillement ceux qui tente de se soulever puisque nous les aurons placer là où nous le voulons. Il restera quelques détails à régler et nous ne pourrons certainement pas tous les avoir d'un coup mais si nous vaincons la majorité rapidement, le reste ne sera qu'une question de temps.

Tout était déjà en train de se mettre en place pour Mordred, un siège ou deux auraient forcément lieux contre les plus loyaux au roi et du coup des pertes subviendrait forcément mais entre les troupes dont il disposerait en tant que nouveau roi et l'appuit du seigneur Dranakan, nul doute que le tout serait réglé en quelques semaines voir deux/trois mois. Il avait du mal à juger l'homme en face delui, un instant il semblait avoir à faire à un noble très puissant puis l'intant suivant à un voleur un peu simplet. Mais nul doute qu'avec son appui, Mordred atteindrait de nouveau sommet. Ensuite il devrait être capable de le maîtrisait et il savait comment faire, certes il ne semblait avoir nulle ambition mais dans le nouveau royaume qui imergerait il aurait besoin de son réseau et de ses forces.

- Est-ce que mon plan vous convient, Intendant ?

La proposition était claire et honnête tout comme le sourire qui apparaisait sur le visage du semi-dragon.
Revenir en haut Aller en bas



Elios Dranakan

Invité



MessageSujet: Re: La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)   Dim 22 Fév - 0:09

message d'Elios Dranakan, humain.

Elios écouta le plan de l'intendant dans son intégralité, puis il resta songeur un instant avant de reprendre :

-Certe peu de grand seigneur, aideront le roi mais nombre de petits nobliaux se presserons de le soutenir et chacun d'entre eux a une petite centaine d'homme prêt a se battre. Et ils deviennent vite une grande force armée, et cela au sein même de la citée. Sinon pour le reste je suis en accord total avec vous, mais le palais ne sera pas si facile a faire tomber, les garde du palais ne sont ni sous vos ordres ni sous ceux du roi. Le capitaine de la garde est aimée de ses homme et peux oseront le défier. Aussi, le palais est une véritable place forte, la salle du trône, une fois bien barricadé, sera presque imprenable. Et ne compté pas passer par les passages secrets, ils sont continuellement surveiller. Mais bien sûre ils tomberont après un certain temps. Utiliser des gobelins pour rassembler les force nous étant hostiles et une bonne idée mais très peu de nobles puissant vous laisseront les utiliser, certe vous êtes surement l'homme le plus puissant de royaume., mais ils sont nobles de naissance ce qui n'est pas votre cas. Ils tiennent autant a leurs amour propre qu'a leur vie. Et dernier point, vous souvenez ous de la dernière fois que nous nous sommes vus ? C'était il y a plusieurs années et c n'est pas pour rien, je suis en conflit plus ou moins ouvert avec certains grand seigneur et chevaliers du royaume et le roi ne me soutenait pas vraiment. Mais la dispute était pour le moins confidentiel et un grand nombre de nobles se demandent toujours pourquoi je ne reviens pas a la coure. Vous pourrez faire passer cela, comme étant une dispute entre moi, le roi et sa garde au sujet de sa protection.

Elios tournait en cercle dans la pièce, essayant de voire combien d'hommes il pourrait faire passer en une nuit. Le nombre se trouva être de trois cents. Ayant une armée de presque cinq mille soldats, toutes légions comprises, il compris vite que pour pouvoir faire un assaut rapide de la citée en faisant sortir des troupes des souterrain, il ne pouvait pas faire passer plus de cinq cent homme de peur d’éveiller des soupçons. Il soupira longuement, et repensa a un détail.

-Vous volez déployer combien de gobelins ? Les gardes frontaliers ne sont pas des tendres, et ils se débrouillent plutôt bien a l'épée ? Vos perte ne seront pas légère et pour que vous deployez une armée entière, juste pour un clan il vous faudra de solide argument. Essayer de jouer chez les gobelins pour faire se déplacer plusieurs autres clans, la menace sera plus grande et les peaux vertes, voulant rivaliser de force avec nous, se livrerons rapidement a une bataille rangé. Et si vous voulez rendre plus crédible votre histoire d'armée marchant vers la capitale, donnez le contrôle des troupes frontalières a nos ennemies et lorsque la menace sera écrasé, les anciens loyaliste marcherons vers Espalion ou mon armée les attendra, là, ils seront considéraient comme traître, et vous et moi comme héro. Puis on annonce la mort du roi assassinée par des nobles voulant prendre sa place. Je ne pourrais pas faire passer assez de soldats pour lutter contre la garnison du château et du palais. Enfaite, si j'en aurais assez, mais le temps qu'il me faudrait pour les faire passer d'un camp a l'autre nous mettrait en retard, ce qu'il nous ai impossible d'accepter. Un petit groupe de guerriers, dans le palais devra faire le travail des hommes qui tiendrons les petits nobliaux qui voudrais jouer les héros.

Elios regarda devant lui fixement, l'arbre rouge, les fruit de la même couleur, et Un sourire apparut sur ses lèvres. Un sourire triste et joyeux a la fois. Forcé mais naturel. Il se lacha les épaules, une vision de bonheur lui apparut, lui dans sa ville a faire le petit seigneur prenant soin de son peuple.

-Puis je rentrerais chez moi, je laisserais le suite a quelqu'un d'autre. Je vivrais dans mon château. Avec une femme, si j'en trouve une et peu être des enfants. Je vivrais avec mon peuple, les aidant, les aimant. Je resterais ainsi plusieurs années dans un bonheur personnel. Puis un messager viendra un beau jour, et il m'annoncera que je dois partir a la frontière avec mon armée, pour étandre les frontière de notre glorieux et resplendissant royaume. Je serais heureux d'y aller mais triste de quitter ceux que j'aime et pour qui je me battait. Je ne me baterai plus pour eux, mais... mais pour vous. Si et seulement si, vous voulez de la place. Ce don j'en suis presque sure. Je sais c'est un rêve utopique, donc hiréalisable, mais c'est la seul chose qui me donne la force a long terme de vivre : me battre pour un vrais royaume, soudé et joyeux.

Elios se tourna vers l'intendant, et désigna d'un geste des bras les murs et puis tourna sur lui même les bars tendu vers l’extérieur, essayant de lui faire comprendre que tout ce qui se trouvait ici, serai la pour l'aider au cas ou...
Revenir en haut Aller en bas



Mordred Ophibias

Invité



MessageSujet: Re: La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)   Dim 22 Fév - 10:34

Message de  Mordred Ophibias, demi-dragon.

Mordred pensait la même chose que l'homme, il y aurait peu de "grand noble" qui choissirait le côté du roi. Au contraire la diversion révélant l'impuissance du roi, et donc son incapacité à avoir une descendance, suffirait à faire en sorte que tous ceux possédant de grandes terres soient distant. Donc c'est bien vers les nobles inférieur que viendrait le danger. C'est pour cela qu'il les écarterait de la citée, du moins le maximum qu'il pourrait.

L'Intendant perçu une forme de peur, ou plutôt d'inquiètude dans la voix du noble lorsqu'il évoqua la garde du palais. Il est vrai qu'elle était composé de soldat d'élite et généralement parmis les plus fidèle à la famille royale. L'intendant devrait faire preuve de nombreux subterfuge et peut être même sacrifier quelques hommes cependant un point important avait déjà était réalisé par la paranoïa du roi sans que Mordred n'est eut à jouer un rôle dedans. Le roi des humains se méfiait de sa propre garde sans raison particulière et cela aiderait grandement.

Il sourit quand Elios parla des gobelins car il n'avait nuellement l'intention de déclencher une vrai guerre. Il ne voulait pas déstabiliser le royaume à ce point là. Tout ce dont il avait besoin, c'était d'homme fiable et de cadavre de gobelins, et il avait déjà les premiers. Les cadavres ne seraient pas dur à avoir.

Le dernier point chagrinna profondément l'Intendant, oui il était vue comme le "batard" mais noble pur ou non il tenait presque ce royaume dans ses mains et peu de nobles oseraient dire le contraire. Alors même s'il le considèrait comme inférieur en terme de chair et de sang, il le suivrait pour gagner en pouvoir et influence.

Il finit par rire lorsque l'homme évoqua le passif qu'il avait avec le roi. Cela serait la partie la plus délicate mais pas la plus impossible du plan. La seconde tyrade de l'homme était simplement plus explicative que la première. Ainsi il ne nota rien de particuler dessus. La réponse de Mordred devrait suffire à y répondre.

- Oui les nobliaux seront notre problème, et hasard ou non j'ai déjà commencé à en écarter. L'un des plus connue d'entre eux, un chevalier très vconnue au nom impronnonçable. Je l'ai chargé d'enquêter avec ses hommes sur les disparitions d'enfants. Cela le tiendra suffisemment occupé pour qu'il ne soit pas présent, et donc qu'il ne joue pas de son renom pour nous mettre des batôns dans les roues. J'en écarterai le maximum lors de cette fausse campagne punitive contre les gobelins. Hélas je ne pourrais pas tous les écarter, il faudrait une guerre totale pour ça et ce n'est pas mon but de déstabiliser le pays à ce point. Nous perdrions plus que nous ne gagnerions. Ainsi ce qui resteront devront être mater par vos force avec l'aide de certains de mes fidèles. Je profite de ça pour sauter directement à la partie sur les gobelins. Je veux simplement faire croire à une attaque et non en faire vraiment une. Bien que le clan qui me tient en très haute estime soient parmis les plus importants, il ne seraient pas assez pour résister à une force conjointe d'un milliers d'hommes entraînés. J'aurai seulement besoin d'une dizaine de cadavre de gobelins dans mon plan et ça ils pourront me le fournir. Ensuite, mes Ombres massacreront un avant-poste puis laisseront derrière eux les traces d'une attaque de gobelins. Inutile de sacrifier plus de vie qu'il n'en faut pour une diversion, même s'il s'agit de gobelins et d'hommes qui ne nous sont pas loyaux. Même lorsqu'ils se rendront compte que tout ceci n'était qu'une diversion, il leur faudra deux jours pour revenir à la capitale s'ils ne font pas de halte. Et nous serons depuis bien longtemps dans la salle du trône et tes hommes les attendront de pied ferme.

Cette conversation était vraiment intéressante mais aussi très épuisante. Il fallait pensée à tout, tout de suite et prévoir des alternatives. Cependant cela semblait amuser grandement le semi-dragon qui pouvait alors aplliquer tout ce qu'il avait passé tant d'année à apprendre.

- Pour ce qui est de la garde royale je comprends tes inquiètudes et je prévois de nombreux subterfuge et diversion au sein du palais pour les isoler le plus possible. Cependant notre plus grand avantage sur eux, c'est le roi qui nous l'offre. Ce dernier s'éloigne beaucoup d'eux en ce moment. Il a même prit la sous-directrice de l'A.M.E. pour le protéger personnellement. Je t'avoue, que cette personne m'intéresse beaucoup et que si je parviens à la faire basculer de notre côté, tout sera beaucoup plus simple. Mais qu'elle accepte ou non ne changera pas notre plan global. Il nous faudra faire appel à nos meilleurs soldats et à toute notre intelligence pour prendre le palais. Donc oui deux comandos d'un dizaines d'hommes au maximum suffiront je pense. Il soupira espèrant que pour cette partie, l'homme à qui il parlait ne ferait pas d'erreur et suivrait son plan, voir serait capable d'improviser en cas d'échec. Pour ce qui des nobles les plus importants, certes je ne suis pas comme eux et je le vois dans leurs yeux, mais je suis l'Intendant et cela les importes plus. Il nous en faut un seul pour diriger les forces que nous enverront contre les gobelins. Je pense que je ferai appel à celui qui me doit le plus de faveur, ainsi il ne pourra refuser. Nous lui ferons prendre son temps pour se rendre sur place, ainsi nous gagnerons des heures précieuses. Un sourire à nouveau machiavélique se figea sur son visage. La suite est simple, quand ils arriveront il se heurteront à ta grande armée complétée par mes soldats d'élites et en même temps notre allié les attaquera dans leur dos. Ils seront prit à tenaille et je ne doute pas qu'un grand nobre de soldats se rendront. Nous n'auront plus qu'à couper les têtes et une grand partie de nos ennmies seront anéantis ce jour là.

Il serra le poing comme pour ajouter le geste à ses paroles. Il le fixa un moment et finit par en venir à l'un des points cruciaux du plan.

- En effet vous n'êtes pas dans le coeur du roi, c'est pour cela qu'il nous faut tout ce temps pour mettre cela en place, je crois qu'il est grand temps que vous revenniez prendre par à la cour du palais. Trois mois ça sera court pour faire ça mais, nous devons à tout prit vous faire remontez dans son estime. J'ai quelques idées, si nous y parvenons il n'y aura aucun problème pour que vous puissiez déplacer vos troupes d'un seul bloc. Vous pensez que nous n'avons pas le temps, cepdant c'est tout le contraire. Nous avons du temps, nos adversaires eux n'auront que quelques heures pour se rendre compte du piège dans lequels nous les poussont. La patience et la stratégie seront nos meilleures alliés pour ça, donc inutile de nous précipiter.

Il sourit de nouveau se tournant vers le signeur Dranakan qui se trouvait dos à lui à fixer le grand arbre rouge. Cependant le sourire du futur roi s'effaça bien vite quand il comprit que le noble était en train de refuser poliment son offre. Cependant il y avait dans ce qu'il disait des arguments que Mordred pouvait utiliser à son avantage pour le faire changer d'avis. Il attendit donc qui finisse, soupira légérement puis attaqua verbalement.

- Une bien belle vision hélas j'ai bien peur que le royaume, le royaume que vous souhaitez créer, suite à tout le sang que nous allons verser, aura besoin de vous. Vous voulez me mettre sur le trône puis laisser la place qui vous reviendrez de droit à l'un de ses nobles sans scupule qui ne pense qu'à ses propres intérets ? Non, je ne pense pas que ça vous ressemble. La route que nous empruntons tout deux, pour le bien du peuple, notre peuple, demande des sacrifices. Et en cet instant, bien que ce soit officieux pour le moment, je vous demande de sacrifier votre vie pour le bien de ce peuple que vous défendez. Devenez le bras droit du roi, cela ne vous empêchera pas de continuer à règner sur votre domaine, d'avoir femme et enfant, mais nous nous devons de voir au-delà de cette prise de pouvoir par la force. Certes je pourrai placer un pion à ce poste pour avoir un ctrôle total, mais à quoi me servirait un conseiller qui fait tout ce que je veux ? Alors je vous le redemmande: acceptez-vous de servir votre futur roi comme vous servez vos gens ?

Oui il aurait été facile de mettre un pion au poste qu'il occupait en ce moment, mais même lui ne pouvait pas être partout, il avait besoin de quelqu'un qui servirait le peuple et le calmerait quand ça serait nécessaire. Quelqu'un qui n'hésiterait pas à chatier les traitres. Ainsi Mordred pourrait se projeter un peu plus dans ses plans de grandes envergures tout en sachant qu'il aurait près de lui la personne le plus dangereuse du royaume en termes d'influence.
Revenir en haut Aller en bas



Elios Dranakan

Invité



MessageSujet: Re: La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)   Lun 23 Fév - 22:15

message d'Elios Dranakan, humain.

Elios écouta attentivement Mordred, avant de rester songeur quelque instants. Un sourire se dessina sur ses lèvres.

-Le roi a réellement demandé a ce que la sous directrice de l'A.M.E le protège ? Le pauvre Arazel ! Lui qui se donne tant de mal pour protéger son seigneur. Vous saviez qu'il avait était jusqu'a recruter des criminels dans les rangs de la gardes ? La majeur partie des nobles ne l'aime pas, vous pourriez jouer la dessus pour le faire tomber. mais prenez garde, tant que mes hommes ne serons pas autour de la ville, le palais lui appartiens. Il a plus d’autorité sur le personnel et les gardes royaux et de la ville que le roi. Il s'en ai assuré. Et ne pensez pas le faire assassiner lorsqu'il est au château, il reste toujours avec ses meilleurs soldats. Je sais qu'il fait protéger la reine par deux de ses meilleures combattantes ? Si nous voulons le maitre hors d'état de nuire, prouvons que ses reformes au sein de la garde ne se pas bonne. La reine peu faire office de preuve. La tuer ne nous servira a rien, mais l'attaquer lors d'une de ses sortie en ville, montrera que sons système est inefficace. Et cela le discréditera encore plus auprès de la nobles.

Elios resta songeur encore un moment après avoir parlé, comme si il essayait lui même de se convaincre que la demande de l'intendant était inacceptable. Mais ne puis s'y résoudre, il avait raison. Il allait garder sa place encore un moment.

-Je resterais, a mon post, ici comme a la surface. Pendant un certain temps, du moins. Mais, pour rentrer a la coure il faudrait que je puisse rentrer dans le palais, de façon légale. Et les gardes ont la fâcheuse habitude d'essayer de me tuer lorsque je tente de passer la herse. peut être que quelqu'un pourrais glisser un mot a mon attention auprès du roi. Et ne me demandez pas le sujet de la dispute entre moi et le seigneur; car soi vous la connaissez déjà; soi elle est trop personnel pour que je vous la dévoile. Mais je suis curieux comment contez vous me faire réintroduire a la coure royale ?
Revenir en haut Aller en bas



Mordred Ophibias

Invité



MessageSujet: Re: La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)   Jeu 26 Fév - 10:17

Message de  Mordred Ophibias, demi-dragon.

L'intendant écouta les conseils de l'homme acquiesçant de temps en temps pour montrer qu'il écoutait attentivement malgré son regard qui était posé sur Mist, mangeant toujours sa pomme avec un  plaisir non dissimulé. Les deux autres Ombres étaient presque au garde à vous toujours au même endroit, prêts à agir aux moindres signes de Mordred. Certes le chef de la garde royale avait un certains pouvoirs mais il ne fallait pas oublier dans l'équation les rivalités existante entre la garde royale et la simple garde de la citée. Il répondit donc rapidement:

- Oui, d'où mon intérêt premier pour elle. Si on peut s'assurer son aide, tout ne sera que plus simple. Recruter des criminels vous dites ? J'imagine qu'il est tombé bien bas pour avoir recourt à ce genre de procédée. Étant donné que je ne voulais pas le garder à mon service, j'imagine que cela me donnera une bonne raison de le "remercier". Le ton qu'il avait utilisé pour ce dernier mot ne laissait aucun doute de ses intentions vis à vis d'Arazel. Il n'est qu'un obstacle négligeable pour le moment, si on doit le faire tomber je ne doute pas que nous trouverons toute l'aide nécessaire venant de nobles ou moins nobles. Oui, elles sont deux en permanences, mais la reine n'est pas bête. Sa servante principale a des réflexes dignes d'une Ombre. Une tentative d'assassinat de la reine, pourquoi pas mais si elle échoue en quoi prouverons-nous que la garde est inefficace ?

Visiblement l'argumentation de l'Intendant n'avait pas été vaine. L'homme restait songeur, réfléchissant sans doute au pour et au contre de la demande. La réponse était affirmative bien que pas définitive. L'Intendant sourit, il avait plusieurs idées mais la plus simple serait la moins légale dans le concret. Il se tata un instant avant de se lever et de rejoindre l’homme.

- C’est très simple, je lui dirai que vous faites certaines expériences sur des gens de votre peuple. Ainsi il sera intéressé de vous rencontrer pour vous poser des questions. Ne vous inquiétez pas je vous donnerez toute la documentation dont vous aurez besoin, mon espionne dans les labos du roi à suffisamment d’élément pour que je vous en donne quelques-uns. Ensuite vous aurez juste à promettre une participation quelconque : chercheurs, enfants, documents ou financements.

Il attendit la réaction, sans doute virulente, du seigneur Dranakan. Cependant ceci serait la manière la plus simple pour lui d’entrée dans les bonnes grâces du roi.
Revenir en haut Aller en bas



Elios Dranakan

Invité



MessageSujet: Re: La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)   Mar 3 Mar - 18:20

message d'Elios Dranakan, humain.

- Je ne pense pas qu' Arazel soit si mal en point que cela, il a fait éviter la prison et d'autres peines moins recommandable, a ses deux voleuses. Mais, il n'est pas le seul a avoir recourir a cette méthode non ?, sur ce Elios regarda dans son dos, les ombres toujours aussi impassible. Et si elles ont pu entrer dans le palais et ne se faire repérer seulement parce qu’une servante regagnait ses appartements. Ridicule je sais, mais vrais. Dans tout les cas, en effet si vous pouvez la rallier a notre cause, cela nous aidera grandement. Imaginez que la reine se retrouve isolé de ses gardes et que se sont de braves guerriers, vos ombres par exemple, la sauvent in-extremis des assassins. Vous aurez de quoi porter le doute sur l’utilité de la garde. Certe une erreurs ne vas pas saper les années de services de la garde, mais cela l'affaiblira.

Elios écouta, l'intendant tout en  fulminant intérieurement... Il aurait du s'en douter, le roi avait quelque chose a voir la dedans. Il le lui ferrait regretter... Elios vin poser ses deux poings sur la table, et regarda fixement l'intendant dans les yeux.

- Faites. Mais ne vous attendez pas a ce que je laisse des gens partirent dans ces labos sans les faire sortir, dans les heures qui suivent. Faites parvenir vos documents, au fort de l'est. Le seigneur des lieux a dû... s'apsanter. J'y serai dans deux jours, et je reviendrais peux de temps après, j'ai des affaires a règler avec mes troupes. Elles se métrons en marche dans les mois qui viennent, et prendrons des couleurs inhabituel, pour faire croire a des groupe de mercenaires de grande ampleur. J'ai usais de la même technique pour les faire monter jusque le haut, et ça a plutôt bien marché. Assez en tout cas pour que vous n'en soyez pas mis au courant, de ses manœuvres.

Elios se redressa et regarda autour de lui.

-Mais j'aimerais régler ce problème de cour avant de partir. Si vous pouviez me faire réintroduire dans l'entourage du roi, dans les jours qui viennent, ce ne sera que plus facile, pour nous deux.
Revenir en haut Aller en bas



Mordred Ophibias

Invité



MessageSujet: Re: La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)   Ven 6 Mar - 10:20

Message de  Mordred Ophibias, demi-dragon.

Mordred eut un petit rire à la fausse question d'Elios. Il était vrai qu'il avait évité la prison ou pire à certains des membres de son réseau. Après tout pourquoi laisserait-il disparaitre ou moisir en cellule des personnes aussi talentieuses ?  La suite des paroles de l'homme fire naitre un petit sourire à l'homme. Décidemment ce noble là n'était pas n'importe qui. Le plan devrait être préparé soigneusement mais les risques prient vaudrait clairement le coup. Il répondit donc, éludant bien sur la première partie car tout deux savaient ce qu'il en était.

- Oui, c'est vrai que ce serait un apport non négligeable, mais il serait bien mieux si c'était vous mêmes qui la sauviez non ? Cela renforceraient votre position et ébranlerez celle d' Arazel. Ou alors une action conjointe qui serait portée au crédit d'informations que vous m'auriez apporté ? Il y a plusieurs façon de faire et bien que le but soit d'affaiblir notre cher garde royale, si on peut en retirer un autre bénéfice autant l'envisager.

La réaction du noble était prévisible au vue du but qu'il avait de protéger le peuple avant tout. Mais c'était bien ce que l'hyrbide chercher. Il lui donnait encore plus de raisons de vouloir la tête du roi et ce mettait à l'abris d'éventuelles suspitions en disant qu'il était déjà au courant et qu'il participait afin de réunir des informations compromettantes sur le roi. Il le défia du regard tout en écoutant ce qu'il disait. Il lui répondit d'un ton neutre.

- Comme je l'ai dit rien ne vous oblige à participer et si tout va comme nous voulons vous aurez juste à faire des promesses qui ne seront pas tenu puisque le roi sera mort avant. Le but est simplement de faire croire que vous allez participer. Si vous envoyez réellement des gens, je ne pourrai assurer leur survie. Il prit une pause réfléchissant un peu. Oui vous pouvez continuer à les faire déplacer comme étant des mercenaires, mais n'oubliez pas de leur faire reprendre leurs véritables couleurs à l'approche d'Espalion, sinon il est fort possible que certains pensent à une attaque. Je ferai partir le messager dans là où vous me dites dans l'heure qui suivra mon retour à la surface.

Ce qui suivit perturba un peu l'Intendant, pourquoi voulait-il allait si vite et pourquoi transmettre les documents au Fort de l'Est, s'il restait ici. *Ces hommes sont vraiment impatients...* Il fit un signe à Deus qui disparut pendant quelques minutes. En dehors de sa fille et de Sytry, c'était sans aucun doute celui qui en savait le plus sur les affaires de Mordred. Il réapparut un peu plus tard avec un dossier contenant plusieurs feuilles de parchemin le tout se trouvant dans une sorte de chemise de cuir. Il déspoa les documents sur la table et le semi-dragon fit signe à Elios de le prendre.

- Voilà ce que vous devez plus ou moins savoir sur ce qui se passe dans les labos du roi. Je m'en occuperais quand le moment sera venue, pour le moment tout ce que vous demande c'est de le lire et de choisir l'un des domaines qui aurait pu intéresser un noble tel que vous. Ensuite je vous présenterez au roi lors d'un rencontre privée, comme ça nous pourrons vous réintroduire. Soyez convainquant, sinon peu de chance qu'il vous accepte à nouveau parmis les membres de la cour.

Il posa ses deux mains sur la table et regarda le seigneur Dranakan.

- J'imagine que vous serez me recontacter quand vous serez près, d'ici là j'ai bien des choses que je dois mettre en place. Alors si vous n'avez pas d'autres questions, je vais vous quitter.
Revenir en haut Aller en bas
 

La partie commence (Elios Dranakan - Mordred Ophibias)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un dragon au clair de lune (Mordred Ophibias - Taomi - Adrammalech - Haron - Gheata )
» Partie de plaisir
» L'heraldique des blasons - Partie 1
» Habs vs Bruins (partie 6)
» Nouvelle structure de la Partie Privée



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Bavardages [H-RP] :: Archives-