Partagez | 
 

 Un calme troublé (Adriel - Abaddon)


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Adriel Nimil

Sert encore à quelque chose
avatar

Nombre de messages : 54
Style de combat : Grrraou !


MessageSujet: Un calme troublé (Adriel - Abaddon)   Lun 24 Nov - 16:15

Petite règle en plus:
 

Matin de la saison froide, le soleil était pâle et restait moins longtemps dans les cieux, les nuits étaient plus longues et plus fraîches. Adriel était étendu dans la foret blanche non loin du territoire démoniaque. Il aimait y passer du temps sous sa forme d'elfe, il savait parfaitement s'y dissimuler et survivre en ce milieu. De plus il était un peu chez lui dans ces bois. Il n'avait encore jamais été dans le territoire démoniaque, les elfes ne les appréciaient pas beaucoup mais il était curieux et peu enclins au voyage. Il se contentait donc la plupart du temps d'observer ceux qui s'approchaient de la frontière et de la lisère de la forêt.

Il interrompait ses sieste et scéances d'observations pour manger ou dormir. Il n'avait pas de préoccupation première, la nourriture n'était pas un problème et le danger non plus. Il passait le plus clair de son temps sous forme d'elfe mais n'hésitait pas a se changer en dragon en cas de besoin. Il utilisait chaque forme en fonction des besoins du moment. Chacune ayant ses avantages et ses inconvénients.

Ce jour là il était correctement installé dans un arbre, silencieux, immobile et quasiment endormi quand il vit un démon s'approcher de la foret, il ne l'impressionnait pas et ne semblait pas menaçant. Il l'observa un long moment, chasseur, proie, jouet, compagnon... Il ne savait comment définir ces êtres. C'est donc avec toute la curiosité du monde qu'il l'observait. Le démon semblait lui aussi tenté de s'aventurer entre les tronc. Un bruissement de feuille le fit s'arrêter net. Adriel avait deviné la présence de ses paires, des elfes qui surveillaient sans relâche les frontière. Le démon n'avait pas l'air belliqueux et l'hybride n'avait pas envie d'être dérangé de son emplacement par un combat aussi bref serait-il. Il usa de sa télépathie pour transmettre une pensée qui susciterait le plus grand effroi chez son destinataire. Il usa de ses souvenirs pour fabriquer une image de mort et la transmi au démon qui s'enfuit aussitôt.  Adriel se retourna et s'assoupi, il savait que si les élaireurs le trouvaient ils ne lui feraient rien et il avait prit ses précautions seul un elfe ou un chanceux le débusquerait ici.

Le moment intéressant de la journée était passé, il n'avait plus qu'à en attendre un autre. Le jour déclinant il se réveilla, la faim commençait à se faire sentir, il abandonna à grands regrets sa couche et se mit en quête de quelques fruits après avoir contemplé les derniers rayons rougeoyants du soleil  changer les couleurs du monde. La nuit tombait, il lui fallait trouver quelques aliments à manger. Il se dirigea donc à travers bois vers une clairière de sa connaissance, elle abritait des arbustes ou poussaient certaines baies. Il se restaura du mieux qu'il put et s'assoupi à nouveau.

Il fut réveillé par un froid intense et mordant, accentué par l'humidité de la foret. Les maigres provisions mangée la veille ne lui avaient pas suffit. C'est donc engourdi qu'il se leva et se remit en quête de quelque chose. il ne savait pas encore bien quoi a part de la chaleur. Le entama sa transformation, ne prenant pas garde à ce qui l'entourait il déracina au passage un arbre ou deux. La sensation était toujours désagréable bien que familière après tant d'années.

Après quelques instants de réflexion un peu d'exercice serait surement une meilleure idée que de faire flamber les arbres alentours, et puis si des animaux chassent la nuit c'est qu'il y a des proies pour lui. C'est donc sous la douce lumière de la lune qu'il prit son envol. L'air frais l'éveilla juste ce qu'il fallait mais éveilla aussi sa faim. Il se mit en chasse et au moment où il aperçu une proie il fonça dessus dans un léger sifflement. Ses ailes bruyantes en battant se faisaient aussi silencieuses qu'un courant d'air pendant qu'il piquait. La bête n'avait rien vu venir, les serres déchirèrent le pauvre animal.

Il se posa un peu plus loin pour savourer son repas, les os craquaient, le sang coulait et la faim se calmait. Mais ce n'était pas assez, ainsi il recommença une fois, puis une autre fois et à chaque fois prenait le temps de s'arrêter manger. La nuit passa ainsi quand au petit matin, repus il se mit à la recherche d'un coin pour s'endormir, le ciel devenait rouge au loin, signe de la chaleur proche du soleil. Cette idée le réconforta.

Soudain un mouvement en contrebas attira son attention, une nouvelle proie fuyait au bruit des ailes déployées. La faim ne le motivait plus à cet instant, mais l'instinct. Celui du chasseur, cette bête ne servirai pas à nourrir son être mais sa fierté. Il fondit sur sa cible mais au lieu de l'embrocher comme les nombreuses autre de la nuit un jet de flamme sorti de sa gueule pour frapper le sol à coté de la bête. Ses écailles dorées luisaient, scintillaient de milliers d'éclats devant les flammes, la chaleur l'encourageait à poursuivre. Il reprit de l'altitude et poursuivi sa chasse, piquant régulièrement afin de redonner de l'ardeur à la course du fuyard. A chaque piqué une formidable traîné de feu déchirait le ciel, changeant les couleurs du monde, aussi puissante qu'éphémère.

Une fois le jour arrivé et l'animal s'étant bien défendu le dragon l'abandonna à sa fatigue et sans prendre la peine de changer d'apparence ni même de se demander où sa course l'avait entraîné il s'installa sur une surface directement exposé au soleil afin d'y prendre un repos attendu.
Revenir en haut Aller en bas



Abaddon

Invité



MessageSujet: Re: Un calme troublé (Adriel - Abaddon)   Ven 5 Déc - 11:13

Message d'Abaddon, démone.

Notre jeune héroïne, enfin jeune tout relatif en ce monde mais pour ceux de sa race elle est jeune donc nous usiterons ce termes, començait à se lasser fortement de son environement. Elle voulait sortir bien que l'heure soit très tardive. Elle qui avait passé la nuit dans les rues de La Cité, soit à discuter avec adulte ou enfant, soit à rire devant de petit spectacle improvisé soit encore à se réchauver avec un bonhydromel local. Mais la fatigue ne semblait pas encore l'avoir envahit. Peut être aurait-elle du choisir l'assomement à coups de caserole mais non son choix fut plus absurde encore: elle décida d'aller se balader hors de la ville. Mais bien sur elle devait convaincre quelqu'un avant d'y parvenir, son plus fidèle ami Mushu. C'est bien entendu lorsqu'ils passèrent devant les porte de la citée qu'elle lui parla de son projet, alors qu'elle mettait déjà un pied dehors:

-Viens Mushu, on sort un peu.


La créature étonné par ce qu disait sa compagnone resta fixer au sol et l'observa d'un regard interrogateur, persuader que le "un peu" n'était pas réaliste du tout. Mais cela n'empêcha pas la démone de continuer d'avancer tout en insistant d'une voix claire et douce:

-Allez, juste une petite heure, c'est promis !

Sa maitresse s'éloignant toujours plus, Mushu fini par se résigner et la suivit. Il était persuadé que la "petite heure" se transformerait en "toute la nuit" mais il ne pouvait pas l'abendonner ainsi.
La chevalière rit légèrement, oui un démon peu faire ça ils ne font pas que des rires diaboliques ! Elle finissait toujours par faire céder Mushu, en même temps comme elle vient de le démontrer c'est pas très complexe de convaincre l'animal. Cela étant sans doute du à ce lien très spécial qui existe entre eux.

Commençant par accélérer le pas puis après quelques intants se mettre à courir, Abaddon avait bien sur une idée derrière la tête. Mushu suivit puis après quelques secondes, elle sauta sur lui puis cria le sourire aux lèvres:

-ALLEZ MUSHU, ON DOIT ARRIVER À LA FORÊT BLANCHE AVANT LE SOLEIL !

Un vrai malade, oui ce sont les bons mots mais comme toujours, comment résister au charme de la dame? Bien que perturbé au début qu'elle saute sur lui sans prévenir, ce qu'elle ne faisait habituellement pas, il compris enfin le but de la manoeuvre. Une fois de plus, tout ceci n'était qu'un jeu mais c'était avec lui qu'elle désirait le partager. Était-ce pour des questions basement pratique, car il pouvait l'emmener là-bas relativement vite ou parce qu'elle voulait simplement rester avec lui? Dure question, l'animal préféra croire qu'après toutes ces années la seule réponse concevable était la deuxième. Il fila alors aussi vite qu'il pouvait vers le territoire elfique.

Après quelques kilomètres, la démone commença à ressentir un gène, enfin quand je dis "une gène" c'est qu'elle est en train de mourir de froid parce que se promener en robe fine alors qu'on est en pleine période de grand froid, c'est un peu de l'inconscience ! Certes il fait plus chaud ici que n'importe où ailleurs mais la nuit est tout de même fraiche, surtout en étant peu couverte. Le froid étant accentué par les déplacements d'air du à la vitesse de déplacmenet de Mushu, la chevlière ressenti comme si des éclats de glaces frapper sa peau. Elle se colla totalement à l'animal, passant ses bras autou du coup de la bête, espèrant ainsi de profiter de la chaleur qu'il pouvait dégager. Ce n'était pas grand chose mais suffisant pour ne pas trembler comme un fanatique le jour du bûcher.

Beaucoup aurait trouvé le trajet sur le dos de l'animal dérangeant, voir même très déplaisant pour certains à l'estomac fragile. Mais pour Abaddon au contraire, cela était berçant. Elle s'assoupit donc alors que Mushu continuait de cavaler vers l'objectif. Elle ne fut réveiller que lorsque la bête s'arrêta soudainement, elle faillit d'ailleurs partir à la renverse mais tient bon. Peut être était-il arrivé, mais lorsque la démone supérieure regarda devant eux, elle comprit que non. Cependant un phénoméne étrange se produisait: une grande créature ailé crachant des flammes se trouver à quelques lieues d'eux. Elle ne pouvait voir les raisons  de ce qu'il faisait mais elle trouva cela magnifique. Les deux comparses restèrent figés devant cette scène mais alors que le soleil semblait apparaitre au loin, la créature, sans aucun doute un dragon, stoppa ce qu'elle faisait et se posa non loin.

Impressionné, mais cependant très intrigué, la curiosité la perdra, notre chère chevalière reposa pieds au sol et s'avança. Mushu n'était pas très convaincu de la santé mentale de sa coéquipières à ce momemnt là. Hélas même s'il était rétissant il du se résigner à la suivre.  Elle s'approcha donc pas à pas vers la créature mythique qui semblait prendre un peu de repos.
Revenir en haut Aller en bas



Adriel Nimil

Sert encore à quelque chose
avatar

Nombre de messages : 54
Style de combat : Grrraou !


MessageSujet: Re: Un calme troublé (Adriel - Abaddon)   Ven 5 Déc - 19:10

Adriel s'assoupit sur la pierre fraîche en attendant la chaleur des rayons du soleil sur ses écailles. Le ventre plein il n'avait plus l'envie de bouger, juste reprendre des forces. Il n'avait pas pris la peine de se dissimuler, qui serait assez fou pour approcher un dragon qui sommeille ? Il était donc les ailes repliés et la queue enroulé autour de lui. Ses écailles scintillantes sous l'influence des premiers rayons de soleil qui perçaient le feuillage des arbres les plus haut.

La légère brise matinale agitait délicatement les branches et arbustes produisant un son doux et agréable. Une douce mélodie entraînante, berceuse enivrante, qui capturait petit à petit Adriel. Un son le fit cependant prêter plus attention à la réalité et reprendre conscience de son environnement. Des bruits de pas, plus d'une personne. Ils approchaient doucement, sans bouger il écouta les pas se rapprocher et quand il étaient assez proche il ouvrit les yeux et leva la tête.

Se tenait devant lui deux créatures, l'une proche de sa forme, une sorte de dragon en plus petit et pas fini, l'autre une démone. Il en avait entendu parler pendant son enfance chez les elfes. Des êtres malfaisants qu'ils exterminent sans autre forme de procès. Cependant fort de sa forme draconique Adriel n'était pas d'humeur à tuer sans raison. Il voulait juste faire sa petite sieste sans qu'on le dérange. Après avoir jaugé les deux intrus il reposa la tête sur la pierre et les fixa d'un oeil.

Il ne pouvait parler et n'avait pour le moment nullement envie de bouger, même pour faire fuir les curieux. La télépathie, il y pensa un moment, mais pour dire quoi ? Il réfléchit un temps et se rappelant de la menace pesant sur ces gens si ils croisaient une patrouille elfique il entreprit de communiquer le moins violemment possible.

"Vous n'êtes pas en sécurité ici, des patrouilles d'elfes passent régulièrement, il serait préférable pour vous qu'ils ne vous trouvent pas dans ces bois".

Après cet avertissement,  il referma ses yeux, se concentrant sur son ouïe afin de garder la position des intrus connu.
Revenir en haut Aller en bas



Abaddon

Invité



MessageSujet: Re: Un calme troublé (Adriel - Abaddon)   Sam 6 Déc - 1:59

Message d'Abaddon, démone.

Notre dame s'avançait lenetement vers l'être qui semblait en plein repos, nous nous étonnerons d'ailleurs qu'au vue de la taille de la bestiole, ça ne ronfle pas comme un nain ivre, mais là n'est pas le propos. Elle avait songé à se déplacer discrétement mais c'était finalement dit que cela serait une mauvaise idée. En effet, elle n'était pas dans un lieu famillier ce qui lui prendrait donc un temps considérable pour avancer sans le moindre bruit et secondement, son but n'était point de surprendre la créature. Il vaut mieux ne pas faire son malin avec ce genre de créature, il parait que ça vous crame en moins de deux. Elle avança donc progressivement et se figea lorsque le dragon releva la tête car visiblement il avait senti sa présence. Ou plutôt il avait entendu Mushu qui n'a même pas la notion de discrétion dans son vocabulaire ! Enfin, vocabulaire, s'il savait parler...

Abaddon suivit avec attention les mouvements de la créature qui pouvait semble, au premier abord, très hostile. Mais c'est ce qu'on disait également des démons alors ce n'est pas l'apparence qui frainerait la chevalière. Elle esquissa un sourire quand la créature mythique reposa sa tête tout en continuant de les observer d'un de ses yeux. Elle attendit qu'il ou elle fasse le moindre signe. A mon avis si elle avait prit le temps d'observer, elle aurait très vite pu savoir si c'était un mâle ou une femelle, au vue de la taille de la bestiasse, ça doit être bien fourni, mais j'ai jamais dit qu'elle était attentive à ce genre de DÉTAIL. Rien ne se passant elle entrouvrit la bouche pour engager la discution lorsqu'elle fut couper net dans son élan.
Une voix résonna dans sa tête, une voix qu'elle ne connaissait pas. D'abord, elle pensa que quelqu'un avait parlé mais après observation des lieux, elle réalisa qu'ils n'étaient que trois dans la clairière. Alors soit elle devenait folle, soit le dragon disposer de pouvoir télépathique, ce qu'elle trouvait dérangeant. Elle aime pas trop qu'on pénétre son espace vital la dame. Mais après tout, peut être était-ce son seul moyen de communiquer. Elle n'en savait pas assez sur ces majestueuses créatures pour infirmé cette théorie.

Cependant les paroles l'avait troublé. Elle aurait été sans aucun doute au courant si une guerre ouvert avait éclaté entre elfes et démons. Certes il y avait des conflits à cause de la guerre comerciale, mais pas de réels affrontements. Fronçant légèrement les sourcils elle inspira avant de s'adresser au dragon qui semblait avoir à nouveau fermer les yeux. Peut être que c'est un dragon narcoleptique?

- Je vous demande pardon de vous déranger noble être, est-ce bien vous qui avez parlé? Si c'est le cas je tiens à vous rassurez, il n'y a pas de conflit ouvert entre mon peuple et celui des elfes. Il est vrai qu'ils nous sont hostiles mais je doute qu'ils prennent le risque de réellement s'en prendre physiquement à moi.

Et pour cause, attaquer une personne  non-hostile même sur leur territoire pourrait causer moult problème entre les deux camps voir mener à une guerre. A moins bien sur qu'ils ne la tuent et qu'ils ne cachent son corps, mais elle ne préférait pas penser à cette possibilitée. Attendant une quelconque réponse, elle resta aussi immobile qu'elle le pouvait. Et c'est un véritable effort de sa part, vous pouvez me croire sur parole.
Revenir en haut Aller en bas



Adriel Nimil

Sert encore à quelque chose
avatar

Nombre de messages : 54
Style de combat : Grrraou !


MessageSujet: Re: Un calme troublé (Adriel - Abaddon)   Dim 7 Déc - 22:34

Son contact téléphatique avait eu le même effet que très souvent. La cible s'était en premier lieu retrouvé perturbé par cette approche. D'habitudes ils se retournent tous, cherchant d'où provient la voix. Adriel est souvent obligé d'expliquer sa façon de faire, a son grand regret. Parler, expliquer, tant de choses qui en cet instant ne mènent nul part. Personne n'explique comment il parle, alors pourquoi expliquer comment il communique ?

Fatigué, agacé, épuisé il ne voulait que dormir, comme toujours il faut maintenant penser, parler, expliquer... Les autres sont des pertes de temps. C'est pour ça qu'il se promène seul, manger, dormir, et découvrir le monde. C'est tout ce qui l'interessait jusqu'à ce moment précis. Mais il était de retour en compagnie de cet être et de son animal. Des démons, il en avait déjà vu auparavant, souvent morts. Mais il n'avait jamais pris le temps de les connaître. Les elfes ne sont pas des plus accueillants avec les démons.

Fort bien, puisqu'il fallait parler il parlerait. Il soupira un grand coup libérant des volutes de fumées qui s'échappèrent de ses narines, tourbillonnant dans les airs devant son imposante tête. Ses yeux émeraude se posèrent sur son interlocutrice parfaitement immobile mais visiblement préoccupé. La vision d'un dragon doit être déconcertante, Adriel ne se formalisa pas.

"_C'est bien moi qui te transmet des pensées. Et une disparition arrive bien trop vite et les blessures passées ne sont pas refermées pour tout le monde...

Après avoir marqué une courte pose et fait sauter ses yeux de l'un à l'autre des deux inconnus

_Quel est l'animal qui t'accompagne ? et qu'attends tu de moi ?

Une occasion d'en apprendre plus sur le monde qui l'entourait, il ne la laisserait pas passer. Autant rendre ce moment un tant soit peu instructif. Il écouta avec attention la réponse. Notant chaque détail, chaque mot employé. Le son clair et le ton calme de la voix qui s'éleva en retour était plutôt doux aux oreilles du dragon. Sans doute car il n'avait pas échangé avec quelqu'un depuis quelques temps maintenant.

Soudain un bruit de sabot galopant se fit entendre, le dragon ne détourna pas le regard des inconnus, méfiant d'être fortuitement rencontré deux fois en si peu de temps dans un espace si vaste. Le cheval fonçait visiblement droit devant sans discrétion et sans finesse. Après quelques temps il apparu dans le champs de vision d'Adriel, derrière la démone. Sur son dos un cavalier couché, visiblement blessé, certainement sans connaissance. Le cheval trempé de sueur, a bout de force et de souffle. A la vue du dragon il prit peur fit une ruade désarçonnant le corps inerte de son dos. L'individu s'écrasa au sol dans un fracas monstrueux et le cheval reparti de plus belle dans une toute autre direction.

Les muscles d'Adriel se raidirent, prêt à se redresser, ses ailes se déplièrent lentement, dévoilant ainsi toute l'envergure de la bête. Augmentant l'effet de peur du cheval et lui permettant de s'envoler le cas échéant. Ses pensées jaillirent sans la finesse des précédentes, mêlées d'une touche de peur et d'une grande part de défi.

_Qui est-il ? est-il avec toi ?! "

Dans le doute il se préparait à se défendre, les fumées et vapeurs s'élevaient un peu plus fortement de sa gueule et de ses naseaux. Voilà pourquoi il n'aimait pas la compagnie toujours à devoir se défendre et se battre. Il userait de ses dernières forces, il le savait et au moindre doute frapperait le premier.
Revenir en haut Aller en bas



Abaddon

Invité



MessageSujet: Re: Un calme troublé (Adriel - Abaddon)   Lun 8 Déc - 11:29

Message d'Abaddon, démone.

Malgré le froid ambiant, une goutte de sueur se forma sur la tempe gauche de la démone lorsque le dragon commença à bouger. Les paupières du dragon se soulevèrent à nouveau laissant voir ses deux iris de couleur émeuraude. Lorsqu'il parla à nouveau dans sa tête, Abaddon sourit bien qu'elle n'aimait toujours pas la sensation de n'avoir nul secret pour cette créature. Cependant elle se laissa faire, après tout ce n'est pas tous les jours qu'on rencontre un véritable dragon.

Il avait raison, c'était vraiment un être plein de sagesse. Ou on pourrait dire que notre créature diabolique en manquait affreusement, c'est à vous de voir. Nul ne sait encore aujourd'hui pourquoi les elfes et démons ne s'apprécient pas, le fait est que c'est simplement le cas et personne ne veut en connaître les orgines. Cela à toujours était ainsi et personne ne semble vouloir que ça change. Abaddon sortit de ses réflections quand la créature mythique parla de nouveau. Elle pouffa légèrement de rire avant de lui répondre immédiatemment de sur un ton joyeux et chaleureux:

- Lui c'est Mushu, certains disent qu'il ferait partie de la grande famille dans laquelle votre race se trouve, un cousin lointain me semble-t-il. Mais ce n'est pas ça qui est important, il est mon compagnon et ami depuis plusieurs décénies maintenant.


Ajoutant le geste à ses paroles, elle caressa le sommet du crâne de son comparse, ce qui le relaxa légèrement. Puis elle répondit à la seconde question aussi clairement et calmement que possible, elle ne voulait pas risquer de faire affront à cet être:

- Rien noble dragon, je venais simplement me balader par ici quand nous vous avons vue. Ayanat eu peu d'occasion de me trouver en préssence d'un des votres, je profite de cette rencontre fortuite pour échanger quelques mots ou pensées, cela vous déplaît?

La dragon, qui avait semblé la regarder avec attention pendant tout le temps où elle avait prit la parole, semblait la jaugé ou peut être se demandait-il si la démone était un bon mets. Elle aurait pu sourire de cette cituation si un bruit facilement reconnaissable ne l'avait pas interrompu. Un messager ou une sentinelle à cheval, elle ne voyait pas d'autres options à moins que ce ne soit l'avant garde de troupes.

Mais alors qu'elle se questionnait elle se rapprocha de Mushu et plus en un réflexe qu'en une véritable volonté, elle dégaina son épée d'or serties de gemmes. Elle se tourna face à la menace, l'épée levée devant son visage. Menace qui arriva après quelques secondes, enfin le vrai danger ne venait pas vraiment de là. La vue du dragon stoppa net l'avancé de la monture, qui après s'être débarassé de son poids repartie encore plus vite de là où il était venu.

L'ombre du Dragon semblait couvrir toute la clairière, ce qui n'était pas très bon signe et cela fut confirmer encore un peu plus par les pensées qui envahirent l'esprit de notre démone. Mais elle sentit la présence de peur dans son esprit. Certes la colère ou la volonté de combattre était présente mais aussi la peur, comme celle que le visage d'Abaddon affiché à présent. Cependant elle s'avança vers l'inconnue qui gisait au sol tout en répondant d'une voix soudainement forte et déterminé.

- J'ignore de qui il s'agit, noble créature, mais il n'y a qu'une seule manière de le savoir.

Parvenant à quelques mètres de ce qui semblait être un homme, la démone majeure se figea en entendant des pleurs étouffés. Elle planta d'un seul geste son épée dans le sol et se précipita sur le corps perçé de plusieurs fléches. Quand elle le toucha, elle comprit que la mort l'avait déjà acceuillit bien avant la clairière. Elle fit pivoter le corps de ce qui avait du être un messager au vue du faible équipement dont il disposait. C'était bel et bien un humain mais cela n'était qu'un détail au vue de la découverte qu'elle fit. Ses sens ne l'avaient pas trompé, car les pleurs étaient même audible par le dragon, maintenant que le corps ne couvraient plus l'enfant se trouvant dans un baluchon.

L'instinct maternel d'Abaddon était fort, tout ceux qui l'avait vue avec des enfants ne pourrait le nié et bient entendu à la vue de ce bébé, elle ne put s'empêcher de le prendre contre elle.

- En tout cas, ce qu'il transportait est très précieux, dit-elle d'une voix redevenue clame et chaleureuse. Le pauvre, il est glacé, réchauffe le s'il te plait.

Elle se tourna pour faire apparaître le bébé au dragon, espèrant que ce dernier pourrait l'aider. On pouvait nettement remarquer que bien qu'il ressemble à un humain, les oreilles effilées de l'enfant indiqué la présence de sang elfe. Un hybride peut être.
Revenir en haut Aller en bas



Adriel Nimil

Sert encore à quelque chose
avatar

Nombre de messages : 54
Style de combat : Grrraou !


MessageSujet: Re: Un calme troublé (Adriel - Abaddon)   Lun 8 Déc - 17:26

L'inconnu était flatteuse ce qui n'effaçait pas la méfiance du dragon mais l'amenait à bien vouloir écouter ses quelques mots. Après ces paroles enchanteresses elle lui demanda si cela le dérangeait. Bien que cela ne le dérangeait en rien, il n'eut envie que de répondre qu'il ne souhaitait pas être importuné mais les événements présents le dissuadèrent. Il laissa donc les événements se dérouler sans les forcer. Il ne voulait pas tellement prendre part à tout cela

La démone s'approcha du cavalier ayant chu quelques instants avant. Elle avait sorti une lame qui reflétait les écailles du dragon, il ne s'attarda pas sur l'arme bien qu'elle lui parut digne d'intérêt. Il restait sur la défensive, hésitant à prendre le large en s'envolant ou à envoyer une gerbe de feu sur les nouveaux arrivant afin de pouvoir aller se coucher immédiatement. Il se ravisa, la curiosité l'en empêcha. Le cavalier était de cuir vêtu, une armure légère de messager ou d'éclaireur. Il était percé de plusieurs flèches, certaines avaient étés brisées dans sa chute. Les flèches n'étaient pas de facture elfique, il y a donc eu un affrontement quelque part dans le coin.

Lorsque la démone retourna le corps sans vie Adriel eu la confirmation qu'il s'agissait bien d'un elfe. Il ne su pas de quel rang il était. Seul son armure était de facture elfique et simple. Des cris se firent entendre, un enfant. La démone se retourna portant un bébé dans les bras. Un enfant aux traits humain avec des particularités propres aux elfes. Elle était penchée sur le petit, le tenant comme une mère le ferait. Elle semblait vraiment s'inquiété de sa santé. Elle prononça une requête singulière au dragon en le regardant. Il vit qu'elle voulait vraiment bien faire et lui demanda de réchauffer le petit.

La demande était singulière et Adriel se demandait quand il pourrait enfin aller se coucher. D'un autre coté la demande était légitime et il ne pouvait laisser ce pauvre enfant sans une chance de s'en sortir. Mais comment lui un dragon de cette taille allait il pouvoir réchauffer un enfant si petit. La démone était nettement plus adaptée. Et quand bien même il reprendrait son apparence elfique, comment ferait-il ? Non il devait rester dragon c'était la décision la plus sage pour lui. Sous sa forme elfique il serait désarmé face à la démone. Il fallait allumé un feu et il était en effet le plus apte à accomplir cette tâche. Il réfléchi rapidement pour ne pas faire brûler la foret. Arracha une branche à un arbre qu'il posa sur les pierres qu'il avait choisit pour se reposer et cracha une gerbe de flamme dessus jusqu'à l'embrassement de la branche. Il senti naître en lui un peu plus de respect pour la démone, s'occuper ainsi d'un inconnu de façon apparemment désintéressé .

Le feu n'était pas un feu de joie mais il permettrait de réchauffer l'enfant, certainement la démone et Mushu avec. Le dragon reporta alors son attention sur Mushu et en effet il avaient des ressemblances. C'était intriguant. Il poursuivit son inspection jusqu'à entendre un voix d'homme s'élevé. Il était tellement préoccupé par la scène qu'il n'avait entendu personne s'avancer. Un homme portant une armure de plaques se présentait à eux au sortir d'un bosquet. Il était grand et fort, un arme dans la main droite et un étendard noir dans l'autre. Il arborait fièrement ses couleurs et son armure étaient parsemés de tissus de bonne qualité aux même couleurs que l'étendard.

Il ne se présenta pas mais exigea que l'enfant lui soit remis sans délais. Son air menaçant ne laissait rien présager de bon quand à l'avenir du petit. Adriel grogna laissant échapper quelques flammèches entourés de fumées. Il s'adressa ensuite de façon rude au nouvel arrivant.

_Qui es tu ?!"

~oOoOo~


"_Remettez moi cet enfant ! Je dois le ramener.

Il avait une attitude fière et ne montrait pas sa peur. la vue du dragon le dissuada certainement de faire quelques pas de plus mais ne le fit pas reculer et il ne montra aucune hésitation. Son timbre de voix était clair et uniforme. Il respirait l'assurance. Sa main tenait fermement son arme et sa bannière. Ne cherchant pas d'où venait la voix que lui seul avait entendu il ajouta sèchement

_Je suis celui qui doit ramener l'enfant, ne vous mettez pas en travers de mon chemin !"

Sur ces derniers mots il resserra sa prise sur son arme. Une épée d'une incroyable beauté. La lame luisante à l'instar de son armure. Toutes deux d'une grande qualité. Parfaitement polies et adapté à la taille de leur porteur. Celui-ci campait ses positions, hésitant entre un combat ou revenir plus tard. D'ordinaire il aurait déjà attaqué mais il décida de jauger ses adversaire et de ne pas risquer sa vie sur ce coup. Il dévisagea la démone et son compagnon puis revint sur le dragon. Les mouvements de son casque étaient lents et permettaient de voir où son attention portait.

Conseil:
 
Revenir en haut Aller en bas



Abaddon

Invité



MessageSujet: Re: Un calme troublé (Adriel - Abaddon)   Lun 8 Déc - 20:00

Message d'Abaddon, démone.

Alors que le dragon ne bougeait pas suite à la requête d'Abaddon, cette dernière se demanda si elle avait bien fait. Peut être que la créature mythique aimait la chair fraiche, et peut être même avait-il un faible pour la douce chair des enfants. Par pur reflexe elle commença à blotir l'enfant un peu plus contre elle, juste au cas où elle se serait fourvoyée sur la créature mythique. Mais finalement il commença à se déplacer arrachant une branche. Et oui il avait bien compris que le but était de réchauffer l'enfant et pas de le brûler en essayant.

Elle se réjouit que le dragon qu'elle avait rencontré ne soit pas comme ceux qu'on lui avait d'écrit dans sa jeunesse. En même temps, beaucoup pense la même chose de sa race. Créature néfaste qui commet des carnages et n'a aucun sentiment bon. Si seulement ces gens là avaient pu les voir en cet instant. Quoi qu'avec leur mauvaise fois, ils auraient réussi à dire que la démone et la grande créature se préparaient à faire cuire l'enfant.

Alors que le dragon préparait le feu, la démone préta attention au bébé qui avait cessé de pleurer à présent. Il ne semblait pas avoir était blessé. Peut être que quelque chose veillait sur lui, elle n'était pas croyante mais cela faisait beaucoup de chose étrange qui se passait en quelques minutes, hélas ce n'était pas encore terminé. Elle était tellement absorbé par la vie fragile qui se trouvait entre ses mains, elle n'avait rien entendu ou vue venir jusqu'àce que la voix forte et détreminé résonne dans la clairière.

Elle eut immédiatement un geste de recul et colla un peu plus le banbin contre sa poitrine. Elle ignorait pourquoi il désirait l'enfant mais il ne collait clairement pas avec ceux qui devait recevoir le messager. Au contraire même il allait parfaitement dans le rôle de l'homme qui pourrait avoir attaquer l'elfe. En effet, la feacture de son armure ne correspondait en aucun cas à de l'elfique et elle était bien placé pour savoir qu'aucun chevalier de se genre ne vivait à la Cité. Cependant, la facture n'était pas du tout de  mauvaise qualité donc il devait avoir une certaine renommé ou être simplement riche. Mais chez les hommes, richesse est égal à pouvoir.

la démone le détailla totalement, mais rien ne lui évoquait quoi que ce soit en particulier. Ni l'armure, ni l'étendard. Par contre quelque chose manquer, il n'avait pas d'arc. Il n'était donc pas le tueur. Avait-il des compagnons se dissimulant dans les bois? Une monture plus loin avec cet équipement? Ou se fourvoyait-elle complétement sur l'homme? Pendant qu'elle réfléchissez, elle c'était reculer de quelques pas afin d'être proche de son épée.

Tout en tenant le bébé de son bras gauche, elle posa sa main droite sur la poignée de l'arme. Elle fixait le chevalier tentant de lui faire comprendre qu'il ne serait sans doute pas de taille, surtout avec un dragon à côté. Mais visiblement rien ne faisait céder sa détermination, pour le moment en tout cas. Ell décida alors qu'il était temps qu'elle prenne la parole:

- J'ignore qui tu es chevalier, mais je doute que tu es un quelconque droit sur cet enfant et tant que je n'aurai aucune preuve du contraire, il restera avec moi. Sache que je suis moi-même chevalière de la Cité et qu'il ne sera donc pas aisé de me vaincre. Baisse ton arme et alors seulement je pourrai essayer d'écouter ce que tu as à dire.


Elle avait mit toute sa conviction dans ses mots les rendants menaçants, la réaction ne se ferai pas attendre mais au moins, elle l'avait prévenu.
Revenir en haut Aller en bas



Adriel Nimil

Sert encore à quelque chose
avatar

Nombre de messages : 54
Style de combat : Grrraou !


MessageSujet: Re: Un calme troublé (Adriel - Abaddon)   Mer 10 Déc - 18:25

Adriel n'eut pas le temps de répondre. La démone serrait l'enfant un peu plus à chaque mètre gagné par l'inconnu. Elle le détaillait et à son attitude ne le connaissait pas, ce qui rassura un peu le dragon. Communiquer sous sa forme draconique n'était pas  la meilleure façon mais il faisait nettement plus impressionnant de la sorte. Sous sa forme d'elfe et sans armes, il ne serait pas prit au sérieux.

La démone semblait savoir y faire avec les enfants. Peut-être en avait-elle elle même ? Peut-être était-elle mère ? Il lui poserait la question plus tard à un moment plus propice. Ainsi que d'autres qui lui venait à l'esprit sans discontinuer. Comment est la structure familiale des démons ? Comment s'organise leur société ? Quels liens partagent ils ?
Il prit soudain conscience qu'il ne connaissait que les dragons et les elfes, vaguement les autres peuples et encore plus les démons et les nains.

Plus tard une déclaration de la démone l'interpella, elle est chevalière de la cité. Ce titre à l'air d'avoir de l'importance à la manière dont il est annoncé, avec une fierté non feinte. L'histoire se complique bien plus qu'un mauvais rêve. Que peut bien faire une chevalière excepté se promener ? Certainement combattre, une sorte de garde d'honneur surement. Adriel qui ne savait comment répondre à cet instant fit la seule chose qu'il pensait bien. Il huma l'air pour s'imprégner de l'odeur de l'homme en armure et abaissa la tête en sa direction en grondant. A qui revient la garde de l'enfant il n'en savait absolument rien et pour l'instant la démone avait l'attitude la plus respectable. Il ferait donc partir le chevalier afin de tirer la situation au clair ensuite. Se contentant de prendre une attitude menaçante et laissant les négociations aux deux autres.



La réponse de la démone le laissa stupéfait, comment osait-elle ?! Après tout ces efforts, il y était presque ! La démone mit la main sur son arme et à ce moment il détailla l'équipement de son opposante. La la me a elle seule était impressionnante, elle ferait un excellent trophée. L'idée de se faire un peu plus d'argent lui redonna du courage et il fit un pas de plus.

C'est alors que la démone le mit en garde, elle était elle aussi chevalière. Cela ne présageait rien de bon et surtout pas un combat facile mais il était bon combattant et elle devait garder le petit, ce qui l'avantageait lui. De plus ses hommes, bien qu'en nombres limités, ne tarderaient pas à la retrouver. il devait gagner du temps jusqu'à ce moment là.

Il tenta une nouvelle approche mais le grondement réprobateur du dragon le fit s'arrêter aussitôt. Il entreprit alors de prendre la parole une nouvelle fois. De façon moins agressive cette fois.

"_Je suis Ser Wiland, j'ai été mandaté pour amener, cet enfant à qui de droit. Je ne peux pas en dire plus pour sa sécurité. Remettez le moi et je m'en vais.
Il ajouta plus doucement et calmement
_Vous ne savez pas où vous mettez les pieds ..."
Revenir en haut Aller en bas



Abaddon

Invité



MessageSujet: Re: Un calme troublé (Adriel - Abaddon)   Jeu 11 Déc - 10:26

Message d'Abaddon, démone.

Les paroles n'avaient visiblement pas dissuader l'homme en armure, au contraire. Soit il était incroyablement puissant et n'avait nul crainte d'un dragon accompagner d'une chevalière démone soit il était complétement fou. Ou alors et c'est ce qu'elle soupçonnait de plus en plus, il y avait dans les environts un nombre de ses alliés suffisant pour qu'il ait une chance de l'emporter. Et dans ce cas plus ils attendraient, plus ils seraient en danger.

D'après ce qu'elle voyait du comportement du dragon, il aiderait dans ce combat mais est-ce que cela suffirait? Il fallait qu'elle réfléchisse mais cela était compliqué, après tout elle n'avait pas beaucoup dormi. Mais il lui semblait que la solution se trouver non loin, peut être que les arbres l'était en partie, non?

Cependant elle fut à nouveau interrompu par l'homme qui se présenta comme étant Sir Wiland. Bien que ce nom n'était pas plus famillier pour la démone, Sir était un titre lié à la noblesse humaine. cela confirmait donc ce qu'elle pensait depuis le début. Elle l'écouta tout en essayant toujours de trouver une solution, puis soupira quand il termina. Elle prit la parole aussi calmement que possible:

-Et bien, de ce que j'en vois vous avez tué la personne qui le transportait, ce qui aurait aussi pu tuer l'enfant donc je doute que celui qui vous envois lui veuille du bien. Elle montra le cadavre de l'elfe dont le corps gisait toujours à quelques mètres. Partez si vous tenez à la vie, il n'y a nul déshonneur à refuser un combat quand on est sur d'y perdre la vie pour une cause qui n'est point la notre.

Elle tentait de jouer sur le code d'honneur du chevalier ou peut être sur sa bienveillance, elle ignorait ce qui faisait un chevalier humain à part le noblesse comme elle. Peut être défendait-il des valeurs mais elle ne pouvait se risquer à croire que ce serait de belle valeur. Elle fendit sa robe avec sa lame et en arracha un bon morceau, ainsi elle n'était plus couverte que jusqu'à mi-cuisse. Non le but n'était point de provoquer une quelconque réaction chimique chez le chevalier mais cela lui rendrait ses mouvements plus facile en cas d'affrontement. Et secondement cela lui permettait d'attacher solidement le bébé au fourreau de son arme, se trouvant lui même solidement fixé à Mushu.

- C'est comme si c'était moi d'accord, tu laisses personne le toucher ! murmura-t-elle à l'oreille de son comparse.

Ce dernier sortie les crocs en direction du chevalier et recula légérement afin d'être à l'abris entre le dragon et Abaddon. Récupérant son arme qu'elle avait forcément du replanté dans le sol, elle la prit à deux mains et la positionna devant son visage, lame vers le haut. Puis elle répondit enfin à sa mise en garde par la même chose tentant de renforcer l'impression qu'il pourrait avoir d'être dans l'erreur.

- On ignore peut être dans quoi on a mit les pieds, mais savez-vous ce qui se passera quand nous combattrons? Je vous rapelle que vous vous trouvez en territoire elfique et qu'aux dernières nouvelles, les Elfes ont un très bonne ouïe et une très bonne vue. Vous pensez qu'ils mettront combien de temps à nous trouver?


Elle avait fini par trouver une solution, s'ils ne pouvaient vaincre, alors il demanderait de l'aide. Cela aurait sans doute une chance supplémentaire qu'elle meurt mais au moins l'enfant vivrait.
Revenir en haut Aller en bas



Adriel Nimil

Sert encore à quelque chose
avatar

Nombre de messages : 54
Style de combat : Grrraou !


MessageSujet: Re: Un calme troublé (Adriel - Abaddon)   Ven 19 Déc - 17:51

La démone eut tôt fait de confier l'enfant à Mushu en lui laissant des instructions très claires. la suite allait devenir plutôt étrange. Les échanges entre Sir Wiland et la démone étaient toujours aussi froid et tendu. Ce qui n'avait rien de surprenant mais la tension montait d'un cran à chaque échange et rien ne présageait que la situation allait se désamorcer. Un combat bien que facile dans le cas présent serait quand même éprouvant car il fallait faire attention à ne pas brûler ou simplement blesser les amis. Il fallait trouver un moyen de calmer le jeu.

Sur ce fait la démone ajouta que les elfes étaient surement non loin. Ce qui était parfaitement vrai, Adriel en était qu'un demi, mais un elfe tout de même. Malgré tout il ne pouvait reprendre sa forme elfique. Le seul autre elfe visible avait connu une bien triste fin. Il lui fallait demeurer pour sa propre sécurité sous forme draconique. Néanmoins il y avait surement des elfes non loin. Et si ce n'était pas le cas, aucun d'entre eux ne pouvait en être certain. IL décida donc de tenter un coup de bluff et transmis ses pensées à tous les protagonistes:

"_ Ils sont déjà ici et ne se montrerons que quand ils le jugeront nécessaire, comme toujours.

Il décida de ne rien dire à la démone, espérant que l'espoir ainsi créé lui donnerait une force supplémentaire en cas de combat. Si elle croyait a la déclaration il y avait plus de chances que Sir Wiland y croit lui aussi et que cela renforce sa position d'infériorité.

Adriel se redressa leva sa tête fine mais imposante au ciel et poussa un hurlement puissant et sonore dont l'echo se fit entendre de longue seconde après qu'il eut arrêter. Le son sourd résonnait comme un avertissement, un cri d'appel.

Une fois ses yeux revenus sur Sir Wiland il transmis de nouvelles pensées aux deux autres

_Maintenant tout le monde dans les environ sait où nous sommes.

Il n'avait toujours pas envie d'entammer le combat mais ce serais sa prochaine manoeuvre.

~oOoOo~


Sir Wiland devant la véhémence de la démone senti sa colère monter. Comment une seule personne pouvait lui tenir tête. Visiblement sa réputation ne l'avait pas précédé en ces terres reculés des siennes. Il avait ajusté sa prise sur ses armes et bandé ses muscles près a un affrontement pour éviter le déshonneur. Il lui fallait l'enfant peu importe le prix à payer.

L'avertissement sur les elfes entailla sa détermination et la confirmation du dragon lui porta un autre coup plus grave encore. Alors qu'il hésitait le hurlement du dragon le laissa perplexe. Il réfléchit à toute vitesse, il pourrait toujours les faire suivre et tenter quelque chose ensuite.

"_Très bien ! Je vous le laisse, amener le dans les terres humaines, à BlancheVille.
Vous pourrez le rendre à qui de droit et durant le voyage vous aurez tout le temps de vérifier mes dires.
Je puis vous laissez un de mes hommes comme guide, votre voyage n'en sera que plus aisé. Remontez au hameau demain et demandez Godfrid, il vous conduira"


Sur ces dernières paroles il recula doucement passant son regard d'un individu à l'autre enregistrant le plus de détails qu'il pouvait. Mémorisant chaque chose qui pourrait l'aider à les identifier à l'avenir, écoutant chaque tonalité. Il disparu finalement à travers les fourrés, bien déterminé. Il se hatta de retrouver ses hommes, il devait mettre en place d'autres  stratagèmes.
Revenir en haut Aller en bas



Abaddon

Invité



MessageSujet: Re: Un calme troublé (Adriel - Abaddon)   Mar 23 Déc - 11:43

Message d'Abaddon, démone.

La démone était prête à en découdre, après tout il n'était pas dans sa nature de laisser quiconque, même en armure, s'en prendre à un enfant. Alors en ce qui concernait un nouveau née, encore moins surtout après avoir vue qu'un elfe sacrifié sa vie pour le transporter. Sa volonté se renforça un peu plus lorsque le dragon pénétra de nouveau son esprit. Elle ignorait s'il disait ça pour renforcer les paroles qu'elle venait de tenir ou si ses pouvoirs télépathiques lui permettaient de savoir que des elfes étaient déjà en approche. Elle sourit légèrement, dans les deux cas, elle ne verrait peut être pas le soleil se coucher ce soir, mais au moins elle donnerait tout ce qu'elle avait pour protéger l'enfant sachant qu'il y avait un espoir qu'il soit secouru par son peuple.

Ce qu'il fit ensuite était ce que la démone aurait tenté de faire lorsque le chevalier aurait avancé à nouveau: c'est à dire faire un maximum de bruit pour révéler leur position. Certes cela aurait peut être convié les alliés du chevalier, s'il en avait dans les environs mais nul doute que des patrouilleurs elfes auraient aussi répondu présent. Elle sourit d'avantage assurant un peu plus la prise de ses mains sur la poignée de son arme. Elle était prête, elle sentait l'adrénaline se déverser dans ses veines. Elle n'aurait nulle pitié envers Sir Wiland, même s'il se pouvait qu'elle soit dans l'erreur vis à vis de lui. Cependant, son attitude ne semblait pas être celle de quelqu'un cherchant à protéger ce bébé. Elle préférait donc croire son instinct et s'opposer à lui. Et oui, l'instinct maternel même chez les démons ça nous fait faire de drôle de chose...

Visiblement, les avertissements combinés du dragon et de Abaddon avait eut riason de la volonté du chevalier, l'hurlement de la créature ayant terminé de le convaincre qu'il n'était pas en position de force. Elle bu chacune de ses paroles essayant d'enregistrer le maximum d'information. L 'homme n'était donc pas seul et d'après ses dires, il venait de Blancheville ou du moins son employeur se trouvait là-bas. Elle l'observa partir lentement et lui répondu tout de même:

- Nous retreverons votre homme si nous le jugeons nécessaire, mais si vos dire son exact, vous n'avez rien à craindre de ma part. Et alors, je rechercherai votre pardon pour la faute que je commets.

Elle continua d'observer l'endroit où il se retira même plusieurs minutes après le départ du chevalier. Quand elle fut persuadée qu'il était partit elle soupira, heureuse de n'avoir pas du combattre. Elle retourna et s'approcha de Mushu tout en faisant un signe de tete au dragon et en disant quelques mots d'un ton sincère:

- Merci, rien ne vous obligez à rester mais vous l'avez fait. Je vous dois toute ma reconnaissance.

Elle reprit l'enfant sur elle après avoir défait le tissue qui le retenait contre son compagnon, puis elle rangea son arme. Ceci était sans doute précipité car heureuse d'avoir mit en fuite le chevalier, elle aviat oublié le pourquoi de son retrait. Il étaient en territoire elfe et nul doute que certains avaient entendu l'hurlement du dragon. alors qu'elle blotissait l'enfant contra sa poitrine, des mouvements se firent entendre autour de la clairière. Ne jamais perdre de vue l'ensemble de la situation, c'était la clé de la réussite, évidemment quand il y a un bébé dans l'équation, notre démone perd de vue c'est enseignement.
Revenir en haut Aller en bas



Adriel Nimil

Sert encore à quelque chose
avatar

Nombre de messages : 54
Style de combat : Grrraou !


MessageSujet: Re: Un calme troublé (Adriel - Abaddon)   Ven 26 Déc - 10:44

La tension toujours a son paroxysme, retomba quand Sir Wiland annonça son départ. Adriel n'avait pas envie de se battre, un combat reste dangereux même pour un dragon. Toujours prêt il se demandait si la situation n'allait pas éclater tout de même. mais à sa plus grande surprise Sir Wiland fit ce qu'il avait annoncé, il recula et disparu parmi les arbres.

La démone se détendit également, elle rengaina son arme et rappela son compagnon. Elle avait un drôle d'attitude pour une démone, bien loin de toutes les histoires qu'Adriel avait entendu sur cette races. Les histoires parlants de démons sont souvent bien tristes et encore plus souvent sinistres. Mais à la vue de cette démone maternant du regard ce petit dont apparemment elle ignore tout, le dragon décida de lui accorder le bénéfice du doute. Après tout ne circule t-il pas d'horribles histoires sur les dragons ? Il est bien placé pour savoir qu'elle ne sont pas toutes vraies, même si souvent ces histoires ont un fond de vérité. Mais il suffit d'un individu, d'une mauvaise action pour faire une réputation.

La démone avait l'enfant dans les bras et le serait contre elle. Cette vision était réconfortante, le petit ne serait pas seul et Adriel pourrait retourner à ses occupations. C'est alors que la démone lui adressa quelques mots. Il fut surpris, oui personne ne l'avait obligé à rester mais elle non plus. Il ne comprit donc pas l'objet de ces remerciements. Mais accepta sans broncher. Après un moment de réflexion, estimant que le danger était écarté et que le danger restant était négligeable il prit la décision de reprendre sa forme d'elfe. il pourrait surement communiquer plus aisément, parraitre moins menaçant et surtout passez inaperçu.

Alors qu'il allait entammer sa métamorphose il vit la démone changer. Elle fixait les environs et en tendant l'oreille il entendit lui aussi des bruits dans les bois environnants. Les elfes ne faisaient pas de bruits en se déplaçant.... Du moins pas les patrouilleurs, surtout pas les patrouilleurs. Son cri avait -il attiré un curieux peu importe qui il était où alors était-ce Sir Wiland qui revenait avec des renforts ? La situation n'aidant pas il lui fallait prendre du recul. Sans un mot il se redressa, déploya ses ailes et commença à renforts de grands mouvements à battre des ailes. La force necessaire pour le faire prendre son envol était considérable. Le vent généré faisait voler feuilles et poussières, ployer branches et arbustes. Il finit par prendre de la hauteur et décrit de larges cercles au dessus de la zone attendant que la chose ne se montre.

Il pouvait s'en aller et se trouver un autre coin pour un sieste toute aussi mérité mais il était curieux. Curieux d'en apprendre plus. Surtout maintenant qu'un chevalier humain l'avait pris en grippe, il voulait savoir à qui il avait à faire afin de ne pas avoir de surprises. Cependant il ne voulait pas trop en dire à la démone il ne connaissait pas encore ses motivations. Elle semblait noble mais il ne pouvait ne être sur. Il lui transmis seulement ces quelques pensées.

"_Besoin de hauteur, je vais te guider. Sors des bois je ne vois rien sous les arbres."
Revenir en haut Aller en bas



Abaddon

Invité



MessageSujet: Re: Un calme troublé (Adriel - Abaddon)   Sam 27 Déc - 10:51

Message d'Abaddon, démone.

La démone regarda partout autour de la clairière mais ne vit rien. Elle se tourna vers le dragon, peut être que lui avait senti quelque chose. Mais visiblement, ce dernier ayant accomplit un acte de charité, en avait terminé ici et se préparait à partir. ses ailes commencèrent à battre avec puissance et vivacité, soulevant une nuage de poussières, feuilles et autres objets légers. Elle protégea les yeux du bébé avec sa main libre et plissa les siens afin de continuer à voir sans que ses yeux ne soient trop envahit de débris. Il finit par prendre son envol mais au lieu de partir tout simplement, il commença à faire des cercles autour de la clairyère. Abaddon sourit, comprenant qu'il ne souhaitait pas partir tout de suite, au contraire il prenait de la hauteur afin de repairer d'éventuels assaillants.

La chevalière écouta de nouveau, tentant de capter le moindre son venant des arbres. Cependant elle n'entendit rien, avait-elle rêvé ces bruits ? Le dragon les avaient-ils entendu aussi ? Il serait cependant très peu approprié de le lui demander car cela signifierait de hurler carrément pour qu'il l'entende. La fatigue semblait la gagner, mais elle ne voulait pas dormir tant qu'elle ne serait sure que l'enfant est en sécurité ou du moins, qu'elle le soit tant qu'elle s'occupe de lui. Il faudrait aussi lui trouver de la nouriture. Que mange un nourrisson elfe ? Des petits légumes mixés ? On en doute fortement, ce n'est pas parce que les elfes ont une réputation de mangeur de verdure que c'est vraiment le cas. Il faudrait qu'elle trouve quelqu'un pour lui dire ce qu'il fallait donner à cet enfant et où le trouver.

Elle entendit la voix du dragon résonner dans son esprit, il voulait la guider pour sortir de la forêt. Cependant ce n'est pas vraiment ce qu'elle avait en tête. Elle voulait attendre les elfes, après tout il y avait un corps ici qui devait retourner parmis les siens et peut être qu'ils auraient des informations sur l'enfant et sur ses besoins.

Elle leva donc un doigt en l'air tout en balançant son bras de gauche à droite en signe de contestation puis indiqua le cadavre de l'elfe ensuite. Après c'être assurée que le dragon l'avait bien vue, elle s'avança donc vers le corps à la recherche d'indice sur son identité. Elle remarqua un parchemin enrouler dépassant légèrement de l'armure de ce qui avait été un elfe. Elle se baissa et tendit la main pour s'en emparer, mais un sifflements reconnaissable, et surtout la flèche se plantant dans le sol près d'elle, fit qu'elle n'accomplit pas son geste. Allié ou ennemie ? Allié sans doute pas même s'il s'agissait d'elfe mais si c'était eux elle pourrait tenter de négocier.
Revenir en haut Aller en bas



Adriel Nimil

Sert encore à quelque chose
avatar

Nombre de messages : 54
Style de combat : Grrraou !


MessageSujet: Re: Un calme troublé (Adriel - Abaddon)   Sam 27 Déc - 18:08

Dans les airs Adriel ne voyait rien, comme il l'avait pensé. Il espérait qu'en se déplaçant les ennemis se trahiraient. Malheureusement la démone n'était pas de cet avis elle voulait rester. Il ne compris pas de suite la démarche de celle-ci. Elle s'était avancé vers le corps sans vie et a tendu le bras. C'est a ce moment qu'Adriel vit une flèche se planter juste à coté d'elle. Il avait désormais la position des autres mais étaient ils amis ou ennemis ? Devait il attaquer ou négocier ? La flèche n'ayant pas touché la démone il était probable qu'il ne s'agissait la que d'une sommation... ou bien était-ce un mauvais tireur ?

Comme toujours les questions se bousculaient et il n'aimait pas chercher les réponses. Il fit ce que son instinct lui dicta. Il replia les ailes le long de son corps afin de descendre en piqué sur ce qui lui semblait être le point d'origine de la flèche. Il fit roussir les feuilles du haut des arbres en signe d'avertissement et se posa entre les tireurs et leur cible sans douceur. Enfonçant ses griffes profondément dans le sol.

C'est alors qu'une forme se détacha de la forêt. D'abord flou puis de plus en plus net. Adriel connaissait bien cette façon de se dissimuler en milieu naturel. C'était un elfe ou quelqu'un ayant appris leur techniques. Enfin il n'avait pas vraiment rencontré d'autres personnes capable de faire cela. Après une attente dans laquelle Adriel se tint parfaitement immobile l'elfe apparut nettement. L'arc à la main mais aucune flèche encochée.

"_Adriel n'est ce pas ? J'ai entendu parler de toi. Je te pensais légende, mais un dragon aux reflet dorés sur nos terres. ça ne pouvait être que toi. Reste en dehors de ces histoires veux-tu ? Elles ne te concernent pas.

Méfiant mais voulant faire preuve de bonne foi, le dragon se replia sur lui même et entreprit sa métamorphose. Processus toujours désagréable il en ressorti grimaçant. Mais le dialogue serait des plus aisé ainsi et la démone pourrait participer aux débat avec eux.

_Ces histoires sont venus me troubler, elles me concernent maintenant.

La réponse irrita manifestement le garde qui arreta net sa progression avant de toiser la démone et il ajouta avec dédains

_Qui est-elle ? Pourquoi porte elle l'enfant ?"

Pour toute réponse Adriel se tourna vers la démone et la laissa se présenter. Il en apprendrais peut-être davantage lui même sur cet étrange personnage. En y repensant il n'aurait pas su trop quoi répondre. Une démone chevalière de la cité ... Il ne savait même pas de quelle cité il s'agissait. Il se sentait concerné malgré lui mais préférait tout de même laisser les deux autre décider du dénouement de l'histoire.

_________________

Crédit image


Dernière édition par Adriel Nimil le Lun 5 Jan - 12:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Abaddon

Invité



MessageSujet: Re: Un calme troublé (Adriel - Abaddon)   Dim 28 Déc - 11:45

Message d'Abaddon, démone.

La démone se releva tout en reuclant d'un pas. Elle fixa l'endroit d'où provenait la fléche tentant de perce voir une quelconque forme. Mais autant chercher une aiguille dans un botte de foin si elle avait à faire à des elfes. Il sont introuvable lorsqu'ils se dissimulent parmit les arbres. Le dragon ne resta pas immobile, lui assurant un minimum de couverture. Elle comprit qu'il tentait d'impressioner les éventuls assasillants et attendit donc. Elle serra un peu plus le nourisson contre elle quand le dragon se posa de manière non délicate sur le sol. Cet enfant avait vraiment de la chance, un dragon et une démone juste pour lui, si c'est pas bien commençait dans la vie ça.

Quelque chose commença alors à s'approchait mais impossible pour le démone de dire de quoi il s'agissait. Elle attendit donc de savoir à qu'elle sauce elle allait devoir se défendre. Elle finit par reconnaitre un elfe dans l'être qui venait à eux. Les oreilles, l'armure et l'arc ne pouvait la faire douter. Visiblement ce dernier connaissait la dragon, ou du moins avait entendu parler de lui. Il se nommait donc Adriel. C'est sur que ça serait mieux que de l'appeler à chaque fois: noble créature ou noble dragon.

Cependant la suite perturba un peu Abaddon. En effet, elle connaissait peu des "créatures de légendes" comme l'avait dit l'elfe. Mais voir un dragon prendre la forme d'un elfe, c'était très bizarre. Était-il métamorphe ? Elle avait entendu parler de ce genre de créature capable de prendre n'imporete qu'elle forme. Dans ce cas il apparaissait comme un elfe pour être plus sympathique, mais les patrouilleurs ne prendrait-il pas cela comme une insulte ? Ou alors... un hybride ? Non, comment un dragon pourrait avoir eu une déscendance avec un elfe ou même un humain. Un dragon-nain vous imaginez ? Elle aurait voulu lui poser beaucoup de question sur ce qui venait de se produire mais ce n'était pas vraiment le moment.

Elle apprécia qu'il s'implique dans ce qui se passait, si elle se retrouvait seule entourée par les elfes, elle n'était pas sur de survivre longtemps. Mais visiblement la réponse du prénommé Adriel ne fut pas du gout de l'elfe. Il s'arrêta donc et la fixa comme s'il observait le pire fléaux de son peuple. Elle sourit cependant avant de se présenter tout en s'inclinant légèrement en avant:

- Abaddon, chevalière de La Cité. Je suis navré d'être sur vos terres mais visiblement, sans nous cet enfant ne serait plus là.

Elle fit une pause se relevant lentement et fixant intensément l'archer. Il avait dit "pourquoi elle porte l'enfant" c'est donc qu'il savait qui était ce bébé. sans plus attendre, elle prit de nouveau la parole avec douceur.

- Vous savez qui il est si je ne me trompe pas ? Un chevalier humain était prêt à se battre pour le récupérer. Vous pourriez nous éclairer, s'il vous plait ?
Revenir en haut Aller en bas



Adriel Nimil

Sert encore à quelque chose
avatar

Nombre de messages : 54
Style de combat : Grrraou !


MessageSujet: Re: Un calme troublé (Adriel - Abaddon)   Ven 2 Jan - 0:01

Adriel avait enfin des informations sur la démone. Abbadon, drôle de nom. Elle parlait avec assurance et sans vasciller bien que la situation était menaçante.
Elle poursuivit en changeant son discours ce qui interpella l'hybride, pourquoi demander de l'aide maintenant et à l'elfe ? Pendant ce temps il réfléchissait à ce personnage. Il ne s'en rappelait pas. il faut dire qu'il était bien plus connu que lui ne connaissait de monde. Une notoriété qui pouvait le servir comme le désservir.

La première réponse d'Abaddon sembla déstabiliser l'homme. Surement surpris d'un tel acte de la part d'un représentante de la race des démon. Malgré une période calme certaines tensions étaient toujours sous-jacentes. Cependant il faudrait faire avec. La situation devrait rester a son avantage. Ne pas se mettre en froid avec les elfes et pouvoir profiter de leurs terres encore un peu. Mais la réponse du garde laissa Adriel sans voix.

"_Suivez-moi sans rien faire de stupide ! Et en silence, je ne vous prie. Vous aurez vos réponses"

Adriel n'ayant pas envie d'entrer en conflit avec les elfes, car il n'en doutait pas il se frotterait à un adversaire de taille. Il avait décidé de suivre les hommes. Il savait néanmoins qu'il pouvait faire confiance aux elfes quand à sa propre personne. Il s'avança en direction de la foret. Puis s'arretta pour se tourner vers Abaddon. La regarda de haut en bas et il ne pu s'empecher de demander :

_ Il ne lui arrivera rien ? On vous suit mais elle garde l'enfant"

L'enfant lui servirait de gage de sûreté. Adriel partait du postulat que si il tenaient à l'enfant et qu'Abaddon ne présentait pas de menace il ne lui arriverais rien. Cela permettrait d'avoir des réponses quand à cet enfant mystérieux. Et pourquoi pas y trouverait-il un quelconque intérêt ? Un endroit où dormir au chuad et un petit encas. Il espérait que la démone le suivrait mais ne savait pas si lui accepterais de se jeter potentiellement dans la gueule du loup si il était à sa place.
Il ne se souciant pas tellement de son sort, elle avait l'air de plutôt bien se débrouiller et de ne pas avoir besoin que l'on s'occupe d'elle, ce qui convenait parfaitement à notre hybride qui avait bien assez à faire avec lui-même.

_________________

Crédit image


Dernière édition par Adriel Nimil le Lun 5 Jan - 12:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Abaddon

Invité



MessageSujet: Re: Un calme troublé (Adriel - Abaddon)   Sam 3 Jan - 21:12

Message d'Abaddon, démone.

Abaddon ne réagit pas au ton froid et méprisant de l'elfe. Il avait parlé comme s'il se sentait supèrieur à elle. C'était souvent comme ça, hélas, entre elfes et démons. Chacun se croyait meilleur, supèrieur à l'autre alors que s'ils c'étaient vues comme égaux depuis le début, ils formeraient une alliance des plus puissantes. Leurs styles étaient vraiment différents mais pourraient se compléter à merveille. Cela était aussi valable pour leurs compétences et tactiques. Mais bien sur, les dieux, le destin ou simplement quelques nobles en avaient décidé autrement, créant un conflit éternel entre les deux races qui vivaient à quelques pas l'une de l'autre. Enfin éternel, personne ne savait à quand cela remontait c'était bien là le problème, peut être jadis étaient-ils alliés voir même amis. Elle aimait penser cela, car ça lui donnait l'espoir qu'un jour ce soit de nouveau le cas. Mais bien sur, il faudrait que les comportements changent. Peut être avait-elle l'occasion, en cette journée, de faire un pas dans cette direction.

Bien que c'était une démone, elle suivit l'ordre de l'elfe et avança en direction de la forêt. Elle restait tout de même derrière Adriel, autant par respect qu'au cas où tout ceci ne serait qu'un énorme piège organisé par le chevalier humain et que le dragon était inclus dans ce dernier. C'est vrai, après tout la noble créature était peut être là pour intercepter le cheval et voyant que la démone avait réucpéré l'enfant, il avait décidé de changer de tactique attendant qu'elle ne soit plus sur ses gardes. L'esprit d'Abaddon pouvait vraiment imaginer des tactiques tordues, si seulement elle n'avait pas été si gentille et douce. Elle aurait pu etre une pièce valable dans le grand échéquier des puissants.

Elle se stoppa lorsque celui qui avait prit l'apparence d'un elfe se tourna vers elle. Son inquiètude toucha la démone, mais est-ce qu'il s'inquiétait vraiment pour elle ou est-ce qu'il se jugeait responsable de ce qui se passait et qu'il voulait avoir bonne conscience ? Rien n'était moins sur, cependant elle apprécia les mots qu'il prononça. Après s'il fallait, ils étaient totalement en train de se fourvoyer et le chevalier était vraiment là pour protéger et ramener l'enfant dans son foyer. L'elfe mort avait peut être été envoyé pour dérober l'enfant à sa famille et il allait être utiliser comme monnaie d'échange. Tout était possible avec tellement d'inconue dans l'équation. Après tout il y avait peut être une raison valable pour que son peuple ne fasse pas confiance aux elfes. Mais ce n'est pas en faisant rien et restant ici qu'elle obtiendrait une quelconque information sur l'enfant, pour le moment elle allait devoir avancer à l'aveugle. Elle prit donc la parole, espèrant ne pas froisser son interlocuteur et confirmant ce qu'avait dit Adriel.

- Je préfèrerai le garder pour le moment, jusqu'à ce que je sois sure qu'il est entre de bonne main en tout cas, sans vouloir vous offensez.

Elle était sure de la réplique cinglante que l'elfe prononcerait mais ce n'était pas ça qui allait changer quoi que ce soit pour elle. Après tout en s'avanturant dans le territoire elfique, elle c'était préparée à un acceuil peu chaleureux. Elle poursuivit donc le plus sincèrement possible.

- Et non ce n'est nullement pour être sure que j'aurai la vie sauve tant qu'il sera avec moi. Vous ferez ce que vous voudrez de moi, mais seulement lorsqu'il sera en sureté avec ses plus proches parents, s'il en a encore...

Elle pensait chacun de ses mots, si les elfes jugeaient qu'elle était une gène alors soit. Certes elle défendrait sa vie car elle n'était pas du genre à se laisser tuer mais pas au risque de l'enfant. Pour le moment, personne d'autre ne le toucherait. Elle attendit donc la réponse avant de reprendre la marche qui, elle l'espèrait, ne serait pas trop longue.
Revenir en haut Aller en bas



Adriel Nimil

Sert encore à quelque chose
avatar

Nombre de messages : 54
Style de combat : Grrraou !


MessageSujet: Re: Un calme troublé (Adriel - Abaddon)   Lun 5 Jan - 14:27

Adriel fut soulagé quand Abaddon adopta le même discours que lui. Elle risquait pourtant bien plus que lui qui finalement les suivait plus pour la forme que pour autre chose. Pour en finir avec l'histoire il lui suffisait de s'envoler et de ne pas revenir. Mais les elfes ne l'accepterait peut-être plus aussi bien. il choisit donc de rester, c'était plus sure et moins fatiguant.

Cela serait sans doute plus aisé avec des diplomates, les guerriers même elfes ne sont pas réputés pour leur finesse et leur dont pour la parole. Il avança donc laissant abaddon lui emboiter le pas si elle ne changeait pas d'avis.
Il avança ainsi se contentant de suivre l'homme d'arme. Le chemin de sous bois ne présentait pas de signe distinctif, pas de piste. Les points de repères pour les non initiés se faisaient quasiment invisible. Adriel était serein, il avait appris tout cela dans son enfance et même si sa pratique de ce jeu de piste était quelques peu défaillante du à de nombreuses années sans pratique, les base lui revenait très vite. Parfois un ombre, un courant d'air semblait passer pres d'eux. Une autre sentinelle en déplacement. Il y avait toujours plus de garde que ceux visible, une vieille habitude.

Il arrivèrent après une bonne marche à un avant poste elfique. Adriel s'y senti presque comme chez lui, des souvenirs remontèrent mais il les refoula, l'heure n'était pas aux sentiments. Ils furent introduit a la personne en charge sur les lieux.  Un elfe grand, élancé qui prit la parole aussitôt;

"_Bienvenu Adriel, bienvenue chevalière,
Vous avez retrouvé et certainement sauvé l'enfant. Je vous remercie pour votre action. Bien que cet enfant ne soit pas entierement elfe nous devons le ramener a sa mère. La famille humaine de son père le voit comme une menace. un héritier elfe diviserait leur succession. Ils sont venu le mettre à l'abris et son reparti nous demandant de l'elever jusqu'a ce qu'il soit assez grand pour venir chercher ce qui lui revient de droit.

Malheureusement ils ont du être suivi et mes hommes ont du se défendre. Vous étiez là au bon moment. Ainsi pouvez vous nous remettre l'enfant ? Nous devons nous assurer de sa sécurité et devrions aussi aller assurer celle des parents, nous avons perdu suffisamment de temps pour aujourd'hui.


Adriel écoutait attentivement, il reconnaissait bien la façon de faire des elfes mais ne pouvait se demander par quel coup du sort des humains les eussent suivi. Il se risqua à demander :

_Où sont les parents ? Pourquoi ne sont-ils pas resté ?

_ Ils ne voulaient pas donner l'impression de fuir mais les événements récents nous ont montré que la menace est bien réelle. Ils sont je l'espère en vie dans la cité blanche."

Adriel comprenait de mieux en mieux la situation et surtout qu'il n'était en rien concerné, il se tu attendant qu'un autre prenne la parole. Il était néanmoins curieux de ce que dirais Abaddon. Les gardes étant toujours présent et malgré la diplomatie de leur interlocuteur la situation pouvait toujours très vite devenir explosive

Spoiler:
 

_________________

Crédit image
Revenir en haut Aller en bas



Abaddon

Invité



MessageSujet: Re: Un calme troublé (Adriel - Abaddon)   Mar 6 Jan - 20:18

Message d'Abaddon, démone.

La démone s'attendait à une réponse mais visiblement ses paroles étaient soit tomber dans le vide, soit l'elfe en avait prit bonne note mais ne souhaitait pas fournir de réponses. Il continuèrent donc à s'éloigner. Abaddon soupira puis se tourna vers Mushu. Elle lui fit signe de les suivre puis elle reprit la marche, se rapprochant un peu plus du dragon. Visiblement ce dernier était beaucoup plus habitué qu'elle aux déplacements en forêt.

Après une bonne dizaine de minutes de progression, elle jeta un oeil en arrière et réalisa qu'elle aurait peu de chance de parvenir à retrouver son chemin si les choses tournaient mal. Peut être Mushu l'aiderait un peu, son odorat étant certainement plus développer que le sien mais nul doute que les hommes qui les entourait la rattrapperait bien vite. Elle trouva d'ailleurs désagréable de se sentir si impuissante ici, alors qu'elle était sans doute entouré d'elfe qu'elle ne parvenait pas à percevoir. nul doute quà un moment comme ça, ils auraient pu se défaire d'elle très paridement. Elle fut donc heureuse que ce ne soit pas le cas. La marche dura encore un moment, à tel point que la démone ne tenait même plus de trouver des points de repaires. Elle serait totalement à la merci des elfes et des fées, mais si tout se dérouler comme prévu, elle n'aurait nul besoin de combattre pour sa survie.

Ils finirent par atteindre l'objetcif des patrouilleurs. Elle supposa que c'était un avant poste au vue des sentinelles se trouvant dans des abris de fortunes dans les arbres et des quelques batissent faites de feuilles et de branchages. Ca ne payait pas de mine vue de l'extérieur mais l'estétisme était tout de même au rendez-vous. Bien que pour un démon la solidité était ce qui devait prévaloir, la priorité pour ce genre de troupe elfique était la dissimulation. Et cela marchait puisque rien n'avait laissé soupçonner à la démone qu'il se trouvait un camp comme ça avant d'y être entrer. Ils furent donc présenté au responsable de ce camp qui ne tarda pas à prendre la parole. Elle l'écouta attentivement et bien que les explications de la créature de la forêt lui sembla plausible, elle se demandait si elle était vraiment honnête. Comment les parents de l'enfant aurait-il pu prendre la fuite sans être certain de la sécurité de leurs progéniture ? Un humain, oui ça passait encore mais une fée ? Bien qu'il fut certain que les paroles suivante pourrait froisé l'elfe qui lui faisait face, elle n'hésita pas à prendre la parole:

- Donc si je vous comprends bien ils ont abandonner leur chair et leur sang à vos soins, pendant qu'ils allaient se mettre à l'abris ? Et maintenant, ils espèrent que vous allez le leur ramener ? Quel culot !

Elle se retint de s'emporter plus, après tout l'humanoïde en face d'elle n'y était sans doute pour rien. Elle soupira longuement tout en observant le bébé qui venait visiblement d'être réveiller par le coup de sang de la démone. Il ne mit pas longtemps à faire comprendre qu'il était là, commençant à pleurer sans doute de faim mais aussi parce qu'il devait être sale. Elle semit donc à le bercer et le caressa de sa main libre. Elle leva la tête vers l'homme qui n'avait pas répondu, sans doute car il avait parfaitement comprit ce qu'elle voulait dire. Elle lui parla d'un ton redevenue aussi doux qu'à son habitude.

-  Il faudrait lui trouver à manger et de quoi le changer avant qu'on ne reprenne le voyage.
Revenir en haut Aller en bas



Adriel Nimil

Sert encore à quelque chose
avatar

Nombre de messages : 54
Style de combat : Grrraou !


MessageSujet: Re: Un calme troublé (Adriel - Abaddon)   Ven 9 Jan - 18:10

La réponse de la démone ne se fit pas attendre, elle fut nettement plus cinglante que celle qu'Adriel avait prévu. Malgré tout il ne réagit pas, cette histoire lui échappait un peu plus à chaque nouvel arrivant. Comment démêler le vrai du faux ? Abaddon semblait douter de la sincérité de leur hôte. Mais l'enfant avait les traits d'un elfe, au moins certains. Alors il était ainsi un peu chez lui ici, comme il le serait chez les humains. Adriel comprenait la situation dans lequel serait ce petit. Tiraillé entre deux peuples, partagé entre deux cultures et déchiré par chaque conflit.

Abaddon demanda ensuite de quoi nourrir l'enfant et de quoi le changer. Sur un geste un elfe amena un morceau de tissu propre et délicatement parfumé ainsi qu'un bol plein et une cuillère. Et les tendit à la démone en la dévisageant avec une curiosité non dissimulée. Après quoi l'homme repris aussi doucement

"_ Ils sont parti en laissant leur enfants ici, c'est un fait non discutable. Cependant ils ne l'ont pas abandonné, ils l'ont confié à ceux en qui ils ont confiance, avec pour mission d'en prendre soin comme l'un des nôtre. C'est ce que nous nous efforçons de faire.

Il marqua une courte pause, laissant le temps à tout le monde d'assimiler ses paroles. Il choisissait ses mots avec le plus grand soin pour délivrer un message précis.

_Quand aux parents de l'enfant ils ne se sont pas mis en sécurité, il seraient resté ici si c'est ce qu'ils cherchaient. ils sont parti se battre pour lui. Qu'aucun autre ne prenne sa place.
Il regardait la démone sans ciller, comme si il lisait en elle.

Adriel ne se sentait plus dans la discussion. Pour lui l'enfant était retourné aux elfes, l'affaire était close. Il se mit à l'écart pour signifier sa position. Pas trop tout de même afin de rester disponible si il était solliciter. IL espérait franchement que non, qu'il pourrait repartir librement, l'esprit libre, les cheveux aux vent et qu'avec seule obligation de choisir une direction. C'était sans compter sur les elfes.

"_Chevalière, puisque vous portez une telle attention au dénouement de cette triste histoire. Peut-être voudriez vous y prendre part ?
Quand à vous Adriel vous veillerez au bon déroulement de l'histoire. J'ai eu vent de vos talents et ne doute pas que vous vous en sortirez très bien.


Avant que l'hybride ne puisse contester l'elfe ajouta

_Ceci n'est pas une requête, vous irez avec l'enfant à BlancheVille où sont ses parents et leur ennemis.

Adriel enfonça sa tête dans ses épaules et regarda ses pieds. Si il voulait revenir paisiblement dans cette région il devrait faire c qu'il lui est demandé. Un aller-retour et c'est fini pensa t-il.

_Qu'il en soit ainsi " soupira t-il

Son rôle étant fixé, il alla plus loin prendre un fruit et s'installer à l'ombre d'un arbre. Il était bien disposé à prendre un peu de repos le temps que les tractations se déroulent. Il croqua dans sa pomme délicatement sucrée, mûre à point. La fraîcheur du sous bois et le confort d'un lit de feuille. Des plaisirs simples dont il ne se lassait jamais. La pomme terminé, il ferma les yeux attendant qu'on vienne le chercher pour le départ.

_________________

Crédit image
Revenir en haut Aller en bas



Abaddon

Invité



MessageSujet: Re: Un calme troublé (Adriel - Abaddon)   Dim 11 Jan - 1:37

Message d'Abaddon, démone.

La démone fut visiblement écoutée ainsi, un linge propre et de la nouriturre arrivèrent rapidement pour l'enfant. Elle sourit à l'elfe qui avait prit la peine de ressembler ses éléments et le remercia dans un chuchotement. Elle prit donc le linge sur son avant bras et le bol dans la main de ce même bras. Cependant un problème technique se posa: Comment, alors qu'elle n'a que deux bras, pouvait-elle tenir l'enfant, le bol et lui donner à manger en même temps ? Tout en écoutant le commandant de l'avant-poste, elle chercha des yeux un endroit où elle pourrait poser tout ça et allonger le demi-elfe pour le changer. Quelque chose la perturba légèrement dans les propos de l'elfe. Comment, si l'enfant avait été déposé ici, c'était-il retrouvé non loin de la frontière démoniaque ? Peut être que quand il disait "ici", il voulait dire: à nos soins. Après tout elle ne pouvait pas voir le mal partout, à un moment il faudrait bien qu'elle croit quelqu'un et les elfes auraient largement eut le temps de s'emparer de l'enfant si c'était leur but. Elle ne fit donc pas cas de cette interrogation, continuant à chercher une table ou quelque chose s'en approchant. Elle finit par remarquer la table se trouvant juste derrière leur bienfaiteur. Elle semblait totalement naturelle, comme si elle avait poussé ainsi. C'est peut être pour ça qu'Abaddon ne l'avait pas remarqué, même s'il était plus juste de se dire que la fatigue gagnait un peu plus de terrains sur ses sens.

Elle voulut donc s'en approcher mais l'elfe reprit son monologue, l'interrompant dans son déplacement. Elle le fixa pour l'écouter, ne voulant pas passer pour une personne sans aucune manière. Les paroles qu'il pronnonça la touchèrent et elle se sentit honteuse de s'être emportée un peu plus tôt. Elle soutint le regard de son interlocuteur et répondit calmement avec une légère note d'espoir:

- Oh... je vois. Je tiens à vous présentez mes plus humbles excuses dans ce cas. C'est tout à leur honneur d'agir ainsi pour que son avenir soit radieux, j'espère qu'ils y parviendront. Son regard passa de l'elfe à l'enfant avant de revenir se poser sur la table. Puis-je accaparer cette table le temps de faire ce qu'il faut ?

La réponse fut un signe de tête affirmatif, elle s'empressa donc de se déplacer vers la table qui servait, d'après la carte de la région, à organiser les patrouilles. Elle posa le bol et le linge et poussa avec précaution les diverses affaires qui pourraient la gêner pour la suite des opérations. Elle finit par y coucher le bambin et commença à retirer son linge sale. Il avait vraiment besoin d'être changé, l'odeur n'était pas des plus plaisante. Elle le nettoya aussi bien qu'elle le put et commença la mise en place du linge propre après avoir chatouillé quelques secondes l'enfant. Elle voulait le faire sourire un peu mais il devait être trop affamé pour prendre ce geste en considération. Oui, il pleurait encore et encore. Alors la démone se dépécha, on voyait que ce n'était pas la première fois qu'elle faisait ce genre de chose. Certes ses gestes étaient un petit peu floue parfois, pas comme ceux d'une vrai mère, mais elle parvint à mettre le linge correctement afin qu'il n'y ait aucun risque de perte ou de fuite. Elle le reprit dans ses bras et commença à le nourrir. Le ventre de la démone émit un son peu discret, elle aussi commençait à ressentir la faim.

Le commandant reprit la parole en s'adressant directement à elle. Écoutant attentivement tout en poursuivant son office, elle sourit légèrement à la demande. Elle n'aurait de toute manière pas abandonné l'enfant maintenant. Elle attendit qu'il finisse, se tournant légèrement vers Adriel qui venait très clairement de recevoir un ordre. Il devait lui aussi avoir du sang elfe ou alors un pacte avec eux, il n'en était pas possible autrement. Elle posa de nouveau son regard sur le dirigeant de l'avant-poste et répondit doucement:

- Ce sera avec grand plaisir que je ménerais l'enfant jusqu'à ses parents, en compagnie de celui que vous nommez Adriel. Le chevalier, que nous avons croisé, voulait que l'enfant aille à BlancheVille également. J'imagine que nous le retrouverons sur place. Un certain Sir Wilard, non... Wiland je crois.

Elle reporta son attention sur l'enfant pendant quelques secondes, continuant à le nourrir. Elle ne savait pas ce qu'il y avait dans ce bol mais visiblement il adorait ça. Elle réfléchit, se demandant où se situait le lieu qu'ils devraient rejoindre. Si ce n'était non loin, elle ferait un effort pour tenir. Mais s'ils en avaient pour plusieurs heures voir jours, elle devrait se reposer avant le départ. Sinon, elle ne tiendrait pas jusqu'à la nuit entre la faim et son manque de repos qui l'affaiblissait de minutes en minutes, elle deviendrait un fardeau inutile. Elle finit donc par poser la question:

- J'ignore où se trouve BlancheVille, est-ce loin ? Car j'avourai que si nous ni sommes pas avant la mi-journée, je ne suis pas sur d'être capable de faire quoi que ce soit, même marcher. Ma nuit et cette matinée n'ont pas été de tout repos.

Sa dernière phrase n'était pas nécessaire, mais elle l'avait dit pour se justifier. Après tout elle était techniquement en "territoire hostile" et elle ne voulait pas passer pour une faible devant tous les elfes qui devaient l'observer. Elle ne manqua pas de remarquer que celui, qu'elle avait rencontré sous la forme d'un dragon, c'était écarté pour piquer un somme. Cela la rendait profondément jalouse, elle aussi voulait se reposer, juste quelques minutes... juste fermer les yeux quelques secondes...
Revenir en haut Aller en bas



Adriel Nimil

Sert encore à quelque chose
avatar

Nombre de messages : 54
Style de combat : Grrraou !


MessageSujet: Re: Un calme troublé (Adriel - Abaddon)   Mer 14 Jan - 15:07

"BlancheVille est en territoire Humain, vous aurez une longue marche pour y parvenir. Il serait préférable pour vous de vous installer ici et de reprendre la route plus tard. Installez vous, je vous en prie.

Adriel écoutait la conversation d'une oreille distraite, la démone est le dirigeant discutaient et tout se passait pour le mieux. De toute façon peu importe ce qu'il pouvait se passer il n'interviendrait pas. Il était déjà mêlé à une histoire de trop. Il aurait donc tout le loisir de se reposer et ne prêta plus attention au monde qui l'entourait. il savait qu'il ne lui arriverait rien ici.  Il était presque chez lui et tant qu'il se comporterait comme il le fallait tout le monde le laisserait aller et venir à sa guise. Le sommeil l'emporta rapidement, un sommeil profond et réparateur.

Quand il se réveilla le soleil couchant agrandissait déjà les ombres et les faisait danser, préparant le terrain pour la nuit. Personne n'était venu le chercher c'est donc qu'ils partiraient ensemble demain aux premières lueurs du jour.  Ou qu'ils étaient déjà parti. L'un dans l'autre il avait faim et c'est ce qu'il l'occupa dans un premier temps. Trouver à manger.

Il se leva et s'étira longuement ensuite il se mit à faire le tour du camp, passant entre les sentinelles qu'il saluait de son air endormi il finit par trouver à manger et se servi sans abuser, juste de quoi calmer sa faim. Il s'éclipsa ensuite et alla se dégourdir les jambes. Il aimait cette foret, majestueuse, véritable piège pour ceux qui ne la connaissent pas et trésor pour ceux qui la maîtrisent. Sans parler de la maîtriser Adriel la connaissait suffisamment pour qu'elle lui apporte tout ce dont il avait besoin. Il était donc un peu chez lui ici aussi.

Il se faufila entre les arbres à la manière d'un elfe, sans contraindre la foret à le laisser passer, sans bousculer les plantes. Simplement en les contournant et en glissant entre elles. L'avancé ne s'en faisait que plus facilement et la progression devenait agréable. Il bu un peu à un point d'eau et continua sa marche plus lentement encore. La lune éclairait la zone d'une douce lumière, les arbres créaient les ombres et le vent, jouait avec en une douce brise. Il se trouva un coin puis s'y posa à nouveau pour s'y reposer. Il pouvait prendre son envol mais pour aller où ? Et y faire quoi ? Ce n'était pas si mal ici, la démone n'avait pas l'air menaçante pour le moment.

Il se réveilla alors que le soleil commençait a peine a marquer le ciel de rouge et retourna d'un pas lent mais léger au camps. Il cueillit quelques vivres qu'il avala en chemin, cela lui suffirait bien. A son arrivé il s'installa au milieu du camp en attendant que la démone vienne le chercher. Il n'avait pas de bagages à empaqueter il ne possédait quasiment rien, il perdait quasiment tout à chacun de ses transformation en dragon, il avait renoncé il y a longtemps a garder des choses avec lui. Tout comme les personnes qu'il croise c'est souvent juste pour un temps.
Il attendit donc Abaddon et le signal du départ.

_________________

Crédit image
Revenir en haut Aller en bas



Abaddon

Invité



MessageSujet: Re: Un calme troublé (Adriel - Abaddon)   Lun 19 Jan - 10:36

Message d'Abaddon, démone.

baddon fut soulager par la réponse du commandant, enfin elle allait pouvoir se reposer. Elle se détendit légèrement alors qu'elle terminait de nourir l'enfant. Il devrait donc aller jusqu'en territoire humain. elle sedemanda par où ils passeraient. Le territoire démoniaque, elle le connaissait et que ce pouvait être dangereux elle aurait un avantage en passant par là pour ensuite traverser les terres gobelines. Là, tout se jouerait sur la taille du convoi, mais normalement ça devrait aller. Ensuite il faudrait franchir les terres maudites, et là rien n'assurait qu'ils y parviendraient. L'autre chemin passerait par le territoire draconique où Adriel serait sans doute un allié de poids, puis les terres naines qui étaient, d'après ce qu'en savait la démone, plutôt sécurisé. Enfin il atteindraient la pleurie fleurie puis les territoire humain. Un chemin moins dangereux sur le papier et sans doute plus rapide. Il restait une troisième solution mais la chevalière ne voulait même pas y pensée: gravir les montagnes enneigées. Elle était persuadé que le froid la tuerait.

Elle posa son regard sur l'elfe alors que ce dernier la regarder étrangement. Elle comprit alors que sa réflection avait duré plus que deux trois secondes, et qu'elle avait du rester figé un temps considérable. La fatigue était en train de l'achever. Elle lui sourit faiblement prenant l'hybride contre elle pour lui faire faire son rot. Une fois fait, elle prit quelques fruits pour remplir son estomac. Il ne lui fallait pas grand chose, elle mangeait peu mais plusieurs fois par jour. Sans doute l'une des séquelles du temps qu'elle a passé dans la vallée de feu. Ou peut être seulement qu'elle est adepte de l'adage: "Manger pour vivre et non vivre pour manger." Elle savoura donc quelques baies et autres petites fruits avant de chercher un coin pour dormir. Le commandant lui proposa de prendre l'enfant pour la nuit, au cas où il se réveillerait. Elle hésita longuement mais déclina l'offre, il serait son "fardeau" jusqu'au bout. Il proposa alors qu'elle dorme avec l'enfant dans sa tente et là elle ne put refuser. La paillasse du commandant serait plus confortable que le sol jonché de quelques feuilles.

L'enfant c'était déjà endormi alors qu'elle s'allongeait soupirant de bonheur de pouvoir enfin s'abandonner au sommeil. Mushu l'avait suivit bien entendu et c'était posté à l'entrée de la tentre. Comme ça si quelqu'un venait il s'en apercevrait. Bien qu'ici, il semblait que l'animal n'était plus un aussi bon traqueur qu'ailleurs sur les plaines. Ils prirent donc un repos bien mériter alors que les heures passaient, et bien vite la nuit prit possession des lieux.

Abaddon se réveilla enfin alors que la nuit commençait à devenir un peu moins présente, le soleil ne tarderait pas à prendre place. Elle tenta de ne pas réveiller l'enfant mais réalisa que ce dernier la fixer depuis sans doute un moment. Elle lui sourit et le prit avec elle alors que Mushu était déjà dehors. Elle sortit donc et chercha la mixture qu'on avait donné à l'enfant. Après quelques minutes de recherche, elle trouva tout ce qu'elle voulait et entreprit donc la même rituel que le jour d'avant: on change l'enfant puis on le nourrit. Adriel apparut alors qu'elle finissait la deuxième étape. Elle lui sourit avant de chuchoter:

- Vous avez bien dormi, noble dragon ?

Elle préférait l'appeler ainsi car après tout, jamais il ne c'était présenté à elle et même jamais il n'avait dit s'il était un elfe métamorphe, un dragon métamorphe ou un hybride des deux races. Ou alors un hybride elfe/dragon métamorphe ! Bha quoi ? C'est tout à fait possible !
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un calme troublé (Adriel - Abaddon)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un calme troublé (Adriel - Abaddon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Harper serait-il un pyromane amoureux, troublé sous un certain charme?
» Finalement le calme est revenu.
» La fin d'une lecture calme [ Sue ]
» tout est calme, reposé....
» Un truc qui calme...



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Bavardages [H-RP] :: Archives-