Partagez | 
 

 Pour des informations cruciales (Phèdre Astreya - Vlad Comnenus)


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Phèdre Astreya

Invité



MessageSujet: Pour des informations cruciales (Phèdre Astreya - Vlad Comnenus)   Mer 17 Sep - 17:11

Message de Phèdre Astreya, demi-dragonne.

« Phèdre !! »

Les cris excités de la petite demoiselle de la maison emplissaient l'air. Toute heureuse de voir sa grande sœur ainsi vêtue, comprenant sans doutes que quelque chose d'anormal se tramait sans qu'elle ne parvienne à déterminer quoi, Elyna tournait autour de son aînée en souriant et en la harcelant de questions autant qu'elle le pouvait. Du haut de ses douze ans, elle était plus que perspicace, ce qui n'était pas sans gêner la dragonne. Elle craignait que la petite comprenne bien trop vite ce qu'elle trafiquait pour leur père. Ce qu'elle trafiquait ? Elyna rêvait de le savoir. Phèdre servait sa patrie mais plus encore, sa famille avant tout. En tant que Membre de la Chambre, son père avait des responsabilités importantes et il ne pouvait se permettre de réaliser lui-même certaines basses besognes. Dans un premier temps, il répugnait à confier à sa précieuse enfant de telles obligations mais la métisse avait su se montrer convaincante. Si elle pouvait agir là où sa position l'en empêchait, à quoi bon se priver d'une aide si précieuse pour quelques formalités ? Phèdre se savait en sécurité dans cette ville qu'elle arpentait chaque nuit depuis sa plus tendre enfance. La liberté et l'adrénaline que lui procuraient ce genre de missions étaient tout aussi précieuses pour la jeune femme …

Son père s'était montré réticent mais la couronne méritait parfois certains sacrifices pour obtenir des réponses. Protéger, informer, analyser et veiller sur les têtes importantes était sa mission et Phèdre comptait bien l'y aider. Elle était entrée dans le bureau de ce dernier avec calme, s'attendant plus à une réprimande qu'à son regard nerveux. D'habitude, son père rechignait à lui dire les choses et râlait dès qu'elle tentait de le presser, comme s'il regrettait déjà de l'avoir fait venir et de constater quels étaient ses talents pour obtenir les choses. Il ne voulait pas savoir comment elle faisait et ce n'était peut être pas plus mal même si au fond, Phèdre ne faisait pas grand mal …
Son père lui avait expliqué ce qu'il attendait d'elle, non sans réticence, mais d'une voix lasse et fatiguée, comme si quelque chose le tracassait au point qu'il ne dorme plus suffisamment pour garder de sa superbe devant sa fille aînée. Il lui expliqua alors qu'il avait un contact dans une auberge de la ville qui devait lui confier une lettre contenant toutes sortes d'informations dont il ne souhaitait pas parler. Phèdre ne regarderait pas de toute façon, elle n'était qu'un messager et cela lui suffisait amplement. Agir pour le bien des siens était sa seule préoccupation. Il s'attarda un peu plus sur la teneur de sa mission et elle sortit en le rassurant de son bureau. Le sourire triste et inquiet de son paternel lui fit un pincement au cœur mais elle ne recula pas.


« Allez Phèdre, emmène-moi ! »

Le trépignement de la gamine la ramena à la raison. Dans un sourire, elle déposa un baiser sur les cheveux de l'adolescente qui chouina encore plus. Elle voulait venir … un jour, peut-être mais pour l'heure, ses plus grands dangers devaient être les monstres sous son lit qui la terrorisait parfois la nuit. Les grands de ce monde ne tarderaient pas à manipuler sa vie, comme celle des autres pions qu'ils étaient, autant qu'elle profite encore de sa jeunesse et de son innocence.

« Bientôt Ely, bientôt. Ce soir, je te suggère d'aller voir notre père, ta présence lui fera du bien. »

Sur ce, elle déposa un nouveau baiser sur la joue de sa cadette et sortit. Son manteau de couleur pourpre sombre sur les épaules, elle rabattit la capuche sur ses longs cheveux laissés libres. Phèdre portait une robe de couleur nuit et des bottes en cuir noire remontant jusqu'en dessous des genoux. Elle quitta la rue de sa demeure et se dirigea vers l'auberge. L'homme l'attendait et ne fut pas spécialement surpris de voir une femme si jeune sur le lieu de rendez-vous. Elle lui confia le mot de passe et reçut en échange la précieuse lettre. Sans plus attendre, elle sortit pour rentrer chez elle. Comme elle aimait les rues de cette ville, comme elle appréciait le vent sur son visage malgré sa capuche. Comme …

« Ely ! »

Elle aurait du s'en douter, la gamine l'avait suivie et, toute préoccupée qu'elle était de récupérer ces informations et le lieu du prochain rendez-vous, la courtisane ne s'était rendue compte de rien. En colère, elle rattrapa l'enfant par le bras et l'obligea à lui faire face. Un sourire triomphant régnait sur le visage d'Elyna même si ses yeux trahissaient clairement une certaine forme de peur et d'appréhension. Il était inutile de la gronder en pleine rue, cela ne ferait qu'attirer l'attention des passants et ce n'était clairement pas le but. Sans dire un mot, la jeune femme prit la main de la demoiselle dans la sienne, d'une poigne plus ferme qu'elle ne l'aurait souhaité de prime abord, et d'un pas, elle se retourna pour rentrer. La discussion devrait attendre la maison. Enfin … si elles y arrivaient. Parce que c'était bien joli de prendre les choses à bras le corps mais percuter un inconnu et en perdre la lettre par la même occasion, c'était pas bien drôle. D'un mouvement brusque, Elyna se précipita vers le précieux papier et l'attrapa avant qu'il ne s'éloigne. Phèdre, qui n'avait pas tout saisi, se reprit. Saisissant la lettre avec un semblant de calme, elle la rangea sous sa cape dans une poche intérieure tout en fixant l'inconnu.

« Excusez-nous, je ne regardais pas où j'allais. J'ose espérer que nous ne vous avons pas blessé. »

Pure politesse, il était évident que vu sa carrure, l'homme n'allait pas être blessé par deux jeunes femmes comme elle. Elle espérait que cette « rencontre » imprévue se solde très rapidement par un « aurevoir » et qu'elles rentrent en paix. Elyna ne manquait rien pour attendre !
Revenir en haut Aller en bas



Vlad Comnenus

Invité



MessageSujet: Re: Pour des informations cruciales (Phèdre Astreya - Vlad Comnenus)   Ven 19 Sep - 10:29

Message de Vlad Comnenus, humain.

Espalion.
Une véritable mine d’or pour les gens d’arme. Vlad l’avait constaté à de nombreuses reprises dans sa carrière, mais il était encore aujourd’hui impressionné par le nombre de contrats qui pouvaient être signés dans une ville. Certes, il y  avait souvent bien des personnes en voyage à simplement escorter, ou bien des missions moins honorables à faire, si l’on n’était pas très regardant sur le contrat, mais d’un autre côté, la campagne pouvait offrir de nombreux contrats. Aider aux travaux du quotidien, aller effrayer une petite troupe de bandits, apprendre brièvement les bases du combat à certains paysans qui avaient besoin de se rassurer…
Mais la ville, malgré cela, offrait bien plus de travail. Elle qui avait les milices civiles et autres soldats de métier bien plus aptes à effectuer les travaux que l’on laissait en vérité volontiers aux mercenaires comme lui si on le pouvait. Vlad ne comprenait pas l’idée, mais après tout, si cela pouvait lui permettre de bien vivre sa vie, qu’il en soit ainsi, il ne s’en plaindrait pas.

C’était avec cette idée en tête qu’il s’était rendu à Espalion, il y avait quelques jours. Il avait déjà plusieurs fois été à la capitale, et commençait même à bien en connaitre les rues, même s’il ne pouvait pas s’orienter aussi  bien ni aussi vite qu’un natif de la cité. De même, il ne connaissait pas encore bien les bonnes adresses pour ce qui était des tavernes, ou celles qui étaient absolument déconseillées.
Et ça, c’était quelque chose qui le mettait mal à l’aise.
Non pas qu’il ait peur d’aller dans un lieu de perdition, il se savait capable d’en sortir quand il le désirait, et un seul morceau. Non. C’était que les tavernes étaient un bon endroit pour entendre les dernières rumeurs et donc se préparer à des propositions de contrat à venir, et qui par définition n’était donc déjà prises par personne d’autre. Et dans une taverne de mauvaise qualité, ces rumeurs étaient très, trop, déformées.
Voilà pourquoi il avait sciemment choisi d’éviter de se renseigner par cette voie. Peu importait qu’il prenne le risque de se faire faucher les contrats sous son nez, il allait essayer d’obtenir ceux qui avaient été annoncés. Et sinon il chercherait un travail en attendant.

Et maintenant, aujourd’hui, où est-ce qu’il en était ? Pas plus avancé qu’au moment où il était arrivé en ville. Il avait aidé quelques marchands à transporter leurs affaires d’un bout à l’autre du marché, il avait servi de videur dans une taverne un soir, mais un vrai travail de mercenaire, ça il n’en avait trouvé aucun, à son grand dam.
Il sortit sa bourse et la soupesa. Elle s’allégeait de jour en jour. A trainer ainsi en ville pendant encore quelques temps, et elle serait vide. Et ça n’était pas bon. Il allait bien falloir se résoudre à quitter la ville. Son passage n’y était définitivement pas rentable. Même si l’argent n’était pas la première de ses priorités, elle n’en demeurait pas moins nécessaire pour sa survie, aussi n’avait-il pas envie de se retrouver totalement ruiné. Donc soit il restait en ville, et se résignait à avoir faim, soit il quittait la ville en priant pour trouver un travail ailleurs, et ça au moins, il savait où et comment en trouver.

C’est sur ces pensées qu’il déambulait dans la rue, rangeant sa bourse, quand il se fit bousculer. Sans violence, cependant. Sans doute la personne qui avait fait cela ne l’avait-elle tout simplement pas vu. Et d’ailleurs, tout occupé qu’il était à ranger ses affaires, il ne l’avait pas vue non plus, aussi ne pouvait-il pas lui en faire grief, chose qui aurait de toute façon été des plus stupides.
« Excusez-nous, je ne regardais pas où j’aller. J’ose espérer que nous ne vous avons pas blessé. »
La jeune femme qui avait ainsi parlé avait à ses côtés une enfant. Cependant, la différence apparente d’âge entre les deux supposait qu’elles n’étaient pas mères et filles. Sœurs peut-être ? Cela ne le concernait pas. Elle se relevait, venant de ramasser un bout de papier qui devait être tombé lors de la collision.
La jeune femme devait être d’une famille riche, car sans être surchargée comme pouvaient l’être bon nombre de nobles, elle portait des vêtements qui n’apparaitraient pas sur quelqu’un qui avaient moins de moyen. Son visage était doux, avec des formes très lisses et deux yeux bleus pour l’orner.

« C’est moi qui m’excuse, répondit-il. Je ne faisais pas non plus attention. Et ne vous en faites pas pour moi, ce n’est pas ça qui me fera beaucoup de mal. J’espère que vous en revanche, vous n’avez rien. »

Il pensait, en disant cela, notamment à son épée, qui bien que soigneusement rangée dans son fourreau, pouvait causer des bleus en cas de choc violent avec une personne. Non pas qu’un bleu ou un mauvais coup du genre ne soit spécialement dangereux, mais il n’aimait simplement pas l’idée d’avoir causé un trouble, aussi infime soit-il, à une jeune femme, ou pire encore, à l’enfant qui l’accompagnait.[/justify]
Revenir en haut Aller en bas



Phèdre Astreya

Invité



MessageSujet: Re: Pour des informations cruciales (Phèdre Astreya - Vlad Comnenus)   Dim 21 Sep - 17:25

Message de Phèdre Astreya, demi-dragonne.

D'un coup d’œil rapide, Phèdre vérifia que sa petite sœur allait bien. Elyna était exaspérante certes, mais elle demeurait sa seule véritable famille avec ses parents et il était hors de question qu'il lui arrive malheur par sa faute. Fort heureusement, la gamine avait de bons réflexes aussi n'avait-elle pas été bousculée ou autre. Elle regardait l'homme d'un air méfiant, ne cherchant même pas à cacher sa répugnance. Sur son visage se peignait clairement l'envie de quitter les lieux au plus vite. Décidément, elle avait encore beaucoup à apprendre pour faire ses premiers pas à la Cour mais quelque part, cette réflexion rassura la métisse. Tant que la gamine demeurerait douce et candide, naturelle et innocente, cela voudrait dire que cette société ne l'avait pas encore corrompue totalement.
D'un geste discret, Phèdre se positionna entre l'homme et sa jeune sœur, de sorte que le visage de cette dernière était dissimulé dans son dos. Mieux valait qu'il en soit ainsi, ce n'était pas le moment de s'attirer les foudres d'un inconnu pour un mauvais regard de sa cadette. Il était vraiment temps qu'elle apprenne à se maîtriser … Quoi qu'il en soit, elles devaient rentrer au plus vite sans quoi pour sûr, leur père viendrait à s'inquiéter de l'absence d'Ely. Dans son dos, la demoiselle rouspéta pour la forme mais s'abstint de bouger ou de parler à voix haute. Elle était visiblement consciente d'avoir commis une erreur et, si son aînée avait su contenir sa colère, l'adolescente savait qu'elle allait bientôt sentir le retour de bâton.  

Perdue dans ses pensées, la jeune femme attendait que l'inconnu réponde. Il n'était pas spécialement richement vêtu, ce qui signifiait qu'il n'était pas noble ou alors, qu'il le cachait bien. La première option semblait la plus probable et cela ne plaisait pas nécessairement à la demoiselle. Il fallait qu'elles rentrent au plus vite. Le quartier n'était pas spécialement mal fréquenté cependant, mieux valait éviter de s'éterniser. D'une part, parce que deux femmes seules la nuit étaient des proies faciles dans l'esprit des gens et d'autre part, parce que si jamais l'informateur avait parlé, alors elles risqueraient vraiment leur existence. Toute sa réflexion n'avait duré qu'un instant et l'homme ne tarda pas à prendre la parole. Tant mieux, qu'elles puissent vite rentrer et pour sa part, clore sa mission.

La voix de l'inconnu n'était pas « violente ». Posée, il répondait simplement à la question qu'elle venait de lui soumettre. Il s'excusa calmement et Phèdre n'eut pas du tout l'impression qu'il fut dangereux. Au contraire, il avait l'air plutôt « avenant ». Quoi qu'il en soit, elle ne devait pas se fier à cela et plus encore, ne pas perdre plus de temps que nécessaire. Elle ne s'attarda pas sur cette impression et se contenta de répondre le plus poliment possible d'une voix posée :


« Je n'ai rien, je vous suis reconnaissante de vous en inquiéter. »

La jeune noble sourit pour donner du poids à ses propos. Voilà comment on se faisait des amis à la Cour, voilà comment on passait pour une petite fille sage et bien élevée pour ne pas faire honte à son père et à sa position. Si seulement Elyna pouvait le comprendre, alors peut être s'en sortirait-elle si d'aventure la dragonne devait quitter la ville un jour. Pour l'heure, elle était aussi écervelée qu'elle l'avait été à son âge.

« Veuillez nous excuser mais nous devons rent...rer. »

Un bruit non loin avait attiré l'attention de la jeune femme. Au fond de la rue, derrière l'homme, se tenait un groupe de « jeunes » d'après ce qu'elle en voyait. Ils semblaient éméchés, suffisamment pour qu'elle les remarque et cela ne lui plaisait pas. Seule, elle aurait pu les éviter ou à tout le moins, tenter de les convaincre qu'elle n'était pas intéressante, avec Elyna à ses côtés, elle aurait beaucoup plus de mal. Elle pariait sur le fait qu'ils allaient les importuner. Un mouvement derrière l'inconnu lui fit comprendre qu'elle voyait juste. L'un des hommes avait marqué une pause et les avaient désignées. Son cerveau se mit à réfléchir en un instant. Il était hors de question de se transformer, elle se l'interdisait. Elle ne pouvait pas non plus fuir, qui lui disait que l'homme devant elle n'allait pas la poursuivre à son tour ou se rallier aux autres ? Les problèmes et les solutions s’enchaînaient dans sa tête lorsqu’elle comprit que la seule solution résidait dans la réponse la moins folle de toute. Seule, cela aurait été différent bien sûr mais là, elle devait absolument rester une frêle jeune femme effrayée par les hommes derrière elle. Sans quoi, elle attirerait les soupçons et pire que tout, elle pourrait voir sa jeune sœur blessée.

« Excusez-moi, ma requête va vous paraître étrange mais … pourriez-vous nous escorter jusqu'à chez nous ? Vous voyez les hommes là-bas, j'ai bien peur qu'ils ne s'en prennent à nous et je ne voudrais pas qu'elle soit blessée. » elle désigna sa sœur derrière elle, « Je vous payerais pour ce service. »

Elle se sentait mal de demander de l'aide mais ces hommes ne lui plaisaient pas et, sans le savoir, ce n'était sans doutes pas le pire de ce qui l'attendait ce soir. Peu importe, elle devait jouer les femmes fragiles et elle détestait cela en son for intérieur mais pour l'heure, elle n'avait plus le choix. Inutile de tergiverser. Elle n'avait plus qu'à attendre.
Revenir en haut Aller en bas



Vlad Comnenus

Invité



MessageSujet: Re: Pour des informations cruciales (Phèdre Astreya - Vlad Comnenus)   Lun 22 Sep - 19:56

Message de Vlad Comnenus, humain.

La jeune femme semblait en bonne santé, et elle le confirma. Vlad était soulagé. Il n’aimait pas faire du mal sans le vouloir.
Lorsqu’elle lui annonça souhaiter rentrer chez elle, il se prépara à lui dire au revoir. Cette rencontre se soldait sans surprise. Une bousculade dans une rue, un échange d’excuses, rien de plus que nécessaire.
Puis elle lui demanda s’il pouvait lui venir en aide. Il écouta attentivement la proposition. Les escorter, elle et sa sœur, jusqu’à leur maison. Elle avait peu qu’il n’arrive quelque chose à sa petite sœur à cause de gamins à l’air pas très commodes qui semblaient avoir repéré le trio.
Il ne prit pas le temps d’étudier la question. Quand bien même n’aurait-elle pas proposé d’argent pour le service, il l’aurait accepté. Il n’y avait aucune gêne à escorter ces deux sœurs chez elles, et si elles risquaient des ennuis aux mains de jeunes imbéciles, c’était même un devoir à ses yeux. L’argent était cependant le bienvenu, il ne le cacherait pas. Il se demanda un instant s’il ne pourrait pas profiter de l’occasion pour demander plus que la somme nécessaire pour ce genre de travail, mais chassa aussitôt cette pensée de son esprit. Ce ne serait pas bon. Il n’avait pas le droit de profiter ainsi des gens.

« Ma foi, dit-il, je le ferais même sans être payé. Je n’aime pas l’idée de voir des jeunes imbéciles s’en prendre à des cibles faciles. »

Et c’était la vérité.
Il se mordit cependant la langue d’avoir parlé de faire le travail sans être payé. Si elle était honnête, il aurait tout de même le droit à l’argent promis, mais pour peu qu’elle soit comme les autres riches, c’est-à-dire plus proche encore de ses sous que les pauvres, elle ne manquerait pas cette occasion de louer gratuitement ses services. Dans tous les cas, à présent, son sort était scellé. Il n’avait pas de choix autre que celui de les escorter. Et il comptait bien les escorter jusqu’au bout.
Il jeta un rapide coup d’œil aux gamins, puis à son épée. Il n’aurait pas besoin de son arme ce soir. Du moins l’espérait-il. Ils avaient clairement remarqué les jeunes filles, ce qui voulait dire que les ennuis allaient venir. Mais ils ne semblaient pas dangereux au point de requérir l’usage d’une arme. Il fit craquer ses poings quelques instants. Même s’il n’était pas aussi costaud qu’il l’avait été, il arrivait encore à soulever le tonneau de sable lorsqu’il y en avait un de présenté à l’occasion d’une fête ou de tout autre évènement du genre. Ces gamins ne feraient pas le poids.
Ils ne semblaient pas non plus porter d’armes sur eux. Sans doute des jeunes qui avaient un peu trop bu ou qui se pensaient assez intelligents pour agresser un duo de jeunes filles.  Ou les deux, après tout le premier entrainait souvent le deuxième.
Il considéra sa nouvelle employeuse.

« Mademoiselle, je vous suis. »

Lorsqu’elle partit, il lui emboita le pas, l’air de rien, gardant les yeux sur sa cible éventuelle. Puis il se pencha pour murmurer quelques mots à l’oreille de la jeune fille.

« Deux choses, dit-il. L’une, je m’appelle Vlad Comnenus, et j’aime bien connaitre le nom de ceux et celles qui m’emploient, si cela ne vous dérange pas bien entendu. Pour la deuxième, c’est une simple curiosité : si ces gamins nous attaquent effectivement, est-ce que je dois faire dans la subtilité pour éviter de faire peur à votre sœur ou est-ce que j’ai quartier libre pour leur donner une leçon ? »

Le nom de son employeuse, c’était une question de principes. Il n’espérait rien en le lui demandant, si ce n’est d’être plus à l’aise, il n’aimait pas ne pas connaitre le nom de ceux et celles qui l’entouraient. Après, ça n’amenait que des ennuis s’il fallait les retrouver pour une raison ou pour une autre.
Quant à sa deuxième question, il espérait réellement qu’elle réponde en choisissant la deuxième option. La première le gênerait dans son action. Ca augmenterait les risques pour tout le monde. Il se sentait capable de le faire, mais il ne garantissait pas non plus une réussite totale. Alors que la deuxième ? Bon d’accord il ferait peut-être peur à la petite. Il n’aimait pas cela, mais au moins, elle saurait de façon claire et définitive qu’il ne valait mieux pas trainer dans les rues sans escortes la nuit.
Une autre question à présent. Non, une remarque, pas une question.

« Je tiens à vous le dire madame, je ne ferais couler le sang que s’ils sortent en premier des armes. Je préfère éviter de faire un malheur. Ces gamins sont sans doute des crétins, mais je n’aime pas prendre des vies. C’est juste pour vous en informer. »

Ce qu’il voulait dire par là, c’était assez clair, du moins le pensait-il. Il avait pour principe de ne pas tuer des hommes désarmés. Son épée, il la garderait au fourreau même s’ils sortaient des armes d’ailleurs. Il ne la sortirait que s’il ressentait réellement le besoin de tuer. Besoin qu’il aimerait autant ne pas ressentir, sinon il ne donnait pas cher de la peau des gamins.
Revenir en haut Aller en bas



Phèdre Astreya

Invité



MessageSujet: Re: Pour des informations cruciales (Phèdre Astreya - Vlad Comnenus)   Mer 24 Sep - 20:26

Message de Phèdre Astreya, demi-dragonne.

Gagner du temps et rentrer.
C'étaient les mots qui tournaient en boucle dans l'esprit de la jeune femme. Protéger sa petite sœur apparaissait également comme une priorité mais la mission devait malheureusement passer avant tout car son père comptait sur elle. Sans doutes également qu'il comptait bien qu'elle lui ramène sa fille entière et en bonne santé. Les jeunes gens ne l'inquiétaient pas tant que ça, un peu abîmés par l'alcool, ils n'en seraient pas trop dangereux, non, ce qu'elle craignait en réalité était d'une toute autre nature. Ce genre de personnes attiraient nécessairement les mauvaises fréquentations qui profitait de l'occasion pour accomplir leurs méfaits … Elle ne devait perdre la lettre sous aucun prétexte, d'autant plus qu'elle n'avait pas pu la lire pour en apprendre par cœur le contenu … Quelle sotte.

Elle avait agi comme une débutante … C'était indigne de la mission et du rang qu'elle s'était imposée de tenir. Fâchée contre elle-même, la métisse attendait sur le qui-vive la réponse de l'homme. S'il acceptait, voilà qui dissuaderait sans doutes les jeunes de s'approcher d'elles et au pire, elle laisserait bien volontiers prendre tous les risques à cet homme pour filer en douce et rentrer directement. Elle craignait que les ombres ne cachent quelques voyous un peu plus organisés. Dans son dos, sa jeune sœur se demandait sûrement pourquoi elle avait fait appel à un inconnu pour les escorter mais peu importait, elle se contentait de se taire et c'était la meilleure chose qu'elle ai pu faire ce soir. Le silence ne fut pas long et la dame eut bientôt la réponse à sa question. Avec un soulagement à peine feint, elle recueilli dans un sourire entendu sa déclaration. Si elle n'avait pas apprécié l'appellation de « cible facile », elle se contenterait de l'oublier pour le moment. Les femmes pouvaient être bien plus dangereuses qu'elles n'y paraissaient. Dans son dos, Elyna trépigna et prit la parole.


« Nous ne sommes pas des cibles faciles ! Je parierais même que ma sœur vous battrai en duel. »

D'un geste, Phèdre la fit taire, un sourire désolé se peignant sur ses lèvres tandis qu'elle ajoutait d'un ton calme, presque lasse du fait de la situation.

« Excusez-la, les enfants ont toujours tendance à croire que leurs aînés sont invincibles. Je vous remercie de votre sollicitude mais je tiens à vous payer pour vos services, qui sait ce qu'il pourrait advenir ? »

Etre impeccable en toute circonstance, être maître de soi en toute circonstance. Elle appliquait à merveille les règles de la Cour. C'était ce qui l'avait sauvée jusque là, ce qui avait forgé son caractère et son talent. Aujourd'hui, la dragonne excellait dans ce domaine. D'un pas décidé, la jeune femme avança en direction des jeunes éméchés. Elle écouta également ce qu'avait à lui dire l'homme et apprit ainsi son nom et ses principes. Elle ne répondit pas tout de suite, évaluant de prime abord le pour et le contre de donner son vrai nom. Phèdre estima cependant qu'il valait mieux lui donner son vrai nom plutôt qu'un pseudonyme, la renommée de son père et l'espoir d'une belle récompense le pousserait peut être à se montrer plus protecteur … Elle fut contente de constater que sa jeune cadette ne prenait pas la parole. C'était déjà ça de pris.

« Je me nomme Phèdre Astreya, et voici ma sœur, Elyna. »

Elle avait chuchoté sans vraiment en avoir conscience mais ce n'était pas plus mal ainsi. Elle réfléchit ensuite à sa question suivante. Elle était plutôt étrangère à la violence mais peu lui importait au fond. L'avenir de ces personnes ne dépendait pas d'elle mais de ce qu'elles feraient à son encontre. Elle fut néanmoins rassurée de savoir qu'il ne ferait pas couler inutilement le sang.

« Agissez comme bon vous semble, je ne veux ni être suivie, ni être arrêtée. Ce ne sont pas tant ces gamins que je crains au fond ... »

Elle avait prononcé sa dernière phrase sans vraiment faire attention …
Revenir en haut Aller en bas



Vlad Comnenus

Invité



MessageSujet: Re: Pour des informations cruciales (Phèdre Astreya - Vlad Comnenus)   Ven 26 Sep - 19:10

Message de Vlad Comnenus, humain.

Pas tant ces gamins qu’elle craignait au fond ? Mais que craignait-elle exactement ? Vlad commença à se demander s’il n’avait pas mis les pieds dans un engrenage qui le dépassait. La jeune femme était riche, et elle semblait agir comme une politicienne qui souhaiterait sauvegarder rapidement des intérêts. En l’occurrence des intérêts contenus dans la lettre qu’elle portait avec elle.
Puis un mouvement des gamins lui rappela qu’il n’avait pas à se poser de questions là-dessus. Il allait escorter la demoiselle et sa sœur chez elles, et il ne se mêlerait pas du contenu de cette lettre, ni de l’autre chose qu’elle craignait. A moins que…
Il se poserait la question plus tard. Les gamins essayaient de les entourer. Il les laissa tranquillement faire, puis quand ils eurent fini, leur adressa la parole.

« Alors vous avez le choix les gars. Ca peut bien se passer, personne n’est blessé et vous retournez tranquillement chez vous et nous on s’en va de notre côté. Ou ça peut mal se passer, et dans ce cas-là vous allez le regretter. »

Un gamin fit son choix sans répondre. Vlad l’attendit tranquillement tandis qu’il armait son coup, et avant que son adversaire n’ait pu frapper, fit jaillir son poing, l’envoyant au tapis. Sonné mais pas assommé, le gamin tenta de ramper loin de lui.

« Vous faites pas le poids, vraiment. J’ai encore soulevé un tonneau de sable l’été dernier. Aucun d’entre vous n’y arriverait. »

Voyant que les gamins se rassemblaient pour une attaque groupée, il s’adressa à Phèdre.

« S’ils attaquent en groupe je vous suggère de vous en aller pendant que je les retiens. Ils ne me font pas peur, mais je n’aimerais pas relâcher ma surveillance, malgré l’assurance de votre petite sœur. »
Revenir en haut Aller en bas
 

Pour des informations cruciales (Phèdre Astreya - Vlad Comnenus)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pour des informations cruciales (Phèdre Astreya - Vlad Comnenus)
» INFORMATIONS INEDITES ! UN MESSAGE SPECIAL POUR TOUS LES NOUVEAUX CONVERTIS !
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Bavardages [H-RP] :: Archives-