Partagez | 
 

 Démons et Merveilles (soleynaïl - Ys Sin - Haron)


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Soleynaïl

Invité



MessageSujet: Démons et Merveilles (soleynaïl - Ys Sin - Haron)   Mer 28 Mai - 13:33

Message de Soleynaïl, fée/démone.

Après une marche sinueuse en remontant l'Evanescente, ce fût avec presque avec plaisir que j'atteignis enfin, le territoire des Hommes. D'ordinaire, mes fréquentations et mes foulées en ces terres s'arrêtaient aux alentours des petits villages agricoles et faiblement peuplés qui parsemaient le paysage. Néanmoins, cette fois-ci, il me faudrait affronter les foules ardentes d'Espalion. C'est donc, mon visage calfeutré sous l'ombre éternel d'un capuchon que j'avançai désormais, entre cette peuplade criante et leurs embruns incessants, je serrais des canines, éduquant mon esprit afin de ne guère leur prêter d'attention, pressant mon avancée. En vain, néanmoins, puisque l'agitation constante véhiculée par leurs échos incessant avait le don outrancier d'agresser ma fine acuité auditive. Ainsi, je renâclais brièvement m'enfonçant davantage dans ma propre pénombre.

Je n'appréciai guère les villes. Il régnait en ces lieux, bien trop d'animations pour une âme telle que la mienne. Néanmoins, certaines obligations m'imposait de venir ici, afin de me délester de quelques objets. Rapidement, je quittai la route pavée pour finalement pénétrer dans une zone plus reculée de la route principale. Et, lorsqu'enfin la foule commença à se faire moins dense, mon pas se vit ralentir, puis s'interrompre. Un léger vent souffla dans mon dos, me suggérant de reprendre mes foulées. M'enfonçant dans le noyau d'un quartier modeste, mes prunelles commencèrent alors à s'attarder sur leur environnement. Des murs de pierres bâtissaient la majorité des habitations qui se succédaient les unes aux autres, parfois, des affiches accrochés à la hâte ornaient ici et là leur façade, tandis qu'aux coins de petites places, des hérauts proclamaient leur office. D'ordinaire, j'écoutai d'une oreille distraite, ou avisée, leurs énonciations, mais sans doute, était-ce par la grâce d'un douteux hasard que ce jour-ci, je n'y pivotai pas mon attention, puisque sans nulle doute mon instinct défiant m'aurait imposé de rebrousser chemin.

Je finis par déboucher au pied d'une devanture qui se détachait des rares échoppes se tenant dans ce coin de la ville. Une large façade soignée encadrait une porte étroite d'un bois noir et entretenu, tandis qu'en son sommet un écriteau vétuste surplombait l'entrée par un amical ''Le petit pain du peuple.'' inscrit en lettres d'or. L'ensemble bien que propret, émanait un profond sentiment d'ancienneté, pressentiment qui s'amplifiait par la présence d'un lierre rampant envahissant les murs de son pourtour ainsi qu'une partie de la dite devanture. Me rapprochant de cette dernière, je laissai ma main droite flâner nonchalamment contre le lierre, avant d'apposer ma sénestre sur la poignée de porte. Sans même s'enquérir de toute politesse, mon couvre-chef imperturbable restant sur le sommet de mon crâne, je pénétrai en ce lieu. Un bref tintillement s'en suivit, lorsque l'étroite porte se referma sans un son, me coupant définitivement de l'extérieur.

- Bonjour.

Emis-je sombrement, avançant vers le comptoir pour y déposer ma carte ainsi qu'une bourse agréablement sonnante, annonçant derechef, l'objet de ma présence. Le tenancier d'un âge avancé mais à l'oeil retord, hocha de la tête d'un sourire commerçant, rangea soigneusement ce qu'il tenait un instant plus tôt dans sa poigne avant de l'enfermer dans l'une des trois vitrines qui siégeait au centre de la pièce, pour finalement, me faire signe d'attendre tandis qu'il rentrait dans une salle annexe, manifestement réservée au personnel.

J'en profitai alors pour me retourner, m'adossant nonchalamment sur le comptoir, croisant les bras afin de mieux détailler mon milieu. De manière générale, celui-ci était suffisamment éclairé par l'astre du jour dont les reflets passaient sans encombre au travers des fenêtres. La salle était d'une largeur agréable permettant de se déplacer entre les trois vitrines qui meublaient l'ensemble sans encombre. Ces dernières étaient en vérité trois tables mi-hautes sur lesquelles reposaient divers et étranges composants dont la plupart me paraissaient inconnus, au premier regard. À chaque coin de la pièce, se tenaient aussi une large bibliothèque dont l'une d'elle semblait contenir un assortiment d'objets en argents.

C'est alors que j'allais entamer un pas afin d'y fureter de plus près que l'on m'interpela, coupant ainsi mon geste qui se termina par un léger pivot. Je me retrouvai alors face au tenancier qui avait repris de plus bel son inventaire, et un face à homme, plus jeune que le premier, aux gestes avenants et au sourire charismatique du dentiste vous assurant que l'opération ne sera guère douloureuse. Je récupérai d'une traite mes biens déposés un instant plus tôt sur le comptoir pour le suivre l'esprit tranquille dans la salle annexe.
Revenir en haut Aller en bas



Haron

Grand maître forgeron nain ingénieur artificier
avatar

Masculin Nombre de messages : 212
Style de combat : meur en silence tu gâche le brui de l'explosion


MessageSujet: Re: Démons et Merveilles (soleynaïl - Ys Sin - Haron)   Mer 28 Mai - 17:14

Quelque  jour plus tops  quelque part dans les forge de la  famille Cousland un messagé recherche désespérément  le maître des lieux.

Le jeune aide de camp ;majordome ;messager du conseille ; fini enfin par mètre la main sur son général dans la forge a froid de la demeure.
Le forgeron de renom haron forgé  une lame en Eog ; un alliage elfe qu'il avait récupérai il y a quelque lune .


-Général! Général! Le haut conseille veut vous parlez  immédiatement

Le  forgeron fit un geste  au coursier pour  qu'il attende et qu'il ce taise .

-Jeune padawan ,  je forge un métal extrêmement rare et cher  donc les vieux  bouc du  conseille va attendre que je finisse .
Un  cimetaire en  eog  je vais pouvoir au moins  en tiré au moins  60000 piéce d'or sans problème  .


Une fois la phrase fini il ce remis a tapée sur la lame.
Quelque heure plus  tard elle était enfin prête a reposer aven d'y installer la garde et de créer le fourreaux .


-Donc le  mulo y a quoi ?

Le messagé  qui c'étais endormi ce leva et dit

-Le conseille veut vous voir au plus vite. Il y a une mission qui requière  votre expérience a la ville d' Espalion.

Le vieux forgeron souffla et dit .

-Prépare ma diligence  et le petit loup je part directement  après mon entretien  avec  le conseil

IL attrapa et mi son manteaux de cuir  puis il pris Favore .
Il ne ce fit pas  priée    et alla d'un pas décidé a  la salle du conseille.
Une fois en ce  lieux le conseille lui donaire ses ordre:

Ils étaient simple  allés a la capitale humain et  rencontrée un dénommé Ys Sin .
La personne charger de l’enquête devrait ce trouvez dans le  poste centrale de  la milice .
Cette enquête concerne la famille d'un membre du conseille. le dénommé Ys Sin donnera plus de précision sur cette affaire  

Haron Cousland parti immédiatement pour la capitale du peuple humain  .
Il arriva a l'aube de ce jour et interpella un milicien qui le conduit directement ou centrale .
Puis il l'envoya ; avec l'appuis d'un sous d'argent ; quérir le dénommé Ys Sin.

Une foi cette homme rencontré il lui donna son ordre de mission  en disant  amicalement .


-Jour Msieu , je suis le général haron Cousland de  l'armée naine .
Vla on m'envoi pour vous assister dans votre enquête  un membre de  la famille  d'un conseiller nain et l'une des victime .
Je vous suis, si vous pouvez me faire un résumée en chemin ; et si vous avez besoin de moi susi la  .

_________________
Pardonnez mes faute de suis atteint d'une dysorthographie

pour  le gn c'est par ici :
les régle  => R.U.S.E.G.N
les inscription => nos future héros
création des fiche  de  personnage => concours
Le sujet de suivie => fiche de suivie
fiche de perso (elle  est  pas encore entièrement fini ) =>
fiche  de perso actuel pour  le gn

forme dragon /dragonos:
 
Revenir en haut Aller en bas



Ys Sin

Invité



MessageSujet: Re: Démons et Merveilles (soleynaïl - Ys Sin - Haron)   Dim 1 Juin - 2:05

Message d'Ys Sin, humain.

Ys était assis au bureau du sergent des miliciens de la zone; son écuyer, baillant, tentait de faire le tri dans les papiers jonchant la pièce, petite, dénuée de tout luxe et juste meublée d'un bureau, d'une chaise et d'un placard. Il essayait de faire le point et de tirer au clair cette obscure affaire de meurtre. On lui avait ordonné de s'impliquer dans cette histoire. Mais avec ce cadavre de nain de bonne famille, cela devenait bien trop politique à son goût. Et qu'importe la race, des meurtres à Espalion était un problème pour les autorités d'Espalion, voilà ce qu'il pensait et comment il entendait que les choses se passent.

- Tu as les rapports sur les autres meurtres ?

- Oui messire, tenez.

Trois nouveaux feuillets vinrent s'ajouter à la dizaine déjà entre ses mains. Tout cela n'augurait rien de bon. Avec ce genre d'histoires, on récoltait une mauvaise atmosphère dans les rues; les gens devenaient méfiants et ce n'étaient pas bon pour les affaires des commerçants. D'ailleurs ces derniers n'avaient pas tardé à faire entendre leurs mécontentements et leurs façons de penser sur les compétences des gardes à s'occuper de telles affaires. Une partie de leurs clients rentraient plus tôt chez eux dans certains quartiers. Cinq meurtres en deux semaines, ça en refroidit plus d'un.

- Messire, l'émissaire nain vient d'entrer dans le bâtiment.

- Voilà ce qui nous perdra petit. Qu'on laisse les autres races s'occuper de nos affaires et cette ville ne nous appartiendra plus sous peu. Est-ce qu'on va dans leurs satanés mines quand un des nôtres y passent ? Moi, je n'y ai jamais été.

A peine une heure depuis qu'il était levé et il fallait déjà qu'il s'occupe d'un nain, heureusement, vivant cette fois.
L'émissaire entrant, Ys se leva de son siège et tendit la main pour prendre le papier qu'on lui tendait. Tout en commençant à lire, il nota dans un coin de sa tête qu'on venait de le saluer et se présenter. La lecture faite, il posa le papier sur le bureau et observa le nain, somme toute assez ressemblant à un nain, et s'exprima d'une voix claire et teinté d'une légère mauvaise volonté.

- Et bien monsieur Haron, je suis Ys Sin, chevalier d'Espalion. Vous m'excuserez d'être franc mais autant vous dire que je ne vois pas pourquoi on vous envoie dans ma ville pour m'épauler. Je suppose que c'est purement politique et que je n'ai pas grand choix.
Si vous voulez toujours participer à l'enquête, on attendra le début d'après-midi pour y aller, j'aime bien discuter le ventre plein.



Se fut donc peu après manger qu'Ys, accompagné de son écuyer, Haron et deux miliciens se dirigea vers la partie basse de la ville, là où les indices semblaient converger vers une boutique d'apparence assez banale. Tandis qu'ils marchaient, Ys expliqua donc au nain ce qu'il savait.

- Le nain a été retrouvé il y a trois jours, la cinquième victime depuis deux semaines. On pense qu'il c'est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Il furetait à droite et à gauche depuis le début des meurtres, il avait été prévenu de ne pas en faire plus mais il semble que sa curiosité a causé sa perte.
Les indices tendent à la conclusion que nous avons affaire à un humanoïde ayant un certain attrait pour les démons. Divers symboles et les blessures ayant été causé par des armes non conventionnelles et avec beaucoup de force que ne peut en déployer un humain, un elfe ou un nain nous confortent dans cette idée. Et nous nous dirigeons actuellement vers une boutique se voulant beaucoup trop honnête pour le quartier dans lequel elle est située.


Entrant dans le quartier de la dite boutique, les deux miliciens furent envoyés dans les rues adjacentes, prenant un autre itinéraire que celle d'Ys.
Effectivement, la boutique se démarquait du reste, non par sa propreté ou ses articles en vitrine; elle dégageait quelque chose qui dérangeait Ys. Sans hésitation, il entra avec le nain, et son écuyer, laissant ce dernier près de la porte; mieux valait assurer ses arrières dans ce genre de situation. Un vieil homme se tenait derrière le comptoir et semblait occupé. Ys vint donc s'accouder au comptoir sans jeter un oeil à ce qui l'entourait.

- Je ne vais pas tourner autour du pot, j'espère que tu en feras de même. Tu dois comprendre que je ne viens pas dans ce genre d'établissement sans raisons particulières et que les circonstances font que je risque de ne pas être tendre si quoique ce soit me contrarie.

La voix d'Ys ne souffrait d'aucune hésitation et était limpide, elle ne cachait aucune autre intention que ce qu'elle évoquait: de l'honnêteté et une curieuse impression que chaque menace serait mise à exécution.

- J'ai pu entendre dire qu'en venant ici, je pourrai obtenir des informations sur les meurtres des ces dernières semaines. Et ne vient pas me dire que tu n'en as pas entendu parler ou que tu ne vois desquels je parle. Le dernier cadavre a été trouvé dans le quartier et c'était particulièrement moche à voir.

Le vieil homme ne trahissait aucune émotion, nullement impressionné par la petite tirade d'Ys il semblait. Il ne prenait même pas la peine de répondre, il regardait juste dans sa direction avant de se remettre à lire ses feuilles. La main d'Ys attrapa le col du tenancier et d'une puissante traction, le ramena devant le comptoir. Toujours sur ses pieds, il faisait maintenant face à Ys qui amena son visage au même niveau.

- On va être plus clair, où vais-je trouver des informations utiles ?

D'une main légèrement tremblotante, le vieil homme désigna un couloir qui s'enfonçait derrière la boutique.

- Gamin, tu gardes la porte, personne ne sort, compris ? Et garde la main sur ton arme.

- Oui messire !

- Maître nain, vous me suivez ? On va avoir des questions à poser, vous m'avez l'air d'une personne persuasive.

D'un pas lourd et décidé, Ys passa le comptoir et s'engagea dans le couloir. Les mains sur les pommeaux de ses lames, il passa l'entrée d'une nouvelle pièce où deux personnes semblaient en affaire.

- Monsieur, madame, puis-je poser quelques questions ? Je serai clair dans mes demandes, j'en attends autant de votre part !
Revenir en haut Aller en bas



Soleynaïl

Invité



MessageSujet: Re: Démons et Merveilles (soleynaïl - Ys Sin - Haron)   Mer 4 Juin - 15:38

Message de Soleynaïl, fée/démone.

Une fois un bref couloir traversé et un encadrement de porte dépassé, j'inclinais légèrement de la tête afin de passer sous un rideau de toile qui non seulement constituait l'unique intimité avec le couloir mais attendait sagement de retrouver sa raideur tandis que le jeune humain le retenait d'une main, le temps de pénétrer dans l'interstice. La salle annexe rejointe, mes mirettes aux allures de bête de foire en suivirent le pourtour. Une fenêtre aux vitres épaisses donnant sur une rue adjacente, constituait l'unique source de lumière, incidence qui se déversait en plein centre de la petite salle ronde, dont les seuls meubles se trouvaient être une table de bois et son trio de chaises, vernis à souhait.

M'invitant à m'assoir, je me saisis de l'une d'entre elle de façon à avoir sur ma gauche, la dite fenêtre et la sortie sur ma dextre, tandis que le second du tenancier faisait de même de son attitude altière. En silence, je déposai ma carte repliée sur la table, mon interlocuteur s'en saisit d'un geste appliqué tout en m'octroyant un sourire commercial avant d'exprimer sur ses traits une allure qui selon son propre jugement devait paraître connaisseur. Tenant l'objet à deux mains, il commença à le détailler brièvement, pour énoncer un instant après:

- Elle n'est pas signée ... Vous en connaissez l'auteur? C'est pour le registre, vous comprenez.

- Une maladresse du créateur, semble t'il. Il s'agissait d'un mage ...

Répondis je, alors d'un calme froid et placide, sur le ton de l'évidence qui par cette simple énonciation élucidait la moindre ambiguïté. C'est en poursuivant sur ce même timbre alambiqué, que nous échangeâmes quelques bribes oratoires, dont la plupart cherchaient simplement à attester la finesse et l'exactitude des données que contenait l'objet. Informations dont j'avais eu l'occasion d'affranchir du doute, pour la plupart tout du moins ...

À peine entamions nous les négociations que mon acuité auditive tiqua, imposant mon menton de bifurquer d'un quart de pouce sur le côté. Mon locuteur palabrant ainsi avec le néant de mon inattention, une impression de malaise commença à s'installer … Remuant mon fessier du fond de son siège, mon appréhension ne s'attendrit guère, et pour cause, je n'appréciais guère les brèves échos que je discernais âprement de la boutique principale. Je croisai des bras en haussant mon minois afin de justifier mon geste par une allure posée, mais doucement hautaine, tandis que mes iris se glissèrent le plus innocemment du monde vers l'unique fenêtre dont le verre, ne me paraissait plus aussi opaque … bien au contraire. Une mimique apaisante qui eu don d'apaiser lors d'un bref moment mon instinct vigilant et chevronné par une anxiété instable, mais louable à la survie, puisque celui-ci vit alors  une issue providentielle dans la possibilité sournoise où, le problème de la salle principale oserait s'immiscer jusqu'à ma moi.

Néanmoins, mon esprit tentait de rester lucide. En rien, cela me concernait. Mes petits tracas avec ma noire ascendance, ne pouvaient me cueillir aussi loin des terres incestueuses, encore moins en pleine Espalion. Non? Mis à part quelques illuminés, les humains demeuraient assez frileux à ce sujet. Sans doute ces élocutions fugaces étaient'elles les effluves d'un client mécontent? Interrogation qui fit naitre un reflet d'incertitude quant à mon langoureux désir de vente … Avertie par ce détail substantiel, je centrai mon audition sur le blondinet dont la posture d'expertise s'était dissipée lorsqu'il replia mon bien pour annoncer d'une apparente nonchalance calculée:

- Ma foi, je dois pouvoir trouver des acquéreurs auprès des connaisseurs, s'il vous ...

Son discours interrompu par un levé de rideau soudain, le receleur pesta d'un martellement du poing sur le bord de la table. Le négociant n'appréciait guère que la peuplade dérange ses basses-oeuvres, d'autant plus lorsqu'un client de nature profane lui apportait une pièce lucrative. Il goutait aussi au plaisir de prétendre assurer l'anonymat de ces derniers, et lorsque celle-ci se dévoilait à cause d'un vieillard défaillant … Ma foi, cette prétention s'entâchait. Sans doute fusse pour cette raison-ci qu'il se leva, afin de se poser entre ces deux inopportuns dont l'impatience étranglait une fructueuse transaction.  

- Oui, quoi? … Mh. Puis je vous renseigner?

Avait'il d'abord entonner d'un ton appliqué puisque agacé, mais qui fini par se tarir en avisant  l'imposante armure qui se postait devant lui désormais, en compagnie d'un nain aux allures teigneuses qui n'attendrissaient guère cet élogieux tableau d'acier trempé. De mon côté … Ah. Je rongeai mes freins en silence, serrant de mon mutisme perpétuel mes canines dans l'espoir de réguler mon effervescence. Acariâtre ressentiment qui néanmoins, n'eu guère l'opiniâtreté de se manifester davantage, ou bien même de se véhiculer vers quiconque puisque mon sang froid préservait soigneusement mon apparente impassibilité. Sans broncher, je posais sereinement ma main sur ma carte, songeant en outre, qu'il serait dommage de me la destitue après tant de labeur pour la dégoter.

En détaillant furtivement le nain ainsi que le chevalier, mon esprit se remémorait en quels lieux j'aurais pû m'impliquer de près ou de loin dans les affaires des peuples nains. Peu de chose éveillant de fugaces souvenirs, je ne pouvais qu'en conclure que cette affaire-ci ne pouvait me concerner. Indéniablement. Néanmoins, la proximité avec l'autre humanoïde en armure ne m'apaisait guère. Avec le temps, mes sens avaient eu le temps d'apprendre à discerner les porteurs d'embrouille. Or sa seule présence, éveillait cette prescience ... Ainsi, assise sur le fond de ma chaise, le bois de mon arc rentrant dans le dos, je laissais mon regard s'écouler doucement sur nos deux compères pour en détailler les atouts offensifs, tout en observant septique ce qui allait se poursuivre:

- Évidemment! Néanmoins, laissez moi le temps d'en finir avec la demoiselle. En attendant, Maitre Nain, je vois que vous avez la patte en matière d'arme! Laissez moi vous conduire dans la remise afin de vous présenter notre stock d'armement de haute manufacture, je pense sans erreur que leurs attraits sauront vous plaire! À l'avance, je suis intrigué d'entendre votre expertise!

Relevant ses manches, déjà plus hautes que ses coudes, le commerçant se pencha vers le nain lui adressant son sourire permanent de démagogue charismatique, puis incitant le chevalier à le suivre, il câla une main ferme sur son épaule, avec une assurance des plus ostentatoires.
Revenir en haut Aller en bas



Ys Sin

Invité



MessageSujet: Re: Démons et Merveilles (soleynaïl - Ys Sin - Haron)   Dim 13 Juil - 2:03

Message d'Ys Sin, humain.

- Monsieur...

De la main droite il saisit fermement la main du marchand et la retira de son épaule, sans violence et sans plus de force que nécessaire, toutefois, l'homme aura compris que réitérer le geste pourrait lui apporter de menu problèmes et une probable incapacité à bouger les doigts pendant plusieurs jours.

- ...je ne serai pas plus ferme parce que je viens d'arriver, toutefois, veuillez ne pas recommencer. Je suis Ys Sin, chevalier d'Espalion et je vous serai gré d'apporter des réponses à mes questions. Un "je ne sais pas" ne sera pas admis. De même qu'un "je ne suis pas au courant".

Qu'avions-nous là ? Une réunion entre un marchand humain louche et une silhouette encapuchonnée. Une femme sans aucun doute, la race n'était pas identifiable. Tout cela risquait de concerner un sujet répréhensible mais il n'était pas là pour ça; toutefois il nota qu'il lui faudrait repasser par là après avoir résolu cette affaire.

- Donc, vous ne terminerez pas avec la jeune femme, elle attendra et est très bien à sa place. Donc elle ne bougera pas.

Sa voix était assez froide et ne souffrait d'aucune hésitation. Il n'y avait rien à déceler derrière ses mots, tout était clair et ne laissait aucune interprétation possible. Il fixait ses interlocuteurs sans ciller.

- Vous êtes sans doute au courant des récents meurtres qui ont eu lieu. Une sale affaire et les indices m'ont guidés jusqu'ici. Le dernier meurtre ayant eu lieu dans le quartier, il me semblait donc essentiel de venir vous voir. Le vieillard au comptoir n'était pas très bavard, je me suis donc dit que vous en sauriez plus.

Ys s'éclaircit la voix, ne laissant que peu l'occasion à l'homme d'en placer une. Il était important de s'imposer de suite et de contrôler le flux de la conversation.

- Je vous rafraichit un peu la mémoire. Un nain, assez important pour que les barbus dans leur montagne nous envoie un émissaire, a été retrouvé près de chez vous. Comme tous les autres meurtres, divers symboles et pratiques associables au domaine démoniaque ont été retrouvés sur le corps et sur la scène du crime.
Je vous prierai d'être clair et précis dans vos réponses, je n'hésiterai pas à user de force pour obtenir ce que je veux. Je serai dans mon droit.

Et si la demoiselle a quelque chose à dire, qu'elle s'exprime librement.


Les conditions étaient posées, Ys restait impassible et réajusta ses gantelets pour plus de confort et de sûreté pour sa propre personne. Il avait l'impression qu'il allait s'en servir sous peu et parfois, ce simple petit réajustement permettait parfois de rappeler qu'il valait mieux parler que de sceller ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas



Haron

Grand maître forgeron nain ingénieur artificier
avatar

Masculin Nombre de messages : 212
Style de combat : meur en silence tu gâche le brui de l'explosion


MessageSujet: Re: Démons et Merveilles (soleynaïl - Ys Sin - Haron)   Dim 13 Juil - 8:35

Le général regarda   les quelque arme du coin de l’œil .
Il ni avait rien qui n’arrive a la cheville de favore .
Comme réponse au commercent il décrocha sa hache de son dos  ; posa la lame sur le sol et pris appuie sur le manche de son arme
Le nain c'était mit dans une posture qui montrai d'une part  que son arme étai d'une catégorie nettement supérieur a celle présente dans la boutique.
Et ensuite qu'il ce ferais une joie d'utiliser la force pour arrivée a ses fin .

le chevalier finit de parlé et l’ambassadeur nain pris la parole ; du voie amical et protectrice ; avent que toute personne ne puise répondre

- Après si vous ne voulez pas coopéré  ou nous dire ce que vous savez sur ses événement je doit pouvoir sacrifié un de mes marteaux pour forgée votre coopération dans les réglé de l'art nain .

Le ton et  le phrasée sonnés  comme un conseille franc .
Mais le corps de ses dire fessais plus passer a un bourreaux qui prend du plaisir a faire son travaille .

_________________
Pardonnez mes faute de suis atteint d'une dysorthographie

pour  le gn c'est par ici :
les régle  => R.U.S.E.G.N
les inscription => nos future héros
création des fiche  de  personnage => concours
Le sujet de suivie => fiche de suivie
fiche de perso (elle  est  pas encore entièrement fini ) =>
fiche  de perso actuel pour  le gn

forme dragon /dragonos:
 
Revenir en haut Aller en bas



Soleynaïl

Invité



MessageSujet: Re: Démons et Merveilles (soleynaïl - Ys Sin - Haron)   Lun 28 Juil - 17:00

Message de Soleynaïl, fée/démone.

Bien que regrettable, cette nouvelle ne m'importait, ni ne m'émouvait guère. Si ce n'est que je pressentais l'arrivée prochaine d'une chasse au sorcière. Mes esgourdes n'en revenaient pas. Comment ... Non, mais comment pouvais je me fourrer en pareille situation? En mon fond intérieur, je maugréais, ne bougeant d'un iota, ne pipant le moindre mot et laissant de mon silence abscons les deux compères finir d'énoncer leurs intentions. Qu'avais je donc à dire? Mise à part un ennuyant et ennuyeux périple? Ma foi, rien de bien consistant, je débarquais en ville. Que m'importait que ceci déplaise à messieurs? Les boniments et messes-basses locales n'avaient encore guère eu la possibilité de parvenir jusqu'à mon entendement, ainsi doutez vous bien que leur affaire détenait autant d'importance que leur peluche perdue ou égarée durant leur tendre enfance …

Néanmoins ... Avouons le ... J'étais doucement intriguée. Enfin, intriguée comme un adulte suffisant face à la première esquisse d'un jeune marmot: avec une once de condescendance et un velouté d'hypocrisie! Songeant amèrement qu'une tierce âme en proie à l'ennuie avait dû s'enquérir de quelques bredouilles de bas étages puis avait bredouillé au couchant un cantique aux teneurs ésotériques dans l'unique espoir de fructifier son temps libre ou d'assouvir de tierces désirs fanatiques, un rire intime éveilla une douceur fielleuse sur mes traits. Rictus dont l'échos eu, sans doute l'impudence d'attiser l'attention du nain et de l'humain …

Aucune importance, toutefois. Privilégiant mon allure tranquille, je demeurais de marbre face à cette douce, mais incommodante éventualité. N'avait on guère le prérogative de ricaner des faiblesses d'autrui en ces contrées? Bien qu'involontaire, ce rictus tenait sa source d'une profonde amertume. Non que ma moitié d'engeance se trouvait rebutée par cette idée de rituels, après tout ce genre de broutilles persistaient à rester l'unique tabou avec lequel les Hommes caractérisaient ceux de mon espèce. Un peu comme s'il s'agissait d'une tare héréditaire.

Néanmoins, après s'être fraichement émancipée de cet historique peu ragoutant, il existait bien une chose dont j'avais pris grand soin de retenir: s'initier à de telles arcanes, c'est du gâteau. Mais se défaire de ses entraves, c'est pas d'la tarte ... D'autant plus si l'on y baigne de naissance. Bien que peu rebutée par ces effluves, il me paraissait aberrant ... si ce n'est accablant, de vouloir volontiers y plonger.

Finalement, je répondis à l'humain d'un hochement de tête, tandis que notre jeune marchand haussa d'un sourcil hautain en avisant le nain. Jeune, mais pas jeunot, ce dernier croisa les bras, reculant de l'air condescendant de ceux qui n'avait déjà que trop vécu pour se laisser intimider par un semi homme, aussi velu soit'il.

Imposant alors un silence au sein de la salle, il se frotta le menton un instant, considérant probablement ses options, puis il écarta le plat de ses mains de son agréable sourire commerçant, la tête inclinée, puis les rejoignit en les claquant sourdement.

- Soit! ... Faisons ainsi.

Il appela le gérant au travers des murs, qui ramena vite fait son derrière ainsi que son oeil pointilleux, un lourd volume entre les mains. Le tenancier fit le tour de la table pour y étaler ce dernier avant de s'en aller grommelant, sans jeter un regard vers quiconque, ses poignes ancrées dans ses poches. Le visage du négociant respirant la sincérité d'une jeunesse pleine de ressource, alors plaça l'ouvrage à portée de regard, puis d'un geste de l'index, il incita autrui de s'en approcher de son charisme certain.

- C'est que ... Nous ne sommes pas les seuls marchants à revendre des objets aussi ... exotiques. Nous nous contentons de trouver des collectionneurs. Rien de bien frauduleux, m'est d'avis. Dessus, vous avez la liste des ventes de ce type de bien. Si vous aviez des pièces qui auraient servi pour ces meurtres à me présenter, nous n'aurions qu'à vérifier s'il est présent dans ce registre. Si jamais, l'un d'eux est inscrit ici, je pourrais vous indiquer qui a fournit l'or pour l'acquérir, et éventuellement qui le détient. Sinon, je ne vois pas en quoi cette affaire concerne cet établissement.

Avec sérénité, il prit une inspiration, ses doigts tapotant d'une mélopée avenante la couverture en cuir. Laissant ses mots imprégner le chevalier, il finit par se passer la mains dans sa tignasse m'adressant alors un sourire.

- Mais, dans le cas contraire ... Je suis persuadé que notre invitée saura vous informer, ou du moins vous éclairer sur la nature de certains de vos éléments.

Ce fut à mon tour, de prendre une large inspiration. Inspiration qui n'avait d'autre desseins que de tarir cette envie irrépressible d'empaler ma dague entre ces phalanges innocemment posées sur le volume en question ... Seconde expiration ... Non décidément, il m' incombait d'abandonner cette idée. La troisième inspiration inhalée, je levais mon faciès, foudroyant d'un oeil noir l'intendant du tenancier sous mon capuchon ... Certain disparaissait pour moins que cela ... Puis, je me tournais vers le dénommé Ys, entonnant d'un timbre froid, implacable et sans appel la réplique suivante:

- Je suis arrivée en ville, il y a une heure à peine. Vos histoires ne m’intéressent pas.
Revenir en haut Aller en bas



Ys Sin

Invité



MessageSujet: Re: Démons et Merveilles (soleynaïl - Ys Sin - Haron)   Sam 2 Aoû - 0:37

Message d'Ys Sin, humain.

Ys resta muet pendant tout le monologue du marchand, semblant compter quelque chose sur ses doigts, comme un enfant qui a besoin de cet artifice pour réussir à faire ses comptes correctement. Son visage se parait de quelques mimiques pendant le décompte; quelque chose semblait mal passer, il hésitait, face à un dilemme intérieur. Son interlocuteur était humain, un bon point pour lui qui lui permit de ne pas perdre ses dents pendant qu'il avait la parole. Toutefois il avait clairement affaire à quelqu'un de louche, peu recommandable diraient certains, mais d'autres diraient qu'il ne l'était pas lui-même. D'un autre côté il aimait l'ordre et le respect et il était évident qu'on lui manquait de respect. Que faire alors ?
Son corps s'exprima et faisant un pas en avant, sa main attrapa le visage du beau parleur et l'écrasa avec fracas contre la table.

- Oh désolé, vraiment. J'ai tendance à ne pas contrôler mes pulsions quand on oublie sa place. Relevez-vous, je ne voudrai pas qu'on pense que j'abuse de mon statut.

Le marchand ayant glissé à terre, sonné, Ys l'attrapa par le col et le releva sans difficulté, le remettant sur pied et lui époussetant les épaules avant de reculer d'un pas. Il se tourna vers la jeune femme.

- Veuillez me pardonner.

Il s'éclaircit la gorge, prenant le temps de prendre une grande inspiration. Il observa attentivement la pièce, pas très grande et doté d'une seule et unique fenêtre, pas très grande non plus mais suffisante pour y faire passer quelqu'un. Non non non, il fallait qu'il reprenne ses esprits; son geste n'avait sans doute pas servi à rassurer la petite compagnie et dans ce genre de situation, on pouvait s'échauffer et devenir violent. Ça n'aidait pas à faire avancer une enquête.
Il prit place à la table, s'asseyant sur la chaise libre du marchand et se mit à consulter le livre d'un air passionné. Quand il prit la parole, sa voix trahissait une certaine excitation.

- Voilà, ça c'est très bien, ça correspond plutôt bien à ce que je cherche. Donc c'est susceptible d'être ce que je recherche, ne laissons pas la Fortune nous échapper. Donc dites-moi, cette espèce de...dague dentelée. Je dois dire que le meurtrier est très...comment dire...classique dans sa façon de faire. Quoique je dois le, c'est peut-être les, ne soyons pas pessimistes.

Il pointa du doigt l'objet en question en tournant le livre vers le marchand, qui cherchait désespérément un moyen d'éviter de mettre du sang partout avec son nez abîmé. Sans attendre de réponse, Ys se tourna vers la jeune femme, tout sourire.

- Donc, vous venez d'arriver ? A peine une heure vous dites ? La ville vous plaît ? Très agréable en cette saison n'est-ce pas ? Je vous suggère "Le chaudron rutilant", une auberge très correct avec une viande de premier choix pour des prix abordable. En plus le cuisinier est en grande forme ces temps-ci.
Puis-je...


Il leva son doigt du livre pour pointer la capuche de l'inconnue.

- ...voir ce qu'il y a dessous ? Je n'aimerai pas passer à côté d'une jolie femme, semblant parfaitement capable de se défendre toute seule, et ne pas, ne serait-ce qu'apercevoir son visage. Surtout que notre ami commun semble connaître quelques détails à votre propos dont je n'ai pas connaissance.

Sans quitter sa future interlocutrice des yeux, il héla le nain.

- Maître nain, pourriez-vous...vous assurer que le marchand vous donne les renseignements dont nous avons besoin ? Le sourire de la demoiselle m'a interpellé avant que j'exprime mes sentiments à monsieur-le-malin-qui-ne-connait-pas-sa-place-dans-la-société.

Il inclina la tête pour tenter d'apercevoir un peu plus le visage caché. Il se faisait insistant, les mots du marchand l'avait intrigué.

- Vous...n'avez pas de mari ? J'ai...toujours des problèmes avec les femmes mariés...
Revenir en haut Aller en bas



Haron

Grand maître forgeron nain ingénieur artificier
avatar

Masculin Nombre de messages : 212
Style de combat : meur en silence tu gâche le brui de l'explosion


MessageSujet: Re: Démons et Merveilles (soleynaïl - Ys Sin - Haron)   Mer 6 Aoû - 22:14

- Maître nain, pourriez-vous...vous assurer que le marchand vous donne les renseignements dont nous avons besoin ? Le sourire de la demoiselle m'a interpellé avant que j'exprime mes sentiments à monsieur-le-malin-qui-ne-connait-pas-sa-place-dans-la-société.
avait dit le chevalier .

le nain regardât l'humain en armure puis le marchand d'un air interrogateur. Tout en décrochant daki ; la chêne d'abordage ; du dessous de sa cape .
Et dit en lassant le crocher vers le marchand. Le chaîne s'enroula a la jambe du commercent

-tu a entendu le monsieur ? donc tu répons gentiment ou je t'extirpe les information de force. on va commencer par les question d'usage, nom,prénom, date de naissance, lieux de domicile, métier officiel et non officiel!

Il forsa la vois et donna un quar de tour de son poigniez , qui tenais la chêne , ceci eu pour éfet de la rendre rigide comme une enclume sur le mot "force"

_________________
Pardonnez mes faute de suis atteint d'une dysorthographie

pour  le gn c'est par ici :
les régle  => R.U.S.E.G.N
les inscription => nos future héros
création des fiche  de  personnage => concours
Le sujet de suivie => fiche de suivie
fiche de perso (elle  est  pas encore entièrement fini ) =>
fiche  de perso actuel pour  le gn

forme dragon /dragonos:
 
Revenir en haut Aller en bas



Soleynaïl

Invité



MessageSujet: Re: Démons et Merveilles (soleynaïl - Ys Sin - Haron)   Dim 14 Sep - 19:11

Message de Soleynaïl, fée/démone.

Ce soudain regain de violence fit tinter mes esgourdes d'une sombre mélodie. Mélodie qui par le passé n'avait eu que trop d'occasion d'enivrer mes humeurs de leur acharnante lourdeur. Le tenancier face contre table, je décalais ma main de cette scène déplorable d'une gestuelle féline, mais quoique ouvertement condescendante, et la laissa se loger dans le plis de mes bras maintenant croisés devant ma poitrine.

Bien que peu troublée par cet excès, un bref rictus s’immisça sur mes traits. Le peu de patience que présentait notre royal chevalier, avait effectivement de quoi m'amuser, néanmoins, il était regrettable de constater que des Terres perdues aux contrées d'Espalion, les pratiques en vigueurs demeuraient incontestablement les mêmes. Et ce, en dépit de leur volonté à se démontrer ... civiliser? Ou bien, était-ce une attention masquée afin de m'atteindre? Peut être bien ... Mais toujours aussi distante, je répondis aux regrets de humain d'un geste vague de la main, tel un drap balayant la poussière.

De mon air nullement inquiète, mes mirettes détaillèrent le tenancier marmonner quelques jurons à l'encontre d'Ys le prénommé en se tenant le visage entre les doigts qui venait de s'installer juste en face de ma petite pomme. Même si j'estimais sa réaction des plus déplorable envers ce jeune gaillard aux palabres libertines, ce dernier n'avait aucunement mérité mon aide pour contrer ces deux orgueilleux messieurs. Parfois, j'étais sincèrement volontaire pour épauler les malencontreux, après tout, un instant plus tôt, il s'agissait d'une âme susceptible de fructifier mon labeur ...

Néanmoins, les cartes semblaient avoir changé de poigne. C'est pourquoi, mon attention avait eu vite fait de se pointer vers mon locuteur direct. Or, immergée par tant de délicatesse, je pris garde à ne point m'attarder sur le sucre de ces paroles mielleuses, pour me plonger dans le vif du sujet ... Ou du moins, celui qui m'intéressait ... Ainsi, je coupai net à toute festivité supplémentaire, ravie de prolonger l'attente de notre capricieux chevalier.

- Il me semble que notre gisant marchand cherchait à vous expliquer que mes talents pourraient vous guider d'une quelconque manière. En détaillant les corps, par exemple? Il est vrai que j'aurais pu vous renseigner sur d'éventuels maux de nature viciée ou démonique en observant les blessures des dépouilles. Avec de la chance, quelques indices supplémentaires pourraient m'indiquer des donnés pouvant au moins rétrécir votre champs de recherche. Enfin, étant donné votre aplomb, je pense que vous disposez déjà des attributs nécessaires pour dénouer ce problème. D'ailleurs, je ne voudrais nullement embraser de faux espoirs.

C'était une voix tranquille et douce, qui venait ainsi de s'exprimer. Énonçant guère un mot plus haut que l'autre, ne quittant l'ombre de mon capuchon, mes prunelles ne quittèrent point celles de mon interlocuteur, tandis que le nain trépignait d'impatience de perpétuer ses basses œuvres ...

C'est que notre marchant présentait bien des difficultés avec son nez. Sa dextre fichée sur son visage légèrement rehaussé, suffisamment pour éviter un bain de sang, tout en jugeant la page du registre désignant la dague dentelée, il ferma les yeux un bref moment dans l'espoir de galvaniser l'entièreté de sa tempérance, histoire de ne pas envoyer ce nain inopportun dehors. C'est qu'il était mal avisé de mésestimer autrui par son absence d’offensive ... D'autant plus lorsque celui-ci détenait les clés d'une douloureuse enquête ... Qui sait ce qui pouvait tomber sur votre ... nez? Après tout, émissaire, chevalier ou non, l'on n'avait à se conduire de la sorte! À quoi bon mordre celui qui vous tendait la main?

Cependant, lorgnant d'un regard mauvais ce nain atrabilaire, il s'empara du registre, jugea la page ainsi que l'objet indiqué, puis émis un bref sursaut et se tourna vers Ys.

- C'est un client récurent qui l'a acheté, il y a de cela trois jours à peine ... Il s'agit du lord Duval, il possède quelques terres en dehors de la ville qu'il loue aux agriculteurs ... Excusez moi ...

Le tenancier se tourna pour éponger son faciès du ruissellement, puis reprit le dos tourné:

- Ces dernières acquisitions n'étaient que des objets sans grandes valeurs, comme un arc de manufacture elfique ou quelques babioles d'herboristes. Ce n'est qu'un joufflu collectionneur avec de l'or en trop dans les poches.
 
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Démons et Merveilles (soleynaïl - Ys Sin - Haron)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Démons et Merveilles (soleynaïl - Ys Sin - Haron)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Démons et Merveilles - Lovecraft
» Merveilles pour carnaval
» I. Autremonde, les autres planètes, et les Dragons et Démons
» Les démons d'Ohara
» Préambule du Chapitre trois : « Anges et Démons »



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Bavardages [H-RP] :: Archives-