Partagez | 
 

 Les cailloux qui marchent (Ray'ya - Saël)


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Ray'ya

Invité



MessageSujet: Les cailloux qui marchent (Ray'ya - Saël)   Mer 14 Aoû - 20:01

Message de Ray'ya


Tout autour de la capitale elfique, on sentait l'agitation que l'arrivée des mages humains provoquait. Ce soir, ils allaient dévoiler leurs plus beaux sorts avec les magiciens elfiques devant la reine fée. Tout le monde attendait ce moment avec impatience, du plus petit elfe au nain le plus bourru. Du coup, beaucoup de gens avaient fait le déplacement jusqu'à la grande ville des elfes pour espérer voir quelques sorts. Normalement, seule la cour de la reine pouvait assister au spectacle, mais qui sait ? Chacun voulait tenter sa chance.

Résultat : les routes menant à la capitale étaient tout simplement bondées. Des chevaux, des chariots, des calèches et des voyageurs à pied, il n'y avait que ça, partout ! Et notre chère Ray'ya faisait partie du lot. Cela faisait déjà plusieurs jours qu'elle voyageait avec le cortège de curieux. Bien sûr, elle avait porté sa cape rouge à tout moment et ceux qui osaient l'aborder l'appelaient automatiquement par son surnom bien connu "Red Riding Hood". A leur grande surprise, elle n'était pas agressive et acceptait de rendre service ici et là, bien qu'elle prenait grand soin à dormir loin d'eux la nuit arrivée. Il faut dire qu'elle était très excitée de voir les magiciens, elle aussi. Eh oui ! Son âme d'éternelle enfant avait encore une fois pris le dessus sur sa méfiance naturelle.

Et, ce matin, elle était arrivée aux portes de la capitale tant désirée. Elle savait bien que les simples badauds n'avaient pas le droit d'assister au spectacle mais elle avait la ferme intention de s'infiltrer à la cour d'une manière ou d'une autre. Cependant, un premier problème se posait déjà : les gardes qui inspectaient chaque visiteur avant de le laisser entrer ou de le forcer à partir. Ces elfes en armure étaient nerveux, ça se voyait bien. Il fallait les comprendre, les pauvres : avec cet afflux soudain de visiteurs, n'importe quel malfrat pouvait s'infiltrer dans la ville... Du coup, ils prenaient grand soin à interroger chaque personne une à une.

Ray'ya attendit dans la file près de trois heures. Le soleil était brûlant et, même si sa capuche la protégeait des chauds rayons, une cape n'était pas la meilleure chose à porter par une telle chaleur... La pauvre mourait de chaud ! Mais ça valait bien la peine de souffrir un peu, non ?

Son tour arriva enfin. Elle était épuisée mais soulagée. Enfin... pas pour longtemps...

- Enlevez votre capuche, s'il vous plaît.

Evidemment. Elle aurait dû s'en douter ! Mais elle ne pouvait pas faire ça, elle ne pouvait pas montrer ses oreilles à tout le monde ! Elle eut un petit mouvement de recul qui ne passa pas inaperçu aux yeux des gardes. Malheureusement, ils trouvèrent ça suspect et pensèrent que son but était de causer du grabuge dans la cité.

- Si vous ne l'ôtez pas, vous devrez partir, mademoiselle...

Partir ? Après ce long voyage ? Alors qu'elle était si proche ? Pas question ! Elle s'avança vers eux, trop fatiguée pour les menacer et les supplia :

- S'il vous plaît, je veux juste visiter la ville...

Ils l'empoignèrent alors sans ménagement, la faisant lâcher un cri de douleur. Chacun des deux gardes lui avait pris un bras et avait la ferme intention de la jeter dehors... sans aucune délicatesse.
Revenir en haut Aller en bas



Saël Gal'Elveré

Noble déchu
avatar

Masculin Nombre de messages : 119
Style de combat : la fuite

Possessions magiques : Un livre insensible au passage du temps nommé « Histoire perdue du peuple elfique ».

MessageSujet: Re: Les cailloux qui marchent (Ray'ya - Saël)   Jeu 15 Aoû - 14:44

(je viens de passer 2 heures à un truc et j'ai bêtement cliquer là où il fallait pas T_T)

Je n'avais jamais vu autant de monde dans la Cité Blanche. C'était noir de monde. Je n'avais jamais vu ça. Qu'est-ce que venait faire ici tout ces gens ? Ce n'étais pas encore l'époque des concours des meilleurs artisans ... Non, ça devait être autre chose ... Je venais juste de me lever, après avoir passer la nuit à faire la fête, j'avais encore l'esprit embrouillé. Il me fallut un temps avant de réaliser que ça devait être à cause des magiciens d'Espalion qui venaient montrer à la cours leur drôle de cailloux qui marchent. La rumeur voulait que ces cailloux bougent tout seul, sans même que quelqu'un ne lance un sort. Je trouvais ça stupide et totalement impossible. Ce qui était aussi totalement stupide, c'est que toutes cette foule ne soit venue que pour cela ; seul la cours de la reine allait pouvoir les voir. Même moi je n'avais pas le droit de les voir. Si j'aurais voulu j'aurai pu me faufiler certainement, mais je n'allais pas tenter de me faire grillé pour voir une arnaque.
Alors, j'étais dans la rue bondée à chercher comment occupé ma journée, et je n'étais pas du tout à l'aise. Dans toute cette foule j'étais invisible, personne pour m'admirer, personne à impressionner, le grand vide. Je regardais autour de moi, il y avait des convois de marchandises, des familles, des gens pressés, bref, pas de public pour moi. Je me décidais donc à sortir de la ville.
Ils avaient installer un barrage douanier à la sortie de la ville, je n'en cru pas mes yeux. Avant il y avait des barrages à l'entrée de la forêt mais jamais à l'entrée de la ville. Incroyable.
Je m’apprêtais à passer le barrage. Je sortais de la ville, j'étais un elfe, je ne risquais pas de me faire contrôler. Les choses se passait beaucoup moins bien pour une demoiselle au capuchon rouge qui tentait de rentrer dans la ville. En la regardant galérer avec les gardes je me dis avoir enfin trouver un public duquel me faire admirer.
Les gardes étaient en train d’attraper brutalement la demoiselle quand je m'approchais des gardes en prenant mes grands airs.
- Messieurs, ceci n'est pas une façon convenable de traiter une invité, je vous ordonne de la relâcher immédiatement.
les gardes se tournèrent vers moi. Avec mon airs et mes vêtements de noble je fessais tout à fait illusion puisque les gardes eurent un petit sursaut en me voyant. Des gardes plus hauts gradés auraient pu savoir que je n'étais plus noble mais eux qui n'avaient jamais approché de ces sphères là n'en avaient aucune idée.
L'un des gardes me répondit :
- Nous ne faisions rien de mal.
et l'autre ajouta :
- Nous avoir reçu l'ordre de contrôler l'identité de chaque nouvel arrivant.
Je prit alors mon air le plus royal et dis :
- Messieurs, cette dame est de mes amis et je ne tolèrerais pas que qui que ce soit la brutalise. Lâchez-la de suite et je ne ferrais pas de rapport sur vos manières barbares. (je vis que les types hésitaient alors j'ajoutais ) Je réponds d'elle, vous ne serez pas inquiétez s'il se passe quoi que ce soit.
Et les gardes la lâchèrent. Je jubilais, comme un comédien venant de faire une entrée en scène réussie ma journée venait de s'illuminer.
Revenir en haut Aller en bas



Ray'ya

Invité



MessageSujet: Re: Les cailloux qui marchent (Ray'ya - Saël)   Jeu 15 Aoû - 15:52

Message de Ray'ya


Leur poigne était ferme et bien trop puissante pour les fins bras de l'hybride. Elle essaya de se débattre, en vain : ils la tenaient solidement. Alors, c'était tout ? Ce long voyage allait finir comme ça ? Son esprit d'enfant, revenu après tant de temps de douleurs, allait être déçu encore une fois ? Elle allait se faire rejeter parce qu'elle ne ressemblait pas à ce qu'elle devrait ressembler ? Encore une fois ? Sa vision se brouilla et ses yeux s'embuèrent. S'il vous plaît... Ne me rejetez pas encore...

- Messieurs, ceci n'est pas une façon convenable de traiter une invitée, je vous ordonne de la relâcher immédiatement.

Ray'ya ouvrit des yeux aussi ébahis que les gardes. Elle arrêta de se débattre en même temps qu'ils arrêtaient de la traîner, tous trois figés dans leur étonnement. Mais, heureusement, la capuche de la demoiselle cachait son expression. Elle fixa son sauveur. Peut-être était-ce un démon qui... Non, à n'en pas douter, c'était un elfe. Et un elfe richement habillé, qui plus est ! L'hybride ne l'avait jamais rencontré et elle le savait bien. Et puis, c'est vrai qu'elle avait l'air louche. Alors pourquoi l'aidait-il... ?

- Nous ne faisions rien de mal.

Vrai.

- Nous avons reçu l'ordre de contrôler l'identité de chaque nouvel arrivant.

Vrai aussi. Ils ne faisaient que leur boulot et, de leur point de vue, c'était Ray'ya qui refusait de coopérer. Ils n'avaient pas été injustes et n'avaient brisé aucune règle... Alors pourquoi ce noble se mettait-il en travers de leur chemin ? La demoiselle ne comprenait toujours pas.

- Messieurs, cette dame est de mes amis et je ne tolérerai pas que qui que ce soit la brutalise. Lâchez-la  de suite et je ne ferai pas de rapport sur vos manières barbares. Je réponds d'elle, vous ne serez pas inquiétés s'il se passe quoi que ce soit.

Ah ouais, carrément. Sa pote. Je suis sa pote. D'accord !
Les pensées de la renarde se mélangeaient dans sa tête. Elle ne comprenait pas du tout ce qui lui arrivait. Un elfe qu'elle n'avait jamais vu de sa vie - d'ailleurs, elle n'avait jamais parlé à un elfe de sa vie - était en train de l'aider. Le pire, c'est qu'il était plutôt beau...
Les gardes la regardèrent. Elle était censée faire quelque chose. Zut. Elle alla se placer lentement près de l'elfe, comme si tout était parfaitement normal, comme si elle le connaissait, comme si cette situation ne lui posait aucun problème. Mais il y en avait un, de problème : maintenant, elle lui était redevable. Il avait sûrement fait exprès de l'aider - il n'avait pas pu la confondre avec quelqu'un d'autre ! - et il devait s'attendre à recevoir un service en retour... Quand elle fut près de lui, elle put l'observer discrètement. Il avait un tatouage rouge sur le front... Elle aussi avait des marques rouges sur le visage, mais elles étaient d'une autre nature. Il avait de beaux yeux oranges. Elle aussi avait les yeux de cette couleur, à moins qu'ils ne soient un peu plus foncés ? Et il portait des bijoux. Des bijoux dorés. Elle adorait ce qui brillait... Et cet elfe brillait de mille feux...
Ray'ya se mit trois bonnes baffes mentales et se concentra sur la situation, maudissant son esprit stupide.

- Merci, je ne sais pas ce que j'aurais fait si tu n'étais pas arrivé...

Bon, autant jouer le jeu à fond, non ? Elle parla d'une voix claire et douce, comme si elle était une noble elle aussi, une douce et faible femme fatiguée à cause d'un long voyage. C'est comme ça qu'étaient les nobles, non ?
Elle se dirigea vers la ville sans plus attendre en jetant un rapide coup d'oeil derrière elle, ne sachant pas si elle devait espérer que le mystérieux elfe la suive ou qu'il la laisse tranquille.
Revenir en haut Aller en bas



Saël Gal'Elveré

Noble déchu
avatar

Masculin Nombre de messages : 119
Style de combat : la fuite

Possessions magiques : Un livre insensible au passage du temps nommé « Histoire perdue du peuple elfique ».

MessageSujet: Re: Les cailloux qui marchent (Ray'ya - Saël)   Jeu 15 Aoû - 20:57

[hors rp : désolé c'est un peu court]

Génial, la femme entrait dans mon jeu. J'en étais encore plus heureux, même si je ne doutais pas une seule seconde qu'elle ne me contredirait  pas. Je la vie prendre un air majestueux et partir dans la foule, elle jouait magnifiquement on rôle. Je la suivi, lui emboitant le pas d'assez près pour lui parler malgré le bruit de la foule, comme si nous étions amis qui savions exactement où nous allions. J'attendis que l'on s'éloigne suffisamment de la garde pour parler.
-Je ne comprends pas ce que les gardent pouvaient bien vous reprocher. Vous n'avez pas l'air d'un troll ou d'un nain ...
Je me retint de rire à ma propre blague. Il était fort probable que cela ne la fasse pas rire du tout.
- Je suis Saël Dalitavor Gal'Elveré et je souhaiterais vous faire visiter la ville, je pourrais être vote guide. Je connais cette ville comme ma poche, les meilleurs adresses et les coins les plus beaux.
J'exagérais un peu mes capacités, en fait, je ne connaissais que la moitié de la ville, dont la partie la plus haute réservé aux nobles à laquelle ni elle, ni moi n'avions accès. Mais si je voulais l'impressionner, il fallait au moins ça, étant donné que je n'avais ni palais ni même une maison où l'inviter.
Je prouvais ce que je venais de dire en rajoutant :
- Sur la droite, si vous arrivez à le voir malgré la foule, il y a une taverne qui fait les meilleurs tourtes végétariennes de toute la ville.
Je dis encore une chose, sans réelle importance, juste pour signifier que je ne comptais pas la laisser seule.
- Vous êtes venue faire quelque chose de précis dans la Cité Blanche ?

Je tentais de marcher à son niveau, pour pouvoir voir son visage, mais la foule ne me facilitait pas la tâche. Son capuchon rouge n'était pas moche, mais voir un visage, c'est toujours plus intéressant.
Revenir en haut Aller en bas



Ray'ya

Invité



MessageSujet: Re: Les cailloux qui marchent (Ray'ya - Saël)   Jeu 15 Aoû - 22:33

Message de Ray'ya


Au final, l'elfe la suivit immédiatement. Elle n'en fut pas trop inquiétée : ça devait faire partie de son plan pour la sauver et, quand ils seraient hors de vue des gardes, il la laisserait seule. Enfin, elle l'espérait. Parce que s'il exigeait quelque chose en échange de sa précieuse aide, elle ne pourrait pas trouver un moyen de s'infiltrer à la cour de la reine avant que le spectacle ne commence... Tout d'un coup, il lui sembla que les elfes, sous leurs airs innocents, pouvaient se révéler bien vicieux...

- Je ne comprends pas ce que les gardes pouvaient bien vous reprocher. Vous n'avez pas l'air d'un troll ou d'un nain...

Ray'ya esquissa un doux sourire. Alors, la rumeur qui disait que les elfes et les nains ne s'aimaient pas était vraie, hein ? Et puis, elle prit la remarque comme un compliment. Il faut dire qu'elle n'avait côtoyé pratiquement que des démons jusque-là et, question gentillesse, c'était tout ce dont ils étaient capables.

- Je suis Saël Dalitavor Gal'Elveré et je souhaiterais vous faire visiter la ville, je pourrais être votre guide. Je connais cette ville comme ma poche, les meilleures adresses et les coins les plus beaux.

Peut-être était-il guide touristique et l'avait-il sauvée pour la trimballer partout avec lui et l'inciter à dépenser de l'argent ici et là ? N'empêche que c'était une stratégie de vente bizarre, surtout avec la masse de visiteurs qui affluait aujourd'hui...
Saël Dalitavor Gal'Elveré. Elle sourit encore une fois. Elle aurait dû s'en douter. Déjà que les elfes avaient des noms compliqués, mais un noble elfe, ça alors ! Elle n'aurait jamais cru entendre ça un jour. Elle faisait bien pâle figure avec son "Ray'ya". Lui, il avait un vrai nom qui devait certainement faire pâlir de jalousie plusieurs familles elfiques. Et même si ce nom était plutôt pompeux, il était aussi très beau.
Avait-elle le droit de lui révéler son nom ? Il n'avait pas l'air de savoir qu'elle était le fameux "Red Riding Hood" connu des voyageurs qui disaient d'elle qu'elle rôdait sur les routes la nuit pour dévorer les passants - s'il l'avait su, il ne l'aurait sûrement pas aidée. Mais elle ne devait pas dire son nom au premier inconnu rencontré sous prétexte qu'il avait volé à son secours... Question de principe démoniaque : méfiance et prudence sont mères de sûreté !

- Sur la droite, si vous arrivez à le voir malgré la foule, il y a une taverne qui fait les meilleures tourtes végétariennes de toute la ville.

Elle regarda instinctivement à droite mais, étant plutôt petite, elle ne vit rien d'autre que les têtes des gens. Des humains et des elfes pour la plupart.
Des tourtes végétariennes. Elle se demandait à quoi ça ressemblait. En fait, elle n'avait pas l'habitude de manger des légumes et des plats à base de verdure donc une "tourte végétarienne", ça ne lui disait vraiment rien... Bah, peut-être qu'un jour, elle découvrirait le goût de ce plat ! Au moins, elle savait où aller, maintenant. Sa curiosité l'étonna elle-même. Depuis quand est-ce qu'elle s'intéressait à la nourriture exotique, déjà ?

- Vous êtes venue faire quelque chose de précis à la Cité Blanche ?

La demoiselle tourna son visage encapuchonné vers lui. Sa voix était tellement belle qu'elle l'avait écouté parler sans lui répondre. Elle sourit une troisième fois, même s'il ne pouvait pas le voir. Est-ce que sa question sous-entendait qu'il comptait rester avec elle ? Bah, pourquoi pas, après tout ? Elle lui devait bien ça. De plus, elle aurait pu tomber plus bas... C'est donc d'une voix douce - et naturelle, cette fois - qu'elle se présenta.

- Je m'appelle Ray'ya. Ce n'est pas aussi beau que votre nom, mais je ne peux rien y faire...

Etrangement, elle se sentait apaisée ici. Malgré la foule, malgré le stress qu'elle venait de subir, elle se sentait déjà mieux. Ici, elle savait qu'aucun démon ne viendrait se moquer d'elle ou la brutaliser. Ici, quelqu'un était venu pour la sortir d'un mauvais pas.
C'est pour ça qu'elle releva sa capuche. Elle la portait toujours totalement abaissée sur son front, ce qui projetait une ombre sur tout son visage. Mais là, elle la redressa jusqu'à ses cheveux, laissant les rayons du soleil caresser ses joues de porcelaine. Ses oreilles, toujours cachées, étaient positionnées de telle façon à maintenir la capuche dans sa nouvelle position.

- D'habitude, je préfère cacher mon visage à cause de mes marques rouges... Mais vu que vous avez aussi un tatouage, je suppose que j'aurais l'air naturelle...

En effet, les gens qui la voyaient ne lui jetaient qu'un rapide coup d'oeil, surtout intrigués par sa cape. Ils ne faisaient pas attention à son visage. On ne la jugeait pas. Elle sourit une quatrième fois et, cette fois, son sourire resta gravé sur ses lèvres. Elle leva les yeux vers Saël.

- Merci de m'avoir aidée. Et merci de vous proposer pour me faire visiter votre belle cité mais, en fait, je suis surtout venue ici pour voir les tours de magie... Je sais que c'est stupide, je sais que seule la cour de la reine a le droit de les voir mais... J'aimerais bien tenter ma chance...

Une étincelle de malice brilla dans ses yeux ambrés. Allait-il comprendre qu'elle voulait carrément s'infiltrer au palais ou penserait-il qu'elle allait juste demander à entrer aux portes, comme tous les autres badauds du coin ?
Mais, au moins, elle était sûre d'une chose, maintenant. Ce qu'elle avait entendu maintes et maintes fois était vrai :

The Elves always steal the show
Revenir en haut Aller en bas



Saël Gal'Elveré

Noble déchu
avatar

Masculin Nombre de messages : 119
Style de combat : la fuite

Possessions magiques : Un livre insensible au passage du temps nommé « Histoire perdue du peuple elfique ».

MessageSujet: Re: Les cailloux qui marchent (Ray'ya - Saël)   Ven 16 Aoû - 11:19

Spoiler:
 

... Je crois qu'elle boude. Elle ne répondait. Je l'aurais fâché avec ma blague ? Non, quand même pas. Je tentais de voir son visage pour en capter l'expression, mais pour cela il me fallait arriver à marcher à côté d'elle. Je tentais de marcher près d'elle en forçant le passage, j'avais presque réussi quand un livreur, croulant sous d'énormes sacs, me fonça dessus. Je repassais derrière le chaperon rouge le plus rapidement possible, ce qui ne fut pas suffisant car je sentis rapidement une énorme douleur au niveau de mon petit orteil droit. Ce type venait de marcher dessus. Je réprimais autant que possible un cri, mais un petit son étouffé ressemblant à un " Aïe-eeuh !" se fit quand même entendre. Je tentais de faire comme si de rien était et de garder ma dignité, mais il me fallut marcher à cloche pied pendant une dizaine de mètres.
Mince, la voilà qui se retrouve vers moi, est-ce qu'elle va se moquer de moi. Je pris l'air le plus naturel possible, en prenant bien soin de poser mes 2 pieds par terre.
...
Tiens, en fait elle n'est pas fâchée, et elle parles, je commençais à douter. Elle avait une voix douce est belle ainsi qu'un beau sourire. C'était plutôt engageant. J'étais bien partie pour me faire une nouvelle amie, qui allait pouvoir m'admirer. Et puis elle était jolie aussi, elle me montrait enfin son visage. Elle avait un air espiègle et une peau blanche qui semblait douce. Elle était très jolie, je me demandais pourquoi elle se cachait sous son capuchon. Elle me fit remarquer qu'elle avait des traces rouges, c'était vrai, je n'y avait pas fait attention jusque là. Je trouves qu'elles lui donnaient un air de sagesse et de magie, très jolie à voir. Elle était presque aussi jolie que moi, je devrais faire attention à ce qu'elle ne me pique pas la vedette. ... Finalement, c'était très bien qu'elle se cache derrière son capuchon, comme ça je restais le plus beau des environs.

- De rien, voyons, c'était tout naturel. Je fis une pause avant d'ajouter avec un grand sourire : Vous ne devriez pas avoir honte de vos marques, vous êtes très belle, et votre prénom l'est aussi.  
Évidemment, je n'allait pas lui dire que je préférais rester le plus beau et que sa beauté était à la fois un atout et un inconvénient pour moi.
- Hé bien, Mademoiselle Ray'ya, vous placez la barre très haut, mais je relèves le défi : Permettrez-moi de vous emmenez voir ce que tout le monde cherche à voir en ville en ce moment !
Je dis cette dernière phrase d'un air théâtral, rajoutant une révérence à la fin de mes mots. Puis, en même temps que je relevais mon torse après la révérence, je lui tendis ma main. J'attendais qu'elle accepte de la prendre. Une fois qu'elle l'aurai prit, je comptais l’amener un peu plus haut dans les arbres, pas besoin d'escalade, il y avait des passerelles qui montaient jusque là. Là-bas, il y avait un poste d'administration de la ville où je connaissais quelques personnes. Eux pourrais me donner quelques renseignements sur les magiciens d'Espalion, pas où ils arrivaient, où ils résideraient, quand exactement était prévu la réception à la cours, et tout ce genre de chose.
Revenir en haut Aller en bas



Ray'ya

Invité



MessageSujet: Re: Les cailloux qui marchent (Ray'ya - Saël)   Ven 16 Aoû - 13:41

Message de Ray'ya


- De rien, voyons, c'était tout naturel.

Parce que pour lui, c'était naturel d'aider un inconnu qui a l'air louche et de lui faire visiter la ville après ? Il avait beau avoir l'air gentil, il ne pouvait pas être stupide à ce point-là... Le doux mensonge qu'il venait de proférer caressa les oreilles de Ray'ya mais elle y fit à peine attention. Les démons qu'elle avait connus mentaient tout le temps, après tout, et leurs mensonges étaient bien plus horribles que celui-là. Et puis, l'étiquette était une chose que les nobles devaient gérer à la perfection pour mériter leur titre, quitte à raconter de subtils bobards qui font toujours plaisir.

- Vous ne devriez pas avoir honte de vos marques, vous êtes très belle, et votre prénom l'est aussi.

Autre mensonge ou pas ? C'était possible, car un noble elfique devait toujours être le parfait gentleman et lancer des compliments à la pelle. C'était vraiment l'exact opposé des hauts placés démoniaques... Et c'était bien mieux ainsi. Mais peut-être qu'il le pensait vraiment et Ray'ya, qui n'avait pas l'habitude d'être flattée, se plut à le croire. Il n'empêche que tout au fond d'elle, elle savait que ces paroles étaient mensongères, elles aussi.
Son prénom ? Elle ne savait même plus qui le lui avait donné. Sa mère ? Peu probable : elle se souvenait à peine d'elle. Son père ? Impossible : elle ne l'avait jamais vu. La seule option qui restait suggérait que ceux qui l'avaient nommée ainsi étaient les animaux qu'elle invoquait étant petite. Peut-être que ça voulait dire quelque chose dans le langage du monde d'où elle les appelait... Car ses invocations n'apparaissaient pas de nulle part, elle ne les créait pas, elle les appelait juste d'un autre monde et leur permettait de la rejoindre. Ce qui voulait dire qu'elle avait un nom d'animal.
Ses marques ? Ce n'était pas comme si elle avait décidé de se les tatouer elle-même. Elle était née avec ces marques qui prouvaient que son sang était mêlé, qui prouvaient qu'elle était à moitié démon. Heureusement, la seule personne qui l'avait compris était Ewilane, mais comme cette humaine était autrefois démone, c'était normal qu'elle le comprenne...
Quant à sa beauté... Eh bien, ce n'était pas comme s'il l'avait vraiment vue. Les illusions de cet elfe tomberaient vite à l'eau s'il voyait ses oreilles, elle en était certaine.
Ces constatations la rendirent un peu triste mais elle se reprit bien vite en se disant que tant que quelqu'un la traitait bien, elle devait en profiter.

- Hé bien, mademoiselle Ray'ya, vous placez la barre très haut, mais je relève le défi : permettez-moi de vous emmener voir ce que tout le monde cherche à voir en ville en ce moment !

Elle tourna vers lui un visage ébahi. Elle ne s'attendait pas du tout à ça. Sa révérence et son comportement plus que galant lui firent un drôle d'effet qu'elle n'arrivait pas à expliquer. Elle hésita à lui prendre la main. Pouvait-elle vraiment lui faire confiance ? Pourquoi irait-il aussi loin pour elle ? Etait-il un noble d'assez haut rang pour lui permettre d'accéder à la cour ? Non, c'était impossible, elle ne pouvait pas avoir autant de chance. De plus, les plus haut gradés restaient entre eux au palais, non ? Ils ne se mêlaient pas aux gens de la ville... Alors lui, que faisait-il là ? Pourquoi ne traînait-il pas avec ses amis riches... ?
Il lui tendait sa main. Ses yeux la regardaient avec une douceur propre aux elfes. Il n'y avait aucune animosité dans son regard, ni mépris ni haine... C'était rare qu'on la regarde de cette façon. Elle dévoila donc sa main de sous sa cape et la posa sur celle de Saël.
La cape du chaperon rouge n'était pas n'importe quel bout de tissu de décoration. Elle avait été conçue spécialement pour elle et cachait tout son corps, se refermant naturellement devant elle. Il avait fallu des mois et des mois pour donner au tissu cette forme si spéciale qui le faisait se replier sur lui-même... Mais quand elle sortit sa main de sous sa protection écarlate, l'ouverture laissa voir ses habits, rouges et mauves avec des motifs dorés. Ses longues jambes, blanches à force d'être cachées du soleil, n'étaient couvertes par aucun vêtement - si elle se couvrait plus, elle mourrait de chaleur ! Une manche d'un rouge pâle, à la frontière du rose, collait à son bras et s'avançait en pointe sur sa main, jusqu'à être arrêtée à son majeur par un anneau doré. Il fallait bien cacher ses marquages d'une manière ou d'une autre...

- Très bien, je vous fais confiance...

Elle avait tout de même l'air un peu soucieuse.

- Mais dites-moi... Pourquoi faites-vous tout ça ? Vous ne me connaissez même pas...

En vérité, elle avait peur. Peur d'être trop crédule, peur que ce soit un piège et qu'il l'emmène en prison pour l'interroger sur son identité... C'était ça le principal problème de la renarde : elle avait toujours peur d'être déçue. Du coup, elle n'osait pas être heureuse par peur d'être déçue ensuite, et elle passait ainsi à côté de nombreuses choses...
Revenir en haut Aller en bas



Saël Gal'Elveré

Noble déchu
avatar

Masculin Nombre de messages : 119
Style de combat : la fuite

Possessions magiques : Un livre insensible au passage du temps nommé « Histoire perdue du peuple elfique ».

MessageSujet: Re: Les cailloux qui marchent (Ray'ya - Saël)   Sam 17 Aoû - 9:24

Elle avait prit ma main, génial ! J'avais fait une très bonne impression, et j'avais maintenant un public dévoué pour toute la journée. Et un public très mignon en plus. J'en avait de la chance. Je fis un grand sourire, un sourire de triomphe, comme si j'avais déjà gagné, on plutôt j'avais gagné une étape. Emballé par la joie, j'étais certains de réussir facilement à atteindre les magiciens d'Espalion, et leurs étranges cailloux.
...
Pourquoi ? Mince, en voilà une question piégée. C'était LE moment de ne pas rater la réponse. C'était ce genre de question dont les femmes était les spécialistes, une mauvaise réponse pouvait valoir une "élimination" directe, dans le sens ou la partie serait perdue de façon définitive. Elle me laisserait tomber. Je ne devais pas me planter, et je devais forcément répondre ...
Je n'allais pas lui dire que je faisais ça pour me faire valoir, quand même pas. En plus, je suis certain qu'elle ne me croirais pas. Je pourrais dire que je faisais ça pour l'argent (après tout j'étais toujours sans le sous), mais si je faisais ça, mon image de noble en prendrait un coup. Je décidais d'inventer une réponse entre les 2.
- Pourquoi ? Parce que j'aime bien prendre des risques et m'amuser. Et puis, nous pourrions rajouter un enjeu, ce n'est pas très galant mais si je vous montre les "cailloux qui marchent", j'aimerai que vous m’offriez un repas. Si le pari vous plait, à vous de fixer l'enjeu si je ne réussi pas à vous les montrer.
J'attendais en retenant mon souffle de savoir si la réponse lui convenait et ce qu'elle allait dire.
... Il faillait peut-être que je rajoutes une chose...
- Ne pensez pas que ce sera quelque chose de facile pour moi, je ne fais pas parti des invités à la cours de la reine. Je n'ai pas l'intension d'abuser de vous, d'ailleurs, si vous acceptez et que je gagnes, je vous laisses choisir le repas que vous m’offrirez, dans l'auberge de votre choix.

Je me retenais de croiser les doigts, j'espérais vraiment pouvoir manger à l’œil. ...
Revenir en haut Aller en bas



Ray'ya

Invité



MessageSujet: Re: Les cailloux qui marchent (Ray'ya - Saël)   Sam 17 Aoû - 13:50

Message de Ray'ya


Il ne répondit pas immédiatement. Ray'ya, habituée à toujours observer les gens, le remarqua. Ses yeux ne quittèrent pas un seul instant le visage de Saël pour essayer de comprendre pourquoi il hésitait mais le bougre semblait être doué pour jouer la comédie et la demoiselle ne put rien apprendre...

- Pourquoi ? Parce que j'aime bien prendre des risques et m'amuser. Et puis, nous pourrions rajouter un enjeu, ce n'est pas très galant mais si je vous montre les "cailloux qui marchent", j'aimerai que vous m'offriez un repas. Si le pari vous plaît, à vous de fixer l'enjeu si je ne réussis pas à vous les montrer.

Ce n'est pas tous les jours qu'on surprend une renarde mais cet elfe paraissait très doué en la matière. Encore une fois, elle ne s'attendait pas à sa réponse. Elle n'avait jamais pensé qu'on pouvait vivre en "prenant des risques" et en "s'amusant" mais, en y réfléchissant bien, ce n'était pas si illogique que ça... C'était normal qu'elle, qui vivait en parfaite nomade et travaillait pour n'importe qui, ne ressentait pas le besoin de chercher à dynamiser ses journées mais un noble sédentaire devait avoir un mode de vie bien ennuyeux...
De ce point de vue là, tout avait un sens : pourquoi il l'avait aidée, pourquoi il la suivait et la raison de l'enjeu. Ray'ya n'hésita pas longtemps : en temps que mercenaire, elle croyait fortement en l'adage "tout travail mérite salaire". Et puis, il lui restait encore de l'argent de la fois où elle avait travaillé avec Ewilane pour l'Académie des mages - qu'elle allait revoir aujourd'hui. Sa blessure lui avait même rapporté une prime ! Certes, elle ne roulait pas sur l'or, mais elle était loin d'être pauvre...

- Ne pensez pas que ce sera quelque chose de facile pour moi, je ne fais pas partie des invités à la cour de la reine. Je n'ai pas l'intention d'abuser de vous, d'ailleurs, si vous acceptez et que je gagne, je vous laisse choisir le repas que vous m'offrirez, dans l'auberge de votre choix.

Il n'avait pas besoin d'insister : elle avait déjà accepté. Mais si c'était si difficile pour lui et qu'il n'y arrivait pas, que lui demanderait-elle... ? C'était surtout ça, son problème. Elle n'avait pas besoin de quelque chose en particulier et, bien qu'elle y ait pensé, elle ne pouvait quand même pas exiger un baiser... Quoi ? Ne me regardez pas comme ça, malgré tout ce qu'on dit sur elle, Ray'ya est une jeune fille comme les autres !
Ses yeux se posèrent pensivement sur ce qui les attiraient le plus : les choses qui brillent. Et Saël portait beaucoup de bijoux, et le collier qu'il avait intéressait particulièrement l'hybride... Elle lui sourit.

- C'est d'accord. Une tourte végétarienne, ça vous dit ?

Tant qu'elle y était, autant en profiter pour goûter "les meilleures tourtes végétariennes de toute la ville", non ?

- Mais si vous perdez, je veux votre collier.

Elle détourna aussitôt le regard, honteuse de demander quelque chose de si puéril. Mais ce n'était pas sa faute si elle aimait tout ce qui était doré !
Revenir en haut Aller en bas



Saël Gal'Elveré

Noble déchu
avatar

Masculin Nombre de messages : 119
Style de combat : la fuite

Possessions magiques : Un livre insensible au passage du temps nommé « Histoire perdue du peuple elfique ».

MessageSujet: Re: Les cailloux qui marchent (Ray'ya - Saël)   Dim 18 Aoû - 19:16

[hors rp :purée, en écrivant, je me rends compte que mon perso à l'air vachement louche, si je le rencontrais dans la rue, jamais je le suivrais -_-"]

Hé ben, elle était dur en affaire. Je m'étais peut-être mal expliqué. J'aurai pensé qu'elle choisirai le repas seulement une fois le défi fini, en fonction du mérite qu'elle m'accorderai. Bon, ben, je ne vais pas reculer maintenant. J'étais tellement heureux et fier de moi que j'étais certain de réussir.
- D'accord. A moi de relever le défi.
Je lui fit un grand sourire.
Je lui aurez bien dis "tapez-là", pour qu'on se serre la main en gage d'accord, mais je tenais déjà sa main.
- Bien. Allons voir Hubert, il pourra nous donner des informations sur les magiciens d'Espalion.
Et Saël commença à marché, en tirant Ray'ya par la main. Il allait assez vite pour ne pas flâner mais assez doucement pour que Ray'ya puisse le suivre sans se perdre (ni se péter le bras). Il allait vers le poste d'administration de la ville où il comptait déjà l'emmener avant. Pour cela il traversa 2 rues, puis prit une passerelle qui montait en pente douce qui montait jusqu'à 10m de hauteur dans les arbres. Elle était assez large pour passer à 2 mais, avec tout ce monde en ville, avoir une passerelle plus large n'aurait pas été du luxe. Ensuite, nous étions sur une passerelle horizontale, en face de nous, il y avait la porte d'entrée d'un bâtiment qui était accroché dans les arbres.
- C'est un poste d'administration de la ville. Ici on devrais trouver Hubert et les autres, Ils savent tout ce qu'il se passe en ville. Entrons, donc.
J'ouvris la porte et fit un monumental :
- Salut tout le monde !!!
Revenir en haut Aller en bas



Ray'ya

Invité



MessageSujet: Re: Les cailloux qui marchent (Ray'ya - Saël)   Dim 25 Aoû - 18:48

Message de Ray'ya


- D'accord. A moi de relever le défi.

Eh ben dites donc, il avait l'air vachement heureux... Ray'ya en fut étonnée mais supposa qu'il existait des gens comme ça, des gens qui n'avaient besoin que d'un petit quelque chose pour être contents. Et c'était très bien ainsi ! Mais rares étaient les nobles de cette trempe-là... La plupart des gens riches avaient besoin de luxe pour être heureux et seuls les pauvres et les simples d'esprit se contentaient des petites choses de la vie.
Mais Saël ne paraissait pas du tout dénué d'intelligence. Dans ce cas... Se pouvait-il que... ? Non, c'était absurde ! Il devait juste être un noble différent des autres, voilà tout. Au fond, Ray'ya ne connaissait les riches que par des clichés et des préjugés, rien ne disait qu'ils étaient vraiment comme elle les imaginait.

- Bien. Allons voir Hubert, il pourra nous donner des informations sur les magiciens d'Espalion.

La demoiselle esquissa un sourire et acquiesça en guise de réponse. Elle le suivit ensuite au milieu de la foule. Les passerelles l'étonnèrent un peu - elle n'en avait jamais vu, les démons se contentant de voler pour accéder aux lieux en hauteur. Du coup, elle avait appris à invoquer des êtres ailés pour la transporter aux endroits qu'elle ne pouvait atteindre. Des passerelles... Elle n'y aurait jamais pensé.
Le bâtiment auquel ils arrivèrent, perché dans les arbres, n'était clairement pas une maison. La rigueur et la droiture qu'il dégageait ne laissait planer aucun doute : c'était un bâtiment on ne peut plus officiel.

- C'est un poste d'administration de la ville. Ici, on devrait trouver Hubert et les autres, ils savent tout ce qu'il se passe en ville. Entrons donc.

Elle acquiesça une nouvelle fois, un peu nerveuse. Elle suivit Saël à l'intérieur de la bâtisse de bois en se demandant ce qu'il allait bien pouvoir dire.

- Salut tout le monde !!

Elle s'attendait à tout sauf à ça. Où est-ce qu'il croyait entrer, dans une taverne ? Amusée, elle dissimula son sourire - et son visage - en rabaissant sa capuche sur son front, ôtant au passage sa main de celle de l'elfe. Le fait qu'il ait directement attiré l'attention sur lui la soulageait. En vérité, toutes ces personnes la rendaient nerveuse mais leur attention était centrée sur Saël donc, elle ne risquait rien. Elle se cacha même un peu derrière lui pour être sûre qu'on ne la remarque pas, même si le rouge sombre de sa cape n'était pas la meilleure couleur pour se camoufler... Mais à côté de la tenue scintillante de Saël, c'était à peine si on la voyait.
Elle attendit donc qu'il finisse de s'entretenir avec le dénommé Hubert en espérant que personne ne lui parle...
Revenir en haut Aller en bas



Saël Gal'Elveré

Noble déchu
avatar

Masculin Nombre de messages : 119
Style de combat : la fuite

Possessions magiques : Un livre insensible au passage du temps nommé « Histoire perdue du peuple elfique ».

MessageSujet: Re: Les cailloux qui marchent (Ray'ya - Saël)   Lun 26 Aoû - 12:36

Mon entrée fracassante fit effet. Tout le monde tourna les yeux verts moi. Certains semblaient amusés, d'autres surpris et une fées qui passait, transportant de la paperasse, me fit un regard noir avant de reprendre son chemin vers le couloir.
L'elfe le plus proche de nous, dont le regard signifiait probablement "tiens, revoilà le guignol", me regarda juste le temps de dire :
- Entrez, installez-vous au fond à gauche, on va vous recevoir.
C'était le seul coin de la salle qui n'était pas envahi par la paperasse. Avant même de m'asseoir, Hubert arriva.
- Il me semblait bien avoir entendu ta voix.
Après quelques salutations, je lui exposais ma demande.
- Et qu'est-ce que tu comptes faire avec ses informations, hein ? Tu vas pas m'apporter des problèmes.
- Tu sais bien que je n'ai jamais posé de problème à personne.
- Écoute, euh ... Je veux bien te donner tout ces renseignements, mais j'ai un service à te demander en échange. Tu connais Mina ? C'est une très belle fée aux yeux noisettes. Elle est partie dans les mines naines, accompagner Philen Im'umin en mission diplomatique. J'aimerai que tu lui porte cette lettre.
Il sorti de sa poche une enveloppe cachetée, elle était plutôt épaisse mais c'était du très beau papier. Je pris un air malicieux.
- Tu serais pas amoureux des fois.
Hubert, cacha sa timidité derrière un air tendu :
- Bon, tu vas le faire ou pas ?
- Si c'est une histoire de coeur, alors oui, rien n’arrête l'amour ! Dis-je ne prenant la lettre.
Hubert ne savait trop comment réagir, il semblait gêné. Il regardait discrètement autour de lui pour voir si quelqu'un m'avais entendu. Puis il se gratta la tête, Il avait le visage tout rouge.
Je mis la lettre dans une de mes poches, et changea de sujet.
- Alors les magiciens ...

Hubert me donna toutes les informations que je voulais : l'endroit où séjournait les magiciens, l'heure de la présentation à la cours de la reine, leurs trajets, par où ils étaient rentrés dans la forêt, pas où ils allaient repartir, etc ...
Toute notre discussion se passait à voix basse, ce n'était pas vraiment interdit de parler de ça, mais ce n'était pas vraiment une bonne chose non plus.
A la fin, je remerciais Hubert, qui me rappela la lettre et ajouta que ce serait mieux si je pouvais la délivrer rapidement.
Il allait retourner à son travail, nous laissant repartir quand il s’arrêta pour dire : Il y a des cookies, sur cette table, enfin, derrière le tas de papiers, si toi ou ton ombre, en voulais un, servez-vous.
Puis il fit un signe de la main en guise d'au revoir.
Je fis un magnifique sourire à Ray'ya pendant que je m'approchais des petites gâteaux.
- Un cookies ?
Revenir en haut Aller en bas
 

Les cailloux qui marchent (Ray'ya - Saël)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les petits cailloux d'amour
» Le plan des trois petits cailloux. [PW - Dogma - Dagan]
» Les chats-qui-marchent-sur-l'eau [Libre]
» Décors Moria et Autres.
» caillou dans pare-brise



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Bavardages [H-RP] :: Archives-