Partagez | 
 

 Pandore ~ [validé]


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Pandore

Bibelot


Féminin Nombre de messages : 37
Style de combat : Appeler Zyakan


MessageSujet: Pandore ~ [validé]   Mer 13 Fév - 9:27

 ~ Pandore ~
  les lèvres des Faucons Nocturnes  




Prénom ou surnom : Pandore ~
Nom : Elle n'en a plus ~
Age : Une trentaine d'années apparentes ~
Peuple/race : Elfes noirs ~
Alignement : Fidèle à son ami ses amis ~
Métier et/ou rang : Emissaire des Faucons Nocturnes ~
Arme : Elle possède bien une petite dague mais l’objet n’a que rarement servi ~
Capacités ou pouvoirs : Etre belle gosse ça suffit, généralement (ça veut dire nan) ~
Familiers/animaux : C'est plutôt elle, le familier… 8D ~
Autre : Nan ~


« Je ne l’avais pas remarquée tout de suite. Elle se tenait là, en retrait, adossée à une colonne de pierre ombragée par le plafond du temple.
Ses bras minces étaient croisés sur sa poitrine, accentuant des formes féminines un peu faibles. Ses longues jambes apparaissaient entre les voiles de sa jupe largement fendue, élégantes et fragiles courbes anthracites contrastant avec le tissu blanc. Sur ses épaules dégagées tombait une cascade de cheveux lisses et légers. Leur pâleur virginale présentait des reflets d’argent dans les ondulations qu’un vent taquin soulevait en narguant la lumière. Son visage incliné se cachait derrière ce rideau clair. J’avais beau chercher son regard, elle restait figée.
Je redescendis alors sur sa silhouette mince dont le manque de relief avait, si ce n’est du charme, une harmonie certaine et ne laissait aucun doute sur son appartenance à la race des elfes noirs. Sa peau couleur de cendre dont ses vêtements laissaient entrevoir de larges bandes semblait veloutée et intacte. Elle portait de hautes bottes de cuir noir. Leurs talons donnait une gracieuse inclinaison à ses fines chevilles et la fixaient dans une posture légèrement provocante, une hanche plus haute que l’autre, sa taille fine de travers.
Soudain, quelque chose attira son attention. Elle releva vivement la tête, de quelques centimètres seulement mais d’une rapidité qui trahit sa surprise. Elle était sollicitée. Elle se redressa d’un mouvement d’épaules, quittant l’appui inconfortable que lui procurait la colonne de pierre, décroisa les bras et passa une main délicate dans ses cheveux afin de dégager sa vue. Plusieurs mèches se calèrent derrière ses longues oreilles pointues qu’ornaient deux anneaux argentés. Alors la lumière vint enfin caresser son visage.
Ses yeux étaient d’un bleu glacial, si clairs qu’on aurait pu croire qu’elle n’avait point d’iris. Et pourtant, son regard avait quelque chose de doux, comme une once d’anxiété perpétuelle qui ne voulait pas la quitter. Cela était sans doute dû à leur inclinaison atypique pour une drow car en comparaison à ses congénères dont les yeux légèrement en amende fuyaient avec allure, les siens n’avaient pas cette finesse mystérieuse et inquiétante. Ils étaient plutôt grands et semblaient plus aptes à transmettre des émotions. Ils étaient aussi bordés de cils foncés et surmontés de sourcils fins, arqués dans une expression d’attention. Son nez droit et pointu s’assortissait à ses pommettes hautes et ses joues creuses, ses contours anguleux et son menton fin, rappelant à celui qui s’était noyé dans ses yeux humbles qu’elle était bien de la race des drows.
Ses lèvres relativement charnues étaient deux ourlets d’ébène, sombres et immobiles dans la neutralité qu’elle tentait de faire paraître.
Elle s’avança d’une démarche féminine mais pressée vers l’homme qu’elle accompagnait et tous deux prirent la direction de la sortie. Juste avant de me tourner le dos, elle posa son regard céleste sur moi, naturellement, comme pour me faire comprendre qu’elle m’avait surpris depuis longtemps à l’observer. Sa bouche s’entrouvrit très légèrement, et ce n’est pas un sourire qui apparut, mais autre chose, un mouvement imperceptible qui fit une différence, quelque part. Comme si elle voulait attiser quelque chose de pourtant inoffensif en moi. »



« Parce que je suis sage et raisonnable, que je sais où se trouvent les limites et que je sais lesquelles j’aurai le droit de dépasser pour toi. Parce que je suis discrète et que comme toi, je préférerai toujours chercher l’ombre à courir après la lumière, parce que je veux vivre sans faire de bruit. Parce que je suis fidèle, sais ce que je dois à qui je dois la vie et la fierté qu’il me reste, parce que je ne songerais même pas à te trahir ni même à te tourner le dos. Parce que je suis obéissante, parce que je te serai soumise de ma propre volonté, que je t’écouterai toujours jusqu’au bout et que je ne prendrai la parole que quand tu me le demanderas.

Parce que je sais si bien parler, parce que je peux envoûter qui je veux avec mes mots, parce que je saurai convaincre tous tes ennemis et apaiser leur colère. Parce que je saurai évaluer le danger et parce que je saurai manier ma volonté comme ma malice, ma parole comme mes gestes. Parce que je n’hésiterai pas à jouer de mes avantages et à profiter de ce dont la nature m’a doté pour te mener à la victoire. Parce que les détours, les fourberies et les manipulations ne me font peur que lorsqu’elles sont tournées contre toi.

Parce que je suis déterminée à te servir jusqu’à ma mort, parce que je suis plus douée que tous les orateurs que tu trouveras parmi tes hommes réunis, parce que je serai les lèvres lorsque toi, tu seras l’esprit. Parce que je suis forte dans ma fragilité, parce que je veux te prouver que j’ai ma place ici.
Parce que je ne veux pas que tu m’abandonnes, Zyakan, pour toutes ses raisons, tu aurais eu tort de ne pas me garder auprès de toi. »



Spoiler:
 

~ Moins l'homme se sent libre et plus il est docile ~

« Tu sais au début, j’avais honte. Terriblement honte. Mais je m’y suis faite. Je n’y peux rien, c’est la nature. Elle m’a obligée. Ce petit être, je me suis mise à penser à lui et à me dire qu’il aurait le droit à un peu d’amour. Mon non plus je n’ai pas choisi mon père, je n’ai choisi personne dans ma famille. Et puis je savais qu’à part moi, il n’aurait personne. Moi quand j’étais enfant, je n’avais pas grand monde non plus mais au moins, je savais d’où je venais. J’avais envie de lui rendre la vie un peu facile et d’en prendre soin, d’oublier qu’il était le fils d’une ombre, d’une voix rauque, d’un corps affamé. J’avais de la compassion, je voulais être une mère et pas une génitrice.
J’ai réussi, j’ai oublié ce qui s’était passé. Ou plutôt, je l’ai enfoui tellement profondément qu’en surface, je suis convaincue que cela n’est jamais arrivé. La peur, le dégoût, la déchéance, les quelques minutes où j’ai tremblé, je ne les ai jamais connues. Je te le jure, je ne les ai jamais connues.
Les autres, ils se les sont imaginées.

« Tu aurais dû te défendre, ma fille, tu n’aurais pas dû avoir peur de lutter jusqu’à la mort, disent-ils, mais tu seras facilement pardonnée. Que cet enfant soit sacrifié à notre Déesse et le voile de la honte tombera. Tu pourras te tenir fière devant tes semblables. » Quand j’ai entendu ces mots, j’ai frissonné. Ils pensaient tous que ce serait d’une simplicité triviale, que de toute façon, je détestais déjà ma fille et que c’est avec soulagement que je la verrais succomber pour Lolth dès sa naissance. Peut-être que n’importe quelle autre drow aurait réagi ainsi mais moi j’étais triste et je m’ennuyais, j’avais grandi seule et inutile, j’avais enfin l’occasion d’être importante aux yeux de quelqu’un et de faire quelque chose par moi-même.
Et puis je sais que Lolth me déteste. Moi aussi, je la déteste.

J’ai continué à vivre comme avant, feignant la négligence et la lassitude, jurant que j’avais hâte d’en finir. Au début, je me contentais de ne pas en parler et d’imiter une mauvaise humeur permanente, et puis avec le temps, je me suis améliorée. J’ai appris à jouer si bien que j’ai convaincu tout le monde. J’étais douée.
Enfin, ça a presque fonctionné.

Ma sœur aînée était d’une curiosité, d’une jalousie et d’une paranoïa toutes équivalentes. Elle me surveillait depuis que j’étais née et voyait en mon manque de convictions et de foi une vilaine menace. Elle ne pouvait pas supporter ma petite santé et mon éternelle résignation. Moi qui allais prier Lolth en traînant les pieds, aimais prendre soins des rares petites bestioles qui rôdaient autour de notre demeure et frissonnais lorsque j’entendais notre père raconter avec plaisir la façon dont il avait éviscéré ses ennemis… Je n’avais rien de très digne d’une drow. Cela exaspérait tout le monde, mais ma sœur en particulier.


Tu sais, je suis née un peu faible et on avait beau m’enseigner l’art d’être prêtresse en long en large et en travers, je n’ai jamais rien réussi. Alors mes parents m’ont un peu négligée et j’ai continué à être différente. C’était un cercle vicieux et ça explique beaucoup de choses.


C’est un minuscule petit rien qui a éveillé les soupçons de ma sœur. Je crois bien que c’était la première fois qu’ils étaient avérés, d’ailleurs. Elle me voulait responsable de tous les maux et était persuadée que je conspirais en continu. Non, cette fois fut la bonne et la dernière.
Je pensais être seule dans ma chambre, j’ai posé mes deux mains sur mon ventre encore plat et j’ai murmuré quelques tendres mots à l’adresse de ma fille. Quelques secondes plus tard, elle surgissait dans ma chambre en furie, me traitait de tous les noms, nous menaçait moi et mon enfant et brandissant vers moi tous les objets qui lui tombaient sous la main. Elle avait placé un œil de cristal sous un meuble et n’avait rien raté. Par chance, sa colère la rendait maladroite et elle perdait peu à peu le contrôle d’elle-même. Même si la panique m’avait prise aussi, j’ai réussi à me défendre.
J’ai été courageuse, tu sais. J’ai saisis une de ces longues épingles de métal pointues autour desquelles nous enroulions nos cheveux pour les coiffer élégamment, celle qui était ornée d’agates violettes et… Je ne sais plus vraiment où je l’ai atteinte. Tout ce que je sais, c’est que quand j’ai quitté ma chambre avec précipitation, elle gisait au sol et ne bougeait plus.
J’ai couru très longtemps cette nuit là. J’ai quitté la demeure, j’ai traversé les jardins, j’ai descendu les rues de la ville, j’ai passé la place principale, je suis sortie de la cité, j’ai grimpé clandestinement dans le premier véhicule de paysan que j’ai trouvé. Et j’ai tremblé longtemps.

Quand j’ai su que la charrette allait s’arrêter, je me suis éclipsée. Je ne savais pas du tout où j’étais mais j’étais sûre d’une chose : j’étais poursuivie. Je n’avais pas voyagé longtemps, j’étais toute seule et affaiblie, les soldats de mon père mettraient peu de temps à me retrouver.

Un instant, je me suis demandée ce que j’ai en train de faire, ce que j’étais devenue pour en arriver là. J’avais l’impression d’être morte avant d’être morte. J’ai continué de marcher sans vraiment me presser, me sachant condamnée. Je n’ai parlé à personne, pas même à ma fille. Je crois que là-haut, un Dieu a eu pitié de moi parce qu’il m’a offert un arbre fruitier au milieu de la journée. Je me demande comment Lolth a réagi.

C’est là que tu interviens.

Je ne sais pas si tu t’en souviens mais moi, je n’en ai pas oublié une seule miette. C’était déjà en fin de soirée, le soleil déclinait lentement à l’horizon. J’avais froid, faim, la tête qui tournait, j’avais même songé à faire demi-tour et à me rendre. Toute l’avance que j’avais tenté de prendre sans même y croire, je l’avais perdue. Je savais que je n’avais plus que quelques minutes devant moi.
Tu ne peux même pas t’imaginer à quel point j’étais éprouvée lorsque j’ai aperçu les installations du campement, les lumières faibles des lanternes et les silhouettes des gardes, fidèles à leurs postes. J’étais bien trop affaiblie pour me faire discrète ou tenter une technique d’approche. Tout ce que je voulais, c’était ne plus être toute seule sur cette terre inconnue et avoir une chance de retrouver espoir. Bien sûr que c’était une mauvaise idée, mais c’était la seule que j’avais.
Je suis tombée dans les bras d’une sentinelle qui m’a alors lancé le regard le plus malsain que je n’avais jamais vu. Ma vue s’était brouillée, j’avais le cœur au bord des lèvres et je ne sentais plus mes jambes, mais j’étais encore suffisamment consciente pour les entendre rire comme des hyènes sentant l’heure du repas approcher. Comme je devais être pitoyable. Mais tu sais, je n’ai même pas pleuré. J’étais trop fatiguée pour lutter, même si j’espérais toujours vivre encore un petit peu.

Je n’ai jamais été résignée à ce point.

Elles m’ont bien dégoûtée, tes sbires, ce soir-là, tu sais. Je ne sais pas depuis combien de temps ils n’avaient pas vu une femme mais cela devait faire un bail. Pauvres mercenaires, vous avez la vie dure.
Mais finalement, je ne me suis pas laissé faire. Je ne voulais pas en arriver là. Je ne voulais surtout pas finir comme ça. J’ai pris mon courage à deux mains, réuni les forces qui me restaient, et j’ai improvisé.

« Bande d’imbéciles ! Vous ignorez à qui vous avez à faire ! Vous faites une grave erreur. »

Je ne sais pas vraiment d’où m’est venue cette volonté mais je suis parvenue à les repousser, et même à paraître convaincante. Même avec mes vêtements poussiéreux, mes cheveux en bataille et mes tremblements compulsifs. Leurs visages se sont lentement décomposés. Alors en feignant d’accorder plus d’importance à ma jupe sale et froissée qu’à leur réaction, j’ai poussé un grognement contrarié. Un lourd silence s’est installé, me laissant le temps de remettre un peu d’ordre dans mon apparence et de prendre une attitude plus noble, augmentant mes chances de passer pour une femme importante. J’ai relevé brutalement les yeux sur l’un d’entre eux et ai sifflé entre mes dents, menaçante.

« J’ai passé une très mauvaise journée alors je vous conseille de me mener jusqu’à votre chef avant que je ne me mette en colère. Vous n’aimeriez pas vous faire frapper par la foudre pour m’avoir approchée de trop près, n’est-ce pas ? »

Je ne savais pas du tout ce que je faisais, mais tu l’as tout de suite deviné, non ? Est-ce que j’avais l’air noble ? Pas vraiment. Plus vraiment. Parce que même si j’avais encore la jupe blanche et violette et la ceinture à l’emblème de ma famille, je ressemblais à une souillon.
Ils m’ont menée jusqu’à toi dans un silence religieux, sans oser me toucher ni même me regarder dans les yeux. Pendant tout ce temps, j’étais en train de me torturer l’esprit pour trouver une façon de ne pas me faire jeter dehors avec tous les préliminaires qui s’annonçaient. Je savais que j’étais chez des hors-la-loi, des rejetés de toutes races qui parcouraient les plaines à la recherche de trésors ou de rémunération. Cela sautait aux yeux.
Et puis quand on m’a fait entrer dans cette tente, je suis restée figée sur place. Je me souviens que mes yeux ont rencontré les tiens, rouges comme des rubis, dans la pénombre, j’ai distingué les reflets gris sur ton visage et tes longs cheveux clairs. Tes hommes se sont adressés à toi, tu leur as brièvement répondu en posant un regard légèrement incrédule sur celle qui venait de s’introduire sur ton campement, et puis ils sont sortis. Je n’avais pas suivi la conversation, j’étais en train de sentir quelque chose s’évaporer en moi et j’étais submergée par la surprise. Maintenant que j’y repense, je me dis que c’était idiot de ma part, de me sentir si soulagée. J’étais face à un elfe noir, et ? Au contraire, ça aurait dû être très mauvais signe. J’aurais dû paniquer et me sentir piégée. Mais non, sans doute trop fatiguée pour raisonner encore, je me suis laissée tomber dans les bras rassurants d’un apaisement soudain.


Spoiler:
 

Mmh. Bref. Avoue que tu ne peux même pas te passer de moi maintenant. Cela fait combien de temps que je suis sous ta protection ? Je ne sais même plus. Tu ne dois pas vraiment savoir, toi non plus.

Zyakan ? »

La tête appuyée sur la paume de sa main, le coude posé sur sa cuisse dans une position détendue laissant deviner une relative lassitude, l’elfe posa ses yeux de glace sur son protecteur, installé dans le fauteuil d’en face. Il était occupé.
Pandore le fixa encore quelques secondes puis, brisant un lourd silence qui durait depuis bien trop longtemps déjà, demanda d’une voix monotone :


« A quoi tu penses ? »



D'où vient votre avatar ? Bah c’est une photo de moi, pourquoi ? (Na, l’image originale est une œuvre de Ketka que j’ai graphé un peu. u_u) ~
Spoiler:
 
Comment avez-vous découvert le forum ? Je suis un DC! Si. ~
A quelle fréquence comptez-vous rester sur le forum ? J’arrive pas à croire qu’après tant de temps, vous doutiez encore de ma fidélité. Bande de canailles. ~
Avez-vous envoyé les mots-clef aux administrateurs ? Oui, y’a plus d’un an et demi… (Non mais oui, je l’ai refait, vous en faites pas, roooh.) ~

EDIT
Réponse à la question des règles :
Ca va pas non? Plutôt crever.


Dernière édition par Pandore le Sam 10 Jan - 13:37, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://archieoctopus.deviantart.com/



Morphéo

Séraphin des Enfer


Masculin Nombre de messages : 208
Style de combat : cruellement bonne


MessageSujet: Re: Pandore ~ [validé]   Mer 13 Fév - 14:12

RE BIENVENUE,

J'attend que ta fiche se termine alors ^_^
Revenir en haut Aller en bas



Zyakan Tesk'Ay



Masculin Nombre de messages : 93
Style de combat : Crier "CHAARGEEEZ !".


MessageSujet: Re: Pandore ~ [validé]   Mer 13 Fév - 17:03

Manarchie coeur

J'aime ta fiche.

_________________
Un bon mercenaire n'a pas d'ennemi, il n'a que des employeurs.
Revenir en haut Aller en bas



Subraya Druth

Fondatrice


Féminin Nombre de messages : 1177
Style de combat : Dragon bourrin

Haut-fait : Vieux d'la vieille

MessageSujet: Re: Pandore ~ [validé]   Sam 16 Fév - 17:50

quoi !! Je suis toujours béate d'admiration devant une fiche aussi belle et aussi détaillé.
gg ! avec toute mon admiration éternelle.

REBIENVENU !!
Revenir en haut Aller en bas



Morphéo

Séraphin des Enfer


Masculin Nombre de messages : 208
Style de combat : cruellement bonne


MessageSujet: Re: Pandore ~ [validé]   Mer 20 Fév - 0:12

On aime tous ta fiche, mais faut la finir ^_^
Revenir en haut Aller en bas



Archantaël l'Onirique

Archson


Féminin Nombre de messages : 79
Style de combat : Rapide et acharné


MessageSujet: Re: Pandore ~ [validé]   Mer 20 Fév - 9:12

Oui oui je sais, ça vient, ça vient...

_________________

~ You cannot touch me, you would not dare, I am the chill that's in the air ~
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Archantaël l'Onirique

Archson


Féminin Nombre de messages : 79
Style de combat : Rapide et acharné


MessageSujet: Re: Pandore ~ [validé]   Sam 6 Avr - 10:51

Second up : je suis vraiment désolée, je prends encore du retard... Ça va venir hein, c'est juste qu'on stagne un peu avec Zyak' en ce moment (non, c'est pas facile de construire une histoire à deux si c'est ce que vous croyiez... u_u) mais je vous promets, je fais de mon mieux !

_________________

~ You cannot touch me, you would not dare, I am the chill that's in the air ~
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas



Subraya Druth

Fondatrice


Féminin Nombre de messages : 1177
Style de combat : Dragon bourrin

Haut-fait : Vieux d'la vieille

MessageSujet: Re: Pandore ~ [validé]   Mar 16 Avr - 6:04

alors tu passe sur le fofo et c'est la seule chose que tu dis, étrange morphéo. XP

mais non, ne découpe pas la fiche, soit gentil.

Revenir en haut Aller en bas



Zyakan Tesk'Ay



Masculin Nombre de messages : 93
Style de combat : Crier "CHAARGEEEZ !".


MessageSujet: Re: Pandore ~ [validé]   Mer 17 Avr - 19:45

Rejetez pas la faute sur Archie, c'est surtout moi qui fais stagner la chose --'

Mais promis, on va s'y remettre vite!

(Et coucou, au passage, ça faisait longtemps)

_________________
Un bon mercenaire n'a pas d'ennemi, il n'a que des employeurs.
Revenir en haut Aller en bas



Pandore

Bibelot


Féminin Nombre de messages : 37
Style de combat : Appeler Zyakan


MessageSujet: Re: Pandore ~ [validé]   Dim 5 Mai - 18:28

BON ! Bah voilà. Alors certes, c'est pas très clair tout ça mais si vous lisez les RPs qu'on va faire avec Zyak', vous allez comprendre. C'est comme vous voulez.

Si vous me le permettez, je vais hurler ma joie derrière cette porte : [- ]

DAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!

Merci. u_u
Revenir en haut Aller en bas
http://archieoctopus.deviantart.com/



Subraya Druth

Fondatrice


Féminin Nombre de messages : 1177
Style de combat : Dragon bourrin

Haut-fait : Vieux d'la vieille

MessageSujet: Re: Pandore ~ [validé]   Dim 5 Mai - 19:53

Enfin !!!

Je me dépêche de la validé.

(et Fleaux au cas où tu te pose la question, elle a une autorisation spécial pour rentrer chez les elfes noirs alors que la races est fermée, parce qu'elle a commencer sa fiche avant le reboot) XP
Revenir en haut Aller en bas



Pandore

Bibelot


Féminin Nombre de messages : 37
Style de combat : Appeler Zyakan


MessageSujet: Re: Pandore ~ [validé]   Dim 5 Mai - 21:25

Merci Subi ! :3
Bon, c'est pas l'tout...

*S'arme de son fouet et part chercher Zyak'*
Revenir en haut Aller en bas
http://archieoctopus.deviantart.com/



Morphéo

Séraphin des Enfer


Masculin Nombre de messages : 208
Style de combat : cruellement bonne


MessageSujet: Re: Pandore ~ [validé]   Lun 6 Mai - 1:26

c'est quoi tes pouvoir au faite ?
Revenir en haut Aller en bas



Subraya Druth

Fondatrice


Féminin Nombre de messages : 1177
Style de combat : Dragon bourrin

Haut-fait : Vieux d'la vieille

MessageSujet: Re: Pandore ~ [validé]   Lun 6 Mai - 5:25

Fleaux, je vais t'offrir une loupe, c'est marqué en haut de la fiche ^^

Citation :
Capacités ou pouvoirs : Etre belle gosse ça suffit, généralement (ça veut dire nan) ~
Revenir en haut Aller en bas



Zyakan Tesk'Ay



Masculin Nombre de messages : 93
Style de combat : Crier "CHAARGEEEZ !".


MessageSujet: Re: Pandore ~ [validé]   Lun 6 Mai - 11:59

Gnah, pas le fouet! o.O

Je suis là, pleurant de joie devant ta fiche, manarchie!


(juste une question à nos valeureux admins... On avait l'intention de faire une histoire qui se déroulerait en partie chez les elfes noirs. Comankonfé maintenant?)

_________________
Un bon mercenaire n'a pas d'ennemi, il n'a que des employeurs.
Revenir en haut Aller en bas



Pandore

Bibelot


Féminin Nombre de messages : 37
Style de combat : Appeler Zyakan


MessageSujet: Re: Pandore ~ [validé]   Lun 6 Mai - 14:55

Ah oui dis donc, zut... :S
Et oui non, donc Pandore n'a aucun pouvoir. J'aime vivre dangereusement.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://archieoctopus.deviantart.com/
 

Pandore ~ [validé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi
» [Validée]"Gyoukuji Tsukyo" Hime Kazuki.
» [Validée]Un Joyeux Hey de la part de Sora =)
» Rose (Pré-validé par Wolf Print)
» Présentation hugo64 [validée]



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Préambule :: Personnages :: Fiches de perso acceptées-