Partagez | 
 

 Guerre civile


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2



Kazad Faraz'ior

Invité



MessageSujet: Re: Guerre civile   Dim 3 Mar - 16:23

Message de Kazad Faraz'ior

Kazad et Krauzer s'infiltrèrent dans le Palais par la porte que Torn avait fracassée et ils avancèrent dans les couloirs, Kazad faisant croire qu'il avait capturé Krauzer. Il constata que quelqu'un les suivait, une femme, Kazad se retournait sans arrêt pour vérifier si elle était toujours là, en faisant croire qu'il ne l'avait pas vu. Il chuchota à Krauzer que quelqu'un les suivait. Kazad constata que la femme allait de plus en plus vite. Il regarda alors et vit qu'elle se préparait à frapper. Kazad se retourna brusquement, fonça sur elle, et lui enchaîna un grand nombre de coup de pied en plaine face, il la frappa très rapidement au visage et continua les coups de pieds. Il colla le côté extérieur de son pied droit sur le menton de la femme, puis décolla vite l'autre pied du sol, lui assignant ainsi une sorte de "gifle avec le pied" avant d’atterrir sur ses deux jambes. La femme s'étala par terre en se prenant un mur. Kazad et Krauzer se jetèrent sur elle et la maîtrisèrent à terre en l'empêchant de bouger.
_ Bonsoir, mademoiselle. Pouvons nous savoir qu'est ce qui vous amène à tenter cela? demanda Kazad d'un ton trop calme.
Revenir en haut Aller en bas



Krauzer

Invité



MessageSujet: Re: Guerre civile   Dim 3 Mar - 18:30

Message de Krauzer le grand démon

Krauzer étouffa des rires à chaque fois qu'il voyait un attroupement de démon passer à côté d'eux, il faisait bien le prisonnier avec son look de barbare étranger; il suivit distraitement tout ce qui se déroula devant ses yeux, il était à présent avec son ami Kazad, acculant une demoiselle ennemie. Soudainement pris d'une étrange sensation, Krauzer saisit la jeune femme à la gorge et la souleva d'un bras. Il ne pouvait pas tolérer qu'un individus se mette en travers de son chemin bien qu'elle ait déjà reçut une correction des plus brutales. Il plongea alors son regard sans pupilles ni iris dans celui de la vampire et ce fut comme si une étrange lumière émanait alors du regard de Krauzer. Sa voix était si froide et si distante qu'elle aurait fait pâlir un géant.

-Comment osez-vous défendre et protéger un tel monstre ? Votre coeur serait-il rongé par l’insouciance, ce démon-ci vous détruirait d'un simple souffle lorsqu'il apprendra que vous avez faillit à votre tâche.  Vous servez une cause vaine demoiselle d'ébène... cette guerre n'est pas la vôtre.

Au fur et à mesure que les paroles sortaient de sa bouche, quelque-chose se transforma doucement, sans que Krauzer ne s'en rende compte; ses mains et ses avants-bras commençaient à prendre une teinte plus foncée, ses ongles se prolongeaient pour former d'épaisses griffes noirs. Il relâcha son étreinte, tournant vers son ami un visage crispé de colère .

-Kazad, trêve de plaisanteries... cela ne m'amuse plus, il est temps !
Revenir en haut Aller en bas



Kazad Faraz'ior

Invité



MessageSujet: Re: Guerre civile   Dim 3 Mar - 18:40

Message de Kazad Faraz'ior

Krauzer prit soudainement la vampire par la gorge et la souleva. Il dit alors d'un ton froid et effrayant:
-Comment osez-vous défendre et protéger un tel monstre ? Votre coeur serait-il rongé par l’insouciance, ce démon-ci vous détruirait d'un simple souffle lorsqu'il apprendra que vous avez faillit à votre tâche. Vous servez une cause vaine demoiselle d'ébène... cette guerre n'est pas la vôtre.
Pendant qu'il disait ses paroles, son corps se transformait petit à petit. Ses avant bras devinrent plus foncés et ses ongles poussèrent en se transformant en affreuse griffes noires. Il lâcha alors la femme, se tourna vers Kazad et lui annonça avec un visage crispé de colère:
-Kazad, trêve de plaisanteries... cela ne m'amuse plus, il est temps !
Kazad garda un regard sombre et froid et annonça à son tour:
_ Exactement. Je ne supporte plus de voir la faiblesse d'esprit de tout ses corrompu.
Kazad se retourna et constata que tout le monde les regardait. Il dit alors pour refaire passer Krauzer pour un prisonnier sans s'attirer d'ennuis:
_ Allez, en avant!
Lorsqu'il furent un peu plus seul, Kazad chuchotta:
_ Regarde tes bras...
Revenir en haut Aller en bas



Eben Darkblade

Invité



MessageSujet: Re: Guerre civile   Mer 6 Mar - 16:50

Message écrit par Eben Darkblade

Je suivait les deux hommes depuis dix minutes.. Mais comment j'aurais put croire que cet homme ferait un aussi grand coup de bluff : il feignais de ne pas me voir et donc quand il se retourna pour me frapper la stupeur était si grande que je ne fis rien pour empêcher les coups de me toucher. Puis quand un des deux m'attrapa par le col et me dit :

-Comment osez-vous défendre et protéger un tel monstre ? Votre cœur serait-il rongé par l’insouciance, ce démon-ci vous détruirait d'un simple souffle lorsqu'il apprendra que vous avez faillit à votre tâche. Vous servez une cause vaine demoiselle d'ébène... cette guerre n'est pas la vôtre.

*Quel idiot.. il croit que je me bat pour lui par conviction ? Seul l'or m’intéresse !*
S'avait ils seulement que j'aurais pus en trente secondes même pas les tuer tout les deux ?
Puis ils partirent. Et je les suivit. Pendant que je me déplaçai je me parler a moi même :

-Que voulait il dire par monstre ?
-J'en sait rien vas lui demander !
-T'es folle ?! J'irais pas le voir !
-Pourquoi ?
-Ils pourraient me suivre !
-Bon bah.. fini notre contrat !
-Comme tu veux

Je coursait  les deux hommes et je les rattrapa juste devant la salle du trhone.

-Eh ! Les amis vous coyer aller ou ?
-Je sais pas moi ! Voir l'employeur !
-T'es toi t'es trop bette ! Et en plus je te parlai pas !

Je me tourna vers mes meilleurs amis et en un disieme de secondes je fut sur eux. Je prit le premier qui avait la peaux violacée par le colle et l'envoya contre le mur de droites qui fut détruit sur le coup. Puis me tournant vers l'autre qui avait l'air tout aussi surpris de me voir que moi de le voir tout a l'heur, je lui fit faire le même traitement que l'autre mais au lieu de se prendre un mur il se prit le violacée. Je tendit les deux bras et un carreaux d'argent sorti de leurs arbalète et allèrent se ficher dans le sol et dans l’épaule de l'homme qui venait de briser le mur.
L’entra dans la pièce. Se fut pour la première fois fois et je vit pourquoi l'autre avait dit monstre : au plafond pendait des centaines de cadavre, d'une certaine façon ça me plaisait mais pas du tout a l'autre.

-j'ai respectée ma par du contrat donnait moi mon or !  

Une bourse vola dans ma direction et je la saisit au vole et au poid je me rendit compte que le prix n'y etait pas.

-Nous avions convenus d'une somme et je ne l'ai pas !! Pourquoi ?!
-Vous ne croyez pas que je vous aurait tout donnée si ?


{HRP : dsl pour les fautes j'ai pas le temps de me relire, envoyez moi un MP si vous etes contre se que je viens de faire... Merci]
Revenir en haut Aller en bas



Torn l'orageux

Invité



MessageSujet: Re: Guerre civile   Ven 8 Mar - 20:11

Message de Torn l'orageux

Les chaotiques l’empêchaient de bouger en le traînant vers le Palais. Si ils arrivaient à faire ça, c'est bien parce que Torn était très sonné. Il commençait à reprendre peu à peu ses esprits. Il grognait en permanence depuis sa capture et se débattait sans arrêt. Ayant reprit la forme petit à petit, Torn retourna les clefs de bras que lui faisaient les gardes vers eux et les balança tout les deux au sol. Ceux qui portait Ewilane réagirent et la lâchèrent pour attraper Torn. Ce dernier tua celui qui lui avait confisqué sa double hallebarde d'un éclair, reprit son arme et tua les trois autre rapidement, sans déguster le combat comme il aime le faire d'habitude, il n'y avait pas de temps à perdre. Il se mit à genoux devant Ewilane, couchée par terre, assommé, et lui mit une grande gifle pour la réveiller.
_ Allez debout! On a du boulot!
Revenir en haut Aller en bas



Invité

Invité



MessageSujet: Re: Guerre civile   Lun 11 Mar - 20:06

Message de Ewilane, humaine.

Je me pris une grande baffe de Torn das la joue avant qu'il ne se mette a dire :
_ Allez debout! On a du boulot!
Je voyait la seconde baffe arrivait et je réussit a l’arrêter de justesse.
-Ah ton plaisirs est passée Torn ! Tu as raison dépêchons nous !
Je me releva et commença a marcher en direction du centre du palais la salle du trône.
-Ils ont du aller la-bas.
En chemin nous croisons plusieurs patrouille de gardes qui furent tous réduit en cendres ou électrocutée a mort mais peut avant d'arrivée dans le couloir de la salle du trône je senti une grande douleur au niveau de la poitrine et je me décala sur le cotée une main sur le mur l'autre sur le ventre en serrant les dents pour ne pas hurler.
-Vas y passe devant je te retrouve plus loin !
Revenir en haut Aller en bas



Torn l'orageux

Invité



MessageSujet: Re: Guerre civile   Lun 11 Mar - 20:38

Message de Torn l'orageux

Torn prépara une deuxième gifle tout aussi forte quand Ewilane ouvrit les yeux et attrapa le bras de Torn au dernier moment.
-Ah ton plaisirs est passée Torn ! Tu as raison dépêchons nous !
_ Dommage, j'adore ce genre d'occasion! Répondit Torn à moitié fol-dingue.
Ewilane se releva est commença à marcher en direction de la salle du trône.
_ Ils ont du aller la-bas.
Torn ne répondit pas et suivit. En chemin, il croisèrent le chemin de quelque patrouille, finissant toute soit en tas de cendre, soit trucidé par la foudre, soit massacré le corps plein de sang. Soudain, peut avant d'arriver au couloir de la salle du trône, Ewilane crispa son visage de douleur. Elle se flanqua contre le mur en se tenant le ventre. Elle avait l'air d'avoir mal. Elle grimaçait.
-Vas y passe devant je te retrouve plus loin !
Torn regarda Ewilane, surprit mais horriblement calme. Il tata ses poches et fouilla dedans. Il en sortit une vieille bouteille d'alcool qui lui servait pour se rafraîchir le gosier lors de ses voyages. Il regarda la bouteille, haussa les épaule en un petit "boarf". Il leva les yeux aux ciel et soupira de tristesse de perdre son rafraîchissement quotidien. Il jeta alors la bouteille vers Ewi en disant:
_ Ca va surement pas servir à grand chose, mais ça peut toujours faire cicatriser un minimum plus vite.
Il commença à marcher vers la salle du trône puis revint sur ses pas.
_ Et si tu t'en sert pas, tu me le ramène!
Et il repartit vers la salle du trône. Il vit alors, un peu plus loin, Kazad et Krauzer enfoncés dans le mur, Krauzer ayant un carreau d'arbalète logé dans l'épaule. Il avança vers eux. Dans la salle du trône, deux personne criaient. Torn fit un petit sourire carnassier à Kazad et Krauzer et leur dit:
_ Besoin d'aide?
Il entendit alors une grosse voix qui venait de la salle du trône. Le général Gorgoroth était sortit. Torn équarquilla les yeux et fit resta bouche bée. Le grand démon cria:
_ Torn l'Orageux! Vous déjà devriez pendre au bout d'une corde depuis longtemps, raclure!
Par pur réflexe, il balança un éclair à Gorgoroth, qui recula seulement de quelque mètre rentrant ainsi dans la salle du trône en écrasant une table.
Torn s'empressa de fermer la double porte, paniqué. Le général déclara alors:
_ Minable...
Torn se jeta sur la porte pour la bloquer le plus qu'il pouvait, ce qui n'aurait servit absolument à rien, vu la force de Gorgoroth. Il regarda alors Kazad et Krauzer et leur hurla dessus, perdant sa faible "bonne humeur":
_ Mais restez pas là, encastrés dans le mur à rien faire, pauvres idiots!!!! Venez m'aider, j'ai pas neuf bras!!!
Revenir en haut Aller en bas
 

Guerre civile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Elections générales anticipées ou Guerre Civile
» Guerre civile tchadienne (1965-1979)
» [Guerre civile] Seconde guerre civile irakienne
» [Guerre civile]Les Etats-Confédérés d'Amérique contre les Etats-Unis d'Amérique [VICTOIRE SUDISTE]
» [Guerre civile] Liban



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Territoire Démoniaque :: La Cité-