Partagez | 
 

 Honneur et vengeance (Jaden - Zyakan - Ëarwen - Zurn)


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



Jaden Carr

Invité



MessageSujet: Honneur et vengeance (Jaden - Zyakan - Ëarwen - Zurn)   Mar 19 Juil - 13:25

Message de la fée Jaden Carr

Le  feu brûlait. Non pas un incendie brûlant qui dévastait forêts et plaines. Non pas un tourbillon de feu crée par magie. Non. Un simple feu, tout simple mais qui brûlait sur le corps d'un loup. Cela suffisait pour mettre Jaden mal à l'air. Enfin il était mal à l'aise pour beaucoup de choses...

Avoir embarquer Earwen dans sa quête de sang  et de vengeance, des doutes sur Isildur cette étrange créature qu'Earwen avait libérer et aussi pour rester un guerrier au fond de son coeur et de son âme. Mais il n'avait pas honte. Il se doutait que ceci arriverait. Mais il pensait qu'il aurait accomplie sa quête avant. Mais non... Il se souviendrait toujours de ce jour là...


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Flash Back

Des soldats combattent vaillament une centaine de démons. Démons qui arrivent de plus en plus nombreux. Une bannière se hisse au dessus du centre du groupe. Une bannière frappait d'un aigle enflammé et de runes elfiques. Jaden se détourne du Démon mineur qu'il vient d'égorger. Le sang noir des nombreux ennemis tués dans ce jour recouvre son visage, dégoulinant. Son armure est tailladée à de nombreuses endroits. Son sang se mêle à celui des créatures ennemies. Le tonnerre explosa, suivit d'un éclair qui éclaira Jaden, un cri muet en bouche. Il se retourne, transperçe un autre Démon et joue des coudes jusqu'à la bannière. Là un humain gît, une lance en travers du torse, deux flèches plantées à la jonction entre  le cou et l'épaule. Un soldat agenouillé leve les yeux vers Jaden et secoue la tête, les larmes aux yeux puis crie par dessus le fracas des armes.

"Il est conscient mais n'en a plus pour longtemps. Une heure tout au plus...
- Merci Eric; Retourne au combat mon frère elfe !"

L'elfe prend ses armes et repart. Un cercle défensif s'est formé durant le dialogue, tout autour de Jaden et de l'homme blessé. Jaden s'agenouille au sol.

"Devon... Devon Gorshun. Mort ? Impossible...
- Ferme la Jaden.
- Tu vas mourrir...
- Je le sais. Je te de...de...mande.....Une seule...chose...Vaincre les Démons et tuer l'en...enfl..l'enflure qui m'aura eu. Je me...suis...cru...invin...cible. Mais je suis un être vivant, comme...nous...tous...
- Je le ferais.
- Tue moi. Tue moi vaillamment... par l'épée.
- Non je ne le peux pas.
- Soldat...C'essst un ORDRE..."


Jaden se relève tête basse et transperce Devon qui le regarde d'un air pitoyable. L'elfe prend la bannière et la brandit avec force le plus haut possible. Tous les soldats crient alors, d'une seule voix :

" Pour Devon ! Pour la Gloire, pour l'Honneur ! Pour Vaincre !"

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Le cheval de Jaden hennit et l'elfe sortit de ses pensées. Devant lui deux soldats lui font face. Enfin ils étaient arrivés au Plateau de l'Aigle. Il devait voir quelqu'un. Jaden guida son cheval jusqu'à un groupe de tente d'un rouge bordeau en faisant abstraction à tous ce qui était autour de lui, qui pourtant était merveilles. La même bannière qu'il y'a près de 15 ans flottaient au dessus d'une grande tente où six soldats montent la garde. Si ils furent surpris de le voir, aucun ne le laisse paraître. Un soldat s'approcha de lui :

"Jaden...Je supposes que tu veux voir le chef ?
- Exactement...Eric. Plus de quinze ans.
- Ne fait pas cette folie. Je suis le seul à l'avoir entendue.
- Bientôt plus. J'ai donné ma parole.
- Gloire et Honneur à toi mon frère. Attends toi à une surprise.
- Gloire et Honneur à toi, mon frère"


Jaden descendit et rentra dans la tente sans savoir si les autres le suivaient.


Dernière édition par Jaden Carr le Mer 20 Juil - 18:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Zyakan Tesk'Ay

avatar

Masculin Nombre de messages : 87
Style de combat : Crier "CHAARGEEEZ !".


MessageSujet: Re: Honneur et vengeance (Jaden - Zyakan - Ëarwen - Zurn)   Mer 20 Juil - 2:11

Quand Zyakan et Mirtzey, son chat, avaient rencontré ces trois mercenaires sur la route, ils avaient failli s'entretuer. Puis, se rendant bien compte que les pertes seraient des deux côtés plus grandes que la rentabilité, ils avaient sympathisé, entre collègues. La journée s'était ainsi finie autour d'un feu de camp, avec deux ou trois gourdes de vin circulant entre les convives. Zyakan n'avait pas appris grand-chose sur ses compagnons de fortune. Eux en avaient encore moins appris sur lui. Prudence réciproque bien légitime, dans un métier où les amis de la veille se retrouvent souvent ennemis le lendemain. Mais l'ambiance était bonne. Le feu envoyait des lueurs rougeâtres et orangées sur les visages, tous souriants et détendus.

Et quand Dregg, un imposant Scahami de sept pieds et demi de haut, à la peau tannée et barrée de multiples cicatrices que le feu faisait paraître brulantes, lui proposa de les accompagner au plateau de l'aigle, l'hybride avoua son ignorance. Non, il ne savait pas que le rendez-vous annuel des compagnies de mercenaires y avait lieu cette année. Il ignorait jusqu'à l'existence de ce rendez-vous. Il est vrai qu'à force de vivre en solitaire, n'ayant pour compagnon que son chat sauvage, il s'était coupé du monde. Mais il était tout de même étonné de n'en avoir jamais entendu parler.

Comme il aimait malgré tout reprendre contact de temps à autres avec ses semblables, ainsi qu'un plongeur remonte régulièrement à la surface prendre une bouffée d'air avant de replonger, il accepta de se joindre à eux, le temps du voyage. Après tout, si des centaines de mercenaires se déplaçaient régulièrement pour se rendre à cette sorte de congrès, c'est qu'il devait s'y passer des choses intéressantes. Ce serait peut-être même l'occasion pour Zyakan de rentrer dans une quelconque compagnie. Non. Il tenait trop à son indépendance, n'aimant pas donner des ordres, et encore moins en recevoir. Mais il pensait que cela vaudrait sans doute le coup.

Au matin, la petite troupe se mit en route au trot, et les quatre compagnons de fortune arrivèrent à destination en fin de soirée. Du moins, en vue de leur destination. Le plateau, majestueuse étendue mi-terre mi-rocaille, était perché à une altitude impressionnante. A moins de faire un très grand détour, il n'était accessible que par des chemins escarpés où il fallut démonter et tenir les chevaux par la bride. Les cailloux crissaient sous les pieds, roulaient parfois, manquant déstabiliser les marcheurs. De loin en loin, puis au fur et à mesure que la distance se raccourcissait, de proche en proche, des sentinelles jalonnaient le chemin.

*Précaution bien peu utile... Je ne pense pas que quelqu'un soit assez fou pour vouloir attaquer un rassemblement de mercenaires...*

Lorsqu'ils parvinrent enfin au plateau proprement dit, la nuit n'était percée que par la lune, les étoiles et les feux de camp. Zyakan s'arrangea pour trouver un coin un peu à l'écart, pas trop rocailleux afin qu'il puisse s'étendre sur son manteau en ayant un confort acceptable. Il attacha son cheval à un arbuste, puis prenant sa selle comme oreiller, il se coucha et sombra progressivement dans un sommeil tranquille.

<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>

Au matin, il fut réveillé par une algarade se passant très près de l'endroit où il avait dormi. Trop, même. Un humain, visiblement éméché, cherchait pouilles à un elfe. Tout était normal, donc, jusqu'au moment où ils en vinrent aux mains. L'elfe devait avoir la tête ailleurs et n'évita pas le direct que lui asséna l'humain, et tomba à terre, à la grande joie de son adversaire. Celui-ci allait se ruer sur l'elfe au sol, mais il sentit soudain une main sur son épaule, qui le fit pivoter à 180°. Il ne vit alors plus rien, car sa face rencontra le poing de Zyakan.

L'humain étant donc à terre, l'hybride s'occupa de l'elfe. Il l'aida à se relever, puis lui demanda :

-Je peux savoir de quoi il s'agissait?
N'obtenant pas de réponse, il n'insista pas. Il interrogea seulement l'elfe sur le lieu où il pourrait le déposer.

-A la tente des aigles cramoisis.
-Ah. Voila un renseignement très utile. Où?
-Comment, tu ne connais pas les aigles cramoisis?

Non, il ne connaissait pas les aigles cramoisis. Voilà déjà deux choses qu'il ne connaissait pas. En procédant ainsi, il finirait bien par trouver quelque chose qu'il connaissait. Une compagnie de vaillants mercenaires sans doute. Sans doute, mais il n'en avait jamais entendu parler.

Enfin bref, parvenu à la tente rouge bordeaux de cette compagnie, l'elfe offrit un verre à Zyakan, qui accepta par pure politesse, tout en posant des questions sur les aigles cramoisis, par politesse également. Il découvrit que c'était en leur honneur que le plateau de l'aigle avait été choisi cette année. Puis l'elfe lui posa des questions sur son mode de fonctionnement, si être en solitaire 11 mois par an n'était pas trop dur, si les affaires marchaient quand même... Il lui proposa même de le faire rentrer dans les Aigles. Au bout de la quatorzième minute de discussion, l'hybride se rappela que son cheval, ses affaires et son chat l'attendaient -surtout le chat. Il sortit donc du pavillon, et faillit se heurter à un elfe de haute stature, quasiment aussi grand que lui, qui passa sans le regarder et entra dans la tente en face de celle d'où Zyakan sortait.

-C'est Jaden Carr, un de nos meilleurs soldats. On ne l'avait pas revu depuis... Oh, bien quinze ans! Tu veux que je te présente?
-Non, merci. Je ne pense vraiment pas que cette compagnie soit à mon goût...

En disant cela, Zyakan avait l’œil attiré par un loup. Un très grand loup, dont la fourrure semblait en feu perpétuel. Isildur. Le loup des légendes. Incroyable. Jamais personne ne l'aurait cru libéré de sa prison de pierre un jour. Et le cercle d'admirateurs qui s'était formé autour de lui en témoignait. Au grand dam du loup, qui semblait vouloir fendre cette foule et s'enfuir à dix mille lieues de là. Forcément, les humains l'ayant condamné à une attente éternelle de sa libération, on pouvait comprendre qu'il ne les aime pas. Mais que venait faire le canidé ici? Il s'était recyclé dans le mercenariat?
Après tout, Zyakan connaîtrait la réponse en temps utile. Il retourna donc à ses affaires, passant entre le loup et une jeune elfe à cheval qui semblait l'accompagner.

_________________
Un bon mercenaire n'a pas d'ennemi, il n'a que des employeurs.
Revenir en haut Aller en bas



Ëarwen El'Kementari

Invité



MessageSujet: Re: Honneur et vengeance (Jaden - Zyakan - Ëarwen - Zurn)   Mer 20 Juil - 18:44

Messsage de la fée Ëarwen El'Kementari

Le groupe s’était brièvement reposé, quelques heures à peine avant de reprendre la route. Il leur avait fallut beaucoup de patience pour faire accepté aux chevaux la présence du loup, leur logique prédateur. Ce léger contre temps ne les avait pas ralentit pour autant. Les équidés marchant dans un bon pas, s’accordant de temps à autre quelques foulées de trot ou de galop le voyage avait été relativement court.

Ils venaient tout juste de quitter le couvert des arbres quand le plateau de l’aigle fut visible. A pied, une demie journée serait nécessaire pour l’atteindre, guère plus. A cheval ou en possédant quatre pattes la distance les séparant de leur destination était considérablement réduite. Devant eux c’était une prairie verdoyante qui s’étendait à perte de vue jusqu'à la base déchiquetée du plateau. Les chevaux piaffèrent, impatients de dégourdirent leurs membres. Les cavaliers hésitèrent. Le loup serait il capable de suivre la cadence ? En réalité, ils n’en doutaient pas, un loup de feu, télépathe et qui exhausse des vœux possédait certainement la capacité de parcourir ce genre distance sans être le moins du monde fatigué. Les deux elfes avaient desserrés leurs doigts des rênes tout en se soulevant légèrement de leurs selles. Un signal suffisant pour les deux équidés qui, dans un fougueux galop, avaient avalés l’espace restant. Progressivement, ils avaient réduit l’allure. Le chemin escarpé qui leur permettrait de rejoindre le sommet du plateau n’était pas franchement avenant et il ne permettait pas d’y trotter, encore moins d’y galoper. Le petit groupe s’y engagea à la file indienne. Au fur et à mesure qu’il grimpait le gouffre à quelque centimètre d’eux devenait toujours plus profond et inquiétant. Une chute ici ne vous laissait aucune chance de vous en sortir vivant. Un brouhaha ténu leur parvenait par intermittence. Il devait y avoir du monde là haut. Jaden leur avait parlé d’un rassemblement, mais il s’était tut sur quel genre de rassemblement il s’agissait. Ëarwen doutait fortement qu’il s’agisse d’une réception mondaine à l’abri des regards… Ses doutes furent confirmés quand ils quittèrent enfin le dangereux sentier. Sur une distance impossible à évaluée c’était des tentes, des hommes en armure, des chevaux et des armes. Evidemment…

Jaden sans plus se soucié de sa présence et de celle d’Isildur se dirigea immédiatement vers une tente plus grosse et plus somptueuse que les autres. Ëarwen mit pied à terre et emmena les chevaux à l’écart du chahut ambiant ou elle prit soin de les desseller et de leur donner à boire. Après quoi elle déposa son arc à côté des selles et des filets puis retourna à la recherche d’Isildur. Il ne fut pas difficile à trouver. Un flot de curieux discutait bruyamment de cette étrange espèce de canidé. Certains soldats semblaient savoir de qui il s’agissait et restaient sur la réserve. D’autre plus téméraire n’hésitaient pas à poser mille et une questions au loup. Ëarwen voulut intervenir, mais peut être que l’attention exagéré qu’on portait au loup ne le dérangeait pas. Elle l’ignorait et se contenta de hausser les épaules. Un coup de crocs par ci par la et il serait débarrassé.

Un groupe de mercenaire arriva par le même chemin qu’ils avaient emprunté plus tôt. Il ne semblait appartenir à aucune compagnie. Ëarwen leur prêta une attention aussi futile que passagère. Elle était complètement perdue et elle doutait fort que ce soit eux qui la renseigneraient au mieux. Tant qu’à faire, elle préférait rester auprès d’Isildur. Finalement, sa présence était rassurante. Mais la foule la gênait, toutes ces personnes et leur curiosité mal placé l’écœurait. Elle recula pour rejoindre le coin tranquille ou elle avait déposé leurs affaires et faillit heurter un elfe. Charmant certes, mais beaucoup trop bronzé pour être un elfe de sang « pur ». C’était assez étonnant à vrais dire. Des demi-elfes Ëarwen en avait croisé quelques un, à chaque fois ils étaient plus ou moins traités en paria. Ici, chez les mercenaires, il avait l’air d’être parfaitement à sa place. Elle s’écarta pour le laissé passer et lorgna l’endroit d’où il venait. Une simple tente, juste en face de celle ou Jaden était entré. Bien que la curiosité soit un vilain défaut, elle s’en approcha le plus discrètement possible la contourna et se colla contre la toile fine dans l’espoir de capter quelques bribes de phrases. De toute évidence la toile était moins fine qu’il n’y paraissait au premier abord puisqu’elle n’entendit absolument rien. Ëarwen laissa donc tomber et elle retourna auprès d’Isildur.Elle voulut engager la conversation, histoire de ne pas avoir l’air complètement à l’ouest. Toutefois ça restait compliqué de parler à un loup. Elle avait plutôt tendance à le voir comme un animal de compagnie ou une peluche que de le considérer comme une entité capable de prouesse. C‘était… déroutant. Sa bonne initiative fut cependant interrompue par une voix gutturale particulièrement effrayante. Un homme d’au moins deux ou trois têtes de plus qu’elle la dépassa ainsi que le loup et ses admirateurs. Il empestait à trois kilomètres à la ronde et exhortait des ordres inaudibles à des mercenaires attroupés près d’une tente de couleur bleu marine qui, avec les intempéries avait tendance à virer au gris sale. Bien que ce type la elle n’eut aucun mal à l’imaginer dans des tavernes bondés de scélérats, le placer à la tête d’une compagnie fut plus difficile. Étrangement, c’est en le voyant que sa curiosité jusqu'alors parfaitement enfouis dans un coin de sa tête fut réveillée. Elle mourrait d’envie de savoir qui se trouvait dans l’imposante tente derrière eux. Malgré cela, y aller seule ferait tâche d’autant plus qu’elle ignorait ce qu’il se disait. Et puis tant pis, elle s’arrangerait pour passer inaperçue. De toute manière se ridiculiser était un don inné chez elle. Une fois de plus, une fois de moins…

En zigzaguant elle rejoignit de nouveau la tente, elle était gardée bien entendus.Ëarwen eut des soupçons sur la crédibilité des deux gardes, ils donnaient l’impression d’être la juste pour dissuader d’éventuels ennemis, en plus de ça il lui avait suffit de prononcer le nom Jaden Carr et de parler un peu de ce qu’il lui avait raconté sur la compagnie pour qu’il la laisse passer. Trop facile.

L’intérieur de la tente ne manquait pas de confort, des tapis au sol et des bougies donnaient à l’endroit un côté chaleureux pas déplaisant. Même si ça restait spartiate et sommaire. Ëarwen se cala juste à côté de l’entré muette comme une tombe, en veillant à rester dans l’ombre.
Revenir en haut Aller en bas



Zürn

Invité



MessageSujet: Re: Honneur et vengeance (Jaden - Zyakan - Ëarwen - Zurn)   Ven 22 Juil - 17:49

Message de Zürn, elfe-dragon.

Un brouhaha inextinguible l'empêchait de fermer l'œil. Un bruit de fond qui jamais ne s'arrêtait, pas même la nuit, tout juste diminué, étouffé. Un concert de cris, d'interpellations, de braillements, mêlés aux hennissements des chevaux, au bruits de forgerons improvisés réparant armes et armures, à celui d'épées s'entrechoquant, du relâchement des cordes lorsque les arcs envoyaient voler leurs flèches au loin, au bruit de cuisine et celui d'officiers aboyant des ordres par dessus le tout.
Une chaleur écrasante régnait également dans sa tente, pour rajouter à l'inconfort de la situation. Les trois hommes qui la partageait avec lui étaient sortis, fort heureusement. Il n'aurait pas supporter de les côtoyer quelques heures de plus.

Renonçant définitivement à trouver le sommeil qui lui aurait permis d'être en forme pour explorer les environs la nuit tombée, il se releva sur sa couche, et jeta un regard à la ronde. La tente qu'il occupait, d'un rouge bordeaux, était une tente de simple soldat. Une seule lampe à huile, éteinte, pendait du mat central; quatre lits de camps sommaires étaient dépliés ça et là, juste séparés du sol par une toile un peu plus épaisse que celle des contours de la "demeure". Les effets personnels des trois Humains étaient étalés un peu partout, recouvrant presque tout le tapis rouge. Des bouteilles vides étaient à moitié dissimulées sous les couvertures des hommes, témoignant de leur grande confiance en eux même: ils ne pensaient pas qu'un soldat un peu gradé prendrait la peine de pénétrer en ces lieux pour une inspection de routine.

Avec un soupir las, Zürn se leva, ramassa ses propres affaires, s'arma légèrement, et sortit de la tente. Aussitôt, le vacarme monta d'un cran. Tout le son que la fine épaisseur de toile avait pu bloquer atteignait maintenant son paroxysme. Un grimace déforma les traits de l'Elfe. Il se demanda encore pourquoi il était venu.

~~~~~~~~~~~~~~

C'était il y a quelques jours. En mission de repérage dans une bourgade éloignée des grandes villes. Dans la Taverne du Brave Cerf, pour être exact. Un homme était entré complètement saoul, élément pour le moins troublant, car c'est généralement en sortant des tavernes que l'on est à ce point amoché, pas avant d'y entrer. Cela n'aurait pas attiré l'attention de Zürn si l'homme n'avait commencé à hurler à qui voulait l'entendre qu'une immense armée était sur le point d'être crée, pour enfin éradiquer l'engeance démoniaque, ennemis juré des Humains. Les clients lui avait ris au nez, et jetés dehors. L'Elfe l'avait suivit discrètement, et au moment propice, l'avait à moitié assommé. Alors qu'il l'interrogeait sur cette "armée", l'homme lui avait montré, entre deux vomissements stimulés par la peur, une lettre portant un sceau que Zürn ne put identifier. Cette missive confirmait les dires de l'homme. Il avait été chargé de recruter le plus de combattants possibles, mais dans la plus grande discrétion. L'homme était apparemment un soldat gradé, car ce n'était généralement pas la piétaille qui recevait une telle mission. Vérifiant que personne ne l'avait vu, Zürn brula la lettre sous les yeux de l'Humain, avant de l'égorger. Pour faire bonne mesure, il lui vida les poches, laissant délibérément une ou deux pièces trainer au sol, pour faire croire à un voleur partit précipitamment.

Il avait alors prit la direction qu'indiquait la missive, mût par des idées de vengeance. Tout était la faute des Démons. Tout son passé avait été écrit par ces enfants du chaos. Il était l'heure de leur rendre la monnaie de leur pièce, et si cette armée était bien réelle, il saisirait l'occasion.

~~~~~~~~~~~~~~

La poussière lui arracha une quinte de toux désagréable, le ramenant brutalement à la réalité. Soupirant une nouvelle fois, Zürn prit la direction d'une saillie rocheuse, où il avait aperçu un ruisseau en contrebas lors de son arrivée. Une dizaine de minutes plus tard, parvenu à destination au prix d'un bel effort physique pour descendre la petite falaise, il resta figé. L'eau était polluée, de tous les résidus de cuisines, de rongeurs mort, de détritus en tout genre. Une horrible odeur l'assaillit, comme pour l'inciter à remonter au camp. Ce qu'il fit, en désespoir de cause.

Tout en escaladant la roche irrégulière, il se remémora son arrivée au campement. Un jeune soldat, pas plus de 16 ans à en juger par ses joues encore rebondies de l'adolescence, l'avait dirigé vers la partie Ouest de la plaine accueillant les Aigles Cramoisis, lui expliquant que seuls les mercenaires qui avaient étés testés et acceptés se retrouvaient dans la partie Est. Le garçon avait rajouté qu'un messager viendrait le prévenir lorsque son tour arriverait, tout en notant son nom sur un parchemin remplit de gribouillis. Il avait également glissé dans la conversation que, pour être accepté, il fallait impressionner quelques membres de l'état major. Zürn n'avait rien dit d'autre que son nom durant l'échange, et ce silence mit mal à l'aise le jeune soldat, qui déguerpit sans demander son reste quand il eut montré sa tente à l'Elfe.

Zürn était donc dans ce camp, qui ne cessait d'accueillir de nouveaux soldats, depuis deux jours. Deux jours qui lui semblèrent durer une éternité. Deux jours d'attente frustrante. Deux jours à ne rien faire, mis à part guetter l'arriver du fameux messager. Il avait déjà une petite idée de comment procéder pour les impressionner. Et il savait que ça marcherait. Mais il était en train de se rouiller ! Il lui fallait un peu de remise en forme. Aussi décida t-il de rejoindre le terrain de tir à l'arc lorsqu'il fut parvenu à la lisière de la forêt de tente.

Quand il passa devant sa propre tente, il aperçu un homme en sortir, jeter un coup d'œil à la ronde, et s'éloigner d'un pas rapide et décidé. Suspicieux, Zürn le suivit un instant, avant de le perdre de vue alors qu'il se faufilait dans une marrée humaine. L'Elfe ne chercha pas plus à savoir qui était l'homme, et fit demi tour, néanmoins sur ses gardes. Quelques mètres plus loin, on lui tapa sur l'épaule. Il se retourna vivement, la main sur la garde de sa lame courbe. L'homme était derrière lui. Le regard menaçant.
Revenir en haut Aller en bas



Jaden Carr

Invité



MessageSujet: Re: Honneur et vengeance (Jaden - Zyakan - Ëarwen - Zurn)   Sam 23 Juil - 10:31

Message de la fée Jaden Carr

Jaden  pénétra dans la tente, teinte aux couleurs de la compagnie. Il observa le riche décor. Un tapis aux reflets argentés était posé sur tout le long de la tente et des chandeliers s'étendaient le long des murs de toile. Il régnait une fraicheur bienvenue malgré les couleurs chaudes. Jaden s'avança jusqu'à une table où des plans s'étendaient. Personne n'était là pour l'instant. Jaden regarda une carte détaillant précisément son chemin, ses aventures. Il reconnut celle que Stephen tracer depuis plus de quinze ans jusqu'à ce qu'il le renvoie voilà plusieurs semaines. Un pan de toile s'écarta et apparut la chef des Aigles Cramoisis, Laure Bleight, jeune elfe de soixante ans et qui en paraissait vingt. Elle n'avait d'ailleurs pas changer si ce n'était l'armure qu'elle portait. Du simple mithril transformé en une magnifique armure pourpre, complète, des bottes jusqu'au casque. Le tout recouvert de drapures bleues et pourpres.

Jaden ouvrit la bouche mais Laure ne lui en laissa pas le temps, plaquant son doigt sur ses lèvres puis après avoir posé son casque elle prit son visage entre ses mains et le regarda, faisant glisser ses doigts sur les cicatrices nombreuses de Jaden. Il la regarda lui aussi. Ses yeux bleus mais ténébreux, ses lèvres rouges et légèrement pulpeuses, son nez droit et fin. Ses traits fins étaient accentuées par des pommettes hautes et des cheveux noirs et lisses nattés qui tombaient jusqu'au sous ses épaules, en une seule et longue natte.

"15 ans...15 ans d'attente... De peur... Tu nous as apporté gloire, honneur et force. Nous avons fait de ton cri notre hymne, notre code mais jamais tu n 'as pris la peine de revenir, prendre ta place de chef... Juste des soldas, de l'argent. Mais toi ? Toi ? Jamais... Je me suis senti trahie, abandonnée... Si tu veux ta place la voilà.
- Non... J'ai quitté mon groupe. Les Aigles Cramoisis des Aigles Cramoisis mais je n'ai pas quitté la Compagnie sache le mais je refuse de prendre ta place. Tout ce que je veux c'est une chose, une seule....
- Quoi donc ? De l'or ?
- Non. Le respect d'une promesse.
- Eric m'en a parlée. C'est de la folie. Une folie pure et simple. De plus que...
- Je dois le venger. Le trahir serait une honte.
- Alors soit. Pour toi ! Pour cette nuit là ! Gloire et Honneur ! Tu veux venger un mort et bien fais le et saches que je suis avec toi non pour ça mais pour toi et pour te remercier. Tu as du charisme les hommes te suivront. Je vais convoquer  les chefs des autres compagnies. Tu sauras d'ici ce soir notre verdict.
- Merci Chef.
- Laure. Appelle moi Laure comme tu l'a fais.
- Je ne vois de quoi tu parles.
- Reviens ici ce soir et tu sauras tout..."

Jaden se dégagea de Laure et au moment où il allait quitter la tente la voix de Laure l'arrêta.

"Ton fils arrive ce soir. Sois là, mon mari"

Jaden sortit, le coeur brisé. Un fils. Il avait un fils. Jamais il ne s'en serait douté. Comment ? Où ? Pourquoi ? Tant de questions. Eric s'approcha de lui et lui tendit ses deux bras. Jaden les serras au niveau des coudes, comme la coutume guerrière le devait. "Mon frère viens. Je ne sais rien si ce n'est pour ton fils." Jaden le suivit sans protester, les larmes coulant sur ses joues. Sa tente, rapiécée maintes et maintes fois. Eric y entra et en ressortit avec deux bouteilles de whiskey. Jaden l'attrapa et la déboucha avec ses dents avant d'avaler une lampée. La chaleur se répandit en lui et il entra dans sa tente.

Un homme le secoua et Jaden grogna. "Mon frère... Mon frère... Laure te convie à la tente d'ici deux heures Sois prêt..." Puis Eric ressortit. Jaden se leva, s'asperga le visage d'une eau glaciale et attrapa son couteau pour se raser. Il s'habilla de ses plus beaux vêtements. C'est à dire une chemise blanche et un gilet noir, un pantalon vert en soie et des bottes noirs. Il lissa ses cheveux en arrière et y étala de la graisse pour les faire tenir  puis il sortit et marcha un peu. Il ne vit ni Earwen, ni Isildur mais plusieurs soldats dont deux en particulier le firent tilter. Ils semblaient compétents. Sûrement des capitaines. Il se présenta à la tente où deux flambeaux brûlés, preuve qu'une chose s'y était passé. Autres choses, c'étaient les nombreux drapeaux plantés tout autour et l'immense tente qui s'étaient montés depuis l'après midi. Jaden entra et s'assit à une table, face à un jeune homme de quinze-seize ans. Laure arriva quelques secondes après lui, en robe, chose rare chez elle. Ses cheveux semblaient liquides et glissaient sur ses épaules, libres. Elle s'assit et planta ses yeux dans ceux de Jaden qui au bout de quelques secondes craqua et détourna les yeux.

"Il y'a quinze ans tu pouvais tenir des heures comme ça. Il y'a dix sept ans, nous avons gagner une grande victoire en libérant Espalion. Cette nuit là nous nous somms retrouvés. Deux mois plus tard j'ai disparu et ne suis revenu que lors de l'attaque d'Astria. Tu ne m'as jamais évité, ni jamais demandé pourquoi j'étais parti. Sache le aujourd'hui même. C'était pour protéger notre fils. Oui vcette nuit là tu l'as fait naître dans mes entrailles. Il s'apelle James Avery Carr, fils de Jaden Carr et Laure Carr.
- Laure Carr ?
-Laure Bleight Carr. Tu as prononcé le serment de fidélité le soir de la victoire. Puis tu es parti.
- Je ne le savais pas...
- Eh bien... Tu n'étais pas en état mais tu étais sincère et sûr de toi. James voici ton père."

Le jeune homme réagit et le regarda. Jaden reconnut ses traits du visage, ses cheveux mais il avait hérité des yeux et des pomettes de sa mère. Un sourire s'étendit sur son visage et il tendit son bras. Jaden se leva et le serra dans son bras. Malgré ce temps loin de lui il ne lui en voulait pas !

"Les chefs ont dit oui, des soldats ont été envoyés dans presque chaque taverne pour recruter des soldats.. Maintenant mangeons."

Jaden était plus qu'heureux. Il avait pris l'initiative d'envoyer des soldats regrouper les soldats. Lorsque le repas fut terminé il quitta la tente, sourire en coin. Il croisa un elfe, très grand et sûrement indépendant, étant donné son absence de tabard.

" Stephen !, Jaden attendit que son ancien second arrive, dis à Eric de trouver neuf bonhommes qui sont capables... Euh non huit plus celui là bas ! Et fait en sorte qu'ils soient entraînés !"

Jaden dit ses mots à la vitesse grand V et courut rejoindre Isildur à qui il fit signe de le suivre et enfin il trouva Earwen. Il tomba à genoux devant elle.

"Je t'en prie pardonne moi ! Je t'en prie...."
Revenir en haut Aller en bas



Zyakan Tesk'Ay

avatar

Masculin Nombre de messages : 87
Style de combat : Crier "CHAARGEEEZ !".


MessageSujet: Re: Honneur et vengeance (Jaden - Zyakan - Ëarwen - Zurn)   Jeu 11 Aoû - 15:29

Zyakan avait marché d'un bon pas, et se trouvait à peu de distance de ses affaires, lorsqu'il entendit une voix rude prononcer:

-Hé, toi, là-bas! Le grand brun au manteau de cuir!

L'hybride, regardant autour de lui, se rendit compte qu'il était le seul à correspondre à cette description. Il se retourna donc pour faire face à un elfe en cuirasse, au visage tanné et barré de profondes entailles, qu'il reconnut pour l'avoir vu quelques instants plus tôt, aux quartiers des Aigles Cramoisis.

-C'est à moi que tu parles, elfe?
-Oui. J'ai reçu l'ordre de t'engager dans notre compagnie
-Quelle compagnie? Je travaille en indépendant, ne t'attends pas à ce que je m'engage dans un quelconque groupe.
-La mienne est grande et renommée : Tu n'as jamais entendu parler des aigles cramoisis?
-Je sors à l'instant d'une de vos tentes. Et j'ai déja refusé de m'intégrer dans votre bande.
-Tu ne te sens pas assez fort, c'est ça? fit l'elfe, un sourire narquois au coin de ses lèvres.

Sentant de la provocation dans l'air, Zyakan décida de prendre son interlocuteur à son propre jeu.

-Au contraire, je me suis bien rendu compte que vous n'étiez pas à mon niveau, je n'ai pas voulu vous ridiculiser...

Le visage de l'elfe s'empourpra. Préférant sans doute rire des autres que de soi, il était visiblement piqué à vif. Il répliqua, la main au pommeau de son arme:

-Tu veux le voir, mon niveau, freluquet?
-J'hésite... Je ne voudrais pas te faire trop de mal.
-Ce n'est pas un bâtard comme toi qui me fera rouler dans la poussière! s'écria-t'il en dégainant.

L'hybride sortit tranquillement son épée, la planta dans le sol et prit sa dague en main.

-Je te laisse un handicap : ton épée contre ma dague. Cela te convient-il?
-TA GUEULE!!! hurla l'elfe, excédé, en se jetant sur Zyakan et en tranchant l'air de sa lame.

L'hybride esquiva le coup, et répliqua par des petits coups de dague sur les mains de son adversaire. Cela avait pour but de l'énerver encore plus, afin de lui faire commettre des erreurs et d'en profiter. L'elfe donnait des grand coups d'épée dans le vide, que Zyakan évitait soit en se baissant, soit en sautant par-dessus, en profitant pour piquer le corps de son opposant de sa dague, et son moral de répliques cinglantes. Après cinq minutes de combat, celui-ci commençait visiblement à se fatiguer. Il haletait, mais continuait à effectuer ses moulinets inutiles, jusqu'à trébucher sur une pierre et tomber à terre, sous les quolibets des mercenaires spectateurs de ce combat.

-Tu vois bien, un bâtard peut très facilement te faire rouler dans la poussière! Allez, relève toi et dis-moi pourquoi je devrais absolument venir dans votre guilde., fit-il en tendant la main à l'elfe, après avoir rengainé sa dague et son épée.
-Je n'en suis pas sûr, mais ça serait pour casser du démon. C'est Jaden Carr qui m'a demandé de t'engager.
-Jaden Carr... Paraît-il, votre meilleur soldat?
-Oui, et il a dit aussi de veiller à ce que tous ceux qu'on recrute soient entraînés. J'ai l'impression que pour toi, c'est le cas.
-Désolé, mais je n'aime pas trop l'idée que l'on s'attaque exclusivement aux démons...
-Et si je te dis qu'une guerre se prépare contre eux?
-Alors je te répond que je préfère les escarmouches. Mais qu'est-ce que c'est que cette histoire?
-Si tu veux plus de précisions, viens avec moi et engage-toi dans les aigles. C'est nous qui sommes les mieux renseignés là-dessus. Je crois même que c'est Jaden qui en est à l'origine.
-D'accord. Le temps de rassembler mes affaires et je viens vous voir.

Zyakan se remit donc en route vers ses quelques affaires, laissant l'elfe s'épousseter. Il fut rassuré de voir son cheval toujours attaché à l'arbre, ses affaires dans l'ordre où il les avait laissées, et Mirtzey roulé en boule dessus. Celui-ci l’accueillit en s'étirant, lacérant par la même occasion la besace lui ayant servi de lit. L'hybride câlina d'une main le félin, tout en hissant les quelques sacoches et la selle sur le dos du cheval.Puis il mena celui-ci par la bride jusqu'aux tente des aigles cramoisis, suivi par le chat.

Arrivé là-bas, il vit celui que l'on appelait Jaden Carr agenouillé devant une elfe, et visiblement en position de faiblesse. Il attendit que la jeune femme s'en aille pour apostropher le mercenaire, de l'endroit où il était:

-Hé, toi, Jaden Carr, si c'est bien ton nom! Je suis ici parce que ton collègue m'a demandé de venir, mais sache que je ne me bats pas contre un ennemi dont je ne sais rien! Alors aies au moins la décence de m'expliquer ce qu'est cette guerre dont tu serais l'instigateur!

_________________
Un bon mercenaire n'a pas d'ennemi, il n'a que des employeurs.
Revenir en haut Aller en bas



Ëarwen El'Kementari

Invité



MessageSujet: Re: Honneur et vengeance (Jaden - Zyakan - Ëarwen - Zurn)   Mer 24 Aoû - 16:12

Messsage de la fée Ëarwen El'Kementari

Ëarwen avait quittée la tente une bonne dizaine de minute après Jaden. Un fils, il avait un fils. Et en plus de cela il était « marié ». L’information lui avait semblée beaucoup trop grosse pour être vraie. Cependant le sérieux qu’affichait l’elfe la fit douter. En quinze ans humain, un millier de choses pouvaient se passer et bouleverser le cour du temps alors chez les elfes cette évidence était d’autant plus accentuée. Les minutes qui s’écoulèrent à la suite de cette curieuse conversation lui parurent s’éterniser comme un mauvais rêve qui nous poursuit même en étant réveillé. Elle attendit que l’elfe rejoigne un endroit plus reculé de la tente pour s’éclipser. Dehors, l’air lui parut léger comparé à celui de la tente, chargé de l’odeur écœurante de la cire fondue mélangée à celle de l’encens. Mais aussi sec que le chahut ambiant  s’était tut,  elle le trouva encore plus assourdissant. Et partout ou elle posait les yeux c’était le même tableau. Des tentes, des mercenaires, encore des tentes et encore des mercenaires. Si certains hommes semblaient sortirent du lot de par leur tenues insolites et leurs armes venues d’ailleurs ils n’en demeuraient pas moins féroces. Et puis il y avait les terrains d’entrainements, installés un peu plus à l’arrière des campements. Seulement quelques cibles provisoires dispersées ça et la et puis des duels entre mercenaires des différentes compagnies présentes.  D’après ce qu’elle avait entendu dire il n’y avait pas de règles spécifiques, il fallait juste faire en sorte que son adversaire reste en vie. Ce que les soldats appelaient «  se mettre dans l’ambiance du combat » et qu’Ëarwen jugeait plutôt de barbarie.

Elle retrouva leur campement sommaire, à l’écart du tintement des lames. Les chevaux n’avaient pas bougés, ils pâturaient paisiblement à l’ombre d’un arbre défraichi chassant les mouches d’un vif mouvement de la queue.  Ëarwen les observa un moment leur enviant le détachement qu’ils avaient pas rapport à leur monde. Cette manière de regarder le temps et les hommes passés avec des yeux sages et impassibles. Elle hésita un instant, après avoir chevauchée aussi longtemps elle n’était pas sûre d’être capable de se remettre en selle.  Son regard passa des équidés aux tentes derrière elle, des effluves désagréables portés par le vent les enveloppèrent.  Relents de cuisines, de maréchalerie… Finalement, changé d’air n’était peut être pas si mal.

Une fois à cheval elle regagna la forêt un peu plus en contre bas. Le silence soudain lui fit l’effet d’une couverture oppressante qui se dissipa rapidement remplacé par un profond bien être. Les odeurs de la nature s’élevaient dans l’air, accentué par la récente averse. L’après midi se déroula tranquillement, rythmé par le son régulier des sabots contre la terre humide, le craquement des branches et le pépiement joyeux des oiseaux. Elle ne croisa presque personne, quelques soldats parties pour reconnaitre et sécurisés les environs bien qu’ils avaient l’air de se balader autant qu’elle.

La lumière déclinait à peine quand elle entrevit le campement au travers du feuillage. Les terrains d’entrainement étaient déserts. Pas âmes qui vivent. Idéal pour s’entrainer sans risquer de blesser qui que ce soit. Ëarwen s’y rendit d’un bon pas, les rênes relâchées sur l’encolure ébène de son cheval. Elle mit pied à terre en face des cibles. Des plaques de bois plus ou moins grosses et taillées en cercles.  Son arc pendait dans son dos. Il avait subit les intempéries et l’usure du temps mais malgré cela elle y tenait toujours autant. Dernier vestige d’une vie qu’elle avait laissée derrière elle.

Elle s’éloigna de la cible autant que ses capacités et que la puissance de son arc lui permettait et encocha une première flèche. Une fois la corde tendue au maximum elle relâcha, le trait effectua une jolie ligne courbe avant de se ficher lamentablement au sol.  Ëarwen grimaça et se félicita mentalement d’avoir choisis de s’entrainer sans personne pour la voir se ridiculiser comme elle le faisait. Second essais, le résultat bien que plus satisfaisant restait tout de même loin de ses espérances. La flèche atterrit sur la cible à quelques centimètres du centre. Décidément elle s’était encroutée.  La quatrième fut enfin la bonne, elle se planta dans le centre exact de la cible. Elle fit encore plusieurs essais avant d’être totalement convaincue que son cas n’était pas si désespéré que ça. Il fallait juste qu’elle pense à s’entrainer plus régulièrement.

Son arc ayant repris sa place dans son dos, elle reprit la route de leur campement son cheval la suivant de près. Un attroupement lui barrait le passage, mais elle n’y prêta guère plus d’attention. Une simple rixe entre deux soldats à tous les coups.  Elle était à quelques pas de leur emplacement quand Jaden se jeta devant elle. Enfin, « se jeta » était peut être un peu exagéré mais tout de même.  Il la supplia, à genoux, de le pardonner. Une envie aussi passagère que diabolique lui traversa l’esprit. En adoptant une telle position de faiblesse elle avait le désir de profiter de la situation, enfin, si on lui avait permis de le faire. Puisque d’un côté un elfe, le même elfe qu’elle avait vus plutôt. Avec le manteau en cuir et le teint tanné héla  Jaden, et de l’autre, un elfe aussi. Plus grand cependant, la peau plus pâle et des traits fins. Si son visage n’exprimait aucunement la noblesse ou l’appartenance à une riche famille, Ëarwen se l’imaginait plus dans des vêtements de soies que dans une armure de guerre.  Mais elle n’avait point le temps de s’attarder plus pour discuter de ces interrogations avec lui et avec Jaden. Elle lança un regard signifiant clairement « on en reparlera » à celui-ci et se retira de quelques pas tout en restant suffisamment proche pour entendre ce qui allait se dire entre les 3 elfes.
Revenir en haut Aller en bas



Zürn

Invité



MessageSujet: Re: Honneur et vengeance (Jaden - Zyakan - Ëarwen - Zurn)   Sam 27 Aoû - 0:19

Message de Zürn, elfe-dragon.

L'Humain qui l'avait stoppé dans son élan avait les yeux bleus. D'un bleu métallique, froid et dur comme l'acier. Sa petite moustache frémit alors qu'il ouvrit la bouche pour parler, surprenant Zürn par la ton ferme et le timbre profond de sa voix. Sans qu'il ne sache pourquoi, l'Elfe éprouva aussitôt du respect pour ce soldat.

" Un instant, Elfe. Quel est ton nom ?
" L'on me nomme Zürn. " répondit celui ci avec une pointe de crainte dans la voix.
" Alors c'est bien toi que je recherche. Je suis Jean Hyrdeck ! Général de brigade de la quatrième division des Aigles Cramoisis ! Et j'ai un message pour toi.
" Heu un instant. Général de brigade ?
" En effet !
" Depuis quand les généraux délivrent les messages ?
" Ah hum et bien heu... Je suis peut être pas tout à fait général en fait...
" Oui, je voit... Et bien quel est ton message ? " conclut Zürn en insistant bien sur le mot " ton ".
" Tu... Enfin vous... êtes convoqués pour passer votre examen afin de connaître vos aptitudes au combat.
" Excellent ! Indique moi le chemin. "

C'est ainsi que Zürn fût guidé en direction du terrain d'entraînement. Selon le messager, on aurait demandé aux soldats de l'évacuer afin de procéder à quelques évaluations. Il devrait donc être vide à l'heure actuelle, à moins que certains n'aient pas eu vent de la requête.

Une cinquantaine de mètres avant la zone ainsi libérée, Jean prétexta devoir délivrer un nouveau message pour fausser compagnie à Zürn. Haussant les épaules, ce dernier se dit qu'il devait appréhender de se retrouver face à des personnes plus hautement gradées, ayant mentit sur sa propre classe. L'Elfe finit le chemin avec pour seule compagnie le vacarme ambiant. Mais une agitation attira son attention au détour d'une tente. Un Elfe d'apparemment haute stature était agenouillé devant une autre Elfe, au visage très jeune, et semblait l'implorer. La scène ne dura qu'un instant avant que la jeune Elfe ne se retire, dissipant par la même occasion l'attroupement qui s'était formé. Aussitôt, un troisième Elfe héla celui qui était agenouillé. Zürn retint de cet échange uniquement un nom : Jaden Carr. Sans plus attendre, il continua sa route, ne voulant pas s'attarder.

Quelques minutes après, il posa le premier pied sur le terrain. On le héla de loin, sur sa gauche. Un banc de soldat était assis là, et l'un d'eux lui faisait signe. Il s'approcha sans plus attendre.

Cinq hommes lui faisait face. Celui du milieu les présenta comme étant ceux qui l'évalueraient sur plusieurs points. Ils lui demandèrent d'abord de choisir une arme, et en fonction de celle ci, un des quatre autres soldat viendrait s'opposer à lui dans un duel. Avant même que l'examinateur eut terminé sa phrase, Zürn lui coupa la parole.

" J'ai quelque chose de beaucoup mieux à vous proposer. " dit-il, très sûr de lui.

Il recula de quelques pas, se concentra sur lui même, rechercha l'étincelle de magie enfouie au fond de lui, et murmura mentalement :

« A toi de jouer ! »

Zürn fût retranché dans les profondeurs de son âme, laissant place à Aïedal. Le Dragon grandit tout d'abord en lui, puis stimula son corps. L'Elfe muta, en quelques secondes seulement, se transformant en créature gigantesque. Aïedal se tenait devant les examinateurs. Puis, en allongeant le cou, le Dragon vert rugit. D'un de ces cris qui font vibrer jusqu'à même la cage thoracique des hommes les plus endurcit. Un rugissement qui sortait du cœur, long et subtil à la fois, plein d'intonations différentes, criant son désespoir, sa gaité et sa puissance en même temps. Quand enfin le hurlement se tu, se fût une voix rocailleuse qui se répercuta sur chaque obstacles autour de lui qu'adopta Aïedal.

" Humains ! A cause de vous, mes amis sont mort ! Mon corps réel est en train de pourrir ! Mon âme est torturée ! Malgré cela, je me joint à vous ! Car les Démons sont pires que vous ! Mon nom est Aïedal ! Celui que certains d'entre vous nomment le Deus Draconnis ! Celui qui vous chasse et vous brûle vif ! C'est bien de moi dont il s'agit ! "

Il marqua une pause, pour bien peser ses mots suivants :

" Mais je détruirai les Démons coûte que coûte, aussi c'est vous que je décide d'aider aujourd'hui. Je n'aurai cependant aucune pitié si un seul d'entre vous vient me chercher querelles ! Soyez prévenus ! Ensemble, nous pouvons les détruire ! "

Il laissa de nouveau un silence pesant s'installer. Puis il grogna en direction du ciel, projetant une gerbe de flamme haut dans les airs. Il balaya une dernière fois du regard les visages horrifiés, puis laissa de nouveau la place à Zürn. Quand ce dernier fût lui même, il repartit d'où il venait, fendant la foule qui s'était réunie quelques mètres plus loin, à l'abri d'un auvent, tout en rajoutant en pensées :

« Quand les Demons seront détruits, vos forces seront très faibles. Alors, je vous détruirais à votre tour, Humains. »

Un sourire carnassier traversa son visage.
Revenir en haut Aller en bas



Jaden Carr

Invité



MessageSujet: Re: Honneur et vengeance (Jaden - Zyakan - Ëarwen - Zurn)   Mar 30 Aoû - 9:49

Message de la fée Jaden Carr

"-Hé, toi, Jaden Carr, si c'est bien ton nom! Je suis ici parce que ton collègue m'a demandé de venir, mais sache que je ne me bats pas contre un ennemi dont je ne sais rien! Alors aies au moins la décence de m'expliquer ce qu'est cette guerre dont tu serais l'instigateur !"

Tels furent les premiers mots auxquels Jaden réagit. Ëarwen lui avait briser de le coeur. Mais qui aimait il ? Laure ou Ëarwen ? Il ne saurait choisir. Non... Sa vraie aimée était et resterait Laure. De plus son fils avait besoin de lui. Surtout maintenant. Jaden se leva lentement, se retourna et but une grande lampée de sa gourde de vin. Il reprit le rôle du chef.

"Ouais c'est moi. J'cherche neuf gars sûr d'eux. Bons au combat et un peu fou. Tu vois mon gars je suis désormais Général de ce qui commença à devenir une bonne armée. Tu seras payé. Comme tout les soldats."

Jaden marcha jusqu'à la tente de commandement, passa les deux gardes, armés de lances et visiblement des vétérans et marcha jusqu'à une carte. Il prit un pichet, versa une coupe de bière et la tendit à Zyakan, de l'autre main il attrapa une feuille de surelle et mâchouilla. Lorsqu'il n'avait plus de tabac il n'y avait rien de tel que la surelle pour se rafraîchir la bouche mais après à vous de cracher rouge !

"Alors, Jaden cracha, voilà le truc. Il y'a un peu moins de vingt ans il y'a eu une guerre tu vois ? Eh beh on y était. On a ouvert ces foutues portes à Astria mais a on été massacré et notre chef avec. Tu vois la plupart des chefs de mercenaires de renom aujourd'hui sortent de la guerre et de la Compagnie. Donc ils nous suivent. Notre chef y a crevé à l'époque et on a promis de le venger. La seule merde c'est que fichu mec on l'a jamais retrouvé et la guerre s'est finie comme ça. Moi j'me suis cassé avec mes hommes. J'pensais pas que la Compagnie se referait. Peuh !  et voilà... On a entendu dire que là bas c'était le bordel. On compte profitait pour attaquer. On s'en fout de déclencher une guerre ! On  aura qu'à dire qu'on a été engagé par tel ou tel Démon ! Ils s'en foutent eux d'leur côté ! Voilà le plan. Alors ca te dit mon gars ?"

Si Zyakan voulut répondre il ne put pas car un rugissement retentit au dehors. Jaden dégaina son arme et courut à l'extérieur.

"Merde un foutu dra..."

Mais le dragon était leur allié apparement. Eh bien voilà il l'avait trouvé son bonhomme le Jaden ! Le nouvel général courut jusqu'à l'elfe qui avait fait place au dragon.

"Oh mon gars viens voir par là ! Tu m'plais bien !"

Et Jaden cracha...
Revenir en haut Aller en bas



Zyakan Tesk'Ay

avatar

Masculin Nombre de messages : 87
Style de combat : Crier "CHAARGEEEZ !".


MessageSujet: Re: Honneur et vengeance (Jaden - Zyakan - Ëarwen - Zurn)   Ven 2 Sep - 16:23

[Désolé pour le retard, mon ordi avait un problème de carte mère]


Ce Jaden Carr semblait à première vue l'archétype du soudard de base, avec sa musculature tout de même imposante, son menton carré, sa balafre au visage, et sa manière de parler, qui rappelait à Zyakan les baroudeurs des rues de Velport. Mais l'hybride avait appris à étudier les gens le plus profondément possible, en ne se référant que très peu à l'apparence. Et il lui semblait détecter assez d'intelligence dans l'elfe pour qu'il soit bon stratège. Peut-être pas grand-chose de plus, mais qu'importait?

En tous cas, sa bière était bonne. Et quoique ses motifs pour déclencher une guerre lui paraissaient un peu faible, Zyakan ne rechignait pas à la bataille, si de l'argent se trouvait au bout. Et de l'argent, on en trouverait à foison à Astria, cette foutue citée des démons dont la prospérité n'avait d'égale que l'opulence. La seule condition pour récolter tout ce blé étant de passer les murailles, mais avec un bon stratège, ça ne devrait pas poser trop de problèmes...

L'hybride allait donc demander quelle serait précisément sa mission, mais au même moment un formidable rugissement retentit, qui fit trembler les mâts de la tente. Aussitôt, Jaden sortit sa rapière, Zyakan son arc et une flèche, et ils déboulèrent dehors. Un dragon se tenait dehors, l'air à la fois menaçant et jouissant de sa puissance. Il beuglait des paroles que Zyakan ne put entendre, dans le vacarme ambiant, mais dont des bribes lui parvinrent. Il comprit que, haïssant les humains, ce dragon, Aïedal voulait néanmoins les aider à détruire les démons, qu'il haïssait encore plus. En clair, il n'aimait pas grand-monde. Et, une fois les démons détruits -ou même avant- qu'est-ce qui l'empêcherait de détruire les humains? Des débris d'armée, qui pourraient peut-être écraser un régiment de démons, mais pas un dragon.

Il allait donc falloir le surveiller étroitement pour tenter de le neutraliser le cas échéant. Ou, à défaut, prévenir les autres. Ou encore, tout simplement prendre ses jambes à son coup et le laisser s'expliquer avec ceux qui resteraient. Après tout, Zyakan n'était qu'à moitié humain. Le sort de ses demi-congénères ne lui importait donc qu'à moitié. Qu'ils survivent et l'aident durant la bataille, très bien, mais après... Ce n'était plus son problème. A l'instant où l'hybride se faisait cette réflexion, tout en rangeant posément son arc, le dragon s'était transformé en elfe, et s'en allait maintenant tranquillement dans la foule de mercenaires transformés en badauds apeurés sur son passage.

Jaden Carr lui courut après en le hélant:
-Oh mon gars viens voir par là ! Tu m'plais bien !, ce qui fit se retourner Aïedal. Zyakan vit que celui-ci toisait son interlocuteur, mais ne doutait pas que Jaden le convaincrait de se joindre, comme lui, à... à quoi, d'ailleurs? L'hybride ignorait jusqu'à la genèse de sa mission. Bon. Il attendrait donc patiemment le retour de l'elfe, afin qu'il lui explique la stratégie générale, les plan de batailles, et le reste. Surtout le reste. Zyakan était sûr que le mercenaire ne serait pas assez sot pour ne pas utiliser ses capacités de harcèlement et d'infiltration.

D'ailleurs, pourquoi ne pas se renseigner tout de suite? Les documents, les plans, les cartes et toute la paperasse devaient se trouver à l'intérieur de la tente. Pourquoi ne pas y jeter un coup d’œil? Zyakan jeta un œil à droite, un autre à gauche, et entra dans la tente.

Comme il le pensait, des parchemins enroulés étaient appuyés à un coffre dans le fond de la tente. Sur la table centrale, une carte était retenue à chaque coin par des galets. Zyakan s'en approcha et vit qu'elle représentait la région d'Astria. Il en profita pour l'étudier un brin, puis s'approcha des rouleaux du fond. Tous des cartes, l'une de la forêt blanche, une autre du royaume d'iris, une troisième de la vallée de feu... Tout cela était banal et ne donnait aucune précision à Zyakan, qui s'intéressa au coffre. Il n'était pas fermé à clé. L'hybride l'ouvrit, en prenant garde de ne faire chuter les cartes sur la terre battue et les cailloux. À l'instant où il penchait la tête pour regarder dans l'obscurité poussiéreuse régnant à l'intérieur, il entendit dans son dos:

-Qu'est-ce que... Un espion! Alerte!

La surprise lui fit lâcher le couvercle de la malle, qui retomba dans un bruit sourd. Zyakan se leva, et fit face à un homme de deux bons mètres, sabre courbe à la main, et prêt à s'en servir. Deux autres entrèrent dans la tente, avec l'air tout aussi aimable envers l'hybride.

-Qu'est-ce que tu foutais là, en train de fouiner? Raconte, avant qu'on ne t'étripe et qu'on donne ton corps aux vautours!
-Hey! C'est pas du tout ce que vous croyez, les g... Il n'eut pas le temps d'esquiver la gifle magistrale qui le fit tomber à terre.

-Tu veux me faire croire que t'étais pas en train de fouiller dans le coffre, peut-être?
-J'ai pas dit ça, fit-il en se relevant et en essuyant le sang qui coulait de sa bouche, mais juste que je ne suis pas un espion. J'étais là en attendant Jaden Carr. C'est bien votre chef, non? Cette fois-ci, il évita la main qui fonçait sur lui.

-Ici, on l'appelle Général Carr! Pas aut'chose!, beugla l'homme, furieux d'avoir manqué son coup. Pis tu voulais le voir pour quoi, d'abord? Le buter?
-Bien sûr que non. Il est bien trop fort pour moi, mentit l'hybride. Il veut m'engager dans son armée, si j'ai bien compris.
-M'étonnerait. Il engage jamais d'espion, lui. Fais ta prière.

Zyakan avait du mal à réprimer une furieuse envie d'envoyer son pied entre les deux jambes du connard qu'il avait en face de lui. Cela n'aurait servi à rien, mais ça l'aurait soulagé. À défaut, il aurait bien pu lui apprendre que l'espionnage n'était pas l'art dans lequel il excellait le plus... Certes, il y avait les deux autres soldats. Et d'autres encore qui s'étaient amassés à l'entrée, sans doute pour regarder le massacre. Et bien , en matière de massacre, ils allaient être servis.

En un cinquième de seconde, le pied gauche de Zyakan rencontrait à toute vitesse le menton du premier soldat, tandis que sa main droite agrippait la poignée de son épée et la tirait hors de son fourreau dans un doux chuintement, et que la gauche se repliait sur la dague attachée au poignet. Le colosse en face de lui s'étant affalé contre la table, l'hybride donna du plat de l'épée contre la joue de celui de droite, qui s'écrasa contre la toile de tente. Celle-ci se déchira sous le poids de l'homme, et tout un pan tomba au sol.

Zyakan s'engouffra dans la brèche mais fit aussitôt face à deux piques, tenues fermement dans sa direction par deux soldats n'ayant pas l'air très affable. Qu'à cela ne tienne, l'hybride fléchit les genoux en courbant la tête et, continuant sur sa lancée, passa entre les bouts de bois. Tendant les bras de chaque côté en avançant toujours à grande vitesse, il renversa avec lui les deux piquiers. Il reprit son élan et allait poursuivre, lorsqu'il sentit une main se refermer sur sa botte, qui le fit déraper et tomber face contre terre. L'un des deux lanciers avait eu la présence d'esprit de lâcher son pic à brochettes pour lui faire goûter à la saveur du sol. Il se vit récompensé d'un joli coup de pommeau en pleine figure qui lui fit lâcher prise.

Zyakan se releva de nouveau, mais trop tard. L'effet de surprise passé, tous les mercenaires présents s'étaient ressaisis. Bien que ne comprenant pas toute la situation, ils se doutaient bien que, si l'hybride fuyait, c'était un motif flagrant de culpabilité. Ainsi, celui-ci se trouva confronté à deux ou trois douzaines d'épées, rapières et autres braquemarts. Évaluant ses chances de survies à environ une sur mille, il jeta son épée et sa dague à terre.

-Ok, les gars, je me rends. Je demande simplement une chose : parler à Jad... Au général Carr. Seul à seul.

_________________
Un bon mercenaire n'a pas d'ennemi, il n'a que des employeurs.
Revenir en haut Aller en bas



Zürn

Invité



MessageSujet: Re: Honneur et vengeance (Jaden - Zyakan - Ëarwen - Zurn)   Sam 5 Nov - 18:02

Message de Zürn, elfe-dragon.

Zürn fendait la foule apeurée sans même leur jeter un coup d'œil. Il dépassa deux tentes d'un rouge vif, tourna au coin d'un troisième, esquiva un râtelier d'armes placé sur son chemin, puis stoppa net sa progression. Parmi tous les murmures des soldats l'entourant, qui craignaient de trop hausser la voix et qu'il surprenne leurs conversations à son sujet, il distingua parfaitement une voix puissante s'élever au dessus des autres.

" Oh mon gars viens voir par là ! Tu m'plais bien ! "

Tout comme la plupart des mercenaires qui entendirent cet appel, Zürn se retourna, pour apercevoir une silhouette fendre la foule rapidement, qui s'écartait respectueusement. Celui qu'il avait prit pour un homme de haute stature au premier regard, se trouva être en fait l'Elfe qu'il avait vu agenouillé quelques minutes avant sa démonstration de puissance. Le dénommé Jaden Carr. Fronçant les sourcils, Zürn le regarda s'arrêter en face de lui, tout juste essoufflé. Il se présenta d'abord à lui, lui donnant le nom qu'il connaissait déjà, puis lui expliqua très sobrement en quoi l'Elfe lui plaisait. Après quoi il l'invita à rejoindre sa tente, d'une phrase qui sonna plus comme un ordre qu'une question. Zürn acquiesça sans mot dire, et le suivit dans la marée humaine. Il observa son dos tout en marchant, ayant compris que devant lui se trouvait l'investigateur de tout ce rassemblement militaire. Son allure était fière et arrogante.

« Comme presque tous les Elfes... » soupira intérieurement Zürn.

Mais pour ce Jaden, le fait de commander des centaines d'hommes avait dû lui monter à la tête, car il braillait de ci de là quelques ordres -pour la plupart inutiles- et crachait une substance rouge très régulièrement, comme la plupart des Humains, donnant de lui l'impression qu'il n'était pas du genre à se faire marcher dessus, et qu'il ne respectait pas les autres à leur juste valeur. En fait, si on ajoutait à cela son langage plus que familier, pour ne pas dire totalement vulgaire, il ressemblait à s'y méprendre à un gaillard Humain, du type joueur-brailleur-bagarreur. Tout à fait le style qu'haïssait Zürn, qui plus est lorsqu'il s'agissait d'un Elfe, créature naturellement nimbée de charisme, de grâce et de sensualité dans le moindre de ses mouvements. Lui, ce Jaden, ne gardait sur lui aucune trace de ces atouts, si ce n'était son armure délicatement ouvragée, bien que souillée de poussière. Décidément, Zürn n'aimait pas cet Elfe là. Il se demanda même s'il ne devait pas rebrousser chemin, et brûler vif immédiatement tous les Humains réunis ici. Cependant, un attroupement c'était progressivement formé autour de lui alors qu'il marchait, s'épaississant au fil des mètres avalés par ses souples foulées. Il ne put plus du tout bouger bien avant d'atteindre la haute tente du Général, qu'il apercevait néanmoins au dessus des têtes. Un bruit de lutte se faisait entendre par dessus le vacarme, mais celui ci s'estompa quand Jaden Carr fendit la foule. Rusé, Zürn se faufila à sa suite avant que les mercenaires ne reforment une nuée compacte de chair et de métal. Le Général s'arrêta au milieu d'un cercle, où gisait au sol deux soldats. Debout, face à Jaden, se tenait un autre Elfe, aux cheveux noirs, une balafre sur la joue droite, des armes à ses pieds. Il défiait du regard le Général, mais celui ci ne sembla pas comprendre ce qu'il se passait. Après quelques courtes questions, il en ressortit que l'Elfe aux cheveux noirs, dénommé Zyakan, avait été suspecté d'espionnage. Zürn ne souhaitait pas rentrer dans la discussion. Après tout, que ce soient les Démons qui réduisent à néant l'armée Humaine, ou l'inverse, il ne resterait que très peu de survivants. Suffisamment peu pour qu'Aïedal se charge d'eux. Mais lorsqu'un garde posa le tranchant de sa lame contre la gorge de Zyakan, le sang de Zürn ne fit qu'un tour. Certes il détestait les Démons, qui l'avaient réduit en esclavage lui et son peuple. Certes, il haïssait les Humains, qui avaient massacré le corps d'Aïdeal et d'Elyïs -qui vivait à présent dans le corps de Delm-. Mais les Elfes, bien qu'ils le bannirent dans sa jeunesse, ne méritaient pas la mort. Alors Zürn bondit. Il bouscula un premier soldat, arriva en courant dans le dos de Jaden, ce dernier le cachant à la vue du soldat menaçant la vie de Zyakan, donna un coup d'épaule dans le dos du Général, qui s'effondra lamentablement aux pieds du soldat Humain. Celui ci, trop éberlué de voir son maître chuter devant lui, eut un instant d'hésitation. Il fit un premier mouvement pour relever Jaden, libérant légèrement l'étreinte sur Zyakan qui profita de cette occasion, avant de revenir vers sa première cible. La seconde qu'il passa à réfléchir sur la manœuvre à suivre fut de trop. Zürn dégaina une dague et la glissa contre le tranchant de l'épée que tenait l'Humain, presque au niveau de la pointe, puis la retint, évitant ainsi par un faux mouvement qu'elle ne vienne trancher la gorge de Zyakan. De sa main gauche, Zürn donna un bon coup de poing sur les phalanges qui agrippaient encore l'épée. Le choc fit partir la main de l'Humain en arrière, et cela fit faire, avec la pression inverse exercée par la dague, un mouvement de levier à l'épée. La gorge de Zyakan fut entièrement libérée tandis qu'un craquement d'os indiquait que le poignet de l'Humain venait de subir une inclinaison peu naturelle.

Se remettant de la surprise engendrée par cet acte de sauvetage peu orthodoxe, les autres mercenaires dégainèrent tant bien que mal leurs armes. Mais ils n'avancèrent pas pour autant, craignant pour la vie de leur Général gisant au sol, le visage couvert de poussière. Zürn hurla alors :

" Assez ! N'avancez pas ! Ne vous avisez plus jamais de toucher à un seul cheveu d'un quelconque Elfe, ou bien le Dragon que je suis vous anéantira ! N'avez vous pas écouté ce qu'Aïedal vous a dit il y a un instant ? Je n'aurai aucune pitié si un seul d'entre vous vient me chercher querelles ! Et cela en va de même pour n'importe que Elfe ! "

Les mercenaires hésitèrent, puis rengainèrent leurs armes. Zürn fit prudemment de même. Tandis que l'attroupement se dispersait lentement, une voix monta :

" Tu oses dire ça ! Mais regarde ce que tu as fait à notre chef ! A un Elfe ! "

Zürn chercha la source mais ne trouva aucun visage tourné vers lui. Tous repartaient vers leurs occupations, sans prendre en compte la vérité qui venait d'éclater. Zürn posa son regard sur le Général qui crachotait de la terre en se relevant, puis murmura :

" Où ça, un Elfe ..? "
Revenir en haut Aller en bas



Jaden Carr

Invité



MessageSujet: Re: Honneur et vengeance (Jaden - Zyakan - Ëarwen - Zurn)   Ven 11 Nov - 15:05

Message de la fée Jaden Carr

Jaden se releva, la bouche pleine de sang. *Bordel de merde c'est quoi ce foutu sac à merde* Mais à peine avait il penser ça qu'une corne rugit. Une corne de guerre, un son long et grave annonçant la mort. Le bruit semblait dire : Je vais t'écorcher ! T'étriper ! T'écraserai sous ma puissance !

Un cor de guerre des Démons. Jaden n'avait pas assez été discret en regroupant les mercenaires et la faute lui incombait. Le mercenaire cracha, pour changer et marcha parmi ses hommes. Au bas de la pente de la falaise se massait une centaine de Démons, d'autres en arrivaient de tous les côtés. Il devait facilement en avoir un bon millier tout autour de la falaise. Les fortifications tiendraient le coup, ça Jaden le savait. Mais les mercenaires le feraient eux ? Jaden dégaina ses armes et courut jusqu'à la porte. Trois Démons montèrent jusque devant lui.

"Jaden Carr ! Nous te savons là ! Toi et ta compagnie de mercenaire avaient tués les nôtres ! Votre quête de sang et de vengeance est terminée ! Rendez vous !
- J'arrive chien de démon !"

Jaden descendit de son perchoir et sauta en selle mais avant qu'il n'ait pu faire demi tour les Aigles Cramoisis l'entouraient, montés. Une centaine d'hommes les suivaient.

"Soldats ! C'est moi qu'ils veulent ! C'est moi qui ai tout fait ! Laissez moi partir avec aucune mort sur la conscience.
- Tu en as déjà assez fait comme ça Jaden. Maintenant c'est nous tous ou personne...
- Êtes vous sûr de cela ?
- Plus que sûr !
- Ouvrez les portes !"

Les portes s'ouvrirent, les forces Démones les attendaient, en demi cercle. Ils périraient aujourd'hui, mais ce serait en héros. Pour leur gloire. Jaden fit cabrer son visage et dans la lumière du soleil et l'arme au poing cria :

"Tovarishchi! Segodnya my budem umiratʹ zaslavu nashikh pavshikh bratʹev! Zaslavu i chestʹ ! Dlya nashikh sil! DlyaBagrovyĭ orly ! Sila, muzhestvo i chestʹ! My stali vodu! Drelʹ i umirayut , prinimayasobak s Vami! Ura! Ura ! Ura !"

Et la cavalerie chargea. Les observateurs sur les remparts purent voir les forces de Jaden Carr s'enfoncer dans les lignes  ennemies, telles un couteau dans le beurre...
Revenir en haut Aller en bas



Zyakan Tesk'Ay

avatar

Masculin Nombre de messages : 87
Style de combat : Crier "CHAARGEEEZ !".


MessageSujet: Re: Honneur et vengeance (Jaden - Zyakan - Ëarwen - Zurn)   Sam 12 Nov - 16:00

L'attroupement vindicatif qui s'était formé rendait difficile la vision de ce qui se passait à l'extérieur du cercle humain, mais Zyakan aperçut sans difficulté les deux silhouettes qui se dirigeaient vers lui. Jaden Carr, suivi immédiatement d'Aïedal, fendaient la foule qui s'ouvrait respectueusement sur le général. Mais l'hybride n'eut même pas le temps d'ouvrir la bouche pour se justifier que déjà un des mercenaires répondait à sa place, le traitant d'espion à la solde des démons et le disant prêt à tout pour parvenir à la perte des Aigles Cramoisis. Il ajouta que de toutes façons, ce n'était qu'un bâtard d'hybride, elfe noir, en plus, et qu'on ne savait jamais ce qui se passait dans la tête des hybrides et des bâtards en général. Tous du mauvais sang, ça oui. Évidemment, vue comme ça, la cause de Zyakan était perdue d'avance. Jaden ne s'y intéressa d'ailleurs pas plus que ça et fit signe d'un mouvement de main sous le menton que l'affaire était entendue. Lorsque le soldat plaça son épée sous sa gorge, l'hybride ne tenta même pas de s'échapper. Comment aurait-il pu, avec tout ce monde autour de lui? Le baiser froid de l'acier commençait à lui entailler le cuir quand il vit, comme au ralenti, s'effondrer le général et surgir Aïedal, qui plaça immédiatement une dague à l'extrémité de la lame du soldat.

Voyant que l'humain était éberlué par cette intervention, Zyakan lui donna un violent coup de coude dans les côtes, qui eut pour effet de l'immobiliser, tandis que l'elfe-dragon lui fracassait le poignet et libérait la gorge de l'hybride. Plus par précaution que par réelle antipathie, il écrasa le pied de l'humain sous le sien et le poussa en arrière. Le soldat s'étala de tout son long sur la terre battue. Menace immédiate écartée, donc. Mais les mercenaires autour commençaient à s'agiter. Aussi, Aïedal les calma immédiatement en mettant l'hybride sous sa protection :

-Assez ! N'avancez pas ! Ne vous avisez plus jamais de toucher à un seul cheveu d'un quelconque Elfe, ou bien le Dragon que je suis vous anéantira ! N'avez vous pas écouté ce qu'Aïedal vous a dit il y a un instant ? Je n'aurai aucune pitié si un seul d'entre vous vient me chercher querelles ! Et cela en va de même pour n'importe que Elfe !

Zyakan remarqua qu'il parlait de lui à la troisième personne. Signe de mégalomanie? Peut importait, après tout. Il venait de lui sauver la vie, c'était toujours ça de gagné.

-Merci, le dragon. Ça fait du bien de se sentir viv...Il fut interrompu par une sonnerie de corne de guerre. Longue. Très longue, et d'autant plus sinistre à chaque seconde qui passait. Une corne de guerre démone, sans aucun doute. Seul un démon aurait eu assez de souffle pour faire durer une sonnerie aussi longtemps. Tout le camp s'était figé, attendant de savoir ce qui se passait. C'est seulement lorsqu'elle se fut arrêtée que Jaden sembla se rendre compte de la situation et se mit à courir comme un fou vers la porte du plateau. Aussitôt, quasiment tous les mercenaires présents, et surtout ceux qui portaient l'insigne des Aigles, se mirent à courir en tous sens, rassemblant leurs affaires de combat. Aïedal s'éloigna lui aussi à grandes foulées. Zyakan profita de cette agitation pour récupérer ses armes et faire main basse sur quelques effets qui traînaient par terre.

*Tant qu'à mourir, autant mourir riche...*

Il se dépêcha de courir vers son cheval et son chat, craignant que le premier ait été volé et que le deuxième se soit enfui. Heureusement, il les trouva tous les deux à la place où il les avait laissés, à l'écart du camp. Il enfourcha rapidement son coursier et le lança au trot sur la porte, suivant le flot de cavaliers, pour voir ce qui se passait. En découvrant les intentions de Jaden, Zyakan se dit qu'il avait visiblement surestimé le général. Pourquoi tenter une sortie dérisoire et stupide, à un contre cent, alors qu'il aurait suffi de rester sur place à défendre un plateau quasi imprenable? Pour l'honneur? Mais quel honneur y avait-il à mourir dans une mêlée stupide, à recevoir une mort anonyme et gratuite? Heureusement, Jaden n'obligeait personne à le suivre. Les seuls qui allaient marcher derrière lui étaient les Aigles, tous aussi fous que leur chef, et les quelques demeurés qui voulaient prouver leur force, ou qui étaient lassées de la vie. Mais ceux qui restaient ne seraient pas assez nombreux, après le départ des Aigles, pour tenir le plateau contre l'armée démone. Aussi, il valait peut-être mieux tenter de partir avec eux, pour s'éclipser ensuite en douceur.

Zyakan tenta d'en convaincre quelques uns de ses voisins, qui approuvèrent pour la plupart, sauf un qui lui cracha à la figure en le traitant de lâche, de bâtard, de traître et de déserteur. Comme d'habitude. Des clameurs de guerre, accompagnées d'une sorte de mouvement de foule parmi les cavaliers l'avertit que la colonne se mettait en marche. Il n'eut même pas à éperonner son cheval, qui suivit simplement le mouvement, jusqu'à distancer certains de ses compagnons de désertion potentiels. Pressentant une mêlée difficile, il tenta de se placer au centre de la troupe, en jouant comme qui dirait des coudes.

_________________
Un bon mercenaire n'a pas d'ennemi, il n'a que des employeurs.
Revenir en haut Aller en bas



Zürn

Invité



MessageSujet: Re: Honneur et vengeance (Jaden - Zyakan - Ëarwen - Zurn)   Sam 3 Déc - 16:35

Message de Zürn, elfe-dragon.

" Merci, le dragon. Ça fait du bien de se sentir viv... "  

L'Elfe n'eut pas le temps de terminer sa phrase. Une corne de guerre fit retentir sa clameur menaçante durant de longues secondes, pendant lesquelles pas un soldat n'osa seulement respirer. Mais quand elle se tut enfin, ce fût l'affolement. Pas un seul homme ne resta statique. Tous, qu'ils soient mercenaires, soldats, cuisiniers ou autres larbins, coururent s'armer et s'équiper comme avant une bataille. Zürn se dirigea à grandes enjambées vers le rempart Sud, grimpa sur une petite bute à côté de quelques archers, et passa sa tête entre deux piques pointées vers le ciel. En contre-bas, des centaines de Démons à la peau sombre se rassemblaient, surgissant de toute part dans la plaine.

« D'où sortent-ils donc ? se demanda Zürn. Comment ont ils pu traverser le continent de part en part sans même que nous n'ayons eu vent de leur progression ?

« Nous n'en avons rien su,
lui répondit Aïedal, mais cela ne veut pas dire que personne n'était au courant de leur avancée. Réjouis toi ! Si une grosse partie de leur armée est ici, il sera plus aisé de les exterminer, puis de prendre d'assaut leur forteresse par la suite !

« Tu as raison. Cependant, si notre armée se fait massacrer ici, elle ne pourra pas attaquer leur forteresse. Et j'ai bien peur que le pire soit en train de se produire sous nos yeux... »


L'Elfe dirigea son regard sur la colonne de guerrier qui s'était formée. Presque tous à cheval, ils allaient tenter une sortie. La raison de cet acte absurde échappa totalement à Zürn aussi bien qu'à Aïedal. Pourquoi attaquer dans la plaine, en sous nombre, alors que la position stratégique qu'était le camp des Aigles Cramoisis offrait une défense parfaite ? Abasourdis, l'Elfe regarda les hommes avancer jusqu'aux portes, conscient qu'aucun ordre direct n'avait été lancé pour cette attaque. Chaque guerrier agissait de son propre chef. En tête de cette marée d'hommes et de chevaux, Jaden cria quelque chose d'inaudible, mais qui sembla donner encore plus de vigueur aux Elfes et Humains postés derrière lui. L'instant d'après, toute la troupe franchisait leur dernière protection pour dévaler la colline en toute hâte. Un rugissement monta des deux factions ennemies, alors que les Démons s'élançaient à leur tour en avant. Zürn se détourna avant que les deux armées ne se rentre dedans. Chose qui se produisit quelques secondes plus tard avec un immense fracas. Déçu, l'Elfe s'en retourna dans sa tente. Il y récupéra toute ses affaires en maugréant. Ce suicide collectif était réellement stupide. Agissant ainsi, Jaden avait envoyé des centaines de soldat à la mort. Les Démons étaient plus nombreux, plus fort et plus violent, mais en plus de ça, les archers ne servaient plus à rien, puisque maintenant s'interposaient les Aigles entre les Démons et leurs flèches.

Toujours ruminant, Zürn sortit d'un pas rageur, son paquetage sur le dos, ses armes aux fourreaux. Quelques guerriers restaient pour défendre la position, mais ils ne feraient pas long feu. Alors il les abandonnait, tout comme Jaden venait de le faire. Mais un plan naquit alors qu'il rejoignait la falaise par où il était arrivé. Si les Humains mourraient tous, il ne resterait plus que les Démons à exterminer. Et ce camp deviendrait un piège mortel.

Zürn franchit les doubles battant qui lui barraient la sortie, puis les referma derrière lui. Il se concentra ensuite sur son pouvoir, le faisant remonter en lui, et le laissa couler entre ses doigts. Lorsqu'il posa sa main droite sur les portes de bois, il transforma leurs molécules. Il les liquéfia un bref instant, juste assez pour que chacune de ces molécules touche sa voisine. A cet instant précis, il re-solidifia le tout. Puis il relâcha prise sur son pouvoir et le laissa se rendormir au fond de lui. Il ouvrit les yeux. Satisfait, il sourit et se détourna, et dévala la falaise abrupte aussi rapidement qu'il lui était possible d'avancer. Il laissa derrière lui une palissade de bois, qui ne comportait plus aucune ouverture. Les doubles battants s'étaient fondus entre eux, ayant maintenant une surface totalement lisse, contrairement au reste de la barrière, constituée de rondins de bois liés entre eux.

Parvenu au pied du monticule rocheux, il se transforma en Dragon, et s'envola en rase motte vers l'Ouest, en direction du royaume Humain, ses armes et sac entre les serres. Il vola sur quelques centaines de mètre, aussi longtemps que la colline, surplombée du camp, pouvait le dissimuler aux yeux des Démons. Quand il vit quelques soldats du coin de l'œil, il reprit sa forme d'Elfe, et s'élança le plus rapidement possible, avalant d'immenses longueur entre chaque foulée. Il décrivit un arc de cercle, redescendant progressivement vers le Sud, puis se retrouva enfin à la gauche des Démons. Ceux ci avaient le camp en face d'eux, et combattaient toujours. A cette distance, l'Elfe était invisible, même dans une plaine. Alors il posa ses affaires dans un coin, mit les deux genoux à terre et attendit. Son but était simple. Une fois que les Démons auraient réduits les Aigles Cramoisis en charpie, ils investiraient le camp et infligeraient le même sort aux derniers Humains, qui ne pourraient fuir facilement. Une fois cela fait, Zürn reprendrait sa forme draconique, et piègerait les Démons dans le camp, les rôtissant à loisir. Un sourire carnassier naquit sur les lèvres de l'Elfe à cette idée. Mais en attendant, il continua d'observer la bataille. Les Démons avaient le dessus, c'était indéniable. Mais soudain, il aperçu une petite tache claire, qui se démarquait très nettement du sombre des Démons, et qui grossissait à vue d'œil. Les Humains recevaient ils des renforts ? Non, c'était autre chose. La tache claire grandit encore, révélant des formes plus nettes. Des chevaux. Dessus, des cavaliers. Qui s'approchaient de Zürn ! Voilà pourquoi cette " tache claire " grossissait à vue d'œil, parce qu'elle s'approchait ! L'Elfe saisit son katana de la main droite, mais resta à genoux. Il s'agissait peut être de déserteurs. En les observant mieux, Zürn put dénombrer une dizaine d'hommes, Humains et Elfes mélangés. Peut être d'autres suivaient-ils, il ne les voyait pas. C'est à ce moment qu'il reconnut, au milieu de l'attroupement, l'Elfe aux cheveux noir qu'il avait sauvé quelques minutes plus tôt.

« Oui, certainement des déserteurs. Lui, il n'avait plus beaucoup de raison de rester, à mon avis.

« Ne bouge cependant pas. Peut être ne nous verront ils pas. Ainsi, il n'y aura aucun risque qu'ils nous empêchent de détruire les Démons ensuite.
précisa Aïedal.

« Bien. Mais s'ils nous voient, nous pourrons nous servir d'eux pour attirer l'attention des Démons avant de les attaquer.

« En effet. Et bien soit. S'ils viennent à nous, servons nous en pour prendre les Démons par surprise. Dans le cas contraire, ne nous manifestons pas. 

« C'est entendu. »


Le destin de ces hommes était maintenant entre leurs mains.
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Honneur et vengeance (Jaden - Zyakan - Ëarwen - Zurn)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Honneur et vengeance (Jaden - Zyakan - Ëarwen - Zurn)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La fin d'un voyage (Ëarwen - Jaden Carr)
» Renom et honneur du marine Walter C Drake
» Renom, Honneur et Wanted d'un Nain?!
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne
» Eowyn et Arwen



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Bavardages [H-RP] :: Archives-