Partagez | 
 

 L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant



Zürn

Invité



MessageSujet: L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)   Dim 20 Mar - 18:29

Message de Zürn, elfe-dragon.

- Ne soit pas si borné Temris ! Tu sais bien que le feu ne peut être contrôlé aussi facilement !
- Bien sûr que si, regarde ! s'exclama le centaure, en passant rapidement sa main dans les flammes, tout en refermant le poing.
Le groupe d'hybride, Delm, Temris et Zürn, campaient rapidement sur une petite plage de sable blanc. L'océan était calme, le ciel dégagé, la forêt derrière eux laissait échapper des pépiements d'oiseaux. Un petit feu de bois flotté crépitait devant eux, dans lequel le Centaure venait de plonger la main... avant de la retirer précipitamment.

- Aaaah c'est chaud ! s'écria t-il enfin, lorsqu'il compris que ses poils étaient en train de brûler.
Le regard que portait alors l'Elfe sur le Centaure en disait long sur sa consternation.

- Temris. Tu es c...
Mais Zürn ne finit pas sa phrase. Il s'immobilisa subitement, les yeux tournés vers l'océan. Tout à coup tous les sens en alerte, il ressentit le malaise. Il souffla, dans un murmure :
- Quelque chose arrive. Un trouble vient de l'océan. Quelque chose arrive...
L'instant d'après, les branches des arbres loin dans leur dos frémirent. Tandis que l'Elfe entendait un léger grondement sourd qui fît même trembler l'air, vibrant ses tympans, se mêlant au froissement d'ailes que produisaient tous les volatiles en s'envolant, paniqués, l'eau devant lui fût parcourue de soubresauts. La terre tremblait !
Comprenant la situation, Zürn, ainsi que ses deux compagnons, se levèrent d'un bond, se regardant tour à tour, interloqués. Mais aussi soudain que fût ce phénomène, il s'estompa, rendant son calme à l'immensité bleue.

- Un tremblement de terre. Nous ne sommes pourtant pas en zone montagneuse... murmura l'Elfe autant pour lui même que pour ses acolytes.
Il baissa les yeux sur ce grand mystère qu'était le sol et ses profondeurs inexplorables, les sourcils froncés.

- Non, ce ne peut être d'origine naturelle. Quelque chose a provoqué ce séisme. Mais que peut-il exister d'assez imposant, d'assez puissant pour être à même de secouer toute une région ?
Delm interrompit ses pensées. L'Ange (le Dragon-Ange ? Zürn ne savait toujours pas comment appeler cet hybride, autrement que par son nom) venait de pousser un cri d'alerte. L'océan. L'océan s'en allait ! Il se retirait de son lit, il s'éloignait du rivage, à une vitesse impressionnante. Un  tronc d'arbre mort, suffisant imposant pour bâtir la moitié d'une maison avec toute sa masse, au début à moitié immergé dans l'eau, avait été emporté comme un simple fétu de paille. Il s'éloignait des trois amis qui comprenaient ce qui se déroulait sous leurs yeux. Même si l'eau s'en allait, elle allait revenir. Bien plus vite, bien plus fort. Une vague géante allait s'abattre sur eux, dans les minutes qui suivraient. L'Elfe soupira tristement. Ils avaient tout le temps. S'ils se transformaient en Dragons, ils pourraient s'envoler par dessus le cataclysme. Mais les arbres, la nature derrière eux, n'aurait pas cette chance. C'est avec regret que Zürn se prépara à la métamorphose.


Dernière édition par Zürn le Lun 21 Mar - 19:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Temris Naffylus

avatar

Masculin Nombre de messages : 42
Style de combat : Non, enfin si, mais pas tout le temps !


MessageSujet: Re: L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)   Dim 20 Mar - 20:58

*Mais qu’est-ce qu’il se passe au juste ?*

Temris sentait que quelque chose tracassait Zürn. Ce dernier avait précipitamment tourné son regard vers l’océan. Le centaure se leva. Effectivement, quelque chose ne tournait pas rond. Lorsque le sol trembla brutalement sous ses sabots, il comprit qu’ils venaient d’assister à un tremblement de terre. D’autant plus que l’elfe avait inutilement jugé utile de le déclarer à voix haute.
Rien de bien grave jusque là : l’endroit où les trois comparses avaient vécu durant des années était parfois sujet à des séismes et ils se trouvaient en ce moment dans un endroit dégagé et ne risquaient donc pas de recevoir un quelconque objet sur le crâne.

Le tremblement cessa rapidement et le calme revint. Temris observa lentement la forêt non loin d’eux : rien de particulier à signaler, à part le silence. Les animaux apeurés par le phénomène étaient partis. Peut-être devraient-ils en faire de même ?
Delm poussa un cri qui fit plisser les sourcils du centaure. Il avait horreur des cris, sauf si c’était lui qui les poussait. Temris se tourna donc vers l’ange, puis vers ce qui l’avait poussé à crier. Ses yeux s’ouvrirent en grand, observant avec étonnement ce qui se déroulait devant ses yeux. La mer se retirait à une vitesse folle. Poussé par la curiosité, il galopa vers le sable humide qui avait été recouvert d’eau peu de temps auparavant.

- C’est malin ça ! Y a plus d’eau !

Ses amis le regardèrent curieusement… C’était vrai qu’il n’avait pas été très clair sur ce coup-là. Il regarda sa main droite brulée qui lui faisait encore mal. Il avait espéré qu’un peu d’eau froide aurait soulagé la douleur. Il était pourtant sûr de ce qu’il avançait quand il parlait de maîtriser le feu ! Il n’y avait apparemment aucune chance que ça rate ! Apparemment… Il était aussi vrai que cette expérience était plus difficile à réaliser pour un hybride-dragon ne sachant pas cracher de feu… Temris soupira.

Il entendit un bruit qui commençait à lui être familier derrière lui. Il se retourna et observa Zürn se changer en dragon, prenant ainsi l’apparence d’Aïedal. Temris ne comprit pas tout de suite cette soudaine métamorphose.
Soudain, un grondement sourd se fit de nouveau entendre, mais cette fois-ci, il semblait plus estompé et plus lointain. Le centaure se tourna une nouvelle fois vers la mer. Rien de neuf pour l’instant mais ce bruit l’inquiétait. Il rassembla ses souvenirs pour chercher ce qui pouvait se passer… Il y avait eu un tremblement de terre, la mer qui se retire, ce bruit… Temris releva la tête et vit finalement une vague au loin qui, vue de la plage, semblait minuscule… Un tsunami ! Voilà ce qui allait leur tomber dessus ! Il comprit alors pourquoi Zürn s’était mu en Aïedal : il fallait s’éloigner au plus vite !
Temris partit au triple galop vers le feu de camp et ramassa le peu d’affaire qu’il y avait laissé. Il ne put s’empêcher de remarquer que la nourriture avait grillé depuis un moment.

- Il faut partir ! prévint-il les autres membres du groupe.

Il se métamorphosa presque inconsciemment en sa forme draconique et s’envola. Arrivé à quelques mètres de hauteur et attendit ses amis.

*Ils en mettent un temps !*

Il tourna son regard vers le sol et apostropha Delm et Aïedal par télépathie :

*Dépêchez-vous ! Sortez de là ! On a plus le temps !*

C’est alors qu’il s’aperçut que quelque chose n’allait pas en bas. Il tourna alors son regard vers ce qui fut il n’y avait pas si longtemps le large. Effectivement, il y avait un tsunami. Effectivement, il leur arrivait droit dessus. Mais ce n’était pas un tsunami ordinaire et Temris eut un léger sourire en s’apercevant que leurs chances de survie venaient encore de diminuer, même avec leurs capacités aériennes…

Décidément, cette journée s’annonçait sportive !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://fedefantaisie.free.fr



Delm Lysheart

Delock
avatar

Nombre de messages : 76
Style de combat : Oui.


MessageSujet: Re: L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)   Lun 21 Mar - 0:35

Tout était normal. Enfin, tout était comme d'habitude. Le centaure qui racontait n'importe quoi, l'elfe qui se foutait de lui tout en s'inquiétant inutilement au sujet de la « pauvre nature si fragile et délicate », et Delm qui les regardait d'un oeil calme et compréhensif. Enfin, le coup du « compréhensif », c'est juste l'oeil qui était comme ça, parce-que être assez stupide pour mettre sa main dans un feu, il faut un gros effort pour parvenir à le comprendre... La magie de guérison au bout de ses doigts, l'ange-dragon s'apprêtait réparer les tissus lésés, humant un délicat fumet de cheval grillé. Il était tenté de demander à Temris s'il était comestible, mais le centaure risquait de mal le prendre. Ça n'aurait peut-être pas changé grand chose vu sa capacité de réaction assez sommaire, mais là n'était pas la question. La partie angélique de son corps refusait de faire souffrir un ami, et la partie draconique... ben elle la fermait, c'était l'ange qui avait le dessus.
Et c'est à ce moment-là que le tremblement de terre fit... trembler la terre. Un événement qui porte bien son nom, tout de même. L'elfe le fit d'ailleurs très justement remarquer :

- Un tremblement de terre. Nous ne sommes pourtant pas en zone montagneuse...

Les yeux de Delm s'agrandirent soudain jusqu'à atteindre la très respectable taille de deux balles de ping-pong. L'amitié désintéressée de l'ange avait cédé sa place à la sagesse du dragon, et celle-ci manquait s'étouffer devant une telle absurdité. Quel était le rapport entre zone montagneuse et tremblement de terre ??? Et c'était ça qui était censé être le gardien de la nature ? Les tremblements de terre peuvent avoir lieu à n'importe quelle altitude, sinon comment se formeraient les...

tsunamis !

Tournant la tête vers la plage, Delm vît immédiatement le niveau de l'eau diminué sur plusieurs centaines de mètres. Poussant un cri pour avertir ses compagnons, il commença à battre des ailes, prêt à s'envoler afin d'échapper à la vague immense qui n'allait pas tarder à venir dévaster le rivage. Lisant une certaine inquiétude dans les yeux de l'elfe, il le rassura à sa manière :

« T'inquiète pas Zürn, ces pauvres arbres ont soif, faut leur donner un peu d'eau voyons... »

Se demandant si le ton narquois de la réplique passerait inaperçu, sa personnalité à nouveau déchirée entre le dragon qui protestait que l'eau salée était très mauvaise pour la végétation et l'ange qui était dépité à l'idée de faire souffrir l'elfe avec cette méchanceté gratuite bien que verbale, Delm se rendit compte que ni l'une ni l'autre des entités ne l'avaient poussé à sortir cette phrase. Non, c'était un mélange des deux.

Curieux...
Mais pas autant que le cheval qui va gambader à l'endroit le plus dangereux du moment.


« C'est malin ça ! Y a plus d'eau ! »

Regardant Temris avec un air désemparé au possible, Delm finit par soupirer très longuement, prit une grande inspiration, puis ouvrit la bouche dans l'intention d'expliquer à son compagnon de voyage le pourquoi du comment. Lorsque soudain, l'impensable se produisit.

« Il faut partir ! »

Alléluia, il a compris !
Pas de blasphèmes...
Je blasphème pas ! Mais qu'est-ce que je raconte moi... Je me parle tout seul, c'est clairement pas bon.


Décidant que l'action était le meilleur moyen de faire taire la multitude de voix dans sa tête, l'ange dragon étendit ses ailes, et se laissa porter par un courant ascendant afin de prendre de l'altitude. Le bruit de la vague géante commençait à devenir plus fort, et étant donné sa distance encore plutôt importante, Delm se demanda si l'elfe n'avait pas raison finalement...

Quoi ? L'elfe avoir raison ? Ne blasphème pas !
Hein ? C'est pas un blasphème, ça n'a rien à voir !
Si !
Et de toute façon, il a pas raison, mais...
Ah ! Je préfère ça !
... mais ce n'est certainement pas un tremblement de terre d'origine naturelle qui a formé une telle vague.


La secousse qu'ils avaient ressenti avait été plutôt brève et certainement de magnitude peu importante, en bref aucun des ingrédients nécessaires pour former une vague géante n'était en jeu. Et si le tremblement n'était pas une cause, mais une conséquence ? Se tournant vers les deux dragons, il cria pour couvrir le grondement de la vague :

« Faudrait aller voir !! Faudrait aller voir derrière la vague !! C'est pas normal ! »

Pas certain de s'être bien fait comprendre, Delm se laissa tomber sur quelques mètres pour gagner en vitesse et ainsi prendre un peu d'élan, avant de partir droit vers l'immense mur d'eau mouvant. Il espérait que ses compagnons le suivraient, mais étant donné leurs capacités cognitives assez restreintes, il avait quelques doutes...

Hé ! Comment tu traites tes amis ! Pas de de blas....
Ah mais ça suffit avec ça ! Faut vraiment que j'arrête de me parler tout seul...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://fedefantaisie.free.fr/index.php



Zürn

Invité



MessageSujet: Re: L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)   Lun 21 Mar - 23:03

Message de Zürn, elfe-dragon.

Spoiler:
 

Une mouette qui criait. Un grondement au loin. Le bruissement des feuilles dans son dos. Une houle marine apportant des relents salés. Voilà tout ce qu'entendait et ressentait Zürn. Les yeux fermés, face à la mer, calme, l'esprit en paix, détendu. Préalablement déshabillé, l'air chaud provoqué par le feu caressait sa peau nue. La transformation pouvait débuter.
Ce furent les vertèbres qui commencèrent à bouger. Ou plutôt à ''pousser''. Elles percèrent la peau, s'allongeant encore et encore. Aucun sang ne coula, malgré les plaies béantes, aussitôt comblées par ces protubérances osseuses. Le corps tout entier de l'Elfe grandit. Ses membres grossirent à vue d'œil, les omoplates percèrent elles aussi la peau, pour s'étirer jusqu'à toucher terre. Tout en prenant une couleur verdâtre, le visage de Zürn s'étira, pour former un museau. Ses mains et ses pieds se pourvurent de griffes. Le coxis forma une queue. Retombant sur ses pattes avant, la ''chose'', à mis transformation, poussa un grognement en secouant nerveusement la tête. Ce n'était jamais agréable. Mais il parvenait à se transformer de plus en plus vite. Une bonne chose. Mais voilà que déjà, sur ses pattes, naissaient des muscles. Son bassin prit de l'importance, tandis que son sexe après avoir rapetissé, disparaissait dans son ventre. Sur son dos, les pointes s'effilaient. Sur son crâne, des cornes avaient commencées à pousser. Une longue et sinueuse au dessus de chaque oreille (qui n'étaient maintenant que deux fentes à peine visibles), et une série de plus petites parsemées tout le long de son nez. Les omoplates formèrent deux puissants nouveaux membres osseux, d'où poussa une membrane fine et délicate, translucide et très fragile. La queue aussi se pava de pointes tranchantes, tandis que le vert de la peau se renforçait. La peau, qui n'en était plus une, car elle était maintenant toute recouverte d'écailles, plus ou moins épaisses et foncées selon leur position. Les dents de la créature avaient énormément grossis, et étaient capables de déchiqueter n'importe quelle créature faite de chair et d'os. Mais le changement le plus spectaculaire dans tout cela était les yeux. Des yeux vert à l'origine. Durant la métamorphose, ils avaient pris une subtile couleur violette, parsemée de millier de points orangés. Dans le blanc des yeux gravitait un fin trait de gris, qui semblait bouger, car si l'on posait le regard dessus, il était aussitôt visible ailleurs que là où le croyait. Des yeux magiques, sans aucun doute. Des yeux où vivait une extrême grande sagesse. Des yeux, qui se fendirent brusquement. La transformation était terminée. Le Dragon Aïedal était maintenant éveillé.

Ouvrant ses paupières, il put discerner le centaure courir vers le feu au triple galop. Il ramassa ses affaires et se transforma. Aïedal prit le temps de l'observer. Sa mutation était plus rapide, et plus fluide que la sienne, bien que Zürn ne mettait pas plus de trente secondes pour se muer en Aïedal. Ce dernier remarqua enfin qu'il était justement... le dernier, encore au sol. Prenant son paquetage dans la gueule, il l'avala tout rond, faisant bien attention de le diriger vers sa ''poche de réserve''. Une de ses trois poche d'estomac, dans laquelle aucun suc n'entamerait ses affaires. Puis il prit appui sur ses puissantes pattes, et s'envola. Il remarque du coin de l'œil que Temris avait projeté du sable sur le feu avant son envol, étouffant les cendres. Geste strictement inutile au vue de la situation. La vague géante aller tout recouvrir.


« Même la forêt » repensa tristement le Dragon.

Et Delm pouvait dire ce qu'il voulait, les Arbres n'avaient en aucun cas besoin de cette quantité astronomique d'eau salé !


« En parlant de Delm... Où est passé ce piaf mal finit ? »

Aïedal leva les yeux. Il avait rejoint Temris, et tout deux semblaient l'attendre. Il battit donc un peu plus fort des ailes, et se retrouva à leur hauteur. Mais il ne put s'empêcher de repenser à toute cette flore qui n'avait pas sa chance à lui, celle de pouvoir s'envoler. Quand la situation le permettrait, il reviendrait en ces lieux, et redonnerait sa splendeur à la forêt.

Mais tout à coup, Delm disparut à sa vue. Il s'était laissé tombé et fillait maintenant à toute vitesse en direction de la vague géante. Interloqué, Aïedal interrogea Temris du regard, qui lui répéta mentalement ce que l'Ange venait de crier.


- Attend Delm ! rugit le Dragon vert.  

Trop tard, il était déjà loin, et le vent ne soufflait pas dans la bonne direction pour emporter son cri jusqu'aux oreilles de l'Ange. Poussant un soupir, Aïedal emboitât le pas, ou plutôt ''les ailes'', à son compagnon. Ses membres dorsaux à lui étaient plus imposants et plus musclés que ceux du ''piaf pas finit''. Il n'aurait donc pas de mal à le rattraper. Mais la chose qu'il ressentait au loin ne lui inspirait pas confiance. Il pouvait même sentir son haleine hideuse. Il y avait quelque chose dans l'eau, quelque chose qui avait provoqué la vague. Une créature ? Impensable, mais pas in-envisageable.


« Très bien, il faut en avoir le cœur net. Que je sache qui je dois tuer pour le massacre à venir de tous ces arbres. »

Il se retourna vers Temris.

- Peux tu contacter mentalement Delm ? Dis lui de nous attendre, de ne pas aller seul sur ce danger inconnu. Et de me laisser le soin de détruire celui qui va tuer des centaines d'arbres !

Aïedal savait que Temris allait le faire. Quelque soit la distance, il avait cru comprendre que le Dragon pouvait communiquer avec n'importe qui possédant une conscience.

« Houla. Alors c'est pas sûr que Delm reçoive le message, avec sa conscience de moineau... Quel piaf manqué celui là ! » il se calma aussitôt. « Bon, c'est vrai qu'il est très utile pour nous soigner. Mais un guérisseur qui fonce tête baissée vers un danger inconnu, quel manque de subtilité ! »

De plus, les deux Dragons n'étaient plus qu'à une vingtaine de mètre de l'Ange, qu'ils discernaient déjà de la fumée, à environ trois bons kilomètres.

« Quel est ce sortilège ? De la fumée bleu, en plein Océan ? En plus, du bleu, sur le fond bleu du ciel, et un premier plan bleu, de l'eau, nous fait paraître la fumée plus loin qu'elle n'est en réalité. Logique. Donc... » Aïedal soupira une nouvelle fois. « Donc je suis assez c** pour me faire berner. L'origine de la fumée est beaucoup plus proche de nous qu'il n'y paraît. Donc si je ne rattrape pas Delm dans les secondes qui suivent, il sera en grand danger... »

Le rythme du battement d'aile d'Aïedal ralentit subitement.

« Mouais. Bon, il n'y aurait pas une algue qui flotte par la ? J'ai un petit creux moi. »
Revenir en haut Aller en bas



Temris Naffylus

avatar

Masculin Nombre de messages : 42
Style de combat : Non, enfin si, mais pas tout le temps !


MessageSujet: Re: L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)   Mar 22 Mar - 20:46

[Si vous ne trouvez ça pas cohérent (surtout Zürn), appuyez sur la touche 1 ! (nan, je referai le post, mais bon…)piff ]

Temris ne savait vraiment plus quoi penser… Alors qu’ils allaient enfin s’éloigner, Delm leur faussait compagnie pour foncer à basse altitude en direction du danger le plus imminent. Et ce qu’il lui avait hurlé le sidérait encore plus.
Aïedal questionnait le dragon/centaure du regard et ce dernier lui répondit en pensées :

*Le bruit du tsunami était fort, mais je crois qu’il a dit « Je vais me jeter dans la vague ! J’ai pas le moral ! », où quelque chose du genre… Il veut mourir maintenant…*

« Attend Delm ! », avait alors crié le dragon vert en se lançant à sa poursuite.

A contre cœur et tout en levant les yeux au ciel, Temris suivit son ami pour rattraper l’ange. Peut-être celui-ci se laisserait raisonner par les deux dragons ? Lui-même n’était pas un as des négociations mais peut-être qu’Aïed…

« Peux-tu contacter mentalement Delm ? Dis-lui de nous attendre… »

Temris stoppa net sa course et ne chercha même pas à comprendre la suite des paroles d’Aïedal…

*Mais c’est pas possible ! Ils veulent tous se suicider ou quoi ? Et en plus ils veulent m’entraîner avec eux !*

Néanmoins docile, il contacta mentalement l’ange :

*Delm, attend ! Aïedal veut mettre fin à ses jours avec toi !*

Temris se relança à sa poursuite. C’est alors qu’il vit Aïedal qui… se posait sur ce qui avait été le fond marin ? Et ramassait une algue flottant dans une flaque ? Pour la manger ?

*Je sais que l’incantation 637 qu’ils ont récemment subie est déstabilisante mentalement, mais à ce point là…*

Et soudain, Temris se rappela d’une chose simple. La vague leur fonçait dessus ! En levant la tête, il s’aperçut qu’elle était anormalement énorme ! Ils n’auraient plus le temps de gagner assez d’altitude pour la surplomber ni de rattraper Delm à temps pour faire demi-tour !

*Réfléchis, réfléchis…*

Soudain, une idée légèrement dangereuse lui vint en tête. En quelques fractions de seconde, il rabattit ses ailes, fonça droit sur Aïedal, agrippa l’une des excroissances osseuses dorsales du dragon vert avec l’un de ses antérieurs et le propulsa vers l’avant, espérant lui remettre les idées en place et l’obliger à décoller.

*Remonte à la hauteur de Delm et fonce de toute ta vitesse droit sur la vague ! Et ne discute pas !* hurla mentalement Temris.

Puis, le dragon/centaure remonta en flèche vers Delm, lui dit de s’agripper le plus fort possible à l’une de ses épines dorsales. L’ange n’aurait sinon jamais assez de vitesse. Puis, Temris battit des ailes aussi fort qu’il le put, allant plus vite qu’il n’était jamais allé. Finalement, ils allaient soit tous survivre, soit tous mourir en même temps ! Il plaqua ses ailes contres son corps et s’étira le plus possible juste avant l’impact.

Lorsqu’il heurta la vague, Temris eut l’impression qu’il venait de rentrer dans un mur. Sous la pression phénoménale de l’eau, ses poumons expulsèrent tout l’air qu’ils contenaient. Tout tourbillonnait autour de lui et il était emporté par ces mouvements. Des centaines de galets heurtaient son corps. Il doutait de plus en plus de sortir un jour de cet enfer. Pourtant, il sentait qu’il continuait à avancer. Enfin, il lui semblait…

Après d’interminables secondes, il revit la lumière du jour et inspira profondément. La vague était dans son dos ! Amoché mais vivant, il ne put retenir un rugissement de joie :

- Temris : 1 / Océan : 0 !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://fedefantaisie.free.fr



Delm Lysheart

Delock
avatar

Nombre de messages : 76
Style de combat : Oui.


MessageSujet: Re: L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)   Mer 23 Mar - 10:49


Là pour le coup, on était allé loin dans la bêtise. Très loin. Pour commencer, le cheval et le végétarien avaient mis trois plombes à se transformer, comme s'ils étaient en vacances au bord de la mer. Ce qui était peut-être le cas d'ailleurs. Bref. Ensuite, les deux énergumènes avaient enfoncé le clou en oubliant de se servir de leurs oreilles, ce qui leur avait valu une petite minute d'affolement pitoyable mais digne d'eux. Et pour finir, cerise sur le gâteau, must du must, le summum de la stupidité, Temris.
Alors que l'ange dragon volait assez rapidement, très concentré pour prendre les bons courants ascendants, et ainsi se hisser à hauteur respectable pour éviter toute collision avec la vague géante, il reçut un message mental du cheval lui disant qu'Aïedal voulait mettre fin à ses jours. Non pas que ce ne soit pas une bonne nouvelle, au contraire, mais le végétarien n'était très certainement pas du genre suicidaire, si l'on exceptait ses tendances de ruminant. Comment diable peut-on ne manger que de l'herbe ? Les vaches savaient le faire, et Zürn aussi. Ce qui par analogie pouvait expliquer bien des choses d'ailleurs... Mais ce n'était pas la question. Apparemment ses deux compagnons n'avaient rien compris à ce qu'il voulait faire.

C'est ta faute ! Tu fais tout à la va-vite !
Moi ? C'est faux ! J'agis rapidement, nuance.
Quoi ? Ne blasphème pas !
Hein ? Où est-ce qu'il y a un blasphème là ?
J'en sais rien, mais je trouvais plus d'arguments.


Secouant la tête pour tenter de chasser les voix qui s'y affrontaient, Delm entama une légère descente qui lui permettrait de prendre le dernier courant ascendant. Et c'est là qu'il le vit. En dessous de lui. Temris.
Le cheval cria à l'ange complètement éberlué de s'accrocher à lui, puis rentra les ailes et s'élança droit sur la vague. Delm resta un moment immobile, les yeux écarquillés, la bouche mi-ouverte, observant complètement incrédule le dragon prendre de la vitesse, puis prit le courant ascendant tout doucement et se hissa au-dessus de la vague. Il regarda la brute percuter le mur d'eau en contrebas, se retournant la moitié des écailles de la gueule et ressortant de l'autre côté avec une tête de crétin ahuri et heureux en gueulant qu'il avait vaincu l'océan.
L'ange dragon resta plusieurs secondes parfaitement immobile, les bras ballants, les yeux fixes, la mine terreuse. Il n'en croyait pas ses yeux. Il ne cessait de traiter Temris d'abruti, mais c'était pour rire... Il ne pensait pas qu'il l'était vraiment... Mais le cheval ne déméritait pas son titre finalement. Qu'est-ce qui lui avait pris ?

Espérons que la douche lui aura remis les idées en place...
Vu la tête qu'il fait, je crois qu'il sera pire qu'avant.
Hmm...
Quoi ? Pas de blasph... ah non, rien.


Delm se laissa tomber doucement jusqu'à son compagnon blessé, lui prit le museau entre ses mains, et entreprit de libérer la douce magie de guérison, tout en commençant à lui lancer une pique dont il avait le secret.

« Alors Tem ? T'es Tem... Héraire ? Hahahaha !!

Tu es pourri en blagues, arrête.
Quoi ? Pas de blasphèmes !
STOP !


« STOP ! Assez avec les blasphèmes !

Là, ça devenait grave. Il venait de crier cette dernière phrase à voix haute, oubliant complètement que les voix existaient uniquement dans sa tête. Inspirant profondément pour se calmer, il se rendit alors compte que quelque chose clochait. Il n'avait plus le museau de Temris entre les mains. Au moment où il comprit que cela ne pouvait signifier qu'une chose, il fût englouti par une petite réplique de la vague, roulant dans l'eau glaciale, complètement désorienté, se cognant partout, oubliant toute notion de haut et de bas. Et pour tout arranger, les voix dans sa tête reprenaient de plus belle.

Hahaha ! Tu vas crever !
C'est de toi que tu parles crétin ! Tu es moi !
Donc tu je te me traites de crétin moi toi même...
Hein ?


Soudain, la lumière du jour. Emergeant en régurgitant un demi-litre d'eau salée, Delm décida qu'il ne serait jamais un poisson. Il s'éleva comme il le pût pour échapper à l'eau, mais si des ailes couvertes de plumes sont très efficaces pour les mouvements précis et rapides, une fois qu'elles sont gorgées d'eau le moindre mouvement devient un effort surhumain. Volant en zig-zag sans vraiment de point de repère, il agitait frénétiquement ses ailes dans le but de les sécher un minimum, technique qui ne se révélait que très moyennement efficace. Delm avait d'ailleurs complètement oublié pourquoi il était ici, qui était avec lui, et le fait que quelque chose derrière la vague avait très probablement créé ce tsunami.
C'est donc complètement perdu qu'il vola malgré lui en direction du danger.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://fedefantaisie.free.fr/index.php



Zürn

Invité



MessageSujet: Re: L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)   Dim 27 Mar - 19:59

Message de Zürn, elfe-dragon.

La chose qui faillit lui arracher une aile n'était autre que Temris. Le Dragon lui avait saisit le membre osseux et l'avait projeté quelques mètres en avant. Aïedal s'écrasa pitoyablement sur le fond marin quasiment sec.

« Remonte à la hauteur de Delm et fonce de toute ta vitesse droit sur la vague ! » hurla le Dragon-Centaure mentalement. « Et ne discute pas ! » acheva t-il avant de prendre de la distance.

« Ils sont tous fou ici... Un piaf qui dit qu'il va se suicider... Et un cheval fou qui fonce droit sur une immense masse d'eau... Au moins Delm a eu la bonne idée de passer au dessus... pas au travers... Bref, il serait temps que moi aussi je m'envole, je ne tient pas à être submergé par la vague. Brrrr ! De l'eau. Berk ! »

Zürn, qu'il soit sous forme elfique ou draconique, détestait l'eau. Et une vague haute de plusieurs dizaines de mètres n'était pas sa tasse de thé. Bien qu'il paraisse prendre son temps, détendu et insouciant, il ne cessait de réfléchir à toute vitesse. Il savait qu'il n'avait plus le temps de s'envoler pour passer par dessus. Et non plus pas assez de temps pour prendre de la vitesse et passer au travers. Il devait trouver un autre moyen. Et vite. Un morceau d'algue coincé entre deux dents lui fit prendre conscience qu'il avait encore une chance.

Il balaya la zone autour de lui avec son esprit, en repérant toute trace d'élément végétal. Une demie seconde plus tard, pas moins de trente kilos d'algues se chargèrent d'énergie. Fermant les yeux, le Dragon se concentra plus intensément. Il modifia la structure moléculaire de chaque brin de goémon, les rendant à la fois plus solides, plus fermes, et augmentant également leur densité. Ainsi, une petite plaque d'algue dure se forma autour de chaque monticule végétal. Encore une secousse mentale, et Aïedal relia toutes ces plaques entre elles, n'en formant plus qu'une seule imposante, sur laquelle il grimpa rapidement. Ne cessant d'alimenter magiquement son ''œuvre'', il fît pousser un  poteau de huit mètres à chaque coin, faisant bien attention de ''détacher'' chaque pilier de la plaque. Le seul contact qu'il devait y avoir entre ces deux éléments différents était un simple filament verdâtre qui débutait au même coin d'où chaque poteau était issu, et finissait au sommet de ce même poteau. Un dernier effort mental modifia à nouveau la structure moléculaire de ces filaments, les rendant extrêmement élastiques. Enfin, il détruisit la sécurité qu'il avait mit en place sous la plaque. Plus rien n'empêchait les tendeurs de jouer leur rôle désormais. Aïedal fut ainsi projeté dans les airs avec une force extraordinaire qui le plaqua... bein sur la plaque. Quelques secondes après , alors que le Dragon continuait sa course dans les airs, la vague énorme submergea tout sur son passage.

Alors qu'il continuait son ascension vertigineuse, Aïedal se dit qu'effectuer une telle opération en l'espace de quatre secondes et douze centièmes était quasiment un exploit. Il sourit. Il devenait de plus en plus puissant, il en avait conscience. Cependant, malgré son pouvoir hors du commun, il lui fallait une grande intelligence pour l'accompagner. Sinon, il ne ferait jamais de bonnes choses. Il se disait cela en ce moment, car il venait de comprendre qu'il était tout de même un peu bête. Oh certes, son plan avait fonctionné à la perfection. Même un peu trop bien. Car là, il venait de dépasser les premiers petits nuages présents dans le ciel. C'était juste maintenant qu'il commençait à retomber. Vite. Dangereusement vite. L'océan se rapprocha, et malgré ses ailes ouvertes pour ralentir sa chute, il ne parvenait pas à se freiner. Soit le choc provoqué par Temris avait abimé un de ses membres, soit il avait compris un peu trop tard qu'il était en train de retomber. La deuxième option semblait être la bonne.

« La prochaine fois, j'ouvrirai mes ailes avant de prendre plus de vitesse... Attends voir ! Il n'y aura pas de prochaine fois ! »

Ses deux compagnons apparurent à ses yeux, d'abord tout petit, puis subitement gros. Ils semblaient le chercher du regard. Peut être étaient ils éblouis par le soleil, car ils ne s'écartèrent pas lorsqu'Aïedal leur tomba dessus. Ce fût Temris qui se chargea bénévolement d'atténuer sa chute. Le Dragon vert s'écrasa sur son compagnon Dragon de tout son poids, le faisant dégringoler. Prenant appui sur son dos, Aïedal parvint à reprendre l'air sous ses ailes, et remonta péniblement de quelques mètres. Tandis que Temris s'enfonçait très vite vers l'océan.

- Merci Tem ! hurla le Dragon vert à son ami avant de se tourner vers Delm qui l'avait rejoint. Il a l'air d'aimer l'eau, lui. Regarde, il est encore en train de barboter dedans ! s'exclama t-il alors qu'un ''Plouf'' retentissant parvenait à leurs oreilles.


Temris 1 / Océan 1 !
Revenir en haut Aller en bas



Temris Naffylus

avatar

Masculin Nombre de messages : 42
Style de combat : Non, enfin si, mais pas tout le temps !


MessageSujet: Re: L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)   Mar 29 Mar - 19:37

Temris n’en revenait pas. Delm avait réussi à surmonter la vague ? Bien sûr, il était plus léger que lui, mais quand même !
L’ange s’approcha de lui et lui lança :

- Alors Tem ? T'es Tem... Héraire ? Hahahaha !!

Temris fit mine de l’ignorer. C’était généralement la meilleure chose à faire… surtout face à Delm. Ce dernier se préparait d’ailleurs à le soigner. C’est à ce moment là que Temris se rendit compte qu’il avait vraiment mal. Se préparant à recevoir les soins de son ami, il ferma les yeux. Il y était allé vraiment fort sur ce coup là.

Il entendit un sifflement gênant. Puis brusquement, un choc monumental se produisit. Il ouvrit les yeux pour s’assurer que Delm allait bien. Il allait bien, oui. Mais à l’endroit même où se trouvait le centaure quelques secondes auparavant, se tenait Aïedal, sorti d’on ne sait où. Temris perdait rapidement de l’altitude. Il comprit ce qu’Aïedal venait de faire : il s’était servi de lui comme d'un coussin pour amortir sa chute ! C’est Temris qui avait récupéré toute son énergie cinétique, comme lorsque deux boules de billard s’entrechoquent !

Il n’eut même pas le temps de se ralentir. Alors qu’il percutait la surface de l’eau, il vit le dragon vert qui essaya de dire quelque chose.
Temris se retrouvait pour la seconde fois sous l’eau. Elle était moins agitée que lors de sa première plongée, mais ses mouvements restaient marqués par le récent tsunami. Le centaure/dragon essaya de replier ses ailes et de commencer à nager grâces à ses pattes et à sa queue. Quelque chose l’en empêchait. Lorsqu’il ouvrit la gueule, l’eau se teinta légèrement de rouge.

*Oh non, pas ça !* pensa-t-il en grimaçant de douleur.

Il s’était cassé quelques cotes, et peut-être même autre chose. Le moindre geste lui faisait un mal de chien ! Et tout ça à cause d’Aïedal !

*Je vais le tuer !!!!*

Temris était généralement très patient, surtout suite à la transformation de ses amis, mais là, c’était trop ! Comment avaient-ils pu autant changer de comportement ?
Il s’obligea à remonter, malgré son corps douloureux. Il refit surface quelques secondes plus tard.

*Sauvé !* se dit-il.

Mais avant même qu’il n'ait pu inspirer la moindre bouffée d’air, l’eau l’attira de nouveau vers le fond, et encore plus profondément que la première fois. Une réplique du tsunami avait décidé de le faire souffrir d’avantage. L’océan avait apparemment la ferme intention de prendre sa revanche.
Il regarda la surface et il vit que Delm était lui aussi tombé à l’eau.

*Delm ! Viens m’aider s’il te plaît !*

Mais Temris sentit que le message n’était pas parvenu à Delm. Ce dernier semblait perturbé. Que pouvait-il bien se passer dans cet esprit recomposé ?
L’ange/dragon sortit de l’eau sans même le remarquer.

Bien que les dragons aient une capacité d’apnée assez élevée, les récents dommages subits réduisaient celles de Temris qui se fatiguait peu à peu. Dans un effort colossal, il entama sa remontée douloureuse. Ses poumons aussi commençaient à le faire souffrir.
Et il atteignit enfin la surface pour la seconde fois.

Il inspira profondément et s’assura que la surface de l’océan était à présent plate. Sonné, il déploya ses ailes toujours dans l’eau (effort impressionnant vu l’état du dragon) et réussit à regagner son élément privilégié : l’air. La douleur était moins intense en vol : le mouvement de ses ailes sollicitait moins les cotes que celui de ses autres membres.

*Note à moi-même : essayer de continuer à ne pas mourir, assez d’aventures périlleuses pour aujourd’hui !*

Il lança un regard noir à Aïedal, un regard qui en disait long sur l’humeur du dragon, qui essaya tout de même de garder le plus possible son sang froid.

*La prochaine fois, utilise tes ailes ! Allez, on s’en va.*

C’est alors qu’il remarqua que Delm manquait à l’appel. Il tourna sa tête vers le rivage : rien. Il tourna la tête vers le large. Ce qu’il vit le stupéfia.

Là, au beau milieu de l’océan, un trou gigantesque ! Et une étrange fumée bleue s’en échappait !
Ça donnait l’impression d’un puits sans fond géant : l’eau s’y engouffrait sur les bords, formant une sorte de cascade circulaire, sans que cela affecte le niveau d’eau de l’océan. Ni son fonctionnement d’ailleurs : pas de tourbillon, pas de changement des courants marins, juste un trou béant. Bien que la fumée soit épaisse, on pouvait voir que le centre de ce puits était sombre. Ce n’était pas naturel.
C’est alors que Temris remarqua Delm qui se dirigeait doit vers ce potentiel danger. Il en était si proche que la suite des évènements ne faisait aucun doute.

*Et bien finalement, je crois qu’on en a pas fini avec les aventures périlleuses et mortelles !*

Il se lança alors douloureusement et légèrement vacillant à la suite de son ami.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://fedefantaisie.free.fr



Delm Lysheart

Delock
avatar

Nombre de messages : 76
Style de combat : Oui.


MessageSujet: Re: L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)   Mer 30 Mar - 19:37


C'est une sensation assez désagréable. La perte de tout repère, l'abolition de toute notion de distance, de haut, de bas, d'altitude, de poids, de direction et de résistance. Tout ce qui fait que le monde est perçu tel que les êtres vivants le perçoivent, tous ces détails en réalité si importants mais si évidents qu'on les oublie trop facilement, qu'on les relègue au second plan alors que sans eux on se retrouve... perdus. Oui, tout ce paragraphe inutile est simplement pour dire que Delm était perdu. Et pour être perdu, il était bien perdu ! La seule chose qu'il pouvait à peu-près comprendre, c'est que l'eau était sous ses jambes ballantes, et qu'il n'avait vraiment pas intérêt à y retourner. Sinon, ce serait à coup sûr la fin de sa brillante, brève et intense carrière de guérisseur. Clignant des yeux pour chasser l'eau salée qui lui brûlait la rétine, il décida de réfléchir. Ses sensations physiques étaient altérées, d'accord, mais il lui restait sa tête.

Beuh... Comment ça il me reste ma tête ? Je suis fou à lier, je crois qu'il y a des gens dans mon esprit !
Eh ! Comment tu me traites de « gens » ?
Mais non ! Tu n'existes pas ! Ou alors si, mais tu es une invention de mon esprit.
Et pourquoi ce serait moi et pas toi l'invention ?
Mais tu es moi !
Quoi ?


Rectification. Delm était perdu.

C'est ainsi qu'il se retrouva au milieu de nulle part. Ça ne change pas grand chose par rapport à avant, me direz-vous... En vérité, la différence était que les pieds de l'hybride ne touchaient plus l'eau. Il n'avait pas pu s'élever, il supportait à peine le poids de son corps. Et si lui ne s'était pas élevé, alors... l'eau s'était abaissée. Baissant brusquement la tête, Delm pût enfin distinguer ce qu'il se passait en dessous de lui.
Une cascade. D'une trentaine de mètres de haut, ses flots tumultueux défilaient sans relâche, alimentant les parois de l'oeuvre de la nature avec un grondement sourd et puissant. Delm flottait à quelque centimètres du sommet de cette création aquatique, observant d'un oeil surpris les vaguelettes se succédant dans l'eau tombante, les traces d'écume qui se défilaient pour finalement rejoindre des profondeurs insoupçonnées, le fracas des tonnes d'eau qui s'écrasait sur le pierre en contrebas, le goût de l'eau salée en mouvement, le léger embrun sur son visage. L'ange se sentait bien. Il voulait descendre se reposer au pied de la cascade. La partie draconique de son esprit le retint. Il n'y a pas de cascade au milieu de la mer.

Pris d'un mauvais pressentiment assez soudain, ses muscles regagnèrent un sursaut d'énergie, et il se retourna, tournant le dos à la cascade pas si naturelle finalement. Son regard rencontra alors une espèce de créature horrible, des yeux globuleux, une gueule déchiquetée et ruisselante, un corps... Ah. Temris. Tendant les bras vers son camarade qui semblait en piteux état, Delm hurla :

« Fuis ! La cascade pas naturelle au pied qu'on peut pas se reposer en fait alors qu'on croyait que si ! Mais en fait non ! »

Pas sûr de s'être bien fait comprendre, l'ange-dragon décida d'expliciter un peu mieux ses propos :

« Il y en pas en fait ! »

Mais il n'était pas sûr que c'était bien mieux. Puis soudain il se rappela que Temris possédait un don de télépathie. Et décida de ne pas l'utiliser. Pourquoi ? La réponse se trouvait dans son esprit, mais je doute qu'une nouvelle retranscription d'une conversation mentale et imaginaire de l'hybride n'éclaire qui que ce soit, aussi je m'en abstiendrai cette fois-ci.

Toujours est-il que l'ange dragon volait maintenant à tire-d'aile vers le cheval, avant qu'il ne ralentisse et ne se demande où était passé le végétarien. La portée de son champ de vision était plutôt limitée, aussi il était très peu probable qu'il parvienne à le distinguer s'il se trouvait à un distance supérieure à celle qui le séparait de Temris. Et apparemment c'était le cas. Se demandant si l'insouciant « gardien de la nature » n'était pas parti manger une bonne côtelette de pissenlit grillée en oubliant complètement qu'une vague géante venait de déferler sur eux, Delm se rendit compte que c'était ce qu'il avait fait... Pas bouffer des herbes, non, ça il le laissait aux cas réellement désespérés, mais oublier les évènements récents. La cascade qu'il avait vu, au milieu de la mer, pouvait elle n'être qu'une coïncidence ? Certainement pas. Quelque chose se passait là-bas, et pour savoir quoi, il fallait y aller. Mais pas tout de suite.
Le première chose à faire était de rejoindre ses coéquipiers, et d'arrêter les initiatives foireuses avec la politique du « chacun pour soi et j'emmerde les autres », qui avait jusqu'à présent fonctionné à merveille, soit-dit en passant. Il fallait qu'il soigne Temris, et qu'il se repose sur son dos pour sécher ses ailes. Il fallait attendre que le végétarien finisse de ruminer ses algues. Et seulement après, il fallait qu'ils aillent voir. Tous ensemble.

Rejoignant enfin le cheval en percutant son museau de plein fouet, Delm se hissa sur son cou, et s'accorda quelques instants de répit. Il posa ensuite délicatement ses mains sur les côtés de la gueule de Temris, et laissa couler la magie de guérison pour restaurer la carapace écailleuse du pourtour de la mâchoire, entre les naseaux et formant le relief des yeux. Les paupières du guérisseur tombèrent lentement devant ses yeux. La guérison lui faisait toujours cet effet. Avant de s'endormir, il murmura :

« Je te fais confiance, Tem... Je reviens dans pas longtemps... »

Delm s'effondra sur le cou du dragon.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://fedefantaisie.free.fr/index.php



Zürn

Invité



MessageSujet: Re: L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)   Dim 8 Mai - 20:08

Message de Zürn, elfe-dragon.

Alors qu'il regardait Temris sortir de l'eau difficilement, Aïedal ne sut quoi faire. Porter assistance à son ami, qui était dans une situation délicate par sa faute, ou rattraper Delm qui zigzaguait dangereusement au dessus des flots vers une cascade immense.

« Une cascade ? Oui, logique, au milieu de l'océan... » pensa ironiquement le Dragon.

Et, son attention maintenant accaparée par cet élément nouveau, il ne porta secours à aucun de ses deux amis. Le Dragon-Centaure en avait même profité pour disparaître à sa vue. Maugréant faiblement, il chercha l'Ange du regard, le repérant plus près que jamais de la cascade. Tellement près qu'il se retrouvait maintenant pile au dessus.
Accélérant le battement régulier de ses ailes, Aïedal plongea en avant, et se rapprocha de Delm, qui en avait profité pour faire demi tour.

« Ouf, tant mieux ! » soupira le Dragon vert.

Il était encore loin de l'hybride, mais il pu nettement discerner le choc énorme contre un objet volant non identifié, qui fît trembler tout son corps. L'Ange s'agrippa aussitôt à cet obstacle, grimpa sur lui, et s'affaissa au bout de quelques secondes. La chose, apparue devant Delm comme par magie, se révéla n'être que Temris alors qu'Aïedal rattrapait ses compagnons.

- Ça va Temris ? demanda doucement le Dragon vert. Désolé pour tout à l'heure... ajouta t-il honteusement.

Les deux créatures firent du sur-place.

- Et Delm, qu'est-ce qu'il a ?

Alors que le Dragon Centaure lui expliquait dans quel état se trouvait l'Ange (état de grande fatigue), Aïedal se souvint que c'était un effet secondaire du pouvoir de guérison, et qu'il survenait toujours quand il ne fallait pas.

- Que fait-on maintenant ? Le plus logique serait de connaître l'origine de cette cascade surnaturelle. Que pense tu de cette soudaine apparition ?

Ils débattirent sur le sujet quelques minutes (Aïedal étant certain qu'il s'agissait de l'œuvre d'une immense créature sous-marine, inconnue jusqu'à lors).[Hors Rp: Je te laisse l'opportunité d'écrire toute notre conversation comme tu l'entends, Temris. Tu es libre de faire ce que bon te semble pour cette partie.] Finalement, ils se mirent d'accord et continuèrent leur progression en direction du gouffre géant, afin de descendre dans ses profondeurs et explorer les environs. Le fait que Temris doive se reposer était également un point important, alors trouver un aplomb rocheux était leur priorité. Pour soulager un peu son ami, Aïedal lui proposa de prendre l'Ange sur son dos. Delm, inconscient, ne sut jamais si le Dragon vert était majoritairement impliqué dans les trois chutes qui lui détrempèrent à nouveau les plumes.

Le vent se leva. La fumée bleu, moins présente en surface qu'en hauteur, s'agita paresseusement pour former quelques tourbillons. Le rugissement que provoquaient des millions de litres d'eau en se déversant dans le gouffre assourdit d'un coup les oreilles d'Aïedal. Il prit un peu de distance en s'élevant vers le nuage bleuté, essayant de discerner quelque chose en « regardant plus large ». Il ne vit rien de plus qu'avant. Un large cercle se découpant en plein milieu de l'Océan, une eau qui tombait en cascade tout le tour de la figure géométrique pour se fracasser sur des semblants de rochers une bonne centaine de mètres plus bas. La vapeur qui s'en élevait prenait cette teinte si particulière au milieu environ de la cascade. Elle cachait presque tout le fond du gouffre aux yeux de l'hybride volant, mais en plissant les yeux, il vit qu'un large banc de pierre lisse s'y étalait sur toute la surface. Le plus impressionnant dans toute cette œuvre, était l'élément liquide qui disparaissait totalement. Car il n'y avait à aucun endroit un seul cours d'eau suffisamment large pour évacuer toute cette immensité salé. Au contact de la roche, l'eau rebondissait, et s'évaporait instantanément. Un autre mystère à résoudre.

La fatigue commençait à se faire sentir pour ses ailes ruisselantes de gouttelettes où se prenaient les rayons du soleil dans un magnifique kaléidoscope de couleur. Aïedal détestait l'eau. Néanmoins, le rivage était trop loin, il ne pouvait donc pas se permettre de tenter de le rejoindre. Lentement, il perdit gracieusement de l'altitude, virevoltant pour éviter quelques grosses masses vaporeuses, faisant onduler sa longue queue qui lui servait de balancier. Les yeux mi-clos, une grimace retroussant ses babines, il rejoignit Temris, le Dragon-Centaure, pour s'enfoncer dans les profondeurs de l'Océan, un Ange toujours endormit sur le dos.
Revenir en haut Aller en bas



Enariel

Invité



MessageSujet: Re: L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)   Dim 8 Mai - 22:33

[HRP: Désoler du retard beug d'ordi en surchauffe]

Enariel était encore dans son grand laboratoire, il explorait de nombreux ouvrages à la recherche de la clé de ce mystère en effet, Enariel était face à une grande porte fais d'un métal inconnu. Il contemplait sans relâche la porte, il finit par trouver des formules qui activèrent des runes, ses runes étaient placés au centre de la porte et quand elle s'ouvrit, une grande puissance, glaça le sang d'Enariel, une chose qui lui donna énormément de frisson il en tremblait de... de joie, il avait enfin découvert quelque chose qui reveillé en lui le désir de tuer, Enariel regardât dans la pénombre une sorte de colosse en sortis un géant fait de chair et de sang. Une grande bouche déformé étais la seule chose que comportait le visage, deux jambes et deux bras, voilà simplement la créature qu'était enfermé dans cette pièce.
Aimerian dit :


« Dit Enariel, tu comptes la détruire ? »

Enariel souris et dit :

« Je dois faire attention elle l'a... »

Enariel se précipita vers la créature, armé de ses grandes griffes, il entailla la créature à la jambe ce qui à eux pour effet de faire tombé la créature sur le sol, une onde de choc fis trembler le sol, mais pas assai puissante pour créer un tremblement de terre, Enariel posa sa main sur la créature et vue... Il vue l'objet dont il rêvait tant, une pierre rouge. Cette pierre criait tellement fort qu'Enariel fut obligé de quitter la vision, il réfléchit et compris qu'il ne pourrait pas utilisé le contrôle télépathique face à cette créature.
Enariel dit :


« Haha, dans ce cas je vais utiliser un petit piège. »

Enariel courus vers la grande bestiole, sauta sur son dos, il esquiva les mains du géant et sauta plus haut que le géant et redescendît en piquet sur le dos de la créature pour le perforer. Un liquide bleu commença à s'écouler, Enariel compris que c'était le sang de la pierre qui avait, comme toutes les autres des propriétés magiques. Enariel pris sa poudre explosive et en mis dans une petite bourse qu'il imbibât de liquide bleu, la créature essaya d'attraper Enariel, mais elle n'était pas très rapide et ne bougeais pas vraiment. Enariel attrapa sa bourse sauta sur la main de la créature et remonta jusqu'à sa bouche, ensuite il lui enfonça avec ses griffes la bourse dans le gosier , puis il dit:

« Enchantement n°55, l'explosion pyrotechnique. »

La créature commença à gonfler elle s'écroula par terre tout en continuant de gonfler Enariel se mit à courir derrière les grandes pour pouvoir se protéger de ce qui aller se passer, la créature gonfla et elle se mit à exploser violemment une grande fumée bleue se dégager, une onde de choc puissante se dégagea provoquant un séisme de grande envergure, Enariel contempla derrière toute cette fumée bleue la pierre qu'il recherchait et la récupera.
Enariel dit :


« À présent elle est à moi. »
Revenir en haut Aller en bas



Temris Naffylus

avatar

Masculin Nombre de messages : 42
Style de combat : Non, enfin si, mais pas tout le temps !


MessageSujet: Re: L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)   Mar 10 Mai - 19:43

Le choc avec Delm ne fit pas beaucoup de bien au corps déjà meurtri de Temris. Surtout que l’onde de choc se répercutait dans tous les organes de l’hybride.
L’ange/dragon semblait déboussolé. Temris remarqua qu’il était trempé et supposa donc que lui aussi avait finalement fait un tour dans l’océan.
Delm ayant besoin de se reposer, Temris le laissa donc monter sur son cou, sans pouvoir réprimer une grimace de douleur. Son ami posa ses mains sur son museau et commença à utiliser son pouvoir de guérison. Le doux et frais flot magique circula à l’intérieur des vaisseaux sanguins de Temris (du moins lui semblait-il) pendant que les tissus lésés se reformaient. Temris ferma les yeux et ralentit le battement de ses ailes. Surtout : profiter de ce moment !

Moment éphémère.

Temris ouvrit brusquement les yeux. Le flux s’estompait déjà. Et les mains de Delm glissèrent doucement alors qu’il s’affaissait sur son échine.

*Non, non, non !*

Ce n’était pas suffisant : les zones guéries étaient celles qui lui faisaient le moins mal et les moins importantes. Il n’aurait plus la force de retourner jusqu’au rivage en volant ! Et encore moins en nageant !

- Je te fais confiance, Tem... Je reviens dans pas longtemps…

C’était la voix exténuée de Delm. Il avait fait ce qu’il avait pu… Mais bon sang ! Pourquoi ne s’était-il pas d’abord occupé de ses côtes ! Ca lui faisait un mal de chien ! Lui qui avait cru à la fin du calvaire !

Aïedal venait de les rattraper.

- Ça va Temris ? demanda-t-il. Désolé pour tout à l'heure...

Temris avait envie de lui rétorquer : « Oui, oui, je sais, nouveau corps, nouvel esprit, tout ça… » Mais il n’en fit rien. En quoi est-ce que ça ferait avancer les choses ?

- Et Delm, qu'est-ce qu'il a ?

Haletant, Temris lui expliqua la situation.

- Comme d’habitude… conclut-il
- Que fait-on maintenant ? Le plus logique serait de connaître l'origine de cette cascade surnaturelle. Que pense-tu de cette soudaine apparition ?
- Franchement… j’en sais rien… et j’ai d’autres problèmes… à régler…
- Moi, déclara Aïedal continuant sur sa lancée, je pense que ça pourrait être dû à une créature sous-marine… Mais elle doit avoir une taille énorme !
- Et comment ce serait… possible ?
- Je n’en sais rien ! J’émets des hypothèses, c’est tout ! Peut-être une créature inconnue !
- Je n’ai… jamais entendu… parler de ça… nulle part…

Le poids du corps de Delm se fit soudain plus pesant. Temris fatiguait lui aussi.

- Bon, admettons !

Temris voulait couper court à cette conversation le plus vite possible.
- Il faut… qu’on descende au fond… de ce gouffre de toute façon !
- Pour découvrir se qui se cache au fond ?
- Surtout parce que je pourrais pas atteindre le rivage !

C’est seulement à ce moment-là qu’Aïedal se rendit réellement compte de la détresse de Temris. Il proposa de porter Delm sur son dos à sa place, ce que Temris accepta avec plaisir. Seulement, Aïedal fut responsable de plusieurs maladresses. Alors qu’Aïedal le regardait, Temris continua de se répéter de plus en plus vite :

* Oui, oui, je sais, nouveau corps, nouvel esprit, tout ça…*

Il commença alors à descendre vers le gouffre. Il vit une plateforme rocheuse au fond. C’était plutôt une bonne nouvelle : si le gouffre avait été sans fond, il serait mort faute de pouvoir regagner le rivage.

Ses ailes ne pouvant le supporter plus longtemps, il se posa avec fracas, ce qui aggrava quelques unes de ses blessures.
Il se releva difficilement et décida de reprendre sa forme de centaure pour avoir plus d’espace de manœuvre et pour laisser la place à Aïedal d’atterrir plus facilement.

Mauvaise idée.

Alors que ses tissus et plus particulièrement ses os se transformaient, la douleur se fit insoutenable. Temris poussa un hurlement et s’effondra de nouveau.
La transformation était terminée. La vue de Temris était floue, mais il remarqua une porte. Puis des morceaux de chair par terre. Produisant une fumée bleue.

Le corps quasiment paralysé, couché à terre, Temris commençait à prendre peur.

*Là, on est mal !*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://fedefantaisie.free.fr



Delm Lysheart

Delock
avatar

Nombre de messages : 76
Style de combat : Oui.


MessageSujet: Re: L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)   Ven 13 Mai - 10:06

Le sommeil réparateur induit par une séance de guérison et nécessaire à la récupération des capacités magiques angéliques de Delm se déroulait généralement de façon douce et paisible. Pas de rêves, pas d'agitation ; son cerveau ne cherchait pas à se réinitialiser comme lors d'un sommeil classique, il mettait au contraire toutes les fonctions en veille, le temps que les substances chimiques de son cerveau se renouvellent. Ca c'était sa partie draconique qui le supposait du moins. Pour tout dire, la partie angélique s'en fichait pas mal. L'hybride complet, lui... trouvait tout ça humide. Humide ? Le fait qu'il était trempé jusqu'aux os devait très certainement y être pour quelque chose, mais il avait la désagréable sensation d'être un peu plus mouillé à chaque seconde qui passait, alors que le vent aurait au contraire dû le sécher, du moins légèrement... Ce que Delm ne pouvait pas savoir, c'est qu'il avait échangé sa monture équine pour une plus... ruminante, et forcément, ça n'aidait pas. Essayez donc de monter sur un cheval, puis sur une vache, vous sentirez très vite la différence.
Le sommeil réparateur fût donc allongé d'une durée conséquente, vu qu'il n'était pas complètement au repos. Mais finalement, Delm pût émerger des brumes réparatrices pour regagner la réalité. Une réalité qui ne demandait qu'à être oubliée, peut-être. La première chose que vit l'ange-dragon lorsqu'il ouvrit les yeux fût une fumée bleue se dégageant de morceaux répandus sur un sol rocheux.

Ah merde, là ça va se compliquer... Ca m'a tout l'air de restes d'un golem protecteur ça...

Puis il remarqua une deuxième chose, bien plus inquiétante que la première. Sous le corps étendu de Delm se trouvait une entité qu'il n'aurait préféré jamais revoir. Oui. Zürn.
Sautant du dos du dragon vert avec autant de rapidité que s'il s'était s'agit d'une bombe à fragmentation prête à exploser, l'ange-dragon tendit un doigt accusateur vers lui en s'écriant :

« Eeeh ! C'était pas convenu comme ça !! Je préfère qu'on me laisse tomber dans l'océan plutôt que de voyager sur ton dos !

Considérant un instant ses plumes toujours aussi trempées que lorsqu'il venait de sortir de l'eau, Delm poursuivit :

« Ce qui est peut-être le cas d'ailleurs... »

Furieux contre le centaure qui l'avait délibérément livré à une torture certaine, Delm le chercha du regard, et ce n'est qu'à cet instant qu'il prit réellement conscience de la situation. Ses yeux se posèrent sur un curieux personnage, assez inquiétant dans son genre, habillé d'un long manteau bleu et d'un pantalon noir tous deux décorés de symboles qui semblaient rappeler des souvenirs pas très joyeux à la partie draconique de son être. Mais c'était le visage de l'inconnu qui ne plaisait pas beaucoup à l'ange-dragon : on aurait dit une sorte de masque de théâtre, d'un blanc nacré ne laissant transpirer aucune émotion, lui donnant l'air de ne posséder aucune âme. L'allure générale qui se dégageait de l'être rappelait par certains points l'apparence elfique que possédait Zürn sous sa forme normale, mais autre chose dans sa démarche, sa façon d'être, indiquait clairement qu'il n'était pas vraiment un de ces êtres naïfs et défenseurs de la salade...

Doucement, Delm plaça son bras recouvert d'écailles blanches devant lui, plus par réflexe inconscient que par réelle maîtrise de la situation, mais il sentait au fond de lui que la confiance n'était pas de mise dans le cas présent. Avait-il tort ou raison ? Ce n'était pas son esprit qui allait lui en donner la réponse...

Bah... C'est un elfe, rien à craindre...
Non non, ça m'a tout l'air d'être complètement autre chose !
Ah oui, je vois... Un elfe, par exemple ?
Oh et puis me...
Eh ! Blasphème ! Cette fois c'est trop ! Ce sera le bûcher !!
Ah ouais, cool, je veux me faire cramer moi-même maintenant...


Secouant doucement la tête, Delm ferma les yeux un court instant. Lorsqu'il les rouvrit, les voix qui s'affrontaient dans sa tête s'étaient momentanément calmées. Ca lui arrivait de plus en plus souvent ces derniers temps... Il faudrait peut-être qu'il songe à faire quelque chose à ce sujet, car ça prenait des proportions qu'il n'aurait jamais imaginé, et ça devenait réellement inquiétant. Un de ces jours, il finirait par perdre complètement la raison, et deviendrait un être aussi hagard que Zürn ou Temris. Tiens, en parlant du centaure, où était-il ?
Tournant légèrement la tête, tout en gardant un oeil sur l'être en face de lui, Delm vit Temris couché sur le flanc, à sa droite. Il avait repris sa forme centaurique, et même si dans la transformation il avait perdu la robustesse nécessaire pour faire face à ses blessures, il avait fait le bon choix. Car Delm pourrait le soigner beaucoup plus facilement... Autant un dragon de huit mètres de long demande une débauche d'énergie assez considérable rien que pour lui ressouder des écailles, autant un centaure de taille raisonnable pouvait être remis sur pieds sans difficultés majeures. Bon, bien sûr, s'il décidait de soigner Temris maintenant, il allait encore se rendormir... Moins longtemps que la première fois, puisqu'il n'utiliserait pas toute son énergie et qu'il ne serait pas mouillé en permanence, mais il allait tout de même perdre conscience, et il ne savait pas si c'était vraiment une bonne idée avec leur... invité... présent. Tout dépendait du végétarien en fait.

« Zürn, je crois que tu t'y connais mieux que moi en invocations élémentaires... C'est bien d'un golem gardien bleu qu'il s'agit, n'est-ce pas ? Enfin, qu'il s'agissait... Et notre ami ici présent était donc à la recherche de quelque chose que possédait le gardien, je suppose.

Désignant le corps de Temris à terre à l'aide de son bras droit, Delm poursuivit :

« Si ça te dit, j'aimerais que tu discutes un peu avec ce jeune homme, pendant que je m'occupe de notre cher centaure... »

Sans attendre la réponse du ruminant, Delm recula d'un pas et s'agenouilla près de la tête de Temris et avança ces mains qui commencèrent à luire d'une lumière froide. Si un ennemi décidait de l'attaquer à ce moment là, il serait complètement démuni, mais il faisait confiance à Zürn pour le protéger au moins pendant quelques minutes.

La magie de guérison s'écoula lentement des doigts de l'ange, réparant petit à petit les os brisés, les artères lésées et les muscles déchirés de son compagnon. Par contre, une opération d'une telle envergure et à corps entier, même si elle était réalisée par un guérisseur de la trempe de Delm, était extrêmement douloureuse, Temris allait très certainement le sentir passer.
Puis la lumière se fit plus faible.
Les voix, les sons, les bruits, les odeurs.
Tout se fit plus distant.

Delm Lysheart s'était endormi contre le flanc de son ami.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://fedefantaisie.free.fr/index.php



Zürn

Invité



MessageSujet: Re: L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)   Ven 13 Mai - 18:13

Message de Zürn, elfe-dragon.

Temris s'écrasa plutôt lourdement sur la dalle imposante. Et, tandis qu'il reprenait sa forme de centaure dans un cri, Aïedal se posa à son tour. Il n'eut pas à se demander comment faire descendre le demi-Ange de son dos, car celui ci sauta prestement à terre en criant:

- Eeeh ! C'était pas convenu comme ça !! Je préfère qu'on me laisse tomber dans l'océan plutôt que de voyager sur ton dos !

Le Dragon vert ne répliqua rien d'autre qu'un :

- Bein...
- Ce qui est peut-être le cas d'ailleurs...

Esquissant un sourire amusé, Aïedal détourna la tête afin d'examiner les lieux. Tout autour de lui, et dans un silence des plus profonds, une barrière rocheuse se dessinait. L'eau ne tombait pas. Du moins, c'est comme si elle s'évaporait six ou sept mètres au dessus du sol. Au dessus de cette limite là, le grondement était encore assourdissant. Ici, rien, aucun bruit, si ce n'était par moment une sorte de chuintement. Il était au centre d'un immense cratère, dont les parois étaient recouvertes d'eau tombant drue puis plus bas d'une roche brune, comme brûlée; dont le ciel était nimbé de fumerole bleutées, et dont le sol était jonchés de morceaux déchiquetés d'une chair carbonisée. Voilà d'où s'échappaient ces vapeurs étranges. Les troubles produits par quelques courant d'air dans cette brume bleu formèrent ça et là des figurent géométriques complexes, pour aussitôt disparaître. Une de ces formes titilla les souvenirs du Dragon, qui se rappela avoir vu un dessin la représentant dans le passé. Il ne se souvenait néanmoins ni où, ni quand il l'avait vue.
Il reprit enfin ses observations lorsqu'il vit Delm lever un bras en signe de protection. Il suivit son regard, et tomba sur une créature pour le moins étrange. Un petit être, environ 1 mètre 65, 1 mètre 70, habillé d'un long manteau bleu, des griffes d'un rouge flamboyant à chaque main, et un visage pour le moins macabre. D'un blanc laiteux, son teint faisait admirablement bien ressortir ses yeux noir profond. Le Dragon ne vît le crâne volant que quelques secondes après, et pourtant cela le choqua moins que l'étrangeté de l'inconnu. Celui ci paraissait ne pas avoir d'âme. Il était impassible, ne cillait pas, ne bougeait pas, mais une aura mauvaise se dégageait de lui. Un seul mot résonna dans l'esprit du Dragon, lancé par celui de l'Elfe enfouit en lui. « Drow ! ». Un Drow. Plus communément appelé Elfe Noir. Ce peuple qui se détourna jadis de la voie de la nature pour privilégier celle de la destruction.
Mais rien ne pouvait prouver qu'il s'agissait bien un de ses anciens confrères. Seule son allure le laisser supposer.
Interrompant ses pensée, l'Ange parla:

- Zürn, je crois que tu t'y connais mieux que moi en invocations élémentaires... C'est bien d'un golem gardien bleu qu'il s'agit, n'est-ce pas ? Enfin, qu'il s'agissait... Et notre ami ici présent était donc à la recherche de quelque chose que possédait le gardien, je suppose.

Voilà d'où remontait ce souvenir étrange ! Il avait étudié les invocations quelques années auparavant. Et ces fumeroles désignaient en effet un Golem Gardien Bleu, mais plus précisément, un de la sous-race des Stragylanaïstrophacqzs.

- C'est en effet un Golem Gardien, mais un extrêmement rare, et par la même occasion, extrêmement puissant. répondit Aïedal. Ce qu'il possédait devait donc être tout aussi rare, et précieux. Cette personne, ajouta t-il en désignant l'inconnu du regard, est surement dangereuse. Mieux vaudrait l'éviter...

- Si ça te dit, j'aimerais que tu discutes un peu avec ce jeune homme, pendant que je m'occupe de notre cher centaure...

- …

Soupirant tandis que son ami guérisseur allait faire la seule chose utile dont il était capable, Aïedal avança une patte tout en se concentrant pour reprendre sa forme elfique. Il vit du coin de l'œil Delm s'agenouiller pour prendre soin du Centaure.

« Sa position préférée quand ils sont seul, tout deux... »

Quelques secondes après, il était à nouveau Zürn, un esprit de Dragon dans un corps d'Elfe, un esprit d'Elfe dans un corps de Dragon.

Il s'approcha alors de l'homme, lentement, sur ses gardes. Une main glissa, par habitude, sur le manche de sa lame courbe, juste au cas ou. Puis enfin, tandis que Delm s'écroulait à nouveau d'épuisement, il apostropha la créature lui faisant face, en plaçant sa main gauche sur sa poitrine et s'inclinant légèrement en avant.

- Salutation. Mon nom est Zürn. Puis-je savoir qui tu es, et si tu connais la raison qui a fait que ce cratère existe ?

L'Elfe attendit patiemment une réponse, prêt à dégainer si l'occasion se présentait. Ses deux amis n'était pas en mesure de se défendre, alors Zürn devrait le faire pour eux. En souriant intérieurement, il se dit orgueilleusement qu'en un contre un, même si son adversaire était assez puissant pour venir à bout d'un Golem Gardien Bleu, de la sous-race des Stragylanaïstrophacqzs qui plus est, il n'avait aucune chance de perdre.


Dernière édition par Zürn le Ven 20 Mai - 16:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Enariel

Invité



MessageSujet: Re: L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)   Sam 14 Mai - 12:13

Dans la fumée bleu, Enariel attrapa la pierre la mis dans son sac, quand d’un coup trois créature tombait du ciel, des choses étranges mais bon Enariel en avais strictement rien à faire puisqu’il avait sa pierre, il commençait à ranger ses affaires et voyait que les trois créatures étaient mal en points en effet l’une des trois commençait à soigner et une autre venais vers lui, quand soudain il reconnus son apparence celle d’un elfe, la race qu’il déteste le plus, c’est bouffeur de salade amoureux de la nature et qui ne font que la protéger, pour lui ce n’était que des aveugles du monde, les elfes ne voyaient pas se qui se passé en dehors de leurs forets, même si Enariel était un elfe lui aussi il regrettait vraiment ses origines, enfin un peu… Il regarda l’elfe se rapprochait déclinant son identité Zürn, c’était vraiment drôle comme nom, Enariel ne ressentait que l’envi de les tués… Oui, Enariel était vraiment comment on pourra dire… Un démon assoiffé de sang, mais il n’avait pas le temps de joué aujourd’hui la chance tourné pour ces trois petits fouineurs, il regarda l’expression de l’elfe et voyait qu’il n’hésitera pas à se battre Enariel étant en pleine quête dit :

« Hm, je suis Enariel petit elfe, je n’ais pas le temps de vous tuez aujourd’hui, je dois m’en aller ma quête est vraiment disons très importante, et je pense que tu n’aimerais pas ma compagnie… »

Il regarda Zürn avec un sourire très amusé, le seul problème c’est que sous se visage tel un masque on ne pouvait rien voir… Il regardât Aimérian qui était très amusé lui au contraire voulait les tués ! Le petit crâne était un vrais meurtrier pire que son maître, enfin Enariel l’attrape et le mis sur son épaule signe qu’il n’avait pas le temps.

« Je suis un paria, un demi-elfe… Demi-démon. Bien ! Sur ceux ! »

Enariel commençait  à réunir tous ses livres qui trainé, puis il prit des échantillons du golem, pour pouvoir faire des expériences dessus et qui sait en créer un ! Il n’en était pas à sa première destruction de golem, c’était déjà son quatrième, enfin bref il rangea tout dans son sac et commença à marcher vers la grande porte pour l’examiner un peu plus. Puis Aimérian dit :

« Dit Enariel, pourquoi tu ne les tortures pas hein ? »

Enariel répondit :

« Vois-tu les gravures sur la porte ? Elles sont notre retour sur les terres. »
Revenir en haut Aller en bas



Temris Naffylus

avatar

Masculin Nombre de messages : 42
Style de combat : Non, enfin si, mais pas tout le temps !


MessageSujet: Re: L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)   Lun 16 Mai - 18:16

Durant quelques secondes de répit, la vue brouillée par la douleur, Temris releva la tête. Il distingua d’abord Aïedal redevenant Zürn, accompagné de Delm. Plus en arrière, il distingua une silhouette inconnue. Inconnue et apparemment inamicale. Autre chose bougeait près de lui, mais il ne sut dire de quoi il s'agissait.

Une nouvelle secousse de douleur fit se contracter tous ses muscles et refermer les yeux. Il serra les dents, afin de ne pas crier de nouveau. Décidemment, reprendre sa forme de centaure avait aggravé ses blessures plus que prévu…

Delm se dirigea alors vers lui pour le soigner. La douleur brouillait la vue du centaure au point de rendre la vue de la tête de l'ange/dragon encore plus horrible que d’habitude.

- Ne laisse pas... Zürn seul : il pourrait... avoir besoin... d’aide…

Mais Delm ne l’écoutait plus. Il lui murmura ce qui semblait être un avertissement.

* Un avertissement ?*

Avant que Temris n’ait pu réfléchir aux dires de son ami, ce dernier avait déjà libéré son flux magique

Ahhh ! Encore cette sensation de bien-être… Bientôt il serait rétabl…

*Gh !*

Qu’est-ce que c’était ?
Temris hurla de nouveau de douleur lorsque la magie angélique en eut terminé avec les blessures superficielles et eut commencé à réparer des tissus plus profonds. Il avait pensé qu’il ne pouvait pas souffrir d’avantage. Il se trompait.
Il s’efforça à ouvrir les yeux : il vit l’eau en rouge, tout comme le reste du paysage, le tout à travers de nombreux points lumineux qui variaient de taille à une vitesse affolante.

*Arrête ! Arrête !* hurlait-il à Delm en pensées, mais la douleur ne permit pas au message de sortir à l’extérieur de sa tête.

S’en fut trop pour son cerveau, et celui-ci préféra éviter la réalité plutôt que de subir une seconde de plus cette torture. Temris sombra dans l’inconscience.

***

Temris se réveilla et garda encore un peu les yeux fermés. Il fut soulagé de ne plus sentir aucune douleur. Encore une fois, Delm avait fait du bon boulot, même si Temris devrait attendre un peu pour récupérer. Il sentit un poids sur ses flancs. Sans doute l’ange/dragon.
Ses sens lui revinrent un à un. Le bruit : de l’eau…

*De l’eau ?*

Il se souvint enfin de l’endroit où ils se trouvaient. Il ouvrit soudainement les yeux. Combien de temps était-il resté inconscient ? Et Zürn ?
Il eut la réponse à ces deux questions l’instant suivant : pas longtemps puisque Zürn et l’inconnu (qui avaient vaguement la même silhouette) se trouvaient toujours face à face. Ils n’avaient pas dû discuter des heures. Zürn semblait indemne.

Temris, toujours allongé, continua d’observer la scène. L’inconnu et son… crâne volant ? n’avaient pas l’air de vouloir engager le combat. Un bon point.
Les étrangers se dirigèrent lentement vers la porte que Temris avait déjà remarquée.

*Ils s’en vont. Ouf ! Moins de combat on livre, moins de chances on a de perdre !*

Mais un mot prononcé par l’étranger de l’autre côté de la salle attira son attention.

- retour…

Temris avait inexplicablement capté ce mot à travers le boucan provoqué par les chutes d’eau. Ça lui arrivait parfois… inexplicablement. Une variante inconnue de son don télépathique ? Un effet secondaire à la guérison ?
Le centaure/dragon n’eut pas le temps de réfléchir à cette question.

Il se rendit compte horrifié de ce qui les attendait !

Les runes qu’il avait remarqué sur la porte, les récents évènements… tout concordait !
Finalement, cet inconnu comptait bien les tuer… Qu’allait-il se passer si la magie gardant ce trou béant ouvert cessait brusquement d’agir ?
En essayant de se relever sans blesser Delm, Temris hurla en direction de l’elfe :

- Zürn ! Ne le laisse surtout pas refermer cette porte ! Sinon, on est morts !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://fedefantaisie.free.fr



Delm Lysheart

Delock
avatar

Nombre de messages : 76
Style de combat : Oui.


MessageSujet: Re: L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)   Jeu 19 Mai - 22:39

Delm émergea plus vite cette fois-ci. Le fait qu'il n'était alors plus trempé jusqu'à la moelle était certes un facteur favorisant un réveil dans des conditions plus brèves et plus adaptées à une reprise de conscience normale, mais c'était surtout dû à la masse de chair qu'il avait eu à remanier, beaucoup moins importante alors. Ca, c'étaient les facteurs physiologiques rationnels pouvant expliquer le réveil du repos réparateur de Delm, un peu court il fallait l'avouer. Bon, si l'on s'intéressait maintenant à des facteurs moins rationnels, l'ange-dragon s'était réveillé à cet instant pour plusieurs autres raisons. Premièrement, il entendait comme des réminiscences d'un cri mental, un écho affaibli mais présent, lancinant, qui persistait sous forme d'un « arrête ! arrête ! » tournant en boucle. Deuxièmement, recouvrant ce cri et se mêlant à lui par moments, le bruit d'une cascade, de l'eau en mouvement et en quantité indéfinissable, dont chaque roulement se répercutait un nombre incalculable de fois dans l'esprit tourmenté de l'ange-dragon. Et troisièmement, son oreiller bougeait. Le troisième point était sans doute le plus incommodant de tous, et c'est lorsque, malgré tous les efforts de Delm, l'oreiller en question s'extirpa inexplicablement de sous sa tête, qu'il ouvrit les yeux pour de bon.
L'oreiller -Temris- avait l'air plutôt bien remis de ses récentes blessures, les courbures présentes au niveau des articulations semblant à peu près en place, les muscles jouant leur rôle sans rechigner, et les parties sensitives de ses nerfs envoyant les informations avec un délai tout à fait satisfaisant.

Héhé... C'est ce qu'on appelle du bon boulot ça !
Et voilà.
Hmm ?
Encore un pêché ! L'orgueil ! Non mais parfois je me demande si je suis mi-dragon, ou bien mi-elfe !
Argh ! Blasphème !
Quoi ? Au bûcher !!!


« Holà holà, on se calme ! Personne ne va au bûcher ! »

Les voix qui vociféraient dans la tête de l'hybride prenaient de plus en plus de consistance, elles influaient sur le réel d'une façon très inquiétante, le poussant à crier des phrases complètement hors contexte, le déstabilisant au plus haut point. En parlant de contexte, quel était-il ?
Ah oui, Temris avait été guéri. Il devait toutefois ne pas trop pousser son corps dans les heures qui viendraient, car si ses muscles étaient neufs, ils n'étaient plus habitués aux gestes qu'employait habituellement le centaure. Et ça allait mettre du temps de dévier quelques faisceaux, renforcer quelques parties, en délaisser d'autres. Aucun guérisseur ne pouvait opérer ces modifications. Seul le temps pouvait s'en charger. Delm décida de prévenir immédiatement son ami des conséquences qu'auraient un acte tel qu'un départ de course très brusque ou un combat intense. Ils ne pouvaient pas se permettre une déchirure musculaire à un moment tel que celui-là. Mais alors que l'ange-dragon levait un doigt vers Temris en ouvrant la bouche, le centaure le prit de court, et s'écria, l'air très inquiet :

« Zürn ! Ne le laisse surtout pas refermer cette porte ! Sinon, on est morts ! »

L'intonation de la voix du centaure était très préoccupante, et la partie draconique de Delm fit immédiatement taire la partie angélique et ses conseils de bonne conduite musculaire, pour s'intéresser à la fameuse porte évoquée par son ami. Quelques secondes suffirent aux yeux glacés de l'ange-dragon pour repérer les symboles sur la fameuse porte. A part qu'ils n'indiquèrent absolument rien à celui qui se faisait parfois appeler la sagesse du ciel. Parfois, une expérience vaut mieux que dix livres pleins de théories, et Temris était visiblement bien plus avancé sur le sujet que Delm. Il fallait l'accepter et réagir. Le centaure savait, et il leur avait communiqué les conclusions auxquelles l'avaient mené son savoir. A eux d'en faire bon usage.
La main gauche de l'hybride remonta le long de son épaule, doucement, lentement, ses doigts fins se rapprochant de sa joue gauche. Près d'elle, un manche d'une blancheur d'ivoire brillait d'un éclat sobre, poli en des endroits très localisés par des années d'utilisation, se prolongeant par une garde blanche elle aussi, travaillée très finement pour former des motifs d'une délicatesse inimitable, avant de descendre pour se fondre dans la lame d'une flamberge tout aussi immaculée, fixée avec soin dans son dos. La pulpe des doigts de l'être angélique effleurèrent la matière très dure qui composait le manche poli, caressant un moment la matière qu'il avait si souvent utilisée, alors qu'il ne le souhaitait pourtant pas.
Soudain, son regard se fit plus dur. Le dragon avait une mission à accomplir. La main gauche se resserra autour de la poignée de la flamberge, ses doigts emprisonnant l'instrument de mort d'une poigne de fer, son bras remontant ensuite verticalement. La flamberge sortit de son fourreau avec chuintement métallique très aigu, un peu comme un sifflement. Tenant l'arme devant lui avec une posture démontrant une parfaite maîtrise d'un instrument malgré la longueur imposante de celle-ci, Delm se releva de toute sa hauteur. D'une démarche glacée, l'ange-dragon s'avança de quelques pas vers l'individu et la porte mystérieuse, chacun de ses pas résonnant comme une sentence de mort. Toute trace de folie, de fantaisie ou d'humour avait entièrement quitté le visage désormais complètement fermé de l'être ailé qui avait changé du tout au tout en l'espace de quelques instants.
Une brise glacée venue de nulle part commença à souffler doucement sur la scène, quand Delm prit la parole d'une voix dure et froide.

« Ne bouge plus. La mort, que tu semble connaître si bien, est plus proche de toi que tu ne l'imagines. »

La voix grave de l'ange résonna, ses intonations se répercutant sur les parois aqueuses de l'étrange scène, rendant le silence qui la suivit très oppressant. Un simple coup d'oeil suffit à Delm pour croiser le regard de Zürn. Un hochement de tête. Ils étaient d'accord.
L'elfe pouvait démontrer à l'étranger les dires de son compagnon.

La puissance de trois dragons en éveil.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://fedefantaisie.free.fr/index.php



Zürn

Invité



MessageSujet: Re: L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)   Ven 20 Mai - 17:43

Message de Zürn, elfe-dragon.

Lorsque l'homme drapé de bleu répondit, sa voix était aussi froide que l'expression de son visage était glacée.

- Hm, je suis Enariel, petit Elfe. Je n’ai pas le temps de vous tuez aujourd’hui, je dois m’en aller. Ma quête est vraiment... disons très importante, et je pense que tu n’aimerais pas ma compagnie…

Une expression de surprise déforma les traits de Zürn. Il ne s'attendait pas à ce qu'on le prenne de haut. Le « petit Elfe » présent dans la phrase d'Enariel suffit à l'hybride pour toucher son orgueil. Il fronça les sourcils tandis que le nouveau venu ajoutait :

- Je suis un paria, un demi-Elfe… demi-Démon. Bien ! Sur ce !

Et il se détourna, pour ramasser ses affaires ainsi que prélever des morceaux de Golem encore fumants. Zürn l'observa, incrédule. Sa part elfique était abasourdie. Ce parfait inconnu, en plus de le prendre de haut, se permettait de l'ignorer ostensiblement ! Quel manque de savoir vivre de la part d'un Elfe, qu'il fût demi-Démon ou non. La courtoisie la plus élémentaire était de respecter son interlocuteur. Et cela, Zürn avait bien l'intention de le faire apprendre à Enariel, à grand coup d'épée s'il le fallait.

Changeant la position de sa main droite, il la fît glisser vers le manche noir de son katana,  accroché à sa ceinture du côté gauche, effleurant sa tunique verte au passage. L'expression de son visage se modifia, se fît plus dure. Il baissa la tête en avant, entrouvrant la bouche. Une commissure de ses lèvres se souleva par soubresauts, comme les loups lorsqu'ils grognent et montrent les dents. Comme à l'époque, lorsqu'il accompagnait Spira à la chasse, ses jambes s'assouplirent, son dos se courba légèrement. Comme Spira, un léger grondement, extrêmement discret, monta du profond de ses poumons. Comme la louve qui fût sa famille, il s'apprêtait à attaquer, dépourvu d'émotion, dépourvu de pitié. Il tuerait. Sans réfléchir.

Mais alors qu'il allait tout juste bondir en avant, sur celui qui lui tournait le dos, un cri désespéré inonda le cratère. Temris mettait l'Elfe en garde. La force de cette requête traversa l'esprit de ce dernier. La puissance, aussi bien orale que mentale du hurlement fît perdre sa concentration au guerrier. Tournant les yeux vers le Centaure, il aperçu Delm qui avait repris conscience. L'Ange se relevait, reprenant une assurance que ses amis n'avait pas l'occasion de voir souvent.

Enariel, qui étudiait jusqu'alors les runes gravées sur la porte ouverte, s'était immobilisé, le petit crâne toujours présent sur ses épaules. Reportant son attention sur lui, Zürn inspira profondément. Ses réflexes sauvages avaient faillit prendre le contrôle. Il se serait jeté dans la bataille sans réfléchir. Mais maintenant qu'il voyait Delm s'armer du coin de l'œil, il modifia sa tactique. Après tout, pourquoi attaquer directement une personne qui ne leur avait causer aucun tort ? Mettant son orgueil de côté un instant, il réfléchit au pourquoi de l'avertissement de Temris. Ne trouvant aucune raison valable, il décida toutefois de faire confiance en sa sagesse, et glissa à nouveau sa main vers sa lame courbe. D'un geste du poignet, il la fît sauter hors de son fourreau.

L'Ange s'avança, et dit d'une voix tout aussi glacée que la légère brise qui venait de se lever :

- Ne bouge plus. La mort, que tu semble connaître si bien, est plus proche de toi que tu ne l'imagines.

Les deux amis échangèrent un regard. Hochèrent la tête de concert.

« Bien. Très bien. J'ai son autorisation. Je peux me donner à fond. »

Le reflet du soleil se prit un instant dans la lame courbe de l'Elfe. Sa poignée bâtarde bien en main, Zürn avança alors. Son premier but n'était pas de tuer son adversaire. Il ne les avait pas vraiment provoqués, bien qu'il est fait remarquer qu'il « n'avait pas le temps de les tuer ». Donc faire l'inverse dans une situation également inversée n'aurait pas posé problème à Enariel. Non, il se contenterai simplement, en premier abord, de l'empêcher de refermer cette mystérieuse porte. Mais si jamais le Démon essayait tout de même de forcer sa fermeture, il ne verrait pas d'autres options que celle d'attaquer. Il choisit néanmoins de le mettre en garde.

- Enariel. Qui que tu sois, quoi que tu recherche en ces lieux, ne t'approche pas plus de cette porte. Sinon, je me verrais contraint de te mutiler suffisamment pour te faire renoncer à ce choix. Réfléchi. Tu es seul, nous sommes trois.

Un coup d'œil sur le Centaure.

- Plutôt deux et demi. Mais ne te méprends pas sur Temris, il est robuste.

Un autre coup d'œil sur le Centaure.

- Bon ok, on est deux.

Sa main droite, qui tenait fermement son épée, se chargea de magie discrètement. Lentement, une légère modification se mit en place, teintant le bout des doigts d'une légère couleur tirant sur le vert. Le manche de bois de la lame vibra doucement. Son pouvoir était prêt. Zürn, allait montrer à cet Elfe renégat que les Gardien de la Nature étaient encore puissants !
Revenir en haut Aller en bas



Enariel

Invité



MessageSujet: Re: L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)   Sam 21 Mai - 14:54

Enariel n'avait pas le temps d'écouter les paroles des personnes derrière lui, il continuait à ramasser les bouts de golem, il pourrai enfin en créer un ! Oui une machine de guerre sufisament puissante pour détruire le monde ! Puis il se retourna et vue que les trois compagnons étaient prêt à charger, puis il regardat attentivement et vue qu'enfaite il n'était que deux, le centaure au bout n'avait pas l'air féroce, du moin dans cette état, Enariel n'avait plus le choix, dommage il voulait les laissé en vie pour une fois qu'il faisait le geste. Il l'est regardât puis mis ses griffes en avant, il se concentra un moment. Un fluide magique partait de son coeur et remontait lentement dans toutes ses veines, puis il arriva aux globes occulaires. La pièce devenait de plus en plus glaçé Enariel était en trains de reveler son aurra puis soudain il ferma les yeux et le fluide magique atteignat les globes occulaires à ce moment là il ouvrit rapidement les yeux et une onde de choque noir bouscula tout sur son passage, les yeux d"Enariel avait virer au rouge flamboyant, l'iris c'était mis en forme d'amande très fine, puis il les fixas et se prépara au combat, sa concentration était au maximum, puis d'une voix très grave et glaçé il dit :

"Bienvenue dans mon monde, je n'avais pas l'intention de vous faires du mal, car même si je le voulais vous étiez de pietre combatant pour moi."

Il se rapprocha très vite et se mis à quelque centimètre du visage de Zürn, puis se retourna et courrus vers Delm puis il le fixa les yeux dans les yeux, avant de se mettre à courrir très vite vers Temris le centaure et de le fixé lui aussi dans les yeux. Enariel se remit à sa place initial et regardat le petit groupe de compagnon, d'un simple claquement de doigt il se clona en trois personnes, ils étaient tous identiques. Chaques adversaires était occupé par un clone d'Enariel, lui se mit en arrière plans pour diriger ses clones et ainsi mené un combat à distance. Il changat les régles du jeux en quelques minutes !

"Bien préparez-vous le combat vas commencer."

Un des clones d'Enariel frappa de front Delm, l'autre se mis à sauté sur Zürn et le dernier à se preparer à prendre Temris en otage pour pouvoir faire lâcher prise aux autres combatants.
Revenir en haut Aller en bas



Temris Naffylus

avatar

Masculin Nombre de messages : 42
Style de combat : Non, enfin si, mais pas tout le temps !


MessageSujet: Re: L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)   Mar 24 Mai - 19:23

Pousser un cri pouvant atteindre Zürn dans son état avait demandé beaucoup d’efforts à Temris. Lorsqu’il reprit son souffle, sa tête tournait. Il porta la main à son front et ferma les yeux.

*Reprends-toi !*

Il rouvrit les yeux et regarda fixement ses deux compagnons. Ils avaient sorti leurs épées et se préparaient à se battre contre l’ennemi. Quels idiots ! Il suffisait d’empêcher la porte de se refermer, il ne fallait pas forcement tuer le moindre type qui faisait un pet de travers !
Mais maintenant, il était trop tard. Zürn venait d’engager le combat. Enfin, verbalement, mais ce qui ne changeait pas grand-chose pour l’elfe/dragon.
Temris dégaina l’épée qu’il tenait en travers de son dos. Une épée à laquelle il tenait beaucoup. Une fois de plus, il faudrait se battre pour survivre.

Il s’élança au galop pour rejoindre ses amis qui se trouvaient à présent de l’autre côté de la « salle ». Mais il avait présumé de ses forces et, l’un de ses sabots dérapant, il revint de nouveau sur le sol. Zürn lui lança un regard puis se tourna pour déclarer quelque chose à l’inconnu. Même s’il était encore trop loin pour l’entendre, Temris devina vaguement le contenu du message…
Temris se releva péniblement et ramassa l’épée qu’il avait laissé tomber. La suite des évènements allait être… compliquée. Et toujours cette tête qui tournait !

Soudain, l’atmosphère sembla se faire de plus en plus fraîche. De plus, avec la proximité de l’eau, cette fraîcheur devenait presque inquiétante. Quelque chose de magique, indéfinissable, flottait dans l’air. Temris jeta un regard aux alentours, puis ses yeux se posèrent sur l’ennemi. Il sut alors que l’aura provenait de lui.
Une onde de choc impressionnante parcourut la pièce et Temris eut du mal à rester debout. Il regarda le sol pour se concentrer sur son équilibre.

- Bienvenue dans mon monde, je n'avais pas l'intention de vous faire du mal, car même si je le voulais vous étiez de piètres combattants pour moi.

Cette voix résonna dans la pièce. Qui était-ce ? Lorsqu’il releva la tête pour chercher une réponse à sa question, ses yeux croisèrent le regard démoniaque de l’inconnu. Un regard rouge comme l’enfer.
Temris se sentit soudain nauséeux. L’instant d’après, l’inconnu était reparti loin de lui.
Qu’est-ce que c’était ? Ses racines équines lui disaient qu'il s'agissait d'une technique d’intimidation. Mais était-ce seulement ça ?

Un claquement de doigts vint interrompre ses pensées. L’ennemi se trouvait de nouveau devant lui. Ou plutôt, un clone de l’ennemi puisque celui qui avait claqué des doigts se trouvait toujours au même endroit.
Il y eut un moment de flottement. Temris regarda autour de lui et vit que d’autres clones se trouvaient en face de Zürn et de Delm.

- Bien, préparez-vous, le combat va commencer.

Et le combat commença.
L’ennemi bondit vers l’avant et tenta de porter un coup à gauche. Temris le para assez facilement, mais il dut assez rapidement contenir de plus en plus d’attaques. Mais le centaure/dragon avait plus de mal que d’habitude à se battre : éviter les attaques se faisait assez facilement, mais il n’arrivait pas à riposter. Etait-ce encore à cause de la tête qui lui tournait ? Sans doute.

*Si seulement je n’avais pas à me battre, je pourrais récupérer mes forces plus rapidement !*

Alors que l’attaque suivante arrivait, Temris remarqua que son adversaire passait légèrement sur le côté. Le centaure essaya de se tourner pour toujours lui faire face, mais cette fois-ci, c’est son genou qui ne voulut pas l’écouter. Il se stabilisa.

*C’est pas bientôt fini ! C’est vraiment pas mon jour de chance !*

Mais son adversaire venait de poser sa main sur le cou de Temris pour s’en servir d’appui. Puis il prit une impulsion. En un quart de seconde, Temris comprit qu’il cherchait à monter sur son dos : il tenait une arme de sa main libre qu’il essayait de placer sous sa gorge dans le même mouvement. Il voulait faire de lui un otage !
Presque instinctivement, Temris affaissa son arrière-main et l’élan de l’ennemi l’amena jusqu’à l’autre côté de Temris. Alors que l’agresseur essayait de se stabiliser, Temris en profita pour se tourner et lui envoyer une bonne ruade !

*He ! J’ai pas perdu la main* pensa Temris, amusé.

Il commençait à se sentir mieux. Ses forces lui revenaient elles ?
Il se tourna pour regarder l’ennemi qu’il venait de vaincr…

*Quoi ?!*

L’ennemi se relevait ! Il avait subi moins de dégâts que ce que Temris avait espéré !

*Il est coriace ! Ce combat va pas être simple… Il faut que j'y mette fin au plus vite.*

Le temps que son ennemi se rétablisse, le centaure jeta un œil aux alentours. L’inconnu « original » était toujours là. Puis il vit où en étaient les combats de ses deux amis… avant de se lancer de nouveau dans la bataille.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://fedefantaisie.free.fr



Delm Lysheart

Delock
avatar

Nombre de messages : 76
Style de combat : Oui.


MessageSujet: Re: L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)   Mer 25 Mai - 23:17


Bon alors très visiblement, l'inconnu qui leur faisait face n'avait absolument rien compris à la situation... Ils étaient à trois contre un, et ils l'avaient clairement menacé. Ce n'était pas suffisant pour qu'il les prenne au sérieux ? Apparemment pas, ce qui pouvait tendre à dévoiler les origines elfiques de l'individu, car un ego surdimensionné assorti d'un orgueil et d'une vanité suffocants étaient tout à fait la signature du sang des bouffeurs de salades, comme on disait dans le jargon professionnel. Et visiblement, il en avait mangé plus qu'à son tour des salades, parce-que il semblait vraiment croire en ses capacités à venir à bout de trois dragons en claquant des doigts, ce qui n'était pas sans irriter grandement Delm. Ceux qui jugeaient les autres avant d'avoir pris la mesure de leur savoir et de leur pouvoir n'avaient qu'un intérêt très limité pour l'ange-dragon, qui avait tendance à les considérer comme limités, d'ailleurs. C'est pourquoi lorsque l'homme déblatéra ses auto-louanges bouffies d'orgueil dans lesquelles il faisait l'éloge de sa puissance au détriment d'adversaires qu'il n'avait jamais eu l'occasion de juger, allant jusqu'à les affubler d'un « piètres combattants », l'hybride commença à grincer des dents. Sa flamberge risquait d'être moins difficile à manier que prévu, car la partie angélique qui d'habitude tentait de réguler les élans meurtriers de la partie draconique de son être, était plutôt dans une optique de purification de cette erreur de la nature entièrement tournée vers elle-même et son petit monde. Les écailles présentes sur le bras droit de Delm se hérissèrent avec quelques tremblements nerveux. Il avait intimé l'ordre de ne pas bouger à leur adversaire, mais celui-ci avait semblait-il sciemment choisi de transgresser cette demande pourtant assortie d'une menace conséquente. Le point positif étant qu'il avait délaissé la porte que Temris voulait absolument voir ouverte.
Puis, au moment le plus critique, à l'instant où la tension d'avant combat atteignait son apogée pour laisser place à l'action, l'inconnu eut une réaction franchement inattendue et... bizarre. Devant les yeux médusés de l'ange-dragon, leur adversaire se mit à courir comme s'il faisait son jogging matinal, allant se placer devant chacun des trois dragons avant de les fixer avec un regard de psychopathe fou, pas forcément rassurant, mais pour autant pas terrifiant non plus. Delm le regarda faire sans esquisser le moindre geste, se demandant si la folie de l'individu avait atteint un point critique qui demandait des soins imminents. Apparemment non, il s'agissait juste d'une technique de combat manquant cruellement de classe mais pouvant être efficace. Il avait fait apparaître des clones de lui-même.

Allons bon... Des clones maintenant... Mais à son image bien sûr. Je me demande s'il sait qu'autre chose existe en dehors de lui.
C'est l'occasion de le lui prouver.
Tiens, c'est bien la première fois que je termine pas une conversation mentale par un...
Blasphème !!
Hum...
Ah merde.


Regardant le clone qui lui faisait face d'un air assez moqueur, Delm lui tira la langue. Après quoi l'original de ces horreurs se prit pour un maître d'école tentant d'inculquer une leçon à des enfants turbulents, lançant un « Bien, préparez-vous, le combat va commencer ! » très agaçant mais qui seyait parfaitement au personnage tel que Delm le percevait. Aussitôt, le clone qui lui était attribué lança une attaque complètement prévisible et dépourvue d'adresse, puisqu'il attaqua de front alors que Delm tenait sa flamberge à deux mains dans une posture de parade. L'ange se déplaça légèrement sur la droite, et para le coup étrangement puissant compte tenu de la nature de clone de son adversaire, tout en faisant glisser la lame le long de la sienne pour se remettre en position d'attaque en tournant autour de lui. Il ne ré-attaqua pas immédiatement, préférant attendre le prochain mouvement du clone et tourner encore autour de son corps. Enfin, il put se placer exactement entre l'original et son clone.
Delm mit son plan rapide à exécution : il déploya ses ailes blanches de toute leur ampleur, masquant ainsi complètement la vue de son clone à l'original. Ainsi, il ne pourrait pas contrôler directement l'illusion, et cette dernière n'attaquerait certainement que machinalement, manquant ainsi cruellement d'imprévisibilité. Profitant de cet instant de répit, l'ange regarda comment s'en sortaient ses compagnons. Zürn semblait avoir trouvé une technique curieuse mais efficace, quant à Temris il semblait avoir trouvé une technique curieuse.

Secouant doucement la tête en voyant le centaure faire usage de ses talents équins pour mettre son adversaire à terre, Delm lança à son ami :

« Tem, ne dépense pas ton énergie à essayer de lui donner des coups mortels, ça sert à rien... Contiens ses attaques simplement ! »

Se demandant si le centaure avait entendu ses mots, Delm s'inquiéta un bref instant de l'état des muscles de son ami. Bah, de toute façon, ou ça tenait, ou ça cassait. Il ne pouvait rien faire pour lui en ce moment. La technique la plus efficace pour venir à bout des clones était bien évidemment d'attaquer directement l'original, mais pour cela Delm allait devoir débarrasser Zürn de son clone. Sa flamberge décrivant un large mouvement transversal, Delm profita du mouvement de recul de son clone pour dégager sa main gauche et faire un signe de main à l'elfe-dragon, sans se retourner. Depuis le temps qu'ils voyageaient et combattaient ensemble, ils communiquaient très facilement à l'aide de simples gestes, et celui que venait de faire l'ange devait être assez clair dans l'esprit de Zürn. Un don d'adversaire.

Laissant son clone venir vers lui et reculant de plus en plus, Delm se porta jusqu'à la hauteur de Zürn, contenant les coups de son adversaire sans prendre de risques, sans contre-attaquer. Un bref coup d'oeil à son compagnon lui suffit pour lui indiquer qu'il était prêt. A la moindre ouverture, l'ange-dragon était prêt à prendre derrière le couvert de ses ailes deux adversaires, et les contenir le temps que Zürn aille régler son compte à son présomptueux demi-camarade de sang.

Une simple ouverture.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://fedefantaisie.free.fr/index.php



Zürn

Invité



MessageSujet: Re: L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)   Mer 1 Juin - 15:37

Message de Zürn, elfe-dragon.

La puissance de l’onde de choc le surpris. Bien qu’elle ne le bouscula pas réellement, Zürn en sentit la noirceur jusqu’au tréfonds de son être. Ayant tout de même du mal à se ressaisir, il ne perçut pas distinctement ce qu’énonça Enariel. Mais les yeux flamboyants qui se posèrent dans les siens l’espace d’une seconde le fît faire un bond en arrière. Son ennemi agissait bizarrement. Il se plaçait délibérément tout prêt de l’Elfe, alors que celui-ci était armé. Si Zürn avait eu le bond réflexe, il aurait pu transpercer Enariel d’un bon coup d’épée. Mais déjà ce dernier reprenait sa position première. Un claquement de doigts retentit, tel un glas de mort. L’hybride Elfe Dragon cligna des yeux. Non, il n’avait pas rêvé. Trois autres « Enariels » venaient d’apparaître. Un devant chacun des trois amis.

- Bien. Préparez vous, le combat va commencer.

Il était clair que trois ennemis de plus allait compliquer la tache de Zürn. Il aurait un peu plus de mal à empêcher Enariel de refermer cette étrange porte. Apercevant « l’original » au bout de ce cratère géant, tourné face à eux, comme pour diriger les opérations de loin, l’Elfe comprit que c’était en effet ce qu’il faisait. Il contrôlait ses semblables et donc devait rester concentré sur sa tâche. Cela en faisait une cible parfaite. Si seulement la route des trois compagnons n’était pas barrée par trois Enariels prêts à en découdre.

Le plus proche de Zürn lui sauta dessus. Alors que ses pieds quittaient terre et que ses griffes rouges s’élevaient dans les airs, l’Elfe agit promptement, sans réfléchir, par pur réflexe. Il pivota très légèrement sur sa gauche, fît un pas en avant, leva la jambe droite tout en pliant son bassin dans l’autre sens, et plaça son pied levé dans l’ouverture de son ennemi. L’Enariel qui s’occupait de lui reçut un formidable coup de pied latéral en plein torse, s’envola en arrière, et atterrit, secoué, deux mètres plus loin.

Se redressant lentement, Zürn jeta un coup d’œil vers ses amis, et sut qu’ils n’auraient pas de mal à vaincre leurs adversaires. Delm débutait une série de parades assez fluides compte tenu de son arme, et Temris se contentait de parer les attaques ennemies sans prendre le temps de riposter.

« Hmm. Enariel ne doit pas être aussi puissant que ça, finalement. »

Son adversaire se relevait déjà, et, bien que son genou céda un court instant sous son poids, il refit face à Zürn, toutes griffes dehors. Son attaque ne se fit pas attendre. Les griffes étaient des armes redoutables. Lames courtes, prolongement de la main, légères, elles étaient à la fois extrêmement rapide, tout aussi fluides, et permettaient deux attaques presque simultanées à deux endroits différents à la fois. Parer les attaques était délicat, et riposter l’était encore plus. L’Elfe comprit alors la difficulté qu’avait l’air d’éprouver le Centaure.

- Très bien, puisque tu insiste…

Mettant toute sa force dans une seule attaque, il profita du peu de puissance que pouvait mettre Enariel dans ses blocages (les armes sont petites, donc plus basées sur la vitesse que sur la force), afin de le repousser le plus loin possible. Quand ils furent à quelques mètres l’un de l’autre, il posa délicatement sa lame courbe à terre, dégaina son katana, le posa à côté de la première arme, et saisi le manche d’un couteau. L’arme, d’origine elfique, donna l’impression de sauter entre les doigts de l’hybride. Un coup de poignet et elle pivota, lame vers le bas. La vitesse allait être la technique à utiliser dans le combat qui suivrait.

L'étrange jumeau sauta à nouveau vers l'Elfe. Main droite en avant. Main gauche en retrait. Parade. Estocade. Riposte. Du sang éclaboussant le sol. Un mouvement flou. Esquive. Riposte. Blocage entre deux lames rouges. Dégagement. Contre attaque. Esquive. Riposte. Parade. Enchainement de petites attaques rapides. Coup au but. A nouveau du sang sur le sol. Esquive. Attaque.

Tous ces mouvements s'enchainèrent dans une continuité de gestes précis, rapides, et aucun des deux ne semblait prendre l'avantage sur l'autre. Le combat s'éternisait. Le Démon était plus coriace qu'il ne le pensait. Impossible d'atteindre l'original dans ces conditions.

Un geste inhabituel, quelque chose qui n'avait pas sa place dans le tableau que dépeignaient les lames courtes et les voltiges des deux adversaires, fit froncer les sourcil de Zürn. Il ne l'avait aperçu que du coin de l'œil mais cela lui sembla étrangement familier. Ce n'est que quand l'esprit du Dragon, présent en lui, envoya en pensées l'image de la main de Delm exécutant un mouvement complexe qu'il se souvint. L'Ange prenait sur soit de se battre contre deux adversaires un petit instant, juste pour laisser à son ami le temps nécessaire à la réalisation d'une action très importante. En l'occurrence, laisser à Zürn le temps de déconcentrer l'Enariel alpha pour faire disparaître les trois autres.

Quelques secondes après le geste, les deux hybrides étaient dos contre dos. Delm tenait à distance son clone, tandis que Zürn observait entre deux attaques la position de sa prochaine cible.
Il changea de tactique, n'attaquant plus mais se contentant de parer. Quand enfin il vit l'assaut ennemi qu'il attendait depuis quelques minutes, brutal et puissant, il envoya une légère tape sur la jambe droite de l'Ange. Ce dernier compris aussitôt, et, dans un ensemble parfait, les deux aventuriers pivotèrent. Delm sur sa gauche, en faisant un tour complet sur lui même, et plaçant le manche de son arme dans le dos de Zürn, pour lui donner de la vitesse. Dans le même mouvement, il attrapa de sa main libre le bras de l'ennemi de Zürn, et, tout en continuant de tourbillonner, le projeta vers son propre ennemi. L'Elfe, lui, pivota également sur sa gauche tout en esquivant le coup de son assaillant. Projeté par l'Ange, il fit un autre tour sur lui même, roula, repris appui sur un genou, et se redressa. Il était maintenant à la première place de son attaquant, entre Delm et l'Enariel original. Les deux autres copies de ce dernier se trouvaient à présent cachés par les grandes ailes blanches de l'Ange. La tactique avait fonctionné.

Sans attendre, Zürn courut récupérer sa lame courbe, laissant le katana là où il était. Puis faisant face au Démon, il se rapprocha le plus vivement possible, et plaça un coup d'estoc. Il visait l'estomac. Point douloureux, mais pas mortel si la lame restait en place.
Plus que quelques centimètres et l'arme transpercerait la peau de ce Elfe démoniaque. Encore quelques petits centimètres...
Revenir en haut Aller en bas



Enariel

Invité



MessageSujet: Re: L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)   Mer 1 Juin - 21:02

Le combat devenait intéressant, Enariel avait observé tout le long, il ne dirigeait aucunement ses clones, bien au contraire, c'est eux qui donnait les informations nécessaires, pour vaincre ses adversaires. Enariel aperçût une bonne parade de Zürn, qui sans hésitait attaquât Enariel, il fixa le jeune elfe qui lui transperçât l'estomac, le sang d'Enariel se mit à jaillir, les mains de Zürn en étaient pleines, se sang si noir, qu'on aurait dit de l'obsidian, le démon se mit à tousser, à se mettre à genoux, il ne pouvait plus bouger puis il dit d'une voix faible :

"Je vous..."

Puis il se relevât et la blessure avait disparu, le sang avait lui aussi disparut, mais que cela pouvait-il être ? De la magie ? De la sorcellerie et bien non, c'était simplement l'illusion, l'illusion qu'Enariel avait contrôlé depuis le début, ce qui lui avait permis de prendre son temps et il dit d'une voix tout à fais normal :

"Je vous l'aver dit, je ne veu pas vous affrontez."

Soudain tout disparut, même l'Enariel originale avait disparu, se retrouvant à porter des symboles inscrits sur la porte, il regardât les aventuriers et sourit d'un rire diabolique, il commençât à incanter dans une langue démoniaque et un portail noir apparût, oui c'était bien la sortie, celle que les aventuriers convoitaient depuis le début. Enariel regardât les aventuriers puis il prononçât :

"Bien, je vous laisse une chance, si vous arrivez à courrire à temps, vous pourrez vous échappez d'ici avant que l'eau n'engloutisse cette grotte. La prochaine fois, ne croisait plus mon chemin !!"

Enariel se mis en marche vers le portail et l'effleurât du doigt.
Revenir en haut Aller en bas



Temris Naffylus

avatar

Masculin Nombre de messages : 42
Style de combat : Non, enfin si, mais pas tout le temps !


MessageSujet: Re: L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)   Mer 8 Juin - 18:19

Un coup. Puis un autre.
Quand cela allait-il s’arrêter ?

- Tem, ne dépense pas ton énergie à essayer de lui donner des coups mortels, ça sert à rien... Contiens ses attaques simplement ! déclara Delm.

*Hein ? Mais c’est absurde !* pensa Temris

Temris ne comprenait pas, comment allaient-ils pouvoir sortir d’ici s'ils ne se débarrassaient pas de ceux qui les en empêchait ?
Mais Temris avait assez confiance en Delm pour faire ce qu’il disait. Généralement, Delm faisait des choses censées… En y réfléchissant, Temris ne faisait pas vraiment confiance à l’ange-dragon ! Surtout depuis sa transformation… Mais bon, qu’est-ce que ça lui coutait de l’écouter pour une fois ?

Il se concentra donc sur la parade. Coup après coup. Même dans son état, le fait de contenir les attaques ne le fatiguait pas, contrairement au fait d’attaquer. C’était au moins un bon point !
Cela lui permit aussi de réfléchir. Comment allaient-ils sortir de là ? Auraient-ils le temps de remonter à la surface ? Il en doutait…
La porte de pierre alors ? Avec quatre ennemis en face…

*C’est moi ou je deviens de plus en plus pessimiste ?*

Cette remarque interne lui fit du bien : un peu d’humour ne fait jamais de mal !

Il laissa alors la question de leur sortie de côté et observa ses deux amis. Ils étaient à présent dos à dos, chacun se défendant de son ennemi. Puis, d’un geste soudain, ils pivotèrent et Delm se retrouva face aux deux ennemis.

*Belle technique !* déclara-t-il à ses amis en pensées. *J’aurais pu faire pareil ! Bien que je ne puisse mécaniquement pas me mettre dos à dos avec quelqu’un sous cette forme…*

Il sourit. Mais ça ne durerait pas.

Un coup rapide. Temris para l’attaque et ne vit plus ses amis. Des attaques plus rapides, donc. Ca n’allait pas l'arranger : plus le temps passait, plus l’ennemi devenait fort et rapide !

Soudain, tout disparut. Et il comprit. Il comprit qu’il avait été mentalement manipulé ! Le démon avait créé une illusion, c’était évident pourtant ! Mais c’était l’avantage des illusions : on s’enferme dans ses propres délires et ils deviennent alors de plus en plus puissants et réels. Du moins, c’était le point de vue du centaure/dragon.
Il comprit aussi qu’ils s’étaient fait avoir par l’ennemi : il avait fait croire qu’il était là où il n’était plus.

L’ennemi près de la porte démarra une incantation que Temris ne connaissait pas.

*Je me demande quel numéro elle porte…* [HRP : Se référer à ma fiche] Déformation professionnelle.

Un passage venait de s'ouvrir. Leur salut ?

- Bien, je vous laisse une chance, si vous arrivez à courir à temps, vous pourrez vous échapper d'ici avant que l'eau n'engloutisse cette grotte. La prochaine fois, ne croisez plus mon chemin !!

L’inconnu effleura la porte et quelque chose d’inquiétant se produisit alors qu’il la franchissait. En effet, celle-ci commençait à se refermer. Lentement, mais sûrement.

*Que faire ?*

Temris réfléchissait à toute vitesse. Courir vers le passage ? En auraient-ils le temps ? Tenter par le haut ? Quelle forme devait-il prendre ? Arrêter la fermeture de la porte ? Ne rien faire et s’assoir là, par terre ?
Le centaure décida de garder sa forme actuelle et de galoper le plus vite possible vers le passage. Celui-ci se trouvait, bien entendu, à l’autre bout de la salle.
Pendant sa course, il chuta. Et encore. Et encore. Il n’était pas tout à fait remis : il savait qu’il fallait dormir pour terminer la guérison de Delm. Mais franchement, il était peu probable qu’il en ait encore le temps !
Il continua pourtant de courir. Il se rapprochait du passage qui se faisait de plus en plus étroit. Et la silhouette lointaine de l’inconnu le narguait.
Il fallait qu’il y arrive ! Les murs d’eau commençaient à s’effondrer, formant un rideau devant le fin passage et rendant le sol encore plus glissant. Ou alors il fallait trouver un autre moyen, et vite !

Le passage était encore juste assez large pour le faire passer, et il se trouvait à quelques mètres. Mais trop loin. Que se passerait-il s’il ne passait qu’à moitié à travers le passage ? Il mourrait, sans doute.

*C’est définitivement pas ma journée !*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://fedefantaisie.free.fr



Delm Lysheart

Delock
avatar

Nombre de messages : 76
Style de combat : Oui.


MessageSujet: Re: L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)   Dim 12 Juin - 22:51


La manoeuvre de combat de trois dragons n'est jamais laissée au simple hasard. Enfin, surtout deux. La technique consistant à recouvrir les ennemis avec ses ailes avait une double fonction non négligeable pour Delm. Ne pouvant déterminer avec certitude s'il s'agissait de clones ou au contraire d'illusions accrochées à leur esprit, l'ange-dragon avait employé une technique qu'il maniait de plus en plus à la perfection, ce qui était plutôt inquiétant d'ailleurs : tromper son propre esprit. Il s'était donc convaincu lui-même de l'existence de ces créatures d'une grande laideur, de façon à redéfinir les règles du combat que l'individu perturbateur semblait vouloir contrôler sans partage, ce qui en soi était une marque de vanité elfique de plus, à ajouter à la liste des détails troublants rassemblant la grande famille des consommateurs d'herbe fraîche. Ainsi, puisqu'il était convaincu que ces choses existaient, Delm pouvait appliquer cette technique qui aurait un effet dans les deux cas de figure envisageables. Si c'étaient des clones, alors l'original ne pourrait pas les contrôler aussi facilement que s'il les avait en visuel direct. Si c'étaient des illusions, alors c'est son esprit qui rendrait la conséquence réelle. Persuadé qu'il diminuait les clones, les illusions s'en révéleraient diminuées de façon identique, et c'est ce qui permit à Delm de contenir assez facilement ses deux ennemis tout en réfléchissant.

L'homme avait récupéré des bouts de golem, puis avait tenté de s'approcher d'une porte couverte de runes lorsque Temris avait soudain crié à la fin du monde en le voyant effectuer ce geste. Mais que cherchait-il en réalité ? Etait-ce la sortie, ce qui signifiait que le fait d'ouvrir cette porte allait lui permettre à lui seul de repartir, et laisser les trois dragons être engloutis par les flots retombants ? Mais si c'était le cas, alors le but premier du personnage était simplement de récupérer des morceaux de golem... Pourquoi faire ? Pouvaient-ils vraiment le laisser repartir avec un tel dans la nature ? Profitant d'un instant de flottement durant lequel les deux clones qu'il combattait croisaient leurs bras dans une attaque imparfaite et inachevée qui ne demanda à l'ange-dragon qu'un simple pivotement sur lui-même accompagné d'une petite esquive de routine, Delm prit le temps d'observer de ses yeux de glace le sol sur lequel il combattait. Apparemment, l'elfe noir n'avait pas récupéré tous les morceaux du golem, la plupart des membres et des organes internes gisant sur l sol poisseux de sang bleuté et gélatineux. Voilà qui était une bonne chose.

Cinq petites secondes. Puis l'ange se retourna pour voir l'oeuvre de Zürn. A ce stade là, ou tout avait échoué, ou tout avait réussi. Bon, il se trouvait que tout avait échoué. La lame de l'elfe traversa la poitrine de son sombre demi-confrère, mais il s'agissait apparemment d'une illusion de plus dans un vaste océan d'illusions. Ce qui commençait à faire beaucoup d'illusions, d'ailleurs. Zürn lui-même n'était-il pas une illusion ? Et Temris ? Sa stupidité pouvait-elle vraiment être réelle, ou baignait-il dans l'illusion depuis le début ?

Non, non... C'est triste à dire, mais je crois qu'ils sont bien réels.
Les pauvres... Ca doit être dur de vivre avec un tel fardeau sur leurs épaules.
Pas sûr. En fait, je pense qu'ils ne se rendent pas compte qu'ils sont stupides à ce point.
Pardon ? Serait-ce une petite pointe de blasphè...
...rme la !!!


Toutes les illusions avaient disparu. Enfin, Delm le supposait. Après tout, d'autres étaient peut-être restées. Il ne pouvait pas le savoir. Il fallait donc qu'il considère chacune des personnes autour de lui comme des illusions potentielles, mais aussi comme de êtres réels potentiels, paradoxe qu'il n'est pas facile de concilier dans les actes entrepris sur un champ de bataille. En tout cas, leur ennemi leur avait offert la possibilité de réfléchir pleinement à la situation. Apparemment, c'était le genre à faire du théâtre, il avait l'art du spectacle et l'employait dès que c'était possible. Le petit combat organisé tout bien comme il faut, la sortie à grand renfort de dramaturgie, il ne restait plus que le final. Delm s'attendait bien à quelque chose de grandiose. Mais à tout théâtre, à toute comédie, il y a le derrière de la scène. Il y a les cordes, les décors en cartons, les feux d'artifices, les accessoires en papier... L'envers du décors. Il suffisait d'y pénétrer pour ne plus se trouver dans le sympathique jeu de leur adversaire. Plus facile à dire qu'à faire, évidemment.
L'elfe noir se mit alors à incanter. Voilà une des cordes ! A chaque fois que le génial comédien qui se tenait devant eux avait débité les paroles incompréhensibles caractérisant la plupart des incantations, les trois dragons avaient attendu, l'air de dire : vas-y, balance ton truc, on va voir ce que c'est. Observant le regard perplexe de Temris, Delm pensa plutôt à quelque chose du genre : cette incantation doit porter un numéro intéressant, perdons ensemble de précieuses secondes à tenter de découvrir lequel est-ce afin de se prendre le pouvoir qu'elle va nous balancer en pleine poire de façon totalement inattendu. A moins que l'esprit du centaure ne soit la proie d'un vide sidéral finalement habituel en ce qui le concernait. Mais il ne fallait plus penser à ça. Il fallait agir. Pendant que le maître marionnettiste incantait.

Les genoux de l'ange-dragon avaient rapidement fléchi, amenant son buste au plus près du sol. Là, son bras gauche se détendit avec une célérité due à des années d'entraînement, et son index et son majeur entrèrent en contact avec ce qui était autrefois le front du golem, en considérant qu'une telle créature put avoir une partie d'anatomie pouvant être désignée sous le terme de « front », ce qui en soi était légèrement exagéré, il fallait l'avouer. Puis il entreprit une opération pour le moins... expérimentale. La guérison s'effectuant en deux temps, d'abord une détection globale du corps à soigner, puis le soin en lui-même, Delm se contenta de la première partie, à savoir la détection. Il eut alors conscience de la réalité de chaque partie de ce qui avait autrefois été un golem gardien, même des morceaux les plus... éloignés de la créature. Puis, toujours concentré dans son labeur, le guérisseur effectua un marquage magique du corps du golem. De tout le corps du golem. Il était à peu près certain que l'elfe noir ne pourrait pas laver cette marque après avoir invoqué autant d'illusions à la fois, ce qui leur assurait de savoir où était leur ennemi, à moins qu'il ne se débarrasse des précieux morceaux de golem. Ce qui aurait été dommage.
Mais Delm ne s'arrêta pas là. C'était une excellente occasion d'aller plus en avant dans son acquisition des morceaux de golem, et il entreprit donc une opération de contrôle universel, extrêmement dépensière en énergie. Et de l'énergie, il n'en avait plus suffisamment.

L'ange-dragon s'effondra, pour la énième fois de la journée. Mais cette fois-ci, ce n'était pas un sommeil réparateur. C'était un coma magique. La seule chose qui réjouit l'esprit dérangé du guérisseur avant qu'il ne sombre, c'est que son opération avait peut-être réussi. Peut-être. Il ne pourrait le savoir qu'à son réveil. Si réveil il y avait.

Delm ne vit jamais la porte créée par leur ennemi. Il ne la vit jamais rétrécir.

Il était loin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://fedefantaisie.free.fr/index.php
 

L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» L'éveil des Dragons. (Zürn - Temris Naffylus - Delm Lysheart - Enariel)
» Temris Naffylus
» Un réveil difficile - Terminé
» Le réveil du chat
» Donjons et dragons : figurines sur plateau lumineux



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Bavardages [H-RP] :: Archives-