Partagez | 
 

 Les mures sauvages (Petite Gnote - Shalawhana - Aldric - Ranulf)


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 



La Petite Gnote

Invité



MessageSujet: Les mures sauvages (Petite Gnote - Shalawhana - Aldric - Ranulf)   Lun 28 Juin - 19:39

Message de la Petite Gnote.

Pendant l'hiver, la Petite Gnote ne prêtait aucune attention aux ronces. Des espèce de bras piquants qui veulent vous attraper, rien de plus. Des choses méchantes et vilaines. Pas belles, toutes marrons.

Mais quand viens la saison des mures, la Gnote est la première a se jeter dans ses pièges de piques acérées. Et c'était la saison.


Elle avait quitté le temple d'Espalion depuis un bon moment déjà, et était même sortie de la ville aujourd'hui.
Direction, les prairies fleuries!
La Gnote bondissait gaiment une marguerite sous l'oreille gauche, Monsieur Ourson dans la main droite, et deux morceaux de brioche. Un dans la bouche, un dans la main gauche.


-"Oh woua 'anger des 'ûres" dit-elle la bouche pleine, s'adressant à sa peluche.

Après un petit moment, la prairie descendait vers un petit ruisseau, dont une partie était accessible pour boire, et plus loin les ronces recouvraient celui-ci et rendaient le voyage sur ses rives impossible.
Déjà l'enfant avait les yeux rivés sur les gros fruits gorgés de sucre, comme prêts à exploser. Elle ne prit pas la peine de se débarbouiller dans l'eau, ou de laver ses mains sales.


-"Viens M'sieur Ourson." Comme s'il pouvait marcher ou même entendre.

Peut-être avait-elle développé une sorte de schizophrénie à force de parler a sa peluche. Ou peut-être entendait-il réellement?

Quoiqu'il en soit, déjà La Gnote se livrait à la cueillette et au goinfrage (sic) des délicieuses baies. Tout se passa bien jusqu'à ce qu'elle pousse un petit cri de douleur. La petite s'était piquée au doigt, qu'elle commença à suçoter consciencieusement.
Revenir en haut Aller en bas



Shalawhana

Invité



MessageSujet: Re: Les mures sauvages (Petite Gnote - Shalawhana - Aldric - Ranulf)   Mar 13 Juil - 7:07

Message de Shalawhana Limasta Valestarius , dragonne.

[forme humaine]

Suite à la ballade avec Gaïya, Shalawha était revenue dans la prairie fleurie afin de profiter du calme de ce lieu parfumé. Elle avait repris forme humaine et s'était installée au milieu des herbes et des fleurs avec un sourire. Qui a dit que les dragons était des créatures sans coeur ?
Elle s'était alors endormie, somnolant à demi comme le font les chats quand une petite voix gazouilla, lui faisant ouvrir un oeil pour tenter d'apercevoir la créature qui parlait ainsi. Cependant les hautes fleurs sauvages caché le petit corps et Shalawha se décida finalement qu'il n'y avait rien à craindre de l'enfant qui semblait ne pas l'avoir vu. Elle referma donc son oeil en tendant quand même une oreille attentive à l'enfant et aux alentours.
Au bout de quelques minutes un petit cri résonna, réveillant d'instinct la dragonne qui se leva rapidement et observa d'un oeil vif autour d'elle. Elle aperçut alors une enfant minuscule qui suçait son doigts. La jeune femme s'approcha d'elle et aperçut alors les ronces et les baies mûres aux coeur de ce buisson d'épine.


"Tu t'es fait mal ?"

Question idiote en vérité car la petite n'aurait pas crié si elle n'avait pas eu mal. Shalawha s'approcha et tendit la main vers l'enfant.


"Montre-moi ce gros bobo. Je vais voir si c'est grave."

Bon elle n'était pas méchante et n'avait aucune attention mauvaise dans son allure mais l'enfant pouvait sans peine voir que la créature qui lui faisait face n'était en aucun cas humain car des cornes proéminentes sortaient de sa tête et sa chevelure blanche n'avait rien de naturel pour un visage si jeune. Shalawha lui fit alors un sourire et cueillie une baie en hauteur qu'elle lui tendit.


"C'est ça qui a causé ta blessure ?"

[hrp] J'adore la description de ton perso, elle est trop mignonne *w*

-Mignonne à croquer, c'est le mot ^^ => Message Noxx, pas pu m'en empêcher...[/hrp]


Dernière édition par Shalawha le Jeu 5 Aoû - 22:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Aldric Lhanssien

Invité



MessageSujet: Re: Les mures sauvages (Petite Gnote - Shalawhana - Aldric - Ranulf)   Ven 30 Juil - 13:39

Message de l'érudit Aldric Lhanssien.

L'eau était sacrément glacée ! Bien de trop pour ses vieux os ! Ah... mais la science méritait tous les sacrifices. Le ruisseau n'était pas très profond, fort heureusement. Juste assez pour qu'il puisse flotter et se remettre sur ces pieds si un problème survenait. Muni de sa paille a souffle, ainsi qu'il appelait sa petite invention, il pouvait rester tout le temps qu'il voulait sous l'eau.  

A la vue du poisson arc-en-ciel, il se concentra et d'un geste d'une rapidité insoupçonnée, captura la bête. Pour se faire, il avait du plonger plus profond dans l'eau. Sa paille n'était pas assez longue et il aspira de l'eau. Les poumons en feu, il se débattit pour retourner a la surface. Le courant était fort et le pauvre érudit du mobiliser toutes ses forces pour y réussir. Le poisson toujours fermement coincé dans sa main, creva finalement la surface pour prendre une grande goulée d'air. La bestiole gluante se débattait. Il ne fallait pas qu'il la perde ! Une fois que ses pieds touchèrent le fond caillouteux, Aldric regagna non sans efforts la rive et d'un coup sec assomma le poisson sur un gros rocher. Avec un cri de soulagement, il s'assit lui-même sur la pierre pour reprendre ses esprits.

Sa barbe et sa chevelure pesaient admirablement plus une fois mouillés. Il entreprit alors de les étreindre. Se faisant, il remarqua que deux personnes se trouvaient de l'autre côté du ruisseau, au milieu des ronces. Ce qui semblait être une enfant ainsi que... oh qu'elle horreur l'accompagnait-elle ?! La créature immonde ressemblait a une femme, mais les monstrueuses cornes qui dépassaient de son front lui enlevaient tout soupçon d'humanité. Malgré son grand âge, Aldric n'avait jamais vu ça. Une peur sourde l'envahit, tandis que son esprit scientifique lui insufflait d'aller voir plus près. Il se redressa, fourra le poisson dans sa besace et prit un air jovial.

- Bien le bonjour ! Lança-t-il avec un petit signe de la main.

Puis, comme si de rien n'était, il commença a s'éloigner des deux inconnues.
Revenir en haut Aller en bas



La Petite Gnote

Invité



MessageSujet: Re: Les mures sauvages (Petite Gnote - Shalawhana - Aldric - Ranulf)   Jeu 5 Aoû - 21:18

Message de la Petite Gnote.

Le Gnote avait pris conscience de la présence proche de quelqu'un capable de faire de la magie,  et ce, grâce a son don. Elle suçait toujours son doigt quand Shalawha pris la parole. La Gnote ne disait mot, mais son cerveau était en ébullition. Les deux cornes sombres du monstre dressées vers le ciel étaient véritablement terrifiantes, et l'enfant  ne pouvait en détacher le regard.

# Gros Môssieur devrait la tuer! Vilaine sorcière! # disait sa conscience.

# Mais pourtant elle a l'air gentille.# songea-t-elle.

Dans le doute, elle n'adressa pas la parole à la vilaine chose, bien qu'une grimace mêlée de terreur et de dégout apparut sur le visage si doux de la Gnote. Elle arracha la baie des mains de Shalawha puis la goba rapidement, avant de se retourner continuer a cueillir les fruits juteux de son côté.

Après avoir goinfré une ou deux autres mûres, la petite fille aux cheveux bleus fut pris de remords. Peut-être qu'en fin de compte cette chose affreuse était gentille?
Mais elle n'eut pas le temps d'adresser la parole au monstre. Un vieillard qui était non loin sortit de l'eau
et les salua, de l'autre rive. C'était l'occasion inespérée pour la petite Gnote de ne pas 'affronter' Shalawha seule.

-"B'jour! Vous vou'ez une mûre?" tenta-t-elle de crier avec un air apeuré.

Puis d'une toute petite voix elle rajouta, tout en se tournant vers la jeune femme,

-"Vous êtes une gentille magicienne, hein, pas vrai?"
Revenir en haut Aller en bas



Shalawhana

Invité



MessageSujet: Re: Les mures sauvages (Petite Gnote - Shalawhana - Aldric - Ranulf)   Jeu 5 Aoû - 21:51

Message de Shalawhana Limasta Valestarius , dragonne.

Le jeune fille saisit la baie des mains de la dragonne qui ne bougea pas d'un pouce ne voulant pas l'effrayer plus qu'elle ne l'était déjà car, à la vue de son visage apeuré, elle se douta que ses cornes n'étaient pas pour rassurer la petit à la chevelure bleue.
Puis l'enfant lui montra son dos en continuant de manger des baies, surement terrifiée à l'idée de parler à l'étrange créature qui lui faisait face.
Shalawha se redressa, un sourire un peu triste sur les lèvres en se disant que la petite ne devait pas avoir si mal que ça quand soudain une voix lui parvint. Elle vit alors un vieil homme, tenant un poisson qu'il fourrait dans une sacoche. Une odeur d'herbe parvint au nez de la dragonne. Et l'air qui lui parvenait contenait un peu de magie qui ne venait pas uniquement de cet homme. Cependant il les salua tandis que la petite lui proposait une mûre d'une voix un peu paniquée.
Tandis que la dragonne envisageait sérieusement de s'éloigner pour arrêter de traumatisé la pauvre enfant, cette dernière lui posa une question qui ne la surprit qu'à moitié. Elle la regarda de ses yeux mauves, hésitante sur la réponse à fournir. Elle ne se jugeait pas comme une magicienne, n'étant pas humaine mais elle contrôlait la magie... Alors que dire à la petite ?
Elle poussa un soupir et décida de simplifier la vérité sans pour autant lui mentir et déclara d'une voix calme en se mettant à hauteur de l'enfant pour ne pas lui faire plus peur qu'elle ne l'était déjà.


" Petite puce, je suis ni gentille, ni méchante. Je ne suis pas non plus magicienne car je ne suis pas humaine mais je contrôle le feu et j'ai quelques autres capacités que j'utilise surtout sous ma forme d'origine."

Bon allait-elle comprendre ? Cela restait à voir. Shalawha se décida à donner d'autres détails, sentant cependant une présence à proximité.


"Je ne cherche pas à te faire du mal et je ne voulais pas te faire peur d'où ma forme actuelle car je pense que mon autre forme t'aurais fait fuir sans demander ton reste sans que je le veuille vraiment."


Elle lui fit un sourire rassurant et s'assit dans l'herbe, près des ronces où elle attrapa des mûres qu'elle croqua, savourant leur goût avec un sourire bien qu'elle préférait nettement mieux la viande.

"Mais pour te montrer ma bonne foi, je vais te dire mon nom. Je m'appelle Shalawhana."
Revenir en haut Aller en bas



Aldric Lhanssien

Invité



MessageSujet: Re: Les mures sauvages (Petite Gnote - Shalawhana - Aldric - Ranulf)   Ven 6 Aoû - 22:34

Message de l'érudit Aldric Lhanssien.

Alors qu'Aldric s'était déjà retourné, une expression apeurée sur le visage, prêt a s'enfuir le plus vite que ses jambes le pouvaient, la petite fille s'adressa a lui. Quel dommage ! Il venait de voir un joli papillon d'une espèce rare. Mais il ne pouvait pas résister a l'appel apeuré de la gamine. Apparemment, elle n'était pas plus rassurée que lui face a l'étrange créature aux quatre cornes. De mauvaise grâce, il se retourna en affichant de nouveau un sourire éclatant...enfin ce qu'il en restait vu l'état dans lequel étaient ses dents.  Alors que son esprit scientifique s'insurgeait de le voir ignorer le papillon, Aldric retourna près du ruisseau.

- Mais pourquoi pas, petite ! De quel espèce s'agit-il ? Ah, un rubus ulmifolius bien sur, un des plus courants mais pas des moins gouteux !

La dessus, alors qu'il faisait tout de qu'il pouvait pour paraitre rassurant et pour être sociable - et ce n'était pas une mince affaire de la part d'un vieillard tel que lui - , l'affreuse créature l'ignora superbement et préféra s'adresser a la fillette. Aldric s'en chiffonna.  La cornue semblait ne s'intéresser qu'a la petite aux mûres. Que lui voulait-elle donc a cette gamine ? La tourmenter ? Mais d'ailleurs que faisait un trognon de fille perdue au milieu d'une prairie ? Tout cela n'était pas clair. La colère qui commençait a gronder en Aldric lui fit oublier sa peur, et même le papillon ! Même si il avait le fâcheux défaut d'oublier les gens qui s'adressaient a lui, la savant fou n'acceptait pas du tout qu'on lui offre le même traitement. Il remonta sa tunique d'un air décidé, dévoilant ses frêles gambettes,  et traversa la petit ruisseau. L'attention était inutile car sa tunique était bien évidemment déjà trempée mais il ne sembla pas le remarquer.

Alors qu'il faisait son exercice, il entendit quelques mots de Shalawhana.

- Je suis... méchante... magicienne...pas humaine...je contrôle le feu... autres capacités...sous ma forme d'origine...Je ne cherche pas...ma forme actuelle...autre forme...fait fuir...veuille vraiment...Je m'appelle Shalawhana.

Tout ce ci ne le rassura pas le moins du monde. Il s'approcha des deux inconnues et se plaça assez près de la fillette pour la protéger si besoin était.  Il prit une mûre au passage et la lui tendit car elle semblait adorer cela. Puis il s'adressa a la nommée Shalawaha d'un air dur. Ses yeux globuleux lançaient des éclairs et une vilaine veine ressortait a sa tempe gauche.

- Dites moi ma petite dame, que cherchez-vous a faire ? Ne seriez vous pas en train de terroriser cette petite ? Sachez que je ne le tolèrerais pas.

Puis, il engouffra lui aussi une mûre, le plus sérieux du monde.
Revenir en haut Aller en bas



La Petite Gnote

Invité



MessageSujet: Re: Les mures sauvages (Petite Gnote - Shalawhana - Aldric - Ranulf)   Sam 7 Aoû - 12:46

Message de la Petite Gnote.

"-...car je ne suis pas humaine..."

"-...car je ne suis pas humaine..."


# C'EST UN MONSTRE!!! #

L'esprit de la petite avait cogné sur cette évidence. Ce qui n'est pas humain, c'est alors un monstre! Gros Môssieur et Monsieur Ourson l'avaient tous deux prévenus de cette vérité. Le monde est peuplé d'être plus ou moins bizarres, plus ou moins glauques, certains gentils, certains méchants. Mais ici, cette abomination ne se disait ni gentille, ni méchante.

Elle approcha sa peluche de son oreille dans un geste familier, et murmura ses craintes a l'oreille de celle-ci. Monsieur Ourson confirma ses peurs, car selon lui
"Même si parfois il faut fricoter avec les êtres magiques, ceux-ci ne mérite pas notre confiance, qu'ils sont fourbes, qu'ils ne sont qu'illusion. Puis cette femme est un monstre! Regardes ses cornes!"

Avec tout ceci, la petite Gnote n'écouta pas les explications alambiquées de Shalawhana. Elle prit simplement note de son nom, sans un mot.

Dès que le vieillard les eut rejoint, l'enfant aux cheveux bleus se glissa doucement derrière la toge de celui-ci, crispant ses petits doigts tachés de fruits sur le tissu. Comme pour se protéger de la vilaine chose. Elle prit tout de même le temps de manger la mûre tendue par Aldric, et quelques autres, puis attendit la suite des évènements, ne sachant toujours pas pour quelle raison Shalawhana l'avait accosté.


# Vilaine gentille méchante sorcière monstre! # se dit-elle confusément.
Revenir en haut Aller en bas



Shalawhana

Invité



MessageSujet: Re: Les mures sauvages (Petite Gnote - Shalawhana - Aldric - Ranulf)   Sam 7 Aoû - 17:13

Message de Shalawhana Limasta Valestarius , dragonne.

- Dites moi ma petite dame, que cherchez-vous a faire ? Ne seriez vous pas en train de terroriser cette petite ? Sachez que je ne le tolèrerais pas.

Le ton de cet humain irrita la dragonne qui se décida enfin à le regarder. Elle n'appréciais nullement son odeur de plante et encore moins son visage de siphonné du bocal. Seul le fumet du poisson valait son intérêt et cette menace sous-jacente lui fit plissée des yeux vers le visage de l'homme tendit qu'elle se relevait, comprenant face aux gestes de l'enfant que celle-ci la craignait sans qu'elle puisse lui faire changer d'opinion à son sujet. Finalement les humains ne sortirait jamais du cercle vicieux de la peur de la différence. Bah elle pouvait pardonner à cette enfant bien qu'elle aussi était différente par son allure. Sa chevelure bleuté en était le signe et elle aussi libérait une odeur de magie à moins que... Elle regarda un bout de la peluche caché dans les pli du vêtements du débris et le fixa un instant, pensive.
Elle releva les yeux aux bout de quelques secondes et reporta son intérêt sur l'ancêtre qui l'avait interpellée tout en s'interposant entre la jeune femme et l'enfant. Elle lui répondit tout aussi froidement, frappant son esprit de ses pensées.


*Prend garde à la manière dont vous vous adressez aux autres, mage. Votre puissance et votre sagesse sont peut être grand mais ma patience et ma colère le sont tout aussi.*

Puis elle ajouta verbalement.

"Je prenais information de la santé de cette enfant qui a crié un peu plus tôt. Je n'avais nullement l'attention de la terroriser mais comme souvent, on accueille mal la différence chez les humains. Tous ceux qui ne vous ressemble pas sont des monstres et finalement je fais partie de ce lot."

Elle se tenait droite et faisait face aux deux humains, passive et fière de ce qu'elle était malgré leur crainte bien visible. Elle cueillit d'autres fruits, les mangea tranquillement sans les quitter des yeux mais sans pour autant les voir et compléta en détournant le regard vers le ciel.


"C'est peut être à cause de votre intolérance que ma race se meurt."


Baissant les yeux elle leur fit un sourire sans joie. Les humains les pourchassaient, les massacraient sans une once de pitié. Les dragons étaient certes des chasseurs et les troupeaux humains pâtissaient beaucoup de leur traque. Pourtant rare fut les dragons qui avait tué des humains... Mais depuis cette guerre, les siens avaient décidé de rendre la monnaie de leur pièce aux humains. Shalawhana n'était pas l'une d'eux. Elle s'était certes vengée des assassins de ses parents mais son désir de sang humain était mort depuis bien longtemps. Pourtant face à cet homme elle se sentait outrée de son comportement et sa première impression n'était pas encourageante
Revenir en haut Aller en bas



Aldric Lhanssien

Invité



MessageSujet: Re: Les mures sauvages (Petite Gnote - Shalawhana - Aldric - Ranulf)   Lun 9 Aoû - 15:55

Message de l'érudit Aldric Lhanssien.

La réaction de la gamine confirma ce que pensait Aldric : cette créature s'évertuait a faire peur a la petite. Quel comportement pervers ! L'érudit n'en revenait pas d'être tombé sur ''quelqu'un'' de si vicieux. Ainsi, il resta campé sur ses position. Maintenant que son intinct de protection s'était curieusement manifesté, il était trop tard.

D'une façon étrange, son interlocutrice mit quelques temps avant du lui répondre. Etait-elle destabilisée ? En tout cas, ces paroles avaient fait mouche, il en était persuadé au vu du numéro qu'elle commençait a lui jouer. Tout d'abord, elle le regarda froidement puis elle s'arrêta sur la fillette pour enfin se reporter de nouveau sur lui.

Cela lui parut durer une éternité ! Ces simagrées ennuyait le vieil homme qui connaissait cela par coeur. Ainsi, elle n'avait pas encore commencé a parler que l'esprit d'Aldric s'était déjà égaré. Il regardait ses pieds d'un air des plus concentré. Sa veine a la tempe ne battait plus mais ses sourcils broussailleux se rejoignaient au dessus de ses yeux. Depuis combien de temps n'avait-il pas fait attention a l'état de ses pieds ? Il remarqua la présence de champignons sous l'ongle de son gros orteil gauche. L'aspect en était répugnant avec cette couleur jaunâtre. Les mycoses lui mangeaient littéralement les orteils. Pourtant, il ne ressentait aucune douleur. Voila un des problèmes de la vieillesse : on ne sentait plus ses pieds ! Les jeunes ne peuvent pas comprendre comme c'est dérangeant. Il fallait qu'il trouve une solution. Il fallait qu'il invente une lotion de soin pour les pieds. Sa capacité a arpenter le monde en dépendait; C'était d'une importance capitale !

Mais en même temps qu'il constatait l'état catastrophique de ses orteils, il remarqua également une pierre en forme de patate. En fait, elle n'en avait pas seulement la forme mais aussi la couleur !  Quelle étrangeté... Ca lui rappelait la petite blague que lui avait fait un estimé ami de nombreuses décennies auparavant...

Ces pensées n'étaient pas les seules dans l'esprit incontrôlable du vieux fou. Il est sans doute impossible de recenser le nombre d'idées qui lui passaient par la tête en une seconde. Lui même n'en avait pas idée. Lorsque son cerveau partait en vrille de la sorte, il n'était plus bon a rien.
Par un curieux phénomène, Aldric n'entendit pas le moins du monde les paroles que Shalawha tenta d'imprimer dans son esprit. Peut-être une partie s'était-elle égarée, peut-être était-il impossible de franchir les limites dans son esprit taré. Dans tout les cas, il n'entendit rien. Mais sans doute, Shalawha l'aurait fait a un autre moment que l'effet aurait été le même. Aldric avait une cervelle sélective qui choisissait précisément ce qui valait le coup d'être écouté ou non.

Finalement, le son de la voix de la...du monstre le fit revenir a la surface dans des eux plus calmes, même si les tourbillons de ses pensées  ne prenaient jamais le temps de s'arrêter.

"...de la santé de cette enfant qui a crié un peu plus tôt. Je n'avais nullement l'attention de la terroriser...on accueille mal la différence chez les humains. Tous ceux qui ne vous ressemble pas sont des monstres et finalement je fais partie de ce lot."


Elle ne semblait toujours pas avoir finit son numéro. Cependant, la sagesse d'Aldric lui rappela que les jeunes gens n'avaient pas autant d'expérience que lui de la vie et qu'ils avaient toujours besoin de se mettre en avant. Il se força a la patience.

"C'est peut être à cause de votre intolérance que ma race se meurt."


Sa race ? Quelle race ? Parce qu'il y en avait plusieurs des comme ça dans le monde !? Oh, mais avait-il prit son potage ce matin ? Cette dent lui faisait admirablement souffrir... Encore cette maudite articulation du genou qui le titillait. Pourrait-il attraper cette fausse-patate sans que la créature ne s'en aperçoive ? Cela lui semblait des plus difficile...

Même si un éclat de folie brillait dans ces yeux comme a l'accoutumée, Aldric prit un air mi-compatissant mi-intéressé.

- Ah, mais la différence c'est bien, tant que c'est joli et gentil.

Et sans prévenir, il empoigna son pied droit - subtilisa la pomme de terre au passage - et releva sa jambe d'un coup sec au dessus de sa tête. Un crac se fit entendre. Son genou allait beaucoup mieux désormais. Il laissa retomber sa jambe sans autre forme de procès. Vieux, mais souple !

- Vous vous promener avec 4 cornes sur la tête et vous vous amusez a terroriser les fillettes sans défense, dans un lieu sans passage. Et vous osez me faire la morale sur votre pauvre persécution ? Cela suffit. Laissez nous.

Son ton était devenu autoritaire, comme un père grondant sa fille. Sans doute son esprit paternel qui refaisait des siennes. Puis il se retourna vers la mignonne fillette qui s'était caché derrière lui. Il s'accroupit pour être a sa hauteur et la protéger de son frêle corps. La dessus, il lui tendit la fausse patate.

- Regarde ça... n'est-ce pas une patate ?
Revenir en haut Aller en bas



Ranulf

Invité



MessageSujet: Re: Les mures sauvages (Petite Gnote - Shalawhana - Aldric - Ranulf)   Mar 10 Aoû - 9:10

Message de Ranulf.

Ranulf s'etais en aller de la montagne des dragons et avait virer vers la prairie fleurie.La bonne odeur des fleurs lui monter au narines et cela le rendait plus joyeux que d'habitude.

Sous sa forme de lynx il la parcourait et aimer sentir le vent jouer entre ses poils bleus.Il commencer a avoir faim , il se mit en tète d'attraper une proie.

Le métamorphe lynx  scruta la prairie et sa bonne vision trouva un mulot, il se faufila discrètement derriere lui et lui sauta dessus.Cette fois sa proie le vit et evita le choc!

"c'est pas vrai!" rala interieurement Ranulf

Il se mit alors a la poursuivre, le mulot allait peut ètre vite mais les lynx vont vite aussi! dans un bon prodigieux il reussit a l'attraper et il lui cassa les vertebres d'un coup de patte.

Le mulot mort, il se coucha et commença de le manger, epargnant les yeux qu'il laissa par terre.C'etais une chair tendre et dodue a souhait! il avait bien choisi sa proie! ce mulot été bien rondelet.

Rassassié il se remit en route et au bout d'un moment il vit une chose insolite! une femme avec des cornes sur la tète , une petite fillette et..... le vieil homme du lac!

Il s'avança vers eux, salua aimablement l'enfant et la femme cornue et dit au vieil homme:
-je vous connais vous! vous aviez perdu votre besace dans le lac!

Puis il tourna sa tète vers la femme :
-que je suis malpolie, je m'appel Ranulf et vous?

En disant cela , il se dressa sur ses pattes arriere et tandit sa patte avant droite , comme pour qu'elle la serrent.

Mais soudain , en voyant l'enfant, le jeune métamorphe lynx alla la renifler:
-tu sent bizarre petite fille!

Tout en avancant il continua de renifler la gnote et s'exclama:
-comment tu t'appel?

Cette gosse été vraiment curieuse! et elle avait une drole d'odeur qui attirait son museau de lynx, l'odorat des fauves étant assez développé.Il décida de se changer en  sa forme originel  pour ne plus ètre géné par l'odeur et c'est ce qu'il fit.

Devant eux, se dressait a present un humain  aux oreilles de chat et avec une longue queue de lynx qui sortait de son pantalon en toile bleue.Ses yeux vairons sruter l'enfant , le vieil homme et la femme cornue.
Revenir en haut Aller en bas



La Petite Gnote

Invité



MessageSujet: Re: Les mures sauvages (Petite Gnote - Shalawhana - Aldric - Ranulf)   Ven 13 Aoû - 18:26

Message de la Petite Gnote.

"Je prenais information de la santé de cette enfant qui a crié un peu plus tôt. Je n'avais nullement l'attention de la terroriser mais comme souvent, on accueille mal la différence chez les humains. Tous ceux qui ne vous ressemble pas sont des monstres et finalement je fais partie de ce lot."

-"Ah ! " cria la Gnote glorieusement. " Donc vous êtes un monstre! Je le savais! " fit-elle victorieuse.

Puis saisissant le sens de ce qu'elle venait de dire, elle se cacha un peu plus derrière le vieux. Elle fourra sa main dans une petite poche du sac qui lui servait de robe et en sortie une des friandises dont Grôs Môssieur avait le secret. Le boulette noire avait un peu la texture de la mélasse et fondait déjà délicieusement sous la langue de la petite. Elle fit tourner le bonbon dans sa bouche pour se détendre inconsciemment.


Puis le
# monstre # poursuivit :
"C'est peut être à cause de votre intolérance que ma race se meurt."


Approchant Monsieur Ourson délicatement vers son visage, elle lui répondit comme pour elle-même.


-"Sa race? La race des monstres donc. Bah c'est bien qu'ils meurent. Sont si laid, et vilains. Ils nous font que du mal, hein M'sieur Ourson!?"

Elle se mit alors a mimer pour elle et sa peluche une scène qu'elle ne concevait pas comme si horrible. La mise au bucher d'un monstre par un religieux  - comme Grôs Môssieur -, comme si elle admirait ce genre de chose. La petite Gnote aurait pu expliquer elle-même que la magie ce n'était pas bien, que d'ailleurs "J'ai les cheveux tous bleus a cause d'un vilain monstre magique. Même si c'est joli, il est méchant ! "

Mais dans son petit jeu elle en avait oublié Aldric et la dragonne... après quelques gesticulations, il avait ramassé un...une...

-" Une patate? "
Déjà l'enfant avait mis le caillou a la bouche pour vérifier si ce légume était bon... hélas, cela avait un gout terreux horrible, et elle grimaça, puis sourit, comprenant la farce du vieil homme. Si elle avait eu un grand-père, il aurait surement était comme ça, farceur et amusant.
Mais en un éclair son sourire agréable vira à la mout de dégout. En effet, un horrible monstre bleu jaillis du haut du talus du ruisseau. Il venait vers eux comme pour les dévorer. Il puait la magie.
Mais alors que la fillette imaginait passer ses derniers instants, l'espèce de gros chien bleu se mit à parler, comme s'il se trouvait dans sa famille, ou chez l'épicier du coin.

C'était surement ça le plus dégoutant. Le fait que les monstres soient doués de mimétisme, qu'ils tentent à tout prix de racheter leur humanité, coute que coute. L'enfant tenta de se dire que c'était simplement un animal sauvage égaré...ou fou?
Que son cri ressemblait à des mots?

Non... il vint la renifler, comme si elle était un animal elle aussi, puis lui adressa la parole. La petite Gnote aurait préférer le voir vomir que le voir lui parler, car la sensation était véritablement effroyable.


-Tu sens bizarre petite fille!
-Comment tu t'appelles?

Elle lui jeta alors un de ses fameux bonbons au gout fumé et musqué à la figure. Puis elle tira doucement la toge de Aldric, lui lançant un regard de supplication. Elle voulait partir, et qu'il vienne avec elle pour la protéger!

Hou lala elle s'en voulait de ne pas être restée au temple !


Dernière édition par La Gnote le Dim 15 Aoû - 14:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas



Shalawhana

Invité



MessageSujet: Re: Les mures sauvages (Petite Gnote - Shalawhana - Aldric - Ranulf)   Sam 14 Aoû - 8:16

Message de Shalawhana Limasta Valestarius , dragonne.

La discussion avec le vieu commençait sérieusement à énerver la dragonne. L'arrogance et l'irrespect de ses créatures sans cervelle l'irrité. Et l'enfant commençait elle aussi à s'y mettre. Les humains était finalement assez vicieux pour déteindre sur les enfants. Quel triste monde. Finalement seul son dragonnier méritait son respect. Bien qu'il avait eu des moeurs contestables, il n'avait jamais jugé une créature sur son apparence. Paix à son âme.

La dragonne ne voyait même plus l'intérêt de parler à cette race d'attardés qui prenait en compte les détails physique et allez prendre congé d'eux quand le vieux enchaina une suite de mouvements ridicules pour saisir une patate -en était-ce bien une ?- et reprit une position normale. Le ton de sa voix était autoritaire et cela fit sourire la dragonne. Que d'arrogance dans la voix de ce vieux mâle. Il la traitais comme une inférieur et non comme une égale.

Elle avait fait demi-tour quand elle capta un bruit, elle se retourna, pensant que c'était l'ancêtre ou l'enfant qui avait fait un geste mais elle aperçut un lynx bleue. L'animal s'approcha du groupe et s'adressa à eux. Il salua la dragonne qui lui fit un signe de tête en le saluant à son tour puis il alla sentir l'enfant qui se crispa et lui lança un bonbon au visage ce qui fit soupirer la dragonne. Elle regarda la transformation du lynx et soupira... Encore un humain... Enfin bon celui-ci n'avait encore rien dit sur ses cornes mais bon elle ne voyait plus l'intérêt de garder cette enveloppe charnel. Après tout s'il avait peur, ça ne changerait rien à l'état actuel des choses.

Elle se recula donc et après avoir sourit elle laissa son corps prendre sa forme originelle. Une fois le tour joué, la dragonne étira ses ailes et retroussa ses babines en un sourire qui pouvait en effrayer plus d'un et déclara par la voix de son esprit.


"Avais-je tort quand j'ai dit que cette forme risquait d'en terroriser plus d'un ?"

Elle fixa pendant un instant le vieux et la gamine, observant leur réaction puis elle tourna son visage vers l'humain à la queue bleue et lui parla mentalement.


"Prends garde à ses esprits fermés. Ton allure est joli et gentil, tu ne risques pas de te faire insulter mais prudence est de mise."

Elle ouvrit la gueule et bailla, trouvant finalement la conversation à mourir. C'est vrai que ce faire traiter de monstre et de sadique vicieuse, n'avait rien pour plaire...
Revenir en haut Aller en bas



Aldric Lhanssien

Invité



MessageSujet: Re: Les mures sauvages (Petite Gnote - Shalawhana - Aldric - Ranulf)   Dim 15 Aoû - 14:19

Message de l'érudit Aldric Lhanssien.

Le temps que l'érudit se tourne vers la Gnote, nombres d'évènements s'étaient succédés ! Le pauvre qui ne cernait pas bien la réalité était totalement déboussolé. Tout ce qu'il arrivait a concevoir était que la petite avait aimé sa petite farce-patate. Toujours agenouillé près de la gamine, il entendit parler. On s'adressa au monstre a quatre cornes mais aussi a lui se rendit-il compte. Il se releva, auparavant caché par les hautes herbes et les ronces.

Il découvrit alors un lynx bleu d'une taille impressionnante. L'animal s'adressa a la petite fille, ce qui eut pour effet de la terroriser de plus belle. Il parlait ?! Etrange...il avait l'impression de le connaitre. Ah ! Mais c'était le métamorphe qui l'avait aidé a récupérer sa besace dans le lac leona !
A peine s'en rappela-t-il que ses pensées furent confirmées par la transformation du lynx en humain. Comme le monde était petit.

Il se retourna ensuite vers Shalawha. Mais elle avait disparu ! Elle n'avait même pas pris la peine de répondre au lynx... a croire que son impolitesse ne cessait jamais. Un monstre impoli, c'était vraiment la plaie. Toujours surpris de sa disparition, l'esprit tourbillonnant remarqua la présence d'un dragon. Tiens donc, comment une créature aussi imposante était-elle arrivée jusqu'ici sans qu'il s'en aperçoive ? Décidément, il perdait totalement  la notion du réel. Mais, au fond, Aldric avait l'habitude d'être surpris par bon nombre de choses qu'il n'avait pas remarqué. Au contraire, si il n'avait pas son lot de choses bizarres dans sa journée, cela pouvait provoquer de graves lésions psychologiques. Il ne chercha donc pas plus loin dans ce mystère.

La créature ne parlait pas et restait juchée près d'eux sans aucune raison. Que venait-elle faire ici dans ce cas ? Même si il était un peu fou, Aldric connaissait le sens des convenances et salua donc le nouveau venu.

- Bonjour, blanche et écailleuse créature.

Il n'aimait pas beaucoup les dragons, des créatures le plus souvent ivres de fierté mais il les préférait de loin aux monstres cornus tels que Shalawha. L'ennui avec les dragons c'était qu'il était incapable de reconnaitre les mâles des femelles. Et vu que ces derniers ne parlaient pas, le son de leur voix ne pouvait pas aider.

Finalement, il se rendit compte que la fillette qui s'était réfugiée derrière lui tirait doucement sa tunique. Son regard de supplication toucha Aldric.

Il se tourna alors vers les deux nouveaux venus.

- Je me doute que vous n'avez aucune intention malsaine, croyez-le bien. Mais il y a une petite fille ici. Votre survenue ne peut que la terrifier si vous êtes si peu délicats !  

Il sortit alors un morceau de chocolat de sa besace et la tendit a l'enfant pour lui donner un peu de réconfort. Il lui prit ensuite la main avec ses doigts osseux.

- Maintenant, excusez-nous, mais il va bientôt pleuvoir.

Sa voix se brisa quelque peu sur ces mots et une certaine inquiétude se forma sur ces traits.
Puis, il attrapa la gamine pour la porter dans ses bras et commença s'éloigner.
Revenir en haut Aller en bas



Ranulf

Invité



MessageSujet: Re: Les mures sauvages (Petite Gnote - Shalawhana - Aldric - Ranulf)   Dim 15 Aoû - 14:29

Message de Ranulf.

Ranulf  prit le bonbon entre ses mains , une espece de chose noire et collante, il le jeta au sol et foudroya l'enfant du regard.

Puis la femme cornue se métamorphosa en une dragonne , et celle -ci s'adressa au coeur de son esprit!

Ranulf l'ecouta attentivement , puis se rechangeant en lynx bleue , il sauta sur un arbre et bondit  lestement sur le dos de la dragonne et lui chuchota:

- ne t'en fais pas ! de toute maniere je ne serai pas assez idiot pour leur dire que je suis un demi-démon! malheureusement... a part leur nom et leurs race je ne sait rien de mes parents, pourquoi ils m'ont abandonner! je les cherche! peut ètre que toi tu sais?

Sur ce, il   descendit et s'adressa a Aldric:
-il ne va pas pleuvoir, levez le nez, il fait très beau, dites plutot que vous avez peur de la dragonne oui! mais tant qu'on les traitent avec respect, les dragons ne font pas de mal aux gens!  il faut  ètre respectueux avec eux !

Sur ce il poussa un rugissement digne pour ponctuer ses paroles, il faut dire que sa forme de lynx  était tres belle et personne n'osait se moquer de lui ou l'insulter.

Il remua sa longue queue bleue qui balaya un peu de poussiere sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
 

Les mures sauvages (Petite Gnote - Shalawhana - Aldric - Ranulf)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» [Ruelles] Petite Mendiante
» ROXANNE petite caniche parfaite 9 ans CCDM (30) ADOPTEE



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA TERRE D'HYPOLAIS :: Bavardages [H-RP] :: Archives-